Navigation – Plan du site
I. Compréhension de la mimesis

« Réalité représentée » : la mimesis dans Mimésis d’Erich Auerbach

Edoardo Costadura
p. 35-47

Résumés

Cet article se propose de montrer que le concept de mimesis littéraire reste ancré, pour Erich Auerbach, à la définition qu’en donne Platon dans le 3ème livre de La République. Tout en renversant l’échelle de valeurs établie par le philosophe grec, et en plaçant donc la mimesis non pas au troisième mais au premier rang au cœur même de la vérité, Auerbach conçoit l’« imitation » littéraire comme un procédé consistant à transférer dans un tissu textuel (narratif) de la réalité apparemment non manipulée par les artifices de la représentation – une réalité qui, comme le suggère le sous-titre de l’ouvrage (« réalité représentée »), se donnerait comme d’ores et déjà représentée par elle-même, que ce soit sous forme dialogique ou sous forme diégétique. Ce qui constitue pour Platon le comble de la supercherie, constitue pour Auerbach le fruit le plus mûr du « réalisme » occidental. Pour Auerbach la mimesis ne serait donc pas un mode de représentation du réel, mais bien plutôt un mode de présence du réel dans la représentation.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail tire son origine de réflexions engagées en 2009 à l’université Rennes 2, dans le cadre d’un séminaire du groupe Phi (EA CELLAM) que j’ai animé aux côtés d’Anne F. Garréta : c’est à son initiative que nous avons fait porter les travaux, précisément, sur Mimésis d’Auerbach. Aussi ces lignes lui sont-elles, à six années et à quelques milliers de kilomètres de distance, idéalement adressées.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2018.

Aperçu du texte

Contrairement à ce que laisserait supposer la traduction française, Mimésis d’Erich Auerbach ne porte pas comme sous-titre « La représentation de la réalité dans la littérature occidentale », mais littéralement : « Réalité représentée dans la littérature occidentale ». La différence est de taille. Que veut nous dire ce sous-titre singulier, qui répond de toute évidence à un choix délibéré de l’auteur, et qui a rebuté bon nombre de traducteurs et d’éditeurs en dehors de l’Allemagne ? J’essayerai dans les quelques pages qui suivent de donner une réponse plausible à cette question à mon sens décisive et qui engage l’ensemble du projet d’Auerbach. De fait, le sous-titre explique et explicite le titre, et donne d’emblée une clef pour l’interprétation de ce mot grec qui nous vient de l’Antiquité, charriant des siècles entiers d’histoire de la pensée européenne en matière d’esthétique et de poétique.

Commençons par le début, tel qu’Auerbach le reconstruit dans la Postface :

L’objet de cet ou...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Edoardo Costadura, « « Réalité représentée » : la mimesis dans Mimésis d’Erich Auerbach », Revue germanique internationale, 22 | 2015, 35-47.

Référence électronique

Edoardo Costadura, « « Réalité représentée » : la mimesis dans Mimésis d’Erich Auerbach », Revue germanique internationale [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 26 novembre 2018, consulté le 16 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/1552 ; DOI : 10.4000/rgi.1552

Haut de page

Auteur

Edoardo Costadura

Professeur de Romanistique, Friedrich-Schiller-Universität Jena, Institut für Romanistik.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org