Navigation – Plan du site

Commercium mentis et corporis. La contribution de Johann Gottlob Krüger à l’anthropologie littéraire autour de 1750

« Commercium mentis et corporis ». Johann Gottlob Krügers Beitrag zur literarischen Anthropologie um 1750
Carsten Zelle
Traduction de Gilles Darras
p. 11-29

Résumés

Cet article décrit dans sa première partie l’extension de la notion difficilement définissable d’anthropologie dans l’aire germanique autour de 1750. La conception de l’anthropologie comme science du « Commercium mentis et corporis » constitue donc le centre de cette partie. La deuxième partie du développement se rapporte à un exemple précoce d’une telle conception de l’anthropologie et présente l’œuvre scientifique et littéraire de Johann Gottlob Krüger (1715-1759), l’un des « médecins raisonnables » de la première phase des Lumières. La relation entre corps et âme est analysée à partir de quelques exemples choisis de l’œuvre scientifique en langue allemande de Krüger (Naturlehre 1740 ff., Diät 1751, Experimentalseelenlehre 1756), avec une attention particulière pour la loi de la proportionnalité entre mouvement et sensibilité. La fin de l’article est consacrée à un texte en prose relativement court extrait de l’œuvre littéraire de Krüger Träume (11754, 41785) et montre en quoi consiste la valeur esthétique littéraire supérieure d’une illustration poétique de différents modèles du commercium par rapport à leur représentation scientifique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’allemand par Gilles Darras

Texte intégral

  • 1 Gideon Stiening, Verweltlichung der Anthropologie im 17. Jahrhundert ? Von Casmann und Magirus zu D (...)
  • 2 Otto Cassmann, Psychologia Anthropologica ; sive Animae Humanae Doctrina, Hanau, 1594 ; du même, Se (...)
  • 3 G. Stiening, Verweltlichung der Anthropologie, p. 175. Voir Mareta Linden, Untersuchungen zum Anthr (...)
  • 4 Wolfgang Riedel, Literarische Anthropologie, in : Harald Fricke (éd.), Reallexikon der deutschen Li (...)
  • 5 Y. Wübben, Aufklärungsanthropologie im Widerstreit ?, p. 3.
  • 6 Voir le quadrillage du champ anthropologique effectué par Tanja van Hoorn : Das anthropologische Fe (...)

1En posant la question de l’anthropologie philosophique après la Renaissance, nous nous retrouvons, comme cela vient d’être rappelé très récemment, sur un « terrain plein de failles1 », que ce soit au niveau de l’état des sources ou de l’histoire de la recherche. Depuis la somatologie de Magnus Hundt (1449-1519), Anthropologium de hominis dignitate (Leipzig 1501) ou l’anthropologie en deux volumes de Otto Cassmann sur l’homo duplex (Hanau 1594/1596)2, traité de psychologie et de physiologie, la plupart des ouvrages d’anthropologie « attendent encore d’être étudiés3 ». Ceci vaut également pour l’anthropologie du XVIIIe siècle, et ce bien que ou justement parce que les recherches des germanistes sur la littérature anthropologique, depuis les ouvrages pionniers de Helmut Pfotenhauer et Hans-Jürgen Schings, ont ici exploité le « riche potentiel interdisciplinaire de ce champ de recherches4 » à travers un grand nombre d’études. Néanmoins, la conclusion à laquelle sont récemment arrivés les chercheurs révèle que l’on ne sait toujours pas précisément « quels domaines d’étude comprend réellement l’anthro-pologie5 ». C’est pourquoi j’aimerais dans un premier temps interroger certains aspects du discours anthropologique au XVIIIe siècle6, avant d’en venir, pour finir, au médecin rationaliste de Halle, Johann Gottlob Krüger, et à sa contribution à l’anthropologie littéraire autour de 1750. Je m’appuierai pour ce faire sur deux corpus de textes : d’une part sur certains extraits de son ouvrage scientifique en allemand qui traitent de la relation psychosomatique, principalement en rapport avec sa loi de la sensation, et d’autre part sur un court texte en prose extrait de son œuvre littéraire (Rêves), qui illustre par la littérature divers modèles de relation psychosomatique.

L’anthropologie au XVIIIe siècle : introduction au concept

  • 7 Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, arts et des métiers, par une société de gens d (...)

2Commençons par une observation interculturelle caractéristique : l’anthropologie n’est pas un concept pertinent pour les philosophes français des Lumières. En 1751, l’Encyclopédie présente le terme « d’anthropologie », outre sa signification religieuse désignant l’anthropomorphisation de Dieu (article de l’Abbé Mallet), comme un concept employé « dans l’oeconomie animale » (article de Pierre Tarin). Elle comprend par ce terme un « traité de l’homme », cite les ouvrages paradigmatiques de Hermann Friedrich Treichmeyer (1685-1746 : Elementa anthropologiae, sive Theoria corporis humani [...], Jena 1719, 1739) et de James Drake (Anthropologia nova : or a new System of Anatomy. Describing the animal oeconomy, and a short rationale of many distempers incident to human bodies. London 1707) et renvoie en outre au concept anatomique « d’anthropographie » (article de Pierre Tarin), se référant principalement à l’ouvrage ainsi intitulé du médecin et anatomiste parisien Jean Riolan le Jeune (Paris 1649) en l’honneur duquel est cité l’hommage de Boerhaave, selon qui la qualité des descriptions anatomiques repose entre autres sur les 151 dissections effectuées à cette fin : « il avoit disséqué 150 cadavres avant de donner son ouvrage7 ». Les suppléments n’ajoutent rien à cette observation et la « Table analytique et raisonnée » (I, 1780, 78 (b)) résume ce que je viens d’évoquer.

  • 8 Johann Heinrich Zedler, Grosses vollständiges Universal =Lexicon aller Wissenschaften und Künste, 6 (...)
  • 9 Johann Georg Walch, Philosophisches Lexikon [1726, 1733], 4., édition augmentée, éditée par Justus (...)
  • 10 Alexander Gottlieb Baumgarten, Metaphysik [1re édition, lat. 1739], traduite par Georg Friedrich Me (...)
  • 11 On sait que c’est Thomasius qui a fait de ce concept d’homme total un « mot d’ordre antirationalist (...)

3En bref : pour un « philosophe » français, l’anthropologie est un synonyme d’anatomie, c’est-à-dire qu’elle désigne exclusivement ce que nous appellerions en allemand une « anthropologie physique ». « L’anthropologie » est une « partie spécifique de la Physique » lit-on dans le Zedler8. C’est-à-dire, comme Johann Georg Walch le définit en 1726 dans son Dictionnaire philosophique (Philosophisches Lexicon), que « l’emploi habituel que les médecins, en particulier, font de ce terme anthropologie [en allemand] ne considère pas l’état moral d’un homme9 » (schéma 1). Mais Walch élargit le concept, sans quitter bien sûr le mode du conditionnel (« pourrait » ou « serait »), en considérant la « nature double » de l’homme, dans la mesure où il distingue une anthropologie physique, elle-même divisée entre une anthropologie générale et particulière, se rapportant aux maladies, c’est-à-dire à la santé du corps humain (anthropologia medica), d’une anthropologia moralis, dont l’objet « serait » constitué par « l’âme » elle-même ainsi que par ses « relations » aussi bien au « corps » qu’à la « vraie félicité poursuivie par Dieu ». « Serait » constitué : c’est-à-dire, précisément, sans cette restriction du concept imposée par la médecine. L’anthropologie conjecturelle de Walch traiterait également « sans distinction » de la question du commercium, c’est-à-dire celle de « l’union » des deux natures (esprit et corps) sans que l’on sache toutefois dans quelle partie de l’anthropologie ce problème pourrait bien trouver sa place. Comme l’anthropologie physique générale constitue l’anatomie (« structure » des membres) et la physiologie (« cohésion » entre les membres), comme l’anthropologie médicale particulière se rapporte à la pathologie (« santé et maladie du corps humain ») et comme enfin l’anthropologie morale recouvre essentiellement l’éthique, le problème du commercium dans cette taxinomie conceptuelle demeure sans réponse. Cela vaut également pour la Métaphysique de Baumgarten10, dans laquelle la question du commercium est l’objet de la psychologie, mais se voit traitée deux fois : d’une part dans le dernier paragraphe de la Psychologie empirique (psychologia empirica, §§. 367-543) dans la transition vers la Psychologie rationnelle (psychologia rationalis, §§. 544-597) sous le titre suivant : « De la communauté de l’âme et du corps » (§§. 538-543). Ces paragraphes ont pour objet « l’influence » réciproque, ou plus exactement la « concordance » et la « communauté » réciproques de l’âme et du corps. Cette question se voit traitée d’autre part dans la Psychologie rationnelle même, plus précisément dans son deuxième paragraphe qui a pour titre : « Modes d’explication de la communauté de l’âme humaine et de son corps » (§§ 563-568). D’autres explications que celle de l’harmonie préétablie (« la concordance prédestinée ») y sont esquissées, comme l’explication influxionniste ou occasionnaliste. La Psychologie rationnelle permet également au concept même d’anthropologie de s’exprimer (§ 551), dans la mesure où Baumgarten, suivant en cela l’exemple de Walch et considérant les deux parties de ce que Georg Friedrich Meier appelle, dans la version allemande du texte, « l’homme total11 », distingue une « connaissance philosophique et mathématique », qualifiée « d’anthropologia » dans la perspective d’un savoir rationnel, « d’anthropometria » dans celle d’un savoir empirique, et dont la méthode est désignée par le concept « d’anthropognosia », c’est-à-dire « l’art de la connaissance de l’homme ».

