Navigation – Plan du site

Rudolf Steiner : De la Philosophie de la liberté à une pédagogie de l’autonomie

Loïc Chalmel
p. 159-175

Résumés

L’univers théorique du rédacteur de la Philosophie de la liberté se présente simultanément comme une ontologie et une cosmogonie. L’homme doit retrouver sa place dans le macrocosme et sa mission dans le monde, pour accéder, par l’autoformation de l’esprit, à la complétude. Or les sciences et techniques émergentes, les doctrines économiques liées à l’essor industriel, les sciences naturelles comme la philosophie critique ont démythifié le monde. Le savoir ne s’apparente plus à la compréhension d’une unité, mais à la disjonction des expertises. La Philosophie de la liberté représente à cet égard une entreprise paradoxale, qui entreprend de justifier, par la théorie de la connaissance, l’expérience mystique solitaire. Il s’agit de combattre l’ennemi en retournant contre lui ses propres armes.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2019.

Plan

L’ombre tutélaire de Goethe
De la théosophie à l’anthroposophie
Héritages
Introduction à la Philosophie de la liberté
La volonté humaine est-elle libre ou déterminée ?
L’homme pensant et agissant peut-il être considéré comme libre d’un point de vue spirituel, ou sa pensée et ses actes sont-ils plutôt déterminés par les lois inflexibles de la nature ?
L’homme est-il contraint de la même manière dans les décisions qu’il prend selon sa raison ou ses besoins instinctifs ? Et si l’ignorance des causes d’une action s’oppose à l’idée de libre arbitre, qu’en est-il lorsque l’auteur est pleinement conscient du mobile ?
Comment la pensée se comporte-t-elle vis-à-vis de la perception ?
Quel lien peut-on établir entre perception et concept ?
Selon le principe de l’union de la perception et du concept médiatisée par la représentation, la connaissance de toute chose est-elle du domaine de l’humain ?
Quelle est la nature du viatique qui nous ouvre le chemin de toute compréhension ultérieure ?
Comment les interactions entre concepts et représentations contribuent-elles à marquer l’homme d’une « empreinte morale » ?
En quoi la faculté d’intuition morale lie-t-elle pensée pure et raison pratique ?
Comment une vie collective peut-elle s’organiser si chacun ne cherche qu’à mettre son individualité en valeur ?
Comment cette idée de la liberté, définie sur le champ de l’éthique, se réalise-t-elle concrètement dans l’être humain ?
Le monisme, un chemin de liberté ?
Entre christianisme et anthropologie, quel espace pour la liberté ?
Quelle est l’essence de la liberté au sens moral ?
Quelle valeur accorder à la vie ?
Le désir, critérium naturel de l’homme ?
Socialisation ou structuration d’une libre identité ?
Faut-il quitter le monde pour accéder à la vérité ?
Que faut-il donc retenir ?

Aperçu du texte

La connaissance de l’œuvre littéraire de Rudolf Steiner (1861-1925) se heurte à de nombreux obstacles. Elle est marquée en premier lieu par une hétérogénéité apparente, qui empêche de la saisir dans son intégralité. Les idées réformatrices qu’elle développe touchent des champs très variés, sans liens apparents : éducation, médecine, agriculture, spiritualité, arts, système bancaire, etc. Elle est ensuite rédigée dans une forme rhétorique souvent atypique pour un lecteur non initié, ce qui ne manque pas d’être interprété comme une tentative de contournement des règles de l’analyse scientifique ou philosophique formelle. Pourtant, dans son texte fondateur, la Philosophie de la liberté, Steiner se conforme strictement aux formes canoniques du discours philosophique.

Si les écoles Waldorf continuent à promouvoir un « modèle pour agir l’éducation » fortement corrélé aux principes de la Philosophie de la liberté, du côté des théoriciens par contre, ce texte n’a suscité que peu d’intérêt et...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Chalmel, « Rudolf Steiner : De la Philosophie de la liberté à une pédagogie de l’autonomie », Revue germanique internationale [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 17 juin 2019, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/1593

Haut de page

Auteur

Loïc Chalmel

Professeur d’histoire des idées pédagogiques à l’Université de Haute-Alsace à Mulhouse et directeur du laboratoire LISEC Alsace-Lorraine (EA 2310)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page