Navigation – Plan du site
II. Mimesis et récit

La mimesis, l’épique et le carnavalesque. Le roman selon Döblin

Michel Vanoosthuyse
p. 49-61

Résumés

L’article s’efforce de déterminer ce que selon Döblin mimesis veut dire. Ce n’est certainement pas la « copie » ou le « reflet » ou l’« imitation » d’un déjà-là de données factuelles : ce réalisme-là est une trahison, par les « littérateurs », de l’« épique », notion que Döblin essaie de redéfinir ; ce n’est pas non plus l’« expression » de telle ou telle vérité, laquelle enferme le roman dans une finalité pédagogique (politique, morale, etc). La mimesis est un « faire », une expérimentation, un « test », à des fins de connaissance : c’est seulement à ce titre qu’elle fait droit à l’« épique », en entraînant une révision radicale des moyens de la représentation. Le paradoxe, c’est que la mimesis renvoie alors moins au grand genre épique (tel que Hegel, par exemple, le définit) qu’à ce qui s’est construit contre lui et que Bakhtine appelle le carnavalesque.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2018.

Plan

La mimesis indigente du « littérateur »
Ce que mimesis veut dire
L’épique et le carnavalesque

Aperçu du texte

La mimesis indigente du « littérateur »

Au centre de la réflexion döblinienne se trouve la question générale de l’« épique » et celle-ci est indissolublement liée chez lui à une interrogation sur la mimesis, quoique le concept n’apparaisse pas dans ses textes : il existe pour Döblin une mimesis qui trahit l’« épique » dans sa spécificité générique. Il en existe une autre, qui lui fait droit.

Les premiers textes des années dix, programmatiques ou polémiques, comme le « Programme de Berlin » (1914) et « Remarques sur le roman » (1917), s’attaquent au réalisme contemporain, défaillant selon Döblin dans ses méthodes comme dans ses finalités.

Le premier pilotis sur lequel repose la méthode réaliste ordinaire qu’il attaque, c’est la « manière psychologique » : celle-ci a pour prétention de restituer l’individu dans la complexité concrète de son être. En réalité, elle est « pure fantasmagorie abstraite. Analyses et essais de différenciation n’ont rien à voir avec un processus psychique réel »...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Vanoosthuyse, « La mimesis, l’épique et le carnavalesque. Le roman selon Döblin », Revue germanique internationale, 22 | 2015, 49-61.

Référence électronique

Michel Vanoosthuyse, « La mimesis, l’épique et le carnavalesque. Le roman selon Döblin », Revue germanique internationale [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 26 novembre 2018, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rgi.revues.org/1555 ; DOI : 10.4000/rgi.1555

Haut de page

Auteur

Michel Vanoosthuyse

Professeur émérite, Université Paul-Valéry, Montpellier.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org