Navigation – Plan du site

Nier ou intégrer l’héritage allemand ? À propos de l’appropriation culturelle de Danzig, Königsberg et Reval à Gdańsk, Kaliningrad et Tallinn

Thomas Serrier
p. 223-234

Résumés

La multiplicité des facettes de la culture urbaine, signe de reconnaissance de l’Europe centrale, constitue aussi un enjeu mémoriel important. L’article aborde la question du patrimoine matériel et symbolique de l’espace baltique à travers la question particulière de l’héritage allemand, depuis les lendemains de la Seconde Guerre mondiale, autrement depuis sa destruction partielle et sa tabouisation jusqu’à sa redécouverte actuelle. Il le fait à partir de la comparaison de trois villes, Danzig-Gdańsk, Königsberg-Kaliningrad et Reval-Tallinn, exemplaires de trois réalités contemporaines différentes (Pologne, Kaliningrad/ Russie, Estonie/pays baltes).

Haut de page

Texte intégral

1La multiplicité des facettes de la culture urbaine demeure un signe de reconnaissance de l’Europe centrale, même d’un point de vue purement nostalgique et « mémoriel », autrement dit lorsqu’elle n’existe éventuellement plus dans la réalité. Qu’il s’agisse des capitales politiques, comme Tallinn (autrefois Reval) ou Riga, ou des métropoles régionales, comme Narva, Liepaja (Libau), Kaunas, Klaipeda (Memel), etc., plusieurs dénominateurs communs caractéristiques se retrouvent de l’une à l’autre des villes baltiques et les rapprochent d’une certaine manière de ces villes du pourtour sud de la mer Baltique, qui faisaient jadis partie de la Prusse orientale ou de la Poméranie, et qui se trouvent, depuis la gigantesque translation des territoires vers l’ouest qui suivit la Seconde Guerre mondiale, pour les unes, comme Kaliningrad (Königsberg) ou Sovietsk (Tilsit), dans l’enclave russe de Kaliningrad (Kaliningradskaïa Oblast), et pour les autres, comme Danzig (Gdańsk), Kolberg (Kołobrzeg) ou Stettin (Szczecin), sur la côte polonaise de la Baltique. Parmi ces critères communs, retenons une histoire politique marquée par la situation médiane « entre Allemagne et Russie », une forte présence allemande et une forte présence juive, toutes deux pluriséculaires jusqu’à ce que le fil soit interrompu durant la Seconde Guerre mondiale, enfin une unité visuelle et architecturale, symbolisée par les innombrables églises, châteaux-forts et bâtiments publics en brique rouge, typiques de la région.

  • 1 Delphine Bechtel, Xavier Galmiche, Introduction, in : des mêmes (éd.), Les villes multiculturelles (...)

2La pluralité culturelle des villes du pourtour baltique a été durablement affectée durant la première moitié du XXe siècle. Les deux Guerres mondiales, césures particulièrement brutales dans l’histoire de la région, ont largement détruit « les équilibres vulnérables de la multiculturalité ». 1 La Première Guerre mondiale, l’effondrement de l’Empire allemand et la révolution russe, suivis du traité de Versailles, ont tout d’abord entraîné une fragmentation territoriale complexe, marquant très imparfaitement dans l’espace la victoire du principe wilsonien des nationalités. Certaines villes durent faire face à des situations de crise politique aiguë, dont Vilnius, capitale proclamée du nouvel État lituanien mais occupée par les Polonais, ou encore Königsberg et la Prusse orientale, coupés du reste du Reich allemand par le fameux « Corridor de Danzig », donnent des exemples bien connus. La Seconde Guerre mondiale avec ses combats meurtriers et destructeurs, ses phases d’occupation longues et dévastatrices, enfin et surtout avec les génocides et les déplacements violents de populations entières, a durablement remodelé le tissu social qui faisait la substance des villes pluriculturelles baltiques. À l’époque du bloc soviétique, l’élément pluriculturel continua d’être menacé dans son existence, cette fois-ci par le nivellement inhérent à une idéologie socialiste totalisante et étanche à toute influence extérieure.

  • 2 Ce courant de la recherche historique, pluridisciplinaire de fait (littérature, sociologie, anthrop (...)

3Aujourd’hui, les cités baltiques, de Szczecin à Narva, présentent des différences notables, que l’on peut chercher à interpréter en vertu des traditions spécifiques à chaque ville, à chaque région historique et à chaque espace politique contemporain, mais aussi selon les conjonctures et les épreuves plus ou moins rudes auxquelles elles furent soumises. Tel est l’objet de cet article qui aborde le devenir d’un élément particulier du patrimoine matériel et symbolique de l’espace baltique, à savoir l’héritage allemand, aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale à partir de la comparaison de trois villes, Danzig-Gdańsk, KönigsbergKaliningrad et Reval-Tallinn, exemplaires de trois réalités contemporaines différentes (Pologne, Kaliningrad, Estonie). L’objectif des lignes qui suivent est de mettre en lumière, à partir de cette comparaison élargie à quelques autres exemples voisins, les points communs et les différences caractéristiques des enjeux mémoriels dans la région.2

Gdańsk (Danzig): du refoulement à l’appropriation du passé allemand

  • 3 Ce développement reprend dans ses grandes lignes Thomas Serrier, Danzig/Gdańsk : « L’Europe du XXe (...)

