Navigation – Plan du site

Othello et la pratique traductrice des années 1760 : Wieland et Voltaire

Roger Paulin
Traduction de Anne Sommerlat
p. 13-21

Résumés

Voltaire et Wieland illustrent, chacun à sa façon, les problèmes engendrés par l’introduction de Shakespeare au sein d’un autre système culturel, et ce d’autant plus que certains passages de ses pièces passent souvent pour intraduisibles. Voltaire, le premier véritable connaisseur de Shakespeare dans l’Europe continentale, est convaincu du « génie sauvage » de l’auteur dramatique anglais. Mais pour Voltaire, contrairement à La Place et à Le Tourneur, la présence de Shakespeare sur la scène française, perçue comme culturellement supérieure à toutes les autres, ne peut en aucun cas être envisagée. Ses attaques plus tardives contre Shakespeare sont révélatrices des ambivalences de son attitude face à l’auteur dramatique anglais. Wieland, en revanche, n’éprouve pas de telles réserves : sa traduction partielle a pour objectif de familiariser ses contemporains avec le Théâtre de Shakespeare et d’enrichir le patrimoine culturel allemand. Là où Voltaire se contente de traduire (avec justesse) les obscénités d’Othello à des fins polémiques, Wieland fait preuve d’une grande fidélité au texte original qu’il transpose en entier.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Brian Vickers (éd.), Shakespeare: The Critical Heritage, 1623-1800, 6 vol. , London, Routledge and (...)
  • 2 Ibid., p. 411.

1Après avoir présenté, en guise d’introduction, quelques-uns des débats de la réception de Shakespeare au xviiie siècle, notre propos sera de rendre compte de ces discussions à partir d’une étude de cas – l’opposition de Voltaire et de Christoph Martin Wieland et la mise en regard de leurs traductions. Au xviiie siècle, le désir de jouer Shakespeare sur les scènes nationales et de représenter son œuvre est intimement lié à l’idée, surtout formulée dans des textes théoriques, du génie de Shakespeare et de la singularité de son talent, idée autour de laquelle se cristallisent nombre de tensions. C’est ce qui apparaît d’emblée dans les expressions imagées qui accompagnent la réception de Shakespeare et son appropriation : d’une part les images de profusion, d’unité d’ensemble, d’authenticité ; d’autre part le lexique invitant à tempérer, à retrancher, à circonscrire. La préface d’Alexander Pope, dans son édition des œuvres de Shakespeare (1725), éclaire sur le caractère constitutif de cette tension : si Shakespeare et les écrivains de l’époque puisèrent leur art directement aux sources de la nature1, ces textes, par leur foisonnement, résisteraient pourtant à la volonté tierce et arbitraire de l’adaptateur ou du metteur en scène qui les adaptent au goût d’un autre public et dans un contexte différent2. Pope, qui cherche à tirer de ce texte confus, transmis par le passé, un corpus aussi intelligible et sensé que possible, est donc tout à fait conscient du fait que le texte n’est pas statique, mais ancré dans une époque, et susceptible d’évoluer, et que par -conséquent il n’est pas interdit d’y toucher.

  • 3 [Simon Grynaeus], Romeo und Juliet. Von Shakespear. Nach derjenigen Ausgabe, in welcher der berühmt (...)
  • 4 Pierre-Antoine de La Place, Le théâtre anglois, 8 t., à Londres, [s.n.], 1746-1749, t. 1, p. xxiii.
  • 5 L’original anglais n’est pas sans évoquer Alexander Pope : « It dies if you attempt to force its Na (...)
  • 6 Christoph Martin Wieland, Gesammelte Schriften, éd. par la Deutsche Kommission der Preußischen Akad (...)

