Navigation – Plan du site

« Œuvrer pour l’unité de la connaissance humaine » Le Congress of Arts and Science de Saint Louis (1904)

Wolf Feuerhahn
p. 139-157

Résumés

Quatre ans après les fastes des congrès internationaux de l’exposition universelle parisienne de 1900, organiser un congrès scientifique international à Saint Louis était une gageure. Pour atteindre leur but, ses organisateurs développèrent une critique radicale de la pratique congressiste contemporaine, et affirmèrent qu’elle conduisait au morcellement disciplinaire. Ainsi voulaient-ils faire de Saint Louis le lieu de naissance d’un nouveau type de congrès pour l’unité de la science. La trajectoire de son principal promoteur, Hugo Münsterberg, venu d’Allemagne, ainsi que les débats qu’il occasionna, permettent de se rendre compte que ce congrès était le résultat du transfert aux États-Unis de la redéfinition du rôle de la philosophie comme discipline reine initiée par les néokantiens de Bade.

Haut de page

Notes de l’auteur

« Œuvrer pour l’unité de la connaissance humaine »1

Texte intégral

  • 2  Hugo Münsterberg, « Der Internationale Gelehrtenkongress », in : Amtlicher Bericht über die Weltau (...)

« Je propose qu’au lieu d’avoir cent congrès disjoints les uns des autres, nous en ayons un seul, peut-être avec 100 sections, mais un seul congrès et que cet unique congrès regroupe la totalité du savoir humain et se fixe pour unique tâche de mettre au jour l’unité de la science2. »

  • 3  Données statistiques extraites de : Anne Rasmussen, L’internationale scientifique (1890-1914), thè (...)
  • 4  Brigitte Schroeder-Gudehus, Anne Rasmussen, Les fastes du progrès. Le guide des expositions univer (...)
  • 5  Ces comptages établis sur la base de : Brigitte Schroeder-Gudehus, Anne Rasmussen, op. cit. sont b (...)

1Au début du xxe siècle, l’organisation de congrès scientifiques internationaux est une habitude instituée dans le monde académique. Bien qu’apparue seulement cinquante années auparavant, cette nouvelle forme de communication scientifique s’est très vite répandue. Si l’on n’en dénombre que deux sessions entre 1850 et 1854, la période 1900-1904 voit l’organisation de 71 sessions3. Deux raisons contradictoires concourent à ce développement exponentiel : l’injonction selon laquelle il n’y aurait de science qu’universelle est, au siècle des nationalités, d’emblée retraduite en termes de concurrences entre les nations. Chacune prétend être la meilleure incarnation de l’universel. Cette compétition internationale pour le monopole de l’universel se manifeste de façon paroxystique avec les expositions universelles qui, nées à la même époque que les congrès, ont assez rapidement cherché à associer à l’exhibition des productions matérielles de l’art et de l’industrie, celle des idées. Les « congrès officiels » sont apparus pour la première fois dans le cadre de l’exposition universelle organisée à Vienne en 18734. On n’en comptait alors que cinq dont un seul était scientifique. Mais, à Paris en 1889, 69 congrès, dont 24 proprement scientifiques, font officiellement partie de l’exposition universelle5.

  • 6  Robert W. Rydell, All the World’s a Fair. Visions of Empire at American International Expositions, (...)
  • 7  Robert W. Rydell, John E. Findling, Kimberly D. Pelle, Fair America. World’s Fairs in the United S (...)
  • 8  Brigitte Schroeder-Gudehus, Anne Rasmussen, op. cit., p. 121.

2Si l’on considère que les expositions universelles constituent un bon critère pour placer sur le globe une capitale mondiale des savoirs, Paris fait, en 1890, figure de favorite. 40 % des expositions universelles y ont été organisés. Londres qui en a hébergé deux fois moins arrive ensuite. De façon générale, l’Europe en a accueilli 80 % ; seules les expositions de Philadelphie (1876) et de Melbourne (1880) se sont déroulées sur d’autres continents. Au cours des années 1880, les autorités américaines veulent profiter de la célébration des quatre cents ans de la « découverte » du continent par Christophe Colomb pour affirmer l’importance croissante des États-Unis dans les domaines des sciences et des techniques. Parmi les cinq villes candidates qui s’opposent, Minneapolis, Washington DC. et Saint Louis sont rapidement réduites au statut de figurantes face à deux villes qui dépassent le million d’habitants, New York et Chicago, et qui sont farouchement soutenues par les puissances financières locales6. Chicago l’emporta finalement et s’employa à rivaliser avec les expositions européennes. Le projet de construire une tour plus élevée que celle bâtie par Eiffel pour l’exposition parisienne de 1889 échoua certes, mais la grande roue, la court of honor, l’immeuble des beaux-arts ou des transports construits dans un style néoclassique avaient pour but de souligner le caractère monumental de la ville. Les « villages indigènes » devaient aussi faire oublier les fastes coloniaux de Paris7. La World’s Columbian Exposition qui attira plus de 27 millions de visiteurs fut un immense succès8. Et les 55 congrès officiels, dont sept étaient scientifiques contribuèrent à la visibilité internationale des sciences américaines. De façon générale, la rivalité entre les villes organisatrices se structurait de plus en plus autour de quelques indicateurs : la superficie de l’exposition, les réalisations architecturales faites à cette occasion, mais aussi le nombre de congrès organisés. Dans cette course aux records, l’exposition de Paris en 1900 avait placé la barre très haut. On y dénombrait 127 congrès dont 32 congrès scientifiques.

3Les autorités de Saint Louis proposèrent malgré tout de profiter du centenaire de l’acquisition de la Louisiane (1803) pour prendre leur revanche sur Chicago, d’organiser une exposition universelle et d’y adjoindre des congrès scientifiques. Mais comment faire face au gigantisme des réalisations antérieures ? Etait-il possible d’éviter le ridicule ? Le pari des organisateurs consista à repenser la forme et la finalité des congrès scientifiques officiels des expositions universelles pour transformer les faiblesses objectives de Saint Louis en atouts.

« Un nouveau type de congrès »9

  • 9  Hugo Münsterberg, « Der Internationale Gelehrtenkongress », p. 563.
  • 10  L’organisation des jeux olympiques avait au départ était attribuée à Chicago. Voir : C. R. Barnett (...)
  • 11  Robert W. Rydell, John E. Findling & Kimberly D. Pelle (éd.), Fair America. World’s Fairs in the U (...)

4En 1900, la ville de Saint Louis et ses 575 000 habitants était incomparablement plus petite que les métropoles qui avaient accueilli les dernières expositions universelles. Afin de ne pas sembler en défaut, les organisateurs de la Louisiana Purchase Exposition choisirent un site deux fois plus grand que celui de Chicago ; leur « exposition ethnologique » était encore plus importante et la « réserve philippine » comprenait pas moins de douze mille indigènes. Les huit bâtiments principaux empruntaient l’esthétique monumentale néoclassique qui avait tant impressionné les visiteurs à Chicago. Enfin, reprenant l’initiative parisienne de 1900, Saint Louis coupla son exposition avec l’organisation des troisièmes jeux olympiques de l’ère moderne10. Après sept mois d’ouverture au public (du 30 avril au 1er décembre 1904), les organisateurs pouvaient se flatter d’avoir accueilli environ vingt millions de visiteurs et ainsi atteint un score honorable même si moindre que celui de Chicago11.

  • 12  Hugo Münsterberg, « The Scientific Plan of the Congress », in : Howard J. Rogers (éd.), Congress o (...)

5Mais les promoteurs des congrès ne se cachaient pas que la ville de Saint Louis cumulait des handicaps particuliers en matière scientifique. Par rapport à Chicago ou à Paris, il semblait difficile de faire le poids : « Sa croissance récente, sa tradition académique réduite au minimum, la grande distance qui la séparait des centres anciens du savoir y compris ceux du Nouveau Monde, l’apathie des personnes de l’Est et les angoisses européennes vis à vis du climat12. » Voilà qui ne présageait rien de bon.

  • 13  Howard J. Rogers, « The History of the Congress », p. 5.
  • 14  Ibid., p. 5.
  • 15  Lettre adressée à l’automne 1902 aux organisateurs de l’exposition universelle publiée dans : Hugo (...)

6Pour pallier ces faiblesses, Frederick J. V. Skiff, le directeur des expositions, et le professeur de philosophie de Harvard, Hugo Münsterberg (1863-1916), vont, à en croire le récit rétrospectif qu’en propose le directeur des congrès de l’exposition Howard J. Rogers, fonder leurs propositions sur la critique des congrès ayant eu lieu à Chicago et Paris13. F. Skiff le premier plaide pour que « l’œuvre du congrès soit plus qu’une série de rencontres indépendantes et sans relations14 ». Münsterberg reprendra cette critique de façon systématique en ridiculisant la formule utilisée jusque là : « Le schéma traditionnel des congrès des expositions universelles consiste en une longue liste de réunions sans lien entre elles avec un long programme d’exposés sans lien les uns avec les autres. Je suis pleinement conscient qu’un tel schéma routinier […] ne requiert presque aucune préparation. Mais, déjà lors de la dernière exposition parisienne, le sentiment dominait qu’un tel arrangement était dans l’ensemble inutile, dénué de valeur pour la science et dépourvu de toute raison d’être15. » Seuls la richesse de sa tradition intellectuelle et le caractère central de sa localisation auraient permis, selon Münsterberg, à Paris de cacher ces faiblesses. Impossible de penser qu’il en ira de même à Saint Louis.