41945 représente jusqu’à aujourd’hui la coupure décisive dans l’histoire de Danzig3. Alors que la ville avait échappé aux bombardements anglo-américains jusqu’à l’été 1944, l’entrée de l’Armée rouge en Prusse orientale durant l’automne

51944 provoqua l’arrivée massive de réfugiés puis la fuite panique d’une partie importante de la population. Le naufrage du Wilhelm-Gustloff torpillé en baie de Danzig le 30 janvier 1945 avec 9000 réfugiés à bord symbolise l’engloutissement d’un monde.

6Les combats de mars 1945, suivis de plusieurs jours de pillage, détruisirent entièrement la vieille ville. La population allemande restante fut expulsée dans des conditions dramatiques, de façon « sauvage » d’abord, puis dans le cadre officiellement « humain et ordonné » prévu par le traité de Potsdam, lequel entérinait la translation territoriale de la Pologne jusque sur l’Oder. Dans le même temps affluait à Danzig – désormais Gdańsk – une population polonaise et ukrainienne déracinée, provenant pour l’essentiel du rapatriement des prisonniers en Allemagne, des régions dévastées du centre de la Pologne ou des territoires orientaux (kresy) annexés par l’URSS. En moins de trois ans, la population de la ville fut entièrement renouvelée. Tous les habitants ou presque étaient de nationalité polonaise, mais seule une poignée d’entre eux avaient leurs racines à Danzig avant 1939.

  • 4 Gregor Thum, Die fremde Stadt. Breslau 1945, Berlin, Siedler, 2003 ; Peter Oliver Loew, Danzig und (...)
  • 5 Thum, op. cit.

7La disparition du Danzig allemand s’accompagna de la perte de pans entiers de la mémoire locale. Nul doute d’ailleurs que l’ignorance de l’histoire allemande facilita à l’inverse le mythe de la continuité d’une histoire polonaise. Les historiens allemands ou polonais qui ont travaillé sur les processus d’appropriation mentale des nouvelles villes occidentales de la Pologne ont tous noté que la « propagande » politique du régime avait jeu facile au moins sur ce point 4 : tout discours semblant légitimer une appartenance polonaise de longue date des territoires occidentaux rencontrait les intérêts psychiques de la population, en proie au « syndrome du caractère provisoire », comme l’a écrit Gregor Thum dans son beau livre consacré à la polonisation de Breslau-Wrocław5. Dans un premier temps, le pouvoir joua de ce besoin primaire de sécurité au sein de la population en mettant en avant le slogan national « Ici nous étions, ici nous sommes, ici nous resterons » (Tutaj byliśmy, jesteśmy, be˛dziemy), dont le rythme ternaire n’est d’ailleurs pas sans rappeler certains discours nazis (« Danzig war, ist, und bleibt deutsch »).

  • 6 Voir Marcin Zaremba, Komunizm, legitymizacja, nacjonalizm. Nacjonalistyczna legitymizacja władzy ko (...)

8Les « territoires recouvrés » de l’Oder-Neisse, selon la terminologie officielle, illustrent à merveille « l’invention d’une tradition ». Fêtes, commémorations, rituels furent conçus pour mobiliser et ainsi façonner une communauté imaginaire, comme la « Fête de la libération du joug teutonique » célébrée en 1954, ou encore les Fêtes du « Millenium » de la Pologne, qui culminèrent en 1966, et qui illustrent la récupération du nationalisme par le communisme opérée sous le Premier Secrétaire du Parti ouvrier unifié de Pologne Władysław Gomułka6.

  • 7 Martin Pelczar, Polski Gdańsk, Gdańsk, Biblioteka Miejska, 1947, p. 180.

9Le déni du passé allemand ou au contraire son usage – réinterprété selon la dialectique en vigueur- dans le récit historique local constituaient les deux pôles de l’alternative. Kazimierz Piwarski, chef de file de l’historiographie marxiste polonaise, auteur durant l’occupation allemande d’un Aperçu de l’histoire de Danzig (1946), et Marian Pelczar, directeur après-guerre de la bibliothèque municipale de Gdańsk qui publia une étude programmatique intitulée Le Danzig polonais deux ans après la fin de la guerre, incarnent ces deux choix possibles : le premier mettait en avant l’antagonisme existant entre la ville de Danzig et le royaume de Pologne depuis le XIVe siècle et concluait à la nécessité d’une polonisation systématique sans enracinement possible dans l’histoire locale ; le second relevait au contraire les moments de symbiose polono-danzigoise durant l’âge d’or de la ville (1454 -1793). Il y voyait expressément un potentiel d’identification : « L’ancien Danzig n’existe plus. Une page de l’histoire a été tournée, une page parmi d’autres de la riche histoire de cette ville. (...) Ici, à Gdańsk, nous ne sommes ni nouveaux, ni étrangers, ni simplement d’aujourd’hui. Nous sommes ici les vieux maîtres du pays, liés à lui par des siècles d’histoire. Et nous devons nous sentir liés à Gdansk par cette tradition. 7 »

  • 8 Le mythe fondateur allemand, objet d’une mémoire insistante dans l’historiographie germa-nocentrée, (...)