2Cette conception est liée à l’idée courante avant 1770 que l’on n’est pas encore en mesure de supporter le texte shakespearien dans toute son énergie et sa puissance, et que du coup, pour le présenter aux contemporains, on n’a d’autre choix que d’en retrancher certains passages, de le remanier (cf. la transposition de Roméo et Juliette par Simon Grynäus qui se fonde non pas sur Shakespeare mais sur l’adaptation de David Garrick)3 ou de l’adapter à des modèles culturels qui ne lui sont pas familiers (c’est par exemple l’argument de Pierre-Antoine de La Place)4. D’une part, Voltaire fait dès 1734 le commentaire suivant : « il [= le génie poétique des Anglais] meurt, si vous voulez forcer sa nature et le tailler en arbre des jardins de Marly5 », et Wieland écrit presque vingt-cinq ans plus tard, qu’« aucun véritable connaisseur ne pourrait souhaiter qu’il soit différent de ce qu’il est »6, plaidoyer pour appréhender Shakespeare dans sa totalité. D’autre part des voix significatives de l’époque, parmi lesquelles Voltaire et Wieland, s’élèvent pour poser la question de l’acclimatation de Shakespeare à leur propre culture, leurs traditions théâtrales, la scène de leur temps, et s’interrogent sur ce qu’il faudra concéder ou modifier. Voltaire, nous le verrons, écarte purement et simplement l’idée que Shakespeare pourrait convenir au théâtre français, ce qui ne signifie pas qu’il dénie son génie, mais plutôt sa capacité à être transposé dans une autre culture, nuance que ses contemporains, notamment Lessing, se plurent à ignorer. La Place et le Théâtre anglois, Wieland dans les Œuvres théâtrales de Shakespeare (Shakespear : Theatralische Werke), mais aussi Gotthold Ephraim Lessing dans la Dramaturgie de Hambourg (Hamburgische Dramaturgie, 1767-1769) – titres éloquents, me semble-t-il – s’interrogent tous, quoique partant de prémisses différentes, sur la question de savoir comment transposer un texte étranger, avec toutes ses connotations, dans un environnement national donné, et au prix de quels compromis. Voici l’arrière-plan général dans lequel s’inscrit notre étude.

  • 7 Cf. Voltaire (in Th. Besterman, Voltaire on Shakespeare, note 5, p. 94) et Wieland (supra, vol. 3/2 (...)
  • 8 Th. Besterman (note 5), p. 214.
  • 9 William Shakespeare’s Schauspiele. Neue Ausgabe. Von Joh. Joach. Eschenburg, Professor am Collegio (...)
  • 10 Christlob Mylius, « Des Herrn Voltaire Gedanken über die Trauer- und Lustspiele der Engländer, aus (...)

3Considérons à présent Voltaire et Wieland. Afin que notre titre n’induise pas le lecteur en erreur, précisons d’emblée qu’il n’y eut jamais de rencontre entre ces deux traducteurs de Shakespeare, pas plus qu’ils ne commentèrent leurs traductions réciproques. Pour autant, ils se rejoignent sur la nécessité d’une traduction fidèle à l’original et aussi exhaustive que possible, mais pour des raisons différentes7. Voltaire, sans surprise, ne prend pas même connaissance de l’accueil réservé à Shakespeare en Allemagne. Il n’en a nul besoin, les péchés contre l’esprit classique français de ses propres compatriotes, Pierre-Antoine de La Place ou Pierre Le Tourneur, lui suffisent. Lorsqu’il commente la traduction de ce dernier dans une lettre du 11 septembre 1776, c’est pour noter qu’elle déshonore la France dans toute l’Europe8. Il n’épargne pas non plus La Place à travers des déclarations assassines. Pourtant Voltaire occupe une position de premier plan dans les débats sur Shakespeare. Il suffit de penser au peu de ménagement que met Lessing, dans le quinzième feuilleton de la Dramaturgie de Hambourg, à critiquer ses « emprunts » à Shakespeare. Johann Joachim Eschenburg, auteur d’une « Défense de Shakespeare contre les diffamations récentes de Voltaire » (« Shakespeare wider neue voltärische Schmähungen vertheidigt », 1777) cite ce passage dans le douzième volume de sa propre traduction de Shakespeare, dans l’appareil critique qui accompagne Othello9. Nulle allusion donc au fait que Voltaire fut le premier traducteur d’envergure de Shakespeare en Europe (ni au fait que Christlob Mylius, cousin et ami de Lessing, considérait que Voltaire portait un jugement « impartial et flatteur »10 sur le théâtre anglais).

  • 11 Th. Besterman, Voltaire on Shakespeare (note 5), p. 73.
  • 12 « Misrepresentations of Mons. de Voltaire ». Il s’agit du sous-titre de l’ouvrage d’E. Montagu, An (...)
  • 13 Th. Besterman, Voltaire on Shakespeare (note 5), pp. 85-89.
  • 14 Ibid., pp. 93-157.
  • 15 Ibid., pp. 160-168.
  • 16 Ibid., pp. 186-209.

