Navigation – Plan du site

Vilna, Wilno, Vilnius 1863-1939 : Une étude de cas sur les cultures parallèles et sur « l’Autre » invisible

Theodore R. Weeks
Traduction de Thomas Serrier
p. 79-102

Résumés

La ville connue sous les noms de Vilna, Wilno et Vilnius, aujourd’hui capitale de la Lituanie, possédait un caractère multiethnique et multiculturel très marqué avant 1939. Alors que la ville était sous administration russe depuis la fin du XVIIIe siècle, la culture polonaise et la culture juive restèrent les plus visibles jusqu’en 1914, malgré les efforts de russification du paysage urbain. Dans l’entre-deux-guerres, Vilnius devint polonaise, malgré les protestations vigoureuses des Lituaniens ; la culture polonaise devint dominante, s’étendant à de nombreux secteurs de la vie juive. Si des quartiers juifs, russes et polonais s’étaient peu à peu constitués, la variété des langues était omniprésente et l’on pouvait observer partout des Juifs, des Russes, des Polonais, et dans une moindre mesure, des Lituaniens. La proximité quotidienne ne signifiait pas partage ou croisement des cultures, du moins pas avant l’entre-deux-guerres. Ces cultures diverses vivaient plutôt en parallèle qu’en interaction. Chaque culture réclamait la ville pour elle-même sans tentative sérieuse de créer une identité culturelle commune aux différents habitants de la cité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour la simplicité et en m’excusant pour les anachronismes, j’utiliserai le nom de « Vilnius » tout (...)

1Espace partagé ne signifie pas nécessairement culture partagée. Pour dire les choses de manière plus précise, à l’intérieur d’un espace délimité restreint, des cultures, des groupes ethniques ou des « classes » sociales différents peuvent très bien pour ainsi dire cohabiter côte à côte sans obligatoirement nouer des contacts intenses, et en n’exerçant qu’une influence culturelle minime dans un sens ou dans l’autre. L’expérience des cités pluriethniques et pluriculturelles dans le passé et dans le présent montre de quelle manière des cultures diverses peuvent cohabiter à proximité l’une de l’autre sans nécessairement avoir rien en commun. Très certainement, des influences subtiles pourront filtrer d’une culture vers une autre selon des voies variées, mais, même au cœur du XXe siècle, nous ne saurions sous-estimer l’aptitude de groupes humains à vivre à l’intérieur d’un milieu culturel en ignorant les autres cultures environnantes. Le passé et l’histoire de Vilnius, cité pluriethnique aujourd’hui capitale de la République de Lituanie, offre un bel exemple de ces « culture parallèles ». Dans cette ville, connue indifféremment sous les désignations de Vilnius (en lituanien), de Vilna (en russe et pour les Juifs), Vilnia (pour les Biélorussiens) et Wilno (pour les Polonais), chaque groupe culturel, dans la période allant des années 1830 aux années 1940, construisit « sa propre ville », à la fois dans le discours et dans la vie de tous les jours, indépendamment des autres cultures présentes sur place 1.

2Cet article a pour objet d’étudier quelques exemples illustrant ce phénomène des cultures parallèles qui peuvent coexister à l’intérieur d’une même ville, en l’occurrence Vilnius. Il s’agira aussi d’analyser les manières dont ces cultures revendiquèrent la ville pour elles-mêmes en excluant à l’inverse les autres cultures de leurs perceptions de l’espace urbain.

  • 2 Sur l’influence de la russification sur les cultures présentes à Vilnius et dans la région voir Dar (...)

3Avant de commencer, une rapide définition du mot « culture » pourrait s’avérer utile. Cet article traitera moins des manifestations culturelles (arts visuels, littérature, sciences) que de culture comprise dans un sens plus anthropologique comme la totalité de l’expérience vécue, ce par quoi nous nous définissons, et opérons la différenciation entre nous et « eux ». Dans le contexte particulier de cet article, le terme de « culture » sera utilisé au sens de culture nationale, incluant l’histoire (qu’elle soit réelle ou imaginée – si tant est que l’on puisse aisément distinguer ces deux aspects) d’un groupe ethno-national donné de Vilnius. Les lecteurs qui s’intéresseraient davantage aux manifestations concrètes des cultures nationales à Vilnius trouveront des références à des ouvrages traitant de ces questions en notes 2.

4L’article est organisé en trois parties : tout d’abord, un panorama historique comprenant les statistiques des différents groupes culturels vivant à Vilnius ; ensuite, une présentation commentée de la concurrence des discours de revendication sur la ville tenus par les Polonais, les Russes et les Lituaniens ; pour terminer une description approfondie de la culture et de la vie juives à Vilnius au cours de cette période.

Une cité pluriethnique : histoire et statistiques

  • 3 Sur la diversité ethno-religieuse au XVIIe siècle à Vilnius, voir David Frick, The Bells of Vilnius (...)
  • 4 Selon Klausner, la légende dit que le cimetière juif de Vilnius a été fondé en 1487. La première me (...)
  • 5 Israel Klausner, Vilnah, Yerushalayim de Lita : dorot rishonim, 1495-1881, Tel Aviv, Bet lohame ha’ (...)
  • 6 Theodore R. Weeks, Population Politics in Vilnius 1944-1947 : A Case Study of State-Sponsored Ethni (...)

5Durant toute son histoire, Vilnius a été habité par des individus de confessions et de groupes ethniques variés3. Le chef lituanien Gediminas, encore païen, fonda la cité au début du XIVe siècle lorsque, selon la légende, un loup de fer lui en donna l’instruction dans un rêve. Des Juifs résidèrent dans la ville au plus tard à partir de la fin du XVe siècle, leur présence étant documentée pour cette époque par le biais de la relation d’attaques menées par leurs voisins chrétiens contre eux et d’ordres récurrents d’expulsions donnés par le pouvoir à leur encontre4. Néanmoins, à compter de la fin du XVIe siècle, les Juifs jouissaient d’une présence permanente et officielle à Vilnius 5. La Grande Synagogue de la cité fut construite à la fin du XVIe siècle et resta en place jusqu’à la moitié du XXe siècle 6. À l’époque de sa construction, la langue et la culture de la population non-juive environnante étaient principalement - mais pas exclusivement – le polonais et la culture catholique, une situation appelée à durer à peu près aussi longtemps que la synagogue elle-même : le bâtiment fut très endommagé durant la Seconde Guerre mondiale et fut finalement détruit par les autorités soviétiques au milieu des années 1950 ; la population polonaise de Vilnius avait été « rapatriée » vers la Pologne quelques années auparavant6.

6Cet article traite principalement des questions d’identité et donc de perceptions – perceptions de soi, perceptions de « l’Autre ». Sans tomber dans le piège du positivisme, un coup d’œil aux informations statistiques dont nous disposons sur les nationalités et les religions présentes à Vilnius durant la période étudiée est indispensable. Elles sont sans aucun doute imparfaites, tout le monde l’admet, mais elles donnent tout de même une idée des proportions assez proche de la réalité.

  • 7 Algė Jankevičienė, Vilniaus Didžiojo Sinagoga = Great Synagogue of Vilnius, Vilnius, Savastis, 1996
  • 8 Michał Balinski, Opisanie statystyczne miasta Wilna, Wilno, Józef Zawadzki własnym nakła-dem, 1835, (...)

7Dans l’étude statistique la plus détaillée sur Vilnius antérieure à 1897, l’historien polonais Michał Baliński, utilisant des statistiques officielles du début des années 1830, établit la population de la cité à 35 922 au minimum (pour une estimation maximale de 50 000). Si l’on compare les « États » (stan), les Juifs formaient la majorité de la population de la ville, environ les deux tiers. Le second corps constitué en ordre d’importance n’était pas, fait remarquable, les citadins (mieszczanie, au nombre approximatif de 5 000), mais les nobles (szlachta), qui atteignaient presque les 7 600. 8

8Même si l’on ne prend en compte que sa minorité non-juive, Vilnius offrait l’image d’une ville très diverse d’un point de vue religieux et ethnique. Assurément, la majorité des Chrétiens de la ville (à hauteur des deux tiers) étaient des Catholiques romains, mais 3 000 Orthodoxes vivaient également à Vilnius, sans compter les Uniates, les Luthériens (désignés comme « Ewangelicko-Auszpurskiego » en référence à la confession d’Augsbourg), les Calvinistes (Reformanego). Il y avait aussi très certainement des Tatars de religion musulmane et des Caraïtes, même s’ils n’apparaissent pas dans les chiffres de Baliński.

9La catégorie de la « nationalité » ne constituant pas une catégorie légale dans l’Empire russe, Balinśki ne pouvait que limiter ses relevés statistiques à l’appartenance à une religion. D’après tout ce que nous savons sur la ville grâce à la littérature mémorielle, aux mémorandums officiels et à d’autres sources, il semble assuré que la grande majorité des Catholiques de la ville était polonaise par la langue et la culture, même si, bien évidemment, il se trouvait des Catholiques biélorussiens ou lituaniens.

  • 9 Juozas Jurginis, V. Merkys et al., Vilniaus miesto istorija nuo Spalio revolucijos iki âabartiniif (...)

10Le premier recensement démographique moderne au sein de l’Empire russe fut fait en 1897. La nationalité ne constituait toujours pas une catégorie légale, mais la « langue maternelle » constituait désormais un des critères retenus. D’après les données de ce recensement, la ville regroupait une population de 154 532 habitants, dont 40 % de Juifs (61 847 individus), 31 % de Polonais (47 795), 20 % de « Russes » (30 967 ; ce chiffre englobait habituellement les Biélorussiens et les Ukrainiens), ainsi que 2,1 % de Lituaniens (3 238) 9. Ces chiffres doivent être pris avec de sérieuses précautions, en particulier en ce qui concerne le nombre de « Russes », probablement trop élevé, tandis que les chiffres concernant les Polonais et les Juifs sont probablement trop bas. La population de la ville augmenta rapidement durant les décennies après 1897, le chiffre de 200 000 habitants étant probablement atteint à la veille de la Première Guerre mondiale.

11La Première Guerre mondiale fut une catastrophe démographique pour la cité.

  • 10 Petras Ruseckas (éd.), hietuva Didžiajame Kare, Vilnius, Vilniaus žodis, 1939, pp. 16-23.

12La plus grande partie de la population russe (qui occupait principalement des postes dans l’administration et dans l’armée) quitta la ville lorsque les autorités russes se retirèrent à l’automne 1915. En septembre 1917, la ville avait perdu à peu près le tiers de sa population d’avant-guerre. Sur les 139 000 habitants qui composaient approximativement la population à cette date, environ 110 000 vivaient de charité publique, en partie grâce aux 130 soupes populaires mises en place par des comités de citoyens10.

13À l’époque où la ville fut officiellement incorporée à la Pologne (1922), sa population n’atteignait plus que la moitié du chiffre d’avant-guerre. Durant les années de l’entre-deux-guerres, la politique pro-polonaise (et fréquemment ouvertement anti-lituanienne et antisémite) du gouvernement polonais encouragea le développement de l’élément ethnique polonais.

14À la fin des années 1930, la population de la ville avait retrouvé le niveau antérieur à la Première Guerre mondiale, dépassant tout juste les 200 000 habitants.

  • 11 Rocznik statystyczny Wilna 1937, Wilno, Skład Glówny w centralnym biurze statystycznym m. Wilna, 19 (...)

15Suivant les derniers chiffres d’avant-guerre dont nous disposons sur les nationalités dans la ville (chiffres de 1931), les Polonais constituaient 66 % de la population totale, suivis par les Juifs (28 %), les Russes (4 %) et les Lituaniens (moins d’1 %)11. Assurément, les autorités polonais tendaient à gonfler le pourcentage de population polonaise dans la région, mais les chiffres semblent plausibles, du moins pour donner un ordre de grandeur. Ces statistiques sous-estiment de manière tout aussi évidente le nombre de Lituaniens dans la ville, mais il ne dépassait probablement pas quelques milliers.

Les cultures parallèles « s’approprient » la ville

  • 12 Parmi les études classiques du phénomène national, voir Ernest Gellner, Nations and Nationalism, It (...)

