Navigation – Plan du site

Pskov, et la longue durée des transferts germano-russes

Ekaterina Dmitrieva
p. 191-212

Résumés

L’article se propose d’examiner l’histoire plus que millénaire de la ville de Pskov située au nord-ouest de la Russie, à la frontière avec les ex-républiques baltes, sous l’angle de ses relations avec le monde germanique, lesquelles se révélèrent tantôt propices tantôt néfastes pour l’histoire de cette même ville. Si c’est à Pskov que fut réservée, dès le Xe siècle, la tâche de protéger la terre russe contre les chevaliers teutoniques et livoniens, qui infligèrent à plusieurs reprises de lourdes blessures à la ville, on trouve néanmoins des nombreuses périodes de « collaboration pacifique » des habitants de Pskov avec leurs ex-ennemis : les princes lithuaniens devenant princes de Pskov et y jouissant de la réputation de « saints » et de « protecteurs du sol russe », des commerçants allemands contribuant à la prospérité de la ville aussi bien au Moyen-âge qu’à l’époque moderne, au XIXe et au début du XXe siècle (jusqu’à 1917). Même aux époques particulièrement violentes de la première et de la seconde guerre mondiale le rôle que les Allemands avaient joué à Pskov s’avère passablement ambigu : ainsi l’occupation allemande en 1918 a servi à combattre le Bolchevisme, et en 1941-1943 à restaurer le rôle de l’Église orthodoxe. On examine également dans cet article des témoignages de voyageurs et de militaires allemands fournissant des sources précieuses pour l’histoire de la ville.

Haut de page

Texte intégral

1Ville très russe, plus ancienne que Moscou, créditée d’une authenticité particulière Pskov qui se situe au nord-ouest de la Russie a toujours joué, au cours de son histoire plus que millénaire, le rôle à la fois d’avant-poste protégeant la Russie des invasions étrangères et celui de médiateur entre la Russie et l’Europe occidentale. Epargnée, à la différence de beaucoup d’autres villes russes anciennes, du joug tataro-mongol Pskov a connu successivement deux ennemis principaux qui marquèrent son histoire de façon à la fois négative et positive : les Baltes (chevaliers livoniens et lithuaniens) et les Allemands. S’y ajoutaient de temps en temps la Pologne et la Suède.

2Attaquée et menacé d’innombrables fois Pskov n’a cédé que trois fois ; et trois fois ce furent les Allemands qui surent s’emparer de la ville : en 1241, en 1918 et en 1941. Paradoxalement c’est aussi au contact avec les Allemands que Pskov doit les pages les plus significatives de son histoire.

Les origines de la ville

  • 1 Certains chercheurs qualifient même les Krivitches de Baltes de l’Est (K.M. Plotkin, Etničeskaja is (...)
  • 2 Inga Labutina, Archeologičeskoe nasledie i problemy istorii Pskova, in : Ibid, p. 24-26.

3Il est accepté de façon presque unanime que les ancêtres des habitants de la région de Pskov étaient les Krivitches, groupe ethnique slave 1. Les fouilles archéologiques témoignent pourtant que parmi les indigènes de la région habitaient également, dès la première moitié du premier millénaire après J.-C., des Finnois et des Baltes qui se mêlèrent, au cours des siècles, au processus ethno-génétique 2. De là aussi la spécificité du dialecte pskovien portant jusqu’à nos jours l’empreinte de langues baltes. Le toponyme même de Pskov dérive de l’hydronyme balto-finlandais « Piiskava ».

  • 3 La Chronique de Nestor, traduite en français d’après l’édition impériale de Pétersbourg (Manuscrit (...)
  • 4 V. Sedov, Skandinavische Elemente im frühmittelalterlichen Pskov, in : Die Kontakte zwischen Ostbal (...)
  • 5 La Chronique de Nestor, op. cit., p. 20.

4La formation de Pskov en tant que ville médiévale remonte au Xe siècle : c’est en 903 que la ville fut mentionnée pour la première fois dans des chroniques, notamment dans celle de Nestor (« En l’an 6411 (903) Igor atteignit sa majorité, et pour cela n’en resta pas moins soumis à Oleg qui lui fit épouser Olga de Pleskow »3). C’est déjà à cette époque que remontent les contacts commerciaux de Pskov avec la Fennoscandinavie et la présence scandinave dans la ville. On trouve dans la région de Pskov un grand nombre de tertres funéraires contenant des objets, mode d’inhumation peu répandu chez les Slaves 4. C’est aussi l’histoire légendaire de Pskov et de ses environs qui signale la présence scandinave : à croire les chroniques trois frères varègues furent appelés à régner au IXe siècle dont Riourik, Askold et Trouvor. Ce dernier devint prince d’Izborsk, un village à 30 kilomètres de Pskov5.

Histoire politique : princes étrangers qui régnèrent à Pskov

5À la fin du Xe siècle Pskov devient un des centres administratifs de la « Rus’«  ancienne et commence à intéresser fortement les princes de Kiev, ceci surtout pour des raisons stratégiques. Afin de gouverner la ville Vladimir Svjatoslavovitch ( ?-1015), le prince de Kiev qui baptisa la Russie, y envoie un de ses fils, Soudislav. C’est justement à cette époque que la ville commence à jouer un rôle important dans la consolidation et l’élargissement des frontières russes : Pskov et Izborsk (la forteresse susmentionnée) servent de base à des expéditions de princes russes dans les pays baltes afin de collecter le tribu. Cela permet d’élargir les frontières russeš à l’ouest jusqu’aux côtes ouest du lac de Pskov et du lac Peipous (Čudskoe ozero).

  • 6 Evgenij, Mitropolit Kievskij, Istorija knjažestva Pskovskogo, Čast’. 1-IV, Kiev, 1831 ; A.N. Nasono (...)

6Cette frontière sera légalisée davantage par la fondation de la ville de Iouriev (Derpt, Dorpat, Tartu) par le prince Jaroslav en 1030. Mais c’est aussi à la terre de Pskov que serait réservée désormais la tâche de protéger la terre russe contre les chevaliers allemands. Je pense avant tout à l’ordre teutonique pour qui, jusqu’à la conversion de la Russie au christianisme en 988-989, les campagnes contre la Russie et avant tout contre les terres de Pskov étaient engagées comme autant de croisades contre l’est païen. La conversion de la Russie sous Vladimir ne modifia à vrai dire guère cette situation, et les attaques des Teutoniques contre Pskov durèrent encore plus de trois siècles6.

  • 7 Inga Labutina, op. cit., p. 26.
  • 8 Pskovskie letopisi, pod red. A.N. Nasonova, vyp. 1, Moscou, 1941.
  • 9 Dieter Bach, Vladlen Smirnov, Nemeckie sledy v oânom russkom gorode. Pskov : ot tevtons-kogo ordena (...)

7C’est surtout le XIIIe siècle qui s’avère être crucial pour Pskov. Suite à la conquête germanique des pays baltes et à l’aspiration de l’ordre teutonique à créer un empire à l’Est (à cette même époque la Rus’ se sent surtout affaiblie par le joug tataro-mongol), Pskov fut assiégé et brûlé trois fois au cours de deux décennies : en 1212, en 1218 et en 1240. Les fouilles archéologiques dans certains endroits de Pskov ne donnent par conséquent aucune strate remontant au XIIIe siècle)7. La dernière fois, en 1240, les chevaliers teutoniques, après le siège qui dura une semaine et après avoir brûlé tous les faubourgs de Pskov, s’emparèrent de la ville dont la porte leur fut ouverte par le traître Tverdilo, à l’opposé de la volonté d’autres habitants de Pskov, selon la version de la chronique russe8. Les sources allemandes parlent d’un coup d’État à Pskov à la suite duquel le parti prolivonien (voire probalte) remporta la victoire et Pskov se joignit pour deux ans à la Livonie qui restait sous le contrôle des chevaliers teutoniques9.

  • 10 Sbornik dokumentov i materialov po htorii pskovskogo kraja (IX-XX), Pskov, 2000, p. 20 ; voir égale (...)

8Une partie des habitants de Pskov hostile aux teutoniques se réfugia alors à Novgorod où la défaite de Pskov changea la politique interne. Appréhendant le même sort, les Novgorodiens (Novgorod était à l’époque une république) qui juste avant avaient expulsé leur prince Alexandre Iaroslavovitch (Alexandre Nevski, 1220-1263) qu’ils croyaient être trop jeune pour exercer ses fonctions, le rappelèrent humblement pour combattre les Teutoniques et les Lithuaniens. La « droujine » (les proches) du prince Alexandre libéra alors Pskov et pourchassa les Teutoniques vers le lac Peipous, où Alexandre les poursuivit en se dirigeant lui-même vers Derpt (Iouriev) occupé à l’époque également par les Allemands. La bataille décisive eut lieu le 5 avril 1242 près de la côte est du lac Peipous (la fameuse Bataille de glace, Ledovoe poboisce) : six cents Allemands y furent tués ou capturés dont vingt-six chevaliers teutoniques10.

9L’historiographie russe attribue traditionnellement beaucoup d’importance à la « victoire » qu’Alexandre Nevski aurait remportée sur les chevaliers teutoniques. Pourtant, à y regarder de près, ce fut plutôt une victoire symbolique, qui à vrai dire, n’a nullement mis fin aux attaques des Teutoniques et à la confrontation permanente de Pskov avec les chevaliers allemands (dix ans après les Teutoniques sont de nouveau apparus dans les environs de Pskov et ont brûlé cette fois-ci seulement un de ses faubourgs). Plus encore, il s’avère que la victoire d’Alexandre Nevski « sur la glace du lac Peipous » ne fut pas univoque car suite à cette même bataille les Russes durent céder aux Teutoniques la côte ouest du lac de même que Iouriev (Derpt) qui resta pour plusieurs siècles allemand. C’est aussi à ces événements qu’on doit la mise en place quasiment définitive de la frontière nord-ouest de la Russie qui coïncide à peu près avec la frontière actuelle entre la Russie et l’Estonie.

  • 11 N.N. Maslennikova, Prisoedinenie Pskova k russkomu centralizovannomu gosudarstvu, Leningrad, 1955.
  • 12 A.L. Choroškevič, Pskov kak posrednik meždu zapadnoj, severnoj i vostočnoj Evropoj v srednie veka i (...)