4En effet, une trentaine d’années avant Wieland, Voltaire, parangon de l’homme de lettres, auteur des Lettres philosophiques – rédigées vers 1728-30 en français, publiées en anglais à Londres en 1733, puis en français simultanément à Londres et à Rouen en 1734 – et du Discours sur la tragédie (1730), s’était le premier intéressé à Shakespeare en Europe continentale, mettant son sceau sur sa réception future. Dans son Appel à toutes les nations de l’Europe des jugements d’un écrivain anglais datant de 1761, c’est-à-dire à l’époque où Wieland s’attela à son entreprise de traduction, il pouvait encore déclarer très justement : « Il y a, n’en doutons point, de ces beautés dans Shakespeare. M. de Voltaire est le premier qui les ait fait connaître en France »11. Cependant, malgré son anglophilie et sa parfaite connaissance de l’anglais, Voltaire resta figé sur des positions anciennes, fondées sur une approche de la littérature en termes de beautés et de défauts, comme celle de Thomas Rymer ou d’Alexander Pope. Cela lui valut d’être disqualifié aux yeux de la critique anglaise du milieu du siècle, depuis Johnson et Garrick jusqu’à Elizabeth Montagu et ses « Quelques remarques sur les présentations tendancieuses de Mons. de Voltaire » (« Some Remarks upon the Misrepresentations of Mons. de Voltaire », 1769)12, et de subir en Allemagne les attaques de Lessing. Dans ce règlement de compte, on n’accorda que peu d’attention à ses traductions, en particulier en Allemagne, où les tentatives pour transposer Shakespeare n’en étaient qu’à leurs balbutiements. Citons principalement ses versions du monologue d’Hamlet figurant dans les Lettres philosophiques et en 1761 dans l’Appel à toutes les nations de l’Europe (en alexandrins et en vers blancs), ainsi que les quelques extraits tirés d’Othello et d’Hamlet en vers blancs qui s’y trouvent, figurant aussi dans son compte rendu des Eléments de critique de Kames (Elements of Criticism, 1762)13, sa traduction de Jules César en prose et en vers blancs dans l’appareil critique joint au Théâtre de Pierre Corneille (1764), où se trouve aussi un extrait d’Othello en prose14, d’autres extraits encore (Antoine et Cléopâtre, Henri V, Hamlet) dans l’« Art dramatique » (1770)15 et dans la Lettre à l’Académie française de 1776 (Othello, Macbeth, Henri V, Hamlet, le roi Lear, Roméo et Juliette, Troïlus et Cresside)16.

  • 17 Brian Vickers (éd.), Shakespeare, The Critical Heritage (note 1), vol. 2, p. 29.
  • 18 [Justus van Effen], « Dissertation sur la Poësie Angloise », in Journal Litéraire [sic] (La Haye 17 (...)
  • 19 Le Pour et Contre, ouvrage périodique d’un goût nouveau, Paris, Didot, 1733-40, vol. 14 (1738), pp. (...)
  • 20 Ruth Morse, « The Age of Exploration : Pierre-Antoine de La Place (1707-93) as Shakespeare-archaeol (...)

5Toutefois, si Voltaire ne traduisit que les trois premiers actes du Jules César, Wieland transposa le drame en entier. Pour Othello, Voltaire se contenta de quelques brefs extraits, peu nombreux, tandis que Wieland en traduisit l’ensemble. La version relativement tardive du Jules César de Voltaire est le point d’orgue en même temps que le point final d’un débat européen ancien, désormais dépassé, sur la pièce et son sujet : le duc de Buckingham, Antonio Conti et Voltaire composent des drames sur ce thème entre 1722 et 1735 ; Johann Elias Schlegel rédige le premier commentaire significatif de Shakespeare, lorsqu’il fait la critique de la traduction par Caspar Wilhelm von Borck du Jules César (1741) ; Domenico Valentini livre la première version italienne de Shakespeare avec le Jules César de 1756 (Il Giulio Cesare). Jules César s’intègre parfaitement dans le courant du néoclassicisme européen : cette pièce cristallise toutes les questions que l’on est en droit de se poser sur le choix d’un sujet, sur le goût et le style. Il est d’autant plus remarquable que ce ne soit pas par ce drame que La Place ou Wieland commencent leur entreprise de traduction. Car les quatre ou cinq grandes tragédies de Shakespeare connaissent un accueil inégal, ce qu’illustre le cas d’Othello. Dès 1693 Thomas Rymer faisait remarquer les « invraisemblances » et « fautes de goût » de cette pièce17. En France, Justus van Effen lui fait écho dans sa Dissertation sur la Poësie Angloise (1717)18, tout comme l’abbé Prévost avec Le Pour et Contre en 173819. Dans un autre contexte, Ruth Morse souligne qu’en faisant commencer son Théâtre anglois par Othello, La Place voulait répondre aux attentes du public des lecteurs et spectateurs, et qu’il livrait un échantillon de la grandeur et de la terreur caractéristiques du théâtre de Shakespeare20. S’il ne pouvait pas y parvenir par la restitution parfaitement fidèle de la langue, il restait la possibilité de le suggérer en rendant compte des situations et des conflits dans l’action dramatique.

