Navigation – Plan du site
La notion de « sciences morales ». Éléments pour une histoire comparée

En guise de préliminaires : destination et destin des sciences morales

Bernard Bourgeois
p. 13-16

Résumés

Lorsque, dans le dernier tiers du XIXe siècle, la spécificité des sciences mora­les, leur autonomie même, est proclamée en Allemagne, avec Dilthey, c'est dans la restauration, toujours anti-métaphysique mais à nouveau résolument anti-physi­que, de l'autorité de la psycho-pédagogie, par conséquent tout autant contre Comte que contre Hegel. C'est bien l'héritage anti-hégélien qui, en Allemagne, à travers la séquence Schleiermacher-Dilthey-Gadamer, imprègne l'entreprise visant à maîtriser le corps des sciences de l'esprit. Ne convient-il pas [aujourd'hui] de restituer les sciences de l'esprit à l'esprit assumant dialectiquement sa création de soi ?

Haut de page

Texte intégral

1Lorsqu'il est question de la situation, par exemple aujourd'hui, des « sciences morales », il s'agit de savoir si l'on a en vue la réalité de ces sciences telles qu'elles-mêmes se pratiquent, ou bien l'idéalité de la théorie en laquelle ont été comprises philosophiquement sous cette expression l'histoire, l'économie, les sciences sociales stricto sensu, la psychologie, la pédagogie, bref : les diverses branches de l'anthropologie non physique (ou bio-physique). La théorie qui en a été proposée, bien loin d'avoir précédé leur pratique - du moins la pratique des plus anciennes, telle l'histoire -, a été élaborée au cours de cette pratique. Or, a-t-elle été appelée par celle-ci comme conscience de soi exigée par elle, donc comme conscience elle-même pratique, capable de modifier réellement la pratique des sciences en question ? Rien n'est moins sûr.

2Certes, leur objet, l'homme en tant que non physique ou bio-physique, mais « moral » - au sens large du mot « moral », qui a rapport au moral distingué du physique, au mental ou au spirituel, dont l'élément est la conscience ou la connaissance -, est aussi le sujet de telles sciences, au point que la conscience de ce sujet détermine et transforme du même coup leur objet et le traitement de celui-ci, à la différence de ce qui a lieu dans le cas des sciences physiques, des « sciences » au sens fort du terme, qui sont fixées par leur objet fondamental objectif, indépendamment des vicissitudes de leur sujet et de ses idées. Mais la conscience se voulant scientifiquement agissante des sciences appelées par elle morales a pu ne pas être - et d'abord, en fait, elle ne l'a pas été - celle que la réalité effective, pratiquée, de telles sciences ainsi appelées de l'extérieur, pouvait prendre d'elle-même. Ce ne sont pas des historiens ou des économistes qui ont baptisé leurs sciences déjà solidement installées, et celles qui étaient encore en gestation, par exemple comme sciences morales. Il serait bien aventureux de considérer cette différence originelle comme surmontée par la suite et, particulièrement, de nos jours. C'est pourquoi il faut toujours se demander de quoi l'on parle lorsqu'il est question des sciences morales, à savoir si c'est de leur réalité pratique ou de l'idéalité de leur pratique.

3Une telle différence conceptuelle s'est elle-même traduite dans les choses suivant une tension historique qui a fait s opposer comme deux réalités la pratique effective des sciences morales et l idéalité affirmée de leur pratique, à travers une tentative idéologique, menée par la seconde, de leur maîtrise, voire de leur confiscation institutionnelle, d abord au niveau même de leur apprentissage. Leur aujourd'hui est en partie, en trop grande partie, l'actualisation d'une telle tentative. En France notamment, cette dernière se présente bien comme la concrétisation - qu'on me pardonne de jouer sur les mots ! - de l'autorité théorique originellement reconnue, dans le champ de ce que l'on appela d'abord les sciences morales, de ce que l'on désignait alors comme l'« idéologie », en une domination purement idéologique (au sens désormais courant du terme) de leur pratique. - Mais, avant de revenir à cet aujourd'hui préoccupant, il convient de s'attarder sur le problème subordonné - pour ne pas dire subalterne - lié à la dualité décalée du baptême de ce qui s'est appelé, en France, « sciences morales », et, en Allemagne, Geisteswissenschaften : « sciences de l'esprit ».