  • 16  Hugo Münsterberg, « The Scientific Plan », p. 88 : « These very fears, however, themselves suggest (...)
  • 17  Hugo Münsterberg, « The St. Louis Congress », p. 673.

7Mais, paradoxalement, les handicaps de cette dernière contraignent, selon lui, à réfléchir aux défauts de ce qui est déjà devenu une routine des congrès d’exposition16 : contre la simple juxtaposition des congrès dont le lien tant avec l’exposition qu’avec les autres congrès reste purement accidentel, Münsterberg promeut une solution opposée : plutôt que de présenter des recherches spécialisées, il faudrait mettre au jour l’unité de la pensée ; au lieu de construire un programme dépourvu de finalité d’ensemble et sans lien avec l’occasion qui en est l’origine, Münsterberg propose de mettre en place une réunion pourvue d’une mission et qui ne pourrait être réalisée que si le monde entier y participait17.

  • 18 Ibid., p. 674, 682.
  • 19  Hugo Münsterberg, « The Scientific Plan », p. 88.

8À vrai dire, cette réforme de la pratique congressiste est plutôt présentée comme la mise en œuvre de sa véritable nature. Ce qui a existé jusqu’alors ressemblait davantage à un « catalogue universitaire » dont la combinaison des enseignements relevait du hasard, à une série de communications qui auraient aussi bien été produites par les savants sans l’existence des congrès et qui « au mieux paraîtraient quelques semaines après dans leurs revues professionnelles18 ». Pour remédier à tous ces défauts de ce qu’il nommera – pour mieux souligner la nouveauté de sa proposition – des « branch-congresses19 », Münsterberg ramène son projet à un seul trait :

  • 20  Lettre adressée à l’automne 1902 aux organisateurs de l’exposition universelle publiée dans : Hugo (...)

Toutes ces exigences peuvent être remplies par un seul changement : au lieu d’une centaine de congrès sans lien les uns avec les autres, ayons un seul congrès – un congrès avec une centaine de sections certainement, mais un congrès ; et donnons à ce congrès unique le but déterminé d’œuvrer en vue de l’unité de la connaissance humaine. Donnons-lui pour mission à cette époque où le travail est spécialisé et dispersé, de rendre le monde conscient que l’idée d’unité de la vérité est trop négligée. Arrêtons un instant la course effrénée du travail dans le monde afin que nous réfléchissions aux principes fondateurs, aux relations qui les lient entre eux et au tout, à leurs valeurs et à leurs buts ; bref, donnons pour une fois un congé aux sciences du monde. […] la tâche de ce congé […], ce travail de synthèse exige véritablement la coopération de tous, il exige qu’une fois au moins toutes les sciences se réunissent en un lieu et au même moment20.

  • 21  L’objectif est de « rassembler le monde tout entier » (ibid., p. 673) « sans limites liées à des f (...)
  • 22  Hugo Münsterberg, « The Scientific Plan », p. 91.
  • 23  Hugo Münsterberg, « Der Internationale Gelehrtenkongress », p. 564.
  • 24  Howard J. Rogers, « The History of the Congress », p. 1.
  • 25  Ibid., p. 3.

9Unité – voilà le maître-mot de la proposition de Münsterberg : un seul congrès œuvrant pour l’unité de la connaissance humaine, dont la mission est de rappeler que la vérité est une. À la différence des réunions organisées dans le cadre des expositions universelles de Chicago ou de Paris, le lien entre la forme de l’échange scientifique et le contenu discuté ne serait plus accidentel, mais bien essentiel. Une telle œuvre synthétique requiert en effet la présence en un lieu et en un temps de chercheurs de toutes nationalités21 officiant dans l’ensemble des domaines du savoir : « Le fait de rassembler des savants de toutes les spécialités scientifiques n’est alors plus du tout un trait accidentel et incertain, mais devient une condition de l’entreprise toute entière22. » Ce nouveau type de rassemblement se présente d’autant plus comme le modèle par excellence du congrès international que Münsterberg souhaite qu’il entretienne également un lien nécessaire avec l’exposition universelle qui l’accueille. Car, selon lui, les organisateurs à Chicago comme à Paris n’ont pas seulement commis l’erreur de juxtaposer arbitrairement une multitude de congrès, ces derniers étaient également « dépourvus de tout lien à l’exposition universelle23 ». Les autorités de Saint Louis vont au contraire affirmer que « l’exposition et le congrès sont des termes corrélés. Le premier se focalise sur les produits visibles du cerveau et de la main humaine ; le congrès est l’incarnation littéraire de ses activités24 ». La séparation entre congrès et exposition comme entre âme et corps serait d’autant plus absurde dans le cas qui les occupe qu’« aucune exposition n’a jamais été plus apte à servir de fondement à un congrès d’idées que celui de St. Louis. L’idéal de l’exposition […] était son influence éducative25 ».

« A “real system” »

  • 26  Sur les hypothèses de Münsterberg relatives au propos central du congrès, voir : Hugo Münsterberg, (...)
  • 27 Ibid., p. 91.

10Pour être à la hauteur d’une telle régénérescence de l’idée de congrès, il fallait désormais proposer un thème fédérateur qui ne donne pas l’impression aux auditeurs de retomber dans la succession routinière d’interventions que seuls les spécialistes peuvent comprendre26. La solution ne pouvait résider selon Münsterberg en un simple exposé historique des progrès des sciences depuis l’acquisition de la Louisiane. Outre qu’une telle présentation aurait une signification très différente pour les différents domaines du savoir et bien souvent un caractère arbitraire pour des sciences très jeunes ou au contraire très anciennes, elle n’abolirait surtout pas l’impression de juxtaposition des enquêtes et ne justifierait aucunement de rassembler tous les scientifiques en un même lieu. De son côté, faire de la contribution des sciences aux progrès de l’humanité le point de convergence du congrès risquait de minimiser l’importance des disciplines théoriques. Mais « l’exposition universelle n’était ni seulement une œuvre historique et mémorielle, ni non plus seulement l’exposition des outils pratiques de la civilisation technique, son but le plus profond était, somme toute, de s’efforcer de créer des relations internes entre les énergies de notre époque27 ». Les relations internes entre les sciences furent ainsi adoptées comme thème fédérateur du congrès. Il permettait d’éviter toute impression de juxtaposition, de faire du rassemblement de savants du monde entier une condition nécessaire de l’entreprise et enfin d’éliminer d’emblée les spécialistes médiocres incapables d’offrir une vue synthétique des relations de leurs sciences avec les autres.

  • 28 Ibid., p. 93 (the demand for correlation).
  • 29 Ibid., p. 92.
  • 30 Ibid., p. 93.

11Pour insister sur la nécessité d’un tel congrès, Münsterberg l’érige en réponse à une « exigence de corrélation » propre à l’époque28. Le discrédit à l’égard de la synthèse hégélienne aurait produit dans un premier temps une généralisation de la méthode analytique à tous les domaines du savoir. Mais le morcellement disciplinaire qui suivit requerrait, selon Münsterberg, une « nouvelle synthèse29 ». Si son idéal unificateur l’amène à reconnaître que seule « la pensée gigantesque d’un unique génie » pourrait accomplir la « grande aperception synthétique pour laquelle notre époque semble mûre », la centaine de conférences du congrès aura néanmoins vocation à préparer l’avènement d’un tel génie en promouvant « la conscience parmi les sciences de notre temps qu’elles forment un tout30 ».

  • 31  Hugo Münsterberg, « The St. Louis Congress », p. 675.
  • 32  Ibid., p. 676.
  • 33  Ibid.
  • 34  Ibid.
  • 35  Ibid., p. 677.
  • 36  Normative science, historicalscience, physicalscience, mentalscience, utilitariansciences, socialr (...)
  • 37  Howard J. Rogers, « The History of the Congress », p. 50, 77-80.
  • 38  Hugo Münsterberg, « The St. Louis Congress », p. 675.
  • 39  Hugo Münsterberg, « The Scientific Plan », p. 86 ; Howard J. Rogers, « The History of the Congress (...)

