Navigation – Plan du site
II. Mimesis et récit

Mimesis, facts & fakes

Mandana Covindassamy
p. 63-78

Résumés

Si avec la Poétique d’Aristote, la mimesis a été placée au cœur de l’art poétique, la rupture qu’introduit la photographie, suivie par le cinéma, est sans retour. Capables de restituer la présence effective des objets du monde réel par l’empreinte lumineuse qu’ils laissent, ces nouveaux moyens techniques déplacent autant la fonction de la représentation picturale que celle de l’écriture. La tâche assignée à la littérature doit se redéfinir. Dans la prose allemande du xxe siècle, des lambeaux directement arrachés à la « réalité » font alors irruption chez certains auteurs et transforment le texte en patchwork à une époque où la violence de masse des conflits historiques lance un nouveau défi au travail littéraire. À la suite de Döblin, qui use du montage littéraire, des auteurs comme Kluge et Sebald mêlent images, citations et entretiens dans leurs récits. Leurs regards sur la réalité sont le fruit d’une confrontation avec les exigences de la représentation historique et ont partie liée avec la définition de la vérité en littérature. C’est en reprenant les termes du débat initié par Platon et Aristote que s’éclaire le rôle joué par la fiction dans l’agencement des bribes du réel que ces récits nous proposent en visant une vérité.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2018.

Plan

La brèche du réel
Regards sur la réalité
Réalité et vérité : mimesis
La tâche de l’historien et celle du poète
Quel réalisme ?

Aperçu du texte

La brèche du réel

Nous voici au xxe siècle. La mimesis grecque peut sembler lointaine, et pourtant, la question toute aristotélicienne de la représentation et de la légitimité de la fiction dans l’art poétique ne cesse d’être ravivée tout au long de cette période dans la littérature de langue allemande, pour des raisons esthétiques et historiques intimement liées entre elles. L’un des fils de cette relecture de la question grecque naît dans le contexte de la reconfiguration des moyens d’expression artistique qui se produit au tournant du siècle, alors qu’il devient possible de reproduire des traces directes du monde grâce au procédé photographique. Elle gagne en acuité en raison de l’utilisation massive de la propagande et de la méfiance croissante à l’égard de tout processus de fictionnalisation au profit de l’authenticité du témoignage historique. La présente étude se propose de montrer comment se rejoue dans ce contexte la question de la mimesis dans les positions prises par deux ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mandana Covindassamy, « Mimesis, facts & fakes », Revue germanique internationale, 22 | 2015, 63-78.

Référence électronique

Mandana Covindassamy, « Mimesis, facts & fakes », Revue germanique internationale [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 26 novembre 2018, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://rgi.revues.org/1558

Haut de page

Auteur

Mandana Covindassamy

Maître de conférences, École normale supérieure, département Littérature et langages, UMR 8547 Pays Germaniques (CNRS/ENS).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org