Navigation – Plan du site

Riga : la cohabitatition de sociétés rivales

Yves Plasseraud
p. 143-159

Résumés

Riga naît en 1201 comme un comptoir commercial allemand sur la Baltique orientale. Au fil des siècles, elle deviendra une métropole Germano-balte de grande importance. En 1720, après le traité de Nystad, elle se retrouve russe, sans perdre son caractère allemand. Ce n’est qu’avec la renaissance nationale lettone et l’industrialisation lourde de la fin du XIXe siècle que la ville se « lettonise ». Capitale de la République indépendante de Lettonie entre les deux guerres, Riga est devenue une ville très lettone. Après 1944 et l’annexion soviétique, en accueillant de nombreux immigrants russes, la métropole perd de son caractère national pour se soviétiser. Depuis 1991 et le retour à l’indépendance, la ville – toujours de peuplement majoritairement russophone – retrouve un peu de son atmosphère et de son style d’avant-guerre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Riga a célébré son 800e anniversaire en 2001.

1Fondée en 12011 par un chanoine allemand de Brême à l’emplacement d’un village autochtone, Riga – contrairement à nombre d’autres cités de la région – n’est pas une ville très ancienne. Au Moyen-âge, des édifices de brique remplacent les constructions en bois d’origine et depuis lors, le vieux centre est demeuré presque intact, conservant un caractère nettement médiéval.

  • 2 À partir de 1280.
  • 3 Détruite pendant la Seconde Guerre mondiale et reconstruite en 2001.

2Située au débouché des routes russes vers la Baltique, la ville fut dès le XIVe siècle un membre important de la Hanse2. La vieille ville de Riga (die Altstadt ou die Innenstadt en allemand) au style très germanique date en grande partie de cette époque. Elle se compose pour l’essentiel de vastes maisons d’habitation de brique et d’entrepôts de grande hauteur, mais l’on y trouve aussi de nombreux édifices prestigieux de Backstein-Gotik au premier rang desquels la cathédrale (le Dom), l’église Saint Jean et la Maison des têtes noires 3 (Schwarzhäupter Haus).

  • 4 En Afrique (Gambie) et aux Antilles (Tobago).
  • 5 La Porte suédoise (Zviedru varti), l’une des entrées de la vielle ville, rappelle cette période.
  • 6 Traité de Nystad, 1721.

3Après bien des vicissitudes, Riga se retrouve au XVIIIe siècle, métropole d’un petit État dynamique qui, sous la conduite du grand-duc de Courlande-Zemgale (Sémigalie) Jacques Kettler, a même possédé des colonies outre-mer4. Mais au début du XVIe siècle les grandes puissances voisines du petit duché s’entendent pour dépouiller celui-ci de ses possessions outre-mer et de sa flotte. Ainsi appauvrie, la Livonie devient le champ de bataille des Polonais et des Suédois qui tous deux, après avoir un temps été alliés contre les Russes prétendent dominer la région. Les Suédois l’emportent finalement et Riga – devenue l’ombre d’elle-même – se retrouve suédoise (1621)5. Mais bien vite une rivalité politique et surtout commerciale oppose la Suède à la Russie concernant les rives de la Baltique. Au terme d’une guerre dévastatrice de 20 ans – la Grande Guerre du Nord – la Livonie tombe finalement aux mains des Romanov6.

Riga, métropole allemande en Russie

4Après l’annexion du pays par les Russes, confrontés au désarroi de ceux-ci face à un monde aussi étrange, les Allemands jouent une carte originale : celle d’intermédiaires entre les élites locales et le nouveau pouvoir. Marchands urbains, barons baltes (Junker), universitaires et professeurs de gymnases ou banquiers non seulement restent sur place, mais continuent ainsi à dominer économiquement et culturellement le pays en jouant en quelque sorte le rôle de « fondés de pouvoir » des tzars.

  • 7 Dénoncé par quelques intellectuels adeptes des Lumières tels l’historien allemand Garlieb Merkel au (...)

5Dans cette aire nouvelle, en raison de sa situation géographique et du dynamisme de ses habitants, Riga devient rapidement la grande métropole portuaire, industrielle et commerciale de la région. En dépit de leur petit nombre, les Balten, les Allemands de la Baltique, occupent la plupart des emplois importants de la ville. Les autochtones (on parlait alors à leur sujet d’Undeutsche) dont la société avait – malgré ses malheurs – atteint un plus haut degré d’évolution que le reste de l’Empire connaissent quant à eux dans ce contexte de marginalisation – particulièrement au XVIIIe siècle – un sort douloureux7.

  • 8 Andris Kohlbergs, The story of Riga, Jana seta, Riga, 1999, p. 20.

6Au XIXe siècle, pour les voyageurs, géographes, commerçants ou voyageurs venus d’Occident, les rivages russes de la Baltique sont culturellement allemands ; on parle d’ailleurs alors couramment des « provinces allemandes de la Baltique ». Les Baltes (die Balten), comme ils se nomment eux-mêmes (représentant alors environ 6 % de la population) depuis le milieu du XIXe siècle, « barons baltes », bourgeoisie urbaine et membres des groupements d’artisans urbains (corporations, Hakelwerke, guildes, etc.) ont en effet administré la région avec zèle et efficacité, et pour le voyageur, le contraste est saisissant entre les provinces baltes et le reste de l’Empire russe. Après les incendies de 1812 provoqués volontairement pour échapper à ce que l’on pensait devoir être une attaque de Napoléon, la ville moderne est reconstruite en dur et est dotée par le gouverneur russe, le Marquis italien Filipo Pauluchi, de grandes artères et d’une ceinture de jardins 8. La ville ancienne sort de sa chrysalide.

7Progressivement, dans ce milieu étroit et concentré, la culture connaît des avancées remarquables. Herder y vécut, à l’ombre du Dom – son appartement était situé sur la Kleine Wageplatz où l’on voit aujourd’hui son buste dressé en 1864 – et Wagner y dirigea au début de sa carrière (de 1837 à 1839) l’orchestre symphonique.

  • 9 Markus Lux, Das Riga der Deutschen, in Erwin Oberländer. Kristine Wohlfart (Hrsg.) Riga, Portrait e (...)
  • 10 Le chemin de fer atteint Riga en 1861.
  • 11 17,2 % du commerce extérieur de l’Empire en 1913.

8Après la guerre de Crimée et particulièrement sous le règne d’Alexandre III (1881-1894) grâce en grande partie à l’investissement étranger, une société urbaine, commerçante et manufacturière allemande s’épanouit sur les bords de la Daugava. Avec 60 000 habitants en 1850, 103 000 en 1867 (dont 43 % d’Allemands9) et 256 000 en 1897, Riga est à la fin du XIXe siècle la troisième ville industrielle (construction de machines, articles de caoutchouc, wagons de chemin de fer10 et même automobiles...) et ouvrière de l’Empire et son grand port commercial sur la Baltique 11.

  • 12 Kohlbergs, op. cit., p. 26.

9Dans les faubourgs de Riga, un nombreux prolétariat (souvent russophone ou yiddishophone) vit au rythme de l’industrialisation de la ville. Elle devient ainsi un foyer d’agitation sociale et nationale, notamment du fait de l’éducation qui y connaît un développement remarquable. Au tournant du XXe siècle, le socialisme y compte de nombreux adeptes tant dans l’intelligentsia lettone – entre 1871 et 1897 le pourcentage de Lettons à Riga passe de 23 à 45 % – que parmi les ouvriers et notamment parmi les juifs (6 %) souvent venus de Lituanie12.

