Navigation – Plan du site

Terrain et théorie dans l’anthropologie allemande du XIXe siècle. Expériences polynésiennes

Céline Trautmann-Waller
p. 57-79

Résumés

Envisageant seulement en marge des séjours polynésiens plus connus comme ceux de Georg Forster et d’Adelbert von Chamisso, cette contribution se concentre sur trois « anthropologues » dont les recherches polynésiennes sont marquées par une certaine continuité : Georg Heinrich Langsdorff (1774-1852), Adolf Bastian (1826-1905) et Karl von den Steinen (1855-1929). Des problématiques telles que la diversité et l’unité de l’humanité, le rapport nature/ culture entrent en jeu ici, mais sont abordées plutôt dans une perspective méthodologique et pratique, en lien avec des rapports concrets. De Langsdorff à von den Steinen on passe d’un regard surplombant à la conscience d’une participation à un entre-deux complexe et non neutre, confrontant aussi les anthropologues au colonialisme. S’il existe donc une pratique du terrain dans l’anthropologie allemande dès Langsdorff, le terrain, loin de s’imposer comme une réalité brute dont il faudrait tenir compte en faisant abstraction de préjugés « théoriques », se dégage petit à petit en tant qu’instance à penser dans sa complexité, nécessitant une élaboration théorique propre, éminemment politique, que ce soit en termes de géopolitique, de responsabilité de l’anthropologue ou de rapports entre les sexes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Michael Kraus, Bildungsbürger im Urwald. Die deutsche ethnologische Amazonienforschung (1884-1929), (...)

1Le terme d’anthropologie recouvre, notamment au XIXe siècle, un ensemble très vaste de types d’écriture et de pratiques savantes, allant plus ou moins de la géographie à l’anthropologie physique en passant par l’ethnographie, croisant l’histoire et la psychologie. On peut dire néanmoins qu’il y a dans ce domaine, depuis la fin du XVIIIe siècle, un net effort pour délimiter un territoire propre caractérisé par une forte exigence empirique et par un rapport indispensable aux sources premières (collecte d’artefacts, récits de première main, voire expéditions réalisées par les anthropologues eux-mêmes), ainsi que par une théorie sous-jacente tentant d’atteindre un équilibre entre vision naturaliste et « exception humaine ». Malgré cet effort d’empirisme et l’élaboration de véritables programmes de recherche avec une première forme d’exigence d’un rapport au « terrain », les écrits qui relèvent à cette époque de l’anthropologie au sens large peuvent apparaître à certains égards comme la simple application d’une anthropologie théorique première, c’est-à-dire des prémisses philosophiques de l’anthropologie classique allemande et de son idéal d’humanité. Ceci pourrait valoir, à des degrés divers, aussi bien de Blumenbach que des ethnologues allemands explorant l’Amazonie au début du XXe siècle et qui ont été joliment décrits récemment comme des « Bildungsbürger » dans la forêt vierge1. Est-ce que l’expérience du « terrain » affecte réellement la vision du monde et de l’homme des anthropologues, ou est-ce que cette dernière empêche trop souvent, comme le pensait Malinowski, une véritable expérience du terrain ? Que se passe-t-il réellement entre terrain et théorie à une époque où l’anthropologie est marquée à la fois par un important effort de systématisation (par opposition à une tendance antérieure à la compilation), par l’extension des explorations, par une institutionnalisation et une professionnalisation nouvelles ?

2Au lieu de prendre des théories et de passer en revue leur articulation par rapport à différents « terrains », il m’a semblé plus parlant de prendre une zone géographique, la Polynésie, et de voir différents anthropologues l’« affronter » pour ainsi dire. Cette perspective m’a été inspirée en partie par l’un des anthropologues étudiés ici, Karl von den Steinen, qui introduit son livre sur l’art marqui-sien par une histoire de l’exploration des îles Marquises, comme pour reconstituer de manière critique la genèse de son propre regard, déplaçant ensuite son point de vue sur ces dernières pour y voir défiler les bateaux qui déversent sur les îles leurs cargaisons d’occidentaux les plus divers. Je reviendrai à la fin sur ce point tout à fait important.