  • 21 Th. Besterman, Voltaire on Shakespeare (note 5), p. 41.
  • 22 Ibid., p. 94.
  • 23 D’Alembert refuse le principe d’exhaustivité et la fidélité à la lettre. « Observations sur l’art d (...)
  • 24 Le Tourneur accepte de supprimer des « superfluités » et autorise les améliorations. Les Nuits d’Yo (...)

6C’est là précisément que réside la différence profonde avec Voltaire. Mais notons d’abord la contradiction essentielle dont fait preuve Voltaire vis-à-vis de Shakespeare. D’une part, voyant en lui un représentant exceptionnel des « modernes », Voltaire témoigne au génie de Shakespeare la plus haute admiration et toute sa reconnaissance. Mais même s’il se montre attaché aux idées de « changement perpétuel » et de « révolutions », et qu’il respecte les particularités nationales21, il n’est pas prêt, d’autre part, à admettre une remise en question de la tradition dont il se réclame, et considère l’époque classique française, avec Corneille et surtout Racine, comme le sommet absolu de l’art dramatique. Shakespeare, s’il est un écrivain doué de la plus grande faculté d’imagination et sachant créer la beauté, n’est aux yeux de Voltaire qu’un génie fruste, produit d’un siècle barbare. Malgré tout, il pensait qu’il valait la peine d’en traduire les morceaux de choix, tels ceux par exemple qu’Alexander Pope avait marqués d’un astérisque dans son édition. C’est ce qui explique l’existence de diverses versions du monologue d’Hamlet, comme également son adaptation du Jules César, et le fait qu’elles sont infiniment mieux réussies et plus précises que celles de La Place. C’est pourquoi il lui semble nécessaire de montrer au public les passages licencieux ou grossiers de Shakespeare dissimulés chez La Place par fausse « délicatesse »22, et de souligner les particularités de la langue dramatique anglaise. Le traducteur consciencieux n’aurait pas le droit de les retoucher : les principes de Voltaire en matière de traduction sont beaucoup plus stricts que ceux de ses compatriotes d’Alembert23 ou Le Tourneur24. Cependant, et malgré le talent de Voltaire, la transposition en alexandrins ne correspond pas à l’original, elle n’atteint pas en outre, par son essence et son sujet, le niveau d’un Racine, sommet inégalable de la versification dramatique. Voltaire aurait pu choisir les vers blancs, mais il les tient en piètre estime, déclarant à propos de leur utilisation en français :

  • 25 Cf. l’« Avant-propos » à sa traduction du Jules César. Th. Besterman, Voltaire on Shakespeare (note (...)

« Je n’ai qu’un mot à ajouter ; c’est que les vers blancs ne coûtent que la peine de les dicter. Cela n’est plus difficile à faire qu’une lettre. Si on s’avise de faire des tragédies en vers blancs, & de les jouer sur notre théâtre, la tragédie est perdue. Dès que vous ôtez la difficulté, vous ôtez le mérite »25.

7Voltaire s’exprime ici en tant qu’auteur tragique, rompu à la composition de vers blancs, ou plutôt de vers à six accents rythmiques, non rimés, mais qui les considère comme une forme indigne de l’art tragique. Il ne conçoit pas de restituer la versification de l’original, ce qui constitue la principale différence entre les traductions françaises et allemandes du xviiie siècle.

  • 26 Ibid., pp. 77-80, 94, 189.

8Tout cela fait partie de la campagne acharnée, et aux accents de plus en plus vifs, engagée contre La Place et l’apparition de Shakespeare sur la scène française. Venons-en à Othello. Fidèle à sa propre logique, Voltaire expose la manière dont La Place dépouille le texte shakespearien de sa portée réelle, jusqu’à le travestir26. Chez La Place, « an old black ram / Is tupping your white ewe » est traduit par « le loup est dans la bergerie » ; « your daughter covered with a Barbary horse » par « Et que nous importe, que sa fille soit la proie d’un Négre, & d’un Barbare ? ». Il ne saurait être question de « chien » dans une tragédie en alexandrins, encore moins de « chien de circoncis » (« circumcisèd dog » ; V, 2), etc. Mais dans le même temps, Voltaire cherche à démontrer que ce texte, en tant que tel, ne ressort pas, ou mal, du genre dramatique. A dessein, Voltaire travestit l’exposition de la première scène d’Othello où l’on découvre non seulement les propos cyniques d’Iago et ses allusions sexuelles crues, mais encore la machination dans laquelle il entraîne Roderigo, Cassio, puis Othello lui-même. Par la restitution prosaïque de la scène du suicide d’Othello à la fin, il ridiculise non seulement La Place, mais aussi Shakespeare.