  • 13 Sur le mode de vie de la bourgeoisie allemande de Riga, voir M. Lux, art. cit., p. 78 s.
  • 14 Si la langue russe est déjà largement connue dans la ville – par opposition aux faubourgs –, elle e (...)

10La couche supérieure de la société urbaine demeure très majoritairement entre les mains d’une noblesse et d’une bourgeoisie allemande (ou germanisée), généralement moderne et éclairée. Celle-ci vit là, à peu près comme elle le ferait à Hambourg ou à Lübeck, si ce n’est qu’elle doit composer avec les traditionnelles tracasseries administratives russes, non sans bénéficier en revanche de nombre d’avantages matériels qui ne sont pas sans rappeler un mode de vie colonial13. Les activités de cette Oberschicht de la société, (enseignement, commerce, professions libérales juridiques et médicales, et banque) sont tout naturellement conduites en langue allemande14.

11Ce qui frappe dans la Riga de la seconde moitié du XIXe siècle, c’est le fait que les diverses communautés vivent non pas ensemble dans la ville mais sont comme juxtaposées au sein d’un même espace urbain. Même s’ils se côtoient constamment dans une ville toujours en mouvement – les rues sont constamment encombrées de gens et de véhicules – chacun paraît en effet vivre dans son propre univers auquel la cité n’offre qu’un décor majestueux mais pour la plupart impersonnel.

  • 15 Détruit par le feu en 1882, il sera reconstruit en 1887.

12La « société » allemande de Riga concentre ses activités culturelles autour du Théâtre allemand15 où se montent régulièrement des pièces de Lessing, Schiller, Goethe et Shakespeare. Durant la saison froide, restaurants, cafés et Kneipen ne désemplissent pas. L’été, on se rend en famille en chemin de fer en forêt ou à la plage de Jurmala (Rigastrand) distante de quelques kilomètres. En 1912, un zoo est inauguré dans le quartier de Kaiserwald.

  • 16 Construit en 1867.
  • 17 Parlement.

13Dans la seconde moitié du XIXe siècle, période d’expansion économique et de grande activité financière, on construit énormément dans l’agglomération. Les traditionnelles maisons de bois à un ou deux étages font place à d’imposants édifices de brique à revêtement de stuc comme dans la ville nouvelle (Neustadt au-delà des anciens remparts) avec ses milliers d’immeubles Jugendstil construits en un temps très bref. On érige aussi de nombreux monuments de prestige comme le Landtag der Ritterschaft 16 (le Parlement, actuelle Saeima 17 située dans la vieille ville) ou encore des édifices en briques néo-gothiques (comme l’École polytechnique, l’ancienne École de commerce, le Deutsche Gymnasium ou le premier théâtre de la ville devenu depuis l’opéra), pour ne citer que quelques exemples.

  • 18 En 1877, la réglementation urbaine russe est introduite dans les provinces baltiques.

14Les Russes, de leur côté, même s’ils ne sont pas très nombreux, tiennent naturellement à donner un certain caractère russe au centre-ville qu’ils ressentent encore souvent comme un décor de théâtre allemand18. À cette fin, les autorités introduisent dans la ville nouvelle quelques édifices jugés emblématiques. C’est le cas notamment de la Cathédrale orthodoxe de la naissance du Christ (1876-1884) ainsi que de nombreuses églises orthodoxes ou de la statue du général Barclay de Tolly (1913).

15Il est toutefois un quartier de la ville où les Russes sont naturellement chez eux. C’est le Faubourg de Moscou (Maskavas Vorstadt). Là tout est russe, la langue bien sûr, mais aussi les bâtiments de bois à deux étages, les magasins créent une atmosphère telle que l’on se croirait dans une petite ville de Russie intérieure.

  • 19 Popov frères et I.V Gousseff, exportateurs de tabac, S.P. Klimov, fabricants d’huiles, F. Maksimov, (...)
  • 20 Vladislavs Volkovs, Das Riga der Russen, in E. Oberlaänder, K. Wohlfart, Riga, op. cit., p. 130 s.

16En 1901, les fêtes du 700e anniversaire de la ville – avec sa reconstitution de la Riga du XVIIe siècle et ses nombreuses expositions industrielles russes 19 – et surtout, en 1910, la visite du tzar et sa réception par le maire de lointaine origine anglaise George Armistead, sont officiellement des moments de grande communion nationale russe à Riga. À cette époque une société russe complète comprenant donc une intelligentsia a pris naissance dans la métropole balte 20.

Riga et l’éveil national letton

  • 21 Le pédagogue Janis Cimze (1814-1881) fonde ainsi à Valmiera le séminaire des enseignants de Livonie (...)
  • 22 Jusqu’alors les seuls autochtones qui « réussissaient » étaient des « Lettons honteux », c’est-à-di (...)
  • 23 Lettons mais, aussi dans une moindre mesure, estoniens et lituaniens.
  • 24 Comme les zapadniki russes.
  • 25 Mouvement auquel participèrent d’ailleurs au début certains intellectuels allemands tels Christoph (...)

17Dès la première moitié du XIXe siècle, Saint-Pétersbourg, afin de contrer l’influence germano-balte, facilite la naissance en terres baltiques d’une intelligentsia autochtone21 en permettant à un certain nombre de jeunes Baltes d’accéder aux universités russes. Ceux-ci, en s’éloignant de leurs maîtres allemands, étaient destinés à équilibrer les tendances jugées par trop autonomistes des Germano-Baltes22. Or, les intellectuels baltes 23, certes animés par un sentiment d’injustice sociale (anti-allemand) étaient aussi nourris d’un mélange de romantisme national et d’aspirations occidentalistes 24. Dans ces conditions, ils retiennent surtout l’idée de l’existence de peuples immémoriaux riches chacun d’une identité propre. Refusant l’intégration au monde russe, ils s’orientent vers la recherche de leurs propres racines. Durant la seconde moitié du XIXe siècle, un vigoureux mouvement culturel letton 25 voit ainsi le jour au sein de la bourgeoisie urbaine autochtone.

  • 26 Citons parmi les plus notables Krisjanis Valdemars, l’instigateur du mouvement, Juris Alunans, l’un (...)

18Le projet de ces premiers « éveilleurs » se concentre sur la création d’une identité culturelle unique et originale pour leur peuple, fondée essentiellement sur la langue et la culture du « peuple des campagnes ». Dans ce processus, les Jaun-latviesi (Jeunes Lettons)26 puisent leur inspiration et leurs instruments intellectuels dans les travaux des éveilleurs allemands (Hamann, Herder, Fichte) et russes (Dostoïevski, Tjutchev et Tolstoi notamment).

  • 27 De 282 000 habitants en 1897, la population de la ville va passer à 518 000 en 1914.
  • 28 Notamment Eugens Laube.

19À la même époque, un important exode rural27 transforme le visage de la ville qui, après la destruction des fortifications (1857), se « lettonise » et se dote notamment à la place des anciens (et souvent misérables) Vorstädte ((proches faubourgs) de vastes quartiers modernes percés de larges avenues. Parmi les nombreux immeubles de « style allemand », on note de plus en plus de constructions ornées de motifs lettons, signe de la renaissance nationale en cours, dues à des architectes lettons28 comme celle de la Société lettone de Riga (Rigas latviesu biedriba, RLB) construit en 1869. Dans la perspective hygiéniste de l’époque, de nombreux parcs et jardins remplacent constructions vétustes ou anciens remparts.

20La population lettone de la ville – qui croît très vite – cesse dès lors de s’assimiler à la culture allemande et voit sa conscience identitaire s’affirmer. Les Balten tentent naturellement de s’opposer à cette évolution, mais en vain, les autochtones sont trop nombreux et de plus en plus assurés. Seul leur statut nobiliaire (la Ständeherrschaft) demeure un rempart efficace, mais pour combien de temps ?