10Pskov adhéra définitivement à la Moscovie (la Russie) en 1510, sous Ivan IV. Le « vietché » fut supprimé, la cloche du « vietché » emmenée à Moscou ; trois cents citadins, « les gens les plus nobles » furent exilés dans l’ancienne principauté de Vladimir tandis que leurs propriétés furent distribuées entre les Moscovites. Les historiens de Pskov appellent souvent ce changement politique « la prise de Pskov »11. Pourtant, l’adhésion de Pskov à Moscou se passa de façon très peu sanglante (à la différence de Novgorod). Le tsar prêta une grande attention à Pskov en tant que forteresse protégeant les frontières de la Russie : sous son règne la forteresse fut renforcée et perfectionnée, on transforma par ailleurs en 1565 le vieux monastère de Petchory à soixante kilomètres de Pskov en une autre forteresse puissante protégeant les approches de la ville et par conséquent du royaume. Pourtant les conséquences de toute cette activité furent funestes pour Pskov : la ville fut transformée en base pour les campagnes d’Ivan IV en Livonie et devint par la suite victime de cette même guerre, marquée entre autre par la déportation et même le massacre de ses habitants. On pense avant tout au siège de Pskov en 1581 par le roi polonais Stefan Batory et à la défense, dite héroïque, des Pskoviens qui permit au tsar de terminer « son aventure livonienne » de façon pas trop honteuse12.

  • 13 A.A. Michajlov, Rus’, Litva i Pol’ša : istorija vzaimootnošenij i voennogo dela, in : Osada Pskova (...)
  • 14 Henri, devenu enfin roi de Pologne, s’en évada en apprenant la mort de son frère et fut intronisé e (...)
  • 15 À l’époque la Transsylvanie était dans une relation de dépendance avec la Turquie ; c’est pourqoi S (...)

11De nouveau on ne saurait comprendre cette guerre qui marqua autant l’histoire de la ville de Pskov, de même que l’histoire de l’État russe, hors du contexte des relations entre plusieurs pays, Livonie, Pologne, Suède et Russie 13. La Livonie, riche en villes manufacturières, en forteresses et surtout en ports donnant accès à la mer Baltique se trouva politiquement affaiblie au XVe siècle : aussi ses terres suscitèrent-elles les appétits des pays limitrophes, dont la Russie, la Pologne et la Suède. Mais une tentative sérieuse ne fut engagée que sous Ivan le Terrible : c’est lui qui entama les guerres livoniennes par la prise de la ville de Narva et celle de Derpt en y introduisant le gouvernement russe. Au moment où les Livoniens se sentirent menacés, ils commencèrent à chercher des alliés : Reval les trouva en Suède, le maître de l’Ordre se tourna alors vers la Pologne et signa le traité de 1561 selon lequel une grande partie de la Livonie rejoignait la Pologne. Cela signifiait pour Ivan le Terrible qu’il fallait à cause de la Livonie entrer en guerre à la fois avec la Suède et avec la Pologne. Au début la chose fut facilitée par la mort en 1571 du roi de Pologne Sigismund-August qui n’avait pas d’héritier direct. Parmi les prétendants au trône polonais on trouve Henri de Valois, frère du roi de France Charles IX14, mais également Ivan le Terrible en personne et même son fils Fedor, les deux dernières candidatures proposées par le parti prorusse en Lithuanie, mais aussi le prince de Transsylvanie Stefan Batory15. Pendant que la

  • 16 Cité d’après A.A. Michajlov, op. cit., p. 117.

12Pologne (Reczpospolita) restait sans roi, l’armée d’Ivan IV s’empara de toute la Livonie à part Riga et Reval. Mais avec l’intronisation de Stefan Batory en 1574 la situation changea : la « reczpospolita » devint l’alliée de la Suède (les femmes de Batory et du roi suédois Juhan étant sœurs). En 1578 Batory déclare officiellement la guerre à Ivan le Terrible en prétendant qu’il souhaitait faire la guerre contre le tyran mais pas contre le peuple à qui il « aimerait donner la liberté des droits chrétiens »16.

  • 17 Nikolaj Karamzin, Istorija gosudarstva rossijskogo, Moscou, 2002, p. 753.
  • 18 Valentina Ochotnikova, Puti razvitija pskovskoj agiografii, in : Pskov v rosijskoj i evropejs-koj i (...)

13C’est ainsi que la même année l’armée polonaise soutenue par les princes de Prusse, de Saxe et de Brandebourg qui lui fournirent de l’argent et des soldats se dirigea vers Polotsk et ensuite vers Velikie Luki, Ostrov et Pskov. Commença alors le siège de Pskov par Stefan Batory qui dura plus de cinq mois au bout desquels il fut levé sans que la ville fût prise. Pour le royaume de Russie la défense de Pskov eut pour résultat l’armistice que les deux souverains se sentirent obligés de conclure : c’est ainsi qu’Ivan le Terrible signa l’accord de 1582 selon lequel il cédait à la Pologne toutes les terres baltes (livoniennes) et biélorusses (la ville de Polotsk) qu’il avait conquises autrefois. De son côté Batory ayant déjà vécu un échec sous les murailles de Pskov accepta de rendre à la Russie Velikie Luki et d’autres villes russes qu’il venait de conquérir. « Il est vrai, tel est l’avis de l’historien Nikolas Karamzine, que Pskov <...> sauva la Russie du plus grand danger : la mémoire de ce grand service ne s’effacera jamais de notre histoire » 17. C’est justement à ce moment que naît le mythe de Pskov comme ville protégée par Dieu et par les prières de tous les saints de la Russie 18.

  • 19 Pskovskaja pervaja letopis’, in : Polnoe sobranie russkich letopisej, t. 4, Saint-Pétersbourg, 1848 (...)

14On avait eu beau signer l’accord de 1582, la guerre entre la Russie, la Suède et la Pologne qui déjà au XVIIe siècle avait réduit la population de Pskov à 50 % de son niveau du XVIe siècle, continua sporadiquement encore pendant presque deux siècles et ceci en grande partie sur le territoire de Pskov. Effectivement les chroniques russes de Pskov du XVIIe et du début du XVIIIe siècles abondent en mentions de campagnes que « les Allemands » (à l’époque mot générique pour désigner tout étranger) entreprenaient contre Pskov19.

  • 20 V.A. Arakčeev, Vlast’ i obščestvo v Pskove v epochu smuty (1608-1610), in Pskov v rosijskoj i evrop (...)
  • 21 A.N. Kirpičnikov, Oborona Pskova v 1615 g. (po novym russkim i švedskim materialam, in : Sredneveko (...)
  • 22 G.M. Kovalenko, Pskovskaja konfuzija Gustava II Adolfa, in : Pskov v rosijskoi i evropejskoj istori (...)

15C’est ainsi que les faubourgs de la ville furent de nouveau occupés par les Allemands en 1608, au début de l’époque des Troubles (Smuta) quand le Faux Dimitri entra dans la ville pour y séjourner pendant trois mois20. En mars 1615 c’est le jeune roi suédois Gustav Adolphe qui entreprit le siège de Pskov après avoir conquis, deux ans auparavant, « en honneur de sa fiancée Ebbon Brachet », Gd, une ville à l’ouest de Pskov, qui resta par conséquent, pendant plus de deux ans, suédoise. En méditant encore l’attaque contre Pskov Gustav Adolphe écrivait en 1613 : « Il nous semble très intéressant et très utile d’attaquer Pskov et de tenter la fortune, si Dieu le veut, pour cette même raison que Pskov se présente comme une grande ville de commerce, à partir de laquelle la Suède et ses habitants pourront faire beaucoup de négoce si jamais la ville passe entre nos mains ; c’est l’avant-poste de toutes les terres et de forteresses qu’on possède en Russie, Livonie et Finlande » 21. Le siège de Pskov, à la différence de celui de Gdov, s’avéra être la première grande défaite du roi considéré par la suite comme un des plus puissants chefs de guerre de l’histoire moderne. On prétend également que précisément la soi-disant confusion pskovienne de Gustave-Adolphe lui fit comprendre que le niveau militaire de la Suède ne correspondait pas aux exigences modernes et lui fit mener par la suite une série de réformes aussi bien militaires qu’économiques. Il y aurait là une des prémisses de la victoire de la Suède dans la guerre de Trente ans22.

16On dit souvent qu’à partir du XVIIIe siècle, avec la fondation de Saint-Pétersbourg, l’histoire de Pskov, qui se trouvait dans une province profonde de l’Empire, arrêta son cours. Ceci n’est vrai qu’en partie, car lors de la guerre du Nord de 1700-1721 (surtout dans la première période de la guerre) Pskov joua un rôle important dans la défense de la frontière nord-ouest de la Russie. C’est là que siégeait en 1700-06 le quartier général du maréchal Boris Petrovitch Chérémétievˇ (Seremetiev) quand la ville fut transformée en base de recrutement des troupes russes ; c’est là aussi qu’on fabriquait, jusqu’en 1710, les armes de guerre. En juillet 1701 le tsar Pierre le Grand inspecta lui-même les travaux de la fortification à Pskov pour lesquels on détruisait des églises afin de pouvoir ériger des bastions.

  • 23 V.F. Vinogradov, Pskov v gody Severnoj vojny (1700-1721), Pytalovo, 1989.

17D’autre part Pskov fut encore spécialement visé par le roi de Suède Charles XII qui avait comme projet de s’emparer de Pskov, Novgorod et Arkhangelsk pour couper le commerce de la Russie avec l’étranger23. Les guerriers de Pskov ne manquaient pas de faire des incursions dans les terres occupées par des Suédois ; c’est ainsi que les troupes de la ville guidées par le maréchal Chérémétiev avaient battu en juin 1702 les troupes suédoises à Marienburg (Alouksne). On y captura entre autre la famille du pasteur Glück dont la servante Catherine devint par la suite la tsarine Catherine I.

18Après la prise de villes de Derpt (1704), de Riga et de Reval (1710) par Pierre le Grand les frontières de l’État russe furent repoussées loin de Pskov qui cette fois-ci cessa, croyait-on, définitivement d’assurer la surveillance de la frontière nord-ouest de la Russie.

La Première et la Deuxième Guerre mondiale à Pskov

19Comme on a déjà eu l’occasion de le mentionner, Pskov ayant subi un grand nombre d’attaques ne fut pris que trois fois dont deux fois au XXe siècle durant la Première et la Deuxième Guerre mondiale, quand les terres de Pskov, de nouveau devenues l’avant-poste nord-ouest du pays, furent les premières à subir l’assaut de l’ennemi.

  • 24 Dieter Bach, Vladlen Smirnov, op. cit., p. 14.

20C’est ainsi que dès août 1914, quelques mois après que l’armée allemande franchit les frontières russes, le gouvernement de Pskov devint une zone militaire : il y eut un afflux de réfugiés (plus de 20 000) dont aussi des espions autrichiens et allemands que la police de Pskov essayait de reconnaître. Le quartier général de la flotte du nord fut déplacé à Pskov qui par ailleurs jouait un rôle important en tant que centre ferroviaire aux approches de Saint-Pétersbourg. Ce n’est pas un hasard si Pskov devint, dans ces années, le refuge de Nicolas II qui finalement dut y abdiquer, de Kerenski s’évadant de Petrograd révolutionnaire, de certains militaires du haut rang, etc 24.