12Reste toutefois à élaborer un plan du congrès qui soit à la hauteur de ces hautes exigences. Dans un geste qui rivalise explicitement avec Aristote, Bacon, Comte et Spencer31, Münsterberg propose alors un nouveau système des sciences seul à même de répondre à « l’idéalisme qui vient32 ». Sa nouveauté tient à la capacité qu’il aurait de dépasser les positions unilatérales qui, selon lui, ont structuré la pensée savante du xixe siècle depuis le déclin de l’hégélianisme. Sa thèse est que le primat de la biologie défendu par l’approche positiviste et moniste a laissé la place à celui de la psychologie et ainsi à un dualisme entre les sciences physiques et les sciences du mental. Mais s’adossant à ce qu’il présente comme une tendance lourde de notre temps, Münsterberg défend l’idée que si le matérialisme était anti-philosophique, le dualisme psychologique serait non philosophique33, tous deux partageraient un même présupposé selon lequel « notre vie est une série de phénomènes causaux34 ». Contre une telle vision, Münsterberg se fait le champion de l’irréductibilité du monde des valeurs au monde des phénomènes. Notre vie historique ne peut être adéquatement exprimée que si l’on considère qu’elle a « une signification (meaning), que c’est une intention (purpose) que nous voulons comprendre et cela non pas en considérant ses causes et ses effets, mais en interprétant ses buts et en mesurant ses idéaux35 ». Cette distinction entre intentions et phénomènes le conduit à distinguer, au sein de la connaissance théorique, les « sciences des intentions » (sciences of purposes) des « sciences des phénomènes » (sciences of phenomena). Parmi les premières, les « sciences normatives » s’occupent des intentions collectives et les « sciences historiques » traitent des intentions individuelles ; parmi les secondes, les « sciences physiques » étudient des objets qui sont possibles pour n’importe quel sujet et les « sciences psychologiques » expliquent les phénomènes qui n’intéressent qu’un seul individu. À ces quatre « sciences théoriques » s’ajoutent trois « sciences pratiques » : celles qui visent le bien-être matériel (les sciences utilitaires), celles qui cherchent à harmoniser les intérêts de l’homme (les sciences régulatrices) et enfin celles qui ont vocation à le perfectionner (les sciences culturelles) ; sept sciences qui formeront les sept divisions du congrès36. L’arbre des sciences de Münsterberg va ensuite se ramifier à partir de ces branches initiales par dichotomies successives. Du plus général au plus particulier, le programme du congrès comprendra ainsi sept divisions, 24 départements et 128 sections. Chaque section, qu’elle porte sur la philosophie de la religion, les mathématiques appliquées ou l’administration coloniale, sera organisée de façon identique : un président donnant la parole à deux intervenants : le premier traitera des conceptions fondamentales et des méthodes du domaine considéré, le second des progrès de celui-ci depuis l’acquisition de la Louisiane (1803). Cette architectonique logique devait se retrouver dans l’organisation temporelle du congrès : le lundi 19 septembre après-midi, l’ensemble des savants fut accueilli par les organisateurs du congrès, le mardi matin, chaque division se réunit séparément, le mardi après-midi, ce fut le tour de chaque département. Du mercredi au samedi, la discussion eut lieu au sein des sections. À chacun de ces niveaux, les discussions portaient sur l’unité de la science, de ses grandes divisions ou de ses sections. En manière d’apothéose, pour éviter l’impression d’éparpillement que pouvaient occasionner les réunions de sections, l’unité devait une dernière fois être rappelée le dimanche 25 septembre où l’ensemble des congressistes était appelé à se retrouver non pour un office religieux, mais pour écouter les deux dernières sections qui portaient sur l’influence religieuse personnelle puis sociale37. Cette immense entreprise, indice des « efforts les plus profonds et des énergies les plus secrètes de notre époque38 » constituait le modèle d’un nouveau type de congrès qui ne devait plus faire pâle figure, mais constituer le « couronnement » des expositions universelles39.

  • 40  Howard J. Rogers, « The History of the Congress », p. 19.
  • 41  Hugo Münsterberg, « The Scientific Plan », p. 87.
  • 42  Hugo Münsterberg, « The St. Louis Congress », p. 682.
  • 43  Howard J. Rogers, « The History of the Congress », p. 43.
  • 44 Ibid., p. 3.
  • 45  Hugo Münsterberg, « The St. Louis Congress », p. 682.
  • 46  Hugo Münsterberg, « The St. Louis Congress », p. 674.
  • 47  Hugo Münsterberg, « The Scientific Plan », p. 131 : « the concentration of these hundreds of addre (...)
  • 48  Hugo Münsterberg, « Der Internationale Gelehrtenkongress », p. 568.

13Malgré tous ces efforts, la cohabitation entre l’exposition et le congrès fut difficile. Le train qui permettait de se déplacer dans l’exposition passait le long de deux des salles de conférences et empêchait les participants de s’entendre40. De façon générale, « l’agitation d’une exposition universelle est le pire cadre possible pour un tel échange d’idées41 ». Voilà pourquoi l’existence matérielle du congrès importait finalement moins aux organisateurs que la trace qu’il devait laisser bien au-delà de ses contemporains. Pour devenir une « nouvelle force de civilisation42 », pour conserver « l’esprit de l’exposition43 » « longtemps après que ses monuments auront disparu44 », rien de tel qu’un livre ! La publication des actes du congrès (en 8 volumes finalement) devait constituer un véritable « monument gigantesque de la pensée moderne45 ». Plus encore, Münsterberg insiste pour que ce livre ne prenne pas la forme d’une « grande encyclopédie » qui, à l’image des bibliothèques, juxtaposerait les savoirs les uns aux autres, mais soit un « véritable système46 » soulignant la nécessité des liens entre les savoirs. Conçu d’un point de vue logique, le congrès retrouve ainsi, sous forme écrite, sa nature première, libéré de ce que Münsterberg percevait comme les contraintes du réel47, contraintes qu’il avait pourtant limité au maximum : « Pour l’essentiel on a évité les discussions improvisées afin de ne pas nuire à la clôture interne de l’ensemble de l’œuvre48 ! »

L’universel d’un point de vue allemand ?

  • 49  John Dewey, « The St. Louis Congress of Arts and Science », Science, New Series, vol. 18, Aug. 28, (...)
  • 50 Ibid., p. 277.
  • 51 Ibid., p. 278.

14La conception livresque et a priori qui est à la base de cette redéfinition des congrès internationaux a fait l’objet de critiques dès la parution des premières esquisses de programmes. En 1903, le philosophe John Dewey réagit et dénonce dans la revue Science la prétendue universalité du plan. Derrière une architectonique soi-disant purement logique, Dewey voit à l’œuvre « un schème caractéristique d’une école de pensée philosophique bien particulière » et il interroge la légitimité qu’il y a à fonder un congrès international des arts et de la science sur « une idée intellectuelle sectaire qui représente une logique a priori particulière49 ». L’enjeu est d’autant plus lourd qu’il ne relève pas, selon lui, uniquement de la science, mais est aussi politique puisqu’une telle approche mettrait en péril le caractère démocratique de la vie scientifique contemporaine50. La tâche qui consiste à définir l’unité de la connaissance humaine et à en proposer une division n’incombe pas à un comité organisateur, mais aux scientifiques eux-mêmes. Contre les aberrations de cette logique a priori qui consistait par exemple à faire de la science du langage une science des intentions individuelles et d’exclure tout lien possible avec la logique (parce que celle-ci ne s’occuperait que des intentions collectives) ou la physiologie (parce que cette dernière ne serait pas une science des phénomènes), Dewey fait valoir « l’activité vitale de ceux qui sont engagés dans la recherche collective de la vérité et dans l’édification d’un système de la connaissance humaine qui fonctionne51 ».

15À l’arrière-plan de cette critique du théoricisme de Münsterberg, il y a le rejet par le comité organisateur du projet élaboré par un collègue de Dewey à l’Université de Chicago : Albion W. Small. Sa proposition consistait à exposer non pas l’interprétation savante des progrès du savoir, mais plutôt l’interprétation savante des progrès de la civilisation en général. Pour ce faire, il suggérait de diviser les intérêts humains en six groupes :

  1. la promotion de la santé

  2. la production de la richesse

  3. l’harmonisation des relations humaines

  4. la découverte et la diffusion de la connaissance

  5. le progrès dans les beaux-arts

    • 52  Howard J. Rogers, « The History of the Congress », p. 8.

    le progrès en religion52

  • 53  Newcomb avait également proposé un plan pour le congrès calqué sur le Parlement mondial des religi (...)
  • 54  Albion W. Small, John Dewey, The Demands of Sociology and Pedagogy and My Pedagogic Creed, N Y and (...)
  • 55  Jean-Michel Chapoulie, La tradition sociologique de Chicago, Paris, Seuil, 2001, p. 43.
  • 56  Lettre de Small à Münsterberg en date du 3 février 1903 citée dans : A. W. Coats, « American Schol (...)
  • 57  Lettre de Small à Nicholas M. Butler en date du 17 février 1903 citée dans : ibid., p. 407.
  • 58  Lettre de Small à Münsterberg en date du 3 février 1903 citée dans : ibid.
  • 59  Voir : A. W. Coats, « American Scholarship », p. 407, n. 12.
  • 60  2 volumes, London, Sampson low, Marston & company, 1894.
  • 61  Nathaniel S., Shaler, The United States of America, London, Sampson low, Marston & company, 1894, (...)

16Le projet de Small ne fut pas retenu, mais il sera le second vice-président du congrès après Simon Newcomb, son président53, et Hugo Münsterberg, le premier vice-président. Small avait été l’une des premières recrues de la nouvelle Université de Chicago. Il était assez proche de Dewey. Il avait en effet publié en 1897 avec ce dernier un ouvrage réunissant un article de chacun des deux professeurs de la toute jeune université de Chicago et qui défendait le caractère social des institutions pédagogiques54. Par-delà le caractère éclectique de l’épistémologie de Small55, il partageait certaines des positions cardinales de Dewey. La critique principale de Small à l’égard du projet de Münsterberg – celle d’« illusion scolastique56 » – reprenait ainsi l’un des mots d’ordres fondateurs du courant pragmatiste. Pour lui, comme pour Dewey, ce sont « les intérêts humains et non les catégories logiques qui font le monde57 ». Ignorer ce fait revient à supposer que « la science académique est le centre de gravité du monde58 ». Ce point de vue explique sans doute que Small affirme dans une esquisse de son plan59 qu’il s’est explicitement inspiré de l’ouvrage collectif dirigé par le professeur de géologie de Harvard Nathaniel S. Shaler : The United States of America. A study of the american Commonwealth, its natural resources, people, industries, manufactures, commerce, and its work in litterature, science, éducation, and self-government60. Il s’agit d’un ouvrage de synthèse qui ne s’adressait volontairement pas au chercheur qui a le temps de consulter diverses monographies détaillées, mais au citoyen américain, « cet homme très occupé [… qui a besoin] qu’on déroule devant lui l’Amérique d’aujourd’hui comme une carte61 ».

