Navigation – Plan du site

L’Alsace, médiatrice de la pédagogie allemande en France ?

Jean-Pierre Hirsch et Monique Mombert
p. 79-93

Résumés

Quand on s’interroge sur la réception en France de la pensée pédagogique allemande au xixe siècle, on est orienté par certaines sources vers un « modèle alsacien ». L’Alsace d’avant 1870 fait figure de « province pédagogique », qui aurait inspiré largement les réformes pédagogiques engagées par la Troisième République. Notre article cherche à définir, à partir de repères biographiques et professionnels de quelques acteurs, en quoi consiste la tradition alsacienne avant 1870, et de déterminer quels aspects de la pédagogie allemande sont attestés dans les pratiques de l’enseignement primaire à cette époque. Le second volet est consacré au rôle de certains réseaux dans la diffusion à Paris d’une mémoire pédagogique alsacienne dont les références allemandes ont disparu. L’accent est mis ici sur deux institutions, l’École Monge et l’École alsacienne, ainsi que sur un « savant », Michel Bréal, comme relais dans la construction d’une doctrine éducative de la Troisième République.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2019.

Plan

L’émergence d’une « province pédagogique »
La construction d’une tradition alsacienne à partir de l’Allemagne 
Comenius, l’Alsace et les réformes scolaires de la Troisième République
Les réseaux
Bilan

Aperçu du texte

L’émergence d’une « province pédagogique »

À cette époque, une science nouvelle, celle de l’éducation, ou la pédagogie, brillait en Allemagne du plus vif éclat. Rochow, Basedow, Campe et Salzmann, avant d’établir de brillantes théories, et, plus sages que Rousseau, qui avait provoqué leurs essais, ils en avaient montré l’application dans les écoles qu’ils avaient créées.

C’est en tant que science appliquée que Jacques Matter, dans son Instituteur primaire de 1832, place au plus haut la pédagogie allemande du siècle précédent, en y incluant Pestalozzi. Loin d’être circonscrite à un cercle étroit, elle avait su rayonner :

L’Allemagne, à cette époque, possédait tant de chefs d’école et tant d’écoles célèbres, les nouveaux pédagogues, que j’ai déjà cités, avaient […] opéré des améliorations si heureuses […] que l’enthousiasme pour la pédagogie était universel.

L’auteur alsacien de cet éloge de la pédagogie allemande et suisse n’est pas un inconnu pour le monde de l’éducation de la Troisième...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Hirsch et Monique Mombert, « L’Alsace, médiatrice de la pédagogie allemande en France ? », Revue germanique internationale, 23 | 2016, 79-93.

Référence électronique

Jean-Pierre Hirsch et Monique Mombert, « L’Alsace, médiatrice de la pédagogie allemande en France ? », Revue germanique internationale [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 17 juin 2019, consulté le 17 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/1582 ; DOI : 10.4000/rgi.1582

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Hirsch

Docteur en histoire, retraité de l’enseignement secondaire

Monique Mombert

Professeur des universités honoraire, germaniste, Université de Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org