10Selon Pelczar, les nouveaux habitants dépasseraient progressivement leur sentiment d’étrangeté face à leur propre ville grâce à une sorte de narcissisme national, qu’il s’agissait de mettre en valeur à travers une sélection d’épisodes historiques. La mise en exergue de l’an 997 signale cette recherche des origines polonaises puisque la mémoire de cet épisode lié à l’un des principaux saints nationaux, à savoir le missionnaire Adalbert (Wojciech), n’avait jamais été particulièrement cultivée à l’époque allemande.8

  • 9 À la suite du jeune héros, le lecteur découvre le Gdańsk ruiné de l’immédiat après 1945 et les myst (...)
  • 10 Paweł Huelle, « ‘Miasto Gdańsk niegdyś nasz...’. Mit fenica czyli odkrycie atrapy », Pomerania 1991 (...)

11Paweł Huelle, l’auteur de David Weiser (Weiser Dawidek, 1987)9, et principal porte-voix depuis cette époque de la redécouverte de l’héritage allemand entreprise par la deuxième et la troisième génération, raconte comment, au cours de promenades historiques à travers la ville, dans les années 1970, l’un de ses professeurs découvrait à chaque pas des illustrations de la « polonité séculaire » de Gdańsk 10. La polonisation des toponymes et l’éradication conjointe des traces allemandes (monuments, stèles, modestes inscriptions publicitaires) avaient pour objectif de faciliter ce travail narcissique par la purification du paysage urbain de toutes ses scories étrangères. Les protagonistes de cette « dégermanisation » programmatique, unanimes dans leur rejet du passé prussien, purent parfois hésiter sur l’interprétation à donner du gothique et du baroque. La reconstruction, du reste sélective, de la vieille ville par les autorités polonaises à partir de 1948 devait symboliser de façon offensive et prétendument décomplexée l’appartenance polonaise des « territoires du Nord-Ouest ».

12Au final, la reconstitution d’un cadre historique favorisa surtout l’identification aux passés multiples de la ville. L’œuvre de Günter Grass, né dans le faubourg de Langfuhr en 1927, joua à la même époque un rôle évident de « contre-mémoire ». La censure du Tambour jusqu’aux années 1980 le prouve a contrario. La Trilogie de Danzig (1959-1963) avait propulsé la ville sur la scène littéraire mondiale. La difficulté pour le régime polonais était que Grass, s’il était bel et bien l’un des quelques douze millions d’Allemands expulsés d’Europe centrale, s’était toujours opposé au discours revanchiste de la Fédération des expulsés et s’était engagé très tôt pour la reconnaissance inconditionnelle de la frontière polonaise. Grass incarnait ainsi la possibilité d’un dialogue avec une Allemagne raisonnable, image qui contrevenait au discours du régime sur « l’Allemagne de l’Ouest revanchiste », pièce maîtresse dans la légitimation de l’ordre soviétique. Diffusés sous le manteau, les romans de Grass éveillaient la curiosité d’une génération née à Gdańsk après 1945 et l’aidaient à établir un lien entre les deux « villes » dans un mouvement de double reconnaissance, d’autant que l’écrivain allemand, dans Le turbot (1977), La ratte (1986), L’appel du crapaud (1992), intégrait de plus en plus la ville contemporaine de Gdańsk dans la re-création fantasmagorique de son Danzig perdu. L’arrivée en littérature autour de 1990 des écrivains Stefan Chwin et Paweł Huelle, lequel s’est toujours défini comme un légataire de la Trilogie de Danzig, incarne ce renouveau dans la redécouverte et la continuation.

  • 11 http://www.gdansk.pl/article.php?category=295&article=684&history=295

13La chute des régimes communistes à l’Est après 1989 ouvrit la voie à des relectures plurielles de l’histoire, marquées par l’avènement en force du paradigme du pluriculturel. « Danzig, cette ville antique, cette riche cité admirée partout en Europe, cette ville aux multiples nationalités, aux différentes cultures, religions et langues, cette ville la plus internationale de l’ancienne Pologne (Rzeczpospolita), était une communauté unique de diversités. 11 » pouvait-on lire sur le site officiel de la mairie en 2005. Ce discours sur le pluriculturel intègre naturellement une variété d’aspects. L’élément cachoube, rejeté comme un élément rural et hybride par la majorité allemande de Danzig dans la première moitié du XXe siècle, trouve désormais dans Gdańsk une capitale régionale digne de ce nom, rendue célèbre par les Oskar Matzerath et autres Anna Koljaiczek des romans de Grass. Plus généralement, la fierté du passé hanséatique et la mise en avant d’une tradition d’ouverture au monde prennent leur sens dans un contexte de discours sur le « retour en Europe » de la Pologne après 1989. Actuel premier ministre polonais, le libéral Donald Tusk illustre cette appropriation décomplexée du passé : publié en 1996 alors qu’il était déjà la figure dominante de la vie politique locale, l’album photographique Il était une fois Danzig (Był sobie Gdańsk) devint un bestseller plusieurs fois réédité. Dans le même ordre d’idées, la commémoration du millénaire en 1997 s’accompagna d’une offensive publicitaire appuyée sur ce passé allemand.

  • 12 Paweł Adamowicz, « Danzig versteht seinen Sohn », in : Sueddeutsche Zeitung, 24.08.2006.