  • 62  George Haines IV, Frederick H. Jackson, « A neglected Landmark in the History of Ideas », Mississi (...)
  • 63  A. W. Coats, « American Scholarship », p. 408.
  • 64  Pierre-Gerlier Forest, « Montrer pour démontrer : le Congrès des Arts et des Sciences de l’Exposit (...)

17Si la critique de Dewey se contente de parler d’une « école philosophique particulière », les quelques historiens qui se sont penchés sur ce congrès ont tôt fait de lui donner une caractérisation nationale : G. Haines IV et F. H. Jackson en font le vecteur d’une « réaction idéaliste » d’origine germanique62, A. W. Coats le considère comme le « produit direct d’une passion germanique pour le pur savoir63 » et P.-G. Forest évoque le « caractère curieusement “allemand” de cette rencontre internationale64 ».

  • 65  Pierre-Gerlier Forest, « Montrer pour démontrer », p. 143.
  • 66  Sont exclus ici du comptage les interventions courtes (ten minute speakers).
  • 67  À vrai dire, si l’on se fie à la première esquisse de programme (décembre 1903), le poids des Alle (...)

18En effet, ne serait-ce que d’un point de vue statistique, il est frappant de remarquer le poids de la délégation allemande au Congrès de Saint Louis. D’après les comptes de P.-G. Forest65, sur 109 conférenciers (speakers)66 étrangers, 34 étaient allemands. Le Royaume-Uni venait ensuite avec 21 intervenants, puis la France qui en comptait 18. En pourcentages, les Allemands, représentaient donc presque un tiers des étrangers (31 %)67. Cette importance numérique était d’ailleurs vécue par les autres nations comme une domination. Les archives du ministère français de l’Instruction publique témoignent des efforts déployés par le commissaire général pour la France Michel Lagrave pour lutter contre la suprématie des Allemands. Dans une lettre adressée au Ministre de l’Instruction publique, ce dernier tire la sonnette d’alarme à quelques mois de l’ouverture du congrès :

J’ai eu l’honneur de vous faire connaître que l’Administration américaine avait décidé d’inviter un certain nombre de savants français à prendre part aux congrès qui se tiendront à Saint Louis au mois de Septembre prochain.

Toutefois, d’après les réponses qui sont parvenues, je constate que vingt personnages français seulement ont accepté l’invitation qui leur était adressée.

D’autre part, je constate que les savants allemands qui avaient été sollicités en même temps que les nôtres ont répondu favorablement en beaucoup plus grand nombre.

Il en résulte que notre représentation scientifique est très inférieure, au point de vue du nombre à la représentation allemande.

Si l’on veut bien se rendre compte de l’importance de cette manifestation, c’est là une situation qui doit nous préoccuper et sur laquelle je me permets d’appeler toute votre attention.

  • 68  Archives nationales, archives du ministère de l’Instruction publique, cote : F17 2760, d. 11 : let (...)

Je suis disposé, en ce qui me concerne, à faire les démarches les plus actives en vue d’obtenir que de nouvelles invitations soient adressées à des savants français ayant une autorité au moins égale à celle des savants étrangers déjà choisis par les Américains68.

  • 69  Archives nationales, archives du ministère de l’Instruction publique, cote : F17 2760, d. 11 : let (...)

19Cette requête est prise très au sérieux par le Ministre de l’Instruction publique (22 mars 1904). Le ministère des Affaires étrangères s’inquiète aussi du fait que les Français ne répondent pas aux invitations américaines : « Le nombre des invitations, en effet, est nécessairement limité, l’Exposition payant les frais de ces voyages. Or, plus de la moitié de celles qui nous ont été adressées ont été refusées, ou dès l’abord ou par la suite. Les savants allemands, au contraire, soit par disposition naturelle, soit d’après de ce qui a été assuré à M. Jusserand, sur un mot d’ordre de l’Empereur, ont accepté en très grand nombre. Dans ces conditions, quelques efforts qu’ait pu faire notre Commissaire général, la science allemande sera sûrement plus abondamment représentée que la nôtre69. »

  • 70  Hugo Münsterberg, Die Amerikaner, Berlin, Ernst Siegfried Mittler und Sohn, 1904, p. III, VII.
  • 71 Amtlicher Bericht über die Weltausstellung in St. Louis 1904, erstattet vom Reichskommissar, Berlin (...)

20Plusieurs textes de Münsterberg confortent l’idée que ce dernier organisait cette domination allemande. Dans un ouvrage publié en allemand juste avant le congrès et ayant vocation à présenter aux Allemands « l’Américain actuel », il affirme qu’à travers ce congrès il s’agit d’attribuer « la part du lion » à ses compatriotes70. On peut également être surpris de découvrir que c’est Münsterberg lui-même qui rédigea la partie consacrée au congrès du rapport des autorités allemandes sur l’exposition de Saint Louis ; un texte dans lequel il se réjouit d’ailleurs qu’« aucun autre pays étranger n’ait été représenté par un plus grand nombre de conférenciers officiels ni par une plus fière couronne de noms exceptionnels [au point qu’il] lui semble presque naturel que la vie sociale de cette semaine festive se soit toujours regroupée autour du Pavillon Allemand71 ».

  • 72  Hugo Münsterberg, Die Amerikaner, 1904, vol. 1, p. VII.
  • 73  À propos du succès de American Traits, voir : Hugo Münsterberg, Die Amerikaner, 1904, Band 1, p. V (...)
  • 74  Margaret Münsterberg, Hugo Münsterberg. His life and work, New York, London, D. Appleton and Co., (...)
  • 75 Ibid., p. 83-86.

21De fait, Münsterberg ne faisait pas seulement œuvre de savant, il était aussi un promoteur actif des relations germano-américaines. À cette fin, il avait publié dès 1901 American Traits un ouvrage dans lequel il critiquait les faiblesses de la culture américaine et leur opposait, de son propre aveu, la profondeur et la beauté de la culture allemande. Inversement, Die Amerikaner (1904) cherchait à lutter contre les stéréotypes allemands portant sur les Américains en tentant d’élucider « l’essence de l’américanisme72 ». Ces deux ouvrages connurent un succès certain73. Ces activités ne relevaient pas du seul essayisme, mais s’accompagnaient d’un activisme politique. Münsterberg entretenait de bonnes relations avec Theodore Roosevelt, alors vice-président des États-Unis74. Lorsque le frère de l’Empereur Guillaume II, le prince Heinrich effectua en 1902 son Good-Will-Tour, c’est Münsterberg qui le reçut à Harvard75. Il fit également partie des fondateurs du Germanic Museum de Harvard créé à cette occasion et qui avait vocation à diffuser la culture allemande aux États-Unis.

  • 76  Voir : Matthew Hale Jr., Human Science and Social Order : Hugo Münsterberg and the Origins of Appl (...)

22Ces activités expliquent peut-être qu’il ait été accusé d’espionnage76, certainement l’importance de la délégation allemande au Congrès de Saint Louis, mais il ne faudrait pas oublier qu’Albion W. Small avait lui aussi des liens étroits à l’Allemagne : il y avait poursuivi ses études de 1879 à 1881 dans les Universités de Berlin puis de Leipzig et s’était marié à une Allemande. Les origines allemandes de Münsterberg restent un facteur trop général pour expliquer la spécificité de son projet.

Münsterberg, un émigré organisateur de congrès ou comment faire de nécessité vertu

  • 77  Hugo Münsterberg, « The International Congress of Arts and Sciences », Science, New Series, 18, 19 (...)

23Dans la réponse qu’il publie aux critiques de Dewey, Münsterberg justifie son plan en renvoyant à deux de ses récentes productions : un épais volume paru en allemand en 1900 : les Grundzüge der Psychologie et un résumé en anglais qu’il en a proposé dans la revue qu’il dirigeait à Harvard77. Il propose dans ces textes un gigantesque arbre des sciences dont le plan du congrès reprend l’essentiel. Le congrès des arts et de la science est donc bien plus qu’une réponse accessoire à une demande contingente : Münsterberg s’y engage corps et âme, il en fait le vecteur de l’adoption internationale de sa pensée classificatoire. La trajectoire de Münsterberg devrait donc fournir des clés pour en saisir les enjeux.

24Ceux qui se sont intéressés à cette figure désormais oubliée de la science ont du mal à le classer : Allemand vivant aux États-Unis, psychologue formé au départ à l’école de Wilhelm Wundt, mais aussi philosophe idéaliste proche des néokantiens de Bade, promoteur de la psychotechnique, il fut enfin l’un des premiers analystes du film.

  • 78  Hugo Münsterberg, Die Lehre von der natürlichen Anpassung in ihrer Entwickelung, Anwendung und Bed (...)
  • 79  Sur le statut fondateur de la psychologie pour les sciences de l’esprit chez Wundt, voir : Max Web (...)
  • 80  Anneros Meischner-Metge, « Wilhelm Wundt und Hugo Münsterberg – ihr Verhältnis im Spiegel des Brie (...)
  • 81  Hugo Münsterberg, Die Willenshandlung. Ein Beitrag zur Physiologischen Psychologie, Fribourg-en-Br (...)
  • 82  Hugo Münsterberg, Frühe Schriften, p. 21.
  • 83  Lettre du 3 février 1889 à C. Ladd-Franklin, in : I. K. Skrupskelis, E. M. Berkeley (éd.), The Cor (...)
  • 84  William James, The Principles of Psychology, vol. II, Cambridge (Mass.), Londres, Harvard Universi (...)
  • 85  Voir : Jochen Fahrenberg, Reiner Stegie, « Beziehungen zwischen Philosophie und Psychologie an der (...)

