Navigation – Plan du site

Écrire l’histoire de l’université de Tartu

Entre revendication d’appartenance et transnationalité
Céline Trautmann-Waller
p. 175-189

Résumés

Cet article étudie comment à travers les années, de commémoration en revendication nationale/iste et de dépouillement d’archives en souvenirs personnels, on a écrit l’histoire de l’université de Dorpat/Jurev/Tartu. Après une première partie consacrée à la ville de Tartu comme espace mémoriel et à la muséalisation de l’histoire de l’université, la deuxième partie de l’article revient sur les différentes lectures qu’on peut faire de la succession de « dominations » ou d’« appartenances », suédoise, allemande, russe, estonienne. La troisième partie se concentre sur les tendances récentes dans l’historiographie de l’université de Tartu, entre multi-culturalité et dynamique scientifique des marges.

Haut de page

Dédicace

Cet article est dédié à Sirje Tamul et Mati Laur en remerciement de leur accueil chaleureux à Tartu.

Texte intégral

1Écrire l’histoire de l’université de Tartu, voilà bien une entreprise peu originale. On s’en rendra compte aisément en regardant les catalogues de bibliothèques et les bibliographies disponibles, même en France, et l’impression sera plus forte encore sur place, au vu des nombreux rayonnages de la bibliothèque de l’université de Tartu consacrés à cette thématique ou de ceux des archives nationales d’Estonie où sont rangés les fichiers et les catalogues des documents relatifs aux enseignants (cours, missions), aux relations entre les instances de l’université et les ministères, aux étudiants, aux cours (Vorlesungsverzeichnisse), au budget.

2Plutôt que d’ajouter une vague esquisse à cet ensemble, j’ai donc préféré rendre compte, dans la mesure où mes compétences linguistiques me le permettent, de cette vaste littérature et montrer comment à travers les années, de commémoration en revendication nationale/iste, de dépouillement d’archives en souvenirs personnels, on a écrit l’histoire de cette université fondée par Gustav II Adolphe sur le modèle de celle d’Uppsala pour renforcer le protestantisme dans la région et s’opposer à l’influence des Jésuites, qui y avait ouvert un collège pendant la domination polonaise. Après bien des vicissitudes lors des guerres de religion, elle dut ensuite fermer ses portes en 1710 et ne les rouvrit qu’en 1802 comme université « de langue allemande » au sein de l’Empire russe. L’équipe formée par le physicien Parrot et le philologue Morgenstern réussit à imposer à Dorpat une orientation éclairée et libérale, donnant à cette institution une place particulière au sein du paysage universitaire russe de l’époque. Une politique de russification de plus en plus intense à partir de 1882 environ entraîna l’obligation d’enseigner en russe en 1889 et aboutit finalement à d’importants changements au sein du corps enseignant et à une position nouvelle de l’université vis-à-vis de l’Allemagne, des Pays baltes et de la Russie. Après l’indépendance de l’Estonie à la fin de la première guerre mondiale, l’université connut une « phase estonienne », avant d’être intégrée au IIIe Reich puis à l’Union soviétique, pour « redevenir » finalement une université estonienne en 1991.

3Après une première partie consacrée à la ville de Tartu comme espace mémoriel et à la muséalisation de l’histoire de l’université, la deuxième partie de l’article revient sur les différentes lectures qu’on peut faire de cette succession de « dominations » ou d’« appartenances ». La troisième partie, enfin, se concentre sur les tendances récentes dans l’historiographie de l’université de Tartu, entre multiculturalité et dynamique scientifique des marges.

Tartu, la ville comme espace mémoriel

4Tartu est aujourd’hui une ville d’un peu plus de cent mille habitants qui attend avec impatience la mise aux normes internationales de son aéroport. Le voyageur peut s’y rendre en train express depuis Tallinn en trois heures environ. Située au bord de l’Emajõgi, sur l’ancienne route reliant Königsberg à Saint-Pétersbourg, la ville tire sa célébrité avant tout de son université qui accueille aujourd’hui entre 15 000 et 20 000 étudiants et entretient un réseau de relations internationales impressionnant pour une ville de cette taille.

  • 1 Reet Mägi, Wolfgang Drechsler (éd.), Kaiserliche Universität Dorpat 200 – Academia Gusta-viana 370 (...)

5La tradition universitaire fait partie de l’image de marque de la ville qui a fêté en 2002 à la fois les 200 ans de l’université germano-russe et les 370 ans de l’université suédoise. 1 Et il faut bien dire que l’histoire discontinue de l’université fait qu’on peut y célébrer des anniversaires très régulièrement : cette année ce sont les 90 ans de l’université nationale estonienne de Tartu. Le symbole de l’université, reproduisant en esquisse la colonnade corinthienne du fronton avec la date 1632 inscrite au-dessous, orne d’ailleurs désormais différents objets souvenirs : stylos, foulards, mugs et autres presses papiers.

6L’ambiance estudiantine est très présente dans la ville, que ce soit dans la petite zone piétonne avec ses cafés, ses agences de voyage et ses bouquinistes, sur les pelouses de la colline de la cathédrale, ou aux alentours du nouveau bâtiment de la bibliothèque de l’université datant du début des années 1980 et devant lequel s’alignent les vélos. Mais, surtout la ville garde dans son plan d’ensemble et dans son apparence architecturale l’empreinte d’une vie universitaire déjà ancienne.

  • 2 Voir les catalogues d’exposition : Hilkka Hiiop et al. (éds.), Johann Wilhelm Krause, 1757-1828 : K (...)

7S’il ne reste que peu de traces de la première université suédoise, le bâtiment principal de l’université germano-russe orne, pour sa part, le centre ville, non loin de la place de la mairie. C’est un bâtiment néoclassique agrémenté de colonnes corinthiennes construit par Johann Wilhelm Krause (1757-1828), ancien étudiant en théologie de l’université de Leipzig devenu architecte, qui contribua plus que quiconque à l’aspect architectural de la ville universitaire. 2 Non loin de ce bâtiment principal se situent l’ancienne Église de l’université, la cafétéria aux airs de Renaissance italienne ainsi que la librairie de l’université, où l’on trouve à côté des publications les plus récentes de différentes presses universitaires anglo-saxonnes, celles des presses universitaires de Tartu. Également en centre ville se situe le jardin botanique fondé en 1803-1806.

  • 3 Signalons qu’au sein de l’Empire russe, où les corporations étaient interdites, Dorpat constituait (...)

8Mais c’est sur la colline de la cathédrale (Toomemägi) que sont regroupés toute une série d’autres bâtiments datant de l’essor de l’université au XIXe siècle : les locaux de l’ancienne bibliothèque universitaire, installée dans les ruines de la cathédrale gothique en briques, l’ancien Theatrum anatomicum, l’ancien Observatoire astronomique, différentes cliniques encore en activité, et des bâtiments ayant servi à accueillir les services administratifs de l’université, les étudiants et leurs corporations au XIXe et au début du XXe siècle. 3

  • 4 Le Musée publie une revue consacrée à l’histoire de l’université : Tartu Ülikooli Ajaloo Küsimusi.
  • 5 Dorpat-Yuryev-Tartu and Voronezh : the Fate of the University Collection, Catalogue (Texte en eston (...)