  • 29 Le principal représentant de ce courant sera l’avocat et romancier Janis Plieksans, plus tard connu (...)

21En 1873, la Société Lettone de Riga (RLB) organise le premier festival national de chant, inaugurant ainsi une tradition qui occupera désormais une place centrale dans l’expression de l’identité nationale lettone. Pour ces « Nouveaux Lettons », le romantisme ruraliste des pères fondateurs est dépassé, une nouvelle voie s’impose. Ce sera le Nouveau Cours (Jauna strava), imprégné d’idées sociales et politiques et ouvert aux conceptions socialistes 29.

1880-1918 : L’époque des bouleversements

  • 30 Du nom du sénateur russe Nicolas Manassein initiateur de la réforme.
  • 31 C’est cependant en 1888, que l’écrivain Andrejs Pumpurs publie Lacplesis, le texte qui allait deven (...)

22Une telle évolution allait bien sûr à l’encontre des objectifs des Russes qui, en réaction, instaurent à partir de 1881, une politique brutale de russification sous l’administration d’Alexandre III. Cette brutale reprise en main connue sous le nom de Révision de Manassein30 (1881-1883) se traduit par la nomination d’un nouveau gouverneur russe à Riga (1885), le remplacement de l’allemand par le russe comme langue administrative (sauf dans les Landtage) et, en 1887, d’enseignement31. Un phénomène de russification touche également le droit, les questions religieuses et la presse. L’économie, en revanche, n’est guère concernée, pas plus que le régime d’autonomie nobiliaire. Ce raidissement de Saint-Pétersbourg entraîne un vif mécontentement dans toutes les couches de la société, y compris les Estoniens dont – faute de place – nous n’avons pas parlé jusqu’ici.

  • 32 Erwin Oberländer, Rigas Aufstieg zur multinationalen Wirtschaftsmetropole, in E. Oberländer, K. Woh (...)

23En 1904, le parti social-démocrate letton voit le jour. Il jouera un grand rôle au sein de l’Internationale socialiste dans les années suivantes. Après l’ébranlement imprévu de la révolution de 1905, qui frappe durement les Allemands et fait 3000 morts en Lettonie, le mouvement national letton reprend sa marche en avant, assumant dès lors une coloration nettement autonomiste et socialiste. Inquiets de la tournure des évènements, un certain nombre d’Allemands (des Reichsdeutschen surtout) qui, les progrès de l’information et des transports aidant, se sont rapprochés de Berlin, décident de quitter le pays pour retourner dans leur patrie. Juste avant-guerre, au point de vue ethnique, la population se répartit de la manière suivante : Lettons : 210 000, Russes : 99 000, Allemands : 69 000, Polonais : 47 000, Lituanien : 35 000, Juifs : 33 600, Estoniens : 9 000 32.

24Août 1914 marque pour la métropole lettone le début d’une véritable mutation. La méfiance des autorités impériales envers les Germano-Baltes entraîne immédiatement une dégermanisation radicale de la ville. Alors que le système scolaire allemand – fierté de la communauté – est abandonné, la ville se russifie à vue œid’œil. La langue allemande en particulier (auparavant dominante) disparaît du paysage urbain. Afin de les éloigner du front, on transfère les grandes usines dans les profondeurs de la Russie alors que la population elle-même est en grande partie évacuée. En 1916 la levée de régiments de tirailleurs lettons (Latviesu strelnieki) pourvus de signes distinctifs nationaux, flatte le nationalisme letton alors que la population civile restante souffre de l’occupation militaire allemande (accompagnée d’une re-germanisation), accroissant encore plus le fossé entre Allemands (Germano-Baltes et Reichsdeutschen confondus) et Lettons.

25Durant la période qui suit l’effondrement de l’Empire russe en 1917, le centre historique de la métropole balte échappe par chance pour l’essentiel aux terribles dévastations qui frappent le pays ravagé par une lutte souvent confuse et meurtrière opposant Russes blancs de l’aventurier Bermondt-Avaloff, troupes bolcheviques (dont les fameux tirailleurs rouges lettons), corps-francs allemands de Rüdiger von der Goltz et nationalistes baltes.

Riga capitale de l’État letton

26De cette période troublée émerge finalement, à la surprise de la plupart des observateurs étrangers, une – combien fragile – République indépendante de Lettonie (11 novembre 1918). L’indépendance se concrétisera en 1919 au terme d’une dure guerre de libération nationale au cours de laquelle Riga sera constamment sur la ligne de front.

  • 33 Surtout de peuplement allemand.

27La ville sort profondément transformée du conflit. D’abord, si les dommages occasionnés par la guerre ont pour l’essentiel épargné le vieux centre33, ils ont néanmoins bouleversé le paysage urbain. Mais l’essentiel est que l’agglomération a perdu une grande partie de ses habitants. Sur les 518 000 individus recensés en 1913, on n’en compte plus que 181 000 en 1920.

  • 34 Rien d’exceptionnel à Riga. On estime qu’entre 1919 et 1939, les noms de rue seront changés 16 fois (...)

28Afin de « lettoniser » la ville, les enseignes et autres plaques de rue sont transcrites dans la nouvelle langue nationale34. Certains bâtiments symboliques se voient conférer des fonctions nouvelles et de nature à frapper les imaginations. Le palais du Landtag abrite désormais le Parlement du nouvel État et l’ancien Burg teutonique est transformé en résidence présidentielle.

  • 35 Voir à ce sujet : Suzanne Pourchier- Plasseraud, Riga 1905-2005 : A City with conflicting identitie (...)

29Rapidement, certains monuments disparaissent (comme la statue du soldat allemand – surnommé Fritz – devant le théâtre national ou celle du tsar Alexandre I sur la Schlossplatz) et la construction de monuments à forte connotation symbolique nationale est entreprise. Citons la nécropole militaire de Bralu kapi (Cimetière des frères) selon un projet du sculpteur Karlis Zale ou le Monument de la liberté dû au même artiste (inauguré en 1934 seulement)35.

30Privée de son hinterland, l’économie du jeune État dépérit ; les dernières grandes fabriques et entrepôts géants qui faisaient la richesse de la ville et lui donnaient son atmosphère et son caractère ferment leurs portes, entraînant un chômage que la crise de 1929 vint bientôt aggraver. Au début des années 1930 les emplois industriels à Riga sont tombés à un quart de ceux d’avant-guerre

31Pourtant, au terme d’une difficile reconversion, le jeune État s’organise et l’économie du pays redémarre. Le pays se couvre d’écoles et de dispensaires et l’activité culturelle bat son plein dans une atmosphère paternaliste et bon-enfant. Rapidement, la société de Riga se lettonise, beaucoup d’Allemands (surtout les grands propriétaires ruraux expropriés en 1920) quittent le pays. Ceux qui restent, conservant cependant d’importantes places fortes dans l’économie, la finance, l’éducation ou le droit – perdent en visibilité et progressivement en pouvoir.

32Alors que le jeune État traverse – dans une certaine ferveur nationale – ces difficiles mais exaltantes années d’édification, une nouvelle bourgeoisie lettone développe avec un plaisir visible une société moderne, assez cosmopolite, aisée et raffinée qui applaudit aux embellissements successifs d’une capitale de plus en plus verte et agréable à vivre. Durant ces « années folles », les « Russia Watchers » américains – dont Loyd Henderson et Robert Kelley – et britanniques observent le menaçant empire rouge stalinien depuis leurs appartements cossus de la ville nouvelle entre deux spectacles et d’innombrables réceptions.

