Navigation – Plan du site

Le métier de conservateur : la construction transnationale d’une nouvelle figure professionnelle dans l’entre-deux-guerres

Michela Passini
p. 149-168

Résumés

Le statut de conservateur de musée se stabilise en France durant la seconde partie du xxe siècle. Pour cerner l’origine de la profession, il semblerait donc logique de choisir comme observatoire cette période de mutations structurelles de la figure du conservateur, mais on ne verrait alors guère apparaître la dimension transnationale de ce processus, que l’on peut décrire comme une succession de mesures émises par l’État. En revanche, dès qu’on se situe en amont de cette phase, la perspective change radicalement. L’entre-deux-guerres figure, dans l’histoire des musées, une période de débats et d’expérimentations : les conservateurs français, confrontés à des problèmes nouveaux de gestion des collections et à des transformations rapides de l’institution muséale, s’interrogent très activement sur leur rôle, leurs fonctions, leurs attributions et, face à une crise de leur métier et des représentations qui lui étaient traditionnellement associées, étudient attentivement les solutions déjà testées à l’étranger. Il s’agira de faire ressortir les logiques d’importation et de resémantisation de modèles professionnels en étudiant notamment la mise en place d’une formation professionnelle spécifique, la création de dispositifs associatifs, et l’élaboration croisée de l’image du conservateur « moderne ».

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2018.

Plan

Se former, s’informer : quels modèles pour les conservateurs français ?
Un nouveau conservateur pour le musée moderne : circulation et concurrence de modèles

Aperçu du texte

La profession de conservateur de musée, telle que nous la connaissons, se stabilise en France durant la seconde partie du xxe siècle, avec une série de dispositions successives introduites à partir de 1945, jusqu’à la création d’un statut unitaire en 1991. Ces transformations du statut des conservateurs procèdent des pouvoirs publics et se font dans un cadre étatique – cadre national par excellence. Elles révèlent ainsi une série de spécificités françaises dans la définition de la profession, telle la séparation entre la fonction territoriale et la fonction d’État, pour ne citer que la plus évidente.

Cette période de mutations structurelles apparaît donc de prime abord comme un observatoire privilégié pour étudier la professionnalisation du métier de conservateur, réalisée grâce à l’adoption par l’État, sous l’impulsion des conservateurs eux-mêmes et de leurs associations, de mesures successives visant à uniformiser les critères de recrutement et à établir un code de conduite. Toutef...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michela Passini, « Le métier de conservateur : la construction transnationale d’une nouvelle figure professionnelle dans l’entre-deux-guerres », Revue germanique internationale, 21 | 2015, 149-168.

Référence électronique

Michela Passini, « Le métier de conservateur : la construction transnationale d’une nouvelle figure professionnelle dans l’entre-deux-guerres », Revue germanique internationale [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 29 mai 2018, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://rgi.revues.org/1526 ; DOI : 10.4000/rgi.1526

Haut de page

Auteur

Michela Passini

Chercheur, Institut d’histoire moderne et contemporaine, CNRS-ENS, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org