9Le plus célèbre et le plus original des bâtiments de Toomemägi est certainement la cathédrale. À l’origine il était prévu de réhabiliter l’ensemble de cette dernière, détruite en grande partie lors des guerres de religion du XVIe siècle et tombée en ruine peu après, et d’y installer un observatoire (dans les tours), une église (dans la nef) et une bibliothèque (dans le chœur). Seul ce dernier projet fut finalement retenu et c’est en 1804 que Krause commença les travaux qui permirent de transformer l’ancien chœur de la cathédrale en bibliothèque, inaugurée en 1806. Depuis l’installation de la bibliothèque dans un nouveau bâtiment en 1980/81, cet espace a été transformé en musée de l’université.4 Une salle au premier étage (Salle blanche), qui fit office jusqu’en 1809 de Salle des actes et des fêtes, a été conservée plus ou moins dans son état d’origine et sert désormais à accueillir des manifestations culturelles et des cérémonies. Dans les autres étages, différentes salles, organisées plus ou moins selon les grands domaines scientifiques, exposent des objets liés à la pratique scientifique (instruments de mesure etc.) ou des lieux reconstitués (un laboratoire d’alchimiste ( !) et une dissection, la première autopsie étant censée avoir eu lieu à Tartu en 1697), des généalogies de savants par disciplines, des portraits et souvenirs des figures les plus célèbres de l’université. L’ensemble insiste plus nettement sur les apports en sciences exactes et en ingénierie, domaines où Tartu brilla effectivement tout particulièrement, et donne une notion assez vague, il faut bien le dire, de ce que fut la vie de cette institution et de ce qu’elle représenta pour la vie intellectuelle estonienne, allemande et russe. Au deuxième étage, la grande Salle Morgenstern, plus réussie et plus évocatrice, rend hommage à une des figures centrales pour le développement des sciences humaines à Tartu. Tout autour de l’allée centrale des vitrines abritant des objets d’époque et des scènes reconstituées avec des mannequins costumés essaient de restituer l’ambiance de l’université au XIXe siècle. Dans des niches à ogives gothiques datant de l’ancienne bibliothèque, a été préservée une partie de cette dernière dans son agencement d’origine. Ici est commémorée également la figure du premier bibliothécaire Karl Simon Morgenstern, qui fut aussi le fondateur du Musée d’art de Tartu, une collection d’artefacts (monnaies, pierres précieuses, vases) et de copies d’œuvres d’art antiques, dont une bonne partie fut transférée à Voronej en 1917 alors que le front se rapprochait de Tartu, et n’a à ce jour pas été restituée. 5 Morgenstern fut à côté du physicien Parrot et de l’architecte Krause une des figures fondatrices de l’université germano-russe. Il fit partie des professeurs nommés lors de la réouverture de l’université en 1802, et y enseigna la philologie classique, l’esthétique, la littérature et l’histoire de l’art jusqu’au milieu des années 1830.

10Également sur la colline se trouvent l’ancien Observatoire et le Theatrum Anatomicum. L’Observatoire, un bâtiment jaune un peu décrépi coiffé d’une tourelle, ne rappelle guère que c’est ici que Friedrich Georg Wilhelm von Struve (1793-1864) entreprit de mesurer la courbe du méridien dans la zone des pays baltes et développa l’arc géodésique qui porte son nom (une chaîne de repères géodésiques de triangulation pour mesurer la taille et la forme exacte de la terre), étudia les étoiles doubles et les distances interstellaires. Le Theatrum Anatomicum, qui fut construit sur la colline entre 1803 et 1805, également d’après des dessins de Krause, se compose d’une rotonde avec des salles de préparation au rez-de-chaussée et d’un amphithéâtre au premier étage, auxquels s’ajoutèrent deux ailes en 1825-27, avant qu’un tout nouveau théâtre anatomique ne soit construit en 1888. Le 200e anniversaire de l’ancien Theatrum Anatomicum a été fêté récemment ; aujourd’hui il fait partie de la structure du Musée de l’histoire de l’université de Tartu et se visite également.

11Tout autour de ces bâtiments, sont dispersés sur la colline des statues et des monuments en l’honneur de figures importantes de l’université : le biologiste Karl Ernst von Baer, considéré comme père de l’embryologie ; Ernst von Bergmann, l’un des premiers chirurgiens à avoir introduit la technique de l’asepsie en chirurgie ; Hermann Adolf Alexander Schmidt, professeur de physiologie qui posa les fondements de l’hématologie clinique et de la transfusion sanguine ; Nikolay Pirogov, fondateur de l’anatomie topographique et de la chirurgie militaire qui réalisa la première anesthésie à l’éther ; Friedrich Robert Faehlmann, docteur en médecine et philologue qui participa à la fondation de la Société savante estonienne (Gelehrte Estnische Gesellschaft) ; l’astronome Friedrich Georg Wilhelm Struve déjà évoqué ; et le légendaire poète estonien Kristian Jaak Peterson (1801-1822) qui étudia diverses langues à Tartu, revendiqua haut et fort l’aptitude et les qualités poétiques de la langue estonienne, tout en combinant dans ses propres créations les techniques de la poésie populaire avec les mètres antiques.

12Tartu, qui est aujourd’hui une université avec ses centres d’excellence (recherche sur la biodiversité ; médecine translationnelle ; biologie chimique ; théorie culturelle), intégrée au processus de Bologne, au Réseau d’Utrecht et au Groupe de Coimbra, classée récemment pour la première fois parmi les premiers 5 % des universités leaders dans le monde par le « Times Higher Education - QS World University Ranking » comme elle le souligne fièrement sur son site, offre du fait de sa petitesse comme un condensé de l’évolution des universités depuis la fin du XVIIIe siècle, et marcher au milieu des anciens bâtiments incite bien évidemment à la méditation nostalgique sur l’évolution des formes, voire de l’esprit, du travail scientifique.

Une histoire à plusieurs « entrées »

  • 6 Rappelons que les historiens et/ou statisticiens opèrent généralement ici une distinction entre les (...)
  • 7 Siret Rutiku, 200 Jahre Germanistik in Tartu/Dorpat. Ein historischer Überblick, in : Siret Rutiku (...)

13Pour plus de commodité les historiens ont pris l’habitude de « découper » l’histoire de l’université de Tartu en périodes : la (ou les) période « suédoise » (1632-1656 puis 1690-1710), la période « germano-russe » (1802-1918), la première période « estonienne » (1919-1940), l’occupation allemande (1942-44), la période soviétique (1945-1989/1991), et la période « estonienne » (de 1991 jusqu’à aujourd’hui). Parfois ce sont aussi les noms (Dorpat (en allemand) / Derpt (en russe) (1802-1893), Iouriev (1893-1918), Tartu) qui servent à délimiter des périodes dans l’histoire de cette institution savante. Mais dans aucun de ces cas, tous les critères qu’on peut retenir pour définir de telles périodes ne concordent, qu’il s’agisse de la tutelle, de la langue des enseignements, de la nationalité des enseignants et des étudiants. Si ce découpage en périodes a l’avantage de faire ressortir de grands blocs, il masque donc en réalité à la fois la grande fragilité des « appartenances » successives, les ruptures incessantes, les discontinuités et les effets de « recouvrement ». La période dite « suédoise » est entrecoupée par des conflits durant lesquels l’université dut par moment fermer ses portes ou être transférée à Tallinn et à Pärnu. La période dite « allemande » correspond en réalité à une phase où l’université, même si elle bénéficie d’un statut un peu particulier et si les professeurs qui y enseignent sont en grande partie allemands6, est une université de l’Empire russe. Et si la langue d’enseignement est bien l’allemand jusqu’en 1889, une politique de « russification » limite en réalité après cette date l’influence « allemande » au sein de l’institution, rebaptisée d’ailleurs université de Jurev à partir de 1893. Après une courte période où l’université fut brièvement réinvestie par l’Allemagne durant un semestre (hiver 1918/19), alors que les troupes allemandes occupaient Tartu et que de nombreux enseignants, employés et étudiants étaient transférés à Voronej, où ils constituèrent le premier germe de l’université nouvellement fondée de cette ville, la première période dite « estonienne » ne voit en réalité qu’une petite proportion des postes occupés par des Estoniens (30 % en 1920 par exemple 7) car il n’existait pas encore à l’époque de génération de scientifiques estoniens capables de couvrir l’ensemble des disciplines. On dut donc concéder bien souvent aux enseignants « étrangers » le droit de faire cours en russe ou en allemand. Cette première période estonienne est suivie d’un bref intermède soviétique (1940/41) et d’un intermède national-socialiste presque aussi court, la Ostland-Universität de Dorpat n’ayant fonctionné en gros que de 1942 à 1944. Quant à l’actuelle « période estonienne », ceux qui la vivent paraissent essayer de « gérer » au mieux cet héritage complexe, conscients malgré les enthousiasmes de l’indépendance, du risque qu’il y aurait à renoncer à une dimension internationale précieuse.