4L'appellation « sciences morales » fut consacrée en 1795, associée alors à celle de « sciences politiques », dans la création de la deuxième des trois « classes » de l'« Institut national des sciences et des arts », comme lieu du « perfectionnement » des sciences et des arts en vue de l'« utilité générale et [de] la gloire de la République ». La première des six sections de cette deuxième classe était vouée à l'« analyse des sensations et des idées » elle-même désignée en 1798 dans un Rapport à l'Institut, par Destutt de Tracy, au moyen du terme « idéologie ». La classe des Sciences morales et politiques, dissoute par Napoléon en 1803, fut rétablie en 1832, à la suite de l'intervention de Guizot, sous le nom d'Académie des Sciences morales et politiques. Parmi les philosophes (de la première section) initiaux, de Gérando - qui accompagnait Destutt de Tracy et Cousin - caractérise en 1833, dans son ouvrage Du perfectionnement moral (ou de l'éducation de soi-même), les sciences morales comme celles qui ont pour objet les facultés morales, c'est-à-dire l'« âme », facultés distinctes des physiques, mais ne se ramenant pas pour autant aux pures facultés intellectuelles, à savoir à l'« esprit ». Originellement, les sciences morales à la française se veulent donc des sciences de l'âme, non des sciences de l'esprit.

  • 1 De Gérando, Du perfectionnement moral (ou de l'éducation de soi-même), Paris, 1833, p. 19.

5Certes, selon de Gérando, « dans les scènes de la vie morale, l'âme est à la fois acteur et témoin »1, mais cette réflexivité - au lieu de renvoyer épistémologiquement à la problématicité du statut et, partant, de l'exercice, théorique, de ces sciences (objectivité compromise par l'investissement subjectif de leur objet), comme ce sera le cas plus tard dans leur institution idéale allemande - rend surtout possible leur efficience pratique (le témoin est acteur). C'est bien d'ailleurs pour cette raison que Guizot les vantait dans son argumentation en leur faveur auprès du roi Louis-Philippe : « les sciences morales et politiques influent directement sur le sort de la société ; elles modifient rapidement et les lois et les mœurs ». Elles énoncent des lois qui s'adressent à la fois à l'intelligence - qui vise ce qui est - et à la liberté - qui vise ce qui doit être, et cette unité de l'être reçu et de l'agir normé, de la sensibilité et de la volonté, du bonheur et de la vertu, unité familière au XVIIIe siècle, fait s'unifier l'homme à l'intérieur de lui-même, moralement, et les hommes entre eux, politiquement. Il y a ainsi un optimisme des sciences pratiques morales et politiques, dont la convergence est saisie comme procédant de l'intériorité morale, qui est au principe de l'extériorité politique. C'est dire que l'unification - contre l'abstraction métaphysique alors dénoncée - des sciences morales et politiques repose sur l'intériorité morale consciente réellement d'elle-même dans la psychologie et son actualisation pratique, à savoir la pédagogie. Telle est la signification française originelle des sciences morales.

6C'est pourquoi le sens français inaugural des sciences morales va disparaître dans le positivisme comtien, où la dissolution de la psychologie dans la sociologie, et, quant à leurs objets respectifs, de la spontanéité du Soi dans la structure sociale, exprime, au fond, l'affaiblissement de la coupure entre les sciences morales et les sciences naturelles, la sociologie n'étant bien qu'une « physique sociale ». Aussi, lorsque, dans le dernier tiers du XIXe siècle, la spécificité des sciences morales, leur autonomie même, est proclamée en Allemagne, avec Dilthey, est-ce dans la restauration, toujours anti-métaphysique, mais à nouveau résolument anti-physique, de l'autorité de la psycho-pédagogie, par conséquent tout autant contre Comte que contre Hegel. Cependant - ceux-ci ont agi, même négativement -, cette restauration s'opère de telle sorte que, à la place des sciences morales ou sciences de l'âme françaises, on veut voir se constituer des sciences dites de l'esprit.

