Navigation – Plan du site

Introduction

Olivier Agard et Céline Trautmann-Waller
p. 5-10

Texte intégral

1Même si l’anthropologie est sans doute en Allemagne un terme plus courant et y constitue un espace de discussion plus repérable qu’en France, il faut souligner en premier lieu une certaine difficulté à définir cet objet. Comme le montrent bien un certain nombre de contributions du présent volume, la réflexion anthropologique est par définition toujours à l’intersection de la philosophie, de la littérature et de différentes sciences empiriques : elle ne constitue pas elle-même une discipline précise et bien délimitée, mais s’adosse à d’autres disciplines. Sa définition même a fluctué avec l’évolution du champ scientifique et elle a fait à chaque période l’objet de querelles, comme le montre ici Carsten Zelle pour ce qui concerne le XVIIIe siècle en rappelant que même selon les spécialistes, on ne sait toujours pas précisément pour cette époque « quels domaines d’étude comprend réellement l’anthropologie ». Le champ couvert par le discours anthropologique est en second lieu tellement riche et vaste qu’il est impossible d’être exhaustif. L’ambition n’était donc pas de présenter ici un panorama complet de la réflexion anthropologique sur deux siècles, mais de donner des éléments de compréhension de l’histoire de la réflexion anthropologique en Allemagne, d’ébaucher un cadre dans lequel peuvent s’insérer des auteurs importants, voire capitaux, qui ne sont abordés ici que de façon indirecte, en insistant principalement sur la tension entre philosophie et sciences de la nature. Les discours qui sont ici analysés oscillent pour la plupart entre deux pôles : celui de l’histoire naturelle d’une part, et celui de la mise en évidence d’une situation spécifique de l’homme dans la nature d’autre part.

2Au XVIIIe siècle, les entreprises se réclamant de l’anthropologie paraissent marquées de manière générale par l’idée qu’une étude de l’homme ne saurait être purement spéculative et s’opérer en dehors de l’histoire naturelle, même si pour la plupart des auteurs il reste une dimension qui excède celle-ci. Au XXe siècle tout un courant de l’anthropologie (notamment philosophique) souligne avant tout qu’il existe une situation spécifique de l’homme dans la nature pour préserver cette spécificité par rapport à une vision strictement « naturaliste » et biologique. Bien des paradigmes relient cependant ces deux pôles. À l’intérieur de ce cadre, il est possible d’ébaucher une histoire de cette réflexion anthropologique, même si elle ne saurait été envisagée comme continue et linéaire, mais est constituée au contraire de ruptures successives conduisant à chaque fois à une redéfinition des enjeux. Les équilibrages différents ne peuvent s’expliquer qu’en réexaminant les bouleversements introduits par le XIXe siècle, qui constitue de ce point de vue un ensemble complexe et assez mal connu.

  • 1 Hans-Jürgen Schings (éd.), Der ganze Mensch : Anthropologie und Literatur im 18. Jahrhundert : DFG- (...)

3De nombreuses recherches récentes ont suscité un intérêt nouveau pour l’émergence d’une réflexion anthropologique spécifique dans le contexte des Lumières allemandes, et plus particulièrement des Lumières tardives (Spätaufklärung), sans oublier qu’il s’agit là également d’un phénomène européen. La préhistoire de cette anthropologie, ainsi que les enjeux anthropologiques des discussions dans certains domaines auparavant négligés comme la médecine, la psychologie et l’esthétique, ont été mis en lumière. Ce « tournant anthropologique » de l’Aufklärung a ainsi pu être caractérisé comme une tentative de penser l’homme dans sa totalité 1, en intégrant l’âme et le corps, l’esprit et la sensibilité, la nature et la culture. Penser l’homme dans sa totalité, c’est aussi se confronter à la diversité humaine, une question qui, avec les progrès de la connaissance des cultures lointaines, est toujours présente à l’arrière-plan de la réflexion anthropologique.

  • 2 Jörn Garber, Heinz Thoma (éds.), Zwischen Empirisierung und Konstruktionsleistung. Anthropologie im (...)