14J’emprunte donc au langage des sites internet la notion d’« entrée », pour rentre compte d’une histoire transnationale et pour insister 1) sur le fait que peu de personnes maîtrisent l’ensemble de ces entrées, qui leur restent souvent fermées pour des raisons simplement linguistiques, 2) sur le fait que chacun des pays impliqués a voulu bien souvent lire l’histoire de cette université de manière unilatérale et se cantonner à une seule « entrée ».

15Pour ce qui concerne les débuts de l’université, on constate une certaine continuité dans les recherches qui concernent principalement les rapports avec l’université mère d’Uppsala, la dimension théologique et la formation des théologiens, la présence des sciences à Tartu (qui aurait été la première université à avoir accueilli un enseignement inspiré des découvertes de Newton).

  • 8 Hugo Semel, Die Universität Dorpat (1802-1918). Skizzen zu ihrer Geschichte von Lehrern und ehemali (...)

16En raison de son éloignement dans le temps et d’autres facteurs, cette période suédoise paraît nettement moins marquée, autant pour ce qui est des discours qu’elle a produits que pour ce qui est de la recherche qui la concerne, par les revendications d’appartenance nationale ou idéologique. On ne peut guère dire la même chose de la suite. Dès 1918, Hugo Semel, dont les textes étaient eux-mêmes loin d’être « neutres » idéologiquement, soulignait combien les écrits sur l’histoire de l’université étaient généralement soit des livres d’hommages (Festschriften) académiques, soit des écrits polémico-apologétiques (Kampfschriften), plus centrés sur les questions liées à l’administration de l’université qu’à sa vie proprement scientifique. 8 Si les universités, surtout les plus anciennes, sont enclines à produire elles-mêmes leurs récits, cette tendance n’a donc pu qu’être renforcée dans le cas de Tartu par le fait que l’université fut souvent menacée dans son existence même et que son histoire était particulièrement discontinue. Si l’on schématise les dimensions idéologiques et politiques qu’elle put prendre à différents moments, on dira que pour les Allemands l’université de Tartu était un avant-poste de la culture allemande et, plus généralement, de la civilisation, à l’Est de l’Europe, pour les Russes un espace d’expérience « libéral » et une passerelle vers le monde universitaire européen, pour les Estoniens le lieu privilégié des revendications d’indépendance et un joyau attestant de leur place dans la culture européenne depuis l’humanisme jusqu’aux mouvements nationalistes du XIXe siècle et jusqu’à l’essor scientifique de la fin du XIXe et du début du XXe. On retrouve des tentatives pour récupérer une partie ou tout du prestige de l’institution en la « nationalisant » ou en l’insérant dans un schéma d’interprétation politico-culturel plus large, aussi bien dans la littérature liée aux jubilés, qui comporte généralement des rétrospectives et des descriptions historiques, que dans la littérature mémorielle dont on trouve encore d’importants vestiges chez les bouquinistes du centre ville, ou encore dans la littérature proprement historiographique.

  • 9 Voir par exemple « Aus Dr. Winklers Erinnerungen aus Dorpat 1820/21 » et « Aus den Erinnerungen des (...)

17Dans les souvenirs, mémoires ou correspondances relatifs à la vie à l’université de Dorpat, les auteurs soulignent presque tous, 9 avec l’enjolivement propre à la littérature mémorielle, la chaleur des contacts humains et l’intensité particulière de la vie culturelle locale, dues à la petite taille de la ville, à sa situation géographique loin des grandes capitales européennes, et à sa vie culturelle complexe. Toujours les auteurs ajoutent à leurs souvenirs une réflexion personnelle sur ce qu’était l’Estonie d’un point de vue culturel et sur la dimension idéologique et politique de cette université à la fois allemande, russe et estonienne.

  • 10 Georg Friedrich Pösdmann, Über den Einfluss der abendländischen Kultur auf Russland.
  • 11 Voir par exemple Hugo Semel, Die Universität Dorpat (1802-1918), p. 2.
  • 12 « Le côté balte provincial n’a pas sa place à Dorpat – Dorpat doit s’efforcer de devenir une univer (...)

18Dès les fêtes d’inauguration en 1802 les discours insistaient sur l’idée que cette université réouverte pouvait devenir un « canal » par lequel des « connaissances et des expériences » occidentales pouvaient pénétrer dans l’empire des tsars. 10 Il faut bien dire que la conception des échanges culturels développée ici, loin d’être simpliste, consistait à envisager ceux-ci non pas comme une voie à sens unique mais bien à voir en cette université une voie de communication pouvant contribuer à une meilleure intercompréhension entre la Russie et le reste de l’Europe. Les jubilés de 1827 et de 1852 sont l’occasion de volumes commémoratifs rendant hommage à la (re)fondation de l’université, et poursuivent l’exaltation d’un lieu des Lumières aux marges de l’Europe, d’un avant poste de la culture allemande au Nord-Est. On continue à attribuer à l’université de Dorpat une vocation à faire la médiation entre Est et Ouest.11 Les discours allemands combinent ainsi de manière intéressante le plus local (la chaleur de la petite ville) et l’international,12 voire une défense du multiculturalisme qui, selon une argumentation récurrente, justifiait précisément le recours à la langue allemande, voire la présence allemande en général, censée donner une unité et permettre de dépasser les particularismes.

  • 13 Theodor Neander, Die deutsche Universität Dorpat im Lichte der Geschichte und der Gegenwart. Eine h (...)
  • 14 Arnold Hasselblatt et Gustav Otto, Album Academicum der Kaiserlichen Universität Dorpat, Dorpat, 18 (...)
  • 15 Hugo Semel, Die Universität Dorpat (1802-1918), p. 1-2.
  • 16 Voir Erich Donnert, Die Universität Dorpat-Juŕev 1802-1918, p. 200.
  • 17 Robert Wittram, Die Universität Dorpat im 19. Jahrhundert, in : Zeitschrift für Ostforschung 1 / 19 (...)

