Navigation – Plan du site
La notion de « sciences morales ». Éléments pour une histoire comparée

Sciences morales, sciences sociales, sciences politiques et le débat sur la « crise fin de siècle » en Europe

Christophe Charle
p. 17-37

Résumés

Les Français, intellectuels ou non, aiment à se comparer. Que ce soit dans le domaine intellectuel ou politique, deux nations les ont particulièrement inspirés : jusqu’en 1870, surtout l’Angleterre, depuis 1870, surtout l’Allemagne. Jusqu’à la fin du siècle, ces comparaisons avec les deux principales voisines restent fondées sur les anciens outils intellectuels fournis par les sciences morales et politiques. Avec l’apparition de nouvelles disciplines ou sciences en formation, les controverses et la lutte pour la légitimité entre elles traduisent à la fois des divergences de point de vue théorique mais aussi des antagonismes entre systèmes universitaires nationaux. Au total l’analyse de la crise fin de siècle est profondément influencée implicitement par les lieux communs diffusés par les journaux. En sens inverse, les précautions épistémologiques n’empêchent pas ces diverses interprétations d’être prises au piège des cadres a priori proposés dans le débat par les disciplines traditionnelles : l’essentialisme national, l’approche culturaliste statique, l’absence de distinction des échelles d’analyse, les corrélations globales a priori, voire les préjugés politiques implicites. Toutes ces maladies infantiles des sciences sociales n’ont rien d’étonnant étant donné la date récente d’apparition de ces sciences à l’époque considérée et la confusion entre vraies et fausses sciences.

Haut de page

Texte intégral

1Les Français, intellectuels ou non, aiment à se comparer. Que ce soit dans le domaine intellectuel ou politique deux nations les ont particulièrement inspirés : jusqu’en 1870, surtout l’Angleterre, depuis 1870, surtout l’Allemagne. Cette comparaison a une vieille tradition dérivée des Lumières, moment de naissance des sciences morales : L’Esprit des lois de Montesquieu, l’Essai sur les mœurs de Voltaire sont fondés sur la méthode comparative. Au cours du premier XIXe siècle, la controverse autour de l’interprétation de la Révolution française introduit une comparaison systématique non plus entre passé antique et époque moderne ou entre Occident et Orient mais, de plus en plus, entre nations européennes et, de manière privilégiée, entre la France et l’Angleterre, deux nations dont les révolutions ont abouti, dans l’esprit des penseurs français conservateurs, au début d’une crise de longue durée. Ces termes du débat où sont mobilisées l’analyse politique, l’histoire (chez Guizot, Michelet et Tocqueville), la psychologie des peuples et l’histoire des cultures nationales (chez Taine et Renan) sont relancés par les deux nouvelles ruptures de 1848-1851 puis de 1870-1871. Pour les intellectuels conservateurs, la France est décidément l’homme malade de l’Europe incapable de trouver la stabilité sociale et politique. Plus grave, pour les penseurs de droite comme de gauche imbus du même complexe de supériorité national, elle perd sans cesse du terrain par rapport à sa brève hégémonie européenne du début du XIXe siècle. Distancée au plan économique et impérial par l’Angleterre, elle l’est aussi par l’Allemagne au terme de cette seconde crise en termes non seulement militaires mais aussi de rayonnement scientifique voire culturel global. Jusqu’à la fin du siècle, ces comparaisons avec les deux principales voisines restent fondées sur les anciens outils intellectuels fournis par les sciences morales et politiques. Au tournant des années 1890, elles sont remises en cause par diverses transformations contextuelles ou méthodologiques que nous allons essayer de passer en revue dans cette communication :

  1. principalement franco-anglais, le débat sur l’interprétation du devenir des sociétés devient véritablement européen avec la montée en puissance de nouveaux pays au devenir divergent par rapport tant à la France qu’à l’Angleterre. Les couples binaires commodes (réforme/révolution, aristocratie/démocratie, révolution industrielle/révolution politique et sociale, liberté/égalité) qui fonctionnaient facilement pour les voisins de la Manche doivent se complexifier et tenir compte de nouveaux acteurs : la nouvelle Allemagne, la nouvelle Italie, des nouveaux Empires, comme la Russie et bientôt les États-Unis ou l’Empire britannique, des empires en décadence, comme la Turquie, l’Espagne ou la Chine obligent à mobiliser d’autres facteurs interprétatifs.

    • 1 Sur ce point voir la synthèse de Laurent Mucchielli, La découverte du social. Naissance de la socio (...)

    Parallèlement, le paysage des sciences morales est bouleversé par la montée en puissance dans le champ intellectuel mais aussi et surtout dans le champ universitaire de nouvelles sciences sociales ou politiques qui ne partent plus de l’individu ou de la conscience rationnelle mais du collectif, voire de l’instinctif ou de l’inconscient : psychologie des peuples, sociologie durkheimienne, psychologie des foules et théories de l’imitation de Le Bon et Tarde, versions vulgarisées du marxisme, criminologie, étude des partis politiques et géographie électorale, anthropologie physique ou culturelle pour les nouvelles aires culturelles en voie de colonisation produisent de nouveaux schémas interprétatifs où ces nouvelles forces non individuelles jouent un rôle central1.

  2. Comme les rythmes d’apparition de ces nouvelles disciplines ou sciences en formation et leur zone d’élection en Europe ne sont pas identiques, les controverses et la lutte pour la légitimité entre elles traduisent à la fois des divergences de point de vue théorique mais aussi des antagonismes entre systèmes universitaires nationaux, entre nations aussi qui abritent inégalement ces nouvelles formules dont l’écho varie en fonction à la fois de la situation intérieure et du statut des porteurs de ces nouvelles théories.

2Nous allons voir tout d’abord comment ce syndrome de crise dans le cas français induit de nouvelles confrontations fondées sur de nouvelles approches des sociétés à partir de l’exemple de la comparaison franco-anglaise. Nous évoquerons ensuite la transformation du champ des disciplines pour rendre compte de ces oppositions et nous verrons enfin comment ces oppositions évoluent à propos de l’analyse de la crise fin de siècle.

I. Syndrome de crise et confrontations intellectuelles

3En effet bien que maintenant dotée avec la constitution de 1875 d’un système parlementaire largement inspiré de l’Angleterre avec une chambre haute et une chambre basse et un pouvoir exécutif relativement faible, la France, malgré la réforme intellectuelle et morale lancée par les républicains des années 1880, ne parvient pas à le faire fonctionner de manière satisfaisante comme l’indiquent la crise boulangiste (1887-1889), le scandale de Panama (1893-1894) et l’affaire Dreyfus (1894-1899). Le Royaume-Uni, lui, dans le même temps, semble réussir à passer d’un parlementarisme aristocratique à une démocratie parlementaire par l’élargissement du suffrage (réformes électorales de 1867 et 1884), sans que les institutions connaissent trop de difficultés d’adaptation, si l’on met entre parenthèse la question d’Irlande. d’où un thème d’enquête pour les partisans de ce système à la recherche d’améliorations de la République française.

  • 2 Cf. Paul Leroy-Beaulieu, De la colonisation chez les peuples modernes, Paris, Guillaumin, 5e éd., 1 (...)

4En second lieu, depuis les années 1880, la France républicaine, pour réagir face à son isolement en Europe mis en place par Bismarck, s est lancée dans une grande politique coloniale où elle se heurte en permanence à la concurrence britannique. Certains essayistes recherchent logiquement les raisons du succès de la rivale anglaise et s interrogent sur la difficulté à susciter en France l’esprit colonial au sein de ses élites ou de sa population2.

5Enfin, plus profondément, le déclin démographique français et le péril militaire allemand inclinent nombre d’intellectuels français, imprégnés par le schéma social-darwinien de la lutte pour la vie, à rechercher l’origine de la vitalité déclinante de la population française. La France semble suivre l’évolution de l’Empire romain où l’égoïsme individuel des couches supérieures a abouti à la stagnation des naissances et à l’incapacité à faire face aux menaces extérieures. Pourtant le Royaume-Uni, plus riche encore, conserve une population dynamique et prête à s’expatrier. Comment expliquer ce paradoxe et n y a-t-il pas là encore matière à enseignement pour la France ?

Vue d’ensemble

  • 3 7e éd. : 1883 , 8e, 1885 ; 9e éd. Paris, Hachette, 1890, in-16, VIII-399 p.
  • 4 Paris, Plon, Chevalier Maresq, 1887, 345 pages, nouvelle édition revue et augmentée, A. Colin, 1898 (...)
  • 5 Paris, Didot, IV-412 pages ; on se servira de la réédition, Paris, Anthropos, 1998.
  • 6 « Deux grands États, l'Angleterre et les États-Unis d'Amérique donnent de nos jours au monde le spe (...)