16Après avoir ainsi survolé rapidement les fluctuations de la population de la ville d’un point de vue quelque peu positiviste et statistique, tournons-nous désormais vers une approche plus subjective en concentrant notre analyse sur la façon dont des groupes nationaux particuliers percevaient et présentaient la ville comme « leur ville », appartenant de façon déterminante, voire exclusive à une culture nationale donnée. C’est devenu une banalité aujourd’hui, dans le champ des études sur le fait national, que de dire que les nations ne sont pas « nées » naturellement, mais qu’elles sont « créées », essentiellement pour ce qui concerne la période moderne influencée par le romantisme européen (Johann Gottfried Herder), la Révolution française et l’industrialisation12.

17Sans vouloir entrer dans le débat sans fin sur la nature et la chronologie du nationalisme moderne, l’exemple de Vilnius montre clairement comment des ressortissants des différents groupes nationaux présents dans la ville utilisèrent des exemples sélectifs et des stratégies discursives choisies pour revendiquer la ville soit comme leur propriété exclusive, soit, au minimum, comme appartenant de façon privilégiée et légitime à leur groupe ethno-culturel.

  • 13 Voir les centaines de dossiers sur le gouvernement et l’assemblée de Vilnius aux archives Lietuvos (...)

18Les Polonais avaient d’excellents arguments pour faire valoir leurs droits sur « Wilno », comme ils l’appelaient. Durant tout le XIXe siècle, autant que l’on puisse en juger d’après des données statistiques pas toujours des plus fiables, leur culture et leur langue occupaient une position dominante dans la culture des élites urbaines. Les Polonais formaient la nationalité numériquement la plus importante parmi les Chrétiens, loin devant les Russes ou les Lituaniens. Dans la première moitié du XIXe siècle, le gouvernement local attitré de la ville était surtout composé de Polonais, et, avant 1863, les Polonais dominaient même dans l’administration13.

  • 14 Małgorzata Stolzman, Nigdy od ciebie miasto... Dzieje kultury wileśkiej lat międzypowsta-niowych (1 (...)

19Certes, la langue russe devint la seule langue tolérée pour toutes les charges officielles au lendemain du soulèvement de 1863, mais malgré (ou en raison de) toutes les interdictions touchant à l’usage du polonais, il est clair que jusque dans les premières années du XXe siècle, on entendait plus fréquemment parler polonais que russe dans les rues de Wilno. La culture des élites de la cité, depuis les établissements d’enseignement privés jusqu’au monde de l’édition et au théâtre, était principalement polonaise. Même après la fermeture de l’université au lendemain du soulèvement de 1831, la langue polonaise conserva une position dominante dans la vie culturelle non-juive de la ville, au point que les administrateurs russes continuèrent à se plaindre de son omniprésence jusqu’au début du XXe siècle 14.

  • 15 Voir la fascinante étude de Vytautas Merkys, Motiejus Valančius. Tarp katalikiškojo univer-salizmo (...)
  • 16 Par exemple, le Grand « Seimas » qui se tint à Vilnius à la fin de 1905 déclara son soutien à ceux (...)
  • 17 Pour plus de détails sur les rélations entre les nationalités à l’intérieur de l’église catholique (...)

20Les églises et la hiérarchie catholique étaient très largement aux mains des Polonais ; jusque dans le dernier tiers du XIXe siècle, l’enseignement donné au grand séminaire constitua un facteur puissant de polonisation pour tous les séminaristes d’origine lituanienne. Motiejus Valančius (1801-1875) en donne un bel exemple : il passa les vingt-cinq dernières années de sa vie comme évêque de Samogitie (le siège de l’évêché étant Kaunas). Bien qu’il fût né au sein d’une famille lituanienne et qu’il demeurât d’ailleurs durant toute sa vie favorable à l’usage du lituanien dans les églises catholiques, il signait le plus souvent ses lettres épiscopales de son patronyme polonisé, Wołonczewski, ce qui lui valut d’être suspecté de sympathies pro-polonaises par les autorités russes après 186315. La plupart du temps, ce n’est que dans les toutes premières années du XXe siècle que de jeunes prêtres lituaniens commencèrent à insister activement pour que leur langue maternelle fût utilisée pour les prières, les chants et les prêches (la liturgie elle-même étant bien entendu en latin)16. Cette demande insistante entraîna des frictions entre fidèles polonophones et lituanophones au sein des paroisses, mais il convient de noter que toute cette querelle resta en majeure partie confinée à la campagne, au vu de la domination indiscutable de la langue polonaise dans les églises de la ville de Vilnius 17.

  • 18 Wanda Dobaczewska, Wilno i Wilenszczyzna w latach 1863-1914. Dzieje ruchów społecz-nych i polityczn (...)
  • 19 Par exemple, le Wilno polonais est décrit avec beaucoup d’affection et de détails dans le riche rec (...)

21L’échec du soulèvement de 1863 entraîna de grands changements à Vilnius, en rendant notamment l’usage public du polonais plus difficile 18. Les autorités russe n’accordèrent pas d’autorisation à la publication de périodiques en langue polonaise dans la ville avant l’année 1905. Cependant, malgré cette répression, les Polonais continuaient à penser la ville comme si la propriété leur en revenait de droit. L’idée d’un Wilno polonais tirait sa force du mythe bien plus que de toute réalité objective particulière. Rappelons que Wilno avait été le lieu où Adam Mickiewicz, le grand poète national polonais, avait étudié, publié ses premiers vers, pris part à des réunions secrètes d’étudiants patriotes, activités qui avaient conduit à son bannissement de la ville en 1824. Cependant, tandis que Mickiewicz ne devait jamais revoir sa ville adorée, ses ouvrages y étaient connus – et fréquemment diffusés sous le manteau. Pour ne prendre que trois de ses œuvres les plus célèbres, Konrad Wallenrod (1828), Dziady (Les Aïeux 1820-1832), et Pan Tadeusz (1833-34), sont tous trois situés dans la « Lithuanie » (Litwa) natale du poète, non pas d’ailleurs dans un sens ethnique restrictif, mais bien plus largement au sens d’une partie géographique de l’ancienne Union polono-lituanienne pluriethnique. Le Livre troisième des Aieux présente ainsi une narration dramatique des investigations menées au sein des sociétés secrètes d’étudiants à l’université de Wilno ainsi qu’une scène d’arrestation de jeunes idéalistes polonais par le tyrannique « Sénateur » russe (N. Novosiltsev). La combinaison de la culture catholique polonaise et de la langue polonaise ajoutée à la mémoire chérie de Mickiewicz dans la ville donna naissance au mythe d’un Wilno polonais, qui, d’une certaine manière, a survécu jusqu’à nos jours19.

  • 20 Piotr Łossowski, Konflikt polsko-litewski, Varsovie, Książka i wiedza, 1996, p. 104-107.

22Après la Première Guerre mondiale, comme nous l’avons dit, Vilnius passa sous administration polonaise. Le pourcentage de Polonais habitant la ville augmenta rapidement, pour atteindre la majorité absolue pour la première fois depuis plus d’un siècle. Bien avant le départ des Allemands de la ville à la fin de 1918 et au début de 1919, les Polonais ouvrirent des écoles, créèrent des journaux, tout en préparant la réouverture de l’université, laquelle, malgré les événements politiques mouvementés de cette période, eut lieu à l’automne 191920.

  • 21 Czesław Miłosz, Native Realm, Londres : Sidgwick & Jackson, 1981, p. 54-68. Voir aussi les passages (...)
  • 22 Lucy Dawidowicz, From that Place and Time : A Memoir 1938-1947, New York, Bantam Books, 1989, p. 11 (...)

23Durant les vingt années qui suivirent, les autorités polonaises ne cessèrent de soutenir tout ce qui pouvait contribuer à mettre en évidence le caractère polonais de la ville. Même Czesław Miłosz décrit la « ville de son enfance » comme une ville principalement polonaise, ne mentionnant la présence juive qu’en passant21. De fait, comme Lucy Dawidowicz le mentionne dans ses mémoires de 1938-1939, le polonais devenait de plus en plus courant – au moins en tant que deuxième langue – parmi les Juifs de Vilnius à la fin des années 193022.

  • 23 Russkaia Vil’na. Prilozhenie k puteshestviiu po sv. mestam russkim, Vilna, A. Syrkin, 1865.
  • 24 Voir par exemple P. N. Batiushkov, Belorussia i Litva, Saint-Pétersbourg : Obshcestvennaia pol’za, (...)
  • 25 Theodore R. Weeks, Monuments and Memory : Immortalizing Count M. N. Muraviev in Vilna, 1898, in : N (...)

24Durant le XIXe siècle, les Russes revendiquèrent également la ville pour eux-mêmes. À l’évidence, leur tâche était plus difficile, leurs arguments semblant moins naturellement plausibles, étant donné le faible nombre de leurs compatriotes à Vilnius rapporté à la force et à la visibilité de la culture catholique et polonaise. En raison de cette faiblesse au présent, les Russes eurent plutôt tendance à mettre en avant d’autres éléments, insistant sur le passé plutôt que sur le contemporain. Ainsi un guide présentant le « Vilnius russe » et publié en 1865 présentait-il essentiellement une église orthodoxe après l’autre, l’auteur prenant soin de noter lorsque c’était le cas que telle ou telle église avait été « rendue » aux Orthodoxes par les Uniates 23. Selon la ligne générale de cet argumentaire, la cité avait été entièrement russe par le passé et son présent polonais n’était qu’une couche de vernis ajoutée par la suite qu’il convenait de « nettoyer » pour révéler la nature véritable, russe et orthodoxe de la ville. (Les Juifs n’apparaissaient pratiquement pas dans ce discours)24. Des monuments tels que la statue du comte Muraviev (connu sous le nom de « boucher » en raison de la répression menée de main de fer des « insurgés » polonais de 1863-1865) ou le monument en l’honneur de Catherine II devaient également contribuer à célébrer la ville russe25. Comme le proclamait l’inscription sur ce dernier monument, « Ottorzhennyia vozvratila » – « ce qui fut arraché, est désormais de retour ». En d’autres termes, le territoire originairement russe et orthodoxe de Vilnius était désormais « rentré » dans le giron de la Russie, grâce aux Partages de la Pologne de la fin du XVIIIe siècle.

  • 26 Malheureusement on ne dispose pratiquement pas de publications sur la première période du mouvement (...)
  • 27 Sur l’État lituanien médiéval, voir S. C. Rowell, Lituania Ascending : A Pagan Empire within East-C (...)

25Les Lituaniens étaient confrontés à un défi encore plus grand que les Russes dans la perspective de revendiquer des titres de propriété sur Vilnius. Le nombre d’habitants lituaniens était désespérément faible ; qui plus est, les Lituaniens ne disposaient pas du pouvoir politique et militaire dont les Russes faisaient si amplement usage. À cela s’ajoutait le caractère principalement rural et paysan de la population lituanienne, caractérisée par son fort taux d’analphabétisme et la faiblesse de toute conscience nationale. Pour parachever la liste de tous ces handicaps, le gouvernement tsariste avait interdit à partir du milieu des années 1860 que le lituanien fût imprimé en lettres latines, ce qui revenait à bannir toute publication en cette langue, puisque le clergé et l’intelligentsia catholiques refusaient catégoriquement pour leur part l’idée même d’utiliser l’alphabet cyrillique pour leur langue26 Et cependant, depuis le tout début du mouvement national polonais, Vilnius se vit proclamer capitale de la nation. La raison en était fort simple. Peuple essentiellement rural, les Lituaniens n’étaient démographiquement en position de force dans aucune ville au XIXe siècle, même si les rapports numériques leur étaient un peu plus favorables à Kaunas, ville située, qui plus est, au cœur du territoire de peuplement lituanien ethnique. Mais Kaunas était une petite ville, habitée en grande partie par des Juifs, et dépourvue de tout prestige historique, alors que la fondation de Vilnius, après tout, remontait à un chef incontestablement lituanien et que la ville avait justement été fondée comme capitale de l’État lituanien. Au prix d’une réinterprétation purement ethnique de la vie de Gediminas et de l’État lituanien médiéval, les nationalistes lituaniens de la fin du XIXe siècle se mirent en position de revendiquer Vilnius comme capitale passée et future de leur nation et de l’État qu’ils appelaient de leurs vœux 27.

  • 28 Voir sur ce point la liste étendue d’articles (sans doute de courte « durée de vie ») proposée par (...)

