Navigation – Plan du site

Unité dans la diversité culturelle ? Les traits géohistoriques fondamentaux de l’Europe du Nord-Est

Jörg Hackmann
Traduction de Valentine Meunier
p. 9-24

Résumés

L’article propose un concept de l’Europe du Nord-Est comme région historique ouvrant un accès particulier à l’histoire de la région baltique. Les relations interculturelles qui la déterminent se caractérisent par des contacts, conflits et échanges stratifiés depuis le Moyen Âge. Les perceptions collectives de la pluriculturalité au XIXe et XXe siècles forment un autre élément constitutif de l’Europe du Nord-Est. La pluriculturalité ne doit du reste pas être comprise dans un sens normatif, sa dynamique n’apparaissant qu’à la faveur d’une analyse historique qui intègre les processus d’inclusion, d’exclusion et d’émancipation. Cette problématique est particulièrement manifeste dans les phénomènes d’appropriations culturelles à l’œuvre dans les espaces urbains historiques entre Stettin et Wiborg.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jaan Kross, Das Leben des Balthasar Rüssow, Munich, Hanser, 1995, p. 1450, titre original en estoni (...)
  • 2 Selon Klaus Zernack, Im Zentrum Nordosteuropas, in : Journal of Baltic Studies 33, 2002, p. 369-383 (...)

1Dans la postface de son grand roman historique La triple peste, Jaan Kross remercie les historiens estoniens Paul Johansen et Hans Kruus de lui avoir indiqué l’origine estonienne du héros, Balthasar Russow, auteur de la Chronica der Provintz Lyfflandt, d’abord imprimée en bas-allemand en 1578. Cette découverte conférait à l’auteur « un statut nouveau et exceptionnel parmi les acteurs potentiels de la littérature historique estonienne ». 1 On se demanderait presque si cette façon de justifier le caractère estonien d’un roman historique ne serait pas à ranger dans les exemples nombreux de nationalismes ethniques, incapables de comprendre le passé sans ethniciser l’histoire. Mais on peut, l’on doit même, considérer sous un autre angle ce roman si l’on veut lui rendre justice, car il cherche aussi à se saisir de la question des liens entre histoire locale ou régionale et diversité culturelle. Cet exemple montre que les interactions culturelles et leur appropriation productive sont un élément constitutif de l’Europe du Nord-Est, dont le centre – au sens d’une mental map si ce n’est géographique – se trouverait à Reval / Tallinn.2

Transfert culturel et multiculturalisme

  • 3 On se réfère ici principalement à : Matthias Middell, Von der Wechselseitigkeit der Kulturen im Aus (...)
  • 4 Voir par exemple Lars Olof Larsson, The Significance of Nordic Art, in: Svenolof Karlsson (éd.), Th (...)
  • 5 Pour une analyse approfondie voir Jörg Hackmann, Mare germanicum ? Anmerkungen zur deutschen Geschi (...)

2L’exemple de Russow, qui était pasteur de l’église estonophone du Saint-Esprit à Reval et lié par son mariage à l’élite (germanophone) de la ville, indique déjà que les relations interethniques de Reval relèvent de processus complexes, dont l’extrême banalité a peu à peu été perdue de vue à l’époque des tentatives d’interprétation nationaliste de l’histoire, au point que l’historien a parfois beaucoup de mal à les exhumer et à les reconstituer. Les narrations simplificatrices des « civilisateurs » (Kulturträger) des temps passés, principalement Allemands et parfois également Russes, ont cédé la place dans les débats scientifiques et publics des dernières décennies à une analyse plus minutieuse de soi, de l’étranger, et de la dynamique des processus d’acculturation ou d’assimilation qui traversent les débats sur le transfert culturel. 3 Il ne faut pas oublier dans ce contexte que les processus de transfert peuvent se doubler de mouvements conscients ou inconscients de distanciation et de différenciation. C’est notamment des pays baltes que sont venues l’impulsion du changement de perspective dans la région baltique et l’invitation à se tourner vers la productivité et la complexité de l’assimilation culturelle, 4 alors que l’historiographie allemande a persévéré plus longtemps dans la perspective traditionnelle.5

  • 6 Les concepts varient, principalement au niveau international. De par sa teneur politique, le concep (...)
  • 7 Charles Taylor, Multikulturalismus und die Politik der Anerkennung, Francfort-sur-le-Main, S. Fisch (...)
  • 8 Voir sur ce point Ephraim Nimni, Nationalist multiculturalism in late imperial Austria as a critiqu (...)
  • 9 John Hiden, Defender of Minorities. Paul Schiemann, 1876-1944, Londres, Hurst, 2004 ; Jörg Hackmann (...)

3Le multiculturalisme (ou pluriculturalisme) 6 qui résulte de ce transfert et de ces appropriations n’est pas un phénomène social statique ou stable que l’on peut appréhender comme une variable subordonnée à des processus aisément quantifiables, à l’instar de la migration par exemple. De surcroît, l’historien est confronté à un problème supplémentaire : si le multiculturalisme peut être un concept fécond et opératoire dans le débat des sciences humaines et sociales et permettre de formuler des politiques sociales, ainsi que le montrent notamment les travaux de Charles Taylor et de Will Kymlicka,7 la teneur normative du concept peut toutefois, à l’instar des débats désormais sans fin sur la société civile, empêcher de saisir les structures et les faits historiques. Commençons par rappeler qu’avant 1900, la coexistence de groupes distincts aux plans culturel, linguistique, confessionnel et ethnique était marquée par la distance sociale ainsi que par des aspirations des groupes défavorisés à s’émanciper ou à se démarquer des groupes dominants. Le multiculturalisme n’était donc pas ici un but vers lequel tendait l’action sociale, mais bien, dans la perspective des groupes dominés, une donnée initiale dont on cherchait à se défaire par des processus de communautarisation. Les groupes dominants considéraient pour leur part le multiculturalisme comme un trait de la société pré-moderne, qui se dissiperait dans la culture dominante sous l’effet d’une intégration croissante et qui perdrait ainsi de sa signification. Nous retrouvons ces tentatives politiques visant d’un côté à préserver la diversité ethnique et linguistique et, de l’autre, à créer des liens supra-ethniques, dans les débats de la monarchie habsbourgeoise sur l’autonomie culturelle des minorités et sur l’unité de la social-démocratie qui se voulait internationaliste. 8 Après la Première Guerre mondiale, ce sont principalement Paul Schiemann et Werner Hasselblatt qui, dans la région baltique, se sont emparés du concept de l’autonomie culturelle, dans des perspectives, il est vrai, diamétralement opposées. 9

  • 10 Pour une approche générale de la problématique, voir Hartmut Kaelble, Die interdisziplinären Debatt (...)

4Les relations, les influences mutuelles et les croisements entre des groupes culturellement composites ont retenu l’attention croissante des historiens ces dernières années. Au demeurant, l’hétérogénéité des termes et concepts utilisés montre qu’il ne s’agit pas seulement d’une évolution récente qui s’est exprimée à plein dans le sillage des bouleversements de 1989 ou qui a été initiée dans l’intention « d’européaniser », dans le sens de l’UE, l’histoire des périphéries européennes de cette dernière. Ces courants sont inhérents au concept de « l’histoire des relations » au sens fort d’imbrications (Beziehungsgeschichte) qui, pour les relations germano-polonaises, peut littéralement s’enorgueillir d’une longue et intense tradition de recherche. 10

  • 11 Sur ce point voir Wolfgang Schmale, Die Europäizität Ostmitteleuropas, in : Jahrbuch für Europäisch (...)

5Pour déterminer dans quelle mesure il est possible de concevoir l’unité dans une situation de diversité culturelle bien ancrée, il faut faire appel à la figure clé des identités situationnelles ou superposées et au concept de l’européanité (Europäizität) 11. Nous allons préciser ce faisceau de questions dans ce qui suit en nous intéressant à certains traits fondamentaux de l’Europe du Nord-Est entendue comme une région historique.

L’Europe du Nord-Est et ses frontières

6Commençons tout d’abord par rappeler qu’il faut évidemment se débarrasser de la représentation d’espaces historiques clairement délimités aux frontières immuables, qui renvoient l’observateur en premier lieu à l’idée d’États-nations prétendument homogènes. Se concentrer sur l’histoire des empires et de leurs frontières ne nous avance guère plus. Certes, l’histoire des espaces impériaux intègre généralement le multiculturalisme à sa réflexion, mais principalement sous l’angle du conflit et des forces explosives – nationales ou ethniques.

  • 12 Roger M. Downs, David Stea, Kognitive Karten. Die Welt in unseren Köpfen (Uni-Taschenbücher), New Y (...)
  • 13 Edward W. Soja, The Socio-Spatial Dialectic, in : Annals of the Association of American Geographers (...)
  • 14 Voir sur ce point : Jörg Döring, Tristan Thielmann (éd.), Spatial turn : das Raumparadigma in den K (...)
  • 15 Analyses importantes chez Anssi Paasi, Territories, boundaries, and consciousness. The changing geo (...)
  • 16 Les termes de ce débat se retrouvent chez Karl-Georg Faber, Was ist eine Geschichtslandschaft ?, in (...)