25La formation initiale de Münsterberg s’est faite dans le temple de la psychologie allemande : Leipzig. Mais, loin de se présenter comme un disciple fidèle, dans une première version de sa thèse de doctorat de philosophie sous la direction de Wundt, il étendait la validité de la théorie darwinienne au-delà de la cellule, du tissu ou de l’organe aux phénomènes psychologiques. Ceci lui valut les foudres de Wundt qui refusa la publication de cette seconde partie de sa thèse78. L’enjeu était lourd : il ne s’agissait rien de moins que des rapports entre psychologie et physiologie et corrélativement entre sciences de l’esprit et sciences de la nature. Wundt s’était fait un ardent partisan de l’irréductibilité des premières, érigeant la psychologie en fondement des sciences de l’esprit79 contre les différentes formes de réductionnisme matérialiste. Il ne pouvait accepter que l’un de ses élèves le contredise sur ce point. Münsterberg quitte alors Leipzig pour Heidelberg où il obtient son doctorat de médecine. Souhaitant malgré tout valider la seconde partie de sa thèse comme habilitation en philosophie, il s’adresse – sur le conseil de Wundt80 – à Alois Riehl professeur en poste à Fribourg-en-Brisgau qui le soutient. Ceci donne lieu à un ouvrage sur l’action volontaire dans lequel les critiques de Wundt sont explicites81. Münsterberg y conteste la distinction wundtienne de principe entre l’action volontaire et l’action réflexe. Il étend au contraire la validité du concept de réflexe, faisant même de la finalité le résultat d’un processus de sélection phylogénétique, ce qui tend à supprimer le rôle de la conscience central pour la conception wundtienne de l’action volontaire82. William James s’appuie dès cette époque sur le livre de Münsterberg qu’il considère comme « la chose la plus originale et vigoureuse sur la volonté83 » pour critiquer le primat de la conscience de l’effort sur le mouvement musculaire. Pour lui, cette conscience n’en est qu’une conséquence84. Après avoir fait connaissance au premier congrès de psychologie de Paris en 1889, les deux hommes entament une correspondance. Impressionné par les travaux que Münsterberg mène dans le cadre de son laboratoire à Fribourg, W. James va lui proposer de s’occuper de celui de Harvard. À l’époque, Münsterberg ne voit pas comment progresser dans sa carrière académique85 et malgré quelques hésitations accepte de partir en 1892 pour trois années aux États-Unis.

  • 86  Klaus Christian Köhnke, Entstehung und Aufstieg des Neukantianismus. Die deutsche Universitätsphil (...)
  • 87  Tübingen fut, en 1863, la première université à avoir créé une faculté de « sciences de la nature  (...)
  • 88  Voir Wolf Feuerhahn, op. cit.
  • 89  Rickert a témoigné de la distance qui, au départ, le séparait de Münsterberg et l’expliquait par s (...)
  • 90  Anneros Meischner-Metge, « Wilhelm Wundt und Hugo Münsterberg », p. 276-277. Outre ses relations t (...)
  • 91  Margaret Münsterberg, Hugo Münsterberg, p. 52-61.

26Lorsqu’il revient à Fribourg en 1895, la situation a changé. Avec Strasbourg et Heidelberg, cette université est en train de devenir l’un des centres du néo-idéalisme. Suite à deux tentatives d’assassinat de l’Empereur en 1878, la politique de Bismarck a pris un tournant très nettement conservateur. Ceci s’est traduit, sous l’impulsion de Wilhelm Windelband, par une réorientation idéaliste de la philosophie et un rejet de toute doctrine pouvant évoquer une confusion entre enquêtes empiriques et déductions transcendantales, entre propos scientifiques et recherches philosophiques ; tout empirisme étant considéré comme un radicalisme politique86. Après deux décennies (1860-1870) où, face au développement des sciences de la nature, les philosophes s’étaient mis à leur école, les années 1880 virent à nouveau s’affirmer une définition de la philosophie comme reine des sciences. Instance législatrice, la philosophie a vocation, selon Windelband, non à produire du savoir – ce serait retomber dans les illusions de l’idéalisme absolu – mais à organiser l’espace des sciences. Son discours rectoral de Strasbourg (1894) érige ainsi la philosophie en garante de l’unité de l’université à une époque où les sciences de la nature revendiquent de sortir du giron de la faculté de philosophie87. Surtout, il répond aux systèmes des sciences proposés par Wundt et Dilthey qui, tous deux, faisaient de la psychologie le fondement des sciences de l’esprit88. Windelband, au contraire, range définitivement la psychologie parmi les sciences de la nature et fait de façon générale de cette science et de sa tendance à réduire la validité de la pensée à sa genèse dans l’esprit, l’ennemi principal de la philosophie. Souvent classé parmi les néokantiens de Bade, Münsterberg entretient en 1895 des liens compliqués avec ce courant. Bien qu’ami de Rickert, lui-même élève de Windelband, il leur apparaît avant tout comme un promoteur de la psychologie expérimentale89. C’est Rickert qui devait prendre la succession de Riehl en 1896 et ainsi asseoir le néo-idéalisme dans cette université. Jusqu’en mars 1897, Münsterberg fait tout – y compris demander le soutien de Wundt – pour trouver un poste de professeur ordinaire en Allemagne, mais ces diverses tentatives échouent90. Après de longues tergiversations, il répond positivement aux demandes pressantes de James et se décide à émigrer. C’est manifestement pour Münsterberg un déchirement91.

  • 92  Abdelmalek Sayad, La double absence, Paris, Seuil, 1998.
  • 93  On a retrouvé la trace de démarches auprès de Königsberg (1905), Leipzig et Breslau (1911) ; voir (...)

27À lire les témoignages de et sur Münsterberg, il semble qu’il ait vécu de façon profonde le paradoxe de l’émigré ; celui de n’être ni d’ici, ni de là-bas92 ; ceci d’autant plus que Münsterberg ne renonça jamais à trouver une chaire en Allemagne93. Toutefois, parallèlement, détenteur d’un poste à Harvard, il va tenter de faire de sa situation d’entre-deux un atout et s’appuyer pour cela sur le contexte d’accueil.

  • 94  Voir Bruce Kuklick, The Rise of American Philosophy : Cambridge, Massachusetts, 1860-1930, New Hav (...)
  • 95  Margaret Münsterberg, Hugo Münsterberg, p. 71.
  • 96  Margaret Münsterberg, Hugo Münsterberg, p. 72.

28Les États-Unis deviennent alors une puissance de premier plan et cherchent à redéfinir les relations de subordination qu’ils entretenaient jusque-là avec les pays européens. Parallèlement à son rôle de médiateur pour le grand public entre l’Allemagne et les États-Unis, Münsterberg se fait le promoteur de la professionnalisation de l’université américaine. À une époque où celle-ci s’efforce de se libérer de la dépendance vis-à-vis du monde académique européen et en particulier allemand et fonde des graduateschools, la concurrence entre les institutions devient sévère. L’engagement du président de l’Université Harvard, Charles Eliot, en vue de la nomination de Münsterberg témoigne à la fois du poids du modèle allemand d’enseignement supérieur, mais aussi de la menace qu’incarne alors notamment l’Université Johns Hopkins de Baltimore qui a beaucoup plus tôt pris le parti de former des docteurs94. À l’image de ce que faisait Windelband pour les universités de Bade, Münsterberg va tenter de donner une forte unité intellectuelle à l’Université Harvard. Ceci s’exprime ouvertement en 1901 à travers le projet de construction d’un bâtiment pour le département de philosophie. Pour lui, les raisons d’une telle construction sont identiques à la refonte de la pratique congressiste : Münsterberg veut remédier à la spécialisation propre à notre époque : « L’Université a quelque peu perdu de vue l’unité de tous les sujets philosophiques et a oublié par-dessus tout que cette philosophie unifiée est plus qu’une science parmi d’autres, elle est en effet la science centrale qui, à elle seule, a le pouvoir de donner une unité intérieure à l’ensemble du travail universitaire95. » À la manière de Windelband qui, dans son discours de rectorat de Strasbourg, s’opposait à ce que la philosophie soit une science comme les autres, Münsterberg veut faire de la philosophie un repère pour tous les étudiants et les savants. Le bâtiment devra donc se situer au centre du campus (in the midst of the yard), seul moyen d’incarner les « efforts intellectuels de notre université pour créer une unité réelle et une connexion interne » entre les disciplines96. Unité réelle, connexion interne : qu’il s’agisse de garantir le prestige de Harvard ou la visibilité internationale du Congrès de St Louis, la méthode est la même. L’usage de cette critique néo-idéaliste allemande du spécialisme en contexte américain témoigne des effets de décalage que peuvent produire des transferts de raisonnements. L’université américaine amorce tout juste sa professionnalisation et il y a quelque anachronisme à faire la critique de ses effets nocifs.

29Mais le coup de force principal de Münsterberg devait consister à réunir les philosophes de Harvard derrière une bannière et ce sera… l’idéalisme !

  • 97  Margaret Münsterberg, Hugo Münsterberg, p. 72.

Toutes les déclarations publiques issues, ces dernières années, du département sont porteuses de cet idéalisme malgré la plus grande diversité possible de sujets spécifiques et de leurs modes spécifiques de traitement97.

  • 98  L’objectif explicite du congrès était d’affirmer la puissance montante de la science américaine. L (...)

30La situation d’entre-deux de Münsterberg se manifeste non seulement dans le choix de nommer le bâtiment « Emerson Hall » d’après R. W. Emerson qui se voulait fondateur d’une philosophie américaine par le biais du transfert de la philosophie allemande aux États-Unis ; mais aussi dans le congrès où ce sont les Américains qui se taillent en fait la part du lion loin devant les Allemands98.