4Il s’agissait donc pour commencer de réexaminer comment Humboldt, Herder, mais aussi des auteurs moins connus comme Johann Gottlob Krüger ou Friedrich Buchholz, combinent un questionnement relevant des sciences naturelles (anatomie, physiologie, morphologie comparée, paléontologie humaine) avec des enquêtes de type ethnographique sur la diversité des cultures humaines (qui mobilisent l’histoire, la linguistique, l’archéologie, la sociologie, la psychologie sociale), pour fonder une réflexion sur la fonction de l’homme dans la nature, les rapports entre les différents peuples et l’humanité dans son ensemble, et une philosophie de l’histoire. Tout en témoignant d’une ouverture sur des sciences empiriques en voie d’autonomisation, cette réflexion anthropologique a également un aspect spéculatif et normatif,2 et tente de répondre aux questionnements autrefois pris en charge par la théologie.

  • 3 Hans-Erich Bödecker, Philippe Büttgen, Michel Espagne (éds.), Die Wissenschaft vom Menschen in Gött (...)

5La période cruciale de la seconde moitié du XVIIIe siècle occupe donc une place importante dans ce volume. Carsten Zelle se penche sur le cas du docteur Johann Gottlob Krüger et expose les tenants et les aboutissants de son analyse du commercium entre l’âme et le corps. Cet exposé met en évidence le rôle déterminant joué à cette époque par les pôles intellectuels et scientifiques de Halle, centre de la médecine rationaliste, et Göttingen, où se développe l’anthropologie physique de Johann Friedrich Blumenbach.3 Jörn Garber, pour sa part, précise et réfute en partie les analyses de Niklas Luhmann sur le rôle du discours anthropologique dans les mutations sociales du début des temps modernes (1650-1750). C’est l’occasion de montrer, à partir des écrits de Justus Georg Schottelius, Carl Friedrich Bardt, du jeune Schiller et de Friedrich Buchholz, comment le discours anthropologique se développe au point de confluence d’autres discours comme l’éthique ou la réflexion historique sur les sociétés humaines.

6Paola Giacomoni montre dans son article l’importance constitutive du comparatisme pour cette tradition. Le comparatisme fait en effet le lien entre l’étude de l’anatomie et l’étude des qualités morales des différents peuples. L’idée d’une anatomie comparée jouait déjà un rôle central dans l’anthropologie physique de Blumenbach à Göttingen, et c’est aussi à Blumenbach que Humboldt doit – au moins en partie – son concept de « force ». Mais, comme le montre Paola Giacomoni, l’anthropologie comparée de Wilhelm von Humboldt, parce qu’elle entend étudier l’energeia et non l’ergon, se trouve posée devant des problèmes insolubles, comme par exemple de caractériser une force interne qui ne peut être saisie par les sens. Les « types » qu’elle entend dégager par la comparaison servent cependant moins à poser des différences comme différences qu’à enrichir, par la multiplication des relations de comparabilité, le concept d’humanité. L’intérêt de cette contribution est aussi de mettre en évidence le rapport de Humboldt, un des fondateurs de la tradition allemande des sciences de la culture, à la biologie, rapport qui a souvent été occulté par la suite.

  • 4 Kurt Bayertz, Myriam Gerhard, Walter Jaeschke (éds.), Weltanschauung, Philosophie und Naturwissensc (...)

7Cela nous conduit précisément au XIXe siècle, qui nous intéresse tout particulièrement parce qu’il est comparativement une période moins étudiée. La montée en puissance des sciences de la vie constitue à cette époque un défi, dans la mesure où les grands paradigmes naturalistes de l’époque (matérialisme, darwinisme) tendent à mettre le biologique au premier plan, aux dépens de la vision intégratrice de l’« homme total » (ganzer Mensch), donnant lieu ainsi à toute une série de controverses récemment réexaminées4. Kurt Bayertz montre, à partir de l’étude des théories de la station verticale, de l’Antiquité à nos jours, l’impact des nouvelles théories et connaissances biologiques sur la conception de l’homme, dans laquelle la verticalité jouait depuis l’antiquité un rôle déterminant comme marqueur d’un statut éminent de l’homme dans le cosmos. La remise en cause de ce théorème de la verticalité induit toute une série de ruptures, que Kurt Bayertz analyse en détail. L’heure est aujourd’hui à une interprétation « post-cosmologique » – encore à construire – de cette station verticale.

