Navigation – Plan du site

L’école nouvelle de l’activité. Les réceptions contrastées de Fröbel et de Kerschensteiner en France

Jean-François Goubet
p. 125-141

Résumés

Friedrich Fröbel et Georg Kerschensteiner furent parfois salués comme deux héros de l’école nouvelle. Pourtant, bien qu’ils aient promu l’activité pédagogique, sous la forme du jeu ou du travail, les deux pédagogues allemands se sont vus reléguer derrière Montessori ou Dewey. Fröbel connut une réception en France dès 1855, lorsque Marie Pape-Carpantier fut chargée d’expérimenter la pédagogie des jardins d’enfants dans une salle d’asile parisienne. Malgré une diffusion importante de ses écrits, même théoriques, dans la seconde moitié du xixe siècle, Fröbel vit cependant son rôle cantonné à l’école maternelle, avant que d’autres références ne l’y remplacent. Kerschensteiner, qui aurait pu lui aussi apparaître comme le continuateur de Pestalozzi et l’instigateur de l’école active, connut une réception brève, dès 1914, avant que de voir son étoile pâlir après la Seconde Guerre mondiale. Son Arbeitsschule fut supplantée en France par l’école du travail de Freinet, et la reconnaissance temporaire dont il jouit en tant que réformateur scolaire ou penseur de la culture et des valeurs ne suffit pas à en faire un classique de l’éducation.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2019.

Plan

Fröbel et Kerschensteiner, héros de l’école nouvelle
Fröbel, un soutien de l’institution maternelle française tombé à point nommé
La diffusion écrite des pensées et activités pédagogiques de Fröbel
Fröbel à la maternelle, non à la communale
De l’Arbeitsschule à l’école active
Et de l’école active à celle du travail
Kerschensteiner, penseur de la culture et des valeurs
Kerschensteiner, un classique oublié de la science de l’éducation

Aperçu du texte

Fröbel et Kerschensteiner, héros de l’école nouvelle

Qu’est-ce qui lie Friedrich Fröbel (1782-1852) et Georg Kerschensteiner (1854-1932), en dehors de la dénomination commune, et commode, de pédagogue allemand ? On pourrait certes leur trouver une source d’inspiration partagée, dans la personne de Pestalozzi par exemple. Ce trait, toutefois, n’est pas saillant dans la réception française de leur action et de leur pensée éducative. On le trouve juste sous-entendu en 1949 dans l’Histoire de la pédagogie de René Hubert (1885-1954), alors recteur de l’Académie de Strasbourg, lorsque, en un long souffle, il énonce les trois noms parmi ceux d’une pléthore d’autres pères et mères de l’éducation nouvelle :

[…] les méthodes de Frœbel soumises à révision, rectifiées, complétées, sont demeurées la base de l’enseignement dans les écoles maternelles. En France, leur introduction a été l’œuvre en particulier de Mme Pape-Carpantier, et si, par la suite, Dewey aux États-Unis, la Dresse Montessori en ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Goubet, « L’école nouvelle de l’activité. Les réceptions contrastées de Fröbel et de Kerschensteiner en France », Revue germanique internationale, 23 | 2016, 125-141.

Référence électronique

Jean-François Goubet, « L’école nouvelle de l’activité. Les réceptions contrastées de Fröbel et de Kerschensteiner en France », Revue germanique internationale [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 17 juin 2019, consulté le 17 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/1590 ; DOI : 10.4000/rgi.1590

Haut de page

Auteur

Jean-François Goubet

Professeur des universités à l’ESPE LNF, directeur du laboratoire RECIFES de l’Université d’Artois, spécialiste de philosophie classique allemande et d’histoire des idées pédagogiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org