Schéma 1 : J. G. Walch, Philosophisches Lexikon, Leipzig, 1726, s.v. « Anthropologie »

Schéma 1 : J. G. Walch, Philosophisches Lexikon, Leipzig, 1726, s.v. « Anthropologie »
  • 12 Deutsche Encyklopädie oder Allgemeines Real-Wörterbuch aller Künste und Wissenschaften von einer Ge (...)
  • 13 Dans son édition remaniée du Philosophisches Lexikon de Walch (voir note 9), Justus Chrisian Hennin (...)
  • 14 Ernst Platner, Anthropologie für Ärzte und Weltweise. Erster Theil [une seule partie a paru], Leipz (...)

4La division conceptuelle effectuée par Walch continuera à marquer tout le XVIIIe siècle. Ainsi, l’article « anthropologie » de l’Encyclopédie allemande (Deutsche Enzyklopädie) de 1778 est intéressant, quoiqu’il n’ait pas jusqu’ici retenu l’attention, à ma connaissance (Schema 2)12. Il s’agit plus précisément de deux courts articles (non signés), le premier rappelant la signification théologique d’une anthropologia sacra qualifiée de « science de l’homme dans ses quatre états » (innocence, péché, grâce, gloire), le second, un peu plus important, germanisant l’anthropologie en la désignant sous le nom de « science ou doctrine de l’homme » (« Wissenschaft oder Lehre vom Menschen »), laquelle se décompose – comme dans la subdivision de Walch – en une partie physique et une partie morale. Mais le centre de gravité s’est déplacé de manière significative par rapport au début des Lumières. La conception physique, qui dominait à l’orée du XVIIIe siècle, est désormais complètement marginalisée. C’est l’anthropologie morale qui retient dorénavant l’intérêt. C’est elle qui, en raison des glissements conceptuels, se voit divisée en une rubrique générale, concernant le genre humain, et une rubrique particulière, se concentrant sur l’individu. Il est frappant de constater que même des thèmes comme « la reproduction » ou « la diversité des races humaines » sont rangés dans l’anthropologie morale (en général). Certains écrits, comme la Theoria Generationis (publiée pour la première fois en 1764) de Caspar Friedrich Wolff, une théorie épigénétique de la reproduction, ou le traité de Johann Friedrich Blumenbach De generis humani varietate nativa (première publication en 1776), une théorie des races humaines, récusent pareille subsomption et demandent que ces thèmes figurent bien plutôt dans la partie de l’anthropologie consacrée à la théorie naturelle. Il est également frappant de voir que la taxinomie de l’Encyclopédie allemande de 1778 ignore cette innovation13 sur laquelle s’appuie Ernst Platner (1744-1818) pour refonder l’anthropologie (schéma 3) dans son Anthropologie pour médecins et philosophes de 1772. Il reprend certes d’une part la taxinomie reposant sur la définition opposée de « l’homme total » comme persona mixta, mais restreint significativement, d’autre part, l’acception du terme d’anthropologie en excluant les sciences qui traitent soit de l’homme comme d’un être uniquement physique (anatomie, physiologie) soit comme d’un être uniquement moral (logique, esthétique, philosophie morale). Seule une science qui vise à « considérer le corps et l’âme dans leurs relations, leurs restrictions et leurs rapports réciproques » peut désormais, selon Platner, mériter le qualificatif d’anthropologie14.

Schéma 2 : Deutsche Encyclopädie oder Allgemeines Real-Wörterbuch aller Künste und Wissenschaften von einer Gesellschaft Gelchrter, 23 vol. [jusqu’à K],Francfort/Main, 1778-1804, ici : vol. I (1778), p. 547.

Schéma 2 : Deutsche Encyclopädie oder Allgemeines Real-Wörterbuch aller Künste und Wissenschaften von einer Gesellschaft Gelchrter, 23 vol. [jusqu’à K],Francfort/Main, 1778-1804, ici : vol. I (1778), p. 547.

Schéma 3 : E. Platner : Anthropologie für Aerzte und Weltweise, Leipzig, 1772, Préface

Schéma 3 : E. Platner : Anthropologie für Aerzte und Weltweise, Leipzig, 1772, Préface
  • 15 Jutta Heinz, Wissen vom Menschen und Erzählen vom Einzelfall. Untersuchungen zum anthropologischen (...)
  • 16 Maximilian Bergengruen, Roland Borgards, Johannes Friedrich Lehmann, Einleitung, in : des mêmes, Di (...)
  • 17 Ainsi, récemment : Y. Wübben, Limitierte Anthropologie, p. 68.
  • 18 Ibid.
  • 19 Immanuel Kant, Anthropologie in pragmatischer Hinsicht [1798], in : du même, Schriften zur Anthropo (...)
  • 20 Naschert, Stiening, Zur Einführung. Ernst Platner, p. 9.

5Dans cette restriction de l’extension conceptuelle à laquelle procède Platner, certains voient, pour s’en réjouir, « la formule fondatrice de l’anthropologie des Lumières15 », tandis que d’autres l’accusent de « monopoliser » un concept anthropologique précis au détriment d’autres formes de discours relatifs au savoir anthropologique, qui se voient ainsi marginalisées16. En outre, un désaccord subsiste dans la recherche à propos du type d’anthropologie – science du commercium – inauguré par Platner. Aux yeux de la tradition d’une anthropologia physica, la concentration de l’anthropologie sur le commercium mentis et corporis signifie une ouverture à la philosophie. Avec sa « disposition holistique » se réclamant de la « double nature » de l’homme, elle est donc dirigée, comme on a pu le lire récemment, « contre le réductionnisme de la physiologie17 ». Ces distinctions, qui visent ici à montrer que le « texte » de Platner, ainsi que la « formation » des textes anthropologiques des Lumières tardives, sont liés aux « conditions d’un système scientifique en voie de différenciation18 », s’appliquent également, j’aimerais le rappeler, aux médecins rationalistes de Halle. Vue sous l’angle de l’Anthropologie d’un point de vue pragmatique de Kant (1798) qui vise à définir ce que l’homme, « conçu comme un être libre d’agir, fait, peut ou doit faire de lui-même », la conception de Platner ne dépasse pas le stade d’une anthropologie purement physique, cherchant à établir « ce que la nature fait de l’homme19 ». L’ambigüité des jugements transparaît très clairement dans la polémique sur laquelle s’ouvre le dernier numéro de la revue Aufklärung, consacré à Platner, lorsque l’innovation de ce dernier est qualifiée, en l’espace de quelques lignes, tantôt de théorème fondateur d’une « anthropologie physique » (dans une perspective kantienne) et tantôt (dans la tradition de l’anthropologia physica) de théorie médico-philosophique fondamentale (je souligne, C.Z.)20. La perspective kantienne ne fait bien entendu que redonner vie à cette taxinomie dualiste à laquelle Platner avait mis fin en limitant l’anthropologie à la recherche sur le commercium, entraînant ainsi une réorganisation trialiste du domaine anthropologique.

Les Médecins rationalistes, à l’exemple de Johann Gottlob Krüger

  • 21 Sur le concept de pathologie, en particulier dans l’esthétique et dans la théorie des affects de Ge (...)

