Navigation – Plan du site

Les Lumières dans la Phénoménologie de l’esprit

Robert Legros
p. 57-86

Résumés

L’article porte sur la critique des Lumières développée par Hegel dans la Phénoménologie de l’esprit. Il tente de montrer que la philosophie politique de Hegel est écartelée entre deux tendances divergentes. Elle est animée à la fois par une forme de rationalisme qui émane de l’esprit des Lumières, et qui implique une critique de l’organicisme romantique, et par un organicisme romantique, qui implique une critique virulente des Lumières.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2019.

Plan

Introduction
1. Les Lumières au sein des figures historiques de l’esprit
Quelques paradoxes
2. Le combat des Lumières contre la foi
Les Lumières en pleine sottise
Comment la foi fait-elle l’expérience des Lumières ?
Les trois répliques de Hegel aux trois accusations lancées par les Lumières contre la foi
Et maintenant, quoi d’autre ?
Le droit des Lumières
La foi est devenue une Aufklärung insatisfaite
3. La vérité des Lumières : un déisme agnostique et un matérialisme athée
La division des Lumières en deux métaphysiques opposées
Le monde de l’utilité
« Le ciel est amené et transplanté sur la terre »
4. Les Lumières comme émancipation et comme naufrage de l’esprit

Aperçu du texte

Introduction

Hegel considère les Lumières (l’Aufklärung) comme une figure de l’esprit. Ce qui signifie qu’elles représentent pour lui l’une des figures du développement de l’esprit vers son accomplissement comme esprit absolu. Afin d’introduire au chapitre qu’il leur consacre dans la Phénoménologie de l’esprit, commençons par les situer au sein du développement complet des figures de l’esprit.

Entendu en son sens le plus large, l’esprit, dans la Phénoménologie de l’esprit, englobe, en principe, toutes les figures de l’expérience humaine (de la « conscience naturelle »), depuis la forme la plus rudimentaire et la plus naïve du savoir, la certitude sensible, jusqu’à la forme la plus élevée et la plus accomplie de l’esprit, le savoir absolu. Comme on le sait, l’esprit se développe d’abord à travers les figures de la conscience individuelle – conscience, conscience de soi et raison –, qui sont des facultés humaines générales et abstraites ; ensuite à travers les figures de l’esprit au sen...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Legros, « Les Lumières dans la Phénoménologie de l’esprit », Revue germanique internationale [En ligne], 24 | 2016, mis en ligne le 07 novembre 2019, consulté le 24 février 2017. URL : http://rgi.revues.org/1613

Haut de page

Auteur

Robert Legros

Robert Legros est professeur émérite à l’Université libre de Belgique et à l’université de Caen.

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page