14Cependant, la façon dont les jumeaux Kaczyński jouèrent avec succès la carte du nationalisme et de la germanophobie pour discréditer Tusk, quelques jours avant les élections présidentielles de 2005, en rappelant que le grand-père cachoube de Tusk avait servi dans la Wehrmacht, indique que la tentation de l’opposition frontale demeure. S’il s’agit de mesurer la représentativité du paradigme pluriculturel, la récente « affaire Grass » suscitée en août 2006 par les révélations du Prix Nobel sur son passage dans la Waffen-SS confirme les enseignements. L’usage immédiatement polémique du cas par le camp national-conservateur révèle la permanence d’un fond de germanophobie, cependant que l’opinion locale se montrait finalement peu encline à ces analyses populistes radicales. Le résultat d’un sondage commandité par le maire Paweł Adamowicz (72 % des sondés se déclarant favorables au maintien de la citoyenneté d’honneur de Grass) le conduisit à adresser une lettre ouverte à Grass résonnant comme une absolution : « Gdańsk comprend son fils »12.

  • 13 Serrier, Danzig/Gdańsk, art.cit., p. 247.

15L’image de métropole européenne ouverte et pluriculturelle, souhaitée par les élites, semble s’enraciner dans une vision partagée par la majorité de la population. Son authenticité, par-delà le marketing touristique et commercial dans l’air du temps, se révélera dans la durée. Remarquons l’existence de préférences marquées au sein même de l’élaboration d’une mémoire culturelle. La concentration sur les transferts culturels germano-polonais donne parfois l’impression de faire abstraction du reste au risque de masquer l’apport d’autres groupes sociaux, des Juifs avant la guerre jusqu’aux occupants russes de 1945 ou aux Ukrainiens de l’est de la Pologne, qui sont nombreux à avoir trouvé une nouvelle patrie dans la ville. La période prussienne elle-même ne saurait être mise au ban de l’histoire locale au profit d’un âge d’or prénational. « Quoi qu’il en soit, si Gdańsk n’est pas Danzig, et si la rupture historique de 1945 demeure un gouffre béant dans le continuum mouvementé de l’histoire locale, la ville contemporaine s’est peu à peu, au fil des décennies et à la faveur de 1989, replacée dans le sillage de sa tradition pluriséculaire 13. »

  • 14 Musekamp, op. cit. ; idem, Der Königsplatz (plac Żołnierza Polskiego) in Stettin als Beispiel kultu (...)

16Une rapide comparaison avec d’autres villes polonaises confirme et précise cette analyse. Le même processus de décrispation vis-à-vis de l’histoire allemande d’avant-guerre s’observe en effet partout, de la Haute-Silésie à l’ancienne Prusse orientale (districts de Warmia et Mazury). Les métropoles comme Wrocław ou Gdańsk ont longtemps semblé jouer un rôle avant-gardiste dans ce registre. Jan Musekamp, spécialiste des mémoires locales à Szczecin (Stettin) y voit l’influence de plusieurs facteurs, comme l’existence de milieux sociologiques prédestinés à prendre en charge les discours identitaires (comme la tradition universitaire de Breslau continuée à Wrocław), la présence mentale d’une ville dans l’espace imaginaire de la nation (illustrée par l’appartenance historique de Danzig au commonwealth polono-lithuanien malgré la faiblesse numérique de sa population polonaise avant 1945), ou à l’inverse la proximité physique de la frontière de l’Oder-Neisse (qui favorisa longtemps les craintes et les réflexes obsidionaux à Szczecin). Ces facteurs peuvent évoluer : aujourd’hui, une ville frontalière comme Szczecin s’est résolument tournée vers Berlin, et manifeste une étonnante sérénité dans son rapport au passé non national. (Deux maires de la période allemande ont ainsi été classés parmi les trois personnalités locales les plus populaires par la population de Szczecin dans un sondage effectué dans les années 2000)14.

17Ces nuances ne sauraient masquer l’impression d’unité profonde, qui s’éclaire davantage encore à la lumière d’une comparaison avec Kaliningrad, où la problématique de fond est similaire, mais où les données particulières ont déterminé une dialectique de l’amnésie et de la mémoire passablement différente dans ses rythmes et dans son ampleur.

L’invention de Kaliningrad ou Les limites de la démiurgie soviétique

  • 15 Fritz Gause, Geschichte der Stadt Königsberg in Preußen, 3e vol. , Cologne, Weimar, Vienne, Böhlau, (...)
  • 16 Id., Königsberg in Preußen. Geschichte einer europäischen Stadt, Munich, 1968, p. 234.

18« Les réfugiés qui quittaient la ville partirent en emportant avec eux l’histoire sept fois centenaire de Königsberg. Ils laissaient derrière eux – Kaliningrad. 15 » L’historien (natif de Prusse orientale) Fritz Gause, au moment de conclure son Histoire de Königsberg (1970), choisissait de faire vibrer avec tout le pathos possible la fibre nostalgique : il circonscrivait ce faisant l’horizon de toute une génération dans sa perception de la capitale de la Prusse orientale. Königsberg avait irrémédiablement cessé d’exister avec le départ des derniers Allemands en 1948 ; « le destin de Kaliningrad était l’affaire de l’URSS. 16 »

19Gause, à dire vrai, se contentait d’exprimer avec force la thèse, communément admise en Allemagne de l’Ouest, de la « fin de l’histoire » des anciens territoires orientaux allemands – le catastrophisme sous-jacent à cette vision se nourrissant d’un dépit et de ressentiments évidents. Mais, pour des raisons tout à fait différentes, la perception d’une possible continuité était également interdite en RDA, la mémoire de la Prusse orientale étant diabolisée conformément à une grille de lecture idéologique, où anti-prussianisme, anti-impérialisme et antifascisme confluaient de fait pour faire de Königsberg le berceau du mal absolu. La rupture de 1945 était donc extrêmement plus profonde que les similitudes premières avec le cas de Danzig ou Stettin le laisseraient supposer.