  • 36 Le P.C est interdit.

33En matière politique malheureusement, un système parlementaire de démocratie libérale assez désordonnée aboutit au coup d’État de 1934 qui porte au pouvoir, sous la conduite du « Vadonis » (guide) Karlis Ulmanis, un régime au goût du temps, autoritaire paternaliste et nationaliste, chantre d’une Lettonie paysanne, traditionaliste et dure au travail. Durant la même période, dans les mornes banlieues ouvrières – qui avant-guerre fabriquaient les wagons, les pneumatiques et les imperméables de toute la Russie – maintenant en grande partie ruinées par la crise, des ouvriers lettons, mais surtout russes et juifs, préparent clandestinement36 le « grand soir » communiste alors que l’URSS s’active à fomenter troubles et agitations.

L’étiolement de la communauté germano-balte

  • 37 Évolution encore renforcée par les désordres de la guerre.

34Les vingt premières années du XXe siècle avaient vu la population allemande de Lettonie diminuer de moitié et se féminiser largement37. Ensuite, le mouvement se poursuit plus lentement ; en 1924, ils sont au nombre de 71 000, soit 3,5 % de la population, mais en 1935, ils ne sont plus que 62 000. Ceux qui ont choisi de rester se retrouvent, pratiquement du jour au lendemain, en position minoritaire alors qu’ils avaient été les maîtres incontestés pendant huit siècles. Ceci est douloureux pour une population qui a toujours refusé de se considérer comme une minorité.

  • 38 Du fait des ravages de la guerre et surtout de la politique d’expropriations retenue par les autori (...)
  • 39 Le pourcentage de Lettons y passe de 24 % en 1867 à 42 % en 1913.

35Comme après 191938, les Balten ont pratiquement perdu leur contrôle de la terre, un important exode rural s’ensuit et, à la fin des années vingt, les deux tiers d’entre eux se retrouvent à Riga où industrialisation et autochtonisation 39 ont bouleversé les traditionnelles structures scolaires, universitaires, corporatistes, religieuses et municipales. Ayant ainsi perdu leurs places fortes traditionnelles, les Germano-Baltes se rabattent sur l’industrie, le commerce et les professions libérales (où ils se trouvent désormais en concurrence avec les Juifs). Après guerre, 25 % des Allemands sont ouvriers ou artisans, 42 % fonctionnaire ou employés.

  • 40 En 1928, les organisations allemandes créeront sous le nom de Deutschbaltische Volksgemeinschaft Le (...)

36Cependant, manquant de savoir-faire (fonctionnaires, enseignants, banquiers, militaires même !), de réseaux et de correspondants à l’étranger, le nouvel État réalise qu’il a besoin des Allemands. En dépit de la vive rancœur de nombreux Lettons à leur égard, on sait qu’il faut les ménager pour qu’ils ne partent pas. Grâce aux efforts et au talent du publiciste libéral Paul Schiemann président du Parti Démocratique et figure phare de la communauté, les Allemands parviendront à trouver une place au sein de la nouvelle société lettone40.

  • 41 61 % des germano-Baltes habitent Riga : D. Kirby, p. 337.

37Au début des années trente, la question de la propriété de la cathédrale de Riga (Domkirche) déclenche une crise avec les autorités 41. La cathédrale ayant été attribuée à la communauté allemande, les Lettons cherchent à la récupérer. Cette affaire prend vite une ampleur nationale et la majorité des 60 000 Allemands du pays affrontent alors pour la première fois de façon frontale les autorités du pays. Ces dernières l’ayant finalement emporté, une fracture définitive sépare désormais les communautés.

  • 42 Wir folgen dem Befehl des Führers und nehmen Abschied ! (Nous suivons l’ordre du Führer et prenons (...)

38La montée du nazisme à Berlin et dans les communautés de Volksdeutsche confirme l’amorce d’une irrémédiable dégradation des rapports inter-communautaires. L’arrivée de Hitler au pouvoir (1933) marque le grand tournant pour les Germano-Baltes et la Rigasche Rundschau, dirigée par le Baron von Üxküll rallie elle-même le camp national-socialiste. En 1935, les guildes allemandes sont supprimées et, en 1936, les autres associations allemandes de Lettonie, réputées nazies, sont dissoutes. Le dernier numéro de la Rigasche Rundschau daté du 13 décembre 1939 comporte un appel aux Germano-baltes pour qu’ils partent42 et regagnent leur véritable Heimat (patrie). Le souhait d’Ulmanis est désormais réalisé, pour la première fois depuis plus de 700 ans la ville n’est plus soumise à une influence allemande.

La ville juive

  • 43 Coiffeurs, barbiers, graveurs...
  • 44 Notamment dans la ville de Schlock (Zemgale).

39À l’origine, au Moyen Âge, les Allemands interdisent l’établissement de Juifs à Riga. Ce n’est que peu à peu que la présence de quelques marchands juifs aisés est tolérée. La situation change an 1581 avec le début de l’administration polonaise en Livonie, les nouveaux maîtres ayant besoin d’intermédiaires (juifs, écossais, anglais, hollandais).... pour développer le commerce de la région. Les Suédois, qui remplacent les Polonais, excluent à nouveau les Juifs de la ville. À partir du début du XVIIIe siècle, avec l’arrivée des Russes, on compte à nouveau un certain nombre de commerçants et même d’artisans43 juifs vivant dans des auberges les Judenherbergen situées à l’extérieur des murs de la cité 44.

  • 45 57 rue de Moscou aujourd’hui Latgales iela.
  • 46 Les ouvriers juifs, notamment les bundistes, joueront un grand rôle lors de la révolution de 1905.

40Lorsque Catherine de Russie met en œuvre la politique de « cantonnement » des Juifs, la Livonie (y compris Riga) demeurée « hors de la zone », connaît peu d’immigration juive. Un certain nombre de privilégiés (les Schutzjuden) sont cependant autorisés à résider et travailler en ville. À Riga, en dépit de leur petit nombre, les Juifs mènent alors généralement une existence marginale et sont souvent victimes de mauvais traitements. Pourtant leur nombre s’accroît avec le développement industriel et commerçant de la ville : 1811 : 736, 1867 : 5254, 1881 : 14 222, 1913 : 33 651. En 1850, une synagogue (Altnaie Schul) est construite45. Au début du XXe siècle, la communauté compte de nombreux notables : un cinquième des médecins et des dentistes sont juifs. Un important prolétariat juif rêve de son côté à des jours meilleurs, souvent en préparant la révolution 46.

41Les dernières années du XIXe siècle voient la communauté juive croître en nombre et en richesse. Si la grande majorité des Juifs demeurent petits commerçants et artisans, on compte parmi eux de plus en plus de commerçants, professionnels libéraux, financiers et intellectuels. Certains secteurs comme le commerce du bois sont presque entièrement juifs. Cette concurrence suscite – notamment chez les Lettons – un certain nombre de réactions antisémites et l’on entend de plus en plus souvent mentionner les Juifs parmi les concurrents dont on souhaiterait se débarrasser.

  • 47 Province est du pays letton, anciennement polonaise.

42Au milieu des années 1920 l’importante communauté (39 459 personnes en 1925) se répartit en deux groupes distincts ; d’un côté les juifs (yiddishophones) des shteteleh originaires de Latgale47 ou de Russie (Raissische Yidden), d’autre part ceux (germanophones) de Courlande-Zemgale et de Riga couramment surnommés Kurishe Yekkes ou encore Kurlandische Yidden. Considérée comme « minorité nationale » au terme de la loi, la communauté jouit d’institutions autonomes prospères et nombre de ses membres occupent des postes éminents. À partir du coup d’État du Président Ulmanis en 1934, la situation se dégrade toutefois sensiblement.