19Les débuts de la politique de russification de l’université vont contrecarrer cette logique et raviver l’attachement à l’université allemande et à son passé, donc susciter des manifestations de plus en plus vives. Ainsi paraît en 1882 un ouvrage au titre évocateur : L’université allemande de Dorpat à la lumière de l’histoire et du présent. Une étude historique dans le domaine des combats culturels à l’Est. 13 Peu de temps après, l’édition de l’Album Academicum en 1889, l’année-même où les Russes décident d’intensifier la russification, constitue aussi, avec sa liste de 14.000 étudiants, comme un rappel de la gloire passée.14 Quant à Hugo Semel, il publie son ouvrage L’université de Dorpat (1802-1918) Esquisses concernant son histoire de la part d’enseignants et d’anciens étudiants en 1918, pour fêter, comme il le souligne explicitement dans sa préface, l’entrée des troupes allemandes dans les pays baltes et pour remercier les Baltes qui ont félicité l’Allemagne pour la « libération » de l’Université de Dorpat. 15 Le médecin, peintre et écrivain Roderich von Engelhardt, né à Dorpat et fils d’un professeur de théologie de l’université, auteur d’une histoire de l’université de Dorpat et de sa signification spirituelle publiée en 1933,16 s’était investi pour sa part déjà avant la première guerre mondiale aux côtés de son cousin Adolf von Harnack pour instaurer, comme erstaz de l’université allemande de Dorpat, des cours de formation continue comme « université d’été allemande » (Deutsche Sommeruniversität).16 Il n’est pas anodin non plus que le premier numéro de la revue Zeitschrift für Ostforschung s’ouvre en 1952 avec un article sur Dorpat17 puisqu’on peut par moments avoir l’impression que cette université joua un rôle non négligeable dans l’émergence des notions d’ « histoire allemande à l’Est de l’Europe » (Deutsche Geschichte im Osten Europas, selon le titre d’une collection célèbre dirigée par Hartmut Boockmann, Werner Buchholz et Werner Conze) où d’ « histoire de l’Europe de l’Est » (osteuropäische Geschichte) au XIXe siècle. Signalons par exemple que le Séminaire pour l’histoire de l’Europe orientale (Seminar für osteuropäische Geschichte) de Berlin fut fondé en 1902 par Theodor Schiemann, né à Grobin en Courlande et qui avait fait des études d’histoire à Dorpat entre 1867 et 1872. Autre exemple, Georg von Rauch avait lui-même fait une partie de ses études à Dorpat où il enseigna également au sein de diverses institutions avant de s’habiliter en histoire à l’université de Greifswald en 1941, et d’enseigner, après la guerre, l’histoire de l’Europe de l’Est (osteuropäische Geschichte) dans les universités de Marburg et de Kiel.

  • 18 Villu Tamul, Das Professoreninstitut und der Anteil der Universität Dorpat/Tartu an den russisch-de (...)
  • 19 Evgenij Petuchov, Imperatorskij Jur’evskij, byvij Derptskij, Universitet za sto let ego sučest-vova (...)
  • 20 Grigorij Vasilievitch Levitski, Biografičeskij Slovaŕ professorov i prepodavatelej Imperators-kogo, (...)
  • 21 Hugo Semel, Die Universität Dorpat (1802-1918), p. 4.
  • 22 Ibid., p. 14.

20Si les Allemands eurent de plus en plus tendance à considérer Dorpat non pas seulement comme une université de langue allemande, mais comme une université allemande tout court, les Russes ne manquèrent pas de réagir. Il leur était facile de rappeler que l’université était née de la volonté d’un empereur russe, qu’elle avait toujours entretenu des liens privilégiés avec l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, qu’elle joua un rôle essentiel pour la formation des élites russes : professeurs et scientifiques mais aussi fonctionnaires et médecins qui essaimèrent à travers tout l’Empire. Une position particulière revint ici à l’Institut pour professeurs (1828-1838) de Dorpat qui accueillait de brillants étudiants russes pour les préparer intensivement, en profitant des cours de l’université, à des études en Europe occidentale puis à l’exercice des professions scientifiques dans les institutions russes. 18 Pour le centième anniversaire de la refondation de 1802 on fit préparer une histoire « russe » de l’université de Tartu, constituée par le livre d’Evgenij Petuchov, professeur de littérature russe à Tartu de 1895 à 1918, au titre évocateur : L’université impériale de Iouriev anciennement Dorpat, durant les cent ans écoulés depuis sa fondation.19 Quasiment au même moment paraît un Dictionnaire biographique des professeurs et enseignants de l’université de Jurev anciennement Dorpat.20 Hugo Semel, tout en soulignant la qualité de la documentation et l’étendue de l’exploitation des sources, dit de Petuchov qu’il n’a rien compris à l’esprit balte qui animait un lieu comme Dorpat.21 Plus loin il lui reproche une périodisation s’appuyant sur les différents statuts (1803, 1820, 1865) de l’université mais ne révélant rien des ressorts qui déterminent l’histoire de cette dernière. 22

  • 23 Malle Salupere, Millenary Tartu. The City of Youth and Good Ideas, traduit de l’estonien par Alexan (...)

21De passerelle vers le monde universitaire occidental, l’université de Tartu devint durant l’ère soviétique une université des marges accueillant beaucoup de Russes d’origine juive à l’époque stalinienne. 23 Ce fut le cas également de Juri Lotman qui y fonda la célèbre École sémiotique de Tartu.

  • 24 Voir Friedrich Reinhold Kreutzwald, Kalevipoeg : Epopée nationale estonienne, traduit de l’estonien (...)

22Côté estonien, Tartu est considérée comme la ville du réveil national estonien ce qu’elle a été d’une certaine manière, mais le statut de l’université dans ce contexte n’est pas sans poser problème puisqu’il fallut attendre quelque peu pour voir un Estonien y faire des études. D’autre part même s’il existait un lectorat d’estonien depuis 1803, la lutte pour imposer l’estonien comme langue d’enseignement fut âpre, divers arguments s’y opposant, qui ne relevaient pas tous du simple préjugé. Cela n’empêcha d’ailleurs pas plusieurs enseignants de l’université comme Friedrich Georg von Bunge (droit), Alexander Friedrich von Hueck (anatomie) et Friedrich Karl Hermann Kruse (histoire), de fonder en 1838 avec le médecin et écrivain Friedrich Robert Fählmann, le lecteur d’estonien Dietrich Heinrich Jürgenson, deux enseignants et douze pasteurs luthériens la Société savante estonienne (Gelehrte Estnische Gesellschaft) dont le but était l’étude de la langue, de la culture et de la littérature estoniennes et qui s’illustra entre 1857 et 1861 en faisant paraître une édition du Kalevipoeg de Kreutzwald avec traduction allemande.24

23La ville vit naître également les premiers périodiques en langue estonienne, accueillit le premier festival de chants en Estonie en 1869, ainsi que le premier théâtre national, le Vanemuine, en 1870. La même année les étudiants estoniens de l’université de Dorpat commencèrent à s’organiser, tout d’abord en animant des soirées littéraires où des chapitres du Kalevipoeg étaient déclamés, puis en fondant la Société des étudiants estoniens (connue sous le nom de « Vironia » durant les années 1873-1881). En 1884 le drapeau bleu-noir-blanc de la Société des étudiants estoniens fut consacré à Tartu.

24Il appartenait à l’historiographie récente de dépasser la question des revendications nationales pour mieux étudier l’inscription locale de l’université ainsi que les nombreuses ramifications la rattachant à l’Europe occidentale et à la Russie.