21Quant aux Allemands ils ne réussirent à occuper la ville qu’en février 1918 : après la rupture des négociations de paix entre la Russie et l’Allemagne par Trotski, ils ont envahi les pays baltes et Minsk en choisissant Pskov comme position clé pour continuer la marche contre Saint Pétersbourg. Pskov était alors défendu par quelques régiments de l’Armée Rouge, très peu nombreux d’ailleurs, et par deux régiments lettons. Presque tous les défenseurs de la ville ont péri après avoir fait exploser un des ponts de la ville et quelques wagons chargés de cinq cents soldats allemands prêts à partir pour l’Estonie.

22Les Allemands restèrent à Pskov au total presque neuf mois, du 24 février jusqu’au 25 novembre 1918 : d’après la convention de paix de Brest-Litovsk du 3 mars 1918 de vastes territoires sont passés sous leur contrôle dont Pskov qui se retrouva ainsi de nouveau, 672 ans après sa prise par les chevaliers teutoniques en 1241, sous le pouvoir allemand.

  • 25 Ibid., p. 67.

23Force est de constater que malgré une inimitié d’ailleurs bien compréhensible il restait dans la ville une partie de la population qui salua l’entrée des Allemands en libérateurs du régime bolchevik. Ainsi, lors de la visite de Pskov par le prince Léopold de Bavière en 1918 le journal local publia le texte suivant : « Nous vous sommes reconnaissants pour la restauration de notre régime politique et nous souhaitons conserver aussi longtemps que possible votre occupation et retrouver la propriété foncière libre (cette dernière avait été annulée en 1918, un an après le fameux décret soviétique sur la terre – E.D.) Nous formons des vœux pour que tous les décrets des commissaires rouges soient annulés et le commerce libre avec les pays limitrophes régénéré »25. « L’Allemagne, notre ennemi féroce dans un passé pas trop lointain, est fermement disposée à jeter bas le pouvoir bolchevik », tel fut le slogan du journal Pskovskie izvestija. La collecte pour le monument aux soldats morts lors de l’explosion de pyroxyline à la gare de Pskov rencontra un appui parmi certains habitants de la ville.

  • 26 Ibid., p. 77.

24On n’oubliera pas de mentionner la présence à Pskov en août 1918 de l’ambassadeur allemand Karl Helferich : voulant transférer l’ambassade allemande de Moscou à Petrograd pour « se distancier des bolcheviks » et ne trouvant aucune approbation auprès du ministre des affaires étrangères Paul von Hinze (ancien attaché militaire à Saint-Pétersbourg) il se vit obligé de passer la ligne de démarcation : à cause de la coupure des voies ferrées l’ambassade allemande se transforma alors en une sorte de caravane itinérante à travers le nord de la Russie : via la Finlande, Reval et enfin Pskov où Helferich termina sa carrière diplomatique 26.

25Le 27 août 1918 l’Allemagne avait conclu avec les Soviets une convention complémentaire à la paix de Brest selon laquelle le territoire à l’est de la Berezina y compris Pskov devait être évacué par l’Allemagne en échange de l’Estonie et de la Livonie, ces deux dernières devant passer entre les mains des Allemands. L’accord ne fut pas entièrement respecté : même après la capitulation de l’Allemagne, le 8 novembre 1918, il restait toujours des officiers blancs et des troupes allemandes à Pskov. L’armée Rouge a dû récupérer la ville dans une bataille sanglante avec l’armée Blanche, soutenue par les Allemands.

26Lors de la Deuxième Guerre mondiale Pskov fut occupé seize jours après la déclaration de la guerre par les troupes de l’armée allemande du Nord sous les ordres du colonel Erich Höpner, le même qui participa par la suite, le 20 juillet 1944, à l’attentat contre Hitler. L’occupation de Pskov, une des plus brutales par comparaison avec les autres villes russes, dura du 8 juillet 1941 jusqu’au 23 juillet 1944 : c’est à Pskov que siégeait le quartier-général de la dix-huitième armée et le commandement des services secrets, responsable d’assassinats dans la population civile. D’énormes camps de prisonniers de guerre furent installés dans les banlieues de la ville où plus de 200 000 personnes moururent en quatre ans d’occupation allemande. On se souvient jusqu’à nos jours de l’assassinat à Pskov de 500 juifs déportés le 27 décembre 1941 de l’Estonie.

27En même temps, comme un des plans de Hitler consistait à transformer Pskov en une province autonome de l’Allemagne la vie quotidienne dans la ville paraissait être, surtout au début de l’occupation, fort ordonnée : écoles et écoles maternelles continuaient à fonctionner (ce qui n’était pas le cas dans d’autres villes occupées), on inaugurait de nouveaux théâtres et cinémas. Pskov avait l’air de se transformer en une ville multinationale : à côté des soldats allemands on y trouvait des policiers estoniens, des Lettons et des Lithuaniens, de même que des légionnaires espagnols. On organisait des matches de football entre les Allemands et les Russes. En 1942 le Stabsführer Dr. Zeuss rejeta même la demande d’accorder des œuvres d’arts issues de Pskov à un des musées allemand sous prétexte que les régions de l’est de la Russie devaient être transformées en espace vital pour les Allemands. En 1943 encore on a édité un guide de Pskov en langue allemande destiné aux soldats et officiers allemands. Il existe également des timbres postaux allemands de l’époque (fortement appréciés des philatélistes) avec l’image de la cathédrale de Pskov (cathédrale de la Sainte-Trinité) et celle de l’icône de la Vierge de Tikhvin que les Allemands gardaient dans le dépôt d’armes en la livrant chaque dimanche pour l’office religieux.

  • 27 Pskovskie chroniki, vyp. 3, Pskov, 2002, p. 104.

28Dans la deuxième phase de l’occupation, après la bataille de Koursk et celle de Stalingrad, les massacres à Pskov augmentèrent. À partir de 1943 commença également la déportation forcée de la population de Pskov vers les pays baltes et ensuite en Allemagne (11 000 personnes dont 3 000 ont péri). On commença enfin à exporter (d’abord dans les pays baltes et par la suite en Allemagne) beaucoup d’œuvres d’art, y compris l’icône miraculeuse de la Vierge de Pskov. Le sort de la Vierge de Tikhvine fut encore plus compliqué : transportée par les Allemands à Libau (ville balte), elle y fut récupérée par l’évêque de Riga Johann qui sut la conserver lors de ses errances à travers les camps de réfugiés, il l’emporta par la suite aux États-Unis ; elle n’est revenue en Russie que récemment. Ce qu’on n’arrivait pas à emmener on le détruisait. À l’approche de l’Armée Rouge les Allemands ont déplacé également les canons antiaériens et les projecteurs. La ville resta sans défense aérienne et l’aviation soviétique termina la destruction de Pskov : en 1944 il n’y restait que 132 habitants et 16 immeubles intacts 27.

  • 28 O.V. Popova, Russkaja pravoslavnaja cerkov’ v dvuch mirovych vojnach. Regional’nyj aspect, in : Psk (...)
  • 29 Cité d’après Dieter Bach, Vladlen Smirnov, op. cit., p. 97.

29La question la plus obscure reste celle du rôle que les Allemands ont joué dans la renaissance de l’Orthodoxie y compris à Pskov. Au départ le gouvernement allemand se montra assez favorable à son activité, et ceci avec raison. « Il ne faut rien entreprendre de ce qui pourra empêcher l’église orthodoxe d’exercer l’influence sur la population », telle fut la tactique des Allemands dont l’habileté n’apparut à Staline qu’en 1943. Il organisa alors une rencontre entre le métropolite de Kiev, celui de Leningrad et l’archevêque Serguij à qui il permit enfin d’exercer officiellement la fonction de patriarche28. La population de Pskov ou du moins une partie de cette population, lasse des persécutions engagées contre les croyants par les autorités soviétiques, ne se montra pas carrément hostile aux Allemands. Du moins on pourrait dire qu’elle essaya de profiter de leur présence afin de rétablir la vie religieuse. Or, vers 1941 il ne restait à Pskov aucune église où l’exercice du culte aurait été autorisé (en 1917 il y en avait 32). Le pasteur évangélique Wilhelm Strittar étant entré à Pskov en 1941 en tant que sapeur se souvenait plus tard de l’impression que la cathédrale de la Trinité, transformée alors en musée d’athéisme, avait produite sur lui : « les tombeaux ouverts par les bolcheviks où on pouvait voir des habits dorés et les poils de la barbe sur une mâchoire humaine »29.

  • 30 Pskovskij vestnik, 1942, 30 mai ; cité d’après Pskovskie chroniki, op. cit., p. 33.

30Pourtant, vers 1943 il y avait déjà cinq églises réouvertes pour les offices. Vers la fin de l’occupation il y en avait dix. La renaissance de la religion devint également un des thèmes de la propagande allemande. C’est ainsi que le journal Pskovskij vestnik publia un article rédigé par le colonel Herrn, collaborateur de la dix-huitième section de la propagande allemande, sous le titre : « Quand la religion renaît c’est le peuple qui renaît » 30.

  • 31 Ibid., p. 30. C’est notamment dans cette église transformée en salle de cinéma qu’on projetait pend (...)

31Évidemment, même dans la première phase de l’occupation la position de l’église orthodoxe était loin d’être univoque. Pensons notamment à la confrontation entre le prêtre Kirill Zaic et le commandant allemand de Pskov à propos de la transformation de l’Église de la Vierge de Kazan en cinéma. Le prêtre ayant sollicité un rendez-vous auprès du commandant il lui aurait dit : « Vous êtes pires que les bolcheviks. Vous vous couvrez seulement du nom de Dieu pour paraître des défenseurs de la religion aux yeux du peuple russe, mais en vérité vous agissez comme si vous preniez pour exemple le comportement des gens sans religion ». On témoigne que le général allemand écouta ces mots dignement et promit de faire son possible pour que l’église de Kazan soit rendue aux croyants31.

Mission orthodoxe

  • 32 Presque tous les documents de la Mission ont brûlé lors du bombardement de Pskov.
  • 33 K. Oboznyj, Pskovskaja pravoslavnaja Missija, in : Pskovskie chroniki, op. cit., p. 36-37.