9Il convient de ne pas perdre de vue que ces débats se déroulent en même temps que le travail éditorial de Samuel Johnson et l’entreprise de traduction de Wieland, et que dès lors, en se faisant le détracteur de Shakespeare, Voltaire n’a aucune chance de convaincre le public. Il poursuit ses attaques jusque dans la Lettre à l’Académie française, son adversaire n’étant plus ici La Place mais Le Tourneur. Ce qui le préoccupe toutefois, ce ne sont ni les règles, ni les bienséances, mais une supériorité culturelle unique dont il prend la défense contre l’assimilation progressive de Shakespeare en France.

  • 27 Christoph Martin Wieland, Briefwechsel. Ed. par la Deutsche Akademie der Wissenschaften zu Berlin, (...)
  • 28 Ibid., vol. 3, p. 49.
  • 29 Ibid., p. 79.

10L’attitude de Voltaire ne ressemble en rien à celle de Christoph Martin Wieland. La réaction de ce dernier illustre une réception de Shakespeare en Allemagne radicalement différente de celle qui eut lieu en France. C’est vers 1760 que Wieland s’attelle à la traduction de Shakespeare, avec une certaine insouciance que l’on qualifierait presque d’inconscience. Il est vrai qu’il connaît les travaux préparatoires des Français comme Pierre Brumoy ou La Place : en 1759, un ami lui recommande de prendre pour modèle la technique du père Brumoy27, c’est-à-dire de se concentrer sur les « beautés » du texte pour les paraphraser. Il ne saurait être question chez lui de véritable réflexion au départ. Depuis Biberach, il écrit à Just Friedrich Wilhelm Zachariæ : « je me distrais à mes heures libres en me consacrant à une tâche où votre aide et celle de M. Ebert me seraient bien précieuses, je traduis Shakespeare28. » Trois mois plus tard, contrit, il se voit obligé d’admettre les « infinies difficultés de cet auteur »29 dans une lettre à son éditeur Salomon Geßner à Zürich, signe qu’il aurait besoin de l’aide de Zachariæ et d’Ebert, respectivement traducteurs de Milton et de Young. Nous savons aujourd’hui qu’il était alors fort peu armé sur le plan philologique, et qu’il utilisait une édition de référence de médiocre qualité, celle de William Warburton. Elève de Johann Jacob Bodmer, il n’ignore pas naturellement la place dont jouit Shakespeare dans le canon des modernes, ses propres commentaires antérieurs à 1760 sont alors encore inédits.

  • 30 Ibid.
  • 31 Christoph Martin Wieland, Gesammelte Schriften (note 6), 2e section, vol. 3, p. 568.
  • 32 Ibid., 1re section, vol. 4, pp. 176-420.
  • 33 Ibid., p. 391.

11Lorsque Wieland entreprend de traduire Shakespeare pour le public allemand, d’abord par « délassement » et « distraction »30, il part d’une série de présupposés complètement différents de ceux que l’on trouve principalement en France. En effet, la « querelle » n’avait pas en Allemagne le même sens qu’en France et en Angleterre. Au lieu de célébrer, comme dans ces deux pays, une œuvre moderne, digne de l’Antiquité, les représentants allemands des modernes, Johann Christoph Gottsched comme Johann Jacob Bodmer, s’accordaient sur le fait que la littérature autochtone avait un retard considérable à rattraper. Les commentateurs et traducteurs de Shakespeare ne pouvaient prendre pour modèle une époque glorieuse qu’ils auraient déjà atteinte, ce qu’imaginait Voltaire, ni non plus un groupe d’écrivains équivalents à Milton, Dryden ou Addison. Si la découverte de Shakespeare incita les Allemands à se plonger dans leur propre passé littéraire, elle fit émerger en même temps une vision de ce que pouvait être un renouveau de la littérature. Cela explique que Wieland défende ses traductions au prétexte qu’il se serait acquis « quelques mérites vis-à-vis de [s]a nation »31. Pour autant, jusque vers 1770, l’accueil fait à Shakespeare en Allemagne reflète un consensus à l’échelle européenne, dont les architectes sont Dryden, Addison, Pope et Voltaire, auquel Wieland et après lui Eschenburg restent fidèles. L’Histoire de la rhétorique et de l’art poétique (Geschichte der Red-Kunst und Dicht-Kunst, 1757), qui ne fut pas publiée de son vivant, reprend tous les clichés qui ont accompagné la découverte de Shakespeare32. Comme avant lui La Place, Wieland traduit la préface d’Alexander Pope et la biographie de Nicholas Rowe. En dépit des défauts apparents de l’auteur dramatique anglais, il souligne qu’ « aucun vrai connaisseur ne pourrait souhaiter qu’il soit différent de ce qu’il est »33. Quelles que soient les allusions qu’il fait aux « dissonances » du théâtre de Shakespeare, son propos est bien de rapprocher ses lecteurs de l’auteur dramatique étranger en faisant appel à leur sens moral et à leur sentiment (« Herz ») :