7La construction d’espaces et conséquemment de leurs frontières est une problématique dont la géographie s’est depuis longtemps saisie, d’une part avec la discussion sur les mental maps ou cartes cognitives 12, de l’autre, et principalement, avec les débats lancés par Henri Lefebvre et Edward Soja sur la production de l’espace.13 Ces questions ont récemment touché les sciences humaines allemandes avec les débats autour du « spatial turn » ou du « topographical turn ».14 Deux perspectives ressortent : celle de la construction politique et sociale des espaces et de leurs frontières et leur déconstruction scientifique d’une part 15, celle de la construction scientifique, historienne, des espaces de l’autre. Le recours au concept de carte cognitive permet, il est vrai, de procéder à une analyse critique des constructions spatiales, y compris celles émanant des scientifiques. Mais son apport est limité dès lors qu’il s’agit de définir des régions historiques, tâche qui relève pourtant des opérations fondamentales de l’historien au même titre que la critique des sources et la périodisation. 16

  • 17 Reinhart Koselleck, Zeitschichten. Studien zur Historik (Suhrkamp-Taschenbuch Wissenschaft, 1656), (...)
  • 18 Sur ce point Stefan Troebst, Introduction: What’s in a Historical Region? A Teutonic Perspective, i (...)

8Si la démarcation claire d’espaces est principalement le signe de l’intérêt scientifique moderne, l’alternative est de s’intéresser aux questions de la densification et de la superposition de certains phénomènes, en d’autres termes de ne pas se focaliser sur les démarcations de régions les unes par rapport aux autres et de se concentrer sur l’identification de structures constitutives des régions. Le concept de « strates temporelles » (Zeitschichten) 17 de Reinhart Koselleck, mais aussi les représentations fondées sur le modèle des « marées européennes »18permettent de penser la fluctuation des frontières d’une région historique.

  • 19 Ibid.
  • 20 Klaus Zernack, Osteuropa. Eine Einführung in seine Geschichte, München, C.H. Beck, 1977. Présentati (...)
  • 21 Les critiques des médiévistes à l’encontre des résultats des recherches de Johansen montrent bien q (...)
  • 22 Dont les actes ont été publiés sous le titre : Hackmann, Schweitzer (éd.), Nordosteuropa als Geschi (...)
  • 23 Stefan Troebst, Nordosteuropa. Begriff - Traditionen - Strukturen, in : Mare Balticum 1996, p. 7-14 (...)
  • 24 Ralph Tuchtenhagen, Nordosteuropa, in : Harald Roth (éd.), Studienhandbuch östliches Europa. vol. 1 (...)

9Les débats de ces dernières années sur les mésorégions historiques ont repris des concepts éprouvés et les ont développés. Stefan Troebst a rappelé que ces débats trouvent leur origine dans la discussion internationale sur l’Europe centrale et orientale qui s’est déroulée dans l’entre-deux-guerres.19 Après 1945, on a continué à considérer la partie orientale de l’Europe centrale comme une région historique en soi de l’Europe, la division de cette dernière et le discrédit jeté sur les concepts allemands de Mitteleuropa renforçant le poids politique de cette conception. Klaus Zernack (1977) a prolongé la discussion en tentant d’objectiver et de systématiser les régions historiques en Europe de l’Est. 20 Il a conjointement été le premier à tenter de concevoir dans une optique systémique l’Europe du Nord-Est comme une région historique. Il s’appuie, ainsi qu’il le rappelle à plusieurs reprises, sur les études de Paul Johansen (citées en introduction), qui n’a cependant publié aucune réflexion théorique explicite sur le sujet et qui s’est essentiellement concentré sur des problématiques médiévales.21 Zernack intègre l’Époque moderne à son analyse, c’est-à-dire la période de la grande puissance suédoise (stormaktstid) ainsi que la puissance européenne qu’était la Russie depuis Pierre le Grand et étudie les structures politiques de ces entités. Dans les années 1990, Stefan Troebst prolonge ces réflexions dans plusieurs articles, ou encore en 2001 à Tallinn dans une conférence consacrée à Paul Johansen22, et tente d’élargir ce concept d’un point de vue thématique, temporel et géographique.23 Enfin, Ralph Tuchtenhagen a proposé sa propre définition. 24

  • 25 Zernack, Osteuropa (voir note 20), p. 53-59.
  • 26 Troebst, Nordosteuropa. Begriff – Traditionen – Strukturen (voir note 23).

10Ces définitions de l’Europe du Nord-Est sont subdivisées en plusieurs périodes séquencées par des phénomènes emblématiques, comme l’ère Viking, la période hanséatique, les Guerres nordiques et l’hégémonie suédoise, l’ascension de la Russie jusqu’en 1809, puis, in fine, une brève résurgence du « contexte culturel » (Zernack) après 1918.25 Tout en s’appuyant largement sur Zernack, Troebst a élargi à sept périodes cette chronologie, en intégrant les XIXe et XXe siècles ainsi que l’époque qui débute avec les bouleversements de 1989.26Tuchtenhagen a repris avec quelques explications différentes cette chronologie, mais s’inscrit en faux contre l’idée de considérer la période qui suit la Chute du Mur comme une époque distincte.

  • 27 Matti Klinge, Der Ostseeraum als Kulturraum, in : Hackmann, Schweitzer (éd.), Nordosteuropa als Ges (...)

11Les délimitations spatiales de l’Europe du Nord-Est soulèvent la question des rapports entre divers concepts spatiaux proches et se superposant. Pour l’Époque moderne, Klaus Zernack axe son interprétation sur la plus grande expansion de l’empire suédois et assimile ainsi Europe du Nord-Est et région baltique ; il justifie son choix terminologique par le rejet du terme « Ostseeraum » (espace baltique), qui connote l’a-historicité et une conception hégémonique de l’empire allemand. Stefan Troebst opère avec un concept spatial analogue qu’il étend jusqu’à la mer de Barents, alors que Tuchtenhagen se limite à la région frontalière située entre l’Europe du nord à l’ouest, la Russie à l’est, le Spitzberg au nord et la Lettonie au sud. Il exclut ainsi le sud de la région côtière de la Baltique. Simultanément, Tuchtenhagen définit l’Europe du Nord-Est comme une région à la périphérie de l’influence de plusieurs puissances et la décrit, tout comme Troebst, comme une entité traversée par deux lignes de clivage fondamentales : celle du servage et de la libre paysannerie d’une part, celle de la chrétienté occidentale et orthodoxe de l’autre. Dans ces approches, la question des frontières intérieures de l’Europe du Nord-Est passe au second plan, car ces définitions régionales se fondent précisément sur la superposition de structures distinctes. C’est ce qu’a également formulé Matti Klinge, doyen de l’historiographie finnoise, dans un essai dans lequel il postule que l’espace baltique se définit27 par une triple dichotomie : empire-périphérie, ville-campagne, allemand-non allemand.

  • 28 Robert I. Frost, The Northern Wars. War, State and Society in Northeastern Europe, 1558-1721, Harlo (...)
  • 29 Pour une discussion critique des concepts proposés par Zernack voir : Matti Männikkö, Itämeren piir (...)
  • 30 Cf. Troebst, Introduction (voir note 18), p. 181.

12L’usage du terme « Europe du Nord-Est » chez les historiens britanniques28et finnois29 renvoie aussi en premier lieu à l’Époque moderne. Mais cette analyse prévaut également pour d’autres grandes régions, à l’instar de l’Europe centre-orientale ou aux premiers débats sur l’espace méditerranéen, très liés à au départ à ceux sur l’Europe centre-orientale et sur l’espace baltique.30

  • 31 Tuchtenhagen, The Best (and the Worst) of Several Worlds (voir note 24).
  • 32 Une sélection d’ouvrages représentatifs de différentes interprétations pourrait regrouper les titre (...)

13Se pose encore la question de déterminer si l’Europe du Nord-Est en tant que région historique s’assimile à l’espace baltique ou à la sous-région balte (orientale) et s’il est donc impératif de créer un néologisme. Les usages du terme entre les années 1860 et 194531 ne nous avancent guère, car ils partent du principe de la domination allemande sur la région, à l’instar des discours allemands qui évoquent la Baltique comme une mer germanique ou une aire culturelle allemande.32

  • 33 Pour suivre la discussion de l’époque voir. Conventus primus historicorum Balticorum. Pirm̄a Baltij (...)
  • 34 Zbigniew Brzezinski (éd.), U.S. Policy Toward Northeastern Europe. Independent Task Force Report. C (...)
  • 35 Tuchtenhagen, The Best (and the Worst) of Several Worlds (cf. note 24), p. 368.