32Kirill Zaic qu’on vient de mentionner était le chef de l’administration de la mission orthodoxe à Pskov. Celle-ci mérite d’être évoquée ici plus spécialement. Créée à l’initiative de l’exarque balte, le métropolite Serguij Voskressenskij, sur les terres occupées dans le but de satisfaire les besoins spirituels de la population, elle choisit pour centre Pskov qui se trouvait alors également occupé par les Allemands. C’est à Pskov qu’on envoya de Riga les quatorze premiers missionnaires sous l’égide de Kirill Zaic à qui le gouvernement allemand se montra à vrai dire assez favorable. La mission avait existé jusqu’en 1944 32 : quand la ville fut libérée par l’armée soviétique, les membres de la mission s’étaient repliés avec les Allemands ; ceux qui étaient restés à Pskov passèrent immédiatement devant le conseil de guerre en tant que collaborateurs des Allemands. Certains furent arrêtés par le NKVD. Kirill Zaic, lui aussi traîné en février 1945 devant le tribunal, témoigna : « Le premier temps les Allemands donnaient l’impression d’être amis du peuple russe ; ils ont dissous les kolkhozes, ils rendirent aux paysans la propriété de leurs terres ; mais ensuite les fascistes ont montré leur vraie bestialité. Au début ils ont voilé leur vrai visage, on était trompés par eux » 33.

  • 34 M.V. Škarevskij, Pskovskaja pravoslavnaja missija i religioznoe vozroždenie na severo-zapade Rossii (...)

33La question du degré de la collaboration de la mission orthodoxe avec les Allemands demande encore une investigation plus solide, mais même l’information qu’on possède déjà nous donne à croire qu’à côté de l’œuvre spirituelle de renaissance de l’orthodoxie (la mission ouvrit des cercles de lecture de l’Évangile pour la jeunesse, organisa des pèlerinages au monastère de Petchory qui se trouvait à l’époque sur les terres estoniennes) la mission exerçait par ailleurs une activité politique et humanitaire : elle réunissait de l’argent pour aider les prisonniers de guerre, elle se servait de ce prétexte pour aider aussi l’Armée Rouge. C’est elle enfin qui créa pendant la guerre des asiles pour les enfants et pour les invalides, quelques écoles privées et deux écoles confessionnelles à Pskov. L’avantage de ces dernières consistait en ce que ses élèves n’étaient pas recensés par la bourse du travail allemand et recevaient des cartes d’alimentation 34.

  • 35 Ibid, p. 173.
  • 36 Ibid., p. 171.

34Le comportement de l’abbé du monastère de Petchory Agafon Boubitsa (Bubica) témoigne de la même ambiguïté à la fois vis-à-vis des Allemands et des bolcheviks : voulant évacuer le monastère en 1944 à l’approche de l’Armée rouge (la plupart des moines refusèrent de quitter le lieu et l’abbé resta finalement avec les autres), il avait aidé néanmoins pendant la guerre les maquis russes en leurs fournissant de l’alimentation et en transmettant à l’Armée soviétique les informations que les prêtres « récoltaient » dans des paroisses. 35 Il témoigna aussi devant la commission pour l’investigation des crimes des Allemands : « J’ai vu de mes propres yeux des troupes de Huns contemporains pénétrer dans nos villes et villages pacifiques. <...> Les icônes les plus vénérées de même que la croix d’Olga furent déportées de Pskov à Riga. C’est là que j’ai retrouvé les restes du prince Vsevolod-Gavriil, de Dovmont-Thimothée, de Nicolas le Bienheureux. Ils étaient déchargés dans des caisses comme des ordures »36.

Transferts et commerce

35La ville de Pskov située au nord-ouest de la Russie et traversée par sept rivières dont les plus grandes sont la Velikaia et la Pskova possédait une position très favorable au commerce, et cela fut, en fin de compte, la raison majeure des guerres que la ville a dû mener au cours de son histoire. Les voies navigables dont le lac de Pskov, le lac Peipous et le fleuve Narva reliaient Pskov avec la mer Baltique et le golfe de Finlande.

  • 37 A.L. Choroškevič, Iz istorii sozdanija nemecko-russkich slovarej-razgovornikov Tomasa Shrove i Tonn (...)

36Les premiers commerçants allemands arrivèrent à Pskov autour de 1200. Après la fondation de Derpt comme centre commercial de la Hanse (les chroniques mentionnent l’existence à Derpt d’un quartier russe dominé par les deux églises orthodoxes : celle de Saint-Georges de Novgorod et celle de Saint-Nicolas de Pskov) leur nombre s’accrut considérablement. Jusqu’au XVIe siècle Pskov ne possédait pas de résidence permanente de marchands étrangers comme la Cour allemande à Novgorod. Aussi les étrangers logeaient-ils chez les citadins. Cette pratique de loger les marchands se reflète entre autre dans les dictionnaires russes-allemands de l’époque qui, souvent, portent l’empreinte du dialecte de Pskov et prêtent en même temps une grande attention aux formules concernant la pratique du logement chez les personnes privées)37.

  • 38 A.L. Choroškevič, Pskov kak posrednik.., op. cit., p. 36.
  • 39 A.N. Kirpičnikov, Pskov v preddverii novogo vremeni i soobščeniija inostrancev ob etom gorode, in : (...)

37Jusqu’à l’attaque de l’ordre teutonique en 1501 on comptait à Pskov jusqu’à cent familles de marchands allemands. Quand les chevaliers teutoniques et livo-niens essayèrent d’entrer dans la ville, les guerriers de Pskov, pour la protéger, ont brûlé les faubourgs où résidaient les commerçants qui par conséquent durent quitter la ville. Entre 1501 et 1514 le commerce, bien qu’officiellement interdit avec les marchands allemands, continua via Vyborg et Narva. L’évêché de Riga, en dépit de l’interdiction de Derpt, soutenait également les contacts avec Pskov en utilisant des voies détournées via Marienburg (Aluksne). À partir de 1518 le rôle de Pskov commence à nouveau à reprendre dans le commerce russo-livonien : Pskov sut tirer avantage de la guerre entre Moscou et Novgorod et de la fermeture du Comptoir de Novgorod après sa ruine par Ivan le Terrible38. C’est ainsi que l’ampleur du commerce mit Pskov à la tête des échanges techniques entre l’Est et l’Ouest : les nouveautés de l’artisanat et de la technique arrivaient d’abord à Pskov et Ivan IV voulut inaugurer dans la ville des écoles d’enseignement des langues latine et allemande39.

  • 40 A.L. Choroškevič, Pskov kak posrednik., op. cit., p. 39.

38C’est aussi au début du XVIe siècle qu’apparaît enfin à Pskov la Cour allemande, d’abord sur la rive droite de la Pskova (Zapskov’e) qui par conséquent fut souvent baptisée Rive Allemande. À partir des années 1580 elle fut transférée à la rive gauche de la Velikaia (Zavelič’e), au XVIIe siècle on la rebaptisa Cour suédoise et on construisit juste à côté une autre Cour, celle de Lübeck (les deux Cours ont existé jusqu’à la fin du XVIIe siècle). On en trouve la mention aussi bien dans les sources allemandes du XVIe siècle que dans les chroniques russes qui par ailleurs témoignent qu’à cette époque on utilisait souvent de l’argent allemand qui était réputé comme plus stable40.

  • 41 V.F. Vinogradov, op. cit., p. 7.

39Paradoxalement la mise en place de la Cour allemande à Pskov eut pour conséquence la réduction des contacts des étrangers avec les habitants de la ville : les marchands furent obligés de rester à l’intérieur de la Cour et étaient difficilement admis dans la ville. D’où vient en partie que les voyageurs étrangers témoignaient du caractère à la fois droit et ouvert des habitants de Pskov et de leur méfiance vis-à-vis des étrangers. On pourrait évoquer à ce propos la réclamation des marchands russes rédigée en 1645 contre les marchands allemands qui auraient abusé de leurs privilèges et refoulé les marchands du pays. Un autre prétexte de tension fut l’explosion de dépôts de poudre à Pskov le 3 novembre 1663 dont la responsabilité fut attribuée à des « espions suédois et polonais »41.

40C’est vers la fin du XVIIe siècle que la présence des marchands allemands n’est plus à relever dans la ville. Pskov perdit de son importance comme centre commercial international avant de la perdre en tant que forteresse. Une des raisons de déclin était, une fois encore, la construction de Saint-Pétersbourg.

Sources étrangères sur Pskov médiéval

  • 42 O.S. Msel’skaja, L.Ja. Kostjučuk, Russko-inojazyčnye razgovorniki 16-17 w. kak istočniki svedenija (...)

41Une des sources étrangères majeures sur Pskov au Moyen Âge furent, comme nous l’avons déjà mentionné, les dictionnaires allemand-russe, sortes de manuels de la langue russe destinés à l’usage de marchands allemands qui commencèrent à paraître à partir du XVe siècle sous le titre de Livres russes (Russische Bücher). Ces livres s’ouvraient d’habitude par des listes de marchandises en circulation, nomenclature de la monnaie utilisée alors ; venaient ensuite mots et expressions de la vie courante. Rédigés par les Allemands qui fixaient la parole spontanée des citadins ils transcrivaient les mots russes en caractères latins (ce qui provoquait nombre d’entrées inexactes et fautives). Les linguistes qui depuis longtemps connaissent ces Livres s’étaient montrés longtemps assez réticents quant à leur utilisation en tant que source linguistique. Le linguiste russe Boris Larine fut le premier à éditer certains de ces Livres dont la Grammaire de Lundolf (1696), le Dictionnaire parisien des moscovites (1586), le Dictionnaire-journal de R. James (1618-1619) en montrant tout l’intérêt qu’ils présentent. Les travaux de Larine ont incité les chercheurs allemands, anglais, polonais et scandinaves à engager des enquêtes dans les archives et dans les bibliothèques régionales. Le résultat fut la publication de dix-neuf Russische Bücher déchiffrés d’après la méthode de Larine dont : Ein Russisch Buch Thomasa Schrouego. Cz. II, Oprac. A. Bolek, H. Chodurska, A. Faiowski, I. Kuninska, Krakow, 1997 ; « Ein Rusch Boeck ». Ein russisch-Deutsches anonyms Wörter-und Gesprächsbuch aus dem XVI. Jahrhundert Hrsg. Von A. Falowski, Köln, Weimar, Wien, 1994 ; Tonnies Fenne’s Low German Manual of Spoken Russian. Pskow, 1607, Ed. L.L. Hammerich and R. Jakobson, vol. II, Copenhagen, 1970. Ce sont notamment les éditeurs du Low German Manual de Tonnies Fenne (R. Jakobson et L.L. Hammerich) qui avancèrent l’hypothèse selon laquelle le langage russe de ce dictionnaire ne fait que reproduire le dialecte de Pskov du XVIe siècle et la façon de s’exprimer des habitants de la ville. Cette hypothèse fut définitivement confortée quand on retrouva dans la bibliothèque de Cracovie, dans les fonds qui provenaient de Berlin, deux autres Gesprächsbücher avec le nom de la ville de Pskov sur la couverture42.