6Le premier témoignage de l’importance de cette référence anglaise dans les débats français précités apparaît dans le nombre d’ouvrages sur l’Angleterre ou qui, à travers le miroir anglais, analysent les problèmes français. Le total des ouvrages non historiques et non traduits de l’anglais ou sans caractère technique présents dans le Catalogue de la librairie française d’Otto Lorenz, s’élève de 63 entre 1876 et 1885 à 76 nouveaux titres dans la décennie 1891-1899 et 1883 pour les six années 1900-1905. Pour l’Allemagne, la même source donne des résultats même ordre : 40 pour la tranche (1876-1885) et 108 pour 1900-1905. Ces totalisations qui confondent brochures et ouvrages de fond oublient cependant l’inégale durée de vie des livres. Certains best-sellers restent présents dans le débat intellectuel et politique tout au long de la période. Ainsi des classiques, maintes fois réédités, comme les Notes sur l’Angleterre d’Hippolyte Taine en sont à leur neuvième édition en 1890 (la première édition date de 1871). Ils fournissent un paradigme comparatif qu’on retrouve chez toute une série d’auteurs également prisés du public lettré3. Ainsi, en 1887, Émile Boutmy, directeur de l’École libre de sciences politiques, ami et grand admirateur de Taine, en donne une version savante, Le développement de la Constitution et de la société politique en Angleterre qui reprend un cours donné à son école4. Il la prolonge, en 1901, par son Essai d’une psychologie politique du peuple anglais au XIXe siècle. Ce dernier répond en fait au best-seller du leplaysien dissident Edmond Demolins, A quoi tient la supériorité des Anglo-Saxons ? publié en 18975. Cet ouvrage lance le grand débat fin de siècle sur la décadence des races latines. Il doit une partie de son succès au fait que sa publication est presque contemporaine de l’affaire Dreyfus et de la crise de Fachoda. Ces deux crises semblent confirmer son diagnostic, tandis que l’échec de l’Espagne face aux États-Unis, en 1898, élargit le groupe des nations latines et catholiques en décadence. Les graves dissensions françaises suscitées par l’Affaire et l’humiliation subie en Afrique face à l’Empire britannique rival donnent une ample justification au discours sur le déclin français. Il faut souligner cependant que Les ouvrages cités se situent tous dans la même mouvance politico-intellectuelle, celle de la droite ou du centre droit libéral, héritier des orléanistes. Ils reprennent la vision de Guizot, celle d’une Angleterre parlementaire modèle politique et mobilisent les instruments traditionnels des sciences morales : l’analyse des structures familiales, des modèles éducatifs, de la psychologie des peuples et d’une certaine histoire philosophique téléologique6.

7Il faut prendre garde cependant que cette dominante est en partie une illusion née de la durée de vie supérieure de ces ouvrages comparée à celle de la masse des plus de soixante-dix titres qui traitent du même sujet et sont tous tombés aujourd’hui dans l’oubli. Autant qu’on puisse en juger sur les seuls intitulés, les autres essais sur l’Angleterre sont écrits aussi bien par des républicains que par des nationalistes antisémites ou cléricaux dont l’anglophobie est affichée d’entrée. Les républicains se cantonnent dans le registre descriptif ou analytique de l’enquête quasi officielle sur un pays plus avancé. Les anglophobes, eux, réutilisent les thématiques héritées mais remises au goût du jour et largement fondées sur des stéréotypes sans prétention scientifique.

Les deux anglophilies

8Le courant anglophile, dont l’histoire des idées politiques a surtout gardé la trace, est donc en fait minoritaire. Il se bat en effet sur deux fronts : face aux positions officielles de distance avec une puissance rivale, tant que l’Entente cordiale n est pas à l’ordre du jour, et face à la vision populaire, voire populiste, anti-anglaise, nourrie par l’actualité coloniale et la nostalgie napoléonienne. Cette double distance explique un ton particulier qui prend bien garde de ne pas tomber dans l’hagiographie, pour ne pas paraître complètement à contre-courant de la méfiance qui domine au sein des élites du pouvoir comme dans le gros du public.

  • 7 Paris, A. Colin, 1894, 368 pages.
  • 8 Cf. Antoine Savoye, « Max Leclerc (1864-1932), un éditeur engagé », in Colette Chambel-land (dir.), (...)

9Comme le montre le tableau synoptique, ces auteurs sont en outre étroitement liés entre eux : Émile Boutmy est un protégé de Taine qui l’a aidé à fonder l’École libre des sciences politiques en 1871 dans le but de former de nouvelles élites capables, comme l’a été l’aristocratie anglaise, de tenir tête au flot montant de la démocratie. André Chevrillon est le propre neveu de l’auteur des Origines de la France contemporaine et il dédie ses Études anglaises à la veuve de celui-ci. l’ouvrage de Max Leclerc, l’éducation des classes moyennes et dirigeantes en Angleterre7, a pour origine une bourse de voyage de 5 000 francs mise au concours par l’École des sciences politiques. Il est préfacé par le directeur de l’École libre, Boutmy lui-même. L’auteur est par ailleurs journaliste au Journal des Débats,le grand organe de la bourgeoisie orléaniste et le futur gendre d’Armand Colin, éditeur de son livre et de celui de Boutmy8. Edmond Demolins, déjà cité, apparaît comme un dissident de cette mouvance libérale, même s il part d’un schéma racial inspiré des Notes sur l’Angleterre de Taine et le complète par les typologies familiales et sociales empruntées à Le Play, dont Taine partageait certaines convictions. Avec son titre provocateur, il suscite, on le verra, un certain scandale, même dans son propre camp.

10Face à ce groupe libéral qui domine les décennies 1870-1890, s’affirme toutefois, dans les années 1900, une autre mouvance, plus universitaire. Plus à gauche et plus jeune aussi, elle rejette d’emblée les schémas naturalistes et psychologiques issus de Taine et repris par Boutmy. Elle s inspire des nouvelles sciences sociales universitaires évoquées plus haut, en premier lieu, les méthodes sociologiques et historiques de la nouvelle Sorbonne. Le préfacier de Paul Mantoux, l’historien dreyfusard Gabriel Monod directeur de la Revue historique, collègue pourtant de Boutmy à l’Institut, marque bien cette différence entre les sciences morales à base psychologique issues de Taine et la nouvelle approche sociale et historique :

« Même quand un esprit aussi profond, aussi étendu et aussi subtil qu’Émile Boutmy a essayé d’analyser la Psychologie du Peuple anglais, combien n’a-t-il pas dû faire violence à la réalité, la simplifier ou l’arranger arbitrairement, pour la faire rentrer dans sa conception générale du caractère anglais ! »

  • 9 Cf. sa lettre du 18 janvier 1902, in Elie Halévy, Correspondance 1891-1937, Paris, de Fallois, 1996 (...)
  • 10 Cf. Elie Halévy, Correspondance 1891-1937, op. cit., passim. Voir aussi Stéphane Soulié, La philoso (...)
  • 11 Si Elie Halévy n'est pas socialiste, son frère Daniel l'est à l'époque, ainsi que P. Mantoux et L. (...)

11Ces nouveaux auteurs ne cherchent plus Outre-Manche une critique de l’État bonapartiste héritée de Taine, ils scrutent les linéaments d’un avenir possible de la société industrielle à travers son incarnation européenne la plus achevée. Une société réformée de l’intérieur par un puissant mouvement social où les socialistes réformistes français, dont ils sont proches, trouveraient des arguments contre les faux révolutionnaires du syndicalisme d’action directe, de plus en plus présents sur lascène sociale française dans les années 1906-1909. Si l’Angleterre, elle-même, patrie du libéralisme, introduit peu à peu des doses de socialisme dans son organisation politique, on peut espérer qu’un jour la bourgeoisie française, encore effrayée par l’impôt sur le revenu ou la loi sur les retraites ouvrières, devra consentir à des réformes sociales. Tous les trois anciens élèves de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, ces analystes présentent un profil universitaire des plus classiques : ils sont agrégés et docteurs ès lettres. Si Elie Halévy donne également des cours à l’École de la rue Saint-Guillaume (sur le socialisme, ce qui suscite quelques remous dans ce temple du libéralisme9) après avoir renoncé volontairement à une carrière universitaire que lui ouvraient ses titres prestigieux, pour pouvoir voyager et travailler à sa guise, il garde ses principaux amis du côté de la montagne Sainte-Geneviève et des anciens dreyfusards. On peut citer notamment ici Célestin Bouglé et le groupe des fondateurs de la Revue de métaphysique et de morale10. Louis Cazamian, Paul Mantoux et lui appartiennent aux promotions socialisantes et dreyfusardes des années 189011. Tous les trois s intéressent moins à la politique anglaise qu’à la « grande transformation » de la société vers une nouvelle démocratie et aux nouveaux problèmes internationaux liés à l’impérialisme.

Tableau 1 : Les deux groupes d’auteurs anglophiles

Nom

Dates

Activité

Date livre(s)

Titre et Éditeur

Taine Hippolyte

1828-1893

Écrivain, critique, professeur à l’École libre des sciences politiques.

1871

Notes sur l’Angleterre, Hachette, VIII-395 p.

Boutmy Émile

1835-1906

Directeur de l’École libre des sciences politiques.