14Une définition de l’Europe du Nord-Est restreinte aux trois nations baltes néglige un aspect important du débat, à savoir que les acteurs principaux d’une région balte qui comprendrait l’Estonie, la Lituanie et la Lettonie, ne l’envisagent pas comme une région autonome. Ils ont bien plus fortement le sentiment d’appartenir au nord de l’Europe, en d’autres termes, à un ensemble qui recouvrerait donc la région baltique. Ainsi, l’analyse des strates temporelles et du cadre spatial variable de l’Europe du Nord-Est montre qu’elle possède également une dimension relevant de l’histoire des mentalités : précisément une carte cognitive. Les sociétés modernes de la région se localisent et se décrivent en effet dans un contexte spatial plus vaste. Cet aspect est un facteur identitaire régional fort, avant même les années 1980. Cette définition d’une région baltique plus vaste allant de la Pologne à la Finlande, nouvelles entités étatiques, est flagrante de 1918 à 1939, que ce soit dans une perspective de politique de sécurité ou de politique culturelle ;33 on retrouve encore des soubresauts de cette définition à la fin du XXe siècle. 34 En partant d’une perspective différente, Ralph Tuchtenhagen en arrive aussi à une double définition spatiale assez similaire d’une Europe du Nord-Est à la fois réduite et vaste, et inscrit également sa définition restreinte dans un contexte régional baltique. 35

15À l’instar des débats sur l’Europe centre-orientale, mais en se démarquant partiellement du nord, la discussion sur l’Europe du Nord-Est se distingue par sa référence claire au multiculturalisme, identifié non seulement dans les relations ethniques de l’Époque moderne, mais aussi dans les croisements culturels depuis le haut Moyen Âge.

  • 36 Thomas Serrier, Formen kultureller Aneignung : Städtische Meistererzählungen in Nordosteuropa zwisc (...)
  • 37 D’après Hans Henning Hahn, Robert Traba et al., Deutsch-polnische Erinnerungsorte / Polsko-niemieck (...)

16Dans une perspective contemporaine, les débats sur l’Europe du Nord-Est sont indissociables des processus actuels d’appropriation de l’histoire qui marquent la région. Dans les années 1970, Klaus Zernack ne pouvait pas encore s’appuyer sur ce phénomène. La tâche est d’autant plus aisée pour le chercheur contemporain. Pour reprendre la typologie proposée par Thomas Serrier,36 l’Europe du Nord-Est, entendue comme une région historique, est principalement traversée par des processus d’appropriation inclusifs. Aux yeux de l’opinion publique, en font partie d’une part les maisons de maîtres et manoirs ruraux, de l’autre les centres historiques urbains. Si l’on considère les villes, la région s’étend alors de Stettin et Danzig au sud-ouest jusqu’à Viborg et Helsinki au nord-est, et ce non simplement au sens d’une histoire au « premier degré », mais bien aussi au « second degré »37.

Traits fondamentaux de l’histoire de l’Europe du Nord-Est

17Ayant établi cette résurgence de l’Europe du Nord-Est et de l’intérêt pour le multiculturalisme, prenons une perspective panoramique de l’ensemble de la région. Nous identifions alors trois traits fondamentaux de l’histoire de la région sur la longue durée :

  • 38 Klaus Zernack, Nordosteuropa. Skizzen und Beiträge zu einer Geschichte der Ostseeländer, Lüneburg, (...)
  • 39 Sur cet aspect voir notamment Gottfried Schramm, Die Herkunft des Namens Rus’. Kritik des Forschung (...)
  • 40 Paul Johansen, Nordische Mission, Revals Gründung und die Schwedensiedlung in Estland (Kungl. Vitte (...)
  • 41 Davantage de détails dans Jörg Hackmann, Was bedeutet « baltisch » ? Zum semantischen Wandel des Be (...)

18L’Europe du Nord-Est, entendue comme entité spatiale, a été marquée dès le haut Moyen Âge par les contacts, les conflits et les échanges. Des découvertes archéologiques et des sources linguistiques témoignent de relations commerciales ainsi que de contacts culturels et politiques à partir du VIIIe siècle. 38 Citons des contacts linguistiques germano-finno-slaves, dont l’expression la plus connue est sans aucun doute le problème du terme Rus’.39 Les désignations de targ, torg, turun, etc. pour marché et de Turku comme nom de ville indiquent des contacts commerciaux entre mondes slaves, balticofinnois et scandinaves très anciens entre la mer Baltique et la mer Noire. Dans ses travaux sur la naissance de Reval et de l’église des commerçants, Paul Johansen a notamment contribué à mettre en lumière les échanges commerciaux pré-hanséatiques.40 Dans ce contexte de cohésion spatiale précoce, il faut également évoquer les débats autour de l’étymologie de la « Mare balticum », reflet, ces dernières années, du problème auquel est confrontée l’Europe du Nord-Est. À défaut de preuves linguistiques, les débats s’articulent autour de la possibilité de faire dériver le nom de la Baltique non pas du terme danois « Belt », mais de la famille linguistique balte et donc de localiser l’origine de ce terme dans la région située à l’est de la Vistule. 41

  • 42 Sur la Hanse comme phénomène spatialement structurant on se reportera au catalogue de l’exposition (...)
  • 43 Un bon aperçu de la complexité des contacts linguistiques est donné par Per Sture Ureland (éd.), Sp (...)
  • 44 Mittelalterliche Backsteinarchitektur und bildende Kunst im Ostseeraum : Spezifik, Rezeption, Resta (...)
  • 45 Michael Müller-Wille (éd.), Novgorod : das mittelalterliche Zentrum und sein Umland im Norden Russl (...)

19Les contacts de la période hanséatique, qu’ils soient économiques, sociaux ou culturels, ont déjà fait l’objet de nombreuses recherches.42 Les auteurs ont non seulement mis en évidence l’existence de relations économiques, mais aussi celle des contacts culturels, tels que les contacts linguistiques, avec en leur cœur le moyen-bas-allemand,43 ou encore l’architecture des villes de la Hanse44. Dans notre perspective, il est important de souligner le statut de Novgorod, pivot du système économique de la Hanse et centre politique de la Russie du nord-ouest au Moyen Âge.45

  • 46 Stefan Troebst, Handelskontrolle, "Derivation", Eindämmung. Schwedische Moskaupolitik 1617-1661 (Ve (...)
  • 47 C’est de là notamment que provient la définition courante en Pologne de l’espace baltique comme esp (...)

20Au demeurant, le commerce avec la Russie, très important pour la région économique de l’espace baltique, n’a pas cessé avec le déclin politique de Novgorod, ainsi que Stefan Troebst et Jarmo Kotilaine l’ont montré dans leurs travaux sur l’Époque moderne.46 Il faudrait ici conjointement mentionner l’importance du bassin polono-lituano-biélorusse dans le commerce baltique de l’Époque moderne, qui a fait les beaux jours de Danzig, Königsberg et Riga en particulier. 47

  • 48 Voir entre autre : Nils Blomkvist (éd.), Culture clash or compromise ? The Europeanisation of the B (...)
  • 49 Nils Blomkvist, Culture clash or compromise? The medieval Europeanisation process of the Baltic Rim (...)
  • 50 Alvydas Nikžentaitis, Changes in the organization and tactics of the Lithuanian army in the 13th, 1 (...)

21La question des conflits et des confrontations au Moyen Âge a été largement traitée dans le projet « Culture Clash or Compromise » qui a analysé les diverses formes de la christianisation – de la conversion volontaire à la mission armée (Schwertmission).48 Ce projet a notamment permis de mettre une nouvelle fois en lumière combien le caractère colonial du pouvoir a constitué un obstacle à l’intégration de la population autochtone en Livonie. 49 Les conflits ont parallèlement été aussi la source de transferts culturels de part et d’autre dans le domaine technico-militaire, qui ont joué un grand rôle dans les relations entre l’ordre Teutonique et la Lituanie. 50

  • 51 Anti Selart, Livland und die Rus’ im 13. Jahrhundert (Quellen und Studien zur baltischen Geschichte (...)
  • 52 Sur ce point voir Jukka Korpela, Finland’s eastern border after the treaty of Nöteborg : An ecclesi (...)
  • 53 À la différence des frontières de la Livonie depuis le XVIe siècle l’ancienne Livonie s’étend sur l (...)
  • 54 Samuel Huntington, Kampf der Kulturen. The Clash of Civilizations. Die Neugestaltungder Weltpolitik (...)

22Anti Selart pour la Livonie 51, les recherches autour de la frontière dans le traité de paix de Nöteborg en 1323 – qui outre une ligne de démarcation instituait une zone douanière commune52 – ont souligné à plusieurs reprises que la frontière entre les territoires russes et la Finlande ou l’ancienne Livonie 53, c’est-à-dire la frontière confessionnelle entre chrétienté occidentale et orientale, ne correspondait pas à une frontière culturelle au sens de William Wallace et Samuel Huntington54.