  • 43 Izvestija msskogo geograficeskogo obščestva, vyp. 1, Saint-Pétersbourg, 1850, p. 16.
  • 44 Cité d’après : Pskovskaja gubernija. Istoriko-geografičeskie očerki kak posobie narodnym u čitelija (...)

42On n’oubliera pas par ailleurs que Pskov fut la première ville russe à s’ouvrir aux étrangers venant du nord-ouest de l’Europe. De ce fait elle apparaît même ponctuellement dans les récits de voyage de beaucoup de marchands et de diplomates. C’est ainsi qu’on retient du XVe siècle les impressions du voyageur français Gilbert de Lannoy qui visita Pskov en 1413 et qui regretta beaucoup que le Kremlin (que lui même appelait château) restât entièrement fermé pour les étrangers qui ne pouvaient y entrer qu’en risquant la peine de mort43. Un autre témoignage cette fois-ci sur les mœurs des habitants de Pskov provient du maître livonien Spannheim qui au début du XVe siècle parlait de la ténacité des habitants de Pskov : « il est impossible de détourner le peuple Pskovien de ce qu’il a conçu »44.

  • 45 M. Mechovski, Traktat o dvuch Sarmatijach, Moscou, Léningrad, 1936, p. 107 sq.

43Mais c’est surtout le XVIe et le XVIIe siècles qui furent riches en témoignage des étrangers sur la ville. La première évocation de Pskov au XVIe siècle apparaît dans le Traité sur les deux Sarmaties (1517) du recteur de l’université de Cracovie Maciej Miechowita (Mekhovski). L’intérêt de ce texte réside dans le déplacement géographique de la ville : Miechowita parle de Pskov (et de Novgorod) dans le chapitre consacré en fait à la Lithuanie. Pour justifier ce classement il explique que les habitants de Pskov portent la barbe, les cheveux longs et sont habillés de tenues allemandes. Par ailleurs il attribuait à Pskov trente châteaux de brique ce qui était évidemment une forte exagération45.

  • 46 S. Gerberstein, Zapiski o Moskovii, Moscou, 1988, p. 120-121.

44On retrouve des témoignages précieux sur Pskov chez Sigismund von Gerberstein, auteur de « Bulletins sur la Moscovie » décrivant aussi bien la ville et ses fortifications que le caractère des habitants de Pskov qu’il estime être honnêtes et de bonne conscience. C’est par cette dernière qualité qu’il explique entre autre le système d’octroi de crédit qui se mit en place entre les marchands allemands et ceux de Pskov : « les Pskoviens ne recourent jamais aux mensonges pour tromper l’acheteur ». En décrivant la « conquête de Pskov par Moscou » il y voit la cause d’altération de mœurs chez les habitants de la ville qui selon lui avaient perdu leur caractère ouvert et commençaient à devenir méfiants vis-à-vis des étrangers. Il souligne également tout comme Miechowita l’influence occidentale évidente à Pskov : les habitants de la ville, prétend-il, ont tous des cheveux en bandeau à la manière polonaise46.

  • 47 S. Piotrowski, Dnevnik poslednego pochoda Stefana Batorija na Rossiju, Pskov, 2005.
  • 48 Ibid., pp. 216, 219.

45Parmi les textes étrangers qui décrivent Pskov au XVIe siècle les plus citées restent les Lettres de 1581-1582 écrites par Stanislas Piotrowski à son protecteur Andrzej Opalin´ski connues sous le titre Journal de la dernière campagne de Stefan Batory en Russie. Formé en Bavière (université d’Ingolstadt) puis à Padoue, chanoine de Cracovie en 1576 et chanoine de Gnesen en 1579 Stanislas Piotrowski (1550-1591) participa en 1579-1581 à la campagne de Batory en Russie et en informa Opalin´ski47. Ce texte est doublement précieux : ce n’est pas seulement la chronique du siège de Pskov, importante en tant que telle. Ce qui est plus précieux encore c’est la description parfois même exagérée que Piotrowski consacra à Pskov. Il prétendait par exemple qu’il y avait 300 églises en pierre à Pskov tandis qu’il n’y en avait que 40 et 38 monastères : « On admire Pskov ! Dieu, que cette ville est grande ! Tout comme Paris. Que Dieu nous aide à la combattre » (entrée dans le journal en date du 24 août 1581). « Il faut prier Dieu assidûment qu’il nous aide, car sans Sa miséricorde et Son aide on n’aura pas ici une bonne proie. Ce ne sont pas les murailles qui sont solides, mais la capacité des assiégés à se défendre » (entrée en date du 2 septembre 1581)48.

  • 49 A.N. Kirpičnikov, Pskov v preddverii novogo vremeni, op. cit., p. 53.

46Force est de constater que dans la description que Piotrowski donne de la ville qui subit à cette époque un des plus cruels sièges qu’elle ait jamais vécu, Pskov apparaît comme une ville belle et prospère. On possède une autre preuve de la même vision extérieure de Pskov : il s’agit d’une brochure avec la description de Pskov comme ville commerciale accompagnée d’une gravure avec vue générale de la ville, éditée à Nuremberg en 1582. Pskov apparaît sur cette gravure comme une ville entourée de deux ceintures de murailles avec des tourelles, des portes et un Rathaus au milieu. Cette image fantastique de Pskov, en fait une reproduction partielle de la vue de Nuremberg empruntée à la Chronique Universelle de Schedelsch de 1493, avait pour but de faire penser au lecteur que Pskov possédait toutes les caractéristiques d’une ville européenne 49.

  • 50 A.N. Kirpičnikov, Soobščtschenie nemeckogo putešestvennika Samuelja Kichelja o Pskove XVI veka., in (...)
  • 51 Jakob Ulfeldt, Putešestvie v Rossiju, Moscou, 2002.
  • 52 Antonio Possevino, Commentarii di Moscovia et della pace seguita fra lei e’l regno di Polonia, coll (...)
  • 53 Pauli Oderborni, « Johannus Basilidis Magni Moscoviae Ducis vita », in : Historiae ruthe-nicae scri (...)

47Parmi d’autres évocations de Pskov dans les sources étrangères du XVIe siècle sont à mentionner des descriptions détaillées de la ville contenant des observations sur la vie quotidienne et les mœurs de ses habitants de deux voyageurs allemands Samuel Kiechel et Johann David Wunderer50, le manuscrit latin de 1578 rédigé par l’ambassadeur danois Jacob Ulfeldt envoyé à Moscou chez Ivan IV pour les pourparlers concernant la conclusion de la « paix éternelle » 51 ; le livre de l’historien polonais Reinhold Heidenstein « Les bulletins sur la guerre moscovite » avec les descriptions de l’attaque de Pskov par les Polonais le 8 septembre 1581 ; le traité « La Moscovie » d’ Antonio Possevino dont l’orientation principale était le prosélytisme catholique en Russie et dont le texte complète le Journal de Piotrowski52 ; le pamphlet du pasteur protestant Paul Oderborn La vie du Grand tsar Ivan Vassilievitch de 1584 où l’auteur évalue la position de Pskov et son rôle stratégique53.

  • 54 Nicolaas Witsen, Moscovische reyse 1664-1665, journal en aentekeningen, utigegeven door Th. J. G. L (...)
  • 55 Pour l’histoire assez compliquée de la publication du journal de Witsen voir : A.N. Kirpičnikov, Ro (...)
  • 56 Adam Olearius, Voyages très curieux et très renommés faits en Moscovie, Tartarie et Perse, À Leide (...)
  • 57 La galerie agréable du monde, T. 44, Leide, N 27, 28, 29.

48Pour ce qui concerne le XVIIe siècle le texte le plus remarquable reste la description de Pskov par le voyageur hollandais Nicolaes Witsen (1641-1717), fils d’un marchand d’Amsterdam qui après avoir fait ses études à l’Université de Leyde avait accompagné l’ambassadeur hollandais Jakob Borel à Moscou en 1664. La valeur toute particulière du journal de Witsen intitulé Événements quotidiens lors de mon voyage moscovite commencé le 17 septembre 166454 tient au fait que toutes ses descriptions étaient accompagnées par des dessins qui actuellement se présentent comme les plus vieilles images qu’on possède de Pskov (telle la vue du monastère de Petchory, de Snjatogorsky, etc). Paradoxalement le texte du journal qu’on croyait longtemps perdu ne fut retrouvé à la Bibliothèque nationale de Paris qu’en 188655. Quant aux dessins, ils furent redécouverts récemment sous forme de gravures publiées en 1719 par Pieter van der Aa dans la version française de La description du voyage en Moscovie d’Adam Olearius56 et plus tard dans un des volumes de la collection « Galerie universelle » 57.

Les Allemands à Pskov au XIXe siècle et au début du XXe

49Si les marchands allemands avaient quitté Pskov autour de 1650-1700 ils y réapparaissent en nombre au XVIIIe siècle. Ce processus commença dès Pierre le Grand qui favorisait la migration de « gens de métier » en Russie. Mais c’est surtout sous Catherine II qui déclara dans son Manifeste du 22 juillet 1763 « tous les étrangers sont autorisés à s’installer dans notre Empire où ils veulent », que le phénomène devint assez fréquent, les étrangers étant dispensés des impôts et du service civil obligatoire. La situation limitrophe de Pskov, le climat proche de celui des pays baltes, la population fort réduite après les guerres, incendies et épidémies, tout ceci contribua fortement au fait qu’un grand nombre d’Allemands, y compris des Allemands des pays baltes, s’y installèrent à partir les années 1760, et leur nombre ne fit qu’augmenter jusqu’à la révolution de 1917.

50On a du mal à relever le nombre exact des Allemands habitant à Pskov au XIXe siècle car les recensements à cette époque prenaient en compte non pas la nationalité mais la confession. En tout cas, selon le recensement de 1863 sur 16 800 habitants de Pskov il y avait 1500 luthériens de nationalité allemande, estonienne et lettone. Ce qui complique la recherche statistique, c’est que certains Allemands restaient catholiques et que d’autres se convertirent à l’orthodoxie. Un autre recensement, celui de 1897, démontre que 106 Allemands de Pskov restaient néanmoins citoyens de la Prusse, de la Bavière et de la Silésie, il y avait même 45 sujets autrichiens et 9 Suisses. Les plus nombreux étaient les immigrés des pays baltes : de la Courlande, de la Livonie et de l’Estonie.