6Le corpus des textes rédigés par ceux qu’on appelle les médecins rationalistes de Halle se caractérise par une ouverture de l’anthropologia physica aux questions de psychologie et de pathologie esthétique21, c’est-à-dire à la théorie des affects et donc au problème du commercium, mais aussi à une vaste palette de phénomènes psychophysiques (douleurs, rires, pleurs, rêves, somnambulisme etc...) et aux possibilités thérapeutiques, ainsi que par l’inscription de ces questions dans le cadre de la diététique, c’est-à-dire de règles de vie dépassant de très loin la simple nature physique de l’homme. Il s’agit d’œuvres de Johann Gottlob Krüger (1715-1759), qui se présente sur les pages de titre de ses livres sous la double dénomination de médecin et philosophe (schéma 4), de Johann August Unzer (1727-1799), de Ernst Anton Nicolai (1722-1802), de Johann Christian Bolten

  • 22 Voir Carsten Zelle (éd.), « Vernünftige Ärzte ». Hallesche Psychomediziner und die Anfänge der Anth (...)
  • 23 Voir Wilhelm Schmidt-Biggemann et Ralph Häfner, Richtungen und Tendenzen in der deutschen Aufklärun (...)

7(1727-1757) et d’autres22, qui, dès 1750, apportent leurs contributions à un débat mené dans la médecine et la philosophie et auquel Platner donnera un nom ainsi qu’un concept. Afin de mettre en évidence l’importance des innovations apportées par la réflexion de ces médecins rationalistes, on peut, en reprenant des formulations en vigueur dans le discours scientifique23, parler ici d’une révolution anthropologique avant la « révolution anthropologique ».

Schéma 4 : Disposition « trialiste » chez Nicolai/Unzer et répartition des disciplines chez Platner

Âme ( = Partie I)

Psychologie (science de l’âme)

Influxus/Commercium ( = Fin)

Anthropologie (science du commercium)

Corps ( = Partie II)

Physiologie (science du corps)

Disposition chez Unzer (1747), Nicolai (1748)

Platner (1772)

a) Fondements théoriques

  • 24 Voir la citation connue de Unzer dans la préface de sa Philosophische Betrachtung des menschlichen (...)
  • 25 Voir à ce sujet les efforts d’Yvonne Wübben pour déterminer le champ, ou plus précisément le type d (...)
  • 26 Voir Carsten Zelle, “Ey was hat der Arzt mit der Seele zu thun ?” Physiologie und Psychologie bei A (...)

8L’argumentation relationniste, fondée sur l’idée que certains concepts ne prennent sens qu’à partir de leurs mises en relation réciproques, fait observer que dans des traités comme celui de Unzer (Du soupir, Halle 1747) ou dans celui de Nicolai (Pensées sur les larmes et les pleurs, Halle 1748), des dispositions homologues structurent le processus argumentatif (schema 5). Le discours anthropologique de Halle suit le classement anthropologique déjà élaboré par Walch mais qui, en raison du réductionnisme médical prédominant, demeurait encore vide. La réduction conceptuelle en vigueur explique en même temps pourquoi les philosophes de Halle ne disposaient pas du concept « d’anthropologie » pour désigner cet élargissement de l’horizon médical obtenu grâce au large spectre psychophysique évoqué plus haut24. L’objet d’étude exclusif de l’anthropologia physica est élargi à la psychologie et, conséquence de cette ouverture, à la question du commercium. Le schéma en trois points que l’on trouve chez Nicolai ou Unzer correspond à la répartition disciplinaire trialiste effectuée par Platner en 1772. Grâce à elle, il opère un classement du champ anthropologique et réinvente l’anthropologie sous la forme d’un type de discours qui, par une différenciation interdisciplinaire, permet de contourner la subdivision du savoir anthropologique en plusieurs sciences singulières25 ou au moins de compenser cette subdivision à l’aide d’un terme controversé. Dans le même temps, l’intégration de préoccupations psychologiques, esthético-pathologiques et philosophiques distingue cette « anthropologie » de Halle du programme de recherches expérimentales de Haller et de ses disciples à Göttingen, lequel observe bien sûr avec attention la concurrence en provenance de Halle et la commente abondamment dans les Göttingische Anzeigen26.

  • 27 Y. Wübben, Limitierte Anthropologie, « problématique » (p. 66), « fallacieuse » (p. 67).
  • 28 Ibid., p. 61, 62 et 63.

9On a récemment qualifié de « fallacieuse » et de « problématique » l’idée consistant à « antidater » la réflexion de Platner en la faisant remonter au champ de recherches de Halle27. Cette idée est jugée « fallacieuse » parce qu’elle aplanirait, selon ses détracteurs, la différence entre un ordre du savoir pré-moderne et une formation du texte anthropologique. Elle est en outre qualifiée de « problématique », parce qu’Unzer, s’appuyant sur la distinction entre les facultés supérieures et inférieures de l’âme, opérerait avec deux « concepts de l’âme distincts », faisant ainsi une différence entre une âme vitale et une âme cognitive, voire mentale, d’où il résulte que l’échange médico-psychologique serait limité aux facultés inférieures de l’âme et que la démarche de Unzer ne serait pas « holistique », comme chez Platner, mais que son « anthropologie » – entre guillemets – serait bien au contraire limitée28.

  • 29 Ibid., p. 63, voir aussi note 36.
  • 30 Johann Gottlob Krüger, Naturlehre, IIe partie : Physiologie, oder Lehre von dem Leben und der Gesun (...)
  • 31 Voir Albrecht von Haller, Von den empfindlichen und reizbaren Theilen des menschlichen Körpers [lat (...)
  • 32 Krüger, Naturlehre. Tl. II. : Physiologie, § 40, 83.
  • 33 « L’âme est une vis repraesentativa universalis dont la sensation est la première activité. ».
  • 34 Christian Wolff, Vernünfftige Gedanken von Gott, der Welt und der Seele des Menschen [ = Deutsche M (...)
  • 35 Johann Gottlob Krüger, Diät oder Lebensordnung, Halle, 1751, § 7 (“Gewohnheit”) ; voir aussi du mêm (...)
  • 36 Y. Wübben, Limitierte Anthropologie, p. 61. En réalité, le texte de Johann August Unzer (Praeside) (...)
  • 37 Krüger, Diät, § 7, 17. Le programme de recherche de Krüger aboutira à sa Psychologie expérimentale (...)

10La critique portant sur le caractère « fallacieux » de la démarche, renvoie pour moi à des contraintes systématiques liées au fait que l’on décrète l’existence de deux ordres du savoir discontinus. Mais il faudrait s’intéresser de plus près au passage d’un ordre à un autre ordre, d’autant plus que la critique reconnaît elle-même que la duplication du concept d’âme, pratiquée par Unzer, entre une faculté supérieure et inférieure, « manifeste les premiers signes d’un processus d’érosion29 ». Il est toutefois nécessaire, pour cela, de comparer deux espaces temporels, une telle opération révélant toujours des points communs que j’ai tenté de souligner, et des différences riches d’enseignements. L’allusion à des concepts d’âme distincts, chez Unzer, et respectivement liés à un contexte précis, est lourde de conséquences, car on en vient obligatoirement à se demander si l’interprétation de la loi de Krüger relative à la sensation et à la proportionnalité (« une sensation est toujours suivie d’un mouvement qui lui est proportionnel30 »), interprétation déterminante pour la question du commercium, s’en trouve affectée. Le terme de mouvement désigne un mouvement du corps, le battement du cœur par exemple. Chez Krüger, en revanche, le concept de sensation a plusieurs significations. Il désigne (a) une modification du nerf, lorsqu’il est affecté, c’est-à-dire ce qui, chez Haller, constitue l’irritation déclenchant la sensibilité. Il définit en outre (b) une représentation très vive, que ce soit une imagination ou un affect, c’est-à-dire ce que l’âme humaine se représente, ou plus précisément ce que l’animal exprime par un signe visible de douleur, quand une partie du corps est touchée ou stimulée. Il désigne enfin (c) l’association d’une stimulation nerveuse et d’une représentation vive. On parle ici d’une « sensation » au sens d’une métonymie reposant sur un lien de causalité, comme lorsqu’on dit par exemple : l’aiguille me fait mal. Je renonce ici à expliquer dans les détails le concept de sensation chez Krüger, avec toutes ses implications neuroanatomiques et neurophysiologiques, concept qui ne distingue pas entre l’irritabilité et la sensibilité au sens de Haller31. Je m’intéresse en revanche au paradigme sur lequel se fonde Krüger dans le chapitre de sa Science de la nature consacré à la physiologie et à partir duquel il formule ses observations sur les effets des représentations vives « dans le corps ». Il décrit en ces termes l’exemple sur lequel il s’appuie : « Nous en avons une preuve évidente grâce aux affects. Car d’où viennent les mouvements violents que provoquent les affects dans notre corps, sinon des représentations de l’imagination, lesquelles sont si vives dans le cas d’un affect qu’elles sont à peine moins fortes, voire aussi fortes qu’une sensation32. » En ne distinguant que graduellement les sensations, les affects et les imaginations, selon l’intensité de l’activité de représentation qui les accompagne, Krüger se réfère à un concept de l’âme qu’il emprunte à Christian Wolff. Wolff conçoit l’âme comme une « faculté de représentation33 » dont l’activité produit « tantôt des sensations, tantôt des imaginations, tantôt des idées distinctes, tantôt des raisonnements, tantôt des désirs, tantôt des volontés ou des non-volontés, tantôt d’autres modifications encore34 ». Contrairement à la psychologie wolffienne, Krüger distingue une activité de représentation consciente d’une activité inconsciente, conditionnée en quelque sorte par « l’habitude35 », afin de pouvoir inclure des processus involontaires ; il n’a donc absolument pas recours à ce qui s’apparenterait à une « âme vitale36 » ou une chose similaire. Krüger s’en explique dans sa Diététique (1751) grâce à une image par laquelle il distingue deux faces de « l’âme humaine » et les compare aux deux faces de la lune, « l’une d’entre elles, claire, pouvant être aperçue depuis la terre et l’autre demeurant dans l’obscurité. » La médecine gagnerait beaucoup, selon lui, à explorer cette face obscure de l’âme en collaboration avec la philosophie, Krüger quittant le discours imagé pour revenir au sens propre (« pour m’expliquer plus clairement », dit-il) : « la connaissance de ces actions que l’âme effectue sans en être consciente37 ».

