Navigation – Plan du site

La réception plurielle de la « méthode Pestalozzi » dans l’enseignement du calcul au début du xixe siècle en Suisse et à Weimar

Lukas Boser
p. 51-63

Résumés

Johann Heinrich Pestalozzi (1746-1827) était – et est toujours – l’un des plus célèbres pédagogues suisses des xviiie et xixe siècles. Il est connu pour les principes « révolutionnaires » de l’éducation qu’il a développés alors qu’il était à la tête de plusieurs institutions pédagogiques dans les différents cantons suisses. Il faut dire que sa « méthode » jouissait d’une aura particulière et consistait en un mode d’enseignement qui était censé révolutionner l’enseignement de la lecture, de l’écriture et de l’arithmétique. Cet article porte une analyse sur les mécanismes de transfert et de réadaptation des livres d’arithmétique de Pestalozzi dans les villes de Berne, Zurich et Weimar. Il s’agit d’exposer comment ils ont été adaptés aux conditions locales et comment la méthode de Pestalozzi est devenue une « formule magique » dans le discours éducatif des premières décennies du xixe siècle.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2019.

Plan

Le patriote, l’agriculteur et l’écrivain politique
Le pédagogue
La « méthode Pestalozzi », une « formule magique » ?
Réception et adaptation de la « méthode Pestalozzi » en Suisse
La réception de la « méthode Pestalozzi » à Weimar
Conclusion

Aperçu du texte

À l’été 1819, deux pédagogues de Weimar se rendent en Suisse pour visiter plusieurs écoles et étudier les différentes méthodes pédagogiques en usage. Les deux hommes, Karl Friedrich Horn (1772-1852) et Karl Hergt (1781-1831), sont des envoyés du duc de Weimar Carl August von Sachsen-Weimar-Eisenach (1757-1828), qui ambitionne des réformes éducatives dans son duché. Il projette en effet d’introduire au sein des écoles élémentaires et de l’école normale de Weimar la méthode d’Andrew Bell (1753-1832) et de Joseph Lancaster (1778-1838) – également connue sous le nom d’« enseignement mutuel » ou de « méthode lancastérienne ». C’est d’ailleurs dans le même but qu’il avait déjà engagé un jeune Anglais, Socrate Samuel Hyrdess, formé à la méthode lancastérienne dans son pays d’origine. Cependant, les efforts du jeune homme pour implanter la méthode à Weimar ne rencontrèrent pas le succès espéré.

La méthode lancastérienne n’est de loin pas la seule en vogue au tournant du xixe siècle : les mét...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lukas Boser, « La réception plurielle de la « méthode Pestalozzi » dans l’enseignement du calcul au début du xixe siècle en Suisse et à Weimar », Revue germanique internationale, 23 | 2016, 51-63.

Référence électronique

Lukas Boser, « La réception plurielle de la « méthode Pestalozzi » dans l’enseignement du calcul au début du xixe siècle en Suisse et à Weimar », Revue germanique internationale [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 17 juin 2019, consulté le 23 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/1579 ; DOI : 10.4000/rgi.1579

Haut de page

Auteur

Lukas Boser

Chercheur en histoire de l’éducation, Pädagogische Hochschule Nordwestschweiz (PH FHNW)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org