26Pour asseoir l’idée chère au mouvement national lituanien d’un Vilnius leur appartenant en propre, il était extrêmement important d’établir une présence ne serait-ce que symbolique au sein de la ville. Fait remarquable eu égard à leur faible nombre, les Lituanien disposèrent d’un quotidien local avant même les Polonais. Le succès de la parution du Vilniaus Žinios, dont le premier numéro fut lancé le 10 décembre 1904, est en grande partie l’œuvre d’un seul homme, l’ingénieur Petras Vileisis, un patriote lituanien notoire. Vileisis, qui avait fait fortune comme ingénieur et constructeur dans l’Empire russe, mit à contribution son réseau de relations et ses entrées auprès de la bureaucratie russe pour convaincre les autorités locales de lui permettre de publier un journal quotidien à Vilnius. On sait qu’en 1905, des périodiques étaient publiés à Vilnius dans de nombreuses langues, incluant le yiddish et le polonais. Le monopole linguistique sur la presse que la langue russe était parvenue à défendre depuis le milieu des années 1860 était donc rompu à cette date28.

  • 29 Egidijus Motieka, Didysis Vilniaus seimas, Vilnius, Saulabolis, 1996 ; pour les mémoires d’un milit (...)

27L’autre événement majeur, qui servit à réclamer Vilnius comme capitale de la Lituanie, fut la grande « Seimas » (ou diète) qui se tint dans la ville à la fin de l’année 1905. Par sa simple présence, ce grand rassemblement des représentants des élites intellectuelles lituaniennes venus des quatre coins de la « Lituanie » constituait une source inépuisable de fierté pour le mouvement patriotique29.

  • 30 Piotr Łossowski, Konflikt polsko-litewski 1918-1920, Varsovie, Książka i Wiedza, 1996 ; Alfred E. S (...)
  • 31 Une source merveilleuse de descriptions populaires du conflit polono-lituanien est proposée par Krz (...)

28Les revendications lituaniennes sur Vilnius furent ravivées par l’ouverture d’établissements scolaires utilisant cette langue à l’époque de l’occupation allemande, durant la Première Guerre mondiale. Le choix de Vilnius pour la déclaration de l’indépendance, signée dans la ville le 16 février 1918, fut rien moins que fortuit. Malgré tous ces efforts, la tentative du tout nouvel État lituanien d’établir le contrôle sur la ville échoua ; Vilnius fut officiellement incorporé à la Pologne en 1922 (malgré les vives protestations de la Lituanie au sein de la Société des Nations)30. La question de Vilnius allait empoisonner les relations polono-lituaniennes durant tout l’entre-guerres ; tous les textes lituaniens à valeur constitutionnelle proclamaient Vilnius capitabe « réelle » du pays, Kaunas ne constituant dans cette optique qu’une capitale provisoire. Aucune relation diplomatique n’exista entre les deux pays avant 193831.

  • 32 Theodore R. Weeks, From Assimilation to Antisemitism : The “Jewish Question” in Poland, 1850-1914, (...)

29Au-delà de leur caractère concurrentiel, tous ces discours nationalistes de revendication sur Vilnius présentaient un dénominateur commun frappant, à savoir l’absence totale ou presque de la moindre mention concernant la population juive de la cité. Si les Russes et les Lituaniens mentionnaient bien la présence des Polonais (généralement décrits comme de « nouveaux arrivants » ou comme des descendants polonisés issus d’autres groupes ethniques), les Juifs n’apparaissaient tout simplement pas dans ces discours. On peut se demande pourquoi il en était ainsi. Une explication possible serait que les Polonais étaient vus comme une menace réelle par les Russes et les Lituaniens pour leurs propres revendications sur la ville, à la différence des Juifs. Malgré leur position numérique dominante et leur importance dans l’économie de la ville, les Juifs ne disposaient d’aucune influence politique passée ou présente, et demeuraient en marge de la perception de la ville par les Chrétiens ; ils étaient certes présents, mais n’étaient pas considérés comme réellement « indigènes ». D’ailleurs, alors que les relations polono-juives se détériorèrent gravement de 1863 à 1914, cette évolution passa grandement inaperçue à Vilnius 32.

  • 33 Noter par exemple le titre de cet album photographique évocateur sur le Vilnius juif des années 192 (...)
  • 34 Pour un guide du Vilnius juif (mais centré sur les traces présentes aujourd’hui) voir G. Agranovski (...)

30Mise à part la « séparation des cultures » dans les discours décrite plus haut, le paysage urbain (surtout avant 1914, mais dans une certaine mesure également dans la période de l’entre-deux-guerres) était lui aussi divisée en trois sphères, non pas physiques, mais spirituelles et culturelles : la sphère juive, la sphère polonaise, et la sphère russe. Cela ne signifie pas que les habitants de Vilnius vivaient dans des quartiers séparés par la ségrégation. Certains quartiers de la ville étaient habités par certains groupes dans des pourcentages supérieurs à la moyenne (Juifs, Polonais, Russes). Dans ce contexte, la perception des « appartenances » à l’une ou l’autre culture joua un rôle plus important que la composition nationale réelle de certains districts. Le terme de « ghetto » juif par exemple était d’usage fréquent 33 ; il n’y avait pourtant pas de ghetto légal et fermé à Vilnius avant la Seconde Guerre mondiale. Le quartier est aisé à définir. Situé à l’est de la rue principal (polonaise) « Wielko » (aujourd’hui Didžiojo), il avait pour axe principal la « rue allemande » (Daytshe gos, Niemiecka, aujourd’hui Vokiečių) et avait comme limite orientale la rue Zawalna (aujourd’hui Pylimo). Les Juifs n’étaient pas les seuls habitants de cette zone, mais ils formaient le gros de la population du quartier, et il était admis par tous que ce dernier était le quartier « juif » 34.

31Si les Polonais habitaient partout dans la ville, la « ville polonaise » correspondait grosso modo à la vieille ville. Ses avenues principales s’étendaient de la porte de la ville connue sous le nom d’Ostra Brama (avec son image miraculeuse de la Vierge Marie) jusqu’au parc situé sous les restes du château de Gediminas. Cet espace, entouré d’un rempart jusqu’à la fin du XVIIe siècle, comprenait l’université (fermée depuis les années 1830 et transformée en Lycée russe), le palais de l’archevêché, où Napoléon résida en 1812 (réquisitionné plus tard par les Russes pour en faire le siège du gouverneur général), et des dizaines d’églises catholiques. Certes, certaines de ces églises (par exemple Saint-Casimir, transformée en une « Nikolaevskii sobor » de confession orthodoxe après 1863) avaient cessé de fonctionner comme lieux de culte catholique dans le dernier tiers du XIXe siècle. Mais la grande majorité des églises et de la population demeura catholique et polonaise jusqu’en 1914. La présence russe au milieu de ce cœur polonais de la ville, que ce soient les quelques églises orthodoxes, le palais du gouverneur général, ou le lycée russe, ne changea pas le caractère foncièrement polonais de ce quartier.

32Pour ce qui est du « quartier russe », il suffisait de quitter la ville polonaise en passant devant le monument de Catherine II (1904) dressé devant la cathédrale et de tourner dans le Georgievskii Prospekt, la grande avenue rectiligne, longue de plus de trois kilomètres qui menait de la cathédrale aux berges de la Nerys, et qui avait été aménagée principalement dans la seconde moitié du XIXe siècle, c’est-à-dire à l’époque de l’administration russe et de la russification la plus aiguë. Ce quartier et la « nouvelle ville » située plus au sud avaient tous deux été érigés dans les décennies postérieures à 1863 et se présentaient comme un réseau de longues rues droites et perpendiculaires (en particulier à proximité de Georgievskii Prospekt – l’actuelle rue Gedimino), et ornées de bâtiments en tous points semblables à ce que l’on pouvait voir dans n’importe quelle autre grande ville de l’Empire russe. La plus grande partie de la population russe de Vilnius vivait dans cette zone, mais même là, les Russes ne dépassaient sans doute pas en nombre la population polonaise ni l’intelligentsia juive russophone, qui n’était initialement pas très nombreuse mais connaissait à cette époque une forte croissance. Pour les familles juives éduquées et en général assez aisées qui cherchaient à quitter le « ghetto », la ville nouvelle constituait un quartier attractif. Pour des raisons symboliques (et également pratiques), la grande synagogue chorale, terminée en 1903, et qui attirait une population juive orthodoxe, mais cossue et « européenne », avait été construite à la limite de la nouvelle ville russe et du quartier juif traditionnel.

Le Vilnius juif

33Les Juifs de Vilnius fournissent sans aucun doute le plus bel exemple d’une « culture parallèle » isolée. Encore à la fin du XIXe siècle, les Juifs vivaient à l’écart de trop nombreux contacts avec les cultures chrétiennes qui les environnaient. Le rythme de leur vie quotidienne, leur langue, sans oublier bien sûr leurs pratiques religieuses les différenciaient fortement des cultures catholique polonaise et russe orthodoxe, avec lesquelles ils étaient cependant en contact, principalement dans la sphère économique et la sphère politique et gouvernementale officielle.

34Cette vie à la marge continua bien après que la modernisation économique eut commencé à briser les barrières qui séparaient Juifs et Chrétiens ; la vie quotidienne et la culture juives demeurèrent largement séparées des cultures russe et polonaise.

  • 35 Henri Minczeles, Vilna, Wilno, Vilnius : La Jérusalem de Lituanie, Paris, La Découverte, 1993, p. 3 (...)

35Des Juifs avaient vécu en permanence à Vilnius depuis au moins la fin du XVIe siècle (1593), lorsque le roi Sigismond II leur avait garanti le droit de résidence dans la cité 35. Vilnius abritait l’une des plus importantes communautés juives de la région ainsi qu’un centre renommé d’études juives, auquel restait attaché la mémoire du nom du « Gaon » (génie) de Vilnius, Rabbi Eliahu ben Shlomo Zalman (1720-1797), le légendaire commentateur de la Torah et du Talmud.

  • 36 Sur ces deux figures majeures de la vie juive au XVIIIe siècle voir Murray Jay (Moshe) Rosman, Foun (...)

36L’influence du Gaon provenait à l’évidence de ses qualités intellectuelles hors norme comme talmudiste, de son caractère moral exemplaire et de la position qu’il occupa (peut-être contre son gré) comme porte-étendard des tenants de la tradition et de l’orthodoxie (les mitnagdim) face au nouveau courant, moins cérébral, pour ne pas dire frivole et inquiétant (aux yeux des traditionnalistes), porté par les hasidim36. Le Gaon remporta la bataille, du moins pour ce qui est de Vilnius, au sens où le hassidisme ne parvint jamais à véritablement prendre pied dans la ville. À dire vrai, les Juifs lituaniens (Litwak) conservèrent jusqu’au XXe siècle une réputation de sérieux et de goût pour l’étude, compensée par un manque d’humour et une absence d’émotions.

  • 37 Klausner, Vilnah : yerushalayim deLita : dorot rishonim, p. 116-124.
  • 38 Dr. Józef Frank, Pamiętniki, Wilno, Księgarnia Stowarz. Naucz. Polskiego, 1921, t. I, p. 44-50.
  • 39 Gabrjela Puzynina z Güntherów, W Wilnie i w dworach litewskich. Pamiętnik z lat 1815-1843, Cracovie (...)

37Les Partages de la Pologne ne provoquèrent pas de grands changements pour la communauté juive de Vilnius. Les Juifs demeurèrent séparés de leurs voisins chrétiens par la langue, la religion et la vie quotidienne37. Il semble évident, vu la position dominante des Juifs dans le commerce de détail, que les Chrétiens ne pouvaient complètement éviter tout contact avec leurs voisins juifs. Quoi qu’il en soit, les Juifs jouissaient d’une présence constante dans la ville. Le docteur Joseph Frank, professeur à l’université de Vilnius, arrivé de Vienne en octobre 1804, disait que les Juifs formaient le tiers de la population de la ville (en fait, le pourcentage était encore plus élevé) et décrivait les habitants juifs de la ville comme des êtres exotiques mais sans hygiène. Selon Frank, toute maison aristocratique, même l’évêque, avait son agent juif pour gérer au mieux les transactions commerciales38. Gabrjela Puzynina z Güntherów, dans la description de sa jeunesse au sein de l’aristocratie polonaise des années 1830, notait d’une façon assez semblable que lors d’un mariage particulièrement somptueux et prodigue dans sa famille, des cadeaux avaient été faits aux paysans et aux Juifs (probablement en relation avec le nouveau ménage). Elle se souvient des heures passées à la fenêtre à regarder la rue « allemande » (Niemiecka), à observer des cortèges funéraires juifs. Elle évoque même avoir dansé lors d’un bal avec un certain Lewensztejn, un riche commerçant de Riga39.