  • 38 Krüger, Diät, § 133 et 417, en référence à Krüger, Naturlehre, IIe partie : Physiologie, § 40.
  • 39 Ibid., § 142, 448.

11La loi sur la sensation de Krüger, qui mathématise le commercium, trouve son application pratique en particulier dans la Diététique, principalement par rapport aux affectus animi, c’est-à-dire aux mouvements de l’âme conçus dans le cadre du concept traditionnel des sex res non naturales. La loi sur la sensation est érigée ici en axiome fondamental38 des autres recommandations, lesquelles s’appuient elles-mêmes sur les Préceptes fondamentaux concernant la diététique de Friedrich Hoffman (Gründliche Anweisung, Halle 1715-1728), qui reformule la théorie aristotélicienne du Mesotes au niveau du savoir médico-psychologique des Lumières naissantes. À la fin du chapitre consacré aux affects, on lit par exemple au sujet de l’amour : « L’homme heureux est celui qui est assez déraisonnable pour se laisser tourmenter par les affects ou assez raisonnable pour se laisser transformer en un bonnet de nuit par ses réflexions39. »

  • 40 Ibid., § 163, 521.
  • 41 Ibid., § 163, 519 : « car je me suis laissé dire qu’une horloge s’arrêterait si on en retirait le p (...)

12Que « l’âme » soit quelque chose de pensant, de mobile ou autre chose encore, Krüger la pense comme une « force » qui est reliée au corps par « une relation extrêmement précise40 ». La relation entre cette force appelée âme et son corps, Krüger l’exprime au moyen de plusieurs images, que ce soit par la comparaison avec une horloge et avec la pesanteur du poids qui en constitue le moteur, ou avec un moulin et avec l’eau qui le fait marcher, ou encore avec l’argent qui, comme le dit métaphoriquement Krüger, est l’âme de l’âme41.

b) Le 65e rêve de Krüger

  • 42 C. Zelle, « Ey was hat der Arzt mit der Seele zu tun ? ».
  • 43 Y. Wübben, Außeruniversitäre Wissensvermittlung, p. 245. Non sans ironie, Yvonne Wübben, énonce à p (...)

13J’aimerais, pour conclure, me pencher sur la représentation littéraire du savoir anthropologique à travers les Rêves de Krüger (Träume, Halle 1754 ; 1758 ; 1765 ; 1785, édités par Johann August Eberhard). La dimension littéraire présente bien entendu aussi un intérêt pour les écrits théoriques de Krüger en allemand, que ce soit la Théorie Naturelle (Naturlehre), la Diététique (Diät) ou la Psychologie expérimentale (Expérimentalseelenlehre), et ce non seulement par rapport à l’utilisation didactique du discours imagé. Le caractère littéraire qui distingue particulièrement le style de Krüger et que ses contemporains saluaient déjà42, est présenté dans la recherche actuelle, à juste titre, comme une traduction exemplaire de la « belle pensée », c’est-à-dire comme une illustration concrète de l’esthétique de Halle43.

14Les Rêves de Krüger présentent une série de petits textes en prose qui relatent les débats portant sur des sujets actuels et parfois controversés autour de 1750, pour les rendre accessibles à un public non-averti, voire un public féminin, comme par exemple le 62e rêve, traitant de « l’âme lumineuse » d’un bœuf, le 65e, traitant de la « machine artificielle », le 72e, consacré à la « parabole du moulin » ou le 106e, à la « querelle des médecins ». Les textes de Krüger, par leur visée vulgarisatrice, fidèle à la tradition horatienne du « prodesse et delectare », s’apparentent à certains ouvrages de Fontenelle, d’Algarotti ou de Madame Unzer qui présentent une démarche analogue, mais cette visée ne saurait résumer la dynamique produite par la transposition littéraire de concepts scientifiques. Cette représentation littéraire d’un savoir anthropologique constitue une performance qui dépasse de loin le simple horizon didactique.

  • 44 Je cite et compte ici d’après la première édition : Johann Gottlob Krüger, Träume, Halle, 1754, Vor (...)

15Le 65e rêve de Krüger, dans lequel diverses conceptions du commercium sont transposées dans des modèles de machines sophistiquées, débute par cette phrase : « Plusieurs artistes avaient résolu de fabriquer des machines grâce auxquelles il serait possible de faire comprendre à quelqu’un la relation du corps et de l’âme sans le tourmenter avec des raisonnements profonds44 ». Les quatre machines que Krüger élabore, avec son imagination poétique, pour illustrer les théories du lien psychosomatique au début du XVIIIe siècle, représentent un système bien précis, si bien que les passages concernés peuvent être interprétés avec exactitude sur le mode de l’allégorie :

16(a) « Le premier avait fabriqué une machine qui avait la forme d’un homme et il y avait placé un chien qu’il avait dressé pour actionner la machine comme il le voulait. » (242) C’est ici la thèse de l’influxus qui est évoquée, ou plus exactement la variante de l’animisme de Stahl, qui présente l’âme, incarnée ici par le chien, comme la force donnant vie et forme au corps, lequel est figuré par la machine.

17(b) « Le second fabriqua de même une machine et y plaça un chien, mais le chien ne pouvait actionner la machine, car l’artiste faisait toujours attention à la direction que voulait prendre le chien et il déplaçait la machine dans cette direction à l’aide de certains fils. » (242) Les personnifications de l’âme et du corps ne sont pas nouvelles. La nouveauté, en revanche, vient de ce que l’artiste a créé la machine corporelle et intervient lui-même dans le processus, dans la mesure où l’âme et le corps, selon la distinction cartésienne entre res extensa et res cogitans, désignent deux domaines ontologiquement distincts. Il en résulte que leur interaction directe est jugée impensable, Dieu devant à chaque fois intervenir lui-même afin de produire une concordance entre l’âme et le corps. C’est ici la conception occasionnaliste qui est décrite.

18(c) « Le troisième artiste n’était satisfait d’aucune des deux machines. Il fabriqua donc une machine très sophistiquée qui s’actionnait d’elle-même, à l’aide d’un ressort situé à l’intérieur. Il y plaça également un chien et dit qu’il fallait s’imaginer que la machine se déplaçait dans la direction où le chien voulait aller tout comme elle s’y serait déplacée s’il n’y avait pas eu de chien. » (242) Le troisième artiste n’est autre que Leibniz, lequel récuse l’influxus tout en reprenant la distinction substantielle des occasionnalistes, qu’il estime fondée, mais en la développant. Il considère en effet que c’est Dieu qui donne l’impulsion de l’harmonie entre l’âme et du corps, si bien que les deux substances sont comme deux horloges actionnées par des ressorts et fonctionnant toutes seules, à la même cadence. L’emploi du conditionnel (la machine se déplacerait même sans chien dans la direction voulue par le chien s’il avait été mis dans la machine) renvoie au problème du déterminisme soulevé par la théorie de l’harmonie préétablie. C’est entre autres pour cette raison que Wolff a été chassé de Halle en 1723.

  • 45 Julien Offray de La Mettrie, Der Mensch eine Maschine [l’Homme machine, 1747], traduction de Theodo (...)
  • 46 Dans son Essai d’une psychologie expérimentale (Versuch einer Experimental-Seelenlehre, Halle, Helm (...)