1887 1901

Le développement de la Constitution et de la société politique en Angleterre, Colin, 345 pages

Essai d’une psychologie politique du peuple anglais au XIXe siècle,

Colin, 455 p.

Leclerc Max

1864-1932

Ancien élève l’École libre des sciences politiques, journaliste.

1894 Préface d’E. Boutmy

L’éducation des classes moyennes et dirigeantes en Angleterre, Colin, 368 p.

Demolins Edmond

1852-1907

Ancien élève de l’École des Chartes, disciple dissident de Le Play.

1897

À quoi tient la supériorité des Anglo-Saxons ?, Firmin-Didot, IV-412 p.

Chevrillon André

1864-1957

Ancien

universitaire,

publiciste.

1901

Dédié à Mme Taine

Études anglaises, Hachette, 357 p.

Halévy Elie

1870-1937

Ancien élève École normale supérieure, agrégé de philosophie, docteur ès lettres professeur Sciences

Po

1905

L’Angleterre et son empire

« Pages libres », 127 p.

Mantoux Paul

1877-1956

Ancien élève École normale supérieure, agrégé histoire (1897), docteur ès lettres (1906).

1909

préface G. Monod

À travers l’Angleterre contemporaine, Alcan,

282 p.

Cazamian Louis

1877-1965

Ancien élève École normale supérieure, agrégé d’anglais, docteur ès lettres, maître conférences Sorbonne

1911

L’Angleterre moderne et son évolution, Flammarion, 329 p.

II. Rivalités disciplinaires et intellectuelles

  • 12 C. Charle, La République des universitaires (1870-1940), Paris, Le Seuil, 1994, chap. 1.
  • 13 Cf. Michel Espagne, Le paradigme de l'étranger, les chaires de littérature étrangère en France, Par (...)
  • 14 Agathon, L'Esprit de la Nouvelle Sorbonne. La crise de la culture classique. La crise du français, (...)

12Cette opposition de perspective et de méthode n’est pas spécifique des tentatives d’interprétation de la divergence d’évolution franco-anglaise. On pourrait en trouver des équivalents à propos de tous les livres sur l’Allemagne et son évolution. Je l’ai déjà démontré en détail ailleurs à propos des voyages d’étude des universitaires à la recherche d’une réforme des facultés françaises12. D’autres travaux ont déjà analysé les regards des voyageurs en Allemagne ou l’influence de la philologie allemande sur la structuration des disciplines littéraires vouées aux aires étrangères13. Plus intéressant et révélateur des conflits disciplinaires est de dégager le principe fondamental de divergence entre la mise en place des sciences sociales en France et dans le rival allemand. À la différence de ce que nous venons de voir pour l’Angleterre, l’opposition ne réside pas dans l’interprétation des ressorts des deux sociétés. Aucun auteur français, même conservateur, n’a l’idée de prôner le modèle social et politique allemand comme une option alternative à la mise en place de la société démocratique et républicaine. L’antigermanisme des légitimistes ou des néoroyalistes exclut une telle option qu’on rencontre en revanche chez les penseurs anglophiles précédents. L’enjeu des débats entre les tenants des diverses approches en France réside plutôt dans la distance plus ou moins grande aux principes de scientificité censés incarnés par les universités allemandes. Dans la mesure où les deux domaines disciplinaires dont sont dérivées les nouvelles sciences sociales sont la philosophie et l’histoire qui, en France, ont été très fortement marquées par le modèle allemand d’interprétation, l’une des armes des adversaires de ces nouvelles sciences sociales est de les faire passer pour des sciences allemandes, des incarnations de l’esprit germanique avec toutes les connotations négatives qui s’y attachent. Cette stigmatisation connaîtra son apogée à l’occasion de la querelle de la « nouvelle Sorbonne » lorsque l’extrême droite essaiera d’utiliser cet argument pour dévaloriser la réforme universitaire républicaine et renverser le prestige symbolique conquis par les nouvelles disciplines contre les disciplines littéraires traditionnelles14. Mais ces arguments se retrouvent déjà avant l’affaire Dreyfus et pendant la crise de la fin du siècle.

  • 15 C. Charle et J. Verger, Histoire des universités, Paris, PUF, 1994, 2e partie et C. Charle, La Répu (...)
  • 16 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, Le Seuil, 1999, chap. 3 ; C. Charle, L (...)
  • 17 K. Mannheim Ideologie und utopie,1rcéd. allemande 1929, rééd., Francfort/M, Klostermann, 1985, p. 2 (...)
  • 18 Sur cette polarité, cf. Fritz K. Ringer, The Decline of the German Mandarins, Cambridge (Mass.), Ha (...)

13L’approfondissement des antagonismes intellectuels internes et externes est facilité par la double recomposition parallèle des champs intellectuels nationaux depuis les années 1860. D’un côté, la réorganisation des champs universitaires (notamment en France, en Italie, en Europe centrale et, plus tardivement, en Espagne) les aligne progressivement sur la norme de recherche allemande15.De l’autre, la dissociation croissante des champs littéraires nationaux obéit de plus en plus au modèle français fondé sur l’opposition entre autonomie littéraire et hétéronomie économique, avant-garde/littérature commerciale/littérature académique16. Ce double processus parallèle, imbriqué mais finalement contradictoire, aboutit à une concurrence intellectuelle, à l’échelle européenne, entre trois pôles nationaux qui définissent les stratégies internes et externes des divers groupes intellectuels dans chaque espace linguistique. En premier lieu, une norme germanique place en position de légitimité dominante l’intellectuel d’État, universitaire proche du pouvoir et tenant d’un idéal scientifique ou érudit pur et qui s’oppose à l’intellectuel libre, « sans attache » (selon l’expression de K. Mannheim17), relégué en position dominée dont la situation cependant s’améliore grâce à la croissance des débouchés dans les revues, la presse et le secteur commercial de la littérature18. En second lieu, une norme française traditionnelle, héritée des Lumières et du romantisme, revendique toujours l’hégémonie dans le champ intellectuel pour l’homme de lettres indépendant du pouvoir mais protégé par lui au sein des institutions académiques. Il touche le grand public mais, de plus en plus critique face aux prétentions scientistes et matérialistes émergentes, il est hostile à la professionnalisation du métier d’écrire à l’anglaise et s’inquiète de la concurrence de la nouvelle figure du savant, notamment dans les sciences sociales qui contestent son monopole du discours général sur les mœurs et la société. En troisième lieu, s’affirme une norme nouvelle, d’abord française, mais bientôt européenne, placée en position dominée, celle de « l’intellectuel », au sens de l’affaire Dreyfus. Elle combine des traits empruntés au modèle universitaire rénové par la République (autonomie comme en Allemagne mais indépendance politique et souci d’une responsabilité sociale critique, à la différence de l’Allemagne) et à l’avant-garde littéraire et artistique dérivée de l’art pour l’art contre, à la fois, l’orthodoxie savante ou lettrée universitaire (la « vieille Sorbonne » héritée de Napoléon, vouée à la défense de l’ordre littéraire classique) et le conformisme social et politique du champ littéraire établi de plus en plus dépendant de la presse et de l’édition commerciale, donc du goût moyen et bourgeois.

  • 19 Cf. P. Casanova, La République mondiale des lettres, op. cit.
  • 20 Sur la fonction de « quasi sociologue » de certains écrivains à la fin du siècle voir C. Charle, «  (...)

14L’espace des luttes et des antagonismes induit par ces trois positions concurrentes peut être dessiné, tant à l’échelle nationale qu’à l’échelle internationale, en fonction d’une série de principes de solidarité, d’oppositions et d’équivalences d’un niveau d’observation à l’autre, sur le modèle générique : l’avant-garde est à l’establishment littéraire ce que la nouvelle génération savante est au savant établi (en France) des anciennes disciplines ; les « intellectuels », en France, sont aux hommes de lettres et aux universitaires antidreyfusards ou aux mandarins allemands (Gebildete) ou aux scholars anglais, ce que les « intellectuels » italiens ou espagnols (ou les avant-gardes germaniques) sont aux lettrés dominants de leurs pays respectifs ou aux universitaires dominants des autres pays ; ou encore, globalement, le champ littéraire italien, espagnol ou allemand est au champ littéraire français (dominant à l’échelle internationale)19 ce que le champ universitaire français (ou italien, ou espagnol, voire anglais) est au champ universitaire allemand (dominant à l’échelle internationale). Ces rivalités et ces modèles d’organisation dissonants se retrouvent dans l’espace des disciplines. Les nouvelles sciences sociales doivent en effet se faire une place face aux disciplines traditionnelles mais aussi aux genres littéraires qui, dans l’ancien état du champ intellectuel, remplissaient peu ou prou leur fonction d’analyse des transformations morales et sociales contemporaines. Selon que c’est le pôle littéraire ou le pôle universitaire qui est en position hégémonique dans un espace national donné, les stratégies d’institutionalisation ou de diffusion ne seront pas les mêmes. En France, la sociologie durkheimienne s’inspire du modèle scientifique allemand parce qu’elle doit s’affirmer à la fois contre des formes mondaines de sciences sociales ou proches des cercles du pouvoir (R. Worms, G. Tarde), contre des disciplines établies comme la philosophie et l’histoire (voir la controverse de 1903 entre Simiand et Seignobos) et dont les représentants les plus illustres détiennent les positions de pouvoir académique et politique (Lavisse devient directeur de l’École normale supérieure, Rambaud, professeur à la Sorbonne est un temps ministre de l’instruction publique, Gabriel Monod est président de la IVe section de l’EPHE, tous les trois sont académiciens). Elle n entend pas non plus se retrouver sur le même terrain que la littérature dont certains courants (le naturalisme, le roman psychologique, le roman à thèse) entendent proposer des enquêtes sur le malaise social ou moral contemporain accessibles au public le plus large mais s appuient sur des théories médicales (Zola) ou psychologiques (Bourget, Barrès) qu’ils jugent périmées20. Bien que cette sociologie diffère notablement dans ses méthodes et son inspiration politique de ses équivalents germaniques, elle est en quelque sorte condamnée à être assimilée à eux parce qu’elle s est située en position dominée dans l’espace intellectuel français en refusant littérature et mondanité et en proposant de rompre avec les humanités traditionnelles.