  • 55 Anti Selart, Steinkuhl und Zabolockij. Ein Kommentar zur Chronik Johann Renners, in : Olaf Mertelsm (...)
  • 56 Hubatsch, Im Bannkreis der Ostsee (cf. Note 32), p. 55.

23De surcroît, les contacts personnels tissés sur la frontière ou par-delà n’ont pas disparu avec la première guerre du Nord, traumatisme (Urkatastrophe) de l’histoire livonienne.55 Lorsque Walther Hubatsch qualifiait le nord-est de « zone de turbulences » de la région baltique, 56 il renouait avec l’idée que la Russie et la Pologne ou les nations slaves – c’est selon – n’avaient rien de commun avec la région baltique et représentaient des foyers potentiels de conflits pour les riverains de la mer Baltique et de l’Europe du nord.

  • 57 Les recherches polonaises sur Danzig se sont davantage concentrées sur des problématiques sociale, (...)

24Enfin, les migrations ont tout autant touché, mais en différentes vagues, l’espace rural que l’espace urbain à compter de la fin du XIIe siècle. Dans la Germania Slavica ou la Germania Baltica prussienne, terre d’élection de l’ordre Teutonique, on relève une profonde acculturation des autochtones dans une nouvelle société germanophone. On ne note pas d’assimilation de cette ampleur en revanche au nord de Königsberg. Dans le sud des régions côtières, la colonisation médiévale et l’essor des villes a également donné lieu à la formation de structures polyethniques, qui se sont encore consolidées avec les mouvements migratoires de l’Époque moderne, en particulier dans la Prusse ducale ou orientale, mais aussi à Danzig.57 En Livonie, la migration allemande s’est limitée en grande partie à la noblesse, à la bourgeoisie citadine ainsi qu’aux pasteurs et précepteurs des régions rurales.

  • 58 Rudolf Mumenthaler, Schweizer im Nordwesten des Zarenreichs, in : Robert Schweitzer, Waltraud Bastm (...)
  • 59 Sur Saint-Petersbourg : Margarete Busch, Deutsche in St. Petersburg 1865-1914. Identität und Integr (...)
  • 60 Nombreuses indications dans : Gert von Pistohlkors, Baltische Länder (Deutsche Geschichte im Osten (...)
  • 61 Indrek Jürjo, Aufklärung im Baltikum : Leben und Werk des livländischen Gelehrten August Wilhelm Hu (...)

25La migration vers l’Europe du Nord-Est à partir du XVIIIe siècle a fait l’objet de recherches détaillées, notamment celles des émigrés suisses.58 En ce qui concerne les Allemands, on dispose d’études micro-locales 59 et biographiques. Il en ressort qu’un nombre conséquent de théologiens, philologues, juristes et artistes ont immigré en Europe du Nord-Est au XVIIIe siècle et au début du XIXe et ont été regroupés, dans la société d’ordre des provinces baltiques russes, sous la désignation d’« hommes de lettres ».60 Certains d’entre eux n’y ont été que de passage, à l’instar de Johann Gottfried Herder ou de Richard Wagner à Riga, d’autres, comme August Kotzebue à Reval et August Wilhelm Hupel à Oberpahlen61 ou encore la famille de Jakob Michael Reinhold Lenz, se sont installés durablement dans la région. Rappelons en outre que la distance n’était pas grande entre la Courlande et la Prusse orientale. Pour terminer, mentionnons les migrations temporaires à des fins studieuses ou touristiques en Allemagne et dans d’autres régions européennes.

Les structures multiculturelles de l’Europe du Nord-Est du XVIIIe au XXe siècle

26Si l’on s’intéresse aux relations et aux croisements en Europe du Nord-Est depuis la fin du XVIIIe siècle, il convient de se demander dans quelle mesure le multiculturalisme observé jusque là s’est pérennisé et quelle fut son importance dans la région aux ères de la nationalisation et de la modernisation.

  • 62 Paul Johansen, Heinz von zur Mühlen, Deutsch und undeutsch im mittelalterlichen und frühneuzeitlich (...)

27En letton et livonien, la dichotomie « Allemand » – « non Allemand »62 a d’abord renvoyé à un antagonisme séculaire et stable entre pouvoir ou élites sociales et dominés, qui recouvrait schématiquement l’opposition ville-campagne. Cependant, l’idée d’une ligne de clivage social infranchissable entre Allemands et « non Allemands » a commencé à se nuancer dès l’Époque moderne. L’intégration des autochtones dans les élites urbaines a par ailleurs induit l’abandon de la langue « non allemande », ainsi que le montre l’exemple de Balthasar Russow. En ce sens, l’on peut affirmer que le multiculturalisme était déjà un trait caractéristique de la région, avant même la vague de migration urbaine de l’époque contemporaine.

  • 63 Erwin Oberländer, Kristine Wohlfart (éd.), Riga. Portrait einer Vielvölkerstadt am Rande des Zarenr (...)
  • 64 Bradley Woodworth, Civil Society and Nationality in the Multiethnic Russian Empire: Tallinn/Reval, (...)
  • 65 Hатaлия B. Юxнeiвa, Зтнический cOcтавизтнОсОциалънаястрyктуранаселенияПетербурга, втОраяпОлОвина XI (...)

28L’abolition du servage et l’introduction de la liberté d’entreprise ont influé sur les mouvements migratoires. L’immigration de catégories professionnelles spécifiques dans la région a cédé la place à une migration intérieure, avant tout des populations rurales dans les villes. Ce phénomène s’est diversement répercuté sur les structures sociales et culturelles. La migration des XVIIIe et XIXe siècles a principalement été étudiée sous un angle quantitatif, ou encore dans une perspective sociohistorique en ce qui concerne Riga 63, Tallinn64 et Saint-Pétersbourg. 65D’un côté, le pluriculturalisme se manifestait sous la forme de la coexistence parallèle d’habitants issus de groupes culturels, linguistiques et ethniques différents qu’il s’agissait d’assimiler. De l’autre, cette coexistence a donné lieu à des situations concurrentielles et à des processus de distinction des groupes défavorisés vis-à-vis des élites sociales et culturelles. L’antagonisme social et politique qui sous-tendait la dichotomie Allemand-non Allemand a commencé à cette époque à se transformer en clivage ethnique.

  • 66 Robert Schweitzer, Finnland, das Zarenreich und die Deutschen. Gesammelte Studien zum europäischen (...)

29Il faut bien entendu étudier localement l’étendue de ces ségrégations et démarcations au XIXe siècle, de même que l’ampleur des contacts qui se sont maintenus entre les groupes. Ainsi, le comportement des Allemands des provinces baltiques de Saint-Pétersbourg ne correspond guère à celui des élites allemandes décrites ci-dessus. À Viborg, l’image d’une ville à « quatre pattes » linguistiques (allemand, finnois, russe, suédois) a perduré jusqu’à la première guerre mondiale. 66

  • 67 Pour une approche comparatiste voir Miroslav Hroch, Die Vorkämpfer der nationalen Bewegung bei den (...)

30Ce maintien partiel des vieilles structures jusqu’en 1914 s’explique également par le fait que les rapports politiques se sont modifiés lentement dans la région. Les premières césures profondes datent de 1917, les suivantes de la seconde guerre mondiale. Sur ce territoire de chevauchements de dominations (polono-litua-nienne, suédoise et russe), qui s’étendit après 1809 de la Finlande aux frontières de la Prusse, les territoires baltes orientaux ont conservé des structures de domination relevant de la société d’ordres, tandis que la Finlande, en tant que grand-duché, avait au XIXe siècle plus de latitude politique que lorsqu’elle était sous la coupe des Suédois. Simultanément, des processus de formation nationale se sont cristallisés. Objets à l’origine des débats intellectuels des savants, ils se sont transformés à partir de la moitié du XIXe siècle en projets politiques et culturels des petits peuples. 67 Les relations et croisements qui en découlent entre les petits et plus grands ou plus anciens peuples de l’empire et les élites régionales – Russes,

  • 68 Voir Jörg Hackmann, Nation- or region-building ? On the longue durée of associational culture in th (...)
  • 69 À tire d’exemple: B. K. Панченко, КракткийистОрическийОчеркРевельскгОРусскагОбществевеннагОСОбрания (...)