19À travers ces trois conceptions de l’influxionisme, de l’occasionalisme et de l’harmonisme, dont les options internes (influence physique, spirituelle et réciproque) trouvent une autre illustration littéraire dans la « Parabole du moulin » du 72e rêve (267-271), Krüger évoque les théories psychosomatiques qu’il a rencontrées à Halle, dans les années 1740, au début de son enseignement, et par rapport auxquelles il a dû prendre position pour définir les principes de ses théories scientifiques et médicales. En 1747, toutefois, La Mettrie avait publié L’homme machine dans lequel il élaborait un système matérialiste renonçant au concept de l’âme et regardant le corps humain comme une machine « remontant elle-même ses ressorts45 », faisant ainsi de la cause efficiente la fonction du corps et naturalisant l’âme pour en faire une partie du cerveau. C’est à cette situation nouvelle que Krüger réplique avec son dernier exemple de machine46.

20(d) « Le quatrième [artiste] n’avait pas mis de chien dans sa machine, mais se contentait de l’actionner avec un ressort. Il prétendait convaincre les spectateurs que ce ressort pensait. Car, disait-il, la tension fait souffrir le ressort qui aimerait se débarrasser de ce désagrément et voudrait s’étendre à nouveau. Sa sensation et sa volonté sont donc la cause du mouvement de la machine. » (243)

  • 47 Voir Albrecht von Haller, Die Alpen und andere Gedichte, éd. Adalbert Elschenbroich, Stuttgart, 197 (...)
  • 48 Krüger, Experimental =Seelenlehre, préface, p. 2.
  • 49 Göttingische Zeitungen von gelehrten Sachen 35. St., 10. April 1752, p. 364, dans un compte-rendu f (...)

21Lequel de ces quatre systèmes est pertinent ? Pour résoudre ce problème, on fait appel à un juge, un vieil homme avisé dont le jugement est attendu avec intérêt et sur lequel on fait des paris. Mais au lieu de prononcer un jugement, le sage récite trois vers qui se révèlent un pastiche de deux poèmes de Haller et sont placés par Krüger, en guise de moralité, à la fin de son texte : « Vous vous fourvoyez tous, mais chacun à sa façon. / Aucun esprit créé ne peut pénétrer dans le sein de la nature, / Il peut s’estimer heureux qu’elle lui présente sa surface47 ». Ce scepticisme qui s’exprime dans le pastiche de Haller fait écho au socratisme professé par Krüger quand il déclare que « peu d’hommes savent combien on sait peu de choses et qu’il faut savoir beaucoup de choses pour savoir qu’on ne sait rien48 ». Cette réflexion suggère que le potentiel critique de la littérature, qui enrichit la fonction didactique d’une dimension comique, ironique ou sceptique, est sciemment pris en compte par Krüger. Même les détracteurs scientifiques de Krüger lui reconnaissent un grand style, y compris dans ses publications théoriques en allemand, et célèbrent sa manière d’écrire spirituelle, piquante, vive et animée, qui ne « dédaigne pas la plaisanterie49 ».

  • 50 « Tu demandes à quoi sert la poésie ? [...] / À dire par une image la vérité / À celui qui n’entend (...)
  • 51 Voir Christlob Mylius, Untersuchung, ob man die Thiere, um physiologischer Versuche willen, lebendi (...)

22Dans une perspective didactique, le concept est remplacé par une image dans le texte. Le procédé correspond à la théorie de la fable, développée à la même époque par Gellert, et appelant à « dire la vérité par l’image à celui qui n’entend pas bien les choses50 ». Mais les images choisies n’entretiennent-elles pas un rapport performatif aux concepts qu’elles sont censées illustrer ? L’homme est réduit à l’état de machine, tandis que l’âme est transformée en animal vivant. Le processus complémentaire de la personnification rhétorique enlève ce faisant à l’homme ce qui, d’un point de vue chrétien, le distingue et confère au lieu de cela à l’animal ce que le modèle cartésien de l’automate ne lui reconnaît pas : l’âme. Le fait qu’un chien, précisément, figure l’âme, marque la distance qui sépare Krüger de Descartes et inscrit son texte dans le débat actuel autour de l’âme des animaux et des problèmes qui en découlent, comme la légitimité des expériences sur les animaux51.

23Krüger attribue une âme aux animaux et s’interroge, dans le premier texte des Rêves, sur ce que seraient des plantes qui en seraient également dotées.

24Les quatre modèles de représentation du lien psychosomatique présupposent un artiste ayant fabriqué les machines et qui, dans le cas de l’occasionalisme et de l’harmonisme, doit être considéré comme l’incarnation de Dieu. Cette attribution perd de son sens dans le cas du matérialisme et révèle d’autre part un vide dans l’élaboration de la théorie matérialiste. Tous les textes se caractérisent toutefois par une valeur littéraire qui dépasse la simple dimension didactique.

  • 52 Georg Christoph Lichtenberg, Verzeichnis einer Sammlung von Geräthschaften, welche in dem Hause des (...)
  • 53 Ibid., p. 455, note de bas de page.
  • 54 Lichtenberg, Schriften und Briefe, éd. Wolfgang Promies, commentaires au volume 3, Munich, 1974, p. (...)

25J’en viens à ma conclusion. Le 65e rêve de Krüger a inspiré à Lichtenberg un texte qu’il a publié dans le Göttinger Taschen Calender de 1798, dans un « Catalogue d’une collection d’instruments devant être vendue aux enchères publiques la semaine prochaine, dans la maison de Sir H.S. (traduit de l’anglais) ». Le lot numéro 25 offre « une pièce de la plus haute curiosité », à savoir : « Une petite machine fabriquée avec un art indescriptible et destinée à expliquer le concubi-nium (il doit plutôt s’agir de connubium ou commercium) animae et corporis52 ». Une note explicative figurant en préambule au catalogue du cabinet d’histoire naturelle précise que ce texte est une traduction de l’anglais. Lichtenberg joue un jeu subtil avec les différents niveaux narratifs pour laisser une marge d’interprétation expliquant que l’auteur du catalogue peut être commenté par son « traducteur53 ». Le fait que la petite machine explique le « concubinum [...] animae et corporis » est interprété par le traducteur comme une faute, corrigée dans une parenthèse par un « il doit plutôt s’agir de connubium ou de commercium ». La forme de la relation entre l’âme et le corps, que l’anthropologie des Lumières s’efforce de préciser, doit-elle être interprétée comme un concubinat, un mariage ou une relation commerciale ? Et l’expression « commerce entre l’âme et le corps54 », telle que l’emploie innocemment Wolfgang Promies, le commentateur de Lichtenberg, pour définir le commercium mentis/animae et corporis, ne se trouve-t-elle pas remise en question par les options terminologiques précédentes ? L’artifice littéraire conduit à ce que l’expression technique par laquelle l’anthropologie des Lumières désigne la relation psychosomatique se présente dans le texte de Lichtenberg sous la forme d’une catachrèse, c’est-à-dire d’une métaphore nécessaire, dont les connotations sont hautement problématiques, voire obscènes.

26On peut être impatient de voir comment seront soldés les modèles de l’homme plus récents, avec leurs métaphores toutes aussi incontournables.

Haut de page

Annexe

Biographie

15 juin 1715 : Naissance de Johann Gottlob Krüger, fils d’un horloger-mécanicien, à Halle. 1731 : Début des études (sciences, mathématiques et médecine) entre autres chez Hoffmann à l’Université de Halle.

1737 : Maîtrise.

1741 : Physicotheologische Betrachtungen einiger Thiere (Halle 1741, 21746).

1742 : Docteur en médecine avec un écrit consacré à Wolff : De sensatione (Halle 1742).

1743 : Nommé professeur extraordinaire de médecine (professor medicinae extraordinarius).
Publication des Gedancken vom Caffee, Thee, Toback und Schnupftoback (1743, 21746 ; frz. 1743, 21746 ; ital. 21847).

1744 : Membre de l’Académie des Sciences de Prusse.

1745 : Grundriss eines neuen Lehrgebäudes der Arzneykunst (Halle 1745).
Membre de l’Académie des Sciences impériale (Leopoldina)

[IV : (posthume) Chymie, Halle, 1774].

Mars 1751 : Nommé professeur ordinaire de médecine et de philosophie à l’Université de Helmstedt

1751 : Diät oder Lebensordnung (Halle, 1751, 21763).

1752 : Zuschrift an seine Zuhörer von der Ordnung, in welcher man die Artzneygelahrheiterlernen müsse (Halle, 1752).

1754 : Träume (Halle, 1754, 21758, 31765, 41785 [éd. Johann August Eberhard]).