  • 17 Per Brodersen, Die Stadt im Westen. Wie Königsberg Kaliningrad wurde, Göttingen, Vandenhoeck & Rupr (...)

20La question de l’identité de Kaliningrad était de fait particulièrement aiguë pour toute personne ou groupe de personnes directement ou indirectement confrontées au devenir de la ville. Dans l’immédiat après-1945, la question se posa aux Allemands confrontés à la destruction de leur cadre de vie habituel, à leur propre marginalisation, puis à leur expulsion forcée. Mais la question se posait aussi aux nouveaux habitants soviétiques, frappés par « l’inquiétante étrangeté » de la région, qui paraissait si peu russe ou soviétique. Enfin, le pouvoir soviétique local tout comme le pouvoir central, à Moscou, étaient également contraints de formuler une réponse crédible à cette interrogation, s’ils voulaient garantir l’acclimatation durable des populations soviétiques installées dans les ruines. 17

21Après l’invasion de la Prusse orientale à l’automne 1944 et la prise de Königsberg en avril 1945, la région fut annexée par l’URSS et servit de destination à de nombreux « colons » soviétiques en provenance de toute l’Union soviétique. Malgré la destruction quasi-totale de la ville et son pillage systématique, il s’avéra rapidement aux yeux des nouveaux arrivants dans la ville, qu’il s’agisse des autorités soviétiques ou de simples citoyens, que le présent de Kaliningrad ne se construirait pas sans s’appuyer de quelque manière que ce fût sur l’héritage historique. En ce sens, la politique de la table rase peut s’interpréter comme la continuation de la guerre cette fois menée contre les fantômes du passé. Elle est particulièrement nette dans la reconstruction d’une ville soviétique ignorant délibérément le plan de la ville antérieure. Il ne suffisait pas de fonder politiquement ni de (re)construire matériellement la ville nouvelle de Kaliningrad. Plus important encore était l’enracinement psychologique, qui passait par l’établissement d’une chape de plomb sur le passé allemand de Königsberg, et la mise en œuvre conjointe d’un travail positif de « construction » de Kaliningrad comme avant-poste occidental de l’Union soviétique.

  • 18 Alexander Sologubov, Kaliningrad. Mythos der Weltschöpfung, in : Die Aneignung, op. cit., p. 112.
  • 19 Bert Hoppe, Auf den Trümmern von Königsberg. Kaliningrad 1945-1970, Munich, Oldenbourg Verlag, Schr (...)
  • 20 Sologubov, art. cit.., p. 113.

22« La guerre était finie, mais elle était partout présente.18 » La guerre forma longtemps l’expérience originaire et le socle fondateur de Kaliningrad. Les livres retraçant l’histoire de Kaliningrad commencent tous par un récit de guerre qui relate les opérations en Prusse orientale, mais ils le font d’une manière très différente des habituels récits du front et autres journaux de soldats. Il s’agit bien plus d’écrits héroïques, reprenant les canons esthétiques du genre épique classique, qui semblent puiser dans la relation militaire inaugurale l’énergie nécessaire pour mener ensuite un véritable « combat contre le passé » d’une ville « maléfique »19. Les premiers fascicules de propagande imprimés en 1944-1945 comportent déjà tout le répertoire des attributs et métaphores réservés à la Prusse orientale dans le discours soviétique : la Prusse y était taxée de « nid de guêpes prussien », de « nœud de vipères », de « salle de torture la plus sombre de toute l’Allemagne » ; Königsberg « de bastion du militarisme prussien », de « cœur de l’impérialisme germanique », de « sanctuaire de la clique des généraux allemands » ; les habitants allemands « d’ancêtres du fascisme », de « chiens de teutoniques », de « bandits » 20.

  • 21 Idem, « Kaliningrad – unsere Heimat ». Ausgewählte Themen örtlicher Diskurse, in : Loew, Pletzing, (...)

23Cette mentalité combattive, dont le symbole le plus fort reste le dynamitage des ruines du château royal prussien en 1969, révèle a contrario, au sein de la population soviétique de Kaliningrad, une acuité du « syndrome du provisoire » autrement plus forte que celle déjà notée parmi les nouveaux habitants polonais de Wrocław ou Szczecin. Des slogans comme « Kaliningrad – Nach Gorod ! », « Kaliningrad, notre ville ! » (sous-entendu : Kaliningrad nous appartient), fleurissent ainsi jusqu’à aujourd’hui sous forme de graffitis et de tags sur les murs de la ville. 21

24La faiblesse même de la production historiographique sur Kaliningrad avant 1990 est également significative de l’interdit politique et des formes plus intériorisées de tabou qui pesèrent longtemps (et pèsent encore) sur les questions de l’identité et de l’appartenance de la ville. Les thèmes autorisés aux chercheurs avant les années 1980 ne concernaient que certains domaines précis, comme le développement de l’économie et de l’industrie socialistes. Les autorités soviétiques étaient décidées à faire « le vide » autour du passé de Königsberg, mais aussi du présent de Kaliningrad. Avant la perestroïka et la glasnost, une montagne de difficultés politiques, juridiques et matérielles attendait tout chercheur en quête d’informations sur la région.