8Les penseurs du XIXe siècle sont tiraillés entre la nécessité de payer un tribut au biologisme et l’ambition de sauver malgré tout une certaine idée de l’homme. Le cas de Nietzsche, analysé par Gilbert Merlio, est ici particulièrement intéressant. Nietzsche, dont l’œuvre eut un impact considérable dans le champ des sciences humaines en général, a un rapport très ambivalent au naturalisme darwinien, qui entre en résonnance avec les tensions immanentes à sa pensée. Tout en valorisant le corps et en renonçant à la téléologie métaphysique, Nietzsche rejette ce qui lui apparaît comme l’« utilitarisme » darwinien, et son idée d’une sélection par adaptation. Du côté des sciences expérimentales, Wilhelm Wundt et Hermann Lotze sont aussi à leur façon dans cet entre-deux.

9En raison des progrès de la biologie, on assiste à un éclatement des savoirs : l’anthropologie physique devient un domaine spécifique, clairement distinct de l’ethnologie, et on s’oriente vers une séparation entre Naturwissenschaften et Geisteswissenschaften, même si certains programmes scientifiques (par exemple celui de la Völkerpsychologie) tentent de maintenir une unité. Que devient la réflexion anthropologique dans ce nouveau contexte ? Cette spécialisation conduit-elle à l’abandon complet de la tradition anthropologique née avec Herder ou Humboldt ? Ne mène-t-elle pas plutôt à un redéploiement de celle-ci dans un nouveau contexte ? La réponse à ces questions nous paraît impliquer d’une part une analyse de la « théorie anthropologique » implicite dans les visions même les plus naturalistes, et d’autre part une enquête sur la manière dont les sciences de la culture et de la société réagissent de façon productive au défi que représente l’anthropologie naturaliste et à ses prolongements dans le champ de la sociologie. L’anthropologie de Lotze, étudiée par Gerald Hartung, constitue ici assurément un maillon très important. Dans la mesure où Lotze était à la fois philosophe et médecin, il est au cœur de la problématique qui nous occupe et sa volonté de trouver une synthèse entre les différents discours en présence fait de lui une figure centrale de la réflexion anthropologique – au moins sur un plan historique. Dans son anthropologie, il continue de se référer à Herder et Humboldt, mais il intègre aussi les progrès des sciences empiriques, tout en cherchant à ménager la possibilité d’une perspective non-mécaniste sur la réalité. À cette fin, il élabore une philosophie de la nature et de la vie. Comme chez beaucoup d’auteurs, la notion de Leben joue chez Lotze un rôle de médiation entre le biologique et le métaphysique. Le cercle positiviste de Leipzig (Wundt, Karl Lamprecht, Friedrich Ratzel), dont Michel Espagne retrace les ramifications, met en valeur pour sa part la fonction médiatrice de la psychologie, qui fait le lien entre esprit et biologie, entre sciences de la culture et sciences de la nature. La Völkerpsychologie de Wundt est ainsi à la fois une anthropologie et une historiographie. Il faut noter toutefois que de façon générale, la psychologie, référence polymorphe, est alors mobilisée aussi bien dans des anthropologies qui ne coupent pas le lien avec les sciences de la nature (Wundt), que dans des entreprises qui plaident pour une spécificité de la sphère de l’esprit (Wilhelm Dilthey).

10La revendication d’une scientificité propre à l’anthropologie passe au XIXe siècle en premier lieu par la mesure comparative, toujours plus précise, des squelettes et autres fragments humains, mais aussi par le développement de l’enquête de terrain. Loin de se cantonner à la collecte d’ossements ou d’artefacts, les anthropologues en expédition décrivent les langues, les pratiques culturelles et la vie sociale des populations rencontrées. Comme le montrent les expériences polynésiennes de l’anthropologie allemande étudiées par Céline TrautmannWaller, de Georg Heinrich von Langsdorff à Adolf Bastian et à Karl von den Steinen, la professionnalisation du versant ethnologique de l’anthropologie implique de plus en plus des séjours prolongés sur place, une connaissance des langues « indigènes ». L’expérience du terrain, sous cette première forme, se constitue dans la tension entre un « bagage » théorique, offrant un premier cadre à l’observation, et un vécu complexe où se mêlent échanges avec les populations locales, tentatives d’interprétation, décentrements et confrontation avec la réalité coloniale. Les problématiques philosophiques de l’unité et de la diversité de l’humanité, du rapport entre nature et culture sont ici intégrées aux interrogations méthodologiques et à la pratique même de l’anthropologie comme exercice du regard et de l’interaction.