  • 40 Klausner, Yerushalayim deLita : dorot rishonim, p. 134 ; Pinchas Kon, Dawny Uniwersytet Wileśki a Z (...)

38Des Juifs suivaient également les cours de l’université polonaise de Vilnius, en tout une quarantaine avant 182440. En d’autres termes, au milieu du siècle, les Juifs de Vilnius étaient à la fois omniprésents tout en demeurant une curiosité (surtout s’ils s’aventuraient en société chrétienne).

  • 41 Irvin Michael Aronson, The Attitudes of Russian Officials in the 1880s toward Jewish Assimilation a (...)
  • 42 Verena Dohrn, Das Rabbinerseminar in Wilna (1847-1873). Zur Geschichte der ersten staatlichen höher (...)

39L’État russe ne sut jamais véritablement quelle politique mener envers les Juifs, oscillant sans cesse de mesures susceptibles de les rapprocher de la culture russe à l’expression d’une profonde méfiance à l’égard du concept même de « Juifs russes » 41. Vilnius était bien sûr situé à l’intérieur de la zone de résidence et les Juifs avaient par conséquent le droit d’habiter là. En tant que principale ville des « Provinces du nord-ouest », Vilnius pouvait servir de test grandeur nature pour le rapprochement russo-juif (c’est-à-dire plus exactement pour conduire les Juifs à la culture russe). Dès 1847, une école rabbinique d’État avait été fondée avec deux principaux objectifs : fournir des enseignants russophones aux écoles juives d’État, et former des rabbins de la couronne (que les autorités russes réclamaient pour chaque communauté juive). Ce deuxième aspect échoua très largement : aucun diplômé de cette école ne fut jamais employé dans aucune communauté comme rabbin. La plupart des Juifs de la région considéraient au contraire les anciens étudiants de cet établissement comme suspects tant pour ce qui est de la religion que pour ce qui est des rites. Il est même possible que certains aient été suspectés d’être des agents du gouvernement chargés de convertir les Juifs à la religion orthodoxe. D’un autre côté, l’école contribua avec plus de succès à diffuser le russe parmi les Juifs de Vilnius, ce qui conduisit peu à peu à la formation d’une intelligentsia juive russophone dans la ville. Lors de sa fermeture en 1873, le « séminaire rabbinique » fut transformé en école d’instituteurs et de maîtres d’école, qui fonctionna jusqu’à la fin de la période tsariste 42.

40Cependant, l’événement local le plus important des années 1860 n’était pas constitué par les Grandes Réformes, mais par l’insurrection polonaise (ou polono-lituanienne) qui éclata en novembre 1863, en partie en réaction aux efforts réformateurs du Tsar Alexandre II.

41L’insurrection fut violemment réprimée. À Vilnius, la figure du comte Muraviev, qui ne recula pas devant la pendaison de prêtres pour « encourager les autres », illustra aux yeux des Polonais et des Lituaniens la cruauté et la brutalité de l’ordre russe. Muraviev quitta Vilnius en 1866, mais son ombre continua de planer sur la ville jusqu’au début du XXe siècle (un monument fut dressé en son honneur en 1898).

  • 43 Pour une vue d’ensemble sur l’insurrection de 1863 dans la région voir Dawid Fajnhauz, 1863. Litwa (...)
  • 44 Dawid Fajnhauz, Ludność żydowska na Litwie i Białorusi a powstanie styczniowe, in :˙ Biuletyn ZIH, (...)

42Aux yeux des Polonais et Lituaniens, qui avaient participé activement à l’insurrection anti-russe, la période postérieure à 1863 constituait une période de russification brutale et illégitime. Mais qu’en était-il aux yeux des Juifs ? Tout d’abord, il convient de rappeler que durant tout le temps que dura l’insurrection, Vilnius resta fermement aux mains du gouvernement, ce qui constitua d’ailleurs rétrospectivement une source d’embarras pour les patriotes polonais43. En ce qui concerne les Juifs, certains prirent fait et cause pour les insurgés contre les autorités russes, mais la plupart tenta simplement de se maintenir autant que possible à distance des troubles, qui au premier regard ne semblaient du reste pas les concerner directement44.

  • 45 N. Shteinberg, Graf M. N. Murav’ev i ego otnosheniia k evreiiam g. Vil’ny v 1863-1864 gg., in : Rus (...)
  • 46 John Klier, The Polish Revolt of 1863 and the Birth of Russification : Bad for the Jews ?, in : Pol (...)

43Il est intéressant de noter que dans l’ensemble Muraviev se montra bien moins hostile aux Juifs qu’aux Polonais et qu’il alla même jusqu’à penser que les Juifs feraient peut-être de bons alliés dans le cadre d’une politique de russification45. Aux lendemains du soulèvement de 1863, de nombreux membres de l’intelligentsia juive des provinces occidentales de l’Empire russe (dont Vilnius faisait partie comme nous savons) auraient, selon l’interprétation proposée par John Klier, misé sur la « russification », vue comme une chance d’obtenir une pleine citoyenneté russe (du moins à longue échéance)46. Indépendamment de la justesse ou non de ce point de vue, il convient de rappeler que la très grande majorité des Juifs de Vilnius restèrent religieux, traditionnels et yiddishophones.

  • 47 Il convient de rappeler que malgré toute la violence et les dommages matériels causés par les pogro (...)
  • 48 LVIA, f. 378, PS 1881, b. 52, ll. 10-13.

44Les pogroms qui touchèrent les provinces ukrainiennes de l’Empire russe en 1881, ainsi que Varsovie à la fin de cette même année, n’affectèrent pas les provinces du nord-ouest dont Vilnius était la métropole47. Un des possibles facteurs explicatifs de cette non-contamination pourrait être la réponse énergique du gouverneur général de Vilnius, le comte Edouard Ivanovitch Totleben, face à la menace d’une extension des pogroms. Apprenant l’existence de ces pogroms dans le sud en avril 1881, Totleben donna des instructions aux autorités civiles et militaires leur demandant de mettre en place toutes les mesures nécessaires pour éviter tout affrontement entre Chrétiens et Juifs. Une circulaire datée du 6 mai 1881 adressée aux gouverneurs des provinces de Vilna, Kovno et Grodno indiquait clairement les mesures à prendre. Tout d’abord, toute fausse rumeur ou agitation dans la population devait être « poursuivie avec diligence » ; les autorités devaient porter une « attention minutieuse » aux « individus inconnus ». Au cas où des troubles eussent éclaté, les autorités locales avaient ordre de les réprimer dans l’œuf et d’informer immédiatement les unités militaires locales. En cas de nécessité, ces unités militaires devaient apporter leur concours aux autorités civiles en vue d’un prompt rétablissement de l’ordre48. La correspondance entre Totleben, les autorités locales et le Ministère de l’Intérieur à Saint-Pétersbourg, montrent le souci de maintien de l’ordre commun à tous. En fin de compte, malgré les rumeurs alarmistes et les craintes, la communauté juive de Vilnius fut épargnée. Dans ce contexte des pogroms de l’année 1881, une source inhabituelle et particulièrement riche est donnée par le témoignage de Dr. J. Rülf, qui était rabbin à Memel (Klaipeda) et qui séjourna dans la ville à la fin de l’été. Alarmé par les nouvelles des pogroms dans le sud et observant avec inquiétude l’attitude anti-juive du Ministre de l’Intérieur, M.P. Ignatiev, Rülf décida de découvrir la Russie par lui-même. Il passa un peu plus d’une semaine à Vilnius et Minsk. Juif allemand acculturé mais demeuré orthodoxe du point de vue religieux, Rülf ressentit à la fois l’étrangeté et l’attraction exercée sur lui par la population juive de Vilnius. Ses commentaires oscillaient entre condescendance, affection et un sentiment protecteur trahissant un réflexe de supériorité.

  • 49 Dr. J. Rülf. Drei Tage in Jüdisch-Russland. Ein Cultur- und Sittenbild , Francfort, Verlag J. Kauff (...)
  • 50 Ibid., pp. 10-24.

45Le premier jour de son séjour dans la ville, Rülf se leva tôt et se rendit à la synagogue principale. Descendant la « rue allemande » où se trouvait son hôtel tenu par des Juifs, il remarqua que la cour de la synagogue (le Schulhof) occupait un large espace « coupé de ruelles irrégulières courant ici et là, mal pavées et pas très propres. » Des maisons empiétaient sur la rue, certaines contenant des logements, d’autres abritant différentes institutions de charité ou des associations (khevros). Chaque association disposait de sa propre maison de prière (beyt midrash / kloyz)49. Après avoir pris son petit-déjeuner à l’hôtel, Rülf fit une visite guidée des institutions caritatives de la ville par le rabbin d’État Dr. A. Gordon (Talmud-Torah, hôpital, clinique, hospice). Malgré le grand nombre d’institutions de charité, les rues regorgeaient de mendiants, qui criaient « zedoko tazil mimowes » (dans la traduction de Rülf : « la charité sauve de la mort »). Même les jours de shabbat, les mendiants étaient à l’ouvrage, acceptant ce jour-là l’aumône sous forme de pain50.

  • 51 Ibid., pp. 26-43. D’autres sources confirment la part importance de Juifs dans l’artisanat à Vilniu (...)

46Rülf remarqua que la communauté juive de Vilnius n’était pas unifiée. Il existait des dizaines de maisons de prières et de petites synagogues, pratiquement une par association (khevrah). Seule la Grand Synagogue et le cimetière donnaient un semblant d’unité. Vilnius n’avait pas de Grand Rabbin, même s’il y avait dans la ville un rabbin de la couronne, Dr. A. Gordon. Mais la plupart des Juifs ne considéraient pas ces rabbins de la couronne, formés dans des institutions étatiques, comme leurs vrais chefs spirituels. Ils dépendaient d’eux pour toute une série de contacts avec les autorités russes et pour toute une série de fonctions comme la célébration de mariages. De nombreuses cours rabbiniques existaient dans la ville, se partageant la « clientèle ». Comme le suggère l’abondance des mendiants, la plupart des Juifs de Vilnius ne vivaient pas dans l’aisance matérielle. Des rues entières étaient bordées de minuscules échoppes tenues par des Juifs, qui étaient en compétition les uns avec les autres pour assurer leur subsistance. De nombreux Juifs étaient également artisans ou ouvriers, les artisans vendant le plus souvent eux-mêmes les objets qu’ils avaient fabriqués 51.

  • 52 Ibid., pp. 45-58.

47Rülf faisait l’éloge de la « profonde piété » des Juifs de Vilnius. Les rabbins et leurs familles jouissaient d’un grand respect à l’intérieur de la communauté. À la différence de nombreux Juifs orthodoxes, les Juifs de Vilnius étaient cependant « extrêmement tolérants ». Rülf notait aussi que le processus de l’acculturation avait fait son apparition à Vilnius. La plupart des jeunes comprenaient au minimum le russe, et les étudiants de l’école rabbinique d’État et d’autres écoles juives d’État constituaient peu à peu une élite juive russophone assez restreinte numériquement parlant, mais en progression constante. Malheureusement pour les Juifs traditionnels et aussi pour les autorités russes, selon Rülf, on pouvait discerner la présence d’idées radicales parmi la plus jeune génération. Rülf admettait que certains jeunes Juifs étaient sans doute « nihilistes », mais gardait espoir que les Juifs de Vilnius dans leur ensemble deviendraient rapidement des bons citoyens et patriotes russes, si seulement le gouvernement voulait bien changer de méthode. À cet égard, Rülf faisait valoir que le gouverneur général Totleben avait la réputation d’un administrateur « aimant l’ordre, sachant prendre des décisions, et équitable », bref un « véritable Allemand » (ein wahrhaft deutscher Mann).52

  • 53 G. Aronson et al., Di geshikhte fun Bund, New York, Farlag unzer tsayt, 1960, vol. I, pp. 107-132 ( (...)
  • 54 G. Agranovskii, I. Guzenberg, Litovskii Ierusalim. Kratkii putevoditel’ po pamiatnym mestam evreisk (...)
  • 55 Pinchas Kon, Geheimberichte über Herzls Besuch in Wilno im Jahre 1903, Vienne, 1928 ; Cohen, Vilna, (...)
  • 56 Tainaia dokladnaia zapiska Vilenskogo gubernatora o polozhenii evreev v Rossii, Genève, Bund, 1904, (...)
  • 57 Theodore R. Weeks, The 1905 Revolution in Vilnius, in : Marek Przeniosła, Stanisław Wiech (éd.), Re (...)
  • 58 Vladimir Levin, « Russian Jewry and the Duma Elections, 1906-1907 », in : Wolf Mosko-vich (éd.), Je (...)
  • 59 Peu de temps auparavant, le socialiste Stanisław Mendelsohn avait averti les juifs de Vilnius qu’en (...)

