Navigation – Plan du site
III. Mimesis et arts visuels

« Un désir véhément d’expression non sensible » Wilhelm Worringer, la gravure sur bois allemande et la mimesis

Isabelle Kalinowski
p. 93-114

Résumés

L’historien d’art allemand Wilhelm Worringer (1881-1965), auteur du fameux traité Abstraktion und Einfühlung (Abstraction et empathie, 1907), n’a pas renouvelé, loin s’en faut, l’acception courante du concept de mimesis. Il a cependant bâti une approche originale et très stimulante des débuts de l’histoire de la gravure sur bois en Allemagne à la fin du xve et au début du xvie siècle en présentant cet art comme une alternative assumée comme telle à toute « imitation du réel ». Dans L’illustration de livres allemande ancienne, parue en 1912, il développe la thèse d’une affinité spécifique entre l’art allemand et l’illustration livresque : en substituant à la configuration frontale de la mimesis, le face à face de l’art et du monde sensible, une relation médiatisée par le texte écrit, la gravure et les autres arts du livre offrent selon lui un exutoire privilégié à un « désir véhément d’expression non sensible » qu’il tient pour une des grandes caractéristiques des arts de l’espace germanique, étrangers à « l’objet ».
La gravure sur bois, avec ses « lignes dures » et ses plis cassés, secs et anguleux, livre selon Worringer le « fondement grammatical d’un langage formel schématique » dont le caractère « conventionnel » dénoue le lien entretenu par les images avec un dispositif de perception : « La forme semble apparaître de manière presque contingente dans l’emportement de la ligne, exacerbée et privée de sens. » La ligne jusque-là dissimulée sous des strates de couleur se libère et répond, dans sa géométrie en noir et blanc, à la typographie et à la mise en page des textes et surtout des textes imprimés. Les accents nationalistes du rejet des arts de la mimesis, assimilés à une latinité « étrangère », sont très perceptibles dans le propos de Worringer mais les catégories sous-jacentes de son analyse de la gravure allemande peuvent également être rapprochées de l’ethos protestant décrit à la même époque par Max Weber dans L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2018.

Plan

Arts du visible et arts du livre : L’illustration de livres allemande ancienne (1912)
La « bizarrerie allemande » de la gravure sur bois : nationalisme et histoire de l’art
Modernité protestante et mimesis : Worringer et Max Weber

Aperçu du texte

L’historien de l’art allemand Wilhelm Worringer (1881-1965), rendu célèbre par un texte de jeunesse, sa thèse de doctorat Abstraktion und Einfühlung [Abstraction et empathie] (1907), est souvent perçu comme un théoricien spéculatif devenu, un peu malgré lui, un compagnon de route de l’art moderne. La carrière universitaire de cet élève de Heinrich Wölfflin, Alois Riegl et Georg Simmel fut émaillée de candidatures non retenues et de changements de poste, peut-être parce qu’il était difficilement classable dans le cadre traditionnel des spécialités de l’histoire de l’art ; mais l’essentiel de son œuvre écrite porta malgré tout sur une période et un espace géographique bien définis, « l’histoire de l’art allemand des xve et xvie siècles ». La récente édition de ses œuvres complètes incluant pour moitié des textes posthumes publiée en Allemagne par Hannes Böhringer, Helga Grebing et Beate Söntgen (2004) permet de se faire une idée plus juste de ses thématiques de recherche et de constat...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Kalinowski, « « Un désir véhément d’expression non sensible » Wilhelm Worringer, la gravure sur bois allemande et la mimesis », Revue germanique internationale, 22 | 2015, 93-114.

Référence électronique

Isabelle Kalinowski, « « Un désir véhément d’expression non sensible » Wilhelm Worringer, la gravure sur bois allemande et la mimesis », Revue germanique internationale [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 26 novembre 2018, consulté le 17 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/1562 ; DOI : 10.4000/rgi.1562

Haut de page

Auteur

Isabelle Kalinowski

Isabelle Kalinowski, Directrice de recherches CNRS, UMR 8547 Pays Germaniques (CNRS/ENS).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org