51Parmi les Allemands ethniques de Pskov 16 % appartenaient à la noblesse héréditaire, 50 % au corps des marchands et des petit-bourgeois (artisans, propriétaires d’immeubles, etc.). Ainsi vers le début du XXe siècle presque tous les charcutiers à Pskov étaient Allemands (la famille la plus réputée de charcutiers fut celle des frères Karl et Eduard Dreiber, tous les deux citoyens du pays de Bade).

52On trouve également à Pskov des boulangers et des épiciers allemands (familles Scharf et Schoff). Les Allemands témoignaient aussi de l’intérêt pour l’industrie hôtelière : l’hôtel de Saint-Pétersbourg à Pskov était exploité depuis 1853 par le Suisse Johann Gitz, l’hôtel de Paris transformé par la suite en hôtel de Londres, avec la meilleure restauration de la ville, appartenait à Robert-Karl-Hugo Simroth ; l’hôtel de Berlin appartenait dans les années 1890 à la famille Evers, et l’hôtel de Riga était détenu par un certain Otto König. Les brasseries aussi se retrouvaient entre les mains des familles allemandes : les trois brasseries de Pskov appartenaient aux familles de Herrngenz, du Baron von Koskuel et de Hermann-Leopold-Johann Daniels. La brasserie de Daniels était la seule qui continua à fonctionner à l’époque soviétique. En 1990, au moment de sa reprivatisation, les nouveaux entrepreneurs l’avaient baptisée du nom de Hermann, en hommage à ses anciens possesseurs.

53Une autre entreprise allemande conservée à l’époque soviétique fut la ficel-lerie appartenant à Heinrich (Julievitch) Meier (1855-1924), par ailleurs député de la première Douma russe. Cette fabrique dont les machines venaient d’Angleterre était la principale consommatrice du lin fort réputé de la région de Pskov. Après 1917 la fabrique fut nationalisée sous le nom de Shpagat (Ficelle) et fut intégrée à l’industrie locale du lin.

54Les moulins et la minoterie étaient entre des mains allemandes (Karl Klipke, Adolf Neumann, Karl Geldt). Ce dernier mérite une mention particulière. Fils d’un petit-bourgeois de Wolmar Karl Ivanovitch Geldt (1837-1910) s’installa à Pskov en 1860. Au fil des années il acquit un moulin, une scierie et une fabrique de poterie. En 1873 il construisit au bord de la Pskova des bains en brique qui fonctionnent encore de nos jours et sont même un établissement à la mode. Par ailleurs maître maçon, il construisit à Pskov la résidence d’hiver pour l’archevêque. Elu en 1890 à la Douma il reçut pour son activité sociale et ses œuvres de charité la dignité de citoyen d’honneur à titre héréditaire.

55Il y eut également des banquiers allemands, tel Alexander Brock, fils du maire de Derpt (1835-1917) et Gustav Timm, qui tous deux jouèrent un rôle primordial dans la vie financière de Pskov.

56On ne saurait passer sous silence Johann-Georg Franzevitch Wickenheiser (1843-1914) baptisé par la population locale l’Américain de Pskov. Il avait habité la ville au total plus de 50 ans mais resta comme sa famille catholique et sujet du pays de Bade. Ayant commencé comme charcutier il a construit en 1874 le premier château d’eau à Pskov et vendait ainsi de l’eau aux habitants de la ville et aux pompiers. Par la suite la Douma de Pskov lui céda la concession pour l’aménagement d’un aqueduc. Il construisit également le premier immeuble à trois étages qui abritait successivement des clubs de la ville et le premier théâtre. Étant propriétaire des premiers bateaux à vapeur, il organisait à partir de 1887 des promenades payantes pour les citadins dans les banlieues de la ville. Sur la rive de la Tcherekha il construisit un embarcadère et le Kursaal avec un buffet et des tréteaux pour pouvoir inviter les artistes et organiser des concerts.

57Parmi les médecins et les pharmaciens on trouve encore un nombre considérable d’Allemands. La toute première pharmacie de Pskov (la Vieille apothèque) appartenait à Eduard Adolfovitch Diepner. Elle fut reprise dans les années 1879 par la famille des pharmaciens Gustav Ivanovitch et Otto Gustavovitch Sorgenfrei.

  • 58 Pskovskie stranicy biografii Sorgenfreja, in : Pskov, N 8, 1998.

58Le neveu de ce dernier, Wilhelm Alexandrovitch Sorgenfrei (1882-1938) devint par la suite poète et traducteur de poésie allemande (Goethe, Herder, Hebbel, Heine) 58. Son cousin (fils de l’apothicaire) Gustav Gustavovitch Sorgenfrei (1870-1942) fut également connu comme auteur d’ouvrages pédagogiques dont un était intitulé Dans les écoles prussiennes.

59Parmi de nombreux médecins allemands (pendant plusieurs décennies les postes des inspecteurs médicaux à Pskov furent occupés presque exclusivement par les Allemands et les Polonais) on trouve Hermann Ivanovitch Bernard, Matthias Bogdanovitch Gegneke, Alfili Georgievitch Falk, Kornelii Antonovitch Rauch. L’histoire de ce dernier est particulièrement intéressante. Fils d’un marchand de Derpt il y fit ses études de médecine à l’université. Ayant obtenu un poste de généraliste à l’hôpital de Pskov en 1862 il devint quelques années plus tard inspecteur médical et conseiller secret (grade très rare parmi les fonctionnaires de province). Il était également l’éditeur du premier journal privé à Pskov Pskovskij gorodskoj listok, il collaborait aux journaux allemands de Saint-Pétersbourg, de Dorpat et de Riga. En 1890 il publia Étude abrégée médico-topographique du gouvernement de Pskov. Son roman historique Jésus fils de Joseph, interdit par la censure russe, parut à Leipzig en 1899.

  • 59 Pskov, N 7, 2005.

60Son fils Georg von Rauch, né à Pskov en 1904, devint par la suite historien et se spécialisa plus particulièrement dans le domaine des relations entre la Russie, les Pays baltes et l’Allemagne. Il enseigna dans plusieurs universités d’Allemagne et son centenaire fut célébré à Pskov en 2004 par un colloque international59.

  • 60 N.F. Okulič-Kazarin, Sputnik po drevnerusskomu Pskovu, Pskov 1913, reéd. : Pskov, Sveto-nosec, 2001

61Il reste à mentionner que le premier album avec des vues de Pskov fut publié en 1872 à partir des photos de la ville faites par Karl Ivanovitch Kamprad, dentiste à l’origine, ce qui ne l’empêcha pas d’ouvrir en 1866 un atelier de photos. Un des meilleurs guides de Pskov, celui de N.F. Okulitch-Kazarine paru sous le titre Compagnon de voyage à travers le vieux Pskov utilisa les photos d’un Allemand, Johann-Theodor-Otto Johannovitch Parli, collaborateur par ailleurs de la Société archéologique de Pskov60.

  • 61 Iz istorii pskovskich nemcev, Sb. Statej, Pskov, 2007, p. 18 sq.

62Même la liste des gouverneurs de Pskov fait apparaître un nombre non négligable d’Allemands y compris « des Allemands baltes ». Les premiers gouverneurs allemands apparaissent à Pskov au XVIIIe, tels Kristof Romanovitch von Nolken (gouverneur en 1776-1777), de provenance westphalienne, et JakobJohann Efimovitch Sievers (gouverneur général en 1776-1781). Vient ensuite Jakob Ivanovitch Lamsdorf (gouverneur en 1800-1807), lui aussi originaire de Westphalie et dont la réputation n’était pas à vrai dire très brillante. On racontait à son propos qu’il « ignorait complètement les sciences et ne parlait aux habitants de Pskov qu’en allemand ou en français ». Quant à la grammaire russe il la connaissait si mal qu’il ne savait écrire « une seule ligne sans être aidé par quelqu’un » 61. Viennent ensuite Kristof Paulovitch Rennenkampf (vice-gouverneur de Pskov dans les années 1811-1818), d’origine prussienne ; Boris Antonovitch von Aderkas (gouverneur en 1816-1826), surtout connu par l’activité qu’il déploya pour surveiller le jeune Pouchkine, exilé alors par le tsar russe, dans la propriété de sa mère Mikhailovskoe, au sud de Pskov.

63En revanche les gouverneurs de Pskov d’origine allemande de la deuxième moitié du XIXe et du début du XXe siècle laissèrent plutôt un bon souvenir, on peut penser entre autre à Konstantin Ivanovitch von der Palen, descendant des chevaliers teutoniques, gouverneur de Pskov en 1864-1867 qui devint premier citoyen d’honneur de Pskov (son fils Konstantin Konstantinovitch von Palen fut également vice-gouverneur de la ville en 1900-1902). On pensera également au baron Ikskul von Hildebrandt (gouverneur en 1886-1888), membre du Conseil d’État de Russie et président du consistoire luthérien et au ressortissant de Hesse Nikolai Nikolaevitch Medem, dernier gouverneur de Pskov en 1911-1916.

La communauté luthérienne à Pskov

  • 62 N.N. Novikova, Pribaltijskoe vlijanie v architekture Pskova vtoroj poloviny XIX - načala XX veka, i (...)

64Il n’est pas étonnant après ce que nous venons de décrire qu’il y ait eu une forte communauté luthérienne à Pskov. Elle avait été créée dans les années 1770 par Jakob Sievers, qui lui légua également, pour les services religieux, une ancienne église suédoise qui existait là depuis le XVIIe siècle. Un siècle plus tard, en 1860, on a construit une nouvelle église, aux frais de la communauté grâce à des fonds rassemblés par le pasteur Robert Eduardovitch Hesse (1835-1887), parent de l’écrivain Hermann Hesse. La construction de la nouvelle église exerça par ailleurs une forte influence sur l’architecture de la ville : à partir de 1860-1870 apparaissent à Pskov des immeubles en brique rouge (utilisée à l’origine pour la construction de l’église et qui reprennent souvent son ornement) dont certains existent de nos jours 62.

  • 63 Iz istorii pskovskich nemcev, op. cit., p. 50.

65En 1909 la paroisse de l’église comptait jusqu’à 2900 Allemands, 5800 Estoniens et 2400 Lettons 63. Les mariages se faisaient principalement entre les représentants de la même confession : les premiers mariages mixtes sont à relever à partir du début du XXe siècle.

66L’activité principale de la communauté consistait en œuvres de charité et en mise en place des établissements scolaires destinés aux enfants des familles luthériennes : on trouve à Pskov au XIXe siècle une école allemande destinée aux garçons et transformée en 1860 en collège pour les filles. Il y eut également quelques petites pensions luthériennes privées, telle la pension aménagée par le couple suisse Dulno. La directrice de cette pension, Alexandra Bogdanovna Dulno, devint en 1860 supérieure du premier gymnase d’État pour les filles de Pskov.