15Il en va différemment en Allemagne où les diverses formes de sociologie universitaire profitent des avantages structurels que procure l’appartenance au champ universitaire beaucoup moins contesté par les courants littéraires nouveaux qu’en France. Même les courants moins inspirés de ce modèle allemand ou positiviste souffrent de la position globalement dominée des facultés les plus éloignées du pôle dominant du champ du pouvoir. Ils en sont réduits, faute d’organes autonomes, à faire des concessions aux normes littéraires en produisant des essais ou des articles de revue destinés au public lettré ainsi Tarde ou les disciples de Le Play.

16Ces données générales sur les rapports de force modifiés entre les disciplines à l’heure d’émergence des nouvelles sciences sociales peuvent être illustrées concrètement par la controverse qui oppose ces divers courants sur l’interprétation de la crise morale française et sur la comparaison entre l’évolution des nations du sud et du nord de l’Europe qui suscite les interprétations divergentes de représentants de ces diverses approches.

III. Crise fin de siècle et tensions nationales et impériales

17Tous les auteurs qui raisonnent sur cette crise partent d’une interprétation culturelle où ils interrogent les structures familiales et éducatives des différentes nations concernées. Les républicains, s ils ont mené à bien la réforme de l’enseignement primaire et celle de l’enseignement supérieur ont été beaucoup plus timides à propos de l’enseignement secondaire en raison de la concurrence de l’enseignement catholique. Or, depuis Taine, les libéraux anglophiles voient dans le modèle de formation britannique la clé de naissance d’une élite dotée à la fois de l’autorité et de la capacité d’adaptation aux nouveaux contextes. Max Leclerc, envoyé en mission par l’École libre des sciences politiques, défend cette position systématisée par Edmond Demolins qui lancera le débat sur la crise des nations latines face à la « supériorité » des nations anglo-saxonnes.

  • 21 Max Leclerc cite Taine explicitement, p. 64 (il y fait référence aux Origines de la France contempo (...)
  • 22 Pierre de Coubertin, L’éducation anglaise, Paris, Société d’économie sociale, séance du 18 avril 18 (...)

18L’enquête sur l’éducation des classes moyennes en Angleterre de Max Leclerc entend d’abord confirmer, par l’observation empirique approfondie, la justesse des analyses de Taine qui voyaient dans la culture classique et le lycée napoléonien les origines de l’incapacité de la bourgeoisie française à établir durablement son pouvoir sur une société qui devient démocratique21. Aussi, malgré ses défauts et ses archaïsmes, en voie de réforme dans les années 1890, l’enseignement secondaire et supérieur anglais peut fournir les correctifs au « mal français ». Plusieurs de ces thèmes sont repris dans les mêmes années par Émile Boutmy, Edmond Demolins et Pierre de Coubertin22 jusqu aux débats préparatoires de la réforme de l’enseignement secondaire de 1902. Cette convergence dans la critique de l’enseignement d’État qui néglige l’éducation au profit du savoir livresque, infantilise les élèves et oublie la culture du corps pour un bachotage et un surmenage stériles, n empêche pas, comme nous allons le voir, des nuances sensibles entre modérés et radicaux de l’anglophilie éducative.

Max Leclerc : changer la famille ?

19L’originalité du livre de Max Leclerc est d’allier un compte rendu d’enquête sur divers établissements d’enseignement de toute l’Angleterre (public schools et grammar schools, institutions techniques et cours de l’extension universitaire) avec des chapitres généraux comparatifs où il tire les enseignements pratiques applicables à la France. Contrairement à Taine qui sélectionnait outrageusement les exemples positifs favorables à ses thèses, il note aussi les défauts, les manques ou les usages éducatifs inapplicables à la société française. Son attitude est ici proche de celle des réformateurs universitaires envoyés en mission d’étude en Allemagne. Ses conclusions concernant la France n en prennent donc que plus de poids. La réduction de l’angle de vue à la famille, aux relations pédagogiques et aux établissements scolaires ouvre aussi une perspective pratique pour introduire en France, à une échelle restreinte, certaines méthodes pédagogiques anglaises jugées fécondes. Ainsi le premier chapitre insiste sur la différence de tonalité des relations intimes au sein de la famille française et de la famille anglaise (il s agit évidemment uniquement de la famille bourgeoise). Leclerc accuse explicitement les mères françaises d’être trop proches de leurs enfants, de ne pas les préparer aux rudesses de l’internat ou, plus tard, de la vie :

  • 23 Max Leclerc, L’Education des classes moyennes et dirigeantes en Angleterre, Paris, Colin, 1894, p.  (...)

« Le jeune Anglais apprend, dès l’enfance, à connaître par lui-même les dangers du monde extérieur, les difficultés de la vie et le caractère des hommes, par expérience directe à ses dépens ; le jeune Français est entouré par sa mère de soins incessants, préservé des moindres périls, des plus légers heurts. Tandis que le jeune Anglais s aguerrit, le Français reste neuf, frêle, timide, ou, s il se risque, manquant au moment décisif de sang-froid, de coup d’œil. »23

20Les formes de l’enseignement secondaire renforcent, au lieu de l’affaiblir, cette différence dans la préparation à la vie pratique. La réforme des public schools, peu à peu imitées par les autres établissements secondaires, insiste sur l’éducation (par le tutorat), l’entraînement du corps, la maîtrise de soi et l’apprentissage de la vie sociale. Alors qu’en France seuls les besoins de l’esprit sont pris en compte et que l’internat plonge l’adolescent dans un milieu artificiel sans âme, disciplinaire et coupé du monde réel. Hérité du despotisme napoléonien, il est incapable de former des hommes libres pour une République :

  • 24 Ibid, p. 65.

« Les préfets et les proviseurs de la République n ont pas aujourd’hui une autre conception de leur rôle que jadis sous le sabre de Napoléon. Dans nos lycées, même discipline militaire, même entassement de molécules humaines numérotées que l’énorme meule, tournant dans toute la France sous le coup de pédale du ministre, broie et réduit en poussière d’humanité. » 24

21Comme Taine, Max Leclerc est bien conscient cependant des obstacles sociaux et administratifs qui freinent les réformes en France. Le système anglais d’encadrement rapproché et d’internat hygiénique à la campagne est réservé aux plus riches ou à une minorité de boursiers. Il est souple parce que largement indépendant de l’État ou pris en charge par des associations volontaires ou des fondations bienfaisantes. Pourtant Max Leclerc tire de son enquête des conclusions moins pessimistes que son maître. Au lieu de tout attendre d’en haut ou d’une réforme d’ensemble, comme le font certains théoriciens républicains éclairés de l’éducation, il faut changer d’abord la cellule de base qui conditionne tout, c està-dire la famille :

  • 25 Ibid., p. 71.

« l’impulsion doit venir du dehors ; et rien ne peut la donner qu’une réforme des mœurs dans la famille. »25

  • 26 Ibid., p. 365.
  • 27 S. Soulié, thèse citée, p. 151 et A. Savoye, « Max Leclerc (1864-1932), un éditeur engagé », art. c (...)

22Anglophile critique, Max Leclerc sait que, contrairement aux partis conservateurs trop confiants dans l’État ou l’Église, il faut changer les habitudes de la bourgeoisie française, sans pour autant modifier les institutions, car cela reviendrait à entreprendre une contre-révolution que deux monarchies, un empire et une république conservatrice n ont jamais pu réussir. Elle paraît bien improbable près de vingt-cinq ans après Sedan. Il faut donc trouver un nouveau juste milieu entre le libéralisme pur à l’anglaise (de plus en plus remis en cause en Angleterre même) et l’étatisme français traditionnel commun à la droite et à la gauche : l’État qu’il appelle de ses vœux doit être « modérateur, tantôt auxiliaire, tantôt propulseur »26. En changeant les hommes (par la formation de nouveaux éducateurs et de nouvelles relations dans la famille), la société française démocratique aura enfin les élites nécessaires à son renouveau. Devenu gendre d’Armand Colin, Max Lerclerc poursuivra ce programme en aidant à la publication d’ouvrages, revues savantes et pédagogiques pour hâter ce changement moral. Il prend en charge notamment la Revue de métaphysique et de morale qui regroupe la jeune génération philosophique et progressiste : Elie Halévy, Xavier Léon, Léon Brunschvicg, C. Bouglé27.