31Polonais, Allemands et Suédois – s’expriment dans la production d’épopées nationales et de tournois de chant, ainsi que dans le paysage associatif en pleine expansion à partir des années 1860. 68 Ces territoires sont restés une région parfaitement identifiable du point de vue linguistique et culturel, même après la mainmise de l’Empire russe sur les territoires riverains de la Baltique et sur la Finlande. Intégrer à l’analyse les structures associatives dans l’espace urbain et rural permet de mettre au jour de nombreuses interactions entre les groupes ethniques, contrairement à ce qu’ont tenté d’affirmer les récits nationalistes et téléologiques qui ont longtemps dominé la narration historique. Ainsi, les gouverneurs des provinces russes de la baltique, souhaitant assimiler la périphérie à la nation russe, en vinrent à créer de nouvelles sociétés russes, parallèles aux vieux clubs russes locaux, parce que ces nouvelles sociétés leur paraissaient avoir une fibre politique nationaliste plus développée.69

32Il serait par ailleurs erroné d’affirmer qu’il existait une sensibilité uniforme pour le phénomène du multiculturalisme. L’idée d’une évolution naturelle allant jusqu’à la disparition des petites cultures ou des civilisations rurales s’est traduite par l’émergence de tentatives de différenciation dont émanent les premiers mouvements de masse estoniens et lettons. Les élites allemandes, pour leur part, ont ignoré dans un premier temps cette évolution et n’ont commencé à changer d’opinion et à se nationaliser que sous la pression de la politique de russification qui visait la totalité des groupes non russes. Les (petits) Lituaniens se sont affrontés aux élites allemandes et la situation n’était structurellement guère différente en Finlande vis-à-vis de la culture suédoise, où les adversaires se qualifiaient de « Fennomanen » et de « Svekomanen ».

  • 70 Cet aspect est étudié par Serrier, Formen kultureller Aneignung (cf. note 36).
  • 71 Voir plus haut note 9 ainsi que Cornelius Hasselblatt, Minderheitenpolitik in Estland. Rechtsentwic (...)

33Outre les processus de migration, d’acculturation et de ségrégation que nous avons mis en lumière pour le long XIXe siècle, intéressons-nous pour conclure aux processus d’assimilation qui se sont déroulés au XXe siècle. Il ne fait aucun doute qu’une large partie du XXe siècle a été marquée par des stratégies exclusives d’assimilation 70, reposant sur des mobiles différents. Dans les nouvelles sociétés majoritaires se firent jour des tendances qui, en dépit de la pérennisation de structures globalement multiculturelles, cherchèrent à concevoir et à instituer les nouveaux États comme des États-nations ainsi qu’à ethniciser leurs histoires nationales. Mais on repère aussi des démarches visant à intégrer les minorités dans les nouvelles structures de la société, la motivation des personnes concernées et l’organisation des rapports entre les groupes prenant des formes très variées.71

34Après les bouleversements de la seconde guerre mondiale, les conditions générales du multiculturalisme se sont profondément modifiées : entre Viborg et Klaïpeda, les structures d’avant-guerre persistent – souvent sous une forme pétrifiée – dans la mémoire collective des autochtones qui ont été forcés de migrer dans d’autres lieux. Parallèlement, des processus d’appropriation d’une histoire, d’abord considérée comme étrangère, se sont développés à partir des topographies historiques dans les villes. Ce phénomène a débuté, pour Riga et Danzig, au cours de la seconde guerre mondiale ou juste après. De leur côté, les nations baltes avaient, et pour une part elles ont encore du mal à considérer l’immigration russophone dans les républiques baltes de l’URSS comme une contribution positive au multiculturalisme de la région. La situation revêt encore un autre visage entre Königsberg et Stettin. Danzig mis à part, il a fallu attendre l’énorme échange de population pour que le multiculturalisme devienne un thème discuté par la nouvelle population d’après-guerre. Ici aussi, après une première phase de nationalisation de l’histoire, les processus d’assimilation se sont insérés dans les structures historiques anciennes et ont favorisé la formation d’identités post-nationales après la Chute du Mur en 1989. Ce sont notamment ces processus qui relient fortement les villes de la Baltique situées entre Szczecin et Viborg depuis 1945 et qui révèlent que l’Europe du Nord-Est est bien une région historique, dont l’impact ne s’est pas limité au niveau primaire des faits et des structures historiques, mais s’est étendu aux cultures mémorielles.

Haut de page

Notes

1 Jaan Kross, Das Leben des Balthasar Rüssow, Munich, Hanser, 1995, p. 1450, titre original en estonien « Kalme katku vahel » [Entre trois pestes] ; cf. également Cornelius Hasselblatt, Geschichte der estnischen Literatur : von den Anfängen bis zur Gegenwart, Berlin, New York, de Gruyter, 2006, p. 681-696 ; la chronique de Rüssow parut d’abord sous le titre : Balthasar Russow, Nye Lyfflendische Chronica, Vam anfanck des Christendoems in Lyfflandt beth up disses Jar Christi 1578. Darin sonderlick Wat sick twisschen dem Muscowiter unde Lyfflendern de negesten twintich Jar her aneinander thogetragen : Trüwlich beschreven ist, Thom andermal Gedrücket unde mit etliken Historien vormehret, Rostock, Ferber, 1578. Une seconde édition suivit peu d’années plus tard ; sur Rüssow voir principalement Paul Johansen, Heinz von zur Mühlen, Balthasar Rüssow als Humanist und Geschichtsschreiber (Quellen und Studien zur baltischen Geschichte, 14), Cologne, Böhlau, 1996.

2 Selon Klaus Zernack, Im Zentrum Nordosteuropas, in : Journal of Baltic Studies 33, 2002, p. 369-383, principalement p. 29-41 ; publié à nouveau in : Jörg Hackmann, Robert Schweitzer (éd.), Nordosteuropa als Geschichtsregion, (Veröffentlichungen der Aue-Stiftung, 17), Helsinki, Lübeck, Aue-Stiftung, Schmidt-Römhild, 2006.

3 On se réfère ici principalement à : Matthias Middell, Von der Wechselseitigkeit der Kulturen im Austausch : das Konzept des Kulturtransfers in verschiedenen Forschungskontexten, in : Andrea Langer, Georg Michels (éd.), Metropolen und Kulturtransfer im 15./16. Jahrhundert. Prag -Krakau - Danzig - Wien, Bd. 12 (Forschungen zur Geschichte und Kultur des östlichen Mitteleuropa), Stuttgart, Franz Steiner, 2001, p. 15-51, ainsi que Michael Werner, Bénédicte Zimmermann, Vergleich, Transfer, Verflechtung. Der Ansatz der Histoire croisée und die Herausforderung des Transnationalen, in : Geschichte und Gesellschaft 28, 2002, p. 607-636 ; Michael Werner, Bénédicte Zimmermann, Beyond comparison : histoire croisée and the challenge of reflexivity, in : History and Theory 45, 2006, p. 30-50.

4 Voir par exemple Lars Olof Larsson, The Significance of Nordic Art, in: Svenolof Karlsson (éd.), The Source of Liberty. The Nordic Contribution to Europe, Stockholm, The Nordic Council, 1992, p. 115-151; Jan von Bonsdorff, Der Blick von innen. Das Kunstwerk als historische Quelle, in : Robert Schweitzer, Waltraud Bastman-Bühner, Jörg Hackmann (éd.), Die Stadt im europäischen Nordosten. Kulturbeziehungen von der Ausbreitung des Lübischen Rechts bis zur Aufklärung (Aue-Säätiön julkaisuja, 12), Helsinki, Lübeck, Aue-Stiftung, 2001, p. 337-352.

5 Pour une analyse approfondie voir Jörg Hackmann, Mare germanicum ? Anmerkungen zur deutschen Geschichtsschreibung über den Ostseeraum, in : Mare Balticum 1995, p. 31-40 ; Ralph Tuchtenhagen, « Germanic Sea » – The Baltic Sea in German Historiographical Discourse, 1890-1945, in : Jan Hecker-Stampehl, Aino Bannwart, Dörte Brekenfeld, Ulrike Plath (éd.), Perceptions of Loss, Decline and Doom in the Baltic Sea Region – Untergangsvorstellungen im Ostseeraum (The Baltic Sea Region : Nordic Dimensions - European Perspectives, 1), Berlin, Berliner Wissenschaftsverlag, 2004, p. 145-164.

6 Les concepts varient, principalement au niveau international. De par sa teneur politique, le concept de multiculturalisme ne nous semble pas le mieux adapté au discours scientifique allemand.

7 Charles Taylor, Multikulturalismus und die Politik der Anerkennung, Francfort-sur-le-Main, S. Fischer, 1993 ; Will Kymlicka, Multicultural citizenship : a liberal theory of minority rights, Oxford, Clarendon Press, 1995. Voir également dans ce contexte David Bennett, Homi K, Bhabha : Liberalism and minority culture : Reflections on “Culture’s in between”, in : David Bennett (éd.), Multicultural states : rethinking difference and identity. London, Routledge, 1998, 37-47.

8 Voir sur ce point Ephraim Nimni, Nationalist multiculturalism in late imperial Austria as a critique of contemporary liberalism : the case of Bauer and Renner, in : Journal of Political Ideologies 4, 1999, p. 289-314, ainsi que l’ouvrage classique de Hans Mommsen, Die Sozialdemokratie und die Nationalitätenfrage im habsburgischen Vielvölkerstaat, Vienne, Europa-Verlag, 1963.