  • 34 Ibid., 2e section, vol. 3, p. 558.

« Bien que cet écrivain dont les beautés sont inégalées et qui, même dans ses erreurs (qui sont en partie bien les siennes) reste admirable, pâtisse nécessairement de toute traduction, et aura sans doute considérablement pâti de la nôtre, il est impossible que des lecteurs doués d’esprit, de cœur et de goût, ou ayant l’une de ces facultés humaines en quantité suffisante pour distinguer le vrai ou être capables de le ressentir, ne soient pas touchés par la grandeur, la hauteur et la force inouïes de son génie, par la beauté, le feu et l’inépuisable richesse de son imagination, par la délicatesse des âmes qu’il sait doter de beauté morale et de bonté, en un mot, par tout ce qui éclate au grand jour dans ses œuvres sous des aspects si changeants et si chatoyants, et qu’ils ne se laissent pas pénétrer d’admiration pour son esprit et de sympathie pour son âme34. »

12De plus, Wieland est le premier à avoir représenté une pièce de Shakespeare sur une scène allemande, avec La Tempête (The Tempest) en 1761 à Biberach. Nous ne savons rien du texte et peu de choses de cette représentation. Le titre d’Œuvres théâtrales de Shakespeare incitait-il à d’éventuelles mises en scène futures ? La question reste ouverte. Ou bien ce titre n’est-il dû qu’au hasard, comme un écho du Théâtre des Grecs du père Brumoy, du Théâtre anglois de La Place ou encore de la Bibliothèque théâtrale (Theatralische Bibliothek) de Lessing, des entreprises sans lien avec la scène, et dont les textes n’étaient pas destinés à être joués ?

  • 35 Cf. Antoine Houdar de la Motte, « Suite des Réflexions sur la tragédie où l’on répond à M. de Volta (...)

13Plutôt que de commencer son adaptation de Shakespeare avec Othello, comme La Place et Le Tourneur, Wieland suit l’ordonnance de son modèle Warburton et donne à voir un tout autre Shakespeare, l’auteur du Songe d’une nuit d’été (A Midsummer Night’s Dream) et de La Tempête – que Voltaire ne mentionne pas –transposant même cette première pièce en vers blancs avec un talent surprenant. A la différence de Voltaire, qui sait pertinemment qu’aucun dramaturge français sérieux n’écrira jamais en vers blancs ou même en prose35, et qui ne se prive donc pas de fustiger cette forme, Wieland est l’auteur de la première tragédie allemande en vers blancs, Lady Johanna Gray (1759). Il initie de ce fait le long et difficile processus d’appropriation précédent l’adoption généralisée du « mètre anglais » (« das brittische Versmaaß ») en Allemagne, qui devint l’instrument des traducteurs de Shakespeare. Le fait qu’il choisisse de transposer tous les autres drames de Shakespeare en prose est une concession à ce qui se pratique jusqu’alors (moins chez Brumoy et La Place que chez Bodmer et Ebert), mais c’est également parce qu’il pense que la langue littéraire allemande, en l’état, n’est pas à même de produire une version poétique du texte. Contrairement à La Place, Wieland ne transpose pas les « beautés » en vers (La Place utilise l’alexandrin). Son objectif est d’être aussi exhaustif que possible et par rapport à La Place, il laisse assez peu de texte de côté. Quand il le fait, il s’agit de passages qui résistent à la traduction ou qui heurtent particulièrement le goût de l’époque.

  • 36 Voltaire était naturellement en mesure de restituer des passages poétiques, mais ils ne corresponda (...)
  • 37 Par exemple, pour « Even now, now, very now, an old black ram / Is tupping your white ewe » (« Main (...)
  • 38 La Place écrit simplement : « Nous passions ensuite à l’histoire de mes voyages ; & sa curiosité pi (...)
  • 39 Othello, der Mohr von Venedig (I, 9), traduit par Christoph Martin Wieland.