  • 22 Le livre parut d’abord en traduction allemande : Eckhard Matthes (éd.), Als Russe in Ostpreußen. So (...)

25Les changements politiques survenus en URSS avec l’arrivée au pouvoir de Gorbatchev firent ressentir leur effet à partir du milieu des années 1980. Le tabou d’une recherche historique sur Königsberg et la Prusse orientale fut progressivement levé. Le fait que le premier projet d’histoire orale mené en URSS le soit par l’équipe du professeur Youri Kostiachoff à Kaliningrad entre 1988 et 1990 emblématise ce virage, tout comme les difficultés d’une publication en russe à Kaliningrad-même symbolisent la permanence des résistances.22

  • 23 Viviane Du Cartel, De Königsberg à Kaliningrad. L’Europe face à un nouveau « département d’Outre-Te (...)
  • 24 Brodersen, op. cit., préface de Haug von Kuenheim, p. 10.

26Kaliningrad, coupé du reste de la Russie par l’accession de la Lituanie à l’indépendance, constitue aujourd’hui une enclave russe dans l’UE et un casse-tête géopolitique international, marqué par une crise de l’identité profonde. Les évolutions des deux dernières décennies suscitent ainsi la perplexité : dans quelle direction la ville va-t-elle s’engager ? 23 Inaugurée par Poutine en 2006, la cathédrale russe orthodoxe du Christ-Sauveur, dont la construction fut décidée par référendum local en 1995, dépasse de loin en hauteur le Dom allemand reconstruit quelques années plus tôt. Tandis que le chantier inachevé de la Maison des Soviets emblématise depuis vingt ans l’interruption inattendue de l’expérience communiste, une colonne de la victoire célébrant la « Grande Guerre patriotique » a été inaugurée en 2005 sur l’une des places centrales de la ville. Les célébrations de 2005-2006, en mêlant de facto la commémoration de la fondation de Königsberg de 1255 aux habituelles festivités commémoratives de la création de Kaliningrad il y a soixante ans, n’ont pas véritablement contribué à éclaircir les positions. En revanche, si des personnalités rattachées par leur biographie à Königsberg comme E.T.A. Hoffmann ou Hannah Arendt sont encore très largement oubliées à Kaliningrad, Immanuel Kant incarne depuis des années la volonté de s’inscrire dans une mémoire culturelle plus longue. La statue de bronze du philosophe, offerte à Kaliningrad par Marion Dönhoff et refondue d’après l’original disparu de Christian Daniel Rauch, trône aujourd’hui devant l’université qui porte son nom. Tout comme la cathédrale gothique allemande reconstruite dans les années 1990, le « bon Allemand » Kant constitue « une sorte de cordon ombilical reliant les deux parties d’un même destin », comme l’écrit l’essayiste de Kaliningrad Alexander Popadin. 24 Le fil est donc bien renoué, mais il reste ténu.

Tallinn (Reval) : mémoires choisies et renaissance culturelle

  • 25 Karsten Brüggemann, Geteilte Geschichte in Estland ? Ein Vergleich konkurrierender Erinnerungsschic (...)
  • 26 Anatol Lieven, The Baltic Revolution. Estonia, Latvia, Lithuania and the Path to Independence, 2e é (...)

27Près de vingt ans après la dissolution de l’Union soviétique, il est, enfin, possible de dresser un bilan – nécessairement provisoire – de la redécouverte de l’Histoire proclamée à l’époque de la perestroïka dans la capitale estonienne, Tallinn, l’ancien Reval. 25 La comparaison avec les cas polonais et russes analysés ci-dessous est éclairante. La Seconde Guerre mondiale suivie par l’annexion à l’URSS entraîna en effet de profonds bouleversements dans le tissu social de la ville et du pays, sans toutefois aboutir à l’échange complet de sa population comme à Gdańsk ou Kaliningrad. Ici comme ailleurs, la réorientation de l’Histoire autour de 1989 se nourrit principalement aux sources d’une contre-mémoire opposée au « grand narratif » soviétique ; mais cette contre-mémoire pouvait s’appuyer dans le cas estonien sur la tradition locale de lutte pour l’indépendance, laquelle avait connu une première heure de gloire dans l’entre-deux-guerres. Le « cycle des renaissances culturelles » évoqué par Anatol Lieven s’accompagna donc à Tallinn d’une sorte de « retour aux sources », impossible à Gdańsk et Kaliningrad.26 La référence à la période de l’indépendance nationale entre 1918 et 1939 devint omniprésente tant sur le plan de la politique intérieure que sur le plan de la symbolique politique. La « révolution chantante » imposa la présence matérielle, quasi charnelle, des mélodies nationales et des couleurs retrouvées de la nation, qui laminèrent symboliquement tout l’attirail communiste des marteaux et faucilles.

  • 27 Discours du 12 juin 1993 lors de la visite du président de la République fédérale Richard von Weizs (...)
  • 28 Brüggemann, art. cit., p. 249.