31Pour W. James qui a fait venir Münsterberg, la construction du nouveau bâtiment Emerson et le congrès font système, ils érigent la philosophie en discipline reine qui détermine la place des savoirs :

  • 99  Cité dans : Francesca Bordogna, William James at the Boundaries, Chicago, Chicago University Press (...)

Le programme du Congrès de Münsterberg me semble par exemple n’être que pures sornettes […], une sorte d’office religieux en l’honneur de la boutique de philosophie professionnelle avec sa faculté, ses départements et sections, son étiquette mutuelle, ses postes à pourvoir […]. Le congrès de M-g semble être l’expression parfaitement inévitable du système de ses Grundzüge, une construction artificielle afin de rendre inaliénable l’autorité de professeurs, peu importe les âneries qu’ils peuvent proférer, comme si l’esprit bureaucratique était la fine fleur de la révélation de la nature par elle-même. Il est évident qu’une différence comme celle qu’il y a entre moi et M-g est une expression splendide du pragmatisme. Je veux un monde anarchique, M. un monde bureaucratique et chacun d’entre nous fait appel à la « nature » pour le soutenir99.

  • 100  Sur l’opposition de James à Münsterberg, voir : Francesca Bordogna, William James at the Boundarie (...)

32James va s’opposer tant qu’il le pourra à la construction de l’Emerson Hall dont l’esthétique néoclassique, propre et sèche, lui rappelle la domination de la philosophie sur les autres disciplines comme le schématisme abstrait du congrès100. Par ce biais il retrouve les critiques contemporaines de Dewey. Proche de ce dernier, il ne saurait accepter d’être rangé sous la bannière idéaliste et s’oppose à la tentative de Münsterberg pour fonder une école de pensée à Harvard en créant l’expression d’« école de Chicago » :

  • 101  Lettre du 29 octobre 1903 à S. Wyman Whitman, in : I. K. Skrupskelis, E. M. Berkeley (éd.), The Co (...)

Durant les six derniers mois, Chicago a donné naissance au fruit de 10 ans de gestation sous la direction de John Dewey. Le résultat est merveilleux – une véritable école et une véritable pensée. Une pensée importante en outre ! […] Ici nous avons de la pensée, mais pas d’école. À Yale, il y a une école, mais pas de pensée. Chicago a les deux101 !

  • 102  Lettre du 3 août 1901 de James à Münsterberg, in : I. K. Skrupskelis, E. M. Berkeley (éd.), The Co (...)
  • 103  Hugo Münsterberg, « The International Congress », p. 561.
  • 104  Margaret Münsterberg, Hugo Münsterberg, p. 103.

33James fait de façon générale des options de Münsterberg un héritage national : « l’avidité des Allemands pour les distinctions – un trait pas du tout démocratique pour un Américain et qui ressemble à la vassilité anglaise102 ». En réponse à Dewey comme à James, Münsterberg critique le projet pragmatiste et révèle de la sorte ses options politiques. Pour lui, l’anarchisme de James comme la « liberté démocratique » vantée par Dewey ne ferait précisément que nourrir le spécialisme qu’il dénonce103. Il se voit même en défenseur des Américains contre les préjugés des Européens104. Opter pour le plan de Small aurait conforté les Européens dans leur image des Américains comme incapables de pratiquer la science pour la science.

  • 105  Heinrich Rickert, « Hugo Münsterberg † », p. 1.
  • 106  Hugo Münsterberg, Psychology and Life, Boston, New York, The Riverside Press Cambridge, 1899, p. 1 (...)
  • 107  Münsterberg insiste sur le fait que le congrès réunira les savants de première catégorie (Hugo Mün (...)

34Le projet architectonique du congrès comme celui architectural d’Emerson Hall sont le résultat du transfert aux États-Unis du renouveau du magistère philosophique tel que l’a développé Windelband en Allemagne dans les années 1890. Rickert se félicite d’ailleurs d’avoir converti Münsterberg au néo-idéalisme105. Il n’est donc pas innocent que la philosophie soit en tête du congrès (première de la section A des « normative sciences »). Münsterberg ne reprend certes pas les dichotomies de Windelband entre sciences idiographiques et sciences nomothétiques106, mais, comme lui et à la différence de Dilthey ou Wundt, il place la psychologie du côté des sciences nomothétiques (dans la terminologie de Münsterberg : les sciences des phénomènes). Il emprunte le geste philosophique législateur et classificatoire de ce dernier, l’importe aux États-Unis au sein d’un monde académique en quête de légitimité scientifique et l’impose même aux plus grands savants du monde entier107.

  • 108  Wilhelm Ostwald, Lebenslinien – Eine Selbstbiographie, nach der Ausgabe von 1926/27 überarbeitet u (...)
  • 109  Roger Chickering, « Das Leipziger “Positivisten-Kränzchen” um die Jahrhundertwende », in : Gangolf (...)
  • 110  Wilhelm Ostwald, Lebenslinien, p. 341.
  • 111  Ibid., 350. À l’origine, Riehl et Windelband devaient le précéder dans la section logique (« The C (...)

35Le chimiste et théoricien de l’énergétisme Wilhelm Ostwald nous dévoile l’enjeu du congrès. Dans son Autobiographie, il revient sur les circonstances de son invitation. Chargé à l’été 1903 de rendre visite aux invités allemands pressentis, quand Newcomb faisait de même avec les Français et Small avec les Anglais, les Russes et les Italiens, Münsterberg avait rencontré Ostwald. Ce dernier se moque de Münsterberg et ne se prétend pas dupe de son émigration. Pour lui, Münsterberg « participait entièrement au mouvement philosophique allemand, où il s’était rallié au groupe idéaliste d’Allemagne du Sud sous la direction de Windelband, groupe qui, par un travail conscient et acharné, cherchait à conquérir toutes les chaires philosophiques d’Allemagne108 ». Rappelant l’opposition de ce groupe aux positivistes de Leipzig109, Ostwald imagine que Münsterberg avait dû être forcé de lui attribuer une place de choix dans le congrès puisqu’il n’était pas chargé de parler de chimie physique, mais dans la section de philosophie, de méthode des sciences110. Il devait en effet traiter « de la même tâche que celle qui avait présidé à l’établissement de la réunion111 ». Or sa solution s’inspire explicitement de la hiérarchie comtienne des sciences. Quand l’on sait combien à partir des années 1880, en Allemagne, le système de Comte est dénoncé le plus souvent pour son caractère pédant et abstrait et fait figure de repoussoir pour les philosophes néo-idéalistes, on comprend que de la part d’Ostwald il s’agissait par ce biais de jeter un pavé dans la mare, d’interroger la légitimité même du congrès, implicitement d’indiquer que la pensée allemande ne saurait se limiter au néo-idéalisme de Bade et que le positivisme de Leipzig restait vivace.

36Le revirement de William James à l’égard de Münsterberg et son refus de participer au congrès témoignent de la surprise d’un homme qui croyait avoir fait venir un psychologue expérimentaliste pour pouvoir mieux se consacrer à ses travaux de philosophe et se retrouve face à un adversaire en philosophie. Le Congrès de Saint Louis et son projet grandiose de refonder la pratique congressiste est le résultat quelque peu inattendu de l’implantation à la fin du xixe siècle d’un mandarin de Fribourg en contexte américain.

Haut de page

Notes

1  Hugo Münsterberg, « The St. Louis Congress of Arts and Sciences », Atlantic Monthly 91, 1903, (p. 671-684), p. 673.

2  Hugo Münsterberg, « Der Internationale Gelehrtenkongress », in : Amtlicher Bericht über die Weltausstellung in St. Louis 1904 erstattet vom Reichskommissar, Berlin, Reichsdruckerei, 1906, vol. 1, (p. 563-571), p. 564.

3  Données statistiques extraites de : Anne Rasmussen, L’internationale scientifique (1890-1914), thèse de doctorat d’histoire de l’EHESS, 1995, p. 30. Le développement des congrès scientifiques internationaux s’inscrit dans un mouvement général de croissance des congrès internationaux de toute nature (11 % des 3716 congrès internationaux tenus entre 1850 et 1914 étaient scientifiques. Voir ibid., p. 23).

4  Brigitte Schroeder-Gudehus, Anne Rasmussen, Les fastes du progrès. Le guide des expositions universelles 1851-1992, Paris, Flammarion, 1992, p. 18. Voir aussi : Howard J. Rogers, « The History of the Congress », in : Howard J. Rogers (éd.), Congress of Arts and Science. Universal Exposition, St. Louis, 1904, Boston and New York, Houghton, Mifflin and Company, 1905, vol. 1, (p. 1-44), p. 2 et pour Paris : Anne Rasmussen, « Les congrès internationaux liés aux Expositions universelles de Paris (1867-1900) », Mil neuf cent. Cahiers Georges Sorel. Revue d’histoire intellectuelle 7, 1989, p. 23-44.

5  Ces comptages établis sur la base de : Brigitte Schroeder-Gudehus, Anne Rasmussen, op. cit. sont bien évidemment soumis à variations en fonction de ce que l’on considère comme « scientifique ».

6  Robert W. Rydell, All the World’s a Fair. Visions of Empire at American International Expositions, 1876-1916, Chicago and London, The University of Chicago Press, 1984, p. 41-43. En 1890, outre ces deux villes candidates, la troisième ville américaine qui dépasse le million d’habitants n’est autre que Philadelphie qui a accueilli une exposition universelle en 1876.