43Le pacte Hitler-Staline entraîne, en juin 1940, l’occupation de la région par les Soviétiques. De très nombreux Lettons (y compris des Juifs socialement « indésirables ») sont déportés. En juin 1941, les Soviétiques sont chassés par les Allemands, accueillis en libérateurs par la population lettonne. L’essentiel de la communauté juive est alors regroupé dans deux ghettos (entre la Liela Kalnu iela et la Jersikas iela) puis exterminé par les nazis, notamment au camp de Rumbula près de Riga.

Riga, métropole soviétique

44Le 29 août 1939, la signature à Moscou du « protocole secret » du Pacte Molotov-von Ribbentrop va sceller le sort de la Lettonie. Celle-ci est, d’un trait de plume, absorbée par l’Empire communiste qui pour la masse de la population représente le mal absolu. Cette première annexion soviétique, après des élections truquées, entraîne des milliers de déportations et de morts ; puis l’arrivée des troupes nazies, les déportations de « communistes » et de Juifs achèvent d’ébranler la société lettone.

  • 48 Ses combattants sont appelés les « frères de la forêt ».

45En mai 1945 la fin de la guerre trouve le pays ruiné et ayant à nouveau perdu une grande partie de sa population incorporée – bien contre son gré – à l’Union Soviétique. Déportations (60 000 personnes), départs à l’Ouest (170 000 personnes), emprisonnements, sévices, et interdictions diverses prétendent « normaliser » un peuple à tous égards plus avancé que la Russie alors même qu’une importante guérilla anti-soviétique48 (10 000 partisans) mobilise de gros effectifs du NKVD. Simultanément de jeunes travailleurs russes attirés par le style et le niveau de vie local s’installent par centaines de milliers dans les nouveaux grands ensembles érigés à la périphérie de la ville.

  • 49 Pour des raisons tenant sans doute en partie à la personnalité du Secrétaire Général du PC local Au (...)

46Rapidement, le monde oublie les pays baltiques. En République Socialiste Soviétique, le passé d’indépendance est complètement oblitéré, aucune publication officielle ne mentionne plus (autrement que de façon caricaturale) l’époque de l’entre-deux-guerres, qualifiée de « dictature nationaliste bourgeoise ». Institutions et symbolique nationale, si importantes pour les Lettons, sont bannies 49.

47L’alignement sur le modèle économique, politique et culturel soviétique, est d’autant plus systématique qu’il faut « punir » les autochtones de leur « collaboration » avec les nazis. Malgré le caractère théoriquement fédéral de l’URSS le letton cesse même d’être la langue officielle du pays, le russe le remplaçant dans l’administration, l’enseignement et les média.

  • 50 La vie culturelle nationale connaît même des réussites marquantes, illustrée par des romanciers com (...)
  • 51 Les « communistes nationaux » prétendaient notamment que les hauts fonctionnaires du parti ou de l’ (...)
  • 52 Eduards Berklavs, ex-vice-premier ministre, Janis Kalnberzins, Vilis Lacis etc.
  • 53 Les « coupables » furent remplacés par des fidèles de Moscou (ironiquement surnommés les Latovichi) (...)

48Pourtant, les Allemands partis et les Juifs exterminés, une certaine autochtonisation de la société se poursuit50. Au plan politique la période 1956-1959 marque une première résurgence publique du patriotisme letton sous la forme d’accès d’« étroitesse bourgeoise et de patriotisme local anti-étatique » au sein du PC letton51. Cette crise « nationaliste » trouve son origine dans la menace d’érosion nationale ressentie par les communistes patriotes 52 au sein des institutions républicaines 53.

  • 54 À côté des travailleurs, de nombreux militaires furent envoyés dans la région. Beaucoup y prirent e (...)

49En matière économique, une industrialisation à marche forcée et diversifiée renoue avec la tradition d’avant 1914. Sidérurgie, mécanique lourde (rames automotrices et diesel notamment), constructions navales, automobiles (minibus Latvija), mais aussi centraux téléphoniques, électroménager, téléviseurs, produits pharmaceutiques, font de Riga un centre industriel soviétique majeur. Malgré une pollution effrayante (mais elle est alors là-bas considérée comme synonyme de progrès !), cette relative richesse du pays, ainsi qu’une politique délibérée de russification, attirent en masse des travailleurs des autres régions d’URSS et notamment des Russes54. Le pourcentage de Lettons dans la population passe ainsi de 83 % en 1940 à 62 % en 1959, 56, 8 % en 1970, 53, 7 % en 1979, et moins de 52 % en 1989 alors que les Slaves atteignent 42 %. À Riga, les autochtones sont devenus très minoritaires : 36,5 %.

  • 55 Il faut ajouter que, dans les années 1980, les directions des grandes entreprises étaient à 90 % ru (...)

50Les « migrants » manifestant généralement une grande réticence à apprendre le letton et comme ils sont très mélangés avec les autochtones, il en résulte une régression de la pratique de la langue lettone en milieu urbain. Comme par ailleurs le dynamisme démographique du peuple letton de 1 439 000 âmes (contre déjà 1 435 900 en 1897) est faible – la croissance n’a été que de 0,6 % entre 1970 et 1979 – on observe une soviétisation de la société plus forte en Lettonie que dans les autres États baltiques 55.

  • 56 Devenu depuis le retour à l’indépendance le Musée des occupations.

51Au plan de l’urbanisme si le centre de Riga ne subit guère de modifications essentielles, on note cependant l’érection de quelques bâtiments hautement symboliques comme l’énorme building « gâteau d’anniversaire » de l’Académie des sciences, l’hôtel Latvija ou l’étrange cube noir du « Musée des Tirailleurs rouges » 56 sur l’ex-place de l’hôtel de ville face au vide laissé par la destruction de l’ex-Maison des têtes noires endommagée par la guerre.

52Pour faire face à un important exode rural, on construit à la hâte d’impressionnantes séries de grands ensembles qui bientôt ceinturent la ville d’un véritable mur de béton. Avec un laisser-aller très soviétique, peu entretenue, la partie ancienne de la cité se délabre peu à peu et sombre dans la grisaille. La ville pimpante et fleurie des années 1930 est bien loin.

53Et pourtant, dans le même temps, la capitale lettone jouait un rôle important d’espace de respiration pour les intellectuels russes. Foyer de plus grande liberté et de créativité intellectuelle où se respirait un air d’Occident (on parlait en russe d’« Occident soviétique »), elle était le siège de revues littéraires parées aux yeux des Russes d’une mystérieuse aura romantique. Une partie de l’intelligentsia russe vivait ainsi le regard tourné vers les milieux artistiques et littéraires de la capitale lettone. Avant de quitter la Riga soviétique, il est impossible de ne pas dire un mot de l’un des phares de la culture de cette époque : le cinéma letton.

54Même si l’ancêtre du court-métrage letton remonte à 1910, les premiers films faisant appel à des acteurs datent de 1913 et 1914. Durant la première indépendance, de nombreux documentaires et films thématiques virent le jour. Sergei Eisenstein, natif de Riga, y fit ses débuts. Les actualités filmées étaient alors très populaires, et leurs réalisateurs réputés ; le documentaire intitulé La chronique sonore de Lettonie (Latvijas skanu kronika) obtint même à l’époque un succès mondial. Le cinéaste letton J. R Doreds fut le seul à réaliser un film non - officiel des funérailles de Lénine. En dépit de l’inexistence d’une véritable industrie cinématographique nationale, des vedettes locales comme M. Lia et M. Leiko jouissent alors d’une notoriété européenne.