Tendances récentes de la recherche sur l’histoire de l’université de Tartu

  • 25 Il faut rappeler toutefois que ce thème fut traité dès 1943 par Georg von Rauch, Die Universität Do (...)
  • 26 Otto-Heinrich Elias (en collaboration avec Indrek Jürjo, Sirje Kivimäe et Gert von Pistohl-kors), A (...)
  • 27 Arvo Tering, Die Beziehungen der Universität Halle zu Estland, Livland und Kurland im 18. und frühe (...)
  • 28 Arvo Tering, Baltische Studenten als Benutzer der Universitätsbibliothek Göttingen im 18. Jahrhunde (...)
  • 29 Arvo Tering, Gelehrte Kontakte der Universität Greifswald zu Estland, Livland und Kurland im 17. un (...)
  • 30 Arvo Tering, Die Beziehungen der Königsberger Universität zu Est-, Liv- und Kurland im 17. Jahrhund (...)
  • 31 Arvo Tering, Baltische Studenten an europäischen Universitäten im 18. Jahrhundert, in : Otto-Heinri (...)
  • 32 Klaus Garber, Schatzhäuser des Geistes. Alte Bibliotheken und Büchersammlungen im Baltikum, Böhlau, (...)

25Les recherches historiques sur les pays baltes ont connu un boom évident avec l’ouverture du bloc de l’Est puis l’intégration de la Lituanie, de la Lettonie et de l’Estonie à l’Union européenne. Pour ce qui est de l’histoire intellectuelle, il existe dernièrement25 un courant important de recherches concernant la diffusion des Lumières dans cette partie de l’Europe, 26 qui si elles rappellent que le servage n’y fut aboli qu’entre 1816 et 1819, nous font découvrir aussi une série de biographies passionnantes montrant qu’en dehors de Kant à Königsberg et de Herder à Riga, il exista dans ces régions du Nord-Est de l’Europe une riche vie intellectuelle dans l’esprit des Lumières. Dorpat joua évidemment un rôle important pour la pénétration des Lumières dans les pays baltes et c’est aussi tout un ensemble de réseaux universitaires, sous forme d’échanges d’étudiants et de contacts scientifiques et intellectuels, reliant les pays baltes aux universités de Halle, 27 de Göttingen,28 de Greifswald29 de Königsberg,30 et plus largement les étudiants des pays baltes au reste de l’Europe, 31 qui a ainsi récemment été étudié. La reconstitution minutieuse des bibliothèques et collections de livres présentes à Tartu, dans le cadre d’un projet plus global concernant l’ensemble des pays baltes, ne pouvait qu’être utile également de ce point de vue. 32

  • 33 Arvo Tering, Album Academicum der Universität Dorpat (Tartu), 1632-1710, Tallinn, 1984.
  • 34 Ene-Lille Jaanson, Druckerei der Universität Dorpat 1632-1710. Geschichte und Bibliographie der Dru (...)

26Pour ce qui est de l’histoire de l’université de Tartu au XVIIe siècle, des recherches très précises permettent de mieux la cerner désormais. Un chercheur estonien, spécialiste de l’histoire de l’université de Tartu et plus particulièrement de sa période la plus ancienne, a publié en 1984 l’Album Academicum de l’université pour les années 1632-1710, c’est-à-dire un livre qui recense autant que possible tous les étudiants inscrits durant cette période et qui rassemble des informations biographiques les concernant. 33 Mais il faut aussi signaler d’autres recherches récentes qui ont permis par exemple de préciser le rôle de cette institution dans la production et la diffusion d’imprimés dans la région et au-delà, suivant des réseaux propres, durant les années 1632 à 1710.34

  • 35 Aleksandr D. Duličenko (éd.), 200 let russko-slavjanskoj filologii v Tartu [200 ans de philologie r (...)
  • 36 Siret Rutiku et René Kegelmann (éds.), Germanistik in Tartu/Dorpat. Rückblick auf 200 Jahre, Tartu, (...)
  • 37 Ilo Käbin, Die medizinische Forschung und Lehre an der Universität Dorpat/Tartu 1802-1940. Ergebnis (...)
  • 38 Voir Erika Kärner, Professor Leo Meyer – Begründer der wissenschaftlichen Germanistik in Tartu/Dorp (...)

27Si les grandes histoires monumentales de l’histoire de l’université de Tartu comme celle d’ Evgenij Petuchov, avaient eu le mérite d’étudier l’évolution des disciplines au sein de cette dernière, d’établir des « généalogies » d’enseignants, il est vrai qu’elles ne donnaient parfois que très peu accès à la vie réelle des enseignants et des étudiants ou aux dynamiques intellectuelles à l’œuvre, notamment dans le domaine des sciences humaines. Des recherches récentes tentent de combler ce manque et c’est ainsi qu’ont récemment été étudiées plus précisément par exemple l’histoire des études slaves à Tartu,35 l’histoire des études germaniques36 et l’histoire de la médecine.37 Un volume comme Germanistik in Tartu/ Dorpat montre ce que peut offrir une recherche qui réexamine en détail l’évolution d’une discipline. Plusieurs générations d’historiens ont dit et pensé que la germanistique en tant que discipline scientifique n’avait jamais réellement existé à Dorpat car, si les cours avaient lieu depuis 1802 en latin et en allemand, il n’exista pas, jusqu’en 1864, de chaire de langue et littérature allemande, mais seulement des postes de « lecteurs » (pour l’allemand comme pour le russe, le français et par la suite aussi l’anglais, le letton, l’estonien et le lituanien). À partir de 1865 deux chaires de germanistique coexistèrent (l’une dédiée à la littérature, l’autre à la linguistique 38) mais la période de russification mit un terme à cette évolution très peu de temps après, soit en contraignant au départ des enseignants peu enclins à s’assimiler ou tout simplement incapables d’enseigner en russe, soit en réduisant de fait la demande des étudiants pour des cours de ce type.

  • 39 Siret Rutiku, 200 Jahre Germanistik in Tartu/Dorpat. Ein historischer Überblick, ibid., p. 27-28.

28Selon de nombreuses histoires de l’université les cours de ces lecteurs, qui avaient d’ailleurs lieu en dehors de l’université, auraient été de simples cours pratiques de langue et n’auraient pas véritablement comporté de dimension culturelle ou scientifique. L’examen des listes de cours (Vorlesungsverzeichnis), des étudiants inscrits, des Souvenirs et des œuvres révèle cependant une effervescence intellectuelle insoupçonnée. Ainsi les cas de Karl Eduard Raupach (1794-1882) et de Viktor Amadeus Hehn (1813-1890) montrent-ils combien, coupée de la « terre-mère » (Mutterland), la société germano-balte de l’époque était d’autant plus désireuse d’entretenir et de développer une vie culturelle, ce qui incita ces deux germanistes à enseigner l’histoire de la littérature allemande en s’appuyant sur les recherches les plus récentes et les plus progressistes et à être actif dans les revues locales. 39

  • 40 En dehors de nombreux ouvrages spécialisés, on peut évoquer pour l’Allemagne, le Jahrbuch für Unive (...)
  • 41 Sirje Tamul, Studienstiftungen an der Kaiserlichen Universität Dorpat (1802-1918), in : Peter Wörst (...)
  • 42 Heinz von zur Mühlen, Deutschbaltische Korporationen und die Studentenschaft der Universität Dorpat (...)
  • 43 Walther Löhlein, Das letzte Semester der deutschen Universität Dorpat. Vortrag, gehalten in der Beg (...)
  • 44 Sirje Tamul, Zur Studentenschaft der russifizierten Universität Tartu 1883-1918, in : Universitätsg (...)
  • 45 Toomas Hiio, Jewish Students and Jewish Student Organisations at the University of Tartu, Jewish Ed (...)
  • 46 Sirje Tamul, Konfession und nationale Herkunft der Studentinnen an den Höheren Schulen in Tartu/Dor (...)