7  Robert W. Rydell, John E. Findling, Kimberly D. Pelle, Fair America. World’s Fairs in the United States, Washington and London, Smithsonian Institution Press, 2000, p. 30-44.

8  Brigitte Schroeder-Gudehus, Anne Rasmussen, op. cit., p. 121.

9  Hugo Münsterberg, « Der Internationale Gelehrtenkongress », p. 563.

10  L’organisation des jeux olympiques avait au départ était attribuée à Chicago. Voir : C. R. Barnett, « St. Louis 1904 : the Games of the 3rd Olympiad », in : J. E. Findling & K. D. Pelle (éd.), Historical Dictionary of the Modern Olympic Movement, Westport, CN, Greenwood Press, p. 18-25.

11  Robert W. Rydell, John E. Findling & Kimberly D. Pelle (éd.), Fair America. World’s Fairs in the United States, Washington and London, Smithsonian Institution Press, 2000, p. 52-57.

12  Hugo Münsterberg, « The Scientific Plan of the Congress », in : Howard J. Rogers (éd.), Congress of Arts and Science. Universal Exposition, St. Louis, 1904, Boston and New York, Houghton, Mifflin and Company, 1905, vol. 1, (p. 85-134), p. 87-88.

13  Howard J. Rogers, « The History of the Congress », p. 5.

14  Ibid., p. 5.

15  Lettre adressée à l’automne 1902 aux organisateurs de l’exposition universelle publiée dans : Hugo Münsterberg, « The St. Louis Congress », p. 673.

16  Hugo Münsterberg, « The Scientific Plan », p. 88 : « These very fears, however, themselves suggested the remedy. »

17  Hugo Münsterberg, « The St. Louis Congress », p. 673.

18 Ibid., p. 674, 682.

19  Hugo Münsterberg, « The Scientific Plan », p. 88.

20  Lettre adressée à l’automne 1902 aux organisateurs de l’exposition universelle publiée dans : Hugo Münsterberg, « The St. Louis Congress », p. 673-674.

21  L’objectif est de « rassembler le monde tout entier » (ibid., p. 673) « sans limites liées à des frontières nationales ou à des appartenances raciales » (Howard J. Rogers, « The History of the Congress », p. 26).

22  Hugo Münsterberg, « The Scientific Plan », p. 91.

23  Hugo Münsterberg, « Der Internationale Gelehrtenkongress », p. 564.

24  Howard J. Rogers, « The History of the Congress », p. 1.

25  Ibid., p. 3.

26  Sur les hypothèses de Münsterberg relatives au propos central du congrès, voir : Hugo Münsterberg, « The Scientific Plan », p. 88-91.

27 Ibid., p. 91.

28 Ibid., p. 93 (the demand for correlation).

29 Ibid., p. 92.

30 Ibid., p. 93.

31  Hugo Münsterberg, « The St. Louis Congress », p. 675.

32  Ibid., p. 676.

33  Ibid.

34  Ibid.

35  Ibid., p. 677.

36  Normative science, historicalscience, physicalscience, mentalscience, utilitariansciences, socialrégulation, socialculture.

37  Howard J. Rogers, « The History of the Congress », p. 50, 77-80.

38  Hugo Münsterberg, « The St. Louis Congress », p. 675.

39  Hugo Münsterberg, « The Scientific Plan », p. 86 ; Howard J. Rogers, « The History of the Congress », p. 35.

40  Howard J. Rogers, « The History of the Congress », p. 19.

41  Hugo Münsterberg, « The Scientific Plan », p. 87.

42  Hugo Münsterberg, « The St. Louis Congress », p. 682.

43  Howard J. Rogers, « The History of the Congress », p. 43.

44 Ibid., p. 3.

45  Hugo Münsterberg, « The St. Louis Congress », p. 682.

46  Hugo Münsterberg, « The St. Louis Congress », p. 674.

47  Hugo Münsterberg, « The Scientific Plan », p. 131 : « the concentration of these hundreds of addresses into a few days made it in any case impossible to listen to more than to a small fraction ; these volumes will bring at last all speakers to coordinated effectiveness ; and while one hall suffered from bad acoustics, another from bad ventilation, and a third from the passing of the intermural trains, here at least is an audience in which nothing will disturb the sensitive nerves of the willing follower ». Howard J. Rogers estime au maximum à 1/16e le pourcentage des communications que pouvait écouter un auditeur (Howard J. Rogers, « The History of the Congress », p. 20).

48  Hugo Münsterberg, « Der Internationale Gelehrtenkongress », p. 568.

49  John Dewey, « The St. Louis Congress of Arts and Science », Science, New Series, vol. 18, Aug. 28, 1903, (p. 275-278), p. 277.

50 Ibid., p. 277.

51 Ibid., p. 278.

52  Howard J. Rogers, « The History of the Congress », p. 8.

53  Newcomb avait également proposé un plan pour le congrès calqué sur le Parlement mondial des religions organisé lors de l’exposition de Chicago (1893). Voir : A. W. Coats, « American Scholarship come of age : The Louisiana Purchase Exposition 1904 », Journal of the History of Ideas 22, no 3, 1961, (p. 404-417), p. 409 et pour le Parlement mondial des religions la contribution de Arie L. Molendijk dans ce même volume.

54  Albion W. Small, John Dewey, The Demands of Sociology and Pedagogy and My Pedagogic Creed, N Y and Chicago, E. L. Kellogg, 1897.

55  Jean-Michel Chapoulie, La tradition sociologique de Chicago, Paris, Seuil, 2001, p. 43.

56  Lettre de Small à Münsterberg en date du 3 février 1903 citée dans : A. W. Coats, « American Scholarship », p. 406.

57  Lettre de Small à Nicholas M. Butler en date du 17 février 1903 citée dans : ibid., p. 407.

58  Lettre de Small à Münsterberg en date du 3 février 1903 citée dans : ibid.

59  Voir : A. W. Coats, « American Scholarship », p. 407, n. 12.

60  2 volumes, London, Sampson low, Marston & company, 1894.

61  Nathaniel S., Shaler, The United States of America, London, Sampson low, Marston & company, 1894, vol. 1, p. V.

62  George Haines IV, Frederick H. Jackson, « A neglected Landmark in the History of Ideas », Mississipi Valley Historical Review 34, no 2, 1947, (p. 201-220), p. 205.

63  A. W. Coats, « American Scholarship », p. 408.

64  Pierre-Gerlier Forest, « Montrer pour démontrer : le Congrès des Arts et des Sciences de l’Exposition universelle de Saint-Louis », Relations internationales 46, 1986 (p. 131-152), p. 133. Voir aussi : Christophe Charle, La République des universitaires, Paris, Seuil, 1994, p. 376-383.

65  Pierre-Gerlier Forest, « Montrer pour démontrer », p. 143.

66  Sont exclus ici du comptage les interventions courtes (ten minute speakers).

67  À vrai dire, si l’on se fie à la première esquisse de programme (décembre 1903), le poids des Allemands aurait dû être bien plus important (environ 47 % des étrangers). Voir : « The Congress of Arts and Science of the St. Louis Exposition », Science, New Series, vol. 18, no 467, 1903, p. 764-766. On peut suivre l’évolution de la part respective des nations en consultant aussi les versions du 1er juin et du 15 septembre 1904 du programme du congrès : International Congress of Arts and Science. Universal Exposition, St. Louis, Sept. 19-25, 1904. Programm and List of speakers, St Louis, Published for the International Congress of Arts and Science, 1904 (33 et 50 p.).

68  Archives nationales, archives du ministère de l’Instruction publique, cote : F17 2760, d. 11 : lettre du 14 mars 1904 adressée par le commissaire général du gouvernement français à M. le Ministre de l’Instruction Publique.

69  Archives nationales, archives du ministère de l’Instruction publique, cote : F17 2760, d. 11 : lettre du 4 juillet 1904 adressée par le sous-directeur des affaires commerciales pour le Ministre des affaires étrangères à M. le Ministre de l’Instruction publique.

70  Hugo Münsterberg, Die Amerikaner, Berlin, Ernst Siegfried Mittler und Sohn, 1904, p. III, VII.

71 Amtlicher Bericht über die Weltausstellung in St. Louis 1904, erstattet vom Reichskommissar, Berlin, Gedruckt in der Reichsdruckerei, 1906, p. 563.

72  Hugo Münsterberg, Die Amerikaner, 1904, vol. 1, p. VII.

73  À propos du succès de American Traits, voir : Hugo Münsterberg, Die Amerikaner, 1904, Band 1, p. VI. Ce dernier a également été positivement reçu ce dont témoigne sa traduction en anglais et la préface de cette dernière : Hugo Münsterberg, The Americans, transl. by E. B. Holt, New York, McLure, Phillips & Co., 1904. Sur cet aspect de la production de Münsterberg, voir : Ulla Haselstein, « I see the American world through German eyes with Harvard astigmatism : Hugo Münsterberg als Pädagoge, Psychotechniker und interkultureller Mittler », Amerikastudien, Jg. 38, Heft 2, 1993, p. 237-250.

74  Margaret Münsterberg, Hugo Münsterberg. His life and work, New York, London, D. Appleton and Co., 1922, p. 80-82.

75 Ibid., p. 83-86.

76  Voir : Matthew Hale Jr., Human Science and Social Order : Hugo Münsterberg and the Origins of Applied Psychology, Philadelphie, Temple University Press, 1980, p. 92-97.

