Navigation – Plan du site
I. Compréhension de la mimesis

La mimesis dans les traductions allemandes de la Poétique d’Aristote (1750-1900)

Sandrine Maufroy
p. 11-34

Résumés

De 1750 à 1900 paraissent une vingtaine de traductions de la Poétique d’Aristote en allemand. Au cours de cette période, le terme grec mimesis est rendu principalement par l’emploi, suivant les contextes, de l’expression nachahmende Darstellung (représentation par l’imitation) et des substantifs Darstellung (représentation) et Nachahmung (imitation), complété dans certains cas par des composés du verbe bilden (former), comme Abbildung et Nachbildung. Cette uniformité des traductions est compensée par la richesse des commentaires, rédigés par des philologues conscients du rôle fondamental de la notion de mimesis dans la théorie aristotélicienne et de l’inexistence d’un mot allemand adéquat pour traduire le terme. Ils combattent l’idée reçue selon laquelle Aristote aurait prôné l’imitation de la nature, insistent sur la dimension « idéalisante et généralisante » (Franz Susemihl, 1865) de l’art et apportent leur contribution de spécialistes aux débats esthétiques de leur temps.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2018.

Aperçu du texte

La notion de mimesis représente, avec le problème de la tradition textuelle (genèse, authenticité, état du texte) et celui du concept de katharsis, l’une des trois grandes questions discutées par les éditeurs scientifiques et les traducteurs de la Poétique d’Aristote. Dans l’espace germanophone, ceux-ci sont particulièrement nombreux au xviiie et au xixe siècle et durant cette période, il paraît plus de traductions allemandes de la Poétique que de versions publiées dans d’autres langues modernes. Cette supériorité numérique reflète la prédominance des Allemands dans le champ disciplinaire des études anciennes, qui s’affirme au cours du xixe siècle. Elle est également liée à l’activité déployée par les philologues allemands dans le sillage de l’Académie des Sciences de Berlin, dont les grands projets comprennent l’édition scientifique des œuvres d’Aristote dirigée par Immanuel Bekker à partir de 1831. Si la critique et l’herméneutique de la Poétique ont certainement bénéficié du reno...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Maufroy, « La mimesis dans les traductions allemandes de la Poétique d’Aristote (1750-1900) », Revue germanique internationale [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 26 novembre 2018, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/1549

Haut de page

Auteur

Sandrine Maufroy

Sandrine Maufroy, Maître de conférences, Université Paris-Sorbonne, EA 3556 Représentations et identités. Espaces germaniques, nordique et néerlandophone (REIGENN).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page