Navigation – Plan du site

« Penser l’histoire » après Löwith : Koselleck et Ricœur

Roberta Picardi
p. 119-143

Résumés

Cet article vise à élucider les intersections et les divergences entre l’ « herméneutique du temps historique » selon Paul Ricœur et la théorie koselleckienne des temporalités historiques, en les considérant à la lumière des critiques radicales que Karl Löwith adresse au « geschichtliches Denken » de la modernité. Nous souhaitons ici voir en quoi, d’une part, Ricœur et Koselleck continuent tous deux à « penser l’histoire et le temps de l’histoire », tout en évitant la prétention totalisante que Löwith dénonce comme le vice principal des philosophies modernes de l’histoire. C’est dans ce but qu’ils s’appuient sur l’analytique heideggérienne de l’expérience temporelle du Dasein, dont ils radicalisent la « vocation pluralisante ». L’accent mis sur cette orientation commune permet de saisir la proximité profonde entre la façon dont Ricœur et Koselleck conçoivent la « temporalisation de l’histoire », au-delà du choix Ricœurien de coupler les catégories koselleckiennes « espace d’expérience »/« horizon d’attente » avec la notion gadamérienne d’ « être affecté par le passé ». Nous examinerons, d’autre part, comment Ricœur prend ses distances avec Koselleck sur la question du « sens » de l’histoire. Que l’herméneutique ricoeurienne repose sur une interprétation de l’être comme « désir d’être » lui confère en effet une visée téléologique-normative ; cette visée la distingue à la fois de l’herméneutique universelle gadamérienne – fondée sur « le dialogue que nous sommes » – et de la « théorie de l’histoire » de Koselleck qui, dans le sillage de Löwith, refuse toute référence à un telos de l’histoire, comme étant incompatible avec la reconnaissance de la pluralité irréductible des histoires.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet essai est le résultat d’une recherche soutenue par la Commission européenne dans le cadre d’une bourse Marie Curie IEF (numéro du projet : PIEF-GA 2012-328259).

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2020.

Plan

Vérité et historicité : Löwith, Koselleck et Ricœur
Les « catégories temporelles de l’histoire »
Au-delà et en-deçà de la « Sprachlichkeit » : sens et non-sens de l’histoire

Aperçu du texte

Reinhart Koselleck constitue un interlocuteur privilégié pour la réflexion sur l’histoire de Paul Ricœur, qui croise et réinvestit les recherches de l’historien et penseur allemand à plusieurs reprises, depuis les années 1970 jusqu’à La mémoire, l’histoire, l’oubli. Ce dialogue de Ricœur avec Koselleck se déploie précisément en deux temps, qu’il convient de distinguer.

Le premier moment prend sa source dans l’inflexion de la pensée ricoeurienne en direction d’une théorie de l’innovation sémantique, dont le récit constitue, avec la métaphore, un des pivots. C’est cette inflexion qui conduit Ricœur à s’intéresser aux travaux de Koselleck, en tant que membre du groupe de recherche interdisciplinaire Poetik und Hermeneutik et, plus précisément, en tant que co-directeur et auteur du volume collectif Geschichte – Ereignis und Erzählung, portant sur des questions – comme le rapport entre narration littéraire et historiographie – destinées à occuper une place centrale dans l’architecture de ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roberta Picardi, « « Penser l’histoire » après Löwith : Koselleck et Ricœur », Revue germanique internationale, 25 | 2017, 119-143.

Référence électronique

Roberta Picardi, « « Penser l’histoire » après Löwith : Koselleck et Ricœur », Revue germanique internationale [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rgi.revues.org/1662 ; DOI : 10.4000/rgi.1662

Haut de page

Auteur

Roberta Picardi

Roberta Picardi est professeur associée en histoire de la Philosophie à l’université de Molise, rattachée au Fonds Ricoeur.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org