29Bien souvent ce sont les enseignants eux-mêmes et les étudiants qui ont échappé au regard des historiens. Profitant des acquis de l’histoire des universités devenue aujourd’hui, surtout en Allemagne et dans le monde anglo-saxon, quasiment une discipline à part entière, 40 les historiens de l’université de Tartu se sont intéressés à la vie des étudiants, qui constitue à elle seule un nouveau courant de l’histoire des universités : aux conditions matérielles de leurs études, 41 aux corporations.42 Mais c’est aussi sur la composition même du corps étudiant que l’on revient. Dans leurs souvenirs de Dorpat, les étudiants ou les enseignants soulignaient dès le XIXe siècle le caractère multilingue de ce dernier : « C’était une joie, en passant le porche de l’université porté par ses colonnes, de voir la vie intense des auditoriums, vers lesquels les étudiants affluaient par groupes ; l’allemand et le russe, l’estonien et le letton, le yiddish et le polonais, toutes les langues de l’Est bourdonnaient autour de vous, et pourtant ils venaient tous pour recevoir un enseignement en langue allemande fait par des professeurs allemands. »43 Aujourd’hui les études historiographiques tiennent compte de ce « corps étudiant multiethnique » (Multiethnische Studentenschaft)44 et des études spécifiques ont aussi été consacrées par exemple aux étudiants juifs de l’université de Tartu. 45 L’entrée des femmes dans la vie universitaire a elle aussi retenu l’attention : en 1997 fut lancé avec le soutien de la Fondation estonienne pour la science un projet « La femme académique en Estonie jusqu’en 1918 ». Les participantes (Sirje Kivi-mäe, Anu Raudsepp et Sirje Tamul) ont établi une banque de données concernant plus de 2 000 personnes et ont publié certains résultats de cette enquête.46

  • 47 Villu Tamul, Die Dörptsche Universität – Landes oder Reichsuniversität ? Zum Verhältnis von Deutsch (...)
  • 48 Lea Leppik, Rektor Ewers, Tartu, 2001.
  • 49 Lea Leppik, « Social Mobility and Career patterns of Estonian Intellectuals in the Russian Empire » (...)
  • 50 Voir par exemple Trude Maurer et Alexandre Dmitriev (éds.), Universitet i gorod v Rossii (načalo XX (...)

30Si les querelles autour de la liberté académique, les questions de langue etc. étaient déjà assez bien connues auparavant, peu d’études avaient essayé d’aborder à une échelle un peu plus large les relations entre l’université de Tartu, la ville, la région et les tutelles. Désormais on s’intéresse aussi aux rapports entre la ville et l’université au XIXe siècle. 47 Lea Leppik, qui a aussi consacré une biographie au recteur Gustav von Ewers,48 aborde cette question dans son étude sur la mobilité sociale et les schémas de carrière des intellectuels estoniens dans l’Empire russe.49 Si nous avons vu que l’université de Tartu est étudiée dans un contexte balte et/ou d’Europe orientale, il faut souligner qu’il existe actuellement en Russie tout un courant de recherche sur l’histoire des universités russes et que l’histoire de l’université de Tartu en reçoit aussi de nouveaux éclairages.50

  • 51 Klaus Garber et Martin Klöker (éds.), Kulturgeschichte der baltischen Länder in der Frühen Neuzeit. (...)

31C’est toute la dissymétrie apparente entre le régional et l’international qui est sans doute appelée à vaciller encore dans les années à venir. Il faudra pour cela, comme c’est le cas dans différentes tentatives pour une histoire culturelle des pays baltes, mieux prendre en compte la vie intellectuelle locale parfois encore mal connue, en réexaminant notamment les nombreux périodiques locaux qui en portent les traces.51 En même temps ce sont les nombreuses ramifications qui rattachent cette université à l’ensemble de l’Europe et qui lui donnent son caractère « international », tout en s’articulant avec le « local », qui doivent être prises en compte.

Conclusion

32Il pourrait être tentant d’appeler Tartu un lieu de mémoire partagé, partagé par les Russes, les Allemands, les Estoniens et d’autres encore, si cette notion de partage n’avait pas un côté « oeucuménique » qui court le risque de faire oublier les tensions, les déchirures et les contradictions d’une histoire qui en font aussi l’intérêt.

33Tout d’abord, on l’aura compris, cette université est un joyau pour les Estoniens et joue un rôle essentiel autant pour l’histoire de leur « émancipation » politique, intellectuelle, littéraire et artistique, que pour leur identité européenne. S’ils sont fiers aujourd’hui de posséder et de maintenir vivante cette institution universitaire, peut-être particulièrement européenne parce qu’elle met en rapport des cultures très diverses et qu’elle se situe aux « marges » de l’Europe, ils ne manquent pas non plus de s’interroger sur ce que signifie pour leur place dans la culture européenne le fait que ce lieu si symbolique soit en grande partie le fruit de « dominations » successives et qu’il ait fallu attendre pour que des Estoniens puissent simplement y être inscrits en tant qu’étudiants ou encore y enseigner. « N’étions-nous pas capables de créer notre propre langue scientifique ? » se demande ainsi l’un des contributeurs du volume sur l’histoire des études germaniques à Tartu. Si dans le domaine politique, il ne fait nul doute que les Estoniens aient fait l’objet d’assujettissements successifs, la question paraît plus compliquée d’un point de vue culturel en ce que, selon une dialectique typique des pays « colonisés » au sens large, la présence allemande en Estonie mêle les forces que l’on peut qualifier d’aliénantes et celles qui permettent ce que l’on peut appeler un « accès à soi ». Les représentants des Lumières, qui furent à l’origine de la refondation de l’université en 1802, s’ils ont généralement été convaincus d’un fossé fondamental entre culture paysanne folklorique et « haute culture », ne s’en sont pas moins engagés pour assurer la sauvegarde et la mise en valeur de la première. Pour les Allemands, développer des discours sur une mission civilisatrice à l’Est n’était d’ailleurs peut-être qu’une manière d’oublier qu’ils avaient eux-mêmes construit leur culture, notamment littéraire, dans une succession de mouvements d’imitation et de rejet par rapport à la culture française qui fut un modèle de « civilisation » avant d’être ressentie comme hégémonique.

34Si les études post-coloniales ont eu le mérite, dans leur condamnation des dominations coloniales et des aliénations qu’elles ont entraînées, de faire apparaître la construction de discours stigmatisants et la nécessité d’accéder, contre ces derniers, à une réalité propre, elles tendent parfois à oublier, au risque de retomber dans les mythes romantiques de l’authenticité et de l’origine, que toute culture est aussi détachement/arrachement (à) de soi et que ce dernier peut aussi se faire dans la confrontation avec un « autre » contraignant, aimé/haï, imité/rejeté.