48La diffusion de la culture russe mais aussi des idées radicales pointées du doigt par le rabbin Rülf devait se poursuivre les décennies suivantes. En 1897, le Bund, le premier parti juif, qui combinait idéologie nationale (yiddish) et socialisme, vit le jour à Vilnius. Cinq ans plus tard, Hirsh Lekert, un artisan sympathisant du Bund, tira sur Victor von Wahl, gouverneur général de la ville, et le blessa, avant d’être exécuté, devenant ainsi un des principaux martyrs du Bund53. À la même époque, des Juifs plus influents, parlant russe à la maison ou au moins dans leurs affaires professionnelles, s’associèrent pour construire l’imposante synagogue chorale, qui ouvrit en 190354. L’année de l’ouverture de la synagogue chorale, Théodore Herzl effectua une visite dans la ville à la grande joie de la communauté juive locale55. Cependant, malgré toute la sympathie de la communauté juive pour le socialisme ou des formes variées de nationalisme juif, le gouverneur russe de la province de Vilna écrivait encore dans un mémorandum daté de 1903 que, s’ils étaient traités avec considération, les Juifs deviendraient très certainement un bastion de la culture et du patriotisme russes dans la ville 56. À l’orée du nouveau siècle, la communauté juive de Vilnius continuait donc de mener sa vie spécifique en marge de la société environnante, considérée tour à tour par les autorités russes comme une menace ou comme une « pièce du puzzle ethnographique », à utiliser en cas de besoin pour renforcer la position des Russes (ce qui ne pouvait être que contre les Polonais, même si cela n’était pas toujours explicite). Toutes ces tendances se renforcèrent et s’accélérèrent dans les décennies précédant la Première Guerre mondiale. Les Juifs étaient ainsi très fortement représentés parmi les manifestants et les victimes des grèves et de la répression policière de l’année révolutionnaire 1905 57. Une fois que le régime tsariste eut brisé ou contraint à la clandestinité les forces révolutionnaires, le paysage politique se transforma profondément. Premièrement, la censure fut allégée de façon déterminante, permettant le développement d’une presse polonaise et yiddish très active dans la ville. Deuxièmement, les élections au parlement nouvellement créé, la Douma, attisèrent les conflits ethniques, puisque les choix électoraux suivaient le plus souvent les lignes de clivage interethnique. En 1906, le sioniste Shmariahu Levin parvint à se faire élire à la première Douma grâce au soutien du Kadet part libéral58. Mais aucun Juif ne fut envoyé comme député de la ville ou de la province aux trois assemblées suivantes (1907-1917). Les relations polono-juives se détériorèrent à cette époque, les Polonais accusant leurs voisins juifs de ne pas soutenir la cause national polonaise (ce qui, en tout état de cause, n’était d’ailleurs pas complètement faux) 59. À la veille de la Première Guerre mondiale, les différents groupes nationaux avaient pris conscience de leur existence réciproque comme jamais auparavant, mais cette prise de conscience se traduisait plutôt sur le mode conflictuel (polono-russe, polono-lituanien, polono-juif) qu’en termes d’échanges culturels.

  • 60 Sur les évacuations massives de la population civile durant la Première Guerre mondiale, voir Peter (...)

49La Première Guerre mondiale représenta un désastre pour tous les habitants de Vilnius. Les plus touchés furent cependant les Juifs. Durant la première année de guerre, alors que la ville était encore sous administration russe, l’économie connut de sévères restrictions. L’impact du conflit fut particulièrement négatif pour le grand négoce, l’artisanat et le petit commerce, secteurs où les Juifs de Vilnius étaient très largement représentés. La suspicion ouverte dans laquelle étaient tenus les Juifs par l’armée russe qui voyait en eux des espions potentiels, puis l’évacuation de milliers de Juifs vers l’intérieur de la Russie bouleversa ce monde clos. Les relations Juifs-non Juifs se détériorèrent. Le fait que ce soit les autorités russes qui donnèrent ces ordres d’évacuation en ciblant particulièrement les Juifs déclencha une flambée d’accusations antisémites. À la fin de l’été 1915, après la chute de Kovno (Kaunas), les Juifs de Vilnius vivaient dans la terreur de devoir également abandonner leurs chez-soi. La rapide avancée de l’armée allemande permit d’éviter cette tragédie 60.

  • 61 Hirsz Abramowicz, Profiles of a Lost World : Memoirs of East European Jewish Life before World War (...)

50Par hasard, les Russes évacuèrent Vilnius la veille d’un des principaux jours fériés du calendrier juifs, Yom Kippour. Hirsz Abramowicz décrivit les derniers moments de l’administration russe en ces termes : « Pratiquement personne n’eut l’idée d’aller à l’office de Kol Nidre. Les gens avaient peur de s’aventurer dans les rues... Tout le monde en avait tellement assez des persécutions, des libelles calomnieux et de l’inflation galopante que presque tout Vilna désirait se débarrasser des Russes... Après minuit, le 17 septembre tout était fermé. La nuit passa sans incident... ou presque, si ce n’est la peur engendrée par les terrible explosions qui ponctuèrent la démolition des ponts et autres cibles militaires » 61.

51Si les Allemands étaient les bienvenus à Vilnius, leur entrée dans la ville n’améliora pas les conditions matérielles. En fait, comme le rapporte Abramowicz, les Allemands désiraient contrôler toutes les transactions économiques. Leurs confiscations de biens en tout genre, des chevaux aux céréales et aux récoltes de fruits finirent d’appauvrir la population.

  • 62 Sur la situation en 1916-1917 voir Liūdas Gira, Vilniaus gyvenimas po vokiečiais, in : M ūsų senovė (...)
  • 63 Selon Minczeles, le taux de mortalité grimpa de 292 en 1916 à 548 en 1917 pour les enfants de moins (...)

52Tandis que l’administration allemande se montra bienveillante ou au minimum neutre à l’égard des Juifs d’un point de vue culturel et politique, les mesures économiques eurent un effet dévastateur. En 1917, la plupart des habitants de Vilnius souffraient de faim 62. La mortalité grimpa, particulièrement parmi les couches les plus jeunes et les plus âgées de la population 63. La délinquance augmentait à mesure que tout semblant d’ordre disparaissait. Les autorités allemandes semblaient incapables de gérer la situation, qui empira suite aux mauvaises récoltes de 1916-1917.

  • 64 Vejas G. Liulevicius, War Land on the Eastern Front : Culture, National Identity, and German Occupa (...)

53La population de Vilnius avait espéré que les Allemands parviendrait au moins à maintenir l’ordre, mais à la fin de 1917 et en 1918, le chaos et l’impunité apportèrent un terrible démenti à l’idée que les Allemands sauraient mieux y faire en matière d’Ordnung64. Malgré la révolution russe et le sévère traité de Brest-Litovsk au printemps 1918, la vie ne s’améliorait pas à Vilnius. La capitulation allemande en novembre 1918 se traduisit par une situation de chaos à Vilnius. Les deux années qui suivirent virent tour à tour les Lituaniens, les Soviets, les Polonais, puis à nouveau les Soviets et pour terminer à nouveau les Polonais prendre le contrôle de la ville.

  • 65 Khaykl Lunski, Mehaghetto haVilniusi : tipusim vetslalim, Vilnius, Agudath hasofrim vehaz-hurnalist (...)
  • 66 Ibid., p. 209.

54La fin de la guerre n’apporta aucun répit à la population souffrante de Vilnius. Khaykl Lunski décrit 1919 comme une année d’épidémies et de famine, pires selon lui que les années de guerre. En 1914, Lunski notait que l’on entendait souvent des cris et des pleurs, mais en 1919 la misère et l’épuisement étaient tels que plus personne ne pouvait crier65. Hirsz Abramowicz décrit quant à lui la désolation quasi-totale sous le joug des Soviets en avril 1919. « La faim était partout. Acheter ou vendre quoi que ce soit était hors-la-loi... On ne trouvait pas de pain et un bol de vraie soupe était une rareté. Tous ceux qui pouvaient fuyaient Vilnius. » 66

  • 67 Minczeles, Vilnius, pp. 150-152 ; Frank M. Schuster, Zwischen allen Fronten. Osteuropäische Juden w (...)

55La prise de la ville par les Polonais en avril 1919 fut suivie d’un pogrom qui fit des dizaines de victimes 67. L’aspect le plus négatif à longue échéance fut l’identification, de la part des Polonais et plus tard des Lituaniens, de la population juive avec l’ordre bolchevik puis communiste.

  • 68 Cohen, Vilna, pp. 382-387 ; H. Šadžius, R. Žepkaitė, J. Žiugžda, Vilniaus miesto istorija nuo Spali (...)

56Lorsque le général Lucian Zeligowski prit la ville aux Bolcheviks en octobre 1930, et proclama l’État de Lituanie centrale (Litwa Srodkowa), les Juifs avaient des sentiments mêlés. D’un côté, les troupes de Zeligowski se comportèrent dans l’ensemble de façon correcte et le général lui-même s’abstint de toute déclaration antisémite. D’un autre côté, la communauté juive de Vilnius craignait l’établissement d’un État polonais nationaliste, comme Zeligowski semblait vouloir le mettre en place dans la « Lituanie centrale ». Les Juifs, tout comme les Biélorussiens et les Lituaniens, ne participèrent pas aux élections à la diète (sejm), laquelle, comme on pouvait s’y attendre, déclara que la Lituanie centrale était une partie intégrante de la République de Pologne. Ainsi, la cité de Vilnius devint-elle une ville provinciale à la périphérie nord-est de la Pologne, d’abord de facto en 1920, puis de jure en 192568.

  • 69 Czesław Miłosz, Wyprawa w dwudziestolecie, Cracovie, Wydawnictwo Literackie, 2000, pp. 278-279. Mił (...)
  • 70 Klausner, Yerushalayim deLita ... dorot aharonim, pp. 288-289. Voir aussi Irena Sławiska, Z życia n (...)
  • 71 Mojżesz Heller, Wilno jako orodek żydowskiego życia kulturalnego, in : Wilno i ziemia wileśka. Zary (...)
  • 72 Sur la presse juive de Vilnius, voir Ran, Jerusalem of Lituania, vol. 2, 364-370 ; Minczeles, Vilni (...)
  • 73 Ibid., pp. 312-313, 331-350 ; Elias Schulman, Yung Vilne 1929-1939, New York, Farlag Getseltn, 1946 (...)
  • 74 Das jiddische wissenschaftliche Institut (1925-1928), Berlin : Auslandszentrale des Jiddischen Wiss (...)

57Le Vilnius de l’entre-guerres était une cité marquée à la fois par la dépression économique et une hyperactivité culturelle. Les Juifs prirent une part majeure dans le bouillonnement culturel de cette époque, que ce soit à l’université polonaise, comme pionniers dans l’étude de la langue et de la culture yiddish, comme poètes, dramaturges, romanciers s’exprimant aussi bien en hébreu moderne qu’en yiddish, ou comme continuateurs de la tradition des études talmudiques du Gaon. Les étudiants juifs représentaient un pourcentage élevé des étudiants de l’université (polonophone) Stefan Batory, déclenchant dès 1922 des appels répétés à renforcer le numerus clausus pour limiter les immatriculations de Juifs 69. De fait, le pourcentage d’étudiants juifs à l’université Stefan Batory augmenta sans interruption jusqu’en 1930-1931, représentant cette année-là 1192 inscrits soit 35,5 % des inscriptions, pour retomber ensuite rapidement à 400 en 1938-3970. Les Juifs fréquentaient plusieurs systèmes scolaires en plus du système officiel polonais 71. Plus d’une douzaine de quotidiens, et davantage encore d’hebdomadaires et de mensuels étaient publiés en yiddish, hébreu et polonais 72. Le théâtre et la littérature en yiddish prospéraient. Le mouvement littéraire sans doute le plus célèbre de cette époque s’intitulait Yung Vilne73. Le statut de Vilnius comme centre culturel juif et particulièrement yiddish se traduisit dans la décision de fonder dans cette ville le YIVO (Organisation scientifique juive/yiddish) en 1925 74. L’ambiguïté des objectifs du YIVO se manifeste dans le double sens du premier mot du titre, qui signifie aussi bien « yiddish » que « juif ». L’institut avait pour but de poursuivre les études juives (certes dans un esprit moderne et sécularisé) – et de le faire en yiddish. Le YIVO encouragea et soutint la recherche linguistique, historique, sociologique et ethnographique, publiant de nombreuses monographies et des revues scientifiques. Après la Seconde Guerre mondiale, l’institut poursuivit ses activités à New York.