3Envisageant seulement en marge des séjours polynésiens plus connus comme ceux de Georg Forster et de Adelbert von Chamisso, ou des expéditions moins fructueuses comme celles d’Arthur Baessler et de Friedrich Hermann Otto Finsch, ou encore l’anthropologie sans terrain de Theodor Waitz et Georg Gerland, je me concentrerai sur trois « anthropologues » dont les recherches polynésiennes sont d’ailleurs marquées par une certaine continuité pour des raisons développées plus loin. Il s’agit de Georg Heinrich Langsdorff (1774-1852), d’Adolf Bastian (1826-1905) et de Karl von den Steinen (1855-1929). Pour chacun d’entre eux, je me suis intéressée à la manière dont le voyage et ses résultats s’inscrivent dans une tension entre la théorie (philosophie de l’homme et de l’histoire) et les réalités du terrain. Des problématiques telles que la diversité et l’unité de l’humanité, le rapport nature/culture entrent en jeu ici, mais sont abordées plutôt dans une perspective méthodologique et pratique, en lien avec des rapports concrets. De Langsdorff à von den Steinen on passe d’un regard surplombant à la conscience d’une participation à un entre-deux complexe et non neutre, confrontant aussi les anthropologues au colonialisme, et ce d’autant plus que la limite entre amateurs, administrateurs et savants reste mal définie, que la « profession » d’anthropologue est seulement en cours de constitution et que la plupart de ces anthropologues ont d’abord été des médecins, des collectionneurs privés ou des naturalistes.

4Loin de s’imposer comme une réalité brute dont il faudrait tenir compte en faisant abstraction de préjugés « théoriques », le « terrain » se dégage petit à petit en tant qu’instance à penser dans sa complexité, nécessitant une élaboration théorique propre éminemment politique que ce soit en termes de géopolitique ou de rapports hommes/femmes.

La Polynésie, une étape singulière du voyage autour du monde : le cas de Georg Heinrich Langsdorff (1803-1807)

  • 2 Hans Plischke, Der Anteil der Deutschen an der Entdeckung des stillen Ozeans (16-18. Jahrhundert), (...)

5La chronologie des expéditions européennes en Polynésie, très longue, commence autour de 1567 avec l’Espagnol Mendaña, se poursuit avec Bougainville, Cook, d’Urville et d’autres. Elle comprend une série d’épisodes hauts en couleur, comme celui des révoltés du Bounty, et d’amitiés célèbres entre indigènes et explorateurs, de Bougainville et Aotourou à Chamisso et Kadu. Si dans un premier temps les Allemands n’organisent guère eux-mêmes d’expéditions dans le Pacifique, ils ne sont pas absents des navires qui s’aventurent dans cette partie du globe depuis le XVIe siècle et ont parfois relaté leurs voyages dès cette époque2.

6Pour ce qui est de l’histoire coloniale de la Polynésie, elle est extrêmement complexe. Retenons simplement ici qu’à partir de 1884 l’Allemagne développe dans le Pacifique diverses formes de colonialisme, en concurrence directe avec la France et la Grande-Bretagne. C’est ainsi que le Nord des iles Salomon, le NordEst de la Nouvelle Guinée, et, au large de la Nouvelle Guinée, l’archipel Bismarck, les Iles Caroline et les Iles Marshall sont liés à l’Allemagne d’une manière ou d’une autre depuis 1884, tandis qu’en Polynésie, pour le reste en grande partie française, Samoa devient une colonie allemande en 1900.

  • 3 Georg Forster, Reise um die Welt während den Jahren 1772-1775, 2 vol. , Berlin, 1778-80.
  • 4 Georg Forster, Reise um die Welt, Francfort/Main, 1947, p. 295.

7Pour les anthropologues évoqués ici, et pour les Allemands en général, cette région du globe est indissociable des premiers explorateurs allemands qui y séjournèrent et tout particulièrement des récits extrêmement célèbres du naturaliste Johann Reinhold Forster et de son fils Georg qui accompagnèrent l’Anglais James Cook lors de son deuxième voyage autour du monde sur le « Résolution » entre 1772 et 1775 et séjournèrent un certain temps en Polynésie. Ce voyage forme une première matrice ethnographique germanique, et plus largement européenne, de la Polynésie. Les écrits des Forster, loin de relater seulement le voyage, ce qu’ils font aussi de manière détaillée et avec un regard critique nouveau, mêlent narration, observation ethnographique, réflexion morale sur la ou les sociétés humaines, sur les types de gouvernement, les mœurs, l’éducation, la géographie, l’esthétique3. Tous deux accordèrent à la Polynésie une place particulière dans leur voyage. Tahiti, qui rappelait au jeune Georg « l’île enchantée de Calypso », devint pour lui une « seconde patrie » et l’incita à noter combien « il est doux de penser que la philanthropie semble naturelle aux hommes, et que les idées sauvages de défiance et de haine ne sont que la suite de la dépravation des mœurs4 ».

  • 5 Voir Céline Trautmann-Waller, Die Werkstatt Johann Friedrich Blumenbachs (1752-1840), in : H.-E. Bö (...)
  • 6 Adalbert von Chamisso, Voyage autour du monde 1