35Cela signifie évidemment qu’il ne faut pas partir aujourd’hui de l’idée d’une passivité supposée des Baltes mais mettre en avant tout ce qui s’est élaboré d’irremplaçable à Tartu. Non pas évidemment la conquête de l’Est par la culture allemande ou l’extension d’une sphère russe, mais la construction d’un lieu mettant en relation, avec des décalages d’un cas à l’autre, de nombreuses cultures (pour autant qu’on puisse même les isoler) ; le tissage de liens ; le jeu de miroirs incessant suscité par la vie en commun ; et, au bout du compte, un prisme qui est l’héritage exclusif de Tartu et qui a enrichi considérablement les cultures en présence.

Haut de page

Notes

1 Reet Mägi, Wolfgang Drechsler (éd.), Kaiserliche Universität Dorpat 200 – Academia Gusta-viana 370 – Das Jubiläum der Universität Tartu, Tartu, 2004. Cet ouvrage est paru en quatre langues : estonien, russe, allemand, anglais.

2 Voir les catalogues d’exposition : Hilkka Hiiop et al. (éds.), Johann Wilhelm Krause, 1757-1828 : Kataloog 1. Kunstnikust Arhitektina, Tallinn, 1999 ; et Juhan Maiste et al. (éds.), Johann Wilhelm Krause 1757-1828 / 2 Arhitektina Liivimaal : kataloog, Tallinn, 2002.

3 Signalons qu’au sein de l’Empire russe, où les corporations étaient interdites, Dorpat constituait de ce point de vue une exception. Les Allemands, qui voyaient dans ces corporations un signe des « libertés germaniques », y étaient profondément attachés.

4 Le Musée publie une revue consacrée à l’histoire de l’université : Tartu Ülikooli Ajaloo Küsimusi.

5 Dorpat-Yuryev-Tartu and Voronezh : the Fate of the University Collection, Catalogue (Texte en estonien, en russe et en anglais), Tartu, 2006.

6 Rappelons que les historiens et/ou statisticiens opèrent généralement ici une distinction entre les Allemands du Reich (Reichsdeutsche) et les « locaux », c’est-à-dire les Germano-Baltes (Baltische Deutsche).

7 Siret Rutiku, 200 Jahre Germanistik in Tartu/Dorpat. Ein historischer Überblick, in : Siret Rutiku et René Kegelmann (éds.), Germanistik in Tartu/Dorpat. Rückblick auf 200 Jahre, Tartu, 2003, p. 40.

8 Hugo Semel, Die Universität Dorpat (1802-1918). Skizzen zu ihrer Geschichte von Lehrern und ehemaligen Schülern, Dorpat, 1918, p. 1.

9 Voir par exemple « Aus Dr. Winklers Erinnerungen aus Dorpat 1820/21 » et « Aus den Erinnerungen des Dorpater Universitäts-Bibliothekars E. Anders », in : Friedrich Bienemann, Altli-vländische Erinnerungen, Reval, 1911. Signalons que Friedrich Bienemann était l’auteur d’un livre sur les relations entre Parrot et Alexandre Ier : Der Dorpater Professor F.G. Parrot und Kaiser Alexander I., Reval, 1902. Voir aussi Hugo Semel, Alma Mater Dorpatensis, in : Hugo Semel, Die Universität Dorpat (1802-1918) Skizzen zu ihrer Geschichte von Lehrern und ehemaligen Schülern, p. 180-184 ; Edward von Ungern-Sternberg, Erinnerungen eines alten Estländers, Berlin, 1902 ; Georg Julius Schultz-Bertram, Baltische Skizzen, 1853-1855.

10 Georg Friedrich Pösdmann, Über den Einfluss der abendländischen Kultur auf Russland.

11 Voir par exemple Hugo Semel, Die Universität Dorpat (1802-1918), p. 2.

12 « Le côté balte provincial n’a pas sa place à Dorpat – Dorpat doit s’efforcer de devenir une université internationale ». Voir les développements du curateur Alexandre Comte de Keyserling, in : Helene von Taube von der Issen (éd.), Graf Alexander Keyserling. Ein Lebensbild aus seinen Briefen und Tagebüchern, t. 1, Berlin, 1902, p. 510, cité par Erich Donnert, Die Universität Dorpat-Juŕev 1802-1918, p. 48.

13 Theodor Neander, Die deutsche Universität Dorpat im Lichte der Geschichte und der Gegenwart. Eine historische Studie auf dem Gebiete östlicher Kulturkämpfe, Leipzig, 1882.

14 Arnold Hasselblatt et Gustav Otto, Album Academicum der Kaiserlichen Universität Dorpat, Dorpat, 1889.

15 Hugo Semel, Die Universität Dorpat (1802-1918), p. 1-2.

16 Voir Erich Donnert, Die Universität Dorpat-Juŕev 1802-1918, p. 200.

17 Robert Wittram, Die Universität Dorpat im 19. Jahrhundert, in : Zeitschrift für Ostforschung 1 / 1952, p. 195-219.

18 Villu Tamul, Das Professoreninstitut und der Anteil der Universität Dorpat/Tartu an den russisch-deutschen Wissenschaftskontakten im ersten Drittel des 19. Jahrhunderts, in : Zeitschrift für Ostforschung 41 (4) /1992, p. 525-542.

19 Evgenij Petuchov, Imperatorskij Jur’evskij, byvij Derptskij, Universitet za sto let ego sučest-vovanija (1802-1902). Istoričeskij očerk, Jurev / Saint-Pétersbourg, 2 volumes, 1902 et 1906.

20 Grigorij Vasilievitch Levitski, Biografičeskij Slovaŕ professorov i prepodavatelej Imperators-kogo, byvego Derptskogo Universiteta (1802-1902), 2 vols., Jurev, 1902-1903.

21 Hugo Semel, Die Universität Dorpat (1802-1918), p. 4.

22 Ibid., p. 14.

23 Malle Salupere, Millenary Tartu. The City of Youth and Good Ideas, traduit de l’estonien par Alexander Hading, Tartu, 2006, p. 58.

24 Voir Friedrich Reinhold Kreutzwald, Kalevipoeg : Epopée nationale estonienne, traduit de l’estonien, présenté et annoté par Antoine Chalvin, Paris, 2004.

25 Il faut rappeler toutefois que ce thème fut traité dès 1943 par Georg von Rauch, Die Universität Dorpat und das Eindringen der frühen Aufklärung in Livland 1690-1710, Essen, 1943 (Reprint Hildesheim New York, 1969).

26 Otto-Heinrich Elias (en collaboration avec Indrek Jürjo, Sirje Kivimäe et Gert von Pistohl-kors), Aufklärung in den baltischen Provinzen Russlands. Ideologie und soziale Wirklichkeit, Quellen und Studien zur baltischen Geschichte 15, Cologne-Weimar-Vienne, 1996.

27 Arvo Tering, Die Beziehungen der Universität Halle zu Estland, Livland und Kurland im 18. und frühen 19. Jahrhundert, in : Aufklärung und Erneuerung. Beiträge zur Geschichte der Universität Halle im ersten Jahrhundert ihres Bestehens (1694-1806), Hanau/Halle, 1994, p. 378-380 ; Gelehrte Kontakte der Universität Halle zu Est-, Liv- und Kurland zur Aufklärungszeit. Ausstellung aus Anlass des 300. Jubiläums der Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg in der Universitäts-bibliothek Tartu vom 12. Mai 1994 bis zum 19. September 1994, Exposition et catalogue de Arvo Tering, Tartu, 1994.