1756 : Versuch einer Experimental =Seelenlehre (Halle, Helmstedt, 1756).
Gedanken von den Ursachen des Erdbebens (Halle, 1756).
Se voit proposé une chaire à l’Université de Iéna (refus).

6. oct. 1759 : Krüger meurt au cours de l’inspection d’une pharmacie à Braunschweig.

Littérature secondaire

I : Informations biobibliographiques : • Johann Georg Meusel, Lexikon der vom Jahr 1750 bis 1800 verstorbenen teutschen Schriftsteller, 15 vols., Leipzig, 1802-1816, ici : vol. 7, p. 380 sq. • Allgemeine Deutsche Biographie, 56 vol. , Leipzig, 1875-1912, ici vol. 17, p. 231. • Wolfram Kaiser, Karl-Heinz Krosch, Zur Geschichte der Medizinischen Fakultät der Universität Halle im 18. Jahrhundert, Teil IX/X : Extraordinarien und Doctores legen-tes [ = IX]. Drei Generationen Juncker [X], in : Wiss. Zeitschrift der Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg. Mathematisch-naturwiss. Reihe 14 (5)/ 1965, p. 357-432, ici : p. 376-378. • Wolfram Mauser : Krüger, Johann Gottlob, in : Literaturlexikon. Autoren und Werke deutscher Sprache, 15 vol. , éd. Walther Killy, Gütersloh/Munich, 1988-1993, ici : vol. 7 / 1990, p. 45-46.

II. Concernant Krüger en général : • Wolfram Mauser, Johann Gottlob Krüger. Der Weltweise als Arzt – zur Anthropologie der Frühaufklärung in Deutschland, in : Carsten Zelle (éd.), “Vernünftige Ärzte”. Hallesche Psychomediziner und die Anfänge der Anthropologie in der deutschsprachigen Frühaufklärung, Tübingen, 2002, p. 48-67. • Hans-Peter Nowitzki, Der wohltemperierte Mensch. Aufklärungsanthropologie im Widerstreit, Berlin, 2003, p. 33-86. • Tanja van Hoorn, Entwurf einer Psychophysiologie des Menschen. Johann Gottlob Krügers Grundriß eines neuen Lehrgebäudes der Artzneygelahrtheit (1745), Hanovre, 2006.

III. Concernant les Rêves de Krüger : • Wolfram Mauser, Johann Gottlob Krügers “Träume”. Zu einer wenig beachteten literarischen Gattung des 18. Jahrhunderts, in : Adrien Finck, Gertrud Gréciano (éds.), Germanistik aus interkultureller Perspektive, Strasbourg, 1988, p. 49-59. • Hans-Walter Schmidt-Hannisa, Johann Gottlob Krügers geträumte Anthropologie, in : “Vernünftige Ärzte”, p. 156-171. • Jutta Müller-Tamm, “Wahrheiten in ihren schönsten Schlaf-Röcken”. Johann Gottlob Krügers “Träume” (1754), in : Jahrbuch der deutschen Schillergesellschaft 48 / 2004, p. 19-35.

Haut de page

Notes

1 Gideon Stiening, Verweltlichung der Anthropologie im 17. Jahrhundert ? Von Casmann und Magirus zu Descartes und Hobbes, in : Lutz Dannenberg et al. (éds.), Säkularisierung in den Wissenschaften seit der frühen Neuzeit. Bd. II : Zwischen christlicher Apologetik und methodologischem Atheismus. Wissenschaftsprozesse im Zeitraum von 1500 bis 1800, Berlin, 2002, p. 174-218, ici : p. 175 et 204, note 13.

2 Otto Cassmann, Psychologia Anthropologica ; sive Animae Humanae Doctrina, Hanau, 1594 ; du même, Secunda Pars Anthropologiae : hoc est ; fabrica humani corporis ; medhodice descriptiva, Hanau, 1596.

3 G. Stiening, Verweltlichung der Anthropologie, p. 175. Voir Mareta Linden, Untersuchungen zum Anthropologiebegriff des 18. Jahrhunderts, Bern, 1976. Il conviendrait d’ailleurs d’étudier toutes les sources anthropologiques non encore explorées que recense Yvonne Wübben dans son ouvrage : Aufklärungsanthropologie im Widerstreit ? Probleme und Perspektiven der Anthropologieforschung am Beispiel von Hans-Peter Nowitzkis Der Wohltemperierte Mensch, in : Archiv für das Studium der neueren Sprachen und Literaturen 159 / 2007, p. 3-26, ici : p. 25, note 59. Voir de la même, Limitierte Anthropologie. Grenzen des medizinisch-anthropologischen Wissenstransfers am Beispiel von Johann August Unzer, in : Manfred Beetz, Jörn Garber, Heinz Thoma (éds.), Physis und Norm. Neue Perspektiven der Anthropologie im 18. Jahrhundert, Göttingen, 2007 ( = Das achtzehnte Jahrhundert, Supplementa, 14), p. 49-68, ici : p. 67, note 58.

4 Wolfgang Riedel, Literarische Anthropologie, in : Harald Fricke (éd.), Reallexikon der deutschen Literaturwissenschaft, vol. II (H-0), Berlin, New-York, 2000, p. 432-434, ici : p. 434.

5 Y. Wübben, Aufklärungsanthropologie im Widerstreit ?, p. 3.

6 Voir le quadrillage du champ anthropologique effectué par Tanja van Hoorn : Das anthropologische Feld der Aufklärung. Ein heuristisches Modell und ein exemplarischer Situierungsversuch, in : Jörn Garber et Tanja van Hoorn (éds.), Natur – Mensch – Kultur. Georg Forster im Wissenschaftsfeld seiner Zeit, Hannovre, 2006, p. 125-141, en particulier p. 131.

7 Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, arts et des métiers, par une société de gens de lettres. Mis en ordre et publié par Diderot et d’Alembert, 17 vols. Paris, Neuchastel [sic] 1751-1765, vol. I (1751), p. 497 (b).

8 Johann Heinrich Zedler, Grosses vollständiges Universal =Lexicon aller Wissenschaften und Künste, 64 vols., 4 vols. de Suppl., Halle et Leipzig, 1732-1754, vol. 2 (1732), s.v., 522.

9 Johann Georg Walch, Philosophisches Lexikon [1726, 1733], 4., édition augmentée, éditée par Justus Christian Hennings, Leipzig, 1775, s.v., 172 sq. Seules les références bibliographiques à Platner et Iselin sont identifiées par Hennings grâce à des crochets, en complément de l’édition augmentée de 1775.

10 Alexander Gottlieb Baumgarten, Metaphysik [1re édition, lat. 1739], traduite par Georg Friedrich Meier, Halle, 1766 (les références aux paragraphes sont indiquées par des parenthèses dans le texte).

11 On sait que c’est Thomasius qui a fait de ce concept d’homme total un « mot d’ordre antirationaliste », comme on l’a écrit récemment (Guido Naschert, Gideon Stiening, Zur Einführung. Ernst Platner (1744-1818). Konstellationen der Aufklärung zwischen Philosophie, Medizin und Anthropologie, in : Aufklärung 19 / 2007 (Themenschwerpunkt : Ernst Platner (1744-1818)). Il conviendrait toutefois de livrer une interprétation de cette formule dans la perspective de son œuvre, interprétation qui s’intéresserait également à sa filiation par rapport au modèle protestant du totus-homo. Voir Carsten Zelle, Zur Idee des “ganzen Menschen” im 18. Jahrhundert, in : Udo Sträter (éd.), Die neue Kreatur – Pietismus und Anthropologie. II. Internationaler Kongress für Pietismusforschung, Halle/ Saale, 28. Aug. bis 1. Sept. 2005, Tübingen ( = Hallesche Forschungen), à paraître. Stefan Borchers, Die Erzeugung des “ganzen Menschen”. Zur Entstehung von Anthropologie und Ästhetik an der Universität Halle im 18. Jahrhundert, thèse Hannovre, 2008, en particulier p. 57.

12 Deutsche Encyklopädie oder Allgemeines Real-Wörterbuch aller Künste und Wissenschaften von einer Gesellschaft Gelehrter, 23 vols. [jusqu’à K], Francfort/Main, 1778-1804, vol. I (1778), p. 547.

13 Dans son édition remaniée du Philosophisches Lexikon de Walch (voir note 9), Justus Chrisian Hennings avait en revanche immédiatement réagi aux innovations du champ anthropologique et y avait inclus une référence à l’Anthropologie de Platner et à L’Histoire de l’humanité de Iselin (Geschichte der Menschheit), sous forme d’un supplément identifié par des crochets.