  • 64 Les anciens habitants de Pskov se souvenaient qu’après la révolution de 1917 on pouvait voir dans l (...)
  • 65 Iz istorii pskovskich nemcev, op. cit., p. 83.

67Une charge non négligeable de la communauté fut aussi le cimetière. Bien qu’on y enterrât à partir de 1839 tous les luthériens sans discrimination le peuple l’appelait cimetière allemand. Pendant la Première Guerre mondiale une de ses parties fut transformée en cimetière de guerre. Jusqu’en 1941 il y avait un gardien payé directement par l’ambassade d’Allemagne pour surveiller les tombes allemandes, car la plupart des Allemands de Pskov quittèrent la ville pendant et après la révolution.64 Pendant la deuxième Guerre mondiale on créa un autre cimetière sur un terrain adjacent, cette fois-ci pour les soldats et officiers allemands. Ce deuxième cimetière fut rasé par la suite dans les premières années d’après-guerre. Quant au vieux cimetière, il exista encore jusque dans les années 1970 où on le transforma en parc public tout en cédant en même temps l’église du cimetière à la communauté des Baptistes. Les parents de ceux qui y ont été enterrés furent invités à récupérer les pierres tombales et à les transporter dans les autres cimetières mais en vérité tout finit par un pillage. On peut voir encore maintenant certaines pierres tombales équipées de nouvelles inscriptions dans les autres cimetières de Pskov ; on les utilisa également pour la construction d’escaliers 65.

68En 1994 la communauté évangélique de la ville de Neuss, ville jumelle de Pskov, érigea en bordure de l’ex-cimetière allemand une croix en pierre pour commémorer les luthériens qui y sont enterrés.

Instrumentalisation de l’histoire de la ville de Pskov

69Dans le cadre de cet article, il resterait encore un point à éclaircir. On pourrait se demander comment le facteur multinational dans l’existence de la ville et plus précisément l’élément allemand a pu être utilisé dans la construction de la légende régionale élevée au rang de légende nationale.

  • 66 Pamjatniki literatury drevnej Rusi XI - načala XII veka, Moscou, 1978, p. 164-165.
  • 67 Pamjatniki literatury drevnej Rusi, seredina XVI veka, Moscou, 1985, p. 248-287.
  • 68 Voir : Nikolaj Serebrjanskij, Drevnerusskie knjažeskie žitija, Moscou, 1915.
  • 69 J. Fletcher, O gosudarstve Russkom, Saint-Pétersbourg, 1905, p. 19.
  • 70 A.S. Usačev, Evoljucija rasskaza o proischoždenii knjagini Olgi v russkoj knižnosti serediny XVI ve (...)

70On se limitera ici à évoquer deux sujets exemplaires. Le premier concerne la princesse Olga ( ?-969) femme du prince Igor à qui la version quasi-officielle de l’histoire russe attribue une origine pskovienne : ainsi on raconte que le prince de Kiev Igor « épousa la fille d’un batelier pskovien Olga ». Pourtant les recherches récentes ont démontré qu’il y a de fortes chances pour que cette origine pskovienne d’Olga soit une invention assez tardive des chroniqueurs du XVIe siècle. Portés par l’idée nationale à l’époque de la consolidation de l’État russe sous l’égide des princes moscovites, ils visaient à démontrer l’unité du Nord et du Sud de la Rus’ ancienne. Or dans la toute première évocation d’Olga dans la Chronique de Nestor (début du XIIe siècle) elle est décrite comme originaire de Plska, toponyme qui peut facilement être transcrit aussi bien comme Pleskov (nom ancien de la ville de Pskov) ou comme Pliska, ancienne capitale du royaume bulgare. Louis Paris dans sa traduction de la Chronique était loin de respecter cette ambiguïté et il transcrit le toponyme comme Plescow comme on a déjà eu l’occasion de le mentionner. Tandis que Nestor maintient exprès, paraît-il, cette ambivalence de la lecture 66 le prêtre Silvestre, celui qui rédigea l’hagiographie d’Olga au XIVe siècle (lui-même originaire de Novgorod donc aussi du nord), identifia cette fois de façon univoque Plska avec Pskov. Au concile de 1547-1552 Olga fut béatifiée. En même temps apparaît la version pskovienne de son hagiographie celle qui fut utilisée par la suite dans le Livre généalogique des tsar russes (Stepennaia kniga carskogo rodoslovija) rédigé par l’abbé Varlaam : lui-même fut le premier à parler non seulement de l’origine pskovienne d’Olga mais à indiquer le lieu précis où elle serait née : le village de Vybuty à 12 kilomètres à l’ouest de Pskov 67. Cette précision n’était pas un hasard : c’est de cette façon qu’on déplaça les origines d’Olga dans la terre limitrophe aux « terres livoniennes et allemandes » peuplée en partie par des Varègues. Varlaam éleva ainsi la fille d’un batelier au rang de la fille d’un prince Varègue 68. On y découvre l’influence de la tendance de l’époque : rechercher l’origine étrangère des souverains russes afin de leur redonner du poids ; c’est ce que visaient les arguments d’Ivan le Terrible en faveur de son appartenance à un lignage allemand et plus précisément bavarois69. D’autre part le recours à la figure d’Olga, Urmutter de la dynastie régnante habitant dans sa jeunesse les terres à la frontière entre la Russie et l’Occident (entre le monde orthodoxe et le monde catholique), devait non seulement prouver l’unicité du Nord et du Sud comme on vient de le mentionner mais également élever Pskov au rang d’avant-poste de l’Orthodoxie qui en vérité ne fut introduite en Russie qu’a l’époque du prince Vladimir. C’est dans cette logique qu’on doit situer également les légendes plus tardives et d’ailleurs assez contradictoires sur Olga essayant de convertir la Russie à la chrétienté et dépêchant en 959 des ambassadeurs au roi Otton Ier à Ratisbonne pour qu’il lui envoie des prêtres appartenant aux ordres monastiques et engage une activité missionnaire en Russie70.

  • 71 Pravda, 28 mars, 1937.

71Un autre cas de figure fut l’instrumentalisation du thème de la lutte menée par les habitants de Pskov contre les chevaliers teutoniques au XIIIe siècle sous l’égide du prince Alexandre Nevski (il s’agit cette fois-ci d’une récupération de la période soviétique). Refoulé dans les années 1920 comme un sujet touchant l’histoire des princes le thème commence à être valorisé à la fin des années 1930, avec le danger de plus en plus croissant du fascisme (d’où le lexique spécifique de l’époque quand on parle de l’agression des chevaliers allemands du Moyen Âge et transforme la locution Bundritter tirée d’un des textes de Karl Marx en Hundritter, (psy-rycari)). C’est ainsi qu’en 1930 paraît une résolution du Comité central du Parti Communiste concernant l’enseignement de l’histoire russe à l’école secondaire qui reproche aux auteurs des manuels d’histoire d’avoir négligé « les pages Pskoviennes » de l’histoire russe : « Au cours de deux siècles le peuple russe, en la personne des habitants de Pskov et de Novgorod, mena une lutte acharnée contre l’avancée allemande vers l’Est. La conséquence de cette lutte héroïque fut qu’on vint à bout de l’assaut des chevaliers teutoniques qui ne réussirent pas à s’emparer d’un pouce de terre russe : ainsi le peuple russe évita le danger d’être assujetti par les barons esclavagistes qui avaient asservi par ailleurs les Prussiens, les Lettons, les Estoniens » 71.

72On rapprocha alors également les événements de 1918 (la guerre contre l’Allemagne) et la bataille sur le lac Peipous de 1242. La personnalité d’Alexandre Nevski devint par conséquent très populaire. C’est dans cet esprit que Sergei Eisenstein tourna en 1938 son fameux film Alexandre Nevski, en mettant dans la bouche du prince la phrase : « Celui qui tira le glaive contre nous périra par ce même glaive ». La phrase devint par la suite un aphorisme attribué à la figure historique d’Alexandre Nevski en même temps que la bataille sur le lac Peipous commença à être interprétée comme un événement crucial de l’histoire russe. Mais les historiens modernes expriment de plus en plus de doutes sur la véracité de cette bataille et les fouilles dans le fond du lac Peipous, qui n’ont donné aucun résultat, ne peuvent que confirmer ces mêmes doutes. En tout cas, même si la bataille eut lieu, comme le relate la chronique, son résultat n’était que partiel, les Russes, comme on a déjà eu l’occasion de le mentionner, devant céder la cote ouest du lac de même que la ville de Derpt aux Allemands. Cet élément d’incertitude resta toutefois l’apanage des spécialistes et fut effacé de l’histoire officielle.

Haut de page

Notes

1 Certains chercheurs qualifient même les Krivitches de Baltes de l’Est (K.M. Plotkin, Etničeskaja istorija pskovskogo regiona, in : Pskov v rossijskoj i evropeiskoj istorii (K 1100-letiju letopisnogo upominanija), t. 1, Moscou, MGKPIU, 2003, p. 68).

2 Inga Labutina, Archeologičeskoe nasledie i problemy istorii Pskova, in : Ibid, p. 24-26.

3 La Chronique de Nestor, traduite en français d’après l’édition impériale de Pétersbourg (Manuscrit sw Koenigsberg), par Louis Paris, Paris, 1834, p. 35.

4 V. Sedov, Skandinavische Elemente im frühmittelalterlichen Pskov, in : Die Kontakte zwischen Ostbaltikum und Skandinavien im frühen Mittelalter, Stockholm, 1992, p. 143-154.

5 La Chronique de Nestor, op. cit., p. 20.

6 Evgenij, Mitropolit Kievskij, Istorija knjažestva Pskovskogo, Čast’. 1-IV, Kiev, 1831 ; A.N. Nasonov, « Pskovskaja zemlja » i obrazovanie territorii drevnerusskogo gosudarstva (istoriko-geografičeskoe issledovanie), Moscou, 1951.

7 Inga Labutina, op. cit., p. 26.

8 Pskovskie letopisi, pod red. A.N. Nasonova, vyp. 1, Moscou, 1941.

9 Dieter Bach, Vladlen Smirnov, Nemeckie sledy v oânom russkom gorode. Pskov : ot tevtons-kogo ordena k segodnjašnemu partnerstvu, Peter Hammer Verlag GmbH, Wuppertal 1997, p. 12-14.

10 Sbornik dokumentov i materialov po htorii pskovskogo kraja (IX-XX), Pskov, 2000, p. 20 ; voir également Ledovoe poboišče 1242, trudy kompleksnoj ekspedicii po utočneniju mesta ledovogo poboišča, Moscou, Léningrad, 1966, p. 178-181.