  • 57 Parmi les réalisateurs renommés de films documentaires il faut mentionner Herz Frank (Hercs Franks) (...)

55Après la guerre et le stalinisme, c’est en 1961 qu’est fondé le Riga Film Studio. Extrêmement actif et organisé, il produit une dizaine de films par an, couvrant tous les domaines imaginables, du dessin animé au film romanesque, en passant par les documentaires. Ces productions, parfois réalisées en collaboration avec des producteurs étrangers (notamment français), bénéficient d’une très large notoriété en Europe communiste57.

  • 58 Avec « Est il facile d’être jeune ? » (Vai viegli but jaunam ?), beau long-métrage sur le mal-être (...)

56Au milieu des années 1980, avec l’ouverture au monde extérieur, vient un début de reconnaissance internationale. Juri Podnieks, alors âgé d’une trentaine d’années seulement, se fait particulièrement remarquer (1987)58. En 1990, un an avant le retour à l’indépendance, le Felix, prestigieux prix européen, est décerné à I. Seleckis pour son Side Street (Skersiela).

Vers le retour à l’indépendance

  • 59 Pendant les « années noires » la diaspora – environ 200 000 personnes – avait seule portée publique (...)

57Vers la fin des années 1970, aiguillonné par les Accords CSCE d’Helsinki (1975), le sentiment national letton jusque là clandestin, commence à nouveau prudemment à s’exprimer59.

  • 60 Erigée en 1935, elle était depuis la soviétisation entourée d’un périmètre interdit.
  • 61 Latvijas Tautas Fronte.

58À ce stade, la revendication écologique, hautement justifiée au demeurant, sert souvent de couverture à l’expression du sentiment identitaire. Avec la Perestroïka de Gorbatchev, le sentiment national – stimulé par la guerre d’Afghanistan – se développe rapidement. À partir de 1986, de nombreux activistes commencent à s’exprimer. Des projets de réformes radicales circulent sous le manteau. C’est dans ce contexte que le 14 juin 1987, à l’initiative du groupe Helsinki 86, plusieurs milliers de personnes osent se réunir à Riga au pied du monument de la Liberté 60. Le 13 juillet 1988, un nouveau rassemblement de masse à Riga voit, pour la première fois depuis 1945, réapparaître le drapeau blanc et bordeaux d’avant-guerre. Un front populaire letton61 voit le jour le 8 octobre.

  • 62 Lacplesa diena.
  • 63 Du nom de l’épopée nationale publiée par Andrejs Pumpurs en 1888.

59Le 11 novembre 1988, 200 000 Lettons célèbrent à Riga la « journée du tueur de l’ours 62 » anniversaire de la création en 1919 de l’Ordre de Lacplesis 63. Cette étonnante combativité du mouvement populaire letton tient au fait que cette lutte est ressentie par les Lettons comme celle de la dernière chance. Parvenus au seuil de 50 % des habitants de leur pays, voyant dans leurs villes le russe marginaliser le letton, nombre de Lettons éprouvaient un sentiment d’angoisse.

  • 64 Le 23 août 1989, Riga était au centre de la chaîne balte courant de Vilnius à Tallinn.

60Le 31 mai 1989, enhardi par les progrès des États voisins, le LTF rompt avec le PCUS, précisant que son objectif est l’indépendance. Moscou réagit en tentant de susciter un efficace contre-feu au sein de la communauté russophone, le résultat est très moyen. Le peuple a basculé dans le camp indépendantiste, la « révolution chantante » - ainsi nommée en raison du rôle politique du chant -commence64. Au printemps 1990, les premières élections libres voient près des 2/3 de la population voter pour le LTF, devenu le champion du retour à l’indépendance. Encouragées par ce scrutin, les autorités lettones proclament le rétablissement de l’indépendance (le 4 mai 1990). Le Kremlin choisit cette fois la manière forte : les blindés roulent vers Riga où s’élèvent des barricades pour protéger le Parlement. Le 20 janvier 1991, quelques morts fragiliseront Gorbatchev. En août 1991, profitant du putsch de Moscou, Anatolij Gorbunovs, président du Parlement proclame la renaissance de la république lettone indépendante.

  • 65 Riga demeure aujourd’hui à 70 % russophone.

61La Riga d’aujourd’hui avec 700 900 habitants est le produit de toutes ces histoires successives et contradictoires dont chacune a - tant bien que mal- tenté de gommer la précédente. Certes elle a récupéré son titre de Capitale de la République de Lettonie (1990) et largement retrouvé l’allure et même l’allant de la métropole vivante et internationale qu’elle fut 65. Mais elle n’est pas redevenue un grand centre portuaire et industriel. La ville est aujourd’hui surtout une cité de services discrète et efficace.

Haut de page

Bibliographie

Apsitis, Vaidelotis, Bralu kapi, Riga, Zinatne, 1995, 196 p.

Berzins, Valdis (Éd.), 20. gadsimta Latvijas vesture, I, Latvija no gadsimta sakuma lidz neatkaribas pasludinasanai, 1900-1980 (Histoire de la Lettonie au xxe siècle, I, la Lettonie depuis le début du siècle jusqu’à la proclamation de l’independance), Riga, Latvijas Vestures instituta apgads, 2000, 868 p., ISBN 9984-601-38-2

Bildende Kunst in den Ostsee-Provinzen, Riga, Architektenverein zu Riga, 1912, 147 p.

Champonnois, Suzanne, Labriolle (de), François, La Lettonie, Paris, Karthala, 1999, 346 p.

Coll., Jugendstils, laiks un telpa (Art nouveau, temps et espace), Riga, Jumava, 1999, 295 p.

Coll. « L’art letton », Riga, Section de la Presse au ministère des Affaires étrangères, 1926, 68 p.

Coll., Latvija 19. gadsimta, Vestures apceres, Riga, Latvijas Universitates Latvijas vestures instituts, 2000, 575 p.

Dombrovskis, J., Latvju makslas vesture, Riga, Valters un Rapa, 1935, 93 p.

Dreifelds, Juris, Latvia in transition, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, 214 p.

Ducmane, Kristine, Apbalvojumi Latvijas republika 1918 ñ 1940, Riga, Latv ijas vestures muzejs, 1993, 106 p.

Gleznotajs Rudolfs Pinnis, Riga, Puse, 1993, 151 p.

Howard, Jeremy, « Latvian National Romanticism and Art Nouveau : Origins and Synthesis ». In : Romantisms un neoromantisms Latvijas Maksla, Riga, AGB, 1998.

Jarhbuch für bildende Kunst in den Ostseeprovinzen, Riga, Der Architektenverein zu Riga, 1910.

Jugendstils, laiks un telpa, Baltijas juras valstis 19.-20.gs. mija, (L’Art nouveau dans le temps et dans l’espace, les pays baltiques au tournant du xxe siècle), Riga, Jumava, 1999, 295 p.

Klavins, Eduards, Jugendstils, Riga, Latvijas Enciklopedija, 1994, 15 p.

Krastins, Janis, Jugendstil in der Rigaer Baukunst, Darmstadt, 1992, 331 p.

Krastins, Janis, Mucenieks, Edgars, Rigas Latviesu biedriba (La Société lettonne de Riga), Riga, Madris, 2002, 54 p.

Krastins, Janis, Riga, Jugendstilmetropole, Riga, Baltica, 1996, 351 p.

Krastins, Janis, Strautmanis, Ivars, Lielais Rigas arhitekturas celvedis, Riga, Puse, 2002, 374 p.