14 Ernst Platner, Anthropologie für Ärzte und Weltweise. Erster Theil [une seule partie a paru], Leipzig, 1772, Vorrede, p. III-XXVIII, ici : p. XVI.

15 Jutta Heinz, Wissen vom Menschen und Erzählen vom Einzelfall. Untersuchungen zum anthropologischen Roman der Spätaufklärung, Berlin, New-York, 1996, p. 29.

16 Maximilian Bergengruen, Roland Borgards, Johannes Friedrich Lehmann, Einleitung, in : des mêmes, Die Grenzen des Menschen. Anthropologie und Ästhetik um 1800, Wurtzbourg, 2001, p. 7-14. Ici : p. 8.

17 Ainsi, récemment : Y. Wübben, Limitierte Anthropologie, p. 68.

18 Ibid.

19 Immanuel Kant, Anthropologie in pragmatischer Hinsicht [1798], in : du même, Schriften zur Anthropologie, Geschichtsphilosophie, Politik und Pädagogik, IIe partie, Darmstadt, 1975 ( = Werke in zehn Bänden, éd. par Wilhelm Weischedel, 10), p. 395-690, ici : p. 399 (préface). Voir en revanche l’appréciation de Wolfgang Riedel, Erster Psychologismus. Umbau des Seelenbegriffs in der deutschen Spätaufklärung, in : Jörn Garber, Heinz Thoma (éds.), Zwischen Empirisierung und Konstruktionsleistung : Anthropologie im 18. Jahrhundert, Tübingen, 2004 ( = Hallesche Beiträge zur Europäischen Aufklärung, 24), p. 1-17, en particulier p. 15-17. Wolfgang Riedel inverse en quelque sorte les choses en présentant la physiologisation et la naturalisation de l’âme propres aux Lumières tardives, comme la véritable « révolution dans la pensée ».

20 Naschert, Stiening, Zur Einführung. Ernst Platner, p. 9.

21 Sur le concept de pathologie, en particulier dans l’esthétique et dans la théorie des affects de Georg Friedrich Meiers, voir Dieter Kliche, Ästhetische Pathologie. Ein Kapitel aus der Begriffsgeschichte der Ästhetik, in : Archiv für Begriffsgeschichte 42 / 2000, p. 197-229.

22 Voir Carsten Zelle (éd.), « Vernünftige Ärzte ». Hallesche Psychomediziner und die Anfänge der Anthropologie in der deutschsprachigen Aufklärung, Tübingen, 2001. ( = Hallesche Beiträge zur europäischen Aufklärung 19), ainsi que, récemment : Tanja van Hoorn, Entwurf einer Psychophysiologie des ganzen Menschen. Johann Gottlob Krügers Grundriß eines neuen Lehrgebäudes der Arzney-gelahrtheit (1745), Hannovre, 2006 (avec une bibliographie détaillée).

23 Voir Wilhelm Schmidt-Biggemann et Ralph Häfner, Richtungen und Tendenzen in der deutschen Aufklärungsforschung, in : Das achtzehnte Jahrhundert 19 / 1995, p. 163-171, ici : p. 168. Les deux auteurs y qualifient la « révolution anthropologique » de découverte historique la plus remarquable que l’on doive aux Lumières.

24 Voir la citation connue de Unzer dans la préface de sa Philosophische Betrachtung des menschlichen Körpers überhaupt, Halle 1750, dans laquelle il prévoit une « science intermédiaire » appelée à s’insérer entre la philosophie et la médecine. Matthias Reiber (Anatomie eines Bestsellers. Johann August Unzers Wochenschrift “Der Arzt” (1759-1764), Göttingen 1999 ( = Das achtzehnteJahrhundert. Supplementa, 8)) montre que la synthèse médico-philosophique que réalise Unzer dans sa « science intermédiaire » rejoint le concept platnérien « d’anthropologie » (p. 50), mais il renonce à lui donner une place dans son étude en raison du « manque d’importance et de clarté » du concept d’anthropologie (p. 52).

25 Voir à ce sujet les efforts d’Yvonne Wübben pour déterminer le champ, ou plus précisément le type de discours spécifiquement anthropologique (Y.W., Popularisierung, präpariert. Funktionsgeschichtliche Überlegungen zur Seelenorgan-Diskussion, in : Jörn Garber, Tanja van Hoorn (éds.), Natur – Mensch – Kultur. Georg Forster im Wissenschaftsfeld seiner Zeit, Hannovre, 2006, p. 103-124 ; et de la même, Außeruniversitäre Wissensvermittlung am Beispiel der Halleschen Lehrprosa (um 1750), in : Jean-Marie Valentin (éd.), Germanistik im Konflikt der Kulturen. Akten des XI. Germanistenkongresses Paris 2005, vol. 5., Berne et al., 2008, p. 239-247.

26 Voir Carsten Zelle, “Ey was hat der Arzt mit der Seele zu thun ?” Physiologie und Psychologie bei Albrecht von Haller und Johann Gottlob Krüger, in : Tanja van Hoorn, Yvonne Wübben (éds.), Anthropologie und Experiment. Generatoren des Wissens um 1750, Hannovre (à paraître).

27 Y. Wübben, Limitierte Anthropologie, « problématique » (p. 66), « fallacieuse » (p. 67).

28 Ibid., p. 61, 62 et 63.

29 Ibid., p. 63, voir aussi note 36.

30 Johann Gottlob Krüger, Naturlehre, IIe partie : Physiologie, oder Lehre von dem Leben und der Gesundheit der Menschen [1re édition : 1743]. 2e édition revue et augmentée : Halle, 1748, § 40, 83. Au sujet du « concept krügerien de sensation », voir Hans-Peter Nowitzki, Der wohltemperierte Mensch. Aufklärungsanthropologie im Widerstreit, Berlin, New-York, 2003, p. 57-74 ; et van Hoorn, Entwurf einer Psychophysiologie, en particulier p. 77-104.

31 Voir Albrecht von Haller, Von den empfindlichen und reizbaren Theilen des menschlichen Körpers [lat. 1753], in : Hamburgisches Magazin, oder gesammelte Schriften, Aus der Naturforschung und den angenehmen Wissenschaften überhaupt, vol. 13., Hambourg, 1754, 3. St., 227-259, 4. St., 402-441, en particulier les définitions, p. 230.

32 Krüger, Naturlehre. Tl. II. : Physiologie, § 40, 83.

33 « L’âme est une vis repraesentativa universalis dont la sensation est la première activité. ».

Fernando Vidal, Les sciences de l’âme XVIe-XVIIIe siècle, Paris, 2006, p. 109. Voir Christian Wolff, Psychologia rationalis methodo scientifica pertractata [1re édition : 1734], Francfort/Main, Leipzig, 1740 ( = Gesammelte Werke, II. Abt., vol. 6, éd. Jean École, Hildesheim, New-York, 1972), § 66-67.

34 Christian Wolff, Vernünfftige Gedanken von Gott, der Welt und der Seele des Menschen [ = Deutsche Metaphysik], Nouvelle édition [ = 11], Halle, 1751 ( = Gesammelte Werke, Ire partie,, vol. 2, éd. Charles A. Corr. Hildesheim, New-York 1983), §§ 754 et 747.

35 Johann Gottlob Krüger, Diät oder Lebensordnung, Halle, 1751, § 7 (“Gewohnheit”) ; voir aussi du même, Grundriß eines neuen Lehrgebäudes der Arzneygelahrtheit, Halle, 1745, § 21, 55.

36 Y. Wübben, Limitierte Anthropologie, p. 61. En réalité, le texte de Johann August Unzer (Praeside) et Johann Christian Bolten (Respondenz) auquel il est fait ici référence : De nexu meta-physices cum medicina generatim (Halle, 1749) ne distingue pas « deux concepts différents de l’âme », c’est-à-dire une âme mentale et une âme vitaliste, matérielle de l’autre, comme le prétend Wübben (p. 62), mais l’auteur associe bien plutôt la psychologie empirique héritée de la métaphysique de Baumgarten (cf. § 5.6 ; « nostro WOLFIO et MEIERO » s’y trouvent cités, § 28, 61 [recte : 16]) à la loi sur la proportionnalité de Krüger (« Conf. Celeb. KRÜGER, praeceptoris mei longe aestu-matissimi Physiologia § 40 etc... », § 16-19) et la décline de manière orthodoxe avec la taxinomie en quatre points du concept d’âme (anima) développé par Baumgarten : (a) pour la faculté intellectuelle inférieure (§ 16), (b) pour la faculté intellectuelle supérieure (§ 17), (c) pour la faculté de désir inférieure (§ 18) et (d) pour la faculté de désir supérieure. Les thèses développées constituent la base psychophysique de la démonstration de Johann Christian Bolten, Gedanken von psychologischen Curen, Halle, 1751, en particulier dans les § 31, 58.