Demolins, la public school, remède à la décadence

  • 28 Cf. p. 122 et p. 175 : « Il faut lire, dans les Notes sur l’Angleterre, les pages remarquables dans (...)
  • 29 L’ouvrage a atteint un tirage de 17 000 exemplaires et a été traduit en anglais, allemand, italien, (...)

23Le livre À quoi tient la supériorité des Anglo-Saxons ? de Demolins reprend nombre des thèmes précédents mais en tire des conclusions beaucoup moins optimistes. Son armature théorique n est guère non plus originale : les références aux Notes sur l’Angleterre28, aux thèses de Le Play sur la famille et aux monographies de l’école le playsienne y abondent. S’y ajoutent des considérations empruntées aux « raciologues » qui font des différences entre nations le produit de qualités « natives » plus que l’effet des institutions et de l’histoire. En revanche, ni Max Leclerc, ni Émile Boutmy n’ont droit à une référence infrapaginale, sans doute pour leur ton trop critique par rapport au modèle anglais mais aussi pour masquer tout ce que Demolins leur emprunte sans le dire. Ce qui a fait le succès remarquable (et international) du livre29, c’est en effet, outre la conjoncture historique porteuse déjà évoquée plus haut, le ton systématique et provocateur, la présentation apparemment dialectique et sous forme de thèses faciles à résumer, l’alternance d’exemples concrets et de discours à forte charge polémique contre les hommes politiques, les habitudes françaises, les institutions et l’autosatisfaction françaises. Recueil d’articles parus auparavant dans une revue d’école, La Science sociale, l’ouvrage est organisé apparemment comme un traité scientifique développant une démonstration implacable fondée sur une comparaison binaire :

24Livre I : Le Français et l’Anglo-saxon dans l’école (avec quatre chapitres aux titres sous forme de questions) ;

25Livre II : Le Français et l’Anglo-saxon dans la vie privée (avec quatre chapitres aux titres en forme de thèses) ;

26Livre III : Le Français et l’Anglo-saxon dans la vie publique (avec six chapitres ou alternent thèses, descriptions et questions).

27Face aux traités tirés de cours universitaires à la Boutmy, aux enquêtes empiriques trop nuancées et saturées d’une information foisonnante, comme celles Max Leclerc, ou aux notes de voyages simplement pittoresques des autres anglophiles, l’ouvrage de Demolins, par cette mise en forme habile de lieux communs déjà largement diffusés, présentait l’attrait d’une lecture facile, d’un style journalistique et concret, d’idées simples martelées plusieurs fois et d’une conclusion pratique destinée aux pères de famille bourgeois.

  • 30 Cf. Nathalie Richard, « L'École des Roches de 1899 à 1965 », thèse en cours à Université de Paris-I (...)
  • 31 Cf. A. Fouillée, « Dégénérescence ? Le Passé et l'Avenir de notre race », Revue des Deux Mondes, 15 (...)

28Ceux-ci commençaient à bouder de plus en plus les lycées sans être forcément convaincus par l’enseignement catholique, s ils n étaient pas croyants. Ils répondirent à l’appel au-delà des espérances de l’auteur puisqu’une public school à la française est née du livre à succès et des conférences de vulgarisation qui l’on suivi : l’École des Roches, fondée en 1898 à Verneuil-sur-Avre en Normandie30. Le livre s’inscrit également dans une vision social-darwinienne relativement pessimiste et assez répandue à l’époque qui voue les races latines et les pays catholiques au déclin faute d’esprit d’entreprise et d’aventure31. Voici par exemple les dernières lignes du livre :

  • 32 Ibid., p. 299.

« Les peuples qui se dérobent, par toutes sortes de petites combinaisons, à cette loi du travail personnel et intense, subissent une dépression, une infériorité morale : ainsi le Peau-Rouge par rapport à l’Oriental ; ainsi l’Oriental, par rapport à l’Occidental ; ainsi les peuples latins et germains de l’Occident, par rapport aux peuples anglo-saxons. »32

  • 33 E. Demolins, À quoi tient la supériorité, op. cit., p. 132.

29Malthusienne, rentière, mal dirigée, la France cumule les handicaps dans la lutte pour la vie des nations. Sa population décline, son économie est peu dynamique, ses élites sans ambition sacralisent l’héritage et la petite propriété. Les adolescents y rêvent de devenir fonctionnaires. Féconde, ayant le goût du risque, bien dirigée, l’Angleterre domine le monde par son empire, ses exportations, ses émigrants, son sens de l’entreprise. Même la classe ouvrière tire bénéfice de cette ouverture : l’ouvrier anglais est « très ingénieux pour saisir une situation meilleure dès que l’occasion se présente. Et, pour cela il ne recule pas devant la nécessité de s’expatrier, ainsi que le prouve la multitude des émigrants anglo-saxons. »33

  • 34 Cf. Ernest Edwin Williams, « Made in Germany », 4th ed., Londres, Heinemann, 1896, reprint, Brighto (...)

30Cette vision manichéenne retarde pourtant déjà sur l’actualité au moment de sa publication, puisque c est précisément dans ces années-là que se développe, Outre-Manche, le débat sur le déclin relatif de l’économie anglaise par rapport à l’Allemagne et aux États-Unis, avant que, dans les années suivantes, la guerre des Boers ne révèle l’impréparation de l’armée britannique et le mauvais état physique des candidats à l’enrôlement la plupart issus de cette classe ouvrière dont on vantait les vertus plus haut34. Demolins n’ignore pas complètement ce débat interne à l’Angleterre et le mentionne dans la préface de la seconde édition. Mais il affirme sa confiance dans la supériorité anglo-saxonne et sa capacité de réaction à la concurrence allemande :

  • 35 Edmond Demolins, op. cit.,p.9.

« Je le répète, l’industrie et le commerce allemands l’emportent actuellement surtout par le bon marché de l’article commun. Si les Anglais ne peuvent arriver à produire cet article au même prix, en Angleterre même où la main d’œuvre est trop élevée, ils se retourneront rapidement, ils se sont même déjà retournés pour le produire ailleurs, dans des pays plus pauvres, où on signale l’installation de maisons anglaises »35

  • 36 Cf. Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française, Paris, PUF, 1959.
  • 37 G. Valbert, « La Supériorité des Anglo-Saxons et le livre de M. Demolins », Revue des Deux Mondes', (...)

31Ce pessimisme anti-français et ce doute sur les capacités allemandes, en décalage avec l’attitude de la plupart des observateurs français de l’Allemagne de l’époque36, ont suscité des réactions hostiles, y compris dans le camp conservateur auquel se rattache Demolins. G. Valbert (pseudonyme du romancier membre de l’Académie française d’origine suisse Victor Cherbuliez) critique dans la Revue des Deux Mondes le parti pris francophobe de l’ouvrage37. Sous peine de travailler à son propre déclin international face au scientisme européen agressif des auteurs anglais ou allemands influencés par le darwinisme, le pôle dominant de la culture littéraire française que représente cette revue ne peut accepter que ce qui est conforme à ses propres intérêts dans le discours social-darwinien. Il en retient donc ce qui permet de dévaloriser « scientifiquement », toutes les novations culturelles françaises anti-académiques (naturalisme, avant-gardes, pornographie, littérature industrielle) en tant qu’indices des pathologies sociales d’une société individualiste, démocratique, corrompue et laïque. En témoigne ce passage du Roman russe d’Eugène-Melchior de Voguë, machine de guerre contre le naturalisme français :

  • 38 E. M. de Voguë, Le Roman russe, 1re édition, Paris, Plon et Nourrit, 1886, 2e édition 1888, 3e édit (...)

« Aussi malheureuse que notre politique, dessaisie de l’empire matériel du monde, notre littérature laisse perdre par ses fautes l’empire intellectuel qui était notre patrimoine incontesté. »38

  • 39 F. Brunetière, « La lutte des races et la philosophie de l’histoire », art. cit. ; A. Fouillée, « R (...)

32Pour préserver la prépondérance littéraire française à l’échelle européenne dont il s estime le gardien depuis le classicisme (une large partie de la rédaction de la Revue des Deux Mondes appartient à l’Académie française) et qui lui assure une rente de situation intellectuelle, cet establishment littéraire critique aussi les excès scientistes ou ethnocentriques de la vision germanique de l’intellectualité qui la remettrait en cause. Ceci explique également l’accueil mitigé réservé par la Revue des Deux Mondes aux thèses de Vacher de Lapouge, de Le Bon ou de Gumplowicz sur la lutte des races39.

  • 40 Frédéric Gugelot, La conversion des intellectuels au catholicisme en France (1885-1935), Paris, CNR (...)

