Navigation – Plan du site

Trois générations de herbartiens en Suisse romande. Modalités et conditions d’un transfert dans le champ pédagogique

Blaise Extermann et Viviane Rouiller
p. 111-124

Résumés

Entre 1875 et 1925, l’influence de l’herbartisme se fait sentir en Suisse romande, dans le champ pédagogique. L’étude des écrits de trois pédagogues représentatifs permet de dégager l’évolution du mouvement, la manière dont circule un savoir nouveau, et les résistances qu’il suscite dans des conditions historiques données. Un des premiers partisans de Herbart en Suisse, Xavier Ducotterd, fait sa carrière en Allemagne, mais cherche à promouvoir, par ses articles dans des revues pédagogiques suisses, une pédagogie fondée sur des principes de psychologie et de philosophie érigés en système, sans succès. François Guex a plus de moyens pour arriver au même but. De nouvelles chaires de pédagogie suscitent beaucoup d’espoirs, en vue de la professionnalisation des enseignants. Avec Ernest Briod, on assiste à la dernière période de l’herbartisme en Suisse romande. Le système herbartien s’expose aux critiques de la psychologie expérimentale qui lui substitue d’autres méthodes scientifiques. Les trois personnalités évoquées attendaient de l’herbartisme la conciliation de différentes tendances idéologiques qui traversaient l’enseignement public. Il s’agissait non seulement d’enjamber les frontières nationales, mais également confessionnelles, politiques et institutionnelles.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2019.

Plan

Xavier Ducotterd (1836-1920) : un médiateur solitaire
François Guex (1861-1918) : le rêve institutionnel
Ernest Briod (1875-1954) : un abandon difficile

Aperçu du texte

L’œuvre du philosophe Johann Friedrich Herbart (1776-1841) s’inscrit résolument dans la durée. Il a lui-même remanié à la fin de sa vie la Pédagogie générale qu’il avait éditée une première fois en 1806. Par la suite, les trois continuateurs que sont Tuiskon Ziller (1817-1882), Karl Volkmar Stoy (1815-1885) et Wilhelm Rein (1847-1929) ont développé et propagé le système de leur maître. Si bien que c’est entre 1875 et 1925 que la pédagogie d’inspiration herbartienne trouve sa plus grande expansion, dans les pays germanophones comme dans de nombreux pays occidentaux.

Deux villes ont été des centres actifs de rayonnement de la pédagogie herbartienne en Suisse : Coire, dans les Grisons, et Lausanne, dans le canton de Vaud, en Suisse romande. Ce courant a également marqué de nombreuses institutions de formation des enseignants de confession soit réformée, dans les cantons de Berne et Zurich, soit catholique, comme à Zoug et à Fribourg. L’étude des publications de trois pédagogues suisses ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Blaise Extermann et Viviane Rouiller, « Trois générations de herbartiens en Suisse romande. Modalités et conditions d’un transfert dans le champ pédagogique », Revue germanique internationale [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 17 juin 2019, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/1587

Haut de page

Auteurs

Blaise Extermann

Chargé d’enseignement en didactique allemande à l’Institut universitaire de formation des enseignants (IUFE), Université de Genève

Viviane Rouiller

Doctorante en histoire de l’éducation à l’Université de Genève, prépare une thèse sur l’histoire de la discipline scolaire de l’allemand en Suisse romande (1830-1950)

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page