37 Krüger, Diät, § 7, 17. Le programme de recherche de Krüger aboutira à sa Psychologie expérimentale (Experimentalseelenlehre) de 1756, laquelle, contrairement à ce que suggère le titre, repose sur l’observation et l’histoire de cas, tandis que les premières démonstrations de Unzer, auxquelles se réfère Wübben (Limitierte Anthropologie), aboutissent à sa Physiologie tardive (1771).

38 Krüger, Diät, § 133 et 417, en référence à Krüger, Naturlehre, IIe partie : Physiologie, § 40.

39 Ibid., § 142, 448.

40 Ibid., § 163, 521.

41 Ibid., § 163, 519 : « car je me suis laissé dire qu’une horloge s’arrêterait si on en retirait le poids, sans que quoi que ce soit dans l’horloge même ne soit endommagé. » ; ibid., p. 521 : « il est certain qu’une force motrice est aussi nécessaire dans un corps humain que l’eau pour le moulin. » ; § 4, 11 : « car avec la mort, leur âme [celle des avares, C.Z.] ne se sépare pas seulement du corps, mais aussi de l’argent, qui est l’âme de leur âme. » Au sujet de l’affinité entre les théories de la vertu, de l’âme et de l’argent, voir la préface de Krüger sur l’argent (« Vorrede vom Geld ») au texte de Unzer, Neue Lehre von den Gemüthsbewegungen (1746) et mon reprint (Halle 1995).

42 C. Zelle, « Ey was hat der Arzt mit der Seele zu tun ? ».

43 Y. Wübben, Außeruniversitäre Wissensvermittlung, p. 245. Non sans ironie, Yvonne Wübben, énonce à propos du corpus intermédiaire des textes théoriques de Halle, une thèse de « pré-datation » tout à fait personnelle en rapport avec la dynamique de transfert propre aux textes intermédiaires, avec leurs moyens narratifs et rhétoriques spécifiques, et élaborée à partir du texte de Soemmering Über das Organ der Seele.

44 Je cite et compte ici d’après la première édition : Johann Gottlob Krüger, Träume, Halle, 1754, Vorrede, sans pag. ( = a2-[c4v] ; 1-656 (1.-157. [recte : 160.] Traum) ; Beurteilung der Träume, sans pag. ( = Tt-[Tt4r] : Faute d’impression ( = [Tt4v]) ; [Jean Frédéric Bernard :] Abhandlung von dem Gottesdienste (pagination séparée. [1]-79]), 65. Traum, p. 242-243, ici : p. 242. Autres références entre parenthèses dans le texte. Sur le texte de Krüger, voir Wolfram Mauser, Krügers ‘‘Träume”, in : Adrien Finck, Gertrud Gréciano (éds.), Germanistik aus interkultureller Perspektive, Strasbourg, 1988, p. 49-59 ; Hans-Walter Schmidt-Hannisa, Johann Gottlob Krügers geträumte Anthropologie, in : C. Zelle (éd.), “Vernünftige Ärzte”, p. 157-171 ; Jutta Müller-Tamm, “Wahrheiten in ihren schönsten Schlaf-Röcken”. Johann Gottlob Krügers “Träume” (1754), in : Jahrbuch der deutschen Schillergesellschaft 48 (2004), p. 19-35. C.Z., Träume eines “vernünftigen Arztes” – zum literarischen Werk des Naturlehrers Johann Gottlob Krüger, in : Künste. Medizin – Literatur – Kunst – Wissenschaft. 2. Trogener Bibliotheksgespräch, Trogen, 7.-9. Juin 2007, éd. Heidi Eisenhut, Annett Lütteken, Carsten Zelle (en préparation). Les pages suivantes reprennent certains passages de cette contribution.

45 Julien Offray de La Mettrie, Der Mensch eine Maschine [l’Homme machine, 1747], traduction de Theodor Lücke, éd. Holm Tetens, Stuttgart, 2001, p. 26.

46 Dans son Essai d’une psychologie expérimentale (Versuch einer Experimental-Seelenlehre, Halle, Helmstedt, 1756, p. 30), Krüger se moquait de ce que, étant donné que deux cents ans plus tôt on présupposait encore (avec Aristote) l’existence de trois âmes (anima vegetativa, sensitiva et rationalis), Friedrich Hoffmann ait toutes les peines du monde à défendre « l’âme sensible », mais qu’après sa mort « il ne restât plus que l’âme raisonnable ». « Si les temps devaient devenir plus difficiles encore, ce qu’à Dieu ne plaise », comme l’ajoute Krüger en persiflant, « nous risquerions fort de perdre celle-ci également ; une menace déjà présente à l’époque de La Mettrie. »

47 Voir Albrecht von Haller, Die Alpen und andere Gedichte, éd. Adalbert Elschenbroich, Stuttgart, 1978. Le second et le troisième vers citent le poème de Haller “La fausseté des vertus humaines” (Die Falschheit der Menschlichen Tugenden) de 1730, lignes 289/290. Le premier vers, dont le début est modifié (Nous/Vous), provient du poème « Réflexions sur la déraison, la superstition et l’incroyance » (Gedanken über Unvernunft, Aberglauben und Unglauben, 1729), ligne 292. Les citations de Brocke, Hagedorn et surtout Haller ont toujours une signification importante dans l’œuvre de Krüger, même pour l’œuvre scientifique stricto sensu. Il conviendrait d’étudier cette stratégie de citation.

48 Krüger, Experimental =Seelenlehre, préface, p. 2.

49 Göttingische Zeitungen von gelehrten Sachen 35. St., 10. April 1752, p. 364, dans un compte-rendu fait par Haller de la leçon inaugurale de Krüger à Helmstedt : Zuschrift an seine Zuhörer von der Ordnung, in welcher man die Arzneygelahrtheit lernen müsse (Halle 1752). C’est dans le journal de Haller, Tagebuch der medizinischen Literatur der Jahre 1745 bis 1775, 3 tomes en 2 vol. , Berne, 1789/1791, que l’on apprend qu’il est l’auteur du compte-rendu.

50 « Tu demandes à quoi sert la poésie ? [...] / À dire par une image la vérité / À celui qui n’entend pas bien les choses. » Christian Fürchtegott Gellert, Die Biene und die Henne, in : du même, Fabeln und Erzählungen [1746], éd. Gottfried Honnefelder, Francfort/Main, 1986, p. 64-65, ici : p. 65.

51 Voir Christlob Mylius, Untersuchung, ob man die Thiere, um physiologischer Versuche willen, lebendig eröffnen dürfe, in : Belustigungen des Verstandes und des Witzes, Avril 1745, p. 325-340.

52 Georg Christoph Lichtenberg, Verzeichnis einer Sammlung von Geräthschaften, welche in dem Hause des Sir H.S. künftige Woche öffentlich verauctioniert werden soll. Nach dem Englischen, in : du même, Schriften und Briefe, éd. Wolfgang Promies, vol. 3 : Aufsätze, Gedichte, Erklärung der Hogarthischen Kupferstiche, Munich, 1972, p. 451-457, ici : p. 455.

53 Ibid., p. 455, note de bas de page.

54 Lichtenberg, Schriften und Briefe, éd. Wolfgang Promies, commentaires au volume 3, Munich, 1974, p. 212.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma 1 : J. G. Walch, Philosophisches Lexikon, Leipzig, 1726, s.v. « Anthropologie »
URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/316/img-1.png
Fichier image/png, 19k
Titre Schéma 2 : Deutsche Encyclopädie oder Allgemeines Real-Wörterbuch aller Künste und Wissenschaften von einer Gesellschaft Gelchrter, 23 vol. [jusqu’à K],Francfort/Main, 1778-1804, ici : vol. I (1778), p. 547.
URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/316/img-2.png
Fichier image/png, 40k
Titre Schéma 3 : E. Platner : Anthropologie für Aerzte und Weltweise, Leipzig, 1772, Préface
URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/316/img-3.png
Fichier image/png, 16k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carsten Zelle, « Commercium mentis et corporis. La contribution de Johann Gottlob Krüger à l’anthropologie littéraire autour de 1750 », Revue germanique internationale [En ligne], 10 | 2009, mis en ligne le 26 novembre 2012, consulté le 24 juillet 2014. URL : http://rgi.revues.org/316

Haut de page

Auteur

Carsten Zelle

Professeur à l’Institut de germanistique de l’Université de la Ruhr à Bochum.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page