33Dans le contexte d’une accentuation des tensions entre la République et l’Église et de la crise moderniste qui montre à nouveau l’incompatibilité entre l’approche critique et scientifique des textes et le catholicisme de plus en plus influent chez les intellectuels proches du pôle académique et littéraire (comme l’indique le mouvement des conversions de certains écrivains40), accepter le diagnostic des tenants des nations du nord et protestantes contre les nations latines et catholiques était aussi impossible, paradoxalement, pour le camp proche du catholicisme que pour le camp positiviste proche des sciences sociales nouvelles.

34Pour les premiers, c’était l’éloignement de la religion qui expliquait les maux dont souffrait la France : perte du sens de la famille, déclin de la fécondité en raison de l’égoïsme individualiste, recul du respect de l’autorité et notamment des « autorités » naturelles (l’armée, l’Église en butte aux mouvements extrémistes comme l’anarchisme, l’antimilitarisme, le socialisme, le mouvement des « intellectuels » lors de l’affaire Dreyfus). Pour les seconds, c’était, à l’inverse, l’insuffisante libération de la République et de la société française par rapport à ces forces traditionnelles hostiles à la science, à la raison et au progrès qui expliquait le retard de la France par rapport à ses voisins plus dynamiques. C est le sens du débat entre le tenant de l’establishment littéraire, F. Brunetière, directeur de la Revue des Deux Mondes, et le représentant des nouvelles sciences sociales E. Durkheim dans sa réponse « L’individualisme et les intellectuels » à l’article « Après le procès » où le premier dénonçait à l’occasion du procès Zola l’influence négative des intellectuels trop entichés de la raison et de la science même dans les domaines où celle-ci n a rien à faire.

35A la faveur de l’affaire Dreyfus et des réflexions suscitées par la crise comparable que traversent l’Espagne, après la défaite face aux États-Unis en 1898, et l’Italie, après la grave crise sociale et politique de ces mêmes années, on constate un regroupement des groupes énumérés plus haut autour d’oppositions simplifiées qui réactivent l’antagonisme religion/tradition versus sciences/Lumières et progrès. Or, paradoxalement, cette simplification conduit à des alliances au départ improbables : les tenants de la vision social-darwinienne font pour l’essentiel alliance avec les traditionalistes religieux dans la mesure où ils partagent la même vision statique des types humains ; en revanche, les tenants des sciences sociales qui affirment l’évolution possible des cultures et des sociétés sont amenés à soutenir les libéraux anticléricaux par rejet du fixisme de leurs adversaires fondé soit sur l’hérédité des « races », soit sur la fidélité au passé religieux de chaque nation. Ainsi des spiritualistes et des matérialistes s allient contre des idéalistes et des positivistes ce qui dans l’état précédent du champ intellectuel paraissait exclu pour des raisons philosophiques ou de généalogie des disciplines.

  • 41 L. Pinto, « Le détail et la nuance : la sociologie vue par les philosophes dans la Revue de Métaphy (...)

36Elie Halévy, par exemple, l’un des animateurs de la Revue de métaphysique et de morale, ardent dreyfusard, plutôt réservé face au positivisme de la nouvelle sociologie41, publie pourtant un livre sur l’Angleterre qui démontre les impasses des thèses de Demolins et son culturalisme religieux statique en s appuyant très largement sur l’analyse sociale du pays et sa trajectoire historique qui remet en cause toute interprétation anthropologique.

37Il nie le déclin prochain de l’Angleterre et de son empire que ses adversaires annoncent déjà mais souligne aussi l’égale vanité du complexe de supériorité que les thèses de Demolins prétendait fonder scientifiquement. Comme les autres, l’Empire britannique doit s adapter au nouveau cours international et composer avec ses anciens adversaires trop nombreux, ce qu’a illustré en 1904 le rapprochement avec la France dans le cadre de l’Entente cordiale. Elie Halévy risque aussi un diagnostic social qui contredit les théories de Demolins. L’expansion extérieure, l’émigration outremer, le goût des conquêtes, loin d’être l’expression de la supériorité britannique, risquent, autant que l’introversion française, d’ouvrir une ère de dégénérescence :

  • 42 E. Halévy, l’Angleterre et son empire, op. cit., p. 122.

« Les Anglais tendent donc, avec la croissance de leur empire et par le fait même de l’impérialisme, à devenir une nation composée non plus d’industriels, de commerçants et d’ouvriers, mais de capitalistes et d’administrateurs, non plus d’hommes qui travaillent, mais d’hommes qui prélèvent, pour vivre, une part du travail d’autrui. Or n est-ce point par cette oisiveté, à laquelle l’exercice même des fonctions de commandement les condamne, que les races supérieures dégénèrent, et finissent par permettre un jour aux races inférieures de secouer une sujétion prolongée ? »42

  • 43 Ibid., p. 123.

38E. Halévy reprend ici le schéma et même les termes de Demolins pour en inverser les conclusions en s inspirant en partie des thèses défendues par Hobson dans son célèbre Imperialism, A study (1902). Mais, après ce passage où il semble se laisser contaminer par l’idéologie ambiante, il se reprend bien vite et termine sur une conclusion beaucoup plus balancée. Pour lui, la supériorité du peuple anglais, pas plus que sa décadence, ne sont naturelles ou inéluctables. Philosophe nourri de la pensée anglaise et de la pensée allemande, en passe de se muer en historien, Elie Halévy récuse les schémas naturalistes et darwiniens de ses prédécesseurs : ce sont les luttes des nations et la concurrence des empires ainsi que les capacités d’adaptation des peuples qui décideront de l’avenir de l’Angleterre comme de celui des autres puissances. Il conclut sur une prophétie (« le vingtième siècle sera le siècle des empires »43) suffisamment vague pour réconcilier les thèses qui s’affrontent. Plus tard, son Histoire du peuple anglais insistera sur les relations entre les divers courants religieux qui traversent le protestantisme anglais et la mise en mouvement de différents groupes sociaux en lutte pour le pouvoir, interprétation incompatible avec une vision pure ou idéaliste de la religion.

39En sens inverse, Zola, pourtant dans le même camp qu’Halévy en 1898-99 et profondément lié au courant positiviste et scientiste dans toute la première partie de son œuvre, semble reprendre certains thèmes des théoriciens de la décadence des nations latines dans son roman Rome (1896). La vision de mort des civilisations méditerranéennes (écrite avant même la crise de 1898-99 des pays latins) qui termine l’ouvrage, paraît être démarquée de tel thuriféraire de la grandeur britannique ou américaine. Elle est cependant corrigée, in fine, par la prophétie d’un éternel retour (après l’occident, l’extrême orient puis l’orient et la renaissance latine) et d’une fusion harmonieuse des races sous l’égide des sœurs latines (France et Italie) réconciliées :

  • 44 Ibid., p. 685-686.

« Et, à cette minute dernière, il eut cette pensée de confiance et le salut que le grand mouvement des nationalités était l’instinct, le besoin même que les peuples avaient de revenir à l’unité. Partis de la famille unique, séparés, dispersés en tribus plus tard, heurtés par des haines fratricides, ils tendaient malgré tout à redevenir l’unique famille. Les provinces se réunissaient en peuples, les peuples se réuniraient en races, les races finiraient par se réunir en la seule humanité immortelle. Enfin, l’humanité sans frontières, sans guerres possibles, l’humanité vivant du juste travail, dans la communauté universelle de tous les biens ! N’étaient-ce pas l’évolution, le but du labeur qui se fait partout, le dénouement de l’Histoire ? Que l’Italie fût donc un peuple sain et fort, que l’entente se fît donc entre elle et la France, et que cette fraternité des races latines devînt le commencement de la fraternité universelle ! Ah ! Cette patrie unique, la terre pacifiée et heureuse, dans combien de siècles, et quel rêve ! »44

  • 45 Voir en particulier son roman Vérité publié de façon posthume en 1903. Sur ce roman voir C. Charle, (...)

40Allant plus loin que ce pronostic confus, il propose dans ses derniers romans utopistes, en relation avec son expérience douloureuse de la force des courants réactionnaires à l’occasion du combat dreyfusard, une interprétation à la fois idéaliste, anticléricale, sociale et enracinée dans les Lumières de la fonction des intellectuels et de la France de l’avenir qu’il appelle de ses vœux contre la crise exprimée à travers les combats de l’affaire Dreyfus45.

Conclusion

41À cette époque de redéfinition des disciplines universitaires, on pourrait être déçu par les interprétations finalement assez traditionnelles que les divers courants intellectuels produisent à propos soit de la comparaison franco-anglaise soit plus largement de la divergence entre le nord et le sud de l’Europe.

  • 46 Ces facteurs occuperont un rôle central à la seconde génération durkheimienne chez Simiand et Halbw (...)