  • 5 Max Scheler, La situation de l’homme dans le monde, Paris, 1979 (initialement paru en 1928).
  • 6 Joachim Fischer, Philosophische Anthropologie : eine Denkrichtung des 20. Jahrhunderts, Fribourg-en (...)
  • 7 Gerald Hartung, Das Maß des Menschen : Aporien der philosophischen Anthropologie und ihre Auflösung (...)

11Dans les années 1920, dans un contexte de crise de l’historisme et de marginalisation de la tradition idéaliste, on assiste en philosophie à un nouveau tournant anthropologique, salué par Max Scheler, mais déploré par Martin Heidegger. Sous les auspices de la philosophie, l’anthropologie apparaît à nouveau comme un projet unifiant qui permettrait d’intégrer philosophie et sciences de la vie, Geisteswissenschaften et Naturwissenschaften, afin de déterminer la « place de l’homme dans le cosmos », selon le titre de l’ouvrage fondateur de Max Scheler5. C’est dans ce contexte que le paradigme d’« anthropologie philosophique », porté par Scheler, Helmuth Plessner puis Arnold Gehlen, voit le jour. Pour Joachim Fischer, qui lui a consacré un ouvrage 6, l’anthropologie philosophique constitue une stratégie discursive, qui apporte une réponse singulière au défi que représente le darwinisme. En tentant d’inscrire l’homme dans l’ordre de la vie, mais sans abandonner l’idée d’une différence de l’homme, elle se distingue à la fois du culturalisme (pour lequel tout est culturel, y compris la nature) et du créationnisme. Olivier Agard analyse la mise en œuvre de cette stratégie par Max Scheler, et montre qu’on peut l’interpréter comme une réaction au contexte politique et culturel, un point également abordé par Mario Marino en rapport avec Gehlen. On pourrait se demander dans quelle mesure d’autres projets, contemporains de l’anthropologie philosophique (et qu’il n’a pas été possible d’aborder ici), s’inscrivent dans ce même contexte, comme la « théorie critique » de Max Horkheimer (malgré ses réticences affichées envers toute pensée anthropologique, au moins jusqu’à la Dialectique de la Raison), l’anthropologie historique de Norbert Elias ou bien encore la philosophie des formes symboliques d’Ernst Cassirer, qui, dans le cadre d’une réflexion sur le rapport entre Geist et Leben, semble évoluer vers une anthropologie philosophique7.

  • 8 Helmuth Lethen, Verhaltenslehren der Kälte : Lebensversuche zwischen den Kriegen, Francfort/Main, 1 (...)

12En même temps, l’idée d’une anthropologie philosophique se heurte du côté de la philosophie à une forte résistance. Il y a dans la tradition phénoménologique, un interdit anthropologique, et le débat sur cette question est, à la fin des années 1930, extrêmement vif. Comme le montre Jean-Claude Monod, l’intérêt d’un penseur comme Hans Blumenberg est de tenter de construire dans l’Allemagne d’après 1945 une anthropologie phénoménologique, philosophique, qui réconcilie Husserl et Heidegger d’un côté, Scheler et Gehlen de l’autre. Mais dans les années 1920, le tournant anthropologique ne concerne pas que la philosophie. Helmuth Lethen a montré que la réflexion anthropologique est au cœur de la « nouvelle objectivité » des années 19208. On pourrait également situer dans ce contexte les œuvres de Hermann Broch, Robert Musil ou Elias Canetti. Tanja van Hoorn montre la présence du questionnement anthropologique chez trois auteurs des années 1920-1950, Alfred Döblin, Gottfried Benn et Ernst Jünger. Chez ces trois écrivains, la réflexion anthropologique s’inscrit dans une réflexion plus large sur l’histoire naturelle, conçue sur le mode d’une morphologie anti-darwinienne. Cet article a le mérite de montrer que même si l’anthropologie bénéficie d’un effet de mode, qui, dans le champ des études germaniques a parfois suscité des réticences, il ne s’agit pas là d’un simple habillage, mais que les transferts entre littérature et anthropologie sont une réalité. Comme l’illustre le cas de Krüger analysé par Carsten Zelle, il existe au moins depuis le XVIIIe siècle une « anthropologie littéraire » qui est aussi une « littérature anthropologique ».