28 Arvo Tering, Baltische Studenten als Benutzer der Universitätsbibliothek Göttingen im 18. Jahrhundert, in : H. Bosse, H. et al. (éds.), Buch und Bildung im Baltikum. Festschrift für Paul Kaegbein zum 80. Geburtstag, 2005, p. 153-190 ; du même, Die Beziehungen der Universität Göttingen zu Est-, Liv- und Kurland im 18. und frühen 19. Jahrhundert, Gemeinsame Ausstellung der Universitätsbibliothek Tartu und der Niedersächsischen Staats- und Universitätsbibliothek Göttingen vom 19. Mai bis 16. Juni 1989, Arvo Tering, Tartu, 1989.

29 Arvo Tering, Gelehrte Kontakte der Universität Greifswald zu Estland, Livland und Kurland im 17. und 18. Jahrhundert, in : D. Alvermann, N. Jörn, J.E. Olesen (éds.), Die Universität Greifswald in der Bildungslandschaft des Ostseeraums : Internationale Tagung Greifswald ; 15.-17. Mai 2006, Berlin, 2007, p. 283-315.

30 Arvo Tering, Die Beziehungen der Königsberger Universität zu Est-, Liv- und Kurland im 17. Jahrhundert, in : Kulturgeschichte Ostpreussens in der Frühen Neuzeit, Tübingen, 2001, p. 391-403.

31 Arvo Tering, Baltische Studenten an europäischen Universitäten im 18. Jahrhundert, in : Otto-Heinrich Elias et al. (éds.), Aufklärung in den baltischen Provinzen Russlands. Ideologie und soziale Wirklichkeit, p. 125-154 ; du même, Die Seereisen baltischer Studenten in die Universitätsstädte Nord-und Westeuropas im 17. und 18. Jahrhundert, in : Forschungen zur baltischen Geschichte 3/2008, p. 103-130 ; du même, Eesti-, liivi- ja kuramaalased Euroopa ülikoolides 1561-1798 (Estoniens, Lives et Courlandiens dans les universités européennes 1561-1800), Tartu, 2008.

32 Klaus Garber, Schatzhäuser des Geistes. Alte Bibliotheken und Büchersammlungen im Baltikum, Böhlau, 2007.

33 Arvo Tering, Album Academicum der Universität Dorpat (Tartu), 1632-1710, Tallinn, 1984.

34 Ene-Lille Jaanson, Druckerei der Universität Dorpat 1632-1710. Geschichte und Bibliographie der Druckschriften, 2000. Le livre recense 891 imprimés pour la période.

35 Aleksandr D. Duličenko (éd.), 200 let russko-slavjanskoj filologii v Tartu [200 ans de philologie russe-slave à Tartu], Tartu, 2003.

36 Siret Rutiku et René Kegelmann (éds.), Germanistik in Tartu/Dorpat. Rückblick auf 200 Jahre, Tartu, 2003.

37 Ilo Käbin, Die medizinische Forschung und Lehre an der Universität Dorpat/Tartu 1802-1940. Ergebnisse und Bedeutung für die Entwicklung der Medizin, Lüneburg, 1986.

38 Voir Erika Kärner, Professor Leo Meyer – Begründer der wissenschaftlichen Germanistik in Tartu/Dorpat, in : Siret Rutiku et René Kegelmann (éds.), Germanistik in Tartu/Dorpat. Rückblick auf 200 Jahre, p. 93-105.

39 Siret Rutiku, 200 Jahre Germanistik in Tartu/Dorpat. Ein historischer Überblick, ibid., p. 27-28.

40 En dehors de nombreux ouvrages spécialisés, on peut évoquer pour l’Allemagne, le Jahrbuch für Universitätsgeschichte qui paraît depuis 1998 ; pour le monde anglo-saxon, la série History of Universities qui existe depuis 1981.

41 Sirje Tamul, Studienstiftungen an der Kaiserlichen Universität Dorpat (1802-1918), in : Peter Wörster (éd. en collaboration avec Dorothee M. Goeze), Universitäten im östlichen Mitteleuropa. Zwischen Kirche, Staat und Nation – Sozialgeschichtliche und politische Entwicklungen, Munich, 2008, p. 49-73.

42 Heinz von zur Mühlen, Deutschbaltische Korporationen und die Studentenschaft der Universität Dorpat, in : Gert von Pistohlkors, Toivo U. Raun, Paul Kaegbein (éds.), Die Universitäten Dorpat/Tartu, Riga und Wilna/Vilnius 1579-1979, Quellen und Studien zur baltischen Geschichte 9, Cologne-Vienne, 1987, p. 151-161.

43 Walther Löhlein, Das letzte Semester der deutschen Universität Dorpat. Vortrag, gehalten in der Begrüssungssitzung des Medizinischen Vereins zu Greifswald für die aus dem Felde zurückgekehrten Ärzte und Medizinstudierenden am 24. Januar 1919, Greifswald, 1919, p. 9, cité in : Siret Rutiku, 200 Jahre Germanistik in Tartu/Dorpat, p. 38-39.

44 Sirje Tamul, Zur Studentenschaft der russifizierten Universität Tartu 1883-1918, in : Universitätsgeschichte in Osteuropa, Jahrbuch für Universitätsgeschichte 4 / 2001, p. 102-111.

45 Toomas Hiio, Jewish Students and Jewish Student Organisations at the University of Tartu, Jewish Educational Heritage at Tartu University, in : Tartu University History Museum Annual Report 1998, p. 119-172.

46 Sirje Tamul, Konfession und nationale Herkunft der Studentinnen an den Höheren Schulen in Tartu/Dorpat (1905-1918), in : Nordost-Archiv. Zeitschrift für Regionalgeschichte NF VII / 1998 Heft 2, p. 555-581.

47 Villu Tamul, Die Dörptsche Universität – Landes oder Reichsuniversität ? Zum Verhältnis von Deutschbalten, Stadt und Universität im 19. Jahrhundert, in : H. Piirimäe et C. Sommerhage (éds.), Zur Geschichte der Deutschen in Dorpat, Tartu, 1998, p. 85-110.

48 Lea Leppik, Rektor Ewers, Tartu, 2001.

49 Lea Leppik, « Social Mobility and Career patterns of Estonian Intellectuals in the Russian Empire », in : Historical Social Research / Historische Sozialforschung 33 (2), 2008, p. 42-61.

50 Voir par exemple Trude Maurer et Alexandre Dmitriev (éds.), Universitet i gorod v Rossii (načalo XX veka [L’Université et la ville en Russie (début du XXe siècle)]), Moscou, 2009. Le volume comporte deux contributions sur Tartu : l’une de Sirje Tamul qui retrace l’histoire de l’université durant les années 1905-1918, l’autre de Trude Maurer qui met en rapport les universités de Tartu et de Strasbourg, conçues toutes deux par les gouvernements allemands comme des « postes avancés » (Vorposten).

51 Klaus Garber et Martin Klöker (éds.), Kulturgeschichte der baltischen Länder in der Frühen Neuzeit. Mit einem Ausblick in die Moderne, Tübingen, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Trautmann-Waller, « Écrire l’histoire de l’université de Tartu », Revue germanique internationale [En ligne], 11 | 2010, mis en ligne le 24 juin 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/308

Haut de page

Auteur

Céline Trautmann-Waller

Professeur à l’Université de Paris III /IUF

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page