9 John Hiden, Defender of Minorities. Paul Schiemann, 1876-1944, Londres, Hurst, 2004 ; Jörg Hackmann, Werner Hasselblatt. Von der estländischen Kulturautonomie zur nationalsozialistischen Bevölkerungspolitik, in : Michael Garleff (éd.), Deutschbalten, Weimarer Republik und Drittes Reich, vol. 2, Cologne, Weimar, Vienne, Böhlau, 2008, p. 71-107 ; ainsi que Michael Garleff, Nationalitätenpolitik zwischen liberalem und völkischem Anspruch. Gleichklang und Spannung bei Paul Schiemann und Werner Hasselblatt, in : Jürgen von Hehn, Csaba János Kenéz (éd.), Reval und die baltischen Länder. Festschrift für Hellmuth Weiss zum 80. Geburtstag, Marbourg/Lahn, J. G. HerderInstitut, 1980, p. 113-132.

10 Pour une approche générale de la problématique, voir Hartmut Kaelble, Die interdisziplinären Debatten über Vergleich und Transfer, in : Hartmut Kaelble, Jürgen Schriewer (éd.), Vergleich und Transfer : Komparatistik in den Sozial-, Geschichts- und Kulturwissenschaften, Francfort/M., New York, Campus, 2003, p. 469-493. Pour ce qui est du rôle des recherches en histoire des relations appliquée à l’Europe du Nord-Est, voir les remarques pertinentes de Klaus Zernack, Stand und Aufgaben beziehungsgeschichtlicher Forschung in Nordosteuropa, in : Geschichtsbild in den Ostseeländern 1990 : Bericht eines Seminars von Das schwedische Zentralamt für Universitäts- und Hochschulwesen und Finnlands Unterrichtsministerium in Hanaholmen, Helsinki, in 1990 veranstaltet [sic], Stockholm ; Helsinki, Universitets- och högskoleämbetet, Undervisningsministeriet, Finland, 1991, p. 99-106.

11 Sur ce point voir Wolfgang Schmale, Die Europäizität Ostmitteleuropas, in : Jahrbuch für Europäische Geschichte 4, 2003, p. 189-214. Signalons que Schmale exprime des réserves quant à la pérennité du concept de « Ostmitteleuropa ».

12 Roger M. Downs, David Stea, Kognitive Karten. Die Welt in unseren Köpfen (Uni-Taschenbücher), New York, Harper & Row, 1982 ; pour une analyse des processus d’appropriation scientifique voir Frithjof Benjamin Schenk, Mental maps. Die Konstruktion von geographischen Räumen in Europa seit der Aufklärung, in : Geschichte und Gesellschaft 28, 2002, p. 493-514 ; ainsi que l’étude centrée sur l’Europe du Nord-Est de : Norbert Götz, Jörg Hackmann, Jan Hecker-Stampehl (éd.), Die Ordnung des Raums. Mentale Karten in der Ostseeregion. (The Baltic Sea Region : Nordic Dimensions – European Perspectives, 5), Berlin, Berliner Wissenschaftsverlag, 2006.

13 Edward W. Soja, The Socio-Spatial Dialectic, in : Annals of the Association of American Geographers 70, 1980, p. 207-225 ; Edward W. Soja, Postmodern geographies : the reassertion of spacein critical social theory, Londres, Verso, 2003 ; Henri Lefebvre, The production of space, Malden, MA, Blackwell, 2004 ; sur ce point on comparera les recherches de Jürgen Osterhammel, Die Wiederkehr des Raumes : Geopolitik, Geohistorie und historische Geographie, in : Neue Politische Literatur 43, 1998, p. 374-397 ; Karl Schlögel, Im Raume lesen wir die Zeit. Über Zivilisationsgeschichte und Geopolitik, München, Hanser, 2003, p. 62-63.

14 Voir sur ce point : Jörg Döring, Tristan Thielmann (éd.), Spatial turn : das Raumparadigma in den Kultur- und Sozialwissenschaften, Bielefeld, transcript, 2008 ; en outre : Sigrid Weigel, Zum "topographical turn". Kartographie, Topographie und Raumkonzepte in den Kulturwissenschaften, in : KulturPoetik 2, 2002, p. 151-165 ; Schlögel, Im Raume lesen wir die Zeit.

15 Analyses importantes chez Anssi Paasi, Territories, boundaries, and consciousness. The changing geographies of the Finnish-Russian border, Chichester, Wiley, 1996.

16 Les termes de ce débat se retrouvent chez Karl-Georg Faber, Was ist eine Geschichtslandschaft ?, in : Pankraz Fried (Hg.), Probleme und Methoden der Landesgeschichte (Wege der Forschung, 492), Darmstadt, WBG, 1978, p. 390-424.

17 Reinhart Koselleck, Zeitschichten. Studien zur Historik (Suhrkamp-Taschenbuch Wissenschaft, 1656), Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2000.

18 Sur ce point Stefan Troebst, Introduction: What’s in a Historical Region? A Teutonic Perspective, in: European Review of History 10, 2003, p. 173-188, particulièrement p. 185.

19 Ibid.

20 Klaus Zernack, Osteuropa. Eine Einführung in seine Geschichte, München, C.H. Beck, 1977. Présentation des analyses de Zernack chez Stefan Troebst, Klaus Zernack als Nordosteuropahistoriker, in : Zeitschrift für Ostmitteleuropaforschung 50, 2001, p. 572-586.

21 Les critiques des médiévistes à l’encontre des résultats des recherches de Johansen montrent bien que l’impulsion de ce dernier provenait avant tout de la volonté de mettre davantage en valeur les facteurs non-allemands et les facteurs d’histoire des relations dans l’histoire de la région baltique orientale.

22 Dont les actes ont été publiés sous le titre : Hackmann, Schweitzer (éd.), Nordosteuropa als Geschichtsregion (voir note 2).

23 Stefan Troebst, Nordosteuropa. Begriff - Traditionen - Strukturen, in : Mare Balticum 1996, p. 7-14 ; Stefan Troebst, Nordosteuropa : Geschichtsregion mit Zukunft, in : NORDEUROPAforum 1999, p. 53-69.

24 Ralph Tuchtenhagen, Nordosteuropa, in : Harald Roth (éd.), Studienhandbuch östliches Europa. vol. 1 : Geschichte Ostmittel- und Südosteuropas (Böhlau-Studienbücher : Grundlagen des Studiums, Köln, Weimar, Wien, Böhlau, 1999, p. 73-80 ; voir les commentaires critiques dans le compte-rendu de lecture par Cornelius Hasselblatt in Nordost-Archiv NF. 9, 2000, 227-235 ; récemment Ralph Tuchtenhagen, The Best (and the Worst) of Several Worlds : The Shifting Historiogra-phical Concept of Northeastern Europe, in : European Review of History 10, 2003, p. 361-374.

25 Zernack, Osteuropa (voir note 20), p. 53-59.

26 Troebst, Nordosteuropa. Begriff – Traditionen – Strukturen (voir note 23).

27 Matti Klinge, Der Ostseeraum als Kulturraum, in : Hackmann, Schweitzer (éd.), Nordosteuropa als Geschichtsregion (voir note. 2), p. 493-497 ; première parution in : Jörg Fligge, Robert Schweitzer (éd.), Bibliotheca Baltica. Symposium vom 15. bis 17 Juni 1992 in der Bibliothek der Hansestadt Lübeck im Rahmen der Initiative ARS BALTICA (Beiträge zur Bibliothekstheorie und Bibliotheksgeschichte, 10), Munich, Saur, 1994, p. 20-25.

28 Robert I. Frost, The Northern Wars. War, State and Society in Northeastern Europe, 1558-1721, Harlow, Longman, 2000.

29 Pour une discussion critique des concepts proposés par Zernack voir : Matti Männikkö, Itämeren piiri historiallisena käsitteenä. Ongelmia ja näkökohtia, in : Faravid. Acta Societatis Historiae Finlandiae Septentrionalis 3, 1979, p. 5-31 ; voir également Marko Lehti, Mapping the study of the Baltic Sea area : From nation-centric to multinational history, in : Journal of Baltic Studies 33, 2002, p. 431-446 ; trad. all. in : Hackmann, Schweitzer (éd.), Nordosteuropa als Geschichtsregion (voir note 2).