  • 75 Jakob Lestschinski, Wilna, der Niedergang einer jüdischen Stadt, in : Jüdische Wohlfahrtspflege und (...)
  • 76 Cohen, Vilna, p. 405. Cohen cite le chiffre de 25 000 demandes de secours pour une population de 60 (...)

58Dans un article de 1931, un économiste juif, Jakob Lestschinski, évoquait, en se référant à Vilnius, le « déclin d’une ville juive ». Retraçant la crise économique depuis les années dévastatrices de la Première Guerre mondiale, il évaluait la diminution des activités économiques juives dans la ville à un tiers de moins qu’avant 1914. Dans certaines branches, comme pour les tailleurs ou les couturiers, le nombre d’emplois avait même diminué de moitié. La situation n’était pas meilleure pour les cordonniers et les tisserands. Il y avait plusieurs raisons à cette baisse d’activités impressionnante. D’une part, le gouvernement polonais favorisait ouvertement les artisans et commerçants polonais « ethniques », en leur accordant des crédits abordables et en incitant les fonctionnaires à les soutenir 75. Plus important encore, Vilnius était désormais un poste avancé isolé, coupé du commerce avec la Lituanie et avec l’URSS. Étant donné l’arriération générale de l’économie polonaise au lendemain de l’indépendance, la position périphérique de Vilnius dans le pays ne pouvait qu’accentuer ces handicaps. Pour les Juifs, le malaise économique généralisé était d’autant plus fort que l’État polonaise excluait quasiment sans exception tous les non-Polonais des emplois publics. En 1931 un seul Juif travaillait à l’office national des postes et télégraphes (qui employait mille fonctionnaires) ; huit Juifs seulement travaillaient pour les Chemins de fer nationaux (une entreprise de 2883 employés). Dans l’administration publique, les écoles, les tribunaux, la situation n’était pas vraiment meilleure. Lors de la Pâque juive de 1938, quasiment la moitié des juifs de Vilnius fit appel à assistance, ce qui donne une idée de la détérioration générale des conditions de vie76.

  • 77 Klausner, Yerushalayim deLita ... dorot aharonim, pp. 291-5 ; Ran, Jerusalem of Lituania, 40 ; « Ek (...)

59Les relations entre Polonais et Juifs se dégradèrent au cours des années 1930. Les étudiants de l’université affiliés aux Nationaux Démocrates (ND, d’où l’abréviation Endek) semblent avoir été les leaders du mouvement antisémite. Au début de l’année universitaire 1931-1932, l’organisation des étudiants du ND organisa des attaques contre les étudiants juifs partout en Pologne, entre autres à Vilnius. Ces activités antisémites, qui débutèrent le 8 novembre, interdisaient aux Juifs de pénétrer dans l’université. Deux jours plus tard, une rixe entre étudiants antisémites et juifs provoqua la mort du Polonais Stanisław Wacławski. Szmuel Wulfin, un étudiant juif, fut condamné à deux années de prison ferme pour avoir jeté des pierres sur Wacławski, entraînant la mort de ce dernier77. Suite à ces incidents, les étudiants « Endek » exigèrent que les Juifs soient maintenus séparés des étudiants polonais et obligés de s’asseoir sur des gradins spéciaux dans la partie gauche des salles de cours et des amphithéâtres.

  • 78 Ibid., pp. 41-43 donne de nombreux exemples d’appels au boycott des Juifs de la part de Polonais, a (...)
  • 79 Klausner, Yerushalayim deLita ... dorot aharonim, pp. 191-203.
  • 80 Cité par Edward D. Wynot, Jr., « A Necessary Cruelty » : The Emergence of Official Anti-Semitism in (...)
  • 81 Pour une vue d’ensemble sur le Vilnius juif sous administration polonaise, voir Cohen, Vilna, pp. 3 (...)

60L’augmentation de la misère économique et la montée de l’instabilité politique contribuèrent à exacerber encore davantage l’antisémitisme dans la seconde moitié des années 1930. Les campagnes de boycott économique qui frémissaient depuis les années 1880 se renforcèrent, alors même que le commerce et l’artisanat juifs avaient de plus en plus de mal à se maintenir à flots78. Le gouvernement renforça à la même époque ses mesures anti-juives, dont une séries de lois restreignant – avant d’interdire complètement – les boucheries kasher. Les Juifs qui traînaient dans les parcs publics étaient la cible d’attaques de bandes antisémites, le même sort indigne s’abattant également sur les Juifs qui vaquaient aux alentours de la ville79. Aucune condamnation des attaques physiques n’était à espérer du côté du gouvernement polonais. Au contraire, la politique antisémite officielle semblait plutôt créer une atmosphère propice à ces débordements antisémites. La ligne officielle après 1935 est bien résumée par ces mots prononcés en 1938 par le général Stanisław Skwarczyśki, un homme politique de premier plan : « [Les Juifs] sont un obstacle à l’évolution normale des grandes masses de la nation polonaise ». Le gouvernement polonais se devait par conséquent de rechercher les moyens de « faire baisser radicalement le nombre de Juifs en Pologne »80. La réduction de la population juive polonaise passait aux yeux de beaucoup par l’émigration, le problème étant qu’à la fin des années 1930 il existait très peu de possibilités d’émigrer légalement 81.

  • 82 Klausner, Yerushalayim deLita ... dorot aharonim, pp. 279-287 ; Ran, Jerusalem of Lituania, p. 244.

61S’il convient de rappeler qu’il se trouva bien des Polonais pour protester contre le chauvinisme à courte vue de leur gouvernement, il n’en reste pas moins qu’à la fin des années 1930, de nombreux Juifs polonais – parmi eux les Juifs de Vilnius – ne parvenaient plus à envisager avec optimisme leur avenir à l’intérieur d’un État polonais. Simultanément, l’émigration se poursuivait – avec, parmi les destinations, l’émigration vers le Birobidjan soviétique et l’émigration clandestine vers la Palestine82. La vie continuait malgré les difficultés. En 1930 encore, un quart de la population était des Juifs, disposant de leurs propres écoles, publiant un grand nombre de quotidiens et de magazines, écrivant de la poésie en plusieurs langues, produisant des pièces en yiddish et parfois en hébreu. Malgré les difficultés et la crise économique, le Vilnius juif continuait à donner une image pleine de vie à la fin des années 1930.

  • 83 Lucy Dawidowicz, From that Place and Time, op. cit., p. 117.
  • 84 Ibid., p. 106. On trouve confirmation du fait que de nombreux Juifs parlaient russe à la maison dan (...)
  • 85 Dawidowicz, From that Place, p. 107.
  • 86 Une image similaire de la « modernité » du Vilnius juif se retrouve chez Morits Grosman, Yidishe vi (...)

62Lucy Dawidowicz, une yiddishiste et historienne américaine, a donné un témoignage unique en son genre des dernières années de « normalité » du Vilnius juif avant la guerre. Venue de New York, Dawidowicz passa l’année 1938-1939 au YIVO de Vilnius. Elle ne quitta la ville que le 24 août 1939, au moment où la guerre pointait déjà à l’horizon. Elle décrit un Vilnius marqué par l’inexorable déclin des Juifs pratiquants et traditionnels. « Les héritiers de la tradition du Gaon, écrivait-elle, étaient sur la défensive, même s’ils ne se voyaient pas encore comme des assiégés »83. Les Juifs membres de la classe moyenne étaient généralement bilingues, même si de nombreux Juifs parlaient très probablement le polonais avec un accent yiddish. Le « gratin » de la population juive tendait de plus en plus à parler russe à la maison, cette langue et cette culture étant considérées comme supérieures à la fois au polonais et au yiddish 84. La plupart des Juifs de Vilnius cherchaient en 1938 à s’adapter au monde moderne, « en quête d’une manière de concilier leur double identité de Juif et de Polonais », comme l’écrivait Lucy Dawidowicz85. Il est sans doute possible de mettre en doute les observations de Lucy Dawidowicz en rappelant sa position « d’outsider ». Cependant, les photographies collectives ou individuelles de Juifs contenues dans l’ouvrage monumental de Leyzer Ran, Jerusalem of Lituania, confirment ses remarques. Mis à part quelques responsables religieux, les hommes sont la plupart du temps rasés de près, et vêtus en costumes-cravates ; les femmes sont habillées de jupes, chemises ou blouses qui ressemblent exactement à ce que revêtaient les femmes polonaises de cette époque86. Les Juifs de Vilnius s’européanisaient rapidement, ressemblant de plus en plus à leurs voisins chrétiens par l’aspect extérieur et le langage. Dawidowicz notait toutefois que, malgré ces évolutions évidentes, l’identité juive était restée très forte et qu’elle avait probablement été renforcée par la politique discriminatoire du gouvernement polonais et par la perception aigüe des nombreux traits d’antisémitisme présents au sein de la société polonaise.

Conclusion

63L’histoire de Vilnius comme ville pluriethnique et pluriculturelle peut donner lieu à de multiples interprétations. Il est tentant de voir dans tous ces siècles de cohabitation de diverses nationalités et religions la preuve que les hommes sont capables de vivre en harmonie avec des différences culturelles. Mais une interprétation plus sombre est également possible. Si l’on concentre son attention sur l’évolution des relations ethno-religieuses durant la première moitié du XXe siècle, on discerne plutôt une tendance à l’uniformisation culturelle, même s’il faut prendre en compte pour cela des instruments comme la répression, l’exil ou le meurtre de ses voisins. À l’évidence, aucune de ces deux explications, ni la version carrément pessimiste ni la vision « ensoleillée » du multiculturalisme, ne rendent véritablement justice à la complexité des interactions humaines et au rôle que joue la différence ethnique, religieuse ou linguistique dans les relations humaines. L’histoire du Vilnius pluriethnique sur la durée d’un siècle et demi met en lumière les formes d’intérêt, d’ignorance et de haine ressenties à l’encontre de « l’Autre » national. Au cours du XXe siècle, la tendance commune à toutes les idéologies et aux groupes politiques à « jouer la carte ethnique » réduisit la tolérance et exacerba les conflits. Il est bien entendu impossible d’oublier qu’une force extérieure, les nazis, poussa ces conflits jusqu’à leurs conséquences les plus meurtrières. Si le portrait d’un Vilnius pluriethnique pris comme exemple de respect et de tolérance pluriséculaire tient donc davantage du mythe que de l’histoire, la disparition de la diversité culturelle et humaine de la ville constitue une perte dont nous commençons peut-être tout juste à évaluer l’importance.

Haut de page

Notes

1 Pour la simplicité et en m’excusant pour les anachronismes, j’utiliserai le nom de « Vilnius » tout au long de cette contribution. Cela ne signifie bien sûr en aucune manière une quelconque préférence pour les revendications lituaniennes sur la ville au cours de cette période.

2 Sur l’influence de la russification sur les cultures présentes à Vilnius et dans la région voir Dariusz Konstantynow, Piotr Paszkiewicz (éd.), Kultura i polityka. Wpływ polityki rusyfikacyjnej na kulturę zachodnich rubieży Imperium Rosyjskiego (1772-1915), Varsovie, Instytut Sztuki PAN, 1994.2

3 Sur la diversité ethno-religieuse au XVIIe siècle à Vilnius, voir David Frick, The Bells of Vilnius, Keeping Time in a City of Many Calendars, in : Making Contact : Maps, Identity and Travel, Edmonton, University of Alberta Press, 2003, pp. 23-59.3

4 Selon Klausner, la légende dit que le cimetière juif de Vilnius a été fondé en 1487. La première mention archivée ne date que du siècle suivant. Israel Klausner, Korot bet ha’almin ha’yasan beVilnah, Vilna, Hevrah l’historiah v’etnografiah a”sh Sh. An-ski, 1935/5695.