11 N.N. Maslennikova, Prisoedinenie Pskova k russkomu centralizovannomu gosudarstvu, Leningrad, 1955.

12 A.L. Choroškevič, Pskov kak posrednik meždu zapadnoj, severnoj i vostočnoj Evropoj v srednie veka i načale novogo vremeni, in : , Pskov v rosijskoj i evropejskoj istorii, op. cit., p. 33-39.

13 A.A. Michajlov, Rus’, Litva i Pol’ša : istorija vzaimootnošenij i voennogo dela, in : Osada Pskova glazami inostrancev. Dnevniki pochodov Batorija na Rossiju (1580-1581), Pskov, Pskovskaja oblastnaja tipografija, 2005, p. 5-126.

14 Henri, devenu enfin roi de Pologne, s’en évada en apprenant la mort de son frère et fut intronisé en France en 1574 sous le nom de Henri III.

15 À l’époque la Transsylvanie était dans une relation de dépendance avec la Turquie ; c’est pourqoi Stefan Batory fut évoqué dans les chroniques de Pskov comme « vassal du sultan » ce qui le rendait d’autant plus démoniaque aux yeux des habitants de Pskov.

16 Cité d’après A.A. Michajlov, op. cit., p. 117.

17 Nikolaj Karamzin, Istorija gosudarstva rossijskogo, Moscou, 2002, p. 753.

18 Valentina Ochotnikova, Puti razvitija pskovskoj agiografii, in : Pskov v rosijskoj i evropejs-koj istorii, op. cit., vol. 2, p. 319.

19 Pskovskaja pervaja letopis’, in : Polnoe sobranie russkich letopisej, t. 4, Saint-Pétersbourg, 1848, p. 326 ; t. 5, 1851, p. 69 sq.

20 V.A. Arakčeev, Vlast’ i obščestvo v Pskove v epochu smuty (1608-1610), in Pskov v rosijskoj i evropejskoj istorii, op. cit., vol. 2, p. 291-294.

21 A.N. Kirpičnikov, Oborona Pskova v 1615 g. (po novym russkim i švedskim materialam, in : Srednevekov’e i novaja istorija , Saint-Pétersbourg, 1996, p. 424.

22 G.M. Kovalenko, Pskovskaja konfuzija Gustava II Adolfa, in : Pskov v rosijskoi i evropejskoj istorii, op. cit.,, vol. 1, p. 304 ; voir également J. Hallenberg, Svea rikes historia under konung Gustav den stores regering, Bd. IV, Stockholm, 1794.

23 V.F. Vinogradov, Pskov v gody Severnoj vojny (1700-1721), Pytalovo, 1989.

24 Dieter Bach, Vladlen Smirnov, op. cit., p. 14.

25 Ibid., p. 67.

26 Ibid., p. 77.

27 Pskovskie chroniki, vyp. 3, Pskov, 2002, p. 104.

28 O.V. Popova, Russkaja pravoslavnaja cerkov’ v dvuch mirovych vojnach. Regional’nyj aspect, in : Pskov v rosijskoj i evropejskoj istorii, op. cit., vol. 2, p. 131-138.

29 Cité d’après Dieter Bach, Vladlen Smirnov, op. cit., p. 97.

30 Pskovskij vestnik, 1942, 30 mai ; cité d’après Pskovskie chroniki, op. cit., p. 33.

31 Ibid., p. 30. C’est notamment dans cette église transformée en salle de cinéma qu’on projetait pendant l’occupation de Pskov le film Triomphe de la volonté.

32 Presque tous les documents de la Mission ont brûlé lors du bombardement de Pskov.

33 K. Oboznyj, Pskovskaja pravoslavnaja Missija, in : Pskovskie chroniki, op. cit., p. 36-37.

34 M.V. Škarevskij, Pskovskaja pravoslavnaja missija i religioznoe vozroždenie na severo-zapade Rossii v 1941-1944 gg., in : Pskov v rosijskoj i evropejskoj istorii, op. cit., vol. 2, p. 161-175.

35 Ibid, p. 173.

36 Ibid., p. 171.

37 A.L. Choroškevič, Iz istorii sozdanija nemecko-russkich slovarej-razgovornikov Tomasa Shrove i Tonnisa Fene, in : Drevnosti Pskova, archeologija, istorija, architektura, Pskov, 1999, p. 218-230.

38 A.L. Choroškevič, Pskov kak posrednik.., op. cit., p. 36.

39 A.N. Kirpičnikov, Pskov v preddverii novogo vremeni i soobščeniija inostrancev ob etom gorode, in : Pskov v rosijskoj i evropejskoj istorii, op. cit., vol. 1, p. 47.

40 A.L. Choroškevič, Pskov kak posrednik., op. cit., p. 39.

41 V.F. Vinogradov, op. cit., p. 7.

42 O.S. Msel’skaja, L.Ja. Kostjučuk, Russko-inojazyčnye razgovorniki 16-17 w. kak istočniki svedenija o žizni drevnego Pskova i ego obitatelej, in : Pskov v rosijskoj i evropejskoj istorii, op. cit., vol. 2, p. 207-213.

43 Izvestija msskogo geograficeskogo obščestva, vyp. 1, Saint-Pétersbourg, 1850, p. 16.

44 Cité d’après : Pskovskaja gubernija. Istoriko-geografičeskie očerki kak posobie narodnym u čitelijam, sost. N. Vassil’ev, Pskov, 1896.

45 M. Mechovski, Traktat o dvuch Sarmatijach, Moscou, Léningrad, 1936, p. 107 sq.

46 S. Gerberstein, Zapiski o Moskovii, Moscou, 1988, p. 120-121.

47 S. Piotrowski, Dnevnik poslednego pochoda Stefana Batorija na Rossiju, Pskov, 2005.

48 Ibid., pp. 216, 219.

49 A.N. Kirpičnikov, Pskov v preddverii novogo vremeni, op. cit., p. 53.

50 A.N. Kirpičnikov, Soobščtschenie nemeckogo putešestvennika Samuelja Kichelja o Pskove XVI veka., in :Vestnik Sankt-petersburgskogo universiteta, ser.2, Istorija, jazykoznanie, literaturovede-nie, 1994, vyp. 2, p. 3-8 ; vyp. 3, p. 9-20 ; A.N. Kirpičnikov, Soobščenija Johanna Wunderera o Pskove i Rossii 1590 goda, Issledovanie i publikacija pamjatnika, in : Slavjano-Russkie drevnosti, vyp. 3, Saint-Pétersbourg, 1995, p. 167-235.

51 Jakob Ulfeldt, Putešestvie v Rossiju, Moscou, 2002.

52 Antonio Possevino, Commentarii di Moscovia et della pace seguita fra lei e’l regno di Polonia, colla restitutione della Livonia, scritti in lingua Latina..., Mantova, per F. Psanna, 1596 ; voir également : The Moscovia of Antonio Possevino, Early, London, Routledge, 2003 ; A. Possevino, Istoričeskie sočinenija o Rossii XVI veka, Moscou, 1983.

53 Pauli Oderborni, « Johannus Basilidis Magni Moscoviae Ducis vita », in : Historiae ruthe-nicae scriptores exteri saeculi XVI, Petropoli, 1841, p. 248. Voir également : Dmitri Cvetaev, Protestantstvo i protestanty v Rossii, Moscou, 1890, p. 686.

54 Nicolaas Witsen, Moscovische reyse 1664-1665, journal en aentekeningen, utigegeven door Th. J. G. Locher en P. de Buck, Gravenhage, M. Nijhoff, 1966-1967, p. 51-65 ; voir également: A.N. Kirpičnikov, Rossija XVII veka v risunkach i opisanijach gollandskogo putešestvennika Nikolasa Witsena, Saint-Pétersbourg, Slavia, 1995.

55 Pour l’histoire assez compliquée de la publication du journal de Witsen voir : A.N. Kirpičnikov, Rossija XVII veka v risunkach, op. cit., p. 15-17.

56 Adam Olearius, Voyages très curieux et très renommés faits en Moscovie, Tartarie et Perse, À Leide chez Piere Vander AA. 1719.

57 La galerie agréable du monde, T. 44, Leide, N 27, 28, 29.

58 Pskovskie stranicy biografii Sorgenfreja, in : Pskov, N 8, 1998.

59 Pskov, N 7, 2005.

60 N.F. Okulič-Kazarin, Sputnik po drevnerusskomu Pskovu, Pskov 1913, reéd. : Pskov, Sveto-nosec, 2001.

61 Iz istorii pskovskich nemcev, Sb. Statej, Pskov, 2007, p. 18 sq.

62 N.N. Novikova, Pribaltijskoe vlijanie v architekture Pskova vtoroj poloviny XIX - načala XX veka, in : Pskov v rosijskoj i evropejskoj istorii, op. cit., vol. 2, p. 407.

63 Iz istorii pskovskich nemcev, op. cit., p. 50.

64 Les anciens habitants de Pskov se souvenaient qu’après la révolution de 1917 on pouvait voir dans la ville le fils du marchand Geldt Volodja perçu par les habitants comme débile mental : il se promenait vêtu en lévite et huit-reflets, un livre dans la main : on se moquait de lui et on le lapidait. Ses traces ont disparu après la Deuxième Guerre mondiale.

65 Iz istorii pskovskich nemcev, op. cit., p. 83.

66 Pamjatniki literatury drevnej Rusi XI - načala XII veka, Moscou, 1978, p. 164-165.

67 Pamjatniki literatury drevnej Rusi, seredina XVI veka, Moscou, 1985, p. 248-287.

68 Voir : Nikolaj Serebrjanskij, Drevnerusskie knjažeskie žitija, Moscou, 1915.

69 J. Fletcher, O gosudarstve Russkom, Saint-Pétersbourg, 1905, p. 19.

70 A.S. Usačev, Evoljucija rasskaza o proischoždenii knjagini Olgi v russkoj knižnosti serediny XVI veka, in : Pskov v rossijskoj i evropejskoj istorii, op. cit., vol. 2, p. 329-335 ; N.F. Levin, Pros-lavlenie pskovičami svjatoj Olgi Rossijskoj, in Ibid., 102-108.

71 Pravda, 28 mars, 1937.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ekaterina Dmitrieva, « Pskov, et la longue durée des transferts germano-russes », Revue germanique internationale, 11 | 2010, 191-212.

Référence électronique

Ekaterina Dmitrieva, « Pskov, et la longue durée des transferts germano-russes », Revue germanique internationale [En ligne], 11 | 2010, mis en ligne le 24 juin 2013, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://rgi.revues.org/309

Haut de page

Auteur

Ekaterina Dmitrieva

Directeur de recherche à l’Académie des sciences de Russie (Institut de littérature mondiale)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org