Navigation – Plan du site

Pestalozzi et le monde francophone, une relation difficile

Daniel Tröhler
Traduction de Jean-François Goubet
p. 35-50

Résumés

Voici qui doit être pris, au fond, pour un grand paradoxe de l’histoire de l’éducation : Johann Heinrich Pestalozzi (1746-1827) est un pédagogue unanimement acclamé ; il a été fait citoyen d’honneur de la République française en 1792, a dirigé pendant plus de vingt ans, en Suisse romande, l’un des instituts d’éducation les plus célèbres, et son héritage dans le monde francophone, principalement en France, est pourtant marginal. Comment l’expliquer ? Cet article tiens à montrer qu’il existe des raisons culturelles (ou relatives aux mentalités) d’ordre supérieur qui ont rendu plus difficile la réception de Pestalozzi dans l’espace francophone, particulièrement en France. Ces principes culturels partagés, se reflétant entre autres dans les représentations dominantes de l’ordre social juste, ont contribué à forger la conception que l’on se faisait des enfants et de leur préparation à leur futur rôle de citoyens. Ce sont donc les contextes culturels et religieux respectifs, lesquels imprègnent les styles de pensée, qui semblent avoir pesé de tout leur poids sur les réceptions différenciées de Pestalozzi.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2019.

Plan

Pestalozzi et la France (1802-1805)
Yverdon (1805-1806)
Pestalozzi et la France (1807-1814)
« L’esprit de la méthode »
La construction culturo-religieuse et l’autojustification
Conclusion

Aperçu du texte

Voici qui doit être pris, au fond, pour un grand paradoxe de l’histoire de l’éducation : Johann Heinrich Pestalozzi (1746-1827) est un pédagogue unanimement acclamé ; il a été fait citoyen d’honneur de la République française en 1792, a dirigé pendant plus de vingt ans, en Suisse romande, l’un des instituts d’éducation les plus célèbres, et son héritage dans le monde francophone, principalement en France, est pourtant marginal. Comment l’expliquer ? La présente contribution tente d’éclairer ce paradoxe et de le présenter, non pas simplement comme un problème, mais bien comme une chance pour la recherche.

C’est en premier lieu à cause de la langue que l’on pourrait expliquer la relative insignifiance de Pestalozzi dans l’espace francophone. Pestalozzi est un Suisse allemand, il a écrit et publié son œuvre en allemand, à l’exception de quelques pièces, et sa connaissance du français était pour le moins ténue. À l’inverse, la culture française, depuis le xviie siècle, s’est fortement ap...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Tröhler, « Pestalozzi et le monde francophone, une relation difficile », Revue germanique internationale [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 17 juin 2019, consulté le 01 mai 2017. URL : http://rgi.revues.org/1577

Haut de page

Auteur

Daniel Tröhler

Professeur et directeur de l’école doctorale en sciences de l’éducation de l’Université du Luxembourg.

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page