30 Cf. Troebst, Introduction (voir note 18), p. 181.

31 Tuchtenhagen, The Best (and the Worst) of Several Worlds (voir note 24).

32 Une sélection d’ouvrages représentatifs de différentes interprétations pourrait regrouper les titres suivants : Erich Maschke, Das germanische Meer. Geschichte des Ostseeraums (Schriften zur Volkswissenschaft, 11), Berlin, Stuttgart, Grenze und Ausland, 1935 ; Fritz Rörig, Die Erschließung des Ostseeraumes durch das deutsche Bur¨gertum, in : Vorträge zur 700-Jahrfeier der Deutschordensund Hansestadt Elbing, Elbing, 1937, p. 5-24 ; Walther Hubatsch, Im Bannkreis der Ostsee. Grundriss einer Geschichte der Ostseeländer in ihren gegenseitigen Beziehungen, Marbourg, Elwert-Gräfe & Unzer, 1948 ; Johannes Paul, Europa im Ostseeraum, Göttingen, Musterschmidt, 1961 ; Der Ostseeraum im Blickfeld der deutschen Geschichte. (Studien zum Deutschtum im Osten, 6), Köln, Böhlau, 1970. Pour d’autres indications bibliographiques voir Hackmann, Mare germanicum ? (Note. 5) ; Tuchtenhagen, « Germanic Sea » (Note 5).

33 Pour suivre la discussion de l’époque voir. Conventus primus historicorum Balticorum. Pirm̄a Baltijas v̄esturnieku konference, Rı̄ḡa, 16.-20. VIII. 1937. Acta et relata. Runas un refera¯ti. Riga, Latvijas vestures institu¯ta izdevums, 1938. Voir aussi Marko Lehti, A Baltic League as Construct of the New Europe. Envisioning a Baltic Region and Small State Sovereignty in the Aftermath of the First World War, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 1999.

34 Zbigniew Brzezinski (éd.), U.S. Policy Toward Northeastern Europe. Independent Task Force Report. Council on Foreign Relations, April 1, 1999; voir aussi Troebst, Introduction (cf. note 18), p. 180.

35 Tuchtenhagen, The Best (and the Worst) of Several Worlds (cf. note 24), p. 368.

36 Thomas Serrier, Formen kultureller Aneignung : Städtische Meistererzählungen in Nordosteuropa zwischen Nationalisierung und Pluralisierung, in : Nordost-Archiv N.F. 15, 2006, p. 13-23, notamment p. 20-22.

37 D’après Hans Henning Hahn, Robert Traba et al., Deutsch-polnische Erinnerungsorte / Polsko-niemieckie miejsca pamie˛ci (Esquisse, Ms., p. 4) en référence au concept de Pierre Nora.

38 Klaus Zernack, Nordosteuropa. Skizzen und Beiträge zu einer Geschichte der Ostseeländer, Lüneburg, Nordostdeutsches Kulturwerk, 1993, p. 12-13 ; Sirkka-Liisa Hahmo, Sprachkontakte im Ostseeraum, in : Jens E. Olesen (éd.), Studia Nordica Greifswaldensia (Publikationen des Lehrstuhls für Nordische Geschichte, 5), Greifswald, Ernst-Moritz-Arndt-Universität, 2004, p. 146-163.

39 Sur cet aspect voir notamment Gottfried Schramm, Die Herkunft des Namens Rus’. Kritik des Forschungsstandes, in : Forschungen zur osteuropäischen Geschichte 30, 1982, p. 7-49 ; Gottfried Schramm, Altrußlands Anfang. Historische Schlüsse aus Namen, Wörtern und Texten zum 9. und 10. Jahrhundert, Freiburg im Breisgau, Rombach, 2002. Dans une approche ethnologique : Aleksandr Mylnikov, Nordosteuropa – Raum ethnokultureller Synthese : Vom Frühmittelalter bis in die Frühe Neuzeit, in : Hackmann, Schweitzer (éd.), Nordosteuropa als Geschichtsregion (cf. note 2), p. 308-320.

40 Paul Johansen, Nordische Mission, Revals Gründung und die Schwedensiedlung in Estland (Kungl. Vitterhets Historie och Antikvitets Akademiens handlingar 74), Stockholm, Wahlström & Widstrand, 1951 ; Paul Johansen, Novgorod und die Hanse, in : Ahasver von Brandt (éd.), Städtewesen und Bürgertum als geschichtliche Kräfte. Gedächtnisschrift für Fritz Rörig, Lübeck, Schmidt-Römhild, 1953, p. 121-148 ; Paul Johansen, Die Kaufmannskirche, in : Mårten Stenberger (éd.), Die Zeit der Stadtgründung im Ostseeraum. Visby-Symposiet for¨ historiska vetenskaper 1963, Uppsala, 1965, p. 85-134.

41 Davantage de détails dans Jörg Hackmann, Was bedeutet « baltisch » ? Zum semantischen Wandel des Begriffs im 19. und 20. Jahrhundert. Ein Beitrag zur Erforschung von mental maps, in : Heinrich Bosse, Otto-Heinrich Elias, Robert Schweitzer (éd.), Buch und Bildung im Baltikum. Festschrift für Paul Kaegbein zum 80. Geburtstag, Bd. 13 (Schriften der Baltischen Historischen Kommission), Münster, Lit, 2005, p. 15-39.

42 Sur la Hanse comme phénomène spatialement structurant on se reportera au catalogue de l’exposition La Hanse : Jörgen Bracker (éd.), Die Hanse. Lebenswirklichkeit und Mythos. Eine Ausstellung des Museums für Hamburgische Geschichte. 2 vol. , Hambourg, 1989, ainsi que Rolf Hammel-Kiesow, Die Hanse, Munich, Beck, 2000.

43 Un bon aperçu de la complexité des contacts linguistiques est donné par Per Sture Ureland (éd.), Sprachkontakt in der Hanse : Aspekte des Sprachausgleichs im Ostsee- u. Nordseeraum. Akten des 7. Internationalen Symposions über Sprachkontakt in Europa, Lübeck 1986. (Linguistische Arbeiten, 191), Tübingen, Niemeyer, 1987 ; dans ce volume on lira notamment : Raimo Raag, Mittelniederdeutsche und skandinavische Lehnwörter im Estnischen und Livischen, p. 317-346 ; sur les contacts entre bas-allemand et finnois : Mikko Bentlin, Niederdeutsch-finnische Sprachkontakte. Der lexikalische Einfluß des Niederdeutschen auf die finnische Sprache während des Mittelalters und der frühen Neuzeit (Suomalais-Ugrilainen Seuran toimituksia, 256), Helsinki, Suomalais-Ugrilainen Seura, 2008 ; et dans une perspective inverse : Paul Ariste, Keelekontaktid : eesti keele kontakte teiste keeltega (Emakeele Seltsi toimetised, 14), Tallinn, Valgus, 1981.

44 Mittelalterliche Backsteinarchitektur und bildende Kunst im Ostseeraum : Spezifik, Rezeption, Restaurierung. (Wissenschaftliche Beiträge der Ernst-Moritz-Arndt-Universität Greifswald), Greifswald, Ernst-Moritz-Arndt Universität Greifswald, 1987 ; Kunst im Ostseeraum. Mittelalterliche Architektur und ihre Rezeption. (Wissenschaftliche Beiträge der Ernst-Moritz-Arndt-Universität Greifswald), Greifswald, 1990 ; sur cet aspect voir Matthias Müller, Der Mythos von der ’Bürger-kathedrale’ : Die Backsteinkirchen in den Hansestädten des Ostseeraums als Symbol bürgerlicher Emanzipation, in : Götz, Hackmann, Hecker-Stampehl (éd.), Die Ordnung des Raums (cf. note 12), p. 267-303.

45 Michael Müller-Wille (éd.), Novgorod : das mittelalterliche Zentrum und sein Umland im Norden Russlands. (Studien zur Siedlungsgeschichte und Archäologie der Ostseegebiete, 1), Neumünster, Wachholtz, 2001 ; Norbert Angermann (éd.), Novgorod : Markt und Kontor der Hanse. Cologne, Böhlau, 2002.

46 Stefan Troebst, Handelskontrolle, "Derivation", Eindämmung. Schwedische Moskaupolitik 1617-1661 (Veröffentlichungen des Osteuropa-Instituts München, Reihe Forschungen zum Ostseeraum, 2), Wiesbaden, 1997 ; Jarmo T. Kotilaine, Russia’s foreign trade and economic expansion in the seventeenth century : windows on the world (The Northern world, 13), Leiden, Boston, Brill, 2005.

47 C’est de là notamment que provient la définition courante en Pologne de l’espace baltique comme espace maritime et fluvial de communication et de transport à l’époque moderne. Cf. Karol Górski, Polska w zlewisku Bałtyku, Gdańsk, Instytut Bałtycki, 1947 ; vgl. Jörg Hackmann, « Zugang zum Meer » : Die Ostsee in der polnischen Historiographie, in : Nordeuropaforum 2004, p. 43-66.

48 Voir entre autre : Nils Blomkvist (éd.), Culture clash or compromise ? The Europeanisation of the Baltic Sea area 1100-1400 AD. Papers of the XIth Visby Symposium held at Gotland Centre for Baltic Studies, Gotland University College, Visby, October 4th-9th, 1996. (Acta Visbyensia, 11), Visby, Gotland Centre of Baltic Studies, Gotland University College, 1998.

