Navigation – Plan du site

De Paris à New York. Charles Sterling et l’écriture d’une histoire de l’art transnationale au musée

Marie Tchernia-Blanchard
p. 207-218

Résumés

Alors qu’il était attaché-chargé de mission au musée du Louvre depuis 1930, Charles Sterling est contraint de quitter ses fonctions en décembre 1940 en vertu des lois de Vichy. Il se voit alors proposer un poste de senior research fellow au Metropolitan Museum de New York, où il est chargé de rédiger le catalogue des peintures françaises. S’il s’emploie à cette tâche jusqu’en 1955, il réintègre néanmoins les équipes du Louvre – où il a été promu conservateur – dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, grâce à un double contrat, né d’un accord entre les deux institutions. Par la singularité de ce parcours, qui constitue, à notre connaissance, un exemple unique dans la discipline, Charles Sterling peut donc être assimilé à une sorte de figure archétypique de « l’historien de l’art cosmopolite ». L’étude de son cas personnel permettra ici de soulever la question des présupposés méthodologiques nationaux qui sous-tendent l’évolution de la discipline à l’heure de son internationalisation grandissante. Il s’agira ainsi de démêler ce que la trajectoire professionnelle et intellectuelle de Sterling révèle de la réalité de son expérience transnationale et de ses limites face à la puissance de traditions historiographiques et muséologiques nationales solidement implantées.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2018.

Plan

De Paris à New York : les circonstances de l’exil américain de Sterling
Le catalogue des peintures françaises du Metropolitan Museum of Art
De New York à Paris : Sterling conseiller en Europe du Metropolitan Museum of Art
La défense du prestige de « l’esprit français »

Aperçu du texte

 « Rarement carrière connut une telle diversité d’implantations, exigeant le maniement parfait des principales langues européennes. Expérimentant tour à tour les cultures germanique et même slave, par ses débuts polonais, anglo-saxonne, sous sa forme d’origine puis dans sa transposition américaine, française enfin, Charles Sterling a pu, ce qui est rare en notre temps, n’être inféodé à aucun mode de pensée trop déterminé, saisir leur relativité dans leur juxtaposition, et il a su ainsi, cherchant en eux un élargissement plus qu’une contrainte, donner tout leur poids aux évidences que peut percevoir l’intuition bien contrôlée. »

La citation, que l’on doit au philosophe de l’art René Huyghe, ancien collègue de Charles Sterling (1901‑1991) au musée du Louvre, est révélatrice de la manière dont l’historiographie récente s’est emparée de la singularité du parcours de ce conservateur et historien de l’art qu’une série d’exils successifs menèrent des bancs de l’Université de Varsovie à ceux...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Tchernia-Blanchard, « De Paris à New York. Charles Sterling et l’écriture d’une histoire de l’art transnationale au musée », Revue germanique internationale, 21 | 2015, 207-218.

Référence électronique

Marie Tchernia-Blanchard, « De Paris à New York. Charles Sterling et l’écriture d’une histoire de l’art transnationale au musée », Revue germanique internationale [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 29 mai 2018, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://rgi.revues.org/1533 ; DOI : 10.4000/rgi.1533

Haut de page

Auteur

Marie Tchernia-Blanchard

Doctorante en histoire de l’art à l’École du Louvre et à l’Université de Lorraine, chargée d’enseignement à la Comue Paris Sciences et Lettres

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org