14Lorsqu’il aborde Othello en 1766, Wieland a déjà travaillé sur Le roi Lear, Mesure pour Mesure et Jules César. Suivent encore Hamlet, Roméo et Juliette et Macbeth, un véritable défi pour le traducteur. Contrairement à ses adaptations précédentes, on est frappé de voir que Wieland ne renonce que rarement face au texte et qu’il commet moins d’erreurs qu’ailleurs (« schmalbier » pour « small bier » / « petite bière », par exemple). Certes, il n’est guère surprenant de constater qu’il évite avec moins d’adresse certains pièges du texte, par exemple l’adjectif « honnête » (« honest ») qui sert à qualifier Iago ; seule la version de Schiller, qui ne joue aucun rôle pour la connaissance de Shakespeare par la suite, est ici fidèle au texte. Il reste que Wieland n’esquive pas les passages crus que Voltaire se plaît à citer36, se montrant même plus précis que son successeur, Johann Joachim Eschenburg37. Enfin, la différence avec La Place apparaît lorsque l’on compare sa version du passage consacré aux « anthropophages » (I, 3) avec celle de Wieland38. Il en ressort que Wieland, malgré quelques maladresses occasionnelles (« et le reste de ce qui était arrivé, et dont je le distrayais dans mes récits »39 – une interpolation absente des versions originales), s’efforce de restituer la totalité du texte.

Haut de page

Notes

1 Brian Vickers (éd.), Shakespeare: The Critical Heritage, 1623-1800, 6 vol. , London, Routledge and Kegan Paul, 1974-1981, vol. 2, p. 403.

2 Ibid., p. 411.

3 [Simon Grynaeus], Romeo und Juliet. Von Shakespear. Nach derjenigen Ausgabe, in welcher der berühmte Schauspieler Garrike einige Veränderungen vorgenommen hat. In du même, Neue Probstücke der Englischen Schaubühne, aus der Ursprache übersetzet von einem Liebhaber des guten Geschmacks. Zweyter Teil, Basel, Joh. Jakob Schorndorff, 1758, pp. 327-455.

4 Pierre-Antoine de La Place, Le théâtre anglois, 8 t., à Londres, [s.n.], 1746-1749, t. 1, p. xxiii.

5 L’original anglais n’est pas sans évoquer Alexander Pope : « It dies if you attempt to force its Nature, and to lop and dress it in the same Manner as the Trees of the Garden of Marli. » Theodore Besterman (éd.), Voltaire on Shakespeare, Genève, Institut et musée Voltaire, 1967, p. 50.

6 Christoph Martin Wieland, Gesammelte Schriften, éd. par la Deutsche Kommission der Preußischen Akademie der Wissenschaften, Berlin, Weidmannsche Buchh., 1909-1913, vol. 4/2, p. 391.

7 Cf. Voltaire (in Th. Besterman, Voltaire on Shakespeare, note 5, p. 94) et Wieland (supra, vol. 3/2, p. 558).

8 Th. Besterman (note 5), p. 214.

9 William Shakespeare’s Schauspiele. Neue Ausgabe. Von Joh. Joach. Eschenburg, Professor am Collegio Carolino in Braunschweig, 13 vol. , Zürich, bey Orell, Geßner, Füeßlin und Compagnie, 1775-1782, vol. 12, p. 568.

10 Christlob Mylius, « Des Herrn Voltaire Gedanken über die Trauer- und Lustspiele der Engländer, aus seinen Briefen über die Engländer übersetzt », in G. E. Lessing / C. Mylius (éd.), Beyträge zur Historie und Aufnahme des Theaters, 1er feuillet, Stuttgart, Metzler, 1750, p. 96.

11 Th. Besterman, Voltaire on Shakespeare (note 5), p. 73.

12 « Misrepresentations of Mons. de Voltaire ». Il s’agit du sous-titre de l’ouvrage d’E. Montagu, An Essay on the Writings and Genius of Shakespear compared with the Greek and French dramatic poets, London, Dodsley, 1769.

13 Th. Besterman, Voltaire on Shakespeare (note 5), pp. 85-89.

14 Ibid., pp. 93-157.

15 Ibid., pp. 160-168.

16 Ibid., pp. 186-209.

17 Brian Vickers (éd.), Shakespeare, The Critical Heritage (note 1), vol. 2, p. 29.

18 [Justus van Effen], « Dissertation sur la Poësie Angloise », in Journal Litéraire [sic] (La Haye 1717), 1re Partie, vol. 9, pp. 157-216, ici pp. 208-211, voir en particulier p. 211.