49 Nils Blomkvist, Culture clash or compromise? The medieval Europeanisation process of the Baltic Rim region (1100-1400 AD). Problems for an international study, in: Blomkvist (éd.), Culture clash or compromise? (cf. note supra. 48), p. 9-36, p. 19-20; Nils Blomkvist, The discovery of the Baltic. The Reception if a Catholic World-System in the European North (AD 1075-1225) (The Northern World. North Europe and the Baltic c. 400-1700 AD: Peoples, Economies and Cultures, 15), Leiden, Boston, Brill, 2005.

50 Alvydas Nikžentaitis, Changes in the organization and tactics of the Lithuanian army in the 13th, 14th and the first half of the 15th century, in: Fasciculi Archaeologiae Historicae 7, 1994, p. 45-53; Sven Ekdahl, Horses and Crossbows: Two Important Warfare Advantages of the Teutonic Order in Prussia, in: Helen Nicholson, Malcolm Barber (éd.), The military orders., vol. 2: Welfare and warfare, Aldershot, Ashgate, 1998, p. 119-151.

51 Anti Selart, Livland und die Rus’ im 13. Jahrhundert (Quellen und Studien zur baltischen Geschichte, 21), Cologne, Böhlau, 2007.

52 Sur ce point voir Jukka Korpela, Finland’s eastern border after the treaty of Nöteborg : An ecclesiastical, political or cultural border ?, in : Journal of Baltic Studies 33, 2002, p. 384 -397 ; ainsi que Jarl Gallén, Nöteborgsfreden och Finlands medeltida östgräns, vol. 1 (Skrifter utgifna av svenska litteratursällskapet i Finland, 427), Helsingfors, Svenska litteratursällskapet i Finland, 1968 ; Jarl Gallén, John Lind, Nöteborgsfreden och Finlands medeltida östgräns, vol. 2 (Skrifter utgifna av svenska litteratursällskapet i Finland, 427), Helsingfors, Svenska litteratursällskapet i Finland, 1991.

53 À la différence des frontières de la Livonie depuis le XVIe siècle l’ancienne Livonie s’étend sur les territoires des futures provinces baltiques de Russie, à savoir l’Estonie, la Livonie et la Courlande, correspondant aux États de l’Estonie et de la Lettonie au XXe siècle.

54 Samuel Huntington, Kampf der Kulturen. The Clash of Civilizations. Die Neugestaltungder Weltpolitik im 21. Jahrhundert, Bergen, Siedler, 1996; William Wallace, The transformation of Western Europe, New York, Council on Foreign Relations Press, 1990. Voir aussi la couverture significative de: Jörn Staecker (éd.), The European frontier: clashes and compromises in the Middle Ages. International symposium of the Culture Clash or Compromise (CCC) project and the Department of Archaeology, Lund University, held in Lund October 13-15 2000. (Lund studies in medieval archaeology, 33), Lund, Visby, Stockholm, Almqvist & Wiksell International, 2004.

55 Anti Selart, Steinkuhl und Zabolockij. Ein Kommentar zur Chronik Johann Renners, in : Olaf Mertelsmann (éd.), Estland und Russland. Aspekte der Beziehungen beider Länder (Hamburger Beiträge zur Geschichte des östlichen Europa, 11), Hamburg, Kovacˇ, 2005, p. 9-30.

56 Hubatsch, Im Bannkreis der Ostsee (cf. Note 32), p. 55.

57 Les recherches polonaises sur Danzig se sont davantage concentrées sur des problématiques sociale, confessionnelle et mentale. Voir Edmund Cies´lak (éd.), Historia Gdańska, vol. 2, Gdańsk, Wydawnictwo Morskie, 1982.

58 Rudolf Mumenthaler, Schweizer im Nordwesten des Zarenreichs, in : Robert Schweitzer, Waltraud Bastman-Bühner (éd.), Der Finnische Meerbusen als Brennpunkt. Wandern und Wirken deutschsprachiger Menschen im europäischen Nordosten (Veröffentlichungen der Aue-Stiftung, 9), Helsinki, Lübeck, Schmidt-Römhild, 1998, p. 145-165.

59 Sur Saint-Petersbourg : Margarete Busch, Deutsche in St. Petersburg 1865-1914. Identität und Integration (Veröffentlichungen des Instituts für Kultur und Geschichte der Deutschen im Östlichen Europa, 6), Essen, Klartext, 1995.

60 Nombreuses indications dans : Gert von Pistohlkors, Baltische Länder (Deutsche Geschichte im Osten Europas), Berlin, Siedler, 1994, p. 295-309.

61 Indrek Jürjo, Aufklärung im Baltikum : Leben und Werk des livländischen Gelehrten August Wilhelm Hupel (1737-1819) (Quellen und Studien zur baltischen Geschichte, 19), Cologne, Weimar, Vienne, Böhlau, 2006.

62 Paul Johansen, Heinz von zur Mühlen, Deutsch und undeutsch im mittelalterlichen und frühneuzeitlichen Reval (Ostmitteleuropa in Vergangenheit und Gegenwart, 15), Cologne, Vienne, Böhlau, 1973.

63 Erwin Oberländer, Kristine Wohlfart (éd.), Riga. Portrait einer Vielvölkerstadt am Rande des Zarenreiches 1857-1914, Paderborn, Schöningh, 2004 ; Ulrike von Hirschhausen, Die Grenzen der Gemeinsamkeit : Deutsche, Letten, Russen und Juden in Riga 1860-1914 (Kritische Studien zur Geschichtswissenschaft, 172), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2006.

64 Bradley Woodworth, Civil Society and Nationality in the Multiethnic Russian Empire: Tallinn/Reval, 1860-1914. Ph.D. thesis. Bloomington, IN, Indiana University, 2003.

65 Hатaлия B. Юxнeiвa, Зтнический cOcтавизтнОсОциалънаястрyктуранаселенияПетербурга, втОраяпОлОвина XIX - нач. XX в., Ленинград, Наука, 1984; Н. В. РевуненкОва, Н. В. Юхнева (Hg.), МногонациОнальныйПетербург: ИстОрия, религия, НарОды. Санкт-Петербург, ИскусствО-СПб, 2002.

66 Robert Schweitzer, Finnland, das Zarenreich und die Deutschen. Gesammelte Studien zum europäischen Nordosten. Festgabe zum 60. Geburtstag des Verfassers, Lübeck, Schmidt-Römhild, 2008, p. 161-190, 349-371.

67 Pour une approche comparatiste voir Miroslav Hroch, Die Vorkämpfer der nationalen Bewegung bei den kleinen Völkern Europas. Eine vergleichende Analyse zur gesellschaftlichen Schichtung der patriotischen Gruppen (Acta Universitatis Carolinae, Philosophica et Historica, 24), Praha, Universita Karlova, 1968 ; Miroslav Hroch, Das Europa der Nationen : die moderne Nationsbildung im europäischen Vergleich (Synthesen, 2), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2005 ; ainsi que les commentaires de Toivo U. Raun, Andrejs Plakans, The Estonian and Latvian National Movements. An Assessment of Miroslav Hroch’s Model, in: Journal of Baltic Studies 21, 1990, p. 131-144.

68 Voir Jörg Hackmann, Nation- or region-building ? On the longue durée of associational culture in the Baltic Provinces of Russia, in : Marko Lehti (éd.), The Baltic World as a Multicultural Space : Sea, Region and Peoples, vol. 4 (The Baltic Sea Region : Nordic Dimensions - European Perspectives), Berlin, Berliner Wissenschaftsverlag, 2005a, p. 105-129; prochainement: Jörg Hackmann (éd.), Vereinskultur und Zivilgesellschaft in Nordosteuropa, Cologne, Weimar, Vienne, Böhlau, [en préparation].

69 À tire d’exemple: B. K. Панченко, КракткийистОрическийОчеркРевельскгОРусскагОбществевеннагОСОбранияэа 25 летегОсуществОвания, Ревель, ЗстляиндскаяГубернскаяТинОграфия, 1913. Sur ce point lire aussi. Woodworth, Civil Society and Nationality (cf. note 64).

70 Cet aspect est étudié par Serrier, Formen kultureller Aneignung (cf. note 36).

71 Voir plus haut note 9 ainsi que Cornelius Hasselblatt, Minderheitenpolitik in Estland. Rechtsentwicklung und Rechtswirklichkeit 1918-1995, Tallinn, Bibliotheca Baltica, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jörg Hackmann, « Unité dans la diversité culturelle ? Les traits géohistoriques fondamentaux de l’Europe du Nord-Est », Revue germanique internationale, 11 | 2010, 9-24.

Référence électronique

Jörg Hackmann, « Unité dans la diversité culturelle ? Les traits géohistoriques fondamentaux de l’Europe du Nord-Est », Revue germanique internationale [En ligne], 11 | 2010, mis en ligne le 24 juin 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rgi.revues.org/289 ; DOI : 10.4000/rgi.289

Haut de page

Auteur

Jörg Hackmann

Professeur à l’université de Chicago

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org