42Dans les formes anciennes des sciences morales comme dans les formes plus récentes d’analyse des sociétés humaines inspirées par les sciences naturelles (anthropologie, criminologie, psychologie des peuples) on retrouve sans peine des stéréotypes plus anciens dont les continuités avec le XVIIIe siècle sont évidentes. En revanche, les nouvelles sciences sociales introduisent des facteurs intermédiaires qui ont alimenté la plupart des travaux des fondateurs de la sociologie en France comme en Allemagne : la tradition religieuse (facteur invoqué aussi bien chez Max Weber dans L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme que chez Durkheim dans Le Suicide), l’organisation politique, les formes d’éducation (même remarque), le rapport à l’autorité. Plus étonnante est la relative absence de facteurs plus typiques de la modernité : l’évolution économique, les modes de vie, la concurrence impériale46. Ces facteurs sont bien présents dans les analyses contrastées qu’on a évoquées mais plutôt comme conséquences que comme moteurs des divergences entre les nations comparées. Ce privilège accordé aux structures de long ou moyen terme sur les phénomènes de court terme peut s expliquer de deux manières en fonction du rapport de force structurale que nous avons décrit plus haut entre les disciplines selon les contextes nationaux.

  • 47 J.-C. Passeron, Le raisonnement sociologique, Paris, Nathan, 1992.

43Face à l’approche littéraire, philosophique ou historique, ces nouvelles disciplines souhaitent invoquer des schémas interprétatifs aussi généraux que ceux proposés par les sciences naturelles ou les disciplines vouées à la gestion du patrimoine culturel comme les humanités traditionnelles qui prétendent, à travers lui, saisir les structures de l’esprit ou les constantes de la nature humaine. Ces sciences sociales sont soucieuses également de se démarquer de toutes les approches présentistes des essais journalistiques ou des commentateurs politiques pour ne pas être confondues avec des écrits éphémères dont les prédictions sont rapidement démenties après leur publication. d’où cette mise à distance, autant que possible, des facteurs de court terme. Même avec ces précautions, on a vu au passage combien l’analyse de la crise fin de siècle est profondément influencée implicitement par les lieux communs diffusés par les journaux. En sens inverse, ces précautions épistémologiques n empêchent pas ces diverses interprétations d’être prises au piège des cadres a priori proposés dans le débat par les disciplines traditionnelles : l’essentialisme national, l’approche culturaliste statique, l’absence de distinction des échelles d’analyse, les corrélations globales a priori, voire les préjugés politiques implicites. Toutes ces maladies infantiles des sciences sociales n’ont rien d’étonnant étant donné la date récente d’apparition de ces sciences à l’époque considérée et la confusion entre vraies et fausses sciences qui caractérise une époque où nombre de prétendants à la scientificité sont difficiles à distinguer des syncrétistes douteux voire des imposteurs. Certaines analyses contemporaines prétendent même qu’elles sont inhérentes à ces disciplines même quand elles sont parvenues à une maturité plus grande47. Ces défauts d’analyse sont renforcés par le climat politique intérieur et extérieur de plus en plus tendu dans ces années au tournant des XIXe-XXe siècles. Ce dernier explique l’importance de la comparaison dans tous ces écrits.

  • 48  E. Durkheim, Les Règles de la méthode sociologique (1895), Paris, PUF, 1981 et Le suicide, Paris, (...)

44Comme argument d’autorité, la comparaison en effet ne manque pas de produire des effets sensibles par rapport au simple discours interne de sociologie spontanée ou savante sur sa propre société. Ainsi s’explique la constance du genre, d’autant que les sciences sociales naissantes en ont fait l’une de leurs méthodes fétiches, par analogie avec le raisonnement expérimental48.

45Le retard des représentations ou des modes d’explication par rapport à la société considérée, s’il constitue une constante, oblige, en sens inverse, à des réactualisations plus brutales que le regard autocentré lorsqu’une série de faits massifs soulignent enfin l’inadéquation des catégories antérieures de l’analyse. Mais, une fois la nouvelle doxa établie, il faudra de longues années pour la remettre en cause, le schème comparatif étant devenu évident comme un stéréotype réducteur de la complexité et du changement. Les débats contemporains sur la « mondialisation » et les comparaisons entre « puissances montantes » et « déclinantes » fournissent à cet égard de nombreux exemples analogues à ceux d’il y a un siècle.

Haut de page

Notes

1 Sur ce point voir la synthèse de Laurent Mucchielli, La découverte du social. Naissance de la sociologie en France, Paris, La Découverte, 1998 ; Pierre Favre, Naissances de la science politique, 1870-1914, Paris, Fayard, 1989 ; Carole Reynaud Paligot, La République raciale, Paris, PUF, 2006.

2 Cf. Paul Leroy-Beaulieu, De la colonisation chez les peuples modernes, Paris, Guillaumin, 5e éd., 1902, tome 2, pp. 308-320.

3 7e éd. : 1883 , 8e, 1885 ; 9e éd. Paris, Hachette, 1890, in-16, VIII-399 p.

4 Paris, Plon, Chevalier Maresq, 1887, 345 pages, nouvelle édition revue et augmentée, A. Colin, 1898, 400 pages, 5e éd., 1907, 400 pages.

5 Paris, Didot, IV-412 pages ; on se servira de la réédition, Paris, Anthropos, 1998.

6 « Deux grands États, l'Angleterre et les États-Unis d'Amérique donnent de nos jours au monde le spectacle de ce fait nouveau dans le monde, le gouvernement libre établi et ses conditions accomplies sous des formes et par des institutions profondément différentes. (...) Quoique très différents, ces moyens, mis à l'épreuve, se sont montrés également efficaces : dans l'un et l'autre de ces deux États, la responsabilité du pouvoir est réelle et les libertés publiques sont garanties. » François Guizot, Mémoires pour servir à l'histoire de mon temps, Paris, Michel Lévy, 1867, tome VIII, p. 3 et 6.

7 Paris, A. Colin, 1894, 368 pages.

8 Cf. Antoine Savoye, « Max Leclerc (1864-1932), un éditeur engagé », in Colette Chambel-land (dir.), Le Musée social en son temps, Paris, Presses de l'École normale supérieure, 1998, pp. 119-134, en particulier pp. 122-126.

9 Cf. sa lettre du 18 janvier 1902, in Elie Halévy, Correspondance 1891-1937, Paris, de Fallois, 1996, p. 320. Pour un point de vue anglais sur E. Halévy, voir M. Chase, Elie Halévy : An Intellectual Biography, New York, Columbia U. P., 1980 et l'analyse de Stefan Collini, « Idealizing England : Elie Halévy and Lewis Namier » dans English Pasts. Essays in History and Culture, Oxford, Oxford U. P., 1999, pp. 67-77.

10 Cf. Elie Halévy, Correspondance 1891-1937, op. cit., passim. Voir aussi Stéphane Soulié, La philosophie en République : la Revue de métaphysique et de morale et la société française de philosophie (1891-1914), thèse doctorat, Université de Paris I, sous la direction de Pascal Ory, 2 volumes, 2006, en particulier, tome 1, p. 35 et s.

11 Si Elie Halévy n'est pas socialiste, son frère Daniel l'est à l'époque, ainsi que P. Mantoux et L. Cazamian qui ont participé aux activités militantes autour de L. Herr, de la Société nouvelle d'édition et de librairie et des universités populaires (Sébastien Laurent, Daniel Halévy. Du libéralisme au traditionalisme, Paris, Grasset, 2001 et Christophe Charle, « Avant-garde intellectuelle et avant-garde politique, les normaliens et le socialisme », in Paris fin de siècle, culture et politique, Paris, Le Seuil, 1998, pp. 227-274).

12 C. Charle, La République des universitaires (1870-1940), Paris, Le Seuil, 1994, chap. 1.

13 Cf. Michel Espagne, Le paradigme de l'étranger, les chaires de littérature étrangère en France, Paris, Cerf, 1993 ; H. Barbey-Say, Le voyage en Allemagne (1871-1914), Nancy, PU Nancy, 1994.

14 Agathon, L'Esprit de la Nouvelle Sorbonne. La crise de la culture classique. La crise du français, Paris, Mercure de France, 1911 ; Claire Françoise Bompaire-Evesque, Un débat sur l'Université au temps de la troisième République. La lutte contre la nouvelle Sorbonne, Paris, Aux amateurs de Livre, 1988. Voir aussi Gisèle Sapiro, « Défense et illustration de « l'honnête homme ». Les hommes de lettres contre la sociologie », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 153, juin 2004, pp. 11-27. J'ai étudié ce point plus en détail dans ma communication : » Ferdinand Brunot et la défense des modernes : langue et patrie » sur : http://www.fabula.org/atelier.php?Ferdinand_Brunot_et_la_d%26eacute%3Bfense_des_modernes.