Latvijas Vesture 20. Gadsimts (Histoire de la Lettonie au xxe siècle) coll. Riga, Jumava, 2005, 443 p.

Latvijas vesture, Jaunie un jaunakie laiki, Riga, Latvijas Universitate, 1999/1 (33), 165 p.

Lejnieks, Janis, Rigas arhitektura, Riga, Avots, ca 1985, 254 p.

Ligers, Ziedonis, Ethnographie lettone, Paris, A. et J. Picard, 1954, 622 p.

Madernieks, Julijs, Raksti, Riga, Valters un Rapa, 200 p.

Monmarch, M., Tillion, E.-L., La Lettonie, Paris, Hachette, 1939, 21 p.

Moreins, I., La Lettonie nouvelle. Faits et tendances, Riga, Livonia, 1935, 76 p.

Parn, Herbert, Die Wohnungen in Riga, Nr. 3, Riga, Veröffentlichung des Statistischen Amts der Stadt Riga, 1927, 32 p., 31 illustr.

Popof, Geroge, The City of the Red Plague, Soviet Rule in a Baltic Town, London, George Allen & Unwin Ltd, 1932, 339 p.

Prande, Alberts, Pieminas vainags, Latvijas kritusiem varoniem I, Riga, Bralu kapu komiteja, 1926, 143 p.

Prieditis, Arturs, Latvijas kulturas vesture, No vissenakajiem laikiem lidz musdie-nam, Daugavpils, A.K.A., 2000, 333 p.

Prieditis, Eriks, Latvijas valsts apbalvojumi un Lacplesi, Riga, Junda, 1996, 368 p.

Rasa, Solveiga, Mihails Eizensteins, Temas un simboli Rigas jugendstila arhitektura, 1901 ñ 1906, Mikhail Eisenstein, Themes and Symbols in Art Nouveau Architecture of Riga, 1901 ñ 1906, Riga, Neputns, 2003, 103 p.

Riga Lettische Avantgarde, Catalogue d’exposition au Staatlichen Kunsthalle Berlin, Berlin, Elefanten Press, 1988, 84 p.

Riga, Devinas dziesmas par Rigu, Riga, Avots, 1988, 167 p.

Sane-Alksne, Liga, Celvedis Liepajas arhitektura. Versija par Liepajas arhitekturas vesturi lidz 1940. gadam,

Schroder, Hans, Riga im Wandel der Zeiten, Tilsit, Leipzig, Riga, Holnzer Verlag, 1942.

Svabe, Arveds, (sous la direction de), Latviju Kultura, Rakstu Krajums, recueil d’articles, Ludwigsburg, Klavsons, 1948. 211 p.

Segreste, Marcel, La Lettonie, Paris, Rieder, 1930, 142 p.

Seskis J., Latvijas valsts izcelsanas, Riga, Valters un Rapa, 1938, 427 p.

Silins, Janis, Janis Cirulis, dzives gaitas un darbs, (Janis Cirulis, His Life and Work) Boston, 1987, 210 p.

Svabe, A., Latvju kultura, Rakstu krajums, Ludwigsburg, A.Klavsons, 1948, 211 p.

Taurens, Janis, Latvijas vestures pamatjautajumi, Valsts konstitucionalie principi, Riga, Naturalizacijas parvalde, 1996, 238 p., ISBN 9984-509-63-X

Urch, R.O.G., Latvia, Country and People, London, George Allen & Unwin Ltd, 1938, 280 p.

Valters, M., Lettland seine Entwicklung zum Staat und die baltischen Fragen, 1923, 509 p.

Vipers, B., Baroque Art in Latvia, Riga, Valters un Rapa, 1938, 276 p.

Zile, Monika, Sketches of Latvian Life, Moscow, Novosti, 1990, 93 p.

Articles

Brancis M. « Die Lettische Kunst in den 20er und 30er Jahren. Die lettische Kunstakademie und die Rigaer Künstlergruppe ». Nordost-Archiv. 300 Jahre Kultur(en) in Riga. Eine Stadt on Europa. Neue Folge Band XI/2002. Lüneburg, Verlag Nordost-Institut, 2003, p. 181-195.

Krastins, Janis, « Ekletzismus und Jugendstil im Stadtbild Rigas », Nordost-Archiv. 300 Jahre Kutur(en) in Riga. Ein Stadt in Europa. Nordost-Archiv. Lüneburg, Nordost-Institut, Neue Folge Band XI/2002.

Krastins, Janis, « Verbindungen zwischen Lettland und die Deutschen auf dem Gebiet der bildenden Kunst und der Architektur », in : Tausend Jahre Nachbarschaft, Die Völker des baltischen Raumes und die Deutschen, p. 271-278, München, Bruckmann, 1995.

Krastin¸ sˇ Ja¯nis, « Eklektizismus und Jugenstil im Stadtbild Rigas ». Nordost-Archiv. 300 Jahre Kultur(en) in Riga. Eine Stadt in Europa. Neue Folge Band XI/2002. Lüneburg, Verlag Nordost-Institut, 2003, p. 115-139).

Ladza Paulis, « The phenomenon of Russophilism in the Development of Latvian Nationalism in the 19th century », in : National Movements in the Baltic Countries during the 19th Century. Acta Universitatis Stockholmiensia 2, 1985, p. 129-135.

Larsson von, Lars Olof, « Riga 1201-2001. 800 Jahre im Spiegel der Architektur. » Nordost-Archiv. 300 Jahre Kultur(en) in Riga. Eine Stadt in Europa. Neue Folge Band XI/2002, Lüneburg, Verlag Nordost-Institut, 2003, p. 11-33.

Misiunas, Romuald, « The Russian Liberals and the Baltic Lands, 1861-1917 », in : National Movements in the Baltic Countries during the 19th Century. Acta Universitatis Stockholmiensia 2 1985, p. 85-110.

Haut de page

Notes

1 Riga a célébré son 800e anniversaire en 2001.

2 À partir de 1280.

3 Détruite pendant la Seconde Guerre mondiale et reconstruite en 2001.

4 En Afrique (Gambie) et aux Antilles (Tobago).

5 La Porte suédoise (Zviedru varti), l’une des entrées de la vielle ville, rappelle cette période.

6 Traité de Nystad, 1721.

7 Dénoncé par quelques intellectuels adeptes des Lumières tels l’historien allemand Garlieb Merkel auteur de Die Letten (Les Lettons), 1796.

8 Andris Kohlbergs, The story of Riga, Jana seta, Riga, 1999, p. 20.

9 Markus Lux, Das Riga der Deutschen, in Erwin Oberländer. Kristine Wohlfart (Hrsg.) Riga, Portrait eine Vielvölkerstadt am Rande des Zarenreiches 1857-1914, Schöningh, Paderborn, 2004, p. 75.

10 Le chemin de fer atteint Riga en 1861.

11 17,2 % du commerce extérieur de l’Empire en 1913.

12 Kohlbergs, op. cit., p. 26.

13 Sur le mode de vie de la bourgeoisie allemande de Riga, voir M. Lux, art. cit., p. 78 s.

14 Si la langue russe est déjà largement connue dans la ville – par opposition aux faubourgs –, elle est encore parlée quotidiennement surtout par les fonctionnaires d’un certain rang (les Tchinov-niki), les militaires, les personnels des chemins de fer un certain nombre d’industriels et divers « expatriés ».

15 Détruit par le feu en 1882, il sera reconstruit en 1887.

16 Construit en 1867.

17 Parlement.

18 En 1877, la réglementation urbaine russe est introduite dans les provinces baltiques.

19 Popov frères et I.V Gousseff, exportateurs de tabac, S.P. Klimov, fabricants d’huiles, F. Maksimov, fabricant de meubles, la fabrique d’articles en caoutchouc Provodnik...