19 Le Pour et Contre, ouvrage périodique d’un goût nouveau, Paris, Didot, 1733-40, vol. 14 (1738), pp. 66-68.

20 Ruth Morse, « The Age of Exploration : Pierre-Antoine de La Place (1707-93) as Shakespeare-archaeologist », contribution au congrès annuel de la Société allemande pour la recherche sur le xviiie siècle (Deutsche Gesellschaft für die Erforschung des 18. Jahrhunderts) à Wolfenbüttel en 2004, à paraître.

21 Th. Besterman, Voltaire on Shakespeare (note 5), p. 41.

22 Ibid., p. 94.

23 D’Alembert refuse le principe d’exhaustivité et la fidélité à la lettre. « Observations sur l’art de traduire », in [Jean Le Rond D’Alembert], Mélanges de Littérature, d’Histoire, et de Philosophie. Nouvelle Edition, Amsterdam, Chatelain, 1763, t. 3, pp. 3-32, voir en particulier p. 5sq. et p. 21.

24 Le Tourneur accepte de supprimer des « superfluités » et autorise les améliorations. Les Nuits d’Young, traduites de l’Anglois, par M. Le Tourneur, Paris, Lejay, 1769, t. 1 : « Discours préliminaire », p. lxvii-LXIX ; LXXII-lxxiii.

25 Cf. l’« Avant-propos » à sa traduction du Jules César. Th. Besterman, Voltaire on Shakespeare (note 5), p. 95.

26 Ibid., pp. 77-80, 94, 189.

27 Christoph Martin Wieland, Briefwechsel. Ed. par la Deutsche Akademie der Wissenschaften zu Berlin, Berlin, Institut f. deutsche Sprache und Literatur, 1963, vol. 1, p. 395sq.

28 Ibid., vol. 3, p. 49.

29 Ibid., p. 79.

30 Ibid.

31 Christoph Martin Wieland, Gesammelte Schriften (note 6), 2e section, vol. 3, p. 568.

32 Ibid., 1re section, vol. 4, pp. 176-420.

33 Ibid., p. 391.

34 Ibid., 2e section, vol. 3, p. 558.

35 Cf. Antoine Houdar de la Motte, « Suite des Réflexions sur la tragédie où l’on répond à M. de Voltaire » : « Ne croyez pas, par exemple, que je vous permisse la Tragédie en Prose ». In du même, Œuvres, Paris, Prault l’aîné, 1754, vol. 4, p. 439.

36 Voltaire était naturellement en mesure de restituer des passages poétiques, mais ils ne correspondaient pas à l’image qu’il se faisait de Shakespeare.

37 Par exemple, pour « Even now, now, very now, an old black ram / Is tupping your white ewe » (« Maintenant, oui, à l’instant, un vieux bélier noir / Monte votre blanche agnelle », acte I, scène 1, 88-89), Wieland propose « eben izt in diesem Augenblick, Herr, bespringt ein alter Schaaf-Bok euer weisses Schaaf » (« Maintenant, oui, à l’instant, Monsieur, un vieux bélier monte votre blanche agnelle ») et Eschenburg « eben itzt, itzt, macht sich ein alter schwarzer Bock mit Ihrem weissen Schafe lustig » (« A l’instant, oui, à l’instant même, un vieux bélier noir badine avec votre blanche agnelle »).

38 La Place écrit simplement : « Nous passions ensuite à l’histoire de mes voyages ; & sa curiosité piquée par ce qu’ils ont d’intéressant, ne se lassoit point du tout du détail de mes naufrages sur mer, & de mes travaux sur terre […] ». In Pierre-Antoine de La Place, Le théâtre anglois (note 4), t. 1, p. 32.

39 Othello, der Mohr von Venedig (I, 9), traduit par Christoph Martin Wieland.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Paulin, « Othello et la pratique traductrice des années 1760 : Wieland et Voltaire », Revue germanique internationale, 5 | 2007, 13-21.

Référence électronique

Roger Paulin, « Othello et la pratique traductrice des années 1760 : Wieland et Voltaire », Revue germanique internationale [En ligne], 5 | 2007, mis en ligne le 16 mai 2009, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/166 ; DOI : 10.4000/rgi.166

Haut de page

Auteur

Roger Paulin

Schröder Professor Emeritus à l’Université de Cambridge (Trinity College). Travaux et publications sur la littérature et l’esthétique de l’Aufklärung et du Romantisme, en particulier sur Ludwig Tieck, ainsi que sur l’histoire de la réception de Shakespeare en Allemagne. Dernier ouvrage paru : The Critical Reception of Shakespeare in Germany 1682-1914. Native Literature and Foreign Genius, Hildesheim, Olms, 2003.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org