15 C. Charle et J. Verger, Histoire des universités, Paris, PUF, 1994, 2e partie et C. Charle, La République des universitaires (1870-1940), op. cit. ; G. Weisz, The Emergence of Modern Universities in France (1863-1914), Princeton, Princeton U. P., 1983 ; I. Porciani (a cura di), L'Università tra Otto e Novecento : i modelli europei e il caso italiano, Napoli, Jovene, 1994 ; J.-L. Guerena, « L'université espagnole vers 1900 », dans C. Charle, E. Keiner, Jürgen Schriewer (éd.), À la recherche de l'espace universitaire européen, Francfort, Peter Lang, 1993, p. 113-131 ; R. Riese, Die Hochschule auf dem Wege zum wissenschaftlichen Grossbetrieb. Die Universität Heidelberg und das badische Hochschulwesen 1860-1914, Stuttgart, Klett, 1977 ; J. Bollack, H. Wisman & Th. Linken (hg.), Philologie und Hermeneutik im 19. Jahrhundert II, Goettingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1983 ; C. Charle, Chapter 2 "Patterns", dans W. Rüegg (ed.), A History of the University in Europe 1800-1945, Cambridge, Cambridge U. P., 2004, pp. 33-80.

16 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, Le Seuil, 1999, chap. 3 ; C. Charle, Les Intellectuels en Europe au XIXe siècle, Paris, Le Seuil, 1996, pp. 225-239.

17 K. Mannheim Ideologie und utopie,1rcéd. allemande 1929, rééd., Francfort/M, Klostermann, 1985, p. 221-222.

18 Sur cette polarité, cf. Fritz K. Ringer, The Decline of the German Mandarins, Cambridge (Mass.), Harvard U. P., 1969 et Jörg Requate, Journalismus als Beruf. Entstehung und Entwicklung des Journalistenberufs im 19. Jahrhundert, Goettingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1995.

19 Cf. P. Casanova, La République mondiale des lettres, op. cit.

20 Sur la fonction de « quasi sociologue » de certains écrivains à la fin du siècle voir C. Charle, « Le romancier social comme quasi sociologue entre enquête et littérature : le cas de Zola et de l’Argent, in Eveline Pinto (dir.), La littérature entre philosophie et science sociale, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, pp. 29-42.

21 Max Leclerc cite Taine explicitement, p. 64 (il y fait référence aux Origines de la France contemporaine. Le Régime moderne, tome II, livre III, chapitre III).

22 Pierre de Coubertin, L’éducation anglaise, Paris, Société d’économie sociale, séance du 18 avril 1887, extrait de La Réforme sociale, 23 pages ; L’Education en Angleterre. Collèges et universités, Paris, Hachette, 1888, 327 pages.

23 Max Leclerc, L’Education des classes moyennes et dirigeantes en Angleterre, Paris, Colin, 1894, p. 28.

24 Ibid, p. 65.

25 Ibid., p. 71.

26 Ibid., p. 365.

27 S. Soulié, thèse citée, p. 151 et A. Savoye, « Max Leclerc (1864-1932), un éditeur engagé », art. cit.

28 Cf. p. 122 et p. 175 : « Il faut lire, dans les Notes sur l’Angleterre, les pages remarquables dans lesquelles Taine explique comment il se fait que la majorité des Anglais trouvent dans les propriétaires fonciers leurs “représentants naturels” et les envoient au Parlement par le suffrage (...) ».

29 L’ouvrage a atteint un tirage de 17 000 exemplaires et a été traduit en anglais, allemand, italien, espagnol, polonais et arabe.

30 Cf. Nathalie Richard, « L'École des Roches de 1899 à 1965 », thèse en cours à Université de Paris-IV, sous la direction de J.-P. Chaline ; Edmond Demolins, L'éducation nouvelle, l'École des Roches, Paris, Didot, 1898 ; L. Colin et R. Hess, « Préface » à la nouvelle édition d'À quoi tient la supériorité des Anglo-Saxons ?, Paris, Anthropos, 1998, p. XV. On sait qu’en sens inverse les historiens anglais et allemands contemporains ont débattu sur les responsabilités des public schools dans les origines du déclin britannique : pour une mise au point nuancée, cf. H. Berghoff, « Public Schools and the Decline of British Economy 1870-1914 », Past and Present, 129, 1990, pp. 148-167.

31 Cf. A. Fouillée, « Dégénérescence ? Le Passé et l'Avenir de notre race », Revue des Deux Mondes, 15 octobre 1895, pp. 793-824 et F. Brunetière, « La lutte des races et la philosophie de l’' histoire », Revue des Deux Mondes, 15 janvier 1893, pp. 428-448, à propos de Ludwik Gumplowicz, La Lutte des races, Paris, Guillaumin, 1893 ; A. Fouillée, « Races latines », Revue des Deux Mondes, 1er décembre 1899, pp. 561-590, à propos de Le Bon et Vacher de Lapouge. Sur ces courants idéologiques : Jean-Marc Bernardini, Le Darwinisme social en France (1859-1918). Fascination et rejet d'une idéologie, Paris, CNRS-Editions, 1997 ; Anne Carol, Histoire de l’eugénisme en France, Paris, Le Seuil, 1995.

32 Ibid., p. 299.

33 E. Demolins, À quoi tient la supériorité, op. cit., p. 132.

34 Cf. Ernest Edwin Williams, « Made in Germany », 4th ed., Londres, Heinemann, 1896, reprint, Brighton, Harvester Press, 1973 ; J. E. Barker, « The Economic Decay of Great Britain », Contemporary Review, 79, 1901, p. 781-812 ; A. Shadwell, Industrial Efficiency : À Comparative Study of Industrial Life in England, Germany and America, Londres, Longmans, Green & Co, 1906, reprint Routledge, 1999 ; Geoffrey Russel Searle, The Quest for National Efficiency, Oxford, Basil Blackwell, 1971.

35 Edmond Demolins, op. cit.,p.9.

36 Cf. Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française, Paris, PUF, 1959.

37 G. Valbert, « La Supériorité des Anglo-Saxons et le livre de M. Demolins », Revue des Deux Mondes',1er octobre 1897, pp. 697-708. Sur cet auteur, cf. Th. Loué, La Revue des Deux Mondes de Buloz à Brunetière. De la belle époque de la revue à la revue de la Belle Epoque, Université de Paris-I, sous la direction d'Alain Corbin, tome 1, 1998, p. 382. On aboutit à la situation paradoxale où c'est un Suisse protestant naturalisé qui est chargé de défendre l'image symbolique de la France culturelle catholique contre un catholique traditionaliste panégyriste des nations protestantes !

38 E. M. de Voguë, Le Roman russe, 1re édition, Paris, Plon et Nourrit, 1886, 2e édition 1888, 3e édition, 1892 ; je me sers de la nouvelle édition, Lausanne, L'Âge d'homme, 1971, p. 61.

39 F. Brunetière, « La lutte des races et la philosophie de l’histoire », art. cit. ; A. Fouillée, « Races latines », art. cit., p. 571, à propos de Le Bon et Vacher de Lapouge.

40 Frédéric Gugelot, La conversion des intellectuels au catholicisme en France (1885-1935), Paris, CNRS éditions, 1998 ; Hervé Serry, Naissance de l'intellectuel catholique, Paris, La Découverte,

2004.

41 L. Pinto, « Le détail et la nuance : la sociologie vue par les philosophes dans la Revue de Métaphysique et de morale 1893-1899 », Revue de métaphysique et de morale, 1993, pp. 141-173 ; sur les critiques adressées à la sociologie durkheimienne par cette revue voir aussi S. Soulié, thèse citée, tome 1, p. 315-18. Le rapprochement entre les deux groupes a lieu après l'Affaire sur la base de la défense du rationalisme contre les forces cléricales et nationalistes ennemies de l’innovation scientifique et de l’individualisme ainsi que face à la vague du bergsonisme vulgarisé.

42 E. Halévy, l’Angleterre et son empire, op. cit., p. 122.

43 Ibid., p. 123.

44 Ibid., p. 685-686.

45 Voir en particulier son roman Vérité publié de façon posthume en 1903. Sur ce roman voir C. Charle, Paris fin de siècle, culture et politique, Paris, Le Seuil, 1998, chap. 7.

46 Ces facteurs occuperont un rôle central à la seconde génération durkheimienne chez Simiand et Halbwachs, sensibilisés au problème par leur orientation socialiste et leur discussion des travaux statistiques ou sociologiques allemands (cf. L. Mucchielli, op. cit., pp. 492-519).

47 J.-C. Passeron, Le raisonnement sociologique, Paris, Nathan, 1992.

48  E. Durkheim, Les Règles de la méthode sociologique (1895), Paris, PUF, 1981 et Le suicide, Paris, Alcan, 1896.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Charle, « Sciences morales, sciences sociales, sciences politiques et le débat sur la « crise fin de siècle » en Europe », Revue germanique internationale, 6 | 2007, 17-37.

Référence électronique

Christophe Charle, « Sciences morales, sciences sociales, sciences politiques et le débat sur la « crise fin de siècle » en Europe », Revue germanique internationale [En ligne], 6 | 2007, mis en ligne le 18 octobre 2010, consulté le 22 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/251 ; DOI : 10.4000/rgi.251

Haut de page

Auteur

Christophe Charle

Professeur d’Histoire comparée des sociétés d’Europe occidentale aux XIXe et XXe siècles à la Sorbonne (Paris I), directeur de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC - CNRS/ENS) et membre de l’Institut Universitaire de France.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org