Navigation – Plan du site

« Temporalisation » et modernité politique : penser avec Reinhart Koselleck

Alexandre Escudier
p. 37-67

Résumés

La catégorie de « temporalisation » est omniprésente dans les textes fondateurs de la Begriffsgeschichte koselleckienne. Elle renvoie à la question générale de la temporalité humaine et au problème épistémologique des temporalités historiques en particulier. Elle constitue en outre, pour Koselleck, un cadre interprétatif fondamental de notre modernité politique. Ce texte revient sur ces différents problèmes en reconstruisant la « théorie générale de l’expérience historique » qui se trouve à l’arrière-plan. Un inventaire des usages analytiques de la catégorie de « temporalisation » est ensuite proposé. Par là même, le schème de la « temporalisation » apparait comme un processus global traversant notre modernité politique, en interaction avec d’autres processus englobants, qu’il s’agit aujourd’hui de tenter de typologiser dans la continuité certes, mais au-delà du cadre koselleckien initial. Soucieux de faire apparaître, en les distinguant et articulant ensemble, les différents niveaux d’analyse mis en œuvre par l’entreprise même de l’histoire des langages politiques modernes, cet article tente de réengager le dialogue entre l’histoire (structurelle, culturelle et événementielle) et les sciences politiques en reconnaissant un statut causal propre aux idées politiques et religieuses modernes, à la philosophie politique et juridique moderne, à l’inertie des sémantiques historiques sur la longue durée : toutes choses qui ne peuvent être causalement, et partant disciplinairement, disqualifiées que parce que l’on part d’une vision étriquée et pauvre de ce qu’est l’expérience de l’histoire.

Haut de page

Notes de la rédaction

Le présent texte est une réédition de Alexandre Escudier, « 'Temporalisation' et modernité politique : penser avec Koselleck », Annales HSS, 64-6, 2009, p. 1269-1301, © Éd. de l’Ehess, Paris. Nous remercions cordialement les éditions des Annales et l’auteur.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2020.

Plan

1. Temporalité « existentielle » et temps « historique » chez Koselleck
L’opposition « Pouvoir de mettre à mort » / « Être pour la mort »
L’opposition « avant » (vorher) / « après » (nachher)
2. « Temporalisation » et sémantique historique : essai d’inventaire
La « temporalisation » comme théorie de la modernisation
Du perspectivisme spatial à la fin de l’historia magistra vitae
La « sécularisation » comme variante de la « temporalisation »
Au-delà de la « temporalisation » : vers une topique processuelle générale des concepts politiques modernes
« Vernacularisation »
« Temporalisation » et « détemporalisation »
« Scientificisation(s) »
Les âges de la communication politique (de l’oralité à la médialité)
« Nationalisation » (depuis 1800)
« Démocratisation », « politisation » et « idéologisation »
« Occidentalisation », « globalisation » et « déterritorialisation »

Aperçu du texte

Parmi les innombrables tentatives de refondation épistémologique de l’histoire depuis le xviiie siècle, plusieurs questions demeurent omniprésentes, bien qu’elles n’aient été que rarement envisagées de front : qu’est-ce que l’expérience de l’histoire, comment fonder une théorie générale de l’expérience historique et quels enjeux méthodologiques concrets pourraient en découler pour la pratique historiographique ? Certes, de Vico et Chladenius jusqu’à nous, en passant par Hegel, Droysen, Dilthey, Rickert ou Weber, les auteurs mobilisables pour répondre à ces interrogations sont légion. Mais les thèses de Reinhart Koselleck, plus récentes, se distinguent tout particulièrement, autant par leur degré de formalisation philosophique que par leur portée empirique heuristique. Ce caractère bifrons faisant tout le prix de ses analyses, il me paraît nécessaire d’en proposer ici un réexamen approfondi.

Les réponses de Koselleck ne sont certes pas les seules possibles, et tel ou tel point (au niv...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Escudier, « « Temporalisation » et modernité politique : penser avec Reinhart Koselleck », Revue germanique internationale, 25 | 2017, 37-67.

Référence électronique

Alexandre Escudier, « « Temporalisation » et modernité politique : penser avec Reinhart Koselleck », Revue germanique internationale [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://rgi.revues.org/1653 ; DOI : 10.4000/rgi.1653

Haut de page

Auteur

Alexandre Escudier

Alexandre Escudier est chercheur au Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), FNSP, Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org