Navigation – Plan du site

Emprunts transnationaux et constitution du Musée de l’Homme

Alice Conklin
Traduction de Pascale Rabault-Feuerhahn
p. 169-186

Résumés

Dans l’entre-deux-guerres, la plupart des grands musées d’ethnographie occidentaux furent rénovés et restructurés, grâce à une volonté nouvelle d’instruire le grand public sur les régions lointaines du monde. Ces musées avaient été créés à la fin du xixe siècle, au moment où la conquête impériale, les fiertés nationales et la professionnalisation de l’anthropologie encourageaient la collecte scientifique des artéfacts des sociétés dites « primitives ». À Paris, Paul Rivet et Georges-Henri Rivère firent de l’ancien Musée d’ethnographie du Trocadéro, créé en 1878 et qui était assez marginal, l’un des musées anthropologiques les plus modernes au monde : le musée de l’Homme. Pour ce faire ils s’inspirèrent de modèles très variés sur le plan idéologique, comme les musées soviétiques et américains, profondément didactiques, ou les collections coloniales belges et hollandaises. Malgré les crises politiques et économiques des années 1930, on assiste ainsi de 1929 à 1938 à un moment particulièrement fort dans la circulation transnationale des modèles muséographiques en France.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l'anglais par Pascale Rabault-Feuerhahn

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2018.

Plan

Conclusion

Aperçu du texte

 « Pourquoi sommes-nous dédaigneusement tenus à l’écart de ce grand courant d’échanges de collections, de publications et d’idées entre les différents musées ethnographiques du monde ? »
Rapport sur la réorganisation générale du Musée, 1er sept. 1931

En 1938, le principal musée ethnographique de Paris, le Musée d’ethnographie du Trocadéro, rouvrit ses portes sous sa nouvelle identité de musée de l’Homme. Au cours des dix années précédentes, avec un budget des plus limités, il avait entrepris deux rénovations et se targuait d’être désormais l’institution la plus moderne au monde dédiée à l’exposition de la diversité culturelle et raciale de l’humanité. Le principe directeur du Musée était que l’on pouvait et même que l’on devait ordonner et présenter l’ensemble de l’histoire naturelle de l’humanité à l’attention à la fois des spécialistes et du grand public. Conçue par Paul Rivet, spécialiste d’anthropologie physique et plus particulièrement d’archéologie précolombienne et de langues a...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Conklin, « Emprunts transnationaux et constitution du Musée de l’Homme », Revue germanique internationale [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 29 mai 2018, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/1527

Haut de page

Auteur

Alice Conklin

Professeur d’histoire, Ohio State University

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page