77  Hugo Münsterberg, « The International Congress of Arts and Sciences », Science, New Series, 18, 1903, (p. 559-563), p. 560. Hugo Münsterberg, Grundzüge der Psychologie, Band 1 : Allgemeiner Teil : die Prinzipien der Psychologie, Leipzig, Johann Ambrosius Barth, 1900 ; Hugo Münsterberg, « The position of psychology in the system of knowledge », The Psychological Review. Series of Monograph Supplements, vol. IV. (whole No. 17), 1903 (Harvard Psychological Studies volume 1 edited by Hugo Münsterberg), p. 641-656.

78  Hugo Münsterberg, Die Lehre von der natürlichen Anpassung in ihrer Entwickelung, Anwendung und Bedeutung. Inaug.-Diss., Leipzig, Metzger et Wittig, 1885. Cette version publiée indique une première partie (« erste Hälfte »), mais pas de seconde. Sur cette querelle, voir : Hugo Münsterberg, Frühe Schriften zur Psychologie, eingeleitet, mit Materialien zur Rezeptionsgeschichte und einer Bibliographie versehen von H. Hildebrandt und Eckart Scheerer, Berlin, VEB Deutscher Verlag der Wissenschaften. Je dois à Henning Schmidgen de m’avoir rendu attentif à la controverse entre Münsterberg et Wundt. Qu’il en soit ici remercié.

79  Sur le statut fondateur de la psychologie pour les sciences de l’esprit chez Wundt, voir : Max Weber, Problèmes logiques des sciences de la culture, présenté, traduit et annoté par W. Feuerhahn, Paris, Vrin, à paraître ; Wolf Feuerhahn, L’esprit du social. La psychologie et la fondation des sciences de l’homme au xixe siècle, Paris, Belin, à paraître.

80  Anneros Meischner-Metge, « Wilhelm Wundt und Hugo Münsterberg – ihr Verhältnis im Spiegel des Briefwechsels aus dem Wundtnachlaß der Universität Leipzig », in : Jürgen Jahnke, Jochen Fahrenberg, Reiner Stegie, Eberhard Bauer (éd.), Psychologiegeschichte – Beziehungen zu Philosophie und Grenzgebieten, Munich, Vienne, Profil, 1998, (p. 267-283), p. 277. Riehl, formé dans l’Empire austro-hongrois à une époque où la pensée de Herbart y domine était très ouvert au développement de la psychologie.

81  Hugo Münsterberg, Die Willenshandlung. Ein Beitrag zur Physiologischen Psychologie, Fribourg-en-Brisgau, Mohr, 1888.

82  Hugo Münsterberg, Frühe Schriften, p. 21.

83  Lettre du 3 février 1889 à C. Ladd-Franklin, in : I. K. Skrupskelis, E. M. Berkeley (éd.), The Correspondence of William James, vol. 6, Charlottesville, Londres, University Press of Virginia, p. 463.

84  William James, The Principles of Psychology, vol. II, Cambridge (Mass.), Londres, Harvard University Press, 1981, p. 1115-1116.

85  Voir : Jochen Fahrenberg, Reiner Stegie, « Beziehungen zwischen Philosophie und Psychologie an der Freiburger Universität : Zur Geschichte des Psychologischen Laboratoriums/Instituts », in : Jürgen Jahnke, Jochen Fahrenberg, Reiner Stegie, Eberhard Bauer (éd.), op. cit., (p. 251-266), p. 254-255.

86  Klaus Christian Köhnke, Entstehung und Aufstieg des Neukantianismus. Die deutsche Universitätsphilosophie zwischen Idealismus und Positivismus, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, p. 416-427.

87  Tübingen fut, en 1863, la première université à avoir créé une faculté de « sciences de la nature » distincte de la faculté de philosophie.

88  Voir Wolf Feuerhahn, op. cit.

89  Rickert a témoigné de la distance qui, au départ, le séparait de Münsterberg et l’expliquait par sa formation wundtienne : Heinrich Rickert, « Hugo Münsterberg † », Frankfurter Zeitung, Jg. 61, partie 1 : no 2 du 3.1.1917, erstes Morgenblatt, (p. 1-2), p. 1.

90  Anneros Meischner-Metge, « Wilhelm Wundt und Hugo Münsterberg », p. 276-277. Outre ses relations tendues avec Wundt qui dominait alors les études psychologiques, Münsterberg explique aussi ses échecs par ses origines juives (Anneros Meischner-Metge, « Wilhelm Wundt und Hugo Münsterberg », p. 278). À voir les difficultés rencontrées par Simmel à la même époque, il est fort probable que ce facteur ait joué un rôle. Sur ce point, voir : Jutta Spillmann, Lothar Spillmann, « The Rise and Fall of Hugo Münsterberg », Journal of the History of the Behavioral Sciences 29, 1993, (322-338), p. 325.

91  Margaret Münsterberg, Hugo Münsterberg, p. 52-61.

92  Abdelmalek Sayad, La double absence, Paris, Seuil, 1998.

93  On a retrouvé la trace de démarches auprès de Königsberg (1905), Leipzig et Breslau (1911) ; voir J. Spillmann, L. Spillmann, « The Rise and Fall », p. 326, 331.

94  Voir Bruce Kuklick, The Rise of American Philosophy : Cambridge, Massachusetts, 1860-1930, New Haven, Londres, Yale University Press, 1977, p. 233-235. Si James insiste tant pour obtenir de Münsterberg qu’il s’installe définitivement à Harvard, c’est précisément parce que la rivalité intra-américaine est rude (Margaret Münsterberg, Hugo Münsterberg, p. 60).

95  Margaret Münsterberg, Hugo Münsterberg, p. 71.

96  Margaret Münsterberg, Hugo Münsterberg, p. 72.

97  Margaret Münsterberg, Hugo Münsterberg, p. 72.

98  L’objectif explicite du congrès était d’affirmer la puissance montante de la science américaine. Lors des deux premières journées, seuls les Américains avaient la parole (Howard J. Rogers, « The History of the Congress », p. 50). Au total, je compte 194 « speakers » américains contre 109 étrangers.

99  Cité dans : Francesca Bordogna, William James at the Boundaries, Chicago, Chicago University Press, 2008, p. 249.

100  Sur l’opposition de James à Münsterberg, voir : Francesca Bordogna, William James at the Boundaries, p. 247-253. Sur le conflit plus ancien en matière de psychologie, voir ibid., p. 129-130.

101  Lettre du 29 octobre 1903 à S. Wyman Whitman, in : I. K. Skrupskelis, E. M. Berkeley (éd.), The Correspondence of William James, vol. 10, Charlottesville, Londres, University Press of Virginia, 2002, p. 324. Je remercie beaucoup Thibaud Trochu de m’avoir fait connaître cette lettre ainsi que le livre de F. Bordogna.

102  Lettre du 3 août 1901 de James à Münsterberg, in : I. K. Skrupskelis, E. M. Berkeley (éd.), The Correspondence of William James, vol. 9, Charlottesville, Londres, University Press of Virginia, p. 525 cité dans Francesca Bordogna, William James at the Boundaries, p. 249.

103  Hugo Münsterberg, « The International Congress », p. 561.

104  Margaret Münsterberg, Hugo Münsterberg, p. 103.

105  Heinrich Rickert, « Hugo Münsterberg † », p. 1.

106  Hugo Münsterberg, Psychology and Life, Boston, New York, The Riverside Press Cambridge, 1899, p. 185 sq.

107  Münsterberg insiste sur le fait que le congrès réunira les savants de première catégorie (Hugo Münsterberg, « The St. Louis Congress », p. 674, 680).

108  Wilhelm Ostwald, Lebenslinien – Eine Selbstbiographie, nach der Ausgabe von 1926/27 überarbeitet und kommentiert von Karl Hansel, Stuttgart, Leipzig, Verlag der Sächsischen Akademie der Wissenschaften zu Leipzig, in Kommission bei S. Hirzel, 2003, p. 341.

109  Roger Chickering, « Das Leipziger “Positivisten-Kränzchen” um die Jahrhundertwende », in : Gangolf Hübinger, Rüdiger vom Bruch, Friedrich Wilhelm Graf (éd.), Kultur und Kulturwissenschaften um 1900 II : Idealismus und Positivismus, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, p. 227-245.

110  Wilhelm Ostwald, Lebenslinien, p. 341.

111  Ibid., 350. À l’origine, Riehl et Windelband devaient le précéder dans la section logique (« The Congress of Arts and Science of the St. Louis Exposition », p. 764). Sur les raisons personnelles de Windelband qui l’obligent à renoncer, voir : Klaus Christian Köhnke, « Sinn für Institutionen. Mitteilungen aus Wilhelm Windelbands Heidelberger Zeit (1903-1915) », in : Hubert Treiber, Karol Sauerland (éd.), Heidelberg im Schnittpunkt intellektueller Kreise, Opladen, Westdeutscher Verlag, 1995, (p. 32-69), p. 50-52. Y est reproduite la lettre de Windelband à Münsterberg.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wolf Feuerhahn, « « Œuvrer pour l’unité de la connaissance humaine » Le Congress of Arts and Science de Saint Louis (1904) », Revue germanique internationale, 12 | 2010, 139-157.

Référence électronique

Wolf Feuerhahn, « « Œuvrer pour l’unité de la connaissance humaine » Le Congress of Arts and Science de Saint Louis (1904) », Revue germanique internationale [En ligne], 12 | 2010, mis en ligne le 08 novembre 2013, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://rgi.revues.org/277 ; DOI : 10.4000/rgi.277

Haut de page

Auteur

Wolf Feuerhahn

Chercheur au CNRS (UMR 8560, Centre Alexandre Koyré), Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org