5 Israel Klausner, Vilnah, Yerushalayim de Lita : dorot rishonim, 1495-1881, Tel Aviv, Bet lohame ha’getaot, 1988.

6 Theodore R. Weeks, Population Politics in Vilnius 1944-1947 : A Case Study of State-Sponsored Ethnic Cleansing, in : Post-Soviet Affairs, vol. 23, no 1 (2007), pp. 76-95.

7 Algė Jankevičienė, Vilniaus Didžiojo Sinagoga = Great Synagogue of Vilnius, Vilnius, Savastis, 1996.

8 Michał Balinski, Opisanie statystyczne miasta Wilna, Wilno, Józef Zawadzki własnym nakła-dem, 1835, pp. 59-61, notamment p. 153. Les chiffres exacts sont : religieux : respectivement 523 hommes et 188 femmes ; noblesse : 3 289 et 3 369 ; bourgeoisie : 2 424 et 2 506 ; serfs : 152 et 167 ; Juifs : 10 040 et 10 606.

9 Juozas Jurginis, V. Merkys et al., Vilniaus miesto istorija nuo Spalio revolucijos iki âabartiniif dienif, Vilnius, Minus, 1972, p. 304.

10 Petras Ruseckas (éd.), hietuva Didžiajame Kare, Vilnius, Vilniaus žodis, 1939, pp. 16-23.

11 Rocznik statystyczny Wilna 1937, Wilno, Skład Glówny w centralnym biurze statystycznym m. Wilna, 1939, p. 9.

12 Parmi les études classiques du phénomène national, voir Ernest Gellner, Nations and Nationalism, Ithaca, Cornell UP, 1983 ; Perry Anderson, Imagined Communities : Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Londres, Verso, 1991 ; Eric Hobsbawm et Terence Ranger (éd.), The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge UP, 1992.

13 Voir les centaines de dossiers sur le gouvernement et l’assemblée de Vilnius aux archives Lietuvos Valstybinis Istorijos Archyvas, Vilnius (LVIA) respectivement fondas 458 et fondas 937.

14 Małgorzata Stolzman, Nigdy od ciebie miasto... Dzieje kultury wileśkiej lat międzypowsta-niowych (1832-1863), Olsztyn, Pojezierze, 1987. Pour la période après 1863, voir Andrzej Romanowski, Pozytywizm na Litwie. Polskie życie kulturalne na ziemiach litewsko-białorusko-inflanckich w latach 1864-1904, Cracovie, Universitas, 2003.

15 Voir la fascinante étude de Vytautas Merkys, Motiejus Valančius. Tarp katalikiškojo univer-salizmo ir tautiškumo, Vilnius, Mintis, 1999.

16 Par exemple, le Grand « Seimas » qui se tint à Vilnius à la fin de 1905 déclara son soutien à ceux qui avaient lutté pour l’usage du lituanien dans les églises catholiques. Pirmojo Lietuvių Tautos Atstovų susivažiavimo nutarimai, in : Vilniaus Žinios, vol. 1, no. 276 (November 24/December 7, 1905), 1-2. Traduction de ces décisions chez Jonas Dainauskas, Prelude to Independence : The Great Conference of Vilnius, 1905, in : Lituanus, vol. 11, no 4 (hiver 1965), pp. 56-7.

17 Pour plus de détails sur les rélations entre les nationalités à l’intérieur de l’église catholique locale, voir Merkys, Tautiniai santykiai Vilniaus vyskupijoje 1798-1918 m., Vilnius, Versus Aureus, 2006.

18 Wanda Dobaczewska, Wilno i Wilenszczyzna w latach 1863-1914. Dzieje ruchów społecz-nych i politycznych, Wilno, Nakład Dziennik Urzędowy Kuratorium Okr. Szk. Wileśkiego, 1938.

19 Par exemple, le Wilno polonais est décrit avec beaucoup d’affection et de détails dans le riche recueil d’articles d’Elżbieta Feliksiak, tandis que les autres nationalités, sans être complètement négligées, ne reçoivent pas la même attention. Cf. E. Feliksiak (éd.), Wilno-Wileśzczyzna jako krajo-braz i środowisko wielu kultur, Białystok, Towarzystwo Literackie im. Adama Mickiewicza, 1992, 4 vol. 

20 Piotr Łossowski, Konflikt polsko-litewski, Varsovie, Książka i wiedza, 1996, p. 104-107.

21 Czesław Miłosz, Native Realm, Londres : Sidgwick & Jackson, 1981, p. 54-68. Voir aussi les passages consacrés à Wilno dans Czesław Miłosz, Zaczynając od moich ulic, Paris, Instytut Literacki, 1985.1

22 Lucy Dawidowicz, From that Place and Time : A Memoir 1938-1947, New York, Bantam Books, 1989, p. 117.

23 Russkaia Vil’na. Prilozhenie k puteshestviiu po sv. mestam russkim, Vilna, A. Syrkin, 1865.

24 Voir par exemple P. N. Batiushkov, Belorussia i Litva, Saint-Pétersbourg : Obshcestvennaia pol’za, 1890 ; I. P. Kornilov, Russkoe delo v Severo-zapadnom krae, Saint-Pétersbourg, A. S. Suvorin, 1908 ; A. I. Milovidov, K 50-letiiu russkoi Vil’ny , Vilna, Russkii pochin, 1914.

25 Theodore R. Weeks, Monuments and Memory : Immortalizing Count M. N. Muraviev in Vilna, 1898, in : Nationalities Papers, vol. 27, no 4 (décembre 1999), p. 551-564.

26 Malheureusement on ne dispose pratiquement pas de publications sur la première période du mouvement national lituanien en langues occidentales. Sur la période de l’interdiction d’imprimer, voir les nombreux travaux de Vytautas Merkys, en particulier Knygesių laikai 1864-1904, Vilnius, Valstybinis Leidybos centras, 1994, et un récent recueil d’articles, Darius Staliūnas (éd.), Raidžių draudimo metai, Vilnius, LII, 2004.

27 Sur l’État lituanien médiéval, voir S. C. Rowell, Lituania Ascending : A Pagan Empire within East-Central Europe, 1295-1345, Cambridge, Cambridge UP, 1994, en particulier sur les premières années de Vilnius, pp. 67-73. Sur les revendications lituaniennes sur la ville et la culture lituanienne à Vilnius dans l’immédiat après-Première Guerre mondiale, voir Mykolas Birziska, Dėl mūsu sostine : Iš Vilniaus darbo atsiminimų, Londres, Nida, 1960-1962.

28 Voir sur ce point la liste étendue d’articles (sans doute de courte « durée de vie ») proposée par Jadvyga Kazlauskaitė (éd.), Vilniaus lietuvių periodiniai leidniai 1904-1940, Vilnius, LTSR Liaudies Svietimo Ministerija, 1988. Malgré son titre, cette bibliographie inclut des titres dans plusieurs langues. Voir aussi du même auteur, Vilniaus periodiniai leidiniai 1760-1918, Vilnius, Mintis, 1988. Sur la presse juive, voir Susanne Marten-Finnis, Vilna as a Centre of the Modem Jewish Press, 1840-1928 : Aspirations, Challenges, and Progress, Berne/Berlin/New York, Peter Lang, 2004.

29 Egidijus Motieka, Didysis Vilniaus seimas, Vilnius, Saulabolis, 1996 ; pour les mémoires d’un militant nationaliste majeur voir Jonas Basanavičius (J. S-lius, pseud.), Iš didžiojo Vilniaus Seimo istorijos, Vilnius, Ruch, 1925.

30 Piotr Łossowski, Konflikt polsko-litewski 1918-1920, Varsovie, Książka i Wiedza, 1996 ; Alfred E. Senn, The Great Powers, Lituania and the Vilna Question 1920-1928, Leiden, Brill, 1966.

31 Une source merveilleuse de descriptions populaires du conflit polono-lituanien est proposée par Krzysztof Buchowski, Panowie ir żmogusy. Stosunki polsko-litewskie w międzywojennych karykaturach, Białystok, Instytut Historii Uniwersytetu, 2004. Pour une approche plus sobrement diplomatique : Piotr Łossowski, Stosunki polsko-litewskie 1921-1939 ; Varsovie, Instytut Historii PAN, 1997.

32 Theodore R. Weeks, From Assimilation to Antisemitism : The “Jewish Question” in Poland, 1850-1914, DeKalb, Northern Illinois UP, 2006.

33 Noter par exemple le titre de cet album photographique évocateur sur le Vilnius juif des années 1920, M. Worobiejczyk, S. Chneour, Ein Ghetto im Osten (Wilna), Zurich/Leipzig, O. Füssli, 1931.

34 Pour un guide du Vilnius juif (mais centré sur les traces présentes aujourd’hui) voir G. Agranovskii, I. Guzenburg, Litovskii Ierusalim : Kratkii putevoditel’ po pamiatnym mestam evreis-koi kul’tury v Vil’niuse, Vilnius, Lituanus, 1992.

35 Henri Minczeles, Vilna, Wilno, Vilnius : La Jérusalem de Lituanie, Paris, La Découverte, 1993, p. 35.

36 Sur ces deux figures majeures de la vie juive au XVIIIe siècle voir Murray Jay (Moshe) Rosman, Founder of Hasidism : A Quest for the Historical Ba’al Shem Tov, Berkeley, University of California Press, 1996) ; et Immanuel Etkes, The Gaon of Vilna. The Man and his Image, Berkeley, University of California Press, 2002.

37 Klausner, Vilnah : yerushalayim deLita : dorot rishonim, p. 116-124.

38 Dr. Józef Frank, Pamiętniki, Wilno, Księgarnia Stowarz. Naucz. Polskiego, 1921, t. I, p. 44-50.

39 Gabrjela Puzynina z Güntherów, W Wilnie i w dworach litewskich. Pamiętnik z lat 1815-1843, Cracovie, Krajowa Agecja Wydawnicza, 1990 [publication originale Wilno 1928]), pp. 44, 69, 201.

40 Klausner, Yerushalayim deLita : dorot rishonim, p. 134 ; Pinchas Kon, Dawny Uniwersytet Wileśki a Zydzi. Zabiegi uniwersytetu o utworzenie szkoły początkowej dla żydów w Wilnie w latach 1808-1820, Wilno, Lux, 1926.

41 Irvin Michael Aronson, The Attitudes of Russian Officials in the 1880s toward Jewish Assimilation and Emigration, in : Slavic Review, vol. 34, no 1 (1975), p. 1-18.

42 Verena Dohrn, Das Rabbinerseminar in Wilna (1847-1873). Zur Geschichte der ersten staatlichen höheren Schule für Juden im Russischen Reich, in : Jahrbücher für Geschichte Osteuropas, vol. 45, no 3, pp. 379-401 ; Klausner, Yerushalayim deLita : dorot rishonim, pp. 330-346.

43 Pour une vue d’ensemble sur l’insurrection de 1863 dans la région voir Dawid Fajnhauz, 1863. Litwa ir Białoruś, Varsovie, Instytut Historii PAN, 1999 ; A. Krzyszkowska, Powstanie stycz-niowe na Wileśzczyźnie, Wilno, Lux, 1934 ; Vida Girinkienė (éd.), 1863-1864 metai Lietuvoje. Straipsniai ir dokumentai, Kaunas, Šviesa, 1991.

44 Dawid Fajnhauz, Ludność żydowska na Litwie i Białorusi a powstanie styczniowe, in :˙ Biuletyn ZIH, no 37-38 (1961), pp. 3-34, 39-68.

45 N. Shteinberg, Graf M. N. Murav’ev i ego otnosheniia k evreiiam g. Vil’ny v 1863-1864 gg., in : Russkaia starina, vol. 32, no 2 (1901), pp. 305-320.

46 John Klier, The Polish Revolt of 1863 and the Birth of Russification : Bad for the Jews ?, in : Polin, vol. 1 (1986), pp. 96-110.