13Nous espérons donc qu’avec ces incursions ponctuelles et l’étude de quelques moments ou articulations clés, ce volume éclairera la manière dont théorie anthropologique et sciences empiriques, plus particulièrement sciences de la nature, ont interagi sur l’ensemble de la période. L’article de Mario Marino revêt de ce point de vue un intérêt particulier, car il met en évidence certains éléments de continuité apparents (la théorie du Mängelwesen, la théorie humboldtienne du langage), mais montre aussi comment ces éléments (en partie issus de Pufendorf et de la pensée du droit naturel) sont réinterprétés dans le contexte des années 1930 par un penseur comme Gehlen, dans un sens qui n’est plus celui de Herder, et qui doit beaucoup à la discussion du XIXe siècle sur l’origine du langage. L’interprétation de Gehlen a toutefois aussi selon Marino l’intérêt de mettre en valeur le potentiel anti-idéaliste et anti-spiritualiste de la philosophie de Herder. On pourrait sans doute appliquer le même traitement à d’autres éléments de continuité en analysant la relecture par Cassirer de la théorie des Sprachformen de Humboldt, la reprise par Richard Thurnwald de la psychologie des peuples de Steinthal et Lazarus. On pourrait s’interroger aussi sur la tradition vitaliste, de Blumenbach à Hans Driesch.

  • 9 Jean-Marie Schaeffer, La fin de l’exception humaine, Paris, 2007.
  • 10 Andrew Zimmerman, Anthropology and Antihumanism in Imperial Germany, Chicago, 2001.

14Quoi qu’il en soit, ces contributions permettent d’éclairer des débats contemporains, comme la question de la séparation entre nature et culture, entre sciences du vivant et sciences humaines, ou encore la question du relativisme culturel. Dans un contexte où les progrès de la biologie et de la génétique ouvrent la perspective d’une ingénierie du vivant, et où la question de l’« exception humaine9 » est plus que jamais posée, la réflexion anthropologique que ce volume met en valeur offre aussi des ressources pour penser des défis à venir. Jointes les unes aux autres, ces contributions montrent qu’à côté du discours « antihumaniste » d’une certaine forme d’anthropologie10, il a aussi existé en Allemagne une tradition de pensée visant à combiner une certaine idée de l’homme avec les progrès de la biologie.

Haut de page

Notes

1 Hans-Jürgen Schings (éd.), Der ganze Mensch : Anthropologie und Literatur im 18. Jahrhundert : DFG-Symposion 1992, Stuttgart, 1994.

2 Jörn Garber, Heinz Thoma (éds.), Zwischen Empirisierung und Konstruktionsleistung. Anthropologie im 18. Jahrhundert (Hallesche Beiträge zur Europäischen Aufklärung 24), Tübingen, 2004.

3 Hans-Erich Bödecker, Philippe Büttgen, Michel Espagne (éds.), Die Wissenschaft vom Menschen in Göttingen um 1800, Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte, Göttingen, 2008.

4 Kurt Bayertz, Myriam Gerhard, Walter Jaeschke (éds.), Weltanschauung, Philosophie und Naturwissenschaft im 19. Jahrhundert (Vol. 1 : Der Materialismus-Streit ; vol. 2 : Der DarwinismusStreit ; vol. 3 : Der Ignorabismus-Streit), Hambourg, 2007.

5 Max Scheler, La situation de l’homme dans le monde, Paris, 1979 (initialement paru en 1928).

6 Joachim Fischer, Philosophische Anthropologie : eine Denkrichtung des 20. Jahrhunderts, Fribourg-en-Brisgau, 2008.

7 Gerald Hartung, Das Maß des Menschen : Aporien der philosophischen Anthropologie und ihre Auflösung in der Kulturphilosophie Ernst Cassirers, Weilerswist, 2003.

8 Helmuth Lethen, Verhaltenslehren der Kälte : Lebensversuche zwischen den Kriegen, Francfort/Main, 1994.

9 Jean-Marie Schaeffer, La fin de l’exception humaine, Paris, 2007.

10 Andrew Zimmerman, Anthropology and Antihumanism in Imperial Germany, Chicago, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Agard et Céline Trautmann-Waller, « Introduction », Revue germanique internationale [En ligne], 10 | 2009, mis en ligne le 26 novembre 2012, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://rgi.revues.org/314

Haut de page

Auteurs

Olivier Agard

Maître de conférences en études germaniques à l’Université de Paris 4.

Articles du même auteur

Céline Trautmann-Waller

Professeur en études germaniques à l’Université de Paris 3 et membre de l’Institut universitaire de France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page