28Le passé pluriel de Tallinn (danois, russe, allemand, suédois, finlandais, estonien) fournit en outre une multiplicité de références. La possibilité de choix stratégiques, malgré l’enjeu fort du voisinage et de la liquidation de contentieux historiques russo-estoniens, contraste avec le tête-à-tête germano-russe ou germano-polonais imposé dans l’ancienne Prusse orientale. Ainsi, alors que l’aristocratie germano-balte et l’époque allemande (saksa aeg), en réaction à la longue période de domination politique depuis le Moyen Âge, firent figure d’ennemi prioritaire dans l’élaboration d’un récit national estonien durant les années de l’entre-deux-guerres, l’héritage allemand de Reval se trouve aujourd’hui intégré de manière offensive à l’image de marque de la ville, notamment à travers son aspect le plus visible, à savoir le riche patrimoine architectural gothique hérité de l’époque médiévale. Il convient de noter que la référence, sinon positive du moins nuancée, au passé allemand avait déjà cours à l’époque de la République Socialiste et Soviétique d’Estonie, lorsqu’il s’agissait pour les autorités de jouer l’alliance allemande contre la « décadence bourgeoise et fasciste » incarnée par les nationalistes lettons et leurs revendications indépendantistes. Remarquons aussi que le rapport au passé allemand s’effectue de manière très sélective et qu’il met résolument en avant les aspects positifs de ce que l’ancien président Lennart Meri a appelé « la communauté de destin germano-estonienne ».27 Les élites semblent à tout le moins tentées de jeter un voile d’oubli sur le camp de concentration de Klooga aux portes de la ville, ou sur le fait qu’Alfred Rosenberg, l’auteur du Mythe du XXe siècle qui fut ministre des Territoires de l’Est pendant le Troisième Reich, était natif de Reval. Le contraste n’en est que plus frappant avec le legs de la période soviétique, qui est, à Tallinn, ou bien renié avec force, ou bien réduit à sa dimension de polémique antisoviétique comme le montre la muséification de la centrale du KGB (alors qu’au contraire pour la ville-frontière de Narva et la majorité russe de sa population, l’histoire « positive » semble ne commencer, comme ce fut longtemps le cas à Kaliningrad, qu’en 1944 28).

Conclusion

  • 29 Thomas Serrier, Formen kultureller Aneignung : Städtische Meistererzählungen in Nordosteuropa zwisc (...)

29Les usages du passé pluriculturel forment un enjeu fondamental de la culture politique des sociétés centre-européennes, comme le montrent les formes prises par la mémoire culturelle de Danzig, Königsberg et Reval à Gdańsk, Kaliningrad et Tallinn. Après le moment initial de l’annexion territoriale proprement dite, déterminée en 1945 par des facteurs d’ordre avant tout militaire, des formes diverses d’appropriation culturelle s’y sont faites jour 29. Si l’affirmation d’un rapport pacifié à l’Autre a joué un rôle central dans la formulation de « contre-mémoires » par toutes les oppositions anticommunistes avant 1989, l’enjeu reste d’actualité : une appropriation culturelle respectueuse du passé de l’Autre ou au contraire le déni de la différence et la tentation du repli national indiquent sans nul doute différents niveaux de maturité démocratique ; mais ils soulignent aussi la possibilité de dépasser de manière productive les complexes et les ressentiments historiques. Développées peu de temps avant sa mort, les intuitions de Paul Ricœur sur la « reconnaissance » symbolique et la « traduction » culturelle, comprise au sens large, semblent trouver une confirmation dans le caractère pathogène ou bien réparateur qui définit les enjeux de mémoire décrits pour Gdańsk, Kaliningrad et Tallinn. De ce point de vue, en raison même des soubresauts de l’histoire, les villes pluriculturelles de la Baltique sont un laboratoire de la modernité européenne.

Haut de page

Notes

1 Delphine Bechtel, Xavier Galmiche, Introduction, in : des mêmes (éd.), Les villes multiculturelles en Europe centrale, Paris, Belin, coll. « Europes centrales », 2008, p. 12.

2 Ce courant de la recherche historique, pluridisciplinaire de fait (littérature, sociologie, anthropologie culturelle, etc.) est actuellement très intense. Pour un aperçu général de la problématique et de nombreuses autres études de cas voir Peter Oliver Loew, Christian Pletzing, Thomas Serrier (éd.), Wiedergewonnene Geschichte. Zur Aneignung von Vergangenheit in den Zwischenräumen Mitteleuropas, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, Veröffentlichungen des Deutschen Polen-Instituts Darmstadt, 2006 ; ainsi que Die Aneignung fremder Vergangenheiten in Nordosteuropa am Beispiel plurikultureller Städte (20. Jahrhundert). [Nordost-Archiv. Zeitschrift für Regionalgeschichte NF Band XV (2006)], éd. Thomas Serrier, Lüneburg, 2007.

3 Ce développement reprend dans ses grandes lignes Thomas Serrier, Danzig/Gdańsk : « L’Europe du XXe siècle au prisme des confins germano-polonais », in : Bechtel, Galmiche, op. cit., p. 221-247.