7L'esprit, c'est plus objectif que l'âme, c'est plus une subjectivité d'emblée structurée qu'une subjectivité comme telle structurante, un tel esprit objectivé se fermant par ailleurs au Soi immédiatement et totalement réfléchi en lui-même de l'esprit absolu, théologisant, de Hegel. La psycho-pédagogie diltheyéenne qui tend à s'abstraire structurellement du Soi absolu ouvre bien la voie au sociologisme spirituel qui va imprégner la conception allemande ultérieure des sciences de l'esprit. La manifestation première en est chez Dilthey la dissolution de la présence du Soi pensant - tellement assuré de son identité qu'il se risquait dialectiquement, chez Hegel, à son auto-différenciation créatrice - dans sa présence-absence énigmatique à lui-même à travers le langage le vouant à se comprendre herméneutiquement. Les sciences allemandes de l'esprit procèdent bien, chez leurs divers théoriciens initiaux, d'une réflexion actualisant la réflexivité qu'est - plus explicitement que l'âme - l'esprit. Ces théoriciens, plus que les idéologues français pré-kantiens - tels même lorsqu'ils parlent de Kant, rivés qu'il sont à l'introspection - veulent faire s'acclimater dans les auteurs des sciences de l'esprit la pratique réflexive de l'insertion du dire dans le dit : ainsi, par exemple, l'historien doit se savoir lui-même historique. Fichte est passé par là, lui qui se voulut le Kant achevé, conséquemment réflexif ! Mais il est passé par là aussi en tant que, pré-dialectique, il fixa la réflexivité ou le Soi au phénomène de sa différence interne et réduisit l'identité à soi structurante originaire d'un tel Soi à sa structure différenciée - dans la dualité, toujours maintenue par lui en sa multiformité, des deux principes -, c'est-à-dire à ce qui, de la pensée, s'objectivait dans le langage. C'est bien l'héritage anti-hégélien qui, en Allemagne, à travers la séquence Schleiermacher-Dilthey-Gadamer, imprègne l'entreprise visant à maîtriser le corps des sciences de l'esprit.

8Le développement européen de celles-ci est ainsi, au cours du XIXe et du XXe siècles, marqué par la divergence du choix fait, en vue de fonder et organiser ou réorganiser les sciences morales ou sciences de l'esprit, entre le principe français originel de l'âme sans esprit, intériorité sans structure, et le principe allemand originel de l'esprit sans âme, intériorité résolue dans la structure active conçue soit sur le mode expérientiel-existentiel à la Dilthey, soit sur le mode transcendantal à la Cohen. Or, un tel choix, en tant que choix entre deux unilatéralités compromettant l'accomplissement même de l'esprit en sa vérité de réconciliateur, n'interdit-il pas de fonder en les unifiant réellement des sciences qui seraient effectivement alors celles de l'esprit comme esprit ?

9Le fait est pourtant que, s'entendant trop souvent entre eux contre leur adversaire commun - dont j'ai suggéré, pour le moins, l'identité -, les deux « esprits » des sciences de l'esprit ou des sciences morales, ont réussi en plus d'un lieu à s'imposer à la pratique réelle de celles-ci. Cela, en agissant efficacement au niveau de la formation, de l'éducation, de l'esprit, à travers, notamment, l'apprentissage de telles sciences. L'éducation, chère aux idéologues français aussi bien qu'à Dilthey, a vu la tentative s'intensifier en son sein, de la part d'une psychopédagogie se rengorgeant en qualité de science pratique universelle de l'éducation et de la formation, de s'ériger en principe unificateur et fondateur de toutes les sciences de l'homme comme être à former et à éduquer ; la France, entre autres, a vu toute son institution scolaire confisquée par une telle entreprise hégémonique. L'histoire, en particulier, y a été dissoute - moyennant l'absorption de sa genèse structurante par les structures synchrones - dans la mainmise générale de la psycho-pédagogie sur l'apprentissage des sciences de l'esprit ; les sciences historiques ont été investies par l'esprit qui prétendait les revitaliser, d'une manière telle qu'elles en ont perdu leur sens d'histoire. Destin malheureusement universel qui peut et doit amener à se demander s'il ne convient pas de restituer les sciences de l'esprit à l'esprit assumant dialectiquement sa création de soi, au lieu de se perdre dans les jeux de son déchiffrement herméneutique, des jeux dont la traduction pratique réelle est sa mise en péril générale.

Haut de page

Notes

1 De Gérando, Du perfectionnement moral (ou de l'éducation de soi-même), Paris, 1833, p. 19.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Bourgeois, « En guise de préliminaires : destination et destin des sciences morales », Revue germanique internationale [En ligne], 6 | 2007, mis en ligne le 18 octobre 2009, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/188

Haut de page

Auteur

Bernard Bourgeois

Professeur émérite de la Sorbonne (Paris I), membre de l’Institut de France (Académie des sciences morales et politiques) et Président de la Société française de philosophie.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page