Navigation – Plan du site

Y a-t-il un « faux départ » de la Phénoménologie de l’esprit ?

Olivier Tinland
p. 145-158

Résumés

Dans cet article, je me propose d’interroger le statut du commencement en philosophie chez Hegel, plus particulièrement celui du commencement de la Phénoménologie de l’esprit, dont le premier chapitre est consacré à la présentation de la « certitude sensible ». En présentant puis en discutant les critiques adressées par Henri Maldiney à l’analyse hégélienne de la conscience sensible, je tente de préciser les enjeux spécifiques de ce chapitre et j’indique comment la Philosophie de l’esprit de l’Encyclopédie des sciences philosophiques permet de compléter la théorie de la certitude sensible par une théorie anthropologique de la sensation qui se déploie en amont de la conscience. J’insiste pour finir sur l’orientation fondamentalement épistémologique de la Phénoménologie de l’esprit, ainsi que sur la conception non fondationaliste du commencement chez Hegel, en vue de proposer une explication plus complète de ce qui se joue dans la « certitude sensible ».

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2019.

Plan

Commencer en philosophie
Le départ « officiel » de la Phénoménologie : la certitude sensible
Le « faux départ » de la Phénoménologie de l’esprit : le sentir et la première parole
L’ancrage anthropologique de la Phénoménologie de l’esprit : un départ « lancé »

Aperçu du texte

Commencer en philosophie

Nulle philosophie plus que le hégélianisme n’a thématisé obstinément les obstacles et les enjeux liés à l’idée de commencement. Si le problème du commencement en philosophie fait l’objet d’un traitement explicite à l’orée du système de la maturité – la « Grande Logique » étant précédée, dans ses deux éditions (1812, 1832), d’un texte intitulé « Par quoi faut-il que la science commence ? <Womit muss der Anfang der Wissenschaft gemacht werden ?> » – il est possible d’en repérer la résurgence dans l’ensemble de l’œuvre de Hegel et d’y voir l’un des principaux problèmes que doit affronter un idéalisme objectif à vocation systématique. On peut grossièrement distinguer deux types d’interrogation sur ce que signifie commencer en philosophie. D’une part, Hegel développe des réflexions métaphilosophiques sur le statut des textes introductifs au « système de la science » (préfaces, introductions, « concepts préliminaires ») afin d’en cerner le statut intermédiaire, hyb...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Tinland, « Y a-t-il un « faux départ » de la Phénoménologie de l’esprit ? », Revue germanique internationale [En ligne], 24 | 2016, mis en ligne le 07 novembre 2019, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rgi.revues.org/1620

Haut de page

Auteur

Olivier Tinland

Olivier Tinland est maître de conférences en Philosophie à l’université Paul Valéry – Montpellier.

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page