Navigation – Plan du site

Faust minimal

Jérôme Lèbre
p. 117-132

Résumés

Hegel a saisi dans la figure « plaisir et nécessité » de la Phénoménologie ce qui ne pourra qu’énerver Goebbels : Faust, revu par Goethe, fait s’effondrer son propre mythe. La fameuse formule « deviens ce que tu es », bien loin d’affirmer que chacun peut trouver en lui une puissance infinie anéantissant tous les obstacles, pose plutôt la limite où l’être singulier s’affirme en s’épuisant : « tu es au bout de compte – ce que tu es ». C’est pourquoi cette figure hégélienne est explicitement « la plus pauvre » : elle sonne le glas de toute héroïsation. Le seul drame qui se joue ici, c’est celui de l’individu moderne, qui ne peut plus incarner de puissance éthique, qui en sait trop en ne sachant rien et se trouve sans cesse renvoyé à l’armature de son « existence profane » : son désir devrait au mieux le réconcilier avec l’éthique de la famille, mais elle lui fait plutôt toucher sa propre mort, tout en le renvoyant à la nudité de sa vie. C’est bien ainsi que Faust, comme le dira Valéry, « porte l’amour jusqu’où il n’a jamais été ».

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2019.

Plan

L’effondrement du mythe
La raison, l’os et la chair
Le Plaisir
La nécessité
Le faux départ de Faust
Le départ de Faust

Aperçu du texte

« L’âme est une pauvresse »
Paul Valéry, Lust

Le même décor, la même chambre gothique, étroite, à haute voûte, est installée et démontée rapidement, dans la Phénoménologie de l’esprit comme dans la préface des Principes de la philosophie du droit. Quelques paroles y résonnent, elles s’adressent à Faust. Mais ce ne sont pas tout à fait les mêmes, et il ne s’agit qu’une fois d’une véritable adresse. Dans la préface des Principes de la philosophie du droit, Hegel vise à travers l’un de ses contemporains, Fries, l’opinion en général, qui dissout l’architecture de l’État et transforme les moments de la vérité politique en déterminations arbitraires, détachées d’elles-mêmes, sentimentales. Il cite alors « à peu près » Goethe, et plus précisément les paroles de Méphistophélès, qui attend le départ de Faust pour le condamner, de sa chambre, dans son dos :

« Méprise donc seulement entendement et science,
Ces dons les plus élevés de l’homme
Tu t’es ainsi livré au Diable
Et il te faut tomber au gouf...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lèbre, « Faust minimal », Revue germanique internationale [En ligne], 24 | 2016, mis en ligne le 07 novembre 2019, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rgi.revues.org/1618

Haut de page

Auteur

Jérôme Lèbre

Jérôme Lèbre enseigne la philosophie en classes préparatoires littéraires au Lycée Hélène Boucher (Paris).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page