20 Vladislavs Volkovs, Das Riga der Russen, in E. Oberlaänder, K. Wohlfart, Riga, op. cit., p. 130 s.

21 Le pédagogue Janis Cimze (1814-1881) fonde ainsi à Valmiera le séminaire des enseignants de Livonie qui formera quelque 500 enseignants destinés à devenir les futures élites autochtones (tant estoniennes que lettones).

22 Jusqu’alors les seuls autochtones qui « réussissaient » étaient des « Lettons honteux », c’est-à-dire germanisés.

23 Lettons mais, aussi dans une moindre mesure, estoniens et lituaniens.

24 Comme les zapadniki russes.

25 Mouvement auquel participèrent d’ailleurs au début certains intellectuels allemands tels Christoph Berens ou Karl-Friedrich Schultz.

26 Citons parmi les plus notables Krisjanis Valdemars, l’instigateur du mouvement, Juris Alunans, l’un des fondateurs de la littérature lettone, Atis Kronvalds, rédacteur en chef du périodique de la Société lettone, Fricis Veinbergis, idéologue de la Société lettone, Fricis Brivzemnieks, collecteur de chants populaires et Krisjanis Barons le « découvreur » des dainas.

27 De 282 000 habitants en 1897, la population de la ville va passer à 518 000 en 1914.

28 Notamment Eugens Laube.

29 Le principal représentant de ce courant sera l’avocat et romancier Janis Plieksans, plus tard connu sous son nom de plume de Janis Rainis, le « romancier national » letton.

30 Du nom du sénateur russe Nicolas Manassein initiateur de la réforme.

31 C’est cependant en 1888, que l’écrivain Andrejs Pumpurs publie Lacplesis, le texte qui allait devenir le chant national du peuple letton qui met en scène la lutte des Lettons contre les croisés allemands. Ce texte, devenu immensément populaire, sera érigé en symbole national au début du XXe siècle.

32 Erwin Oberländer, Rigas Aufstieg zur multinationalen Wirtschaftsmetropole, in E. Oberländer, K. Wohlfart, Riga, op. cit., p. 29.

33 Surtout de peuplement allemand.

34 Rien d’exceptionnel à Riga. On estime qu’entre 1919 et 1939, les noms de rue seront changés 16 fois (Kohlbergs, op.cit., p. 28).

35 Voir à ce sujet : Suzanne Pourchier- Plasseraud, Riga 1905-2005 : A City with conflicting identities. In Die Aneignung fremder Vergangenheit in Nordosteuropa am Beispiel plurikultureller Städte (20. Jahrhundert), Nordost-Archiv, Zeitschrift für Regionalgeschichte, Neue Folge Band XV/2006, Nordost-Institut Lüneburg.

36 Le P.C est interdit.

37 Évolution encore renforcée par les désordres de la guerre.

38 Du fait des ravages de la guerre et surtout de la politique d’expropriations retenue par les autorités.

39 Le pourcentage de Lettons y passe de 24 % en 1867 à 42 % en 1913.

40 En 1928, les organisations allemandes créeront sous le nom de Deutschbaltische Volksgemeinschaft Lettland (Communauté germano-balte de Lettonie) une Union comparable à l’administration autonome estonienne. Elle obtiendra de bons succès notamment en matière de gestion du prestigieux Institut Herder transformé en école supérieure allemande autonome.

41 61 % des germano-Baltes habitent Riga : D. Kirby, p. 337.

42 Wir folgen dem Befehl des Führers und nehmen Abschied ! (Nous suivons l’ordre du Führer et prenons congé !).

43 Coiffeurs, barbiers, graveurs...

44 Notamment dans la ville de Schlock (Zemgale).

45 57 rue de Moscou aujourd’hui Latgales iela.

46 Les ouvriers juifs, notamment les bundistes, joueront un grand rôle lors de la révolution de 1905.

47 Province est du pays letton, anciennement polonaise.

48 Ses combattants sont appelés les « frères de la forêt ».

49 Pour des raisons tenant sans doute en partie à la personnalité du Secrétaire Général du PC local Augusts Voss (né et éduqué en Russie, il était très hostile au nationalisme letton), et au caractère particulièrement staliniste de ce parti, la soviétisation fut plus brutale en Lettonie que dans les autres États baltes.

50 La vie culturelle nationale connaît même des réussites marquantes, illustrée par des romanciers comme Regina Ezera ou Alberts Bels ou des poètes comme Vizma Belsenca ou Ojars Vacietis.

51 Les « communistes nationaux » prétendaient notamment que les hauts fonctionnaires du parti ou de l’État devaient connaître le letton.

52 Eduards Berklavs, ex-vice-premier ministre, Janis Kalnberzins, Vilis Lacis etc.

53 Les « coupables » furent remplacés par des fidèles de Moscou (ironiquement surnommés les Latovichi) tels Arvids Pelsche puis Augusts Voss.

54 À côté des travailleurs, de nombreux militaires furent envoyés dans la région. Beaucoup y prirent ensuite leur retraite. En outre, comme les ex-détenus politiques étaient interdits de séjour dans nombre de grandes villes de l’Union, beaucoup terminaient leur parcours dans les États baltes. Selon diverses sources (cf. N. Melvin, Russians beyon Russia, p. 30) 23 % des immigrants arrivés dans la région entre 1980 et 1988 étaient d’anciens détenus.

55 Il faut ajouter que, dans les années 1980, les directions des grandes entreprises étaient à 90 % russes et que le PC letton ne comportait en 1989 que 40 % de Lettons (20 % seulement à Riga).

56 Devenu depuis le retour à l’indépendance le Musée des occupations.

57 Parmi les réalisateurs renommés de films documentaires il faut mentionner Herz Frank (Hercs Franks) né en 1926 et lauréat de nombreux prix, notamment pour ses films « l’éveil » (1979 ou encore « Le dernier anniversaire d’Edgar Kaulins » (1987). Il faut aussi mentionner le cameraman et metteur en scène Uldis Brauns, l’auteur et metteur en scène Aivars Freimanis ou encore le caméraman Ivars Seleckis.

58 Avec « Est il facile d’être jeune ? » (Vai viegli but jaunam ?), beau long-métrage sur le mal-être des jeunes pendant la guerre d’Afghanistan ou « Allô, nous entendez-vous ? » (Hallo, vai jus mus dzirdat ?), illustration de la soif de liberté des peuples d’URSS comportant notamment de terribles images de l’accident nucléaire de Tchernobyl.

59 Pendant les « années noires » la diaspora – environ 200 000 personnes – avait seule portée publiquement la revendication nationale.

60 Erigée en 1935, elle était depuis la soviétisation entourée d’un périmètre interdit.

61 Latvijas Tautas Fronte.

62 Lacplesa diena.

63 Du nom de l’épopée nationale publiée par Andrejs Pumpurs en 1888.

64 Le 23 août 1989, Riga était au centre de la chaîne balte courant de Vilnius à Tallinn.

65 Riga demeure aujourd’hui à 70 % russophone.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Plasseraud, « Riga : la cohabitatition de sociétés rivales », Revue germanique internationale, 11 | 2010, 143-159.

Référence électronique

Yves Plasseraud, « Riga : la cohabitatition de sociétés rivales », Revue germanique internationale [En ligne], 11 | 2010, mis en ligne le 24 juin 2013, consulté le 16 août 2017. URL : http://rgi.revues.org/305 ; DOI : 10.4000/rgi.305

Haut de page

Auteur

Yves Plasseraud

Enseignant à l’Université de Vilnius

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org