4 Gregor Thum, Die fremde Stadt. Breslau 1945, Berlin, Siedler, 2003 ; Peter Oliver Loew, Danzig und seine Vergangenheit 1793-1997, Osnabrück, fibre, 2003 ; Robert Piotrowski, Landsbergs geschichtliches Erbe in Gorzów, in : Die Aneignung, op. cit, p. 60-89 ; Jan Musekamp, Zwischen Stettin und Szczecin. Metamorphosen einer Stadt zwischen 1945 und 2005, thèse de doctorat soutenue à l’Europa-Universität Viadrina de Francfort-sur-l’Oder (2008), en cours de publication au Harras-sowitz Verlag, Wiesbaden.

5 Thum, op. cit.

6 Voir Marcin Zaremba, Komunizm, legitymizacja, nacjonalizm. Nacjonalistyczna legitymizacja władzy komunistycznej w Polsce, Varsovie, Wydawnictwo Trio, 2005.

7 Martin Pelczar, Polski Gdańsk, Gdańsk, Biblioteka Miejska, 1947, p. 180.

8 Le mythe fondateur allemand, objet d’une mémoire insistante dans l’historiographie germa-nocentrée, est la « fondation » de la ville selon le droit de Lübeck en 1236.

9 À la suite du jeune héros, le lecteur découvre le Gdańsk ruiné de l’immédiat après 1945 et les mystérieuses traces du Danzig disparu.

10 Paweł Huelle, « ‘Miasto Gdańsk niegdyś nasz...’. Mit fenica czyli odkrycie atrapy », Pomerania 1991, no 6, p. 7.

11 http://www.gdansk.pl/article.php?category=295&article=684&history=295

12 Paweł Adamowicz, « Danzig versteht seinen Sohn », in : Sueddeutsche Zeitung, 24.08.2006.

13 Serrier, Danzig/Gdańsk, art.cit., p. 247.

14 Musekamp, op. cit. ; idem, Der Königsplatz (plac Żołnierza Polskiego) in Stettin als Beispiel kultureller Aneignung nach 1945, in : Loew, Pletzing, Serrier, Wiedergewonnene Geschichte, op. cit. p. 19-36.

15 Fritz Gause, Geschichte der Stadt Königsberg in Preußen, 3e vol. , Cologne, Weimar, Vienne, Böhlau, 1996, p. 177.

16 Id., Königsberg in Preußen. Geschichte einer europäischen Stadt, Munich, 1968, p. 234.

17 Per Brodersen, Die Stadt im Westen. Wie Königsberg Kaliningrad wurde, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2008, p. 13.

18 Alexander Sologubov, Kaliningrad. Mythos der Weltschöpfung, in : Die Aneignung, op. cit., p. 112.

19 Bert Hoppe, Auf den Trümmern von Königsberg. Kaliningrad 1945-1970, Munich, Oldenbourg Verlag, Schriftenreihe der Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte, 2000, p. 19-50.

20 Sologubov, art. cit.., p. 113.

21 Idem, « Kaliningrad – unsere Heimat ». Ausgewählte Themen örtlicher Diskurse, in : Loew, Pletzing, Serrier, Wiedergewonnene Geschichte, op. cit., p. 89-118.

22 Le livre parut d’abord en traduction allemande : Eckhard Matthes (éd.), Als Russe in Ostpreußen. Sowjetische Umsiedler über ihren Neubeginn in Königsberg/Kaliningrad nach 1945, Ostfildern, edition tertium, 1999. Sur les péripéties du projet et de la publication lire la préface de Juri Wladimirowitsch Kostjaschow.

23 Viviane Du Cartel, De Königsberg à Kaliningrad. L’Europe face à un nouveau « département d’Outre-Terre » russe sur la Baltique, Paris, L’Harmattan, 2007.

24 Brodersen, op. cit., préface de Haug von Kuenheim, p. 10.

25 Karsten Brüggemann, Geteilte Geschichte in Estland ? Ein Vergleich konkurrierender Erinnerungsschichten in Tallinn (Reval) und Narva, in : Die Aneignung, op. cit., p. 221-253.

26 Anatol Lieven, The Baltic Revolution. Estonia, Latvia, Lithuania and the Path to Independence, 2e éd., New Haven, Londres, 1994 (notamment chapitre 2 “Imagined Nations : Cycles of Cultural Rebirth”).

27 Discours du 12 juin 1993 lors de la visite du président de la République fédérale Richard von Weizsäcker à Palmse (cité d’après Brüggemann, p. 223).

28 Brüggemann, art. cit., p. 249.

29 Thomas Serrier, Formen kultureller Aneignung : Städtische Meistererzählungen in Nordosteuropa zwischen Nationalisierung und Pluralisierung, in : Die Aneignung, op. cit., p. 13-24.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Serrier, « Nier ou intégrer l’héritage allemand ? À propos de l’appropriation culturelle de Danzig, Königsberg et Reval à Gdańsk, Kaliningrad et Tallinn », Revue germanique internationale, 11 | 2010, 223-234.

Référence électronique

Thomas Serrier, « Nier ou intégrer l’héritage allemand ? À propos de l’appropriation culturelle de Danzig, Königsberg et Reval à Gdańsk, Kaliningrad et Tallinn », Revue germanique internationale [En ligne], 11 | 2010, mis en ligne le 24 juin 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://rgi.revues.org/313 ; DOI : 10.4000/rgi.313

Haut de page

Auteur

Thomas Serrier

Enseignant à l’Université de Francfort sur l’Oder

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org