47 Il convient de rappeler que malgré toute la violence et les dommages matériels causés par les pogroms de 1881, le nombre de tués se comptait sur une main. I. Michael Aronson, Geographical and Socioeconomic Factors in the 1881 Anti-Jewish Pogroms in Russia, in : Russian Review, vol. 39, no 1 (1980), pp. 18-31 ; Omeljan Pritsak, The Pogroms of 1881, in : Harvard Ukrainian Studies, vol. 11, no 1/2 (1987), pp. 8-43. Semen M. Dubno et G. Ia. Krasnyi-Admoni (éd.), Materialy dlia istorii antievreiskikh pogromov v Rossii (Petrograd, 1919-1923), 2 vol. , doivent être lus avec précaution, les auteurs tenant pour argent comptant le fait que le gouvernement russe était derrière ces débordements.

48 LVIA, f. 378, PS 1881, b. 52, ll. 10-13.

49 Dr. J. Rülf. Drei Tage in Jüdisch-Russland. Ein Cultur- und Sittenbild , Francfort, Verlag J. Kauffmann, 1882, pp. 4-6.

50 Ibid., pp. 10-24.

51 Ibid., pp. 26-43. D’autres sources confirment la part importance de Juifs dans l’artisanat à Vilnius : Israel Klausner, Vilna, Yerushalayim de Lita, Doroth Ahronim 1881-1939, Tel Aviv : Bet lohame ha’getaot, 1988, pp. 60-63 ; Leyzer Ran, Yerushalayim de Lita / Jerusalem of Lituania, New York, Laureate Press, 1976, I : 187-196 ; A. P. Subbotin, V cherte evreiskoi osedlosti. Otryvki iz ekonomicheskikh issledovanii v zapadnoi i iugo-zapadnoi Rossii za leto 1887 g. , Saint- Pétersbourg, Izdanie Ekonomicheskogo zhurnala, 1888, pp. 77-81.

52 Ibid., pp. 45-58.

53 G. Aronson et al., Di geshikhte fun Bund, New York, Farlag unzer tsayt, 1960, vol. I, pp. 107-132 (la foundation du parti), pp. 232-240. (« Der heroisher akt fun Hirsh Lekert »). Voir aussi Henry J. Tobias, The Jewish Bund in Russia from its Origins to 1905, Stanford, Stanford UP, 1972.

54 G. Agranovskii, I. Guzenberg, Litovskii Ierusalim. Kratkii putevoditel’ po pamiatnym mestam evreiskoi istorii I kul’tury v Vil’niuse, Vilnius, Lituanus, 1992, p. 35 ; Ran, Yerushalayim de Lita, vol. I, pp. 113-114.

55 Pinchas Kon, Geheimberichte über Herzls Besuch in Wilno im Jahre 1903, Vienne, 1928 ; Cohen, Vilna, pp. 349-351.

56 Tainaia dokladnaia zapiska Vilenskogo gubernatora o polozhenii evreev v Rossii, Genève, Bund, 1904, p. 57. Le gouverneur, Comte K. K. Palen (Pahlen), ne niait pas le danger représenté par le Bund, mais affirmait que ce dernier perdrait une grande part de sa force d’attraction si le gouvernement russe abolissait ses mesures de restriction (connues sous le nom de « lois de mai » 1882). Ses suggestions trop libérales se heurtèrent, cela va sans dire, au refus du tsar.

57 Theodore R. Weeks, The 1905 Revolution in Vilnius, in : Marek Przeniosła, Stanisław Wiech (éd.), Rewolucja 1905-1907 w Królestwie Polskim i w Rosji, Kielce, Wydawnictwo Akademii Świętokrzyskiej, 2005, pp. 213-236.

58 Vladimir Levin, « Russian Jewry and the Duma Elections, 1906-1907 », in : Wolf Mosko-vich (éd.), Jews and Slavs, Jerusalem, The Hebrew University of Jerusalem. Center for Slavic Languages and Literatures, 2000, vol. 7, p. 238.

59 Peu de temps auparavant, le socialiste Stanisław Mendelsohn avait averti les juifs de Vilnius qu’en adoptant la culture russe, ils risqueraient d’exacerber les ressentiments des Polonais. Cependant, dans une cité pluriculturelle de l’Empire russe, il y avait une logique à ce que nombre de Juifs choisissent d’apprendre la langue russe. S. Mendelsohn, Wobec grożącego u nas antysemityzmu, in : Przedświt, no 39-40 (26 mars 1892), pp. 5-8.9

60 Sur les évacuations massives de la population civile durant la Première Guerre mondiale, voir Peter Gatrell, A Whole Empire Walking : Refugees in Russia during World War I, Bloomington, Indiana UP, 2004. Sur la situation dans les provinces polonaises, voir Konrad Zieliśki, Stosunki polsko-żydowskie na ziemiach Królestwa Polskiego w czasie pierwszej wojnie światowej, Lublin, Wydawnictwo Uniwersytetu Marii Curie-Skłodowskiej, 2005.

61 Hirsz Abramowicz, Profiles of a Lost World : Memoirs of East European Jewish Life before World War II, Detroit, Wayne State University Press, 1999, p. 178. Ces mémoires furent d’abord publiées sous le titre Farshvundene gashtaltn, Buenos Aires, Tsentral-farband fun poylishe yidn in Argentine, 1958. Chapitres sur la Seconde Guerre mondiale et l’après-Seconde Guerre pp. 261-325.

62 Sur la situation en 1916-1917 voir Liūdas Gira, Vilniaus gyvenimas po vokiečiais, in : M ūsų senovė 1 :2 (1921), pp. 21-38 et 1 :3 (1922), pp. 410-424.

63 Selon Minczeles, le taux de mortalité grimpa de 292 en 1916 à 548 en 1917 pour les enfants de moins de cinq ans, et de 227 à 621 pour les personnes âgés de 61 à 70 ans. Minczeles, Vilnius, p. 135.

64 Vejas G. Liulevicius, War Land on the Eastern Front : Culture, National Identity, and German Occupation in World War I ; Cambridge, Cambridge University Press, 2000, pp. 181-184.

65 Khaykl Lunski, Mehaghetto haVilniusi : tipusim vetslalim, Vilnius, Agudath hasofrim vehaz-hurnalistim haivrim, 1921, p. 7. Sur l’auteur, plus connu comme libraire à la Strashun library, voir Abramowicz, Profiles, pp. 260-264.

66 Ibid., p. 209.

67 Minczeles, Vilnius, pp. 150-152 ; Frank M. Schuster, Zwischen allen Fronten. Osteuropäische Juden während des Ersten Weltkrieges (1914-1919), Göttingen, Böhlau, 2004, pp. 445-448 ; Lietuvos Centrinis Valstybinis Archyvas, Vilnius (LCVA), f. 383, ap. 4, b. 31, ll. 25, 30-45 (rapport sur le pogrom de Vilnius).

68 Cohen, Vilna, pp. 382-387 ; H. Šadžius, R. Žepkaitė, J. Žiugžda, Vilniaus miesto istorija nuo Spalio revoliucijos iki dabartinių dienų, Vilnius, Mintis, 1972, pp. 32-51.

69 Czesław Miłosz, Wyprawa w dwudziestolecie, Cracovie, Wydawnictwo Literackie, 2000, pp. 278-279. Miłosz cite un article du Przegląd Wileśki (17 décembre 1922) et prend position contre la demande des étudiants ND de limiter l’accès des Juifs à l’université.

70 Klausner, Yerushalayim deLita ... dorot aharonim, pp. 288-289. Voir aussi Irena Sławiska, Z życia naukowego akademików USB w Wilnie, in : Elżbieta Feliksiak, Antoni Mironowicz (éd.), Wilno i kresy północno-wschodnie, Białystok, Towarzystwo Literackie im. Adama Mickiewicza, 1996, t.II, pp. 283-296. Des étudiants juifs étaient inscrits à l’USB et semblent avoir été particulièrement nombreux dans le club d’esperanto de l’université : LCVA, f. 175, ap. 15, b. 9 (Stowarzyszenie˙ wzajemnej pomocy stud. Zydów USB) ; LCVA, f. 175, ap. 15, b. 35 (Akademickie koło Esperantistów USB).

71 Mojżesz Heller, Wilno jako orodek żydowskiego życia kulturalnego, in : Wilno i ziemia wileśka. Zarys monograficzny, Wilno, Wydawnictwo wojewódzkiego komitetu regjonalnego, 1930, vol. 1, pp. 263-268 ; Abramowicz, Profiles, pp. 219-248 (sur l’enseignement professionnel).

72 Sur la presse juive de Vilnius, voir Ran, Jerusalem of Lituania, vol. 2, 364-370 ; Minczeles, Vilnius, 304-310 ; et Susanne Marten-Finnis, The Jewish Press in Vilna : Traditions, Challenges, and Progress During the Inter-War Period, in : Marina Dmitrieva, Heidemarie Peterson (éd.) Jüdische Kultur(en) im Neuen Europa. Wilna 1918-1939, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2004, pp. 134-146.2

73 Ibid., pp. 312-313, 331-350 ; Elias Schulman, Yung Vilne 1929-1939, New York, Farlag Getseltn, 1946 ; Sima Kaganowicz, Teatr żydowski w Wilnie, in : Wilno i kresy północno-wschodnie, t. II, pp. 255-268 ; Justin Cammy, Tsevorfene bleter : The Emergence of Yung Vilne, in : Polin, vol. 14 (2001), pp. 170-191.3

74 Das jiddische wissenschaftliche Institut (1925-1928), Berlin : Auslandszentrale des Jiddischen Wissenschaftlichen Instituts, 1929 ; Klausner, Yerushalayim deLita ... dorot aharonim, pp. 546-559.

75 Jakob Lestschinski, Wilna, der Niedergang einer jüdischen Stadt, in : Jüdische Wohlfahrtspflege und Sozialpolitik (Berlin), vol. 2 (1931), pp. 21-33.5

76 Cohen, Vilna, p. 405. Cohen cite le chiffre de 25 000 demandes de secours pour une population de 60 000 Juifs.

77 Klausner, Yerushalayim deLita ... dorot aharonim, pp. 291-5 ; Ran, Jerusalem of Lituania, 40 ; « Ekscesy antysemickie w Wilnie », in : Słowo, no 259, 260, 266 (novembre 1931).

78 Ibid., pp. 41-43 donne de nombreux exemples d’appels au boycott des Juifs de la part de Polonais, ainsi que de slogans électoraux antisémites.

79 Klausner, Yerushalayim deLita ... dorot aharonim, pp. 191-203.

80 Cité par Edward D. Wynot, Jr., « A Necessary Cruelty » : The Emergence of Official Anti-Semitism in Poland, 1935-1939, in : American Historical Review, vol. 76, no 4 (1971), pp. 1046-1047.

81 Pour une vue d’ensemble sur le Vilnius juif sous administration polonaise, voir Cohen, Vilna, pp. 388-423.

82 Klausner, Yerushalayim deLita ... dorot aharonim, pp. 279-287 ; Ran, Jerusalem of Lituania, p. 244.

83 Lucy Dawidowicz, From that Place and Time, op. cit., p. 117.

84 Ibid., p. 106. On trouve confirmation du fait que de nombreux Juifs parlaient russe à la maison dans les mémoires de Stanisław Mianowski, Świat, który odszedł. Wspomnienia Wilnianina 1895-1945, Warsaw : Oficyna wydawnicza Rytm, 1995, p. 172.

85 Dawidowicz, From that Place, p. 107.

86 Une image similaire de la « modernité » du Vilnius juif se retrouve chez Morits Grosman, Yidishe vilne in vort un bild, Vilnius, Farlag-drukeray Hirsh Mats, 1925. Consulter aussi les mémoires d’un enfant juif à Vilnius dans les années 1930 de Samuel Bak, Painted in Words : A Memoir, Bloomington, Indiana University Press, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Theodore R. Weeks, « Vilna, Wilno, Vilnius 1863-1939 : Une étude de cas sur les cultures parallèles et sur « l’Autre » invisible », Revue germanique internationale, 11 | 2010, 79-102.

Référence électronique

Theodore R. Weeks, « Vilna, Wilno, Vilnius 1863-1939 : Une étude de cas sur les cultures parallèles et sur « l’Autre » invisible », Revue germanique internationale [En ligne], 11 | 2010, mis en ligne le 24 juin 2013, consulté le 19 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/299 ; DOI : 10.4000/rgi.299

Haut de page

Auteur

Theodore R. Weeks

Professeur à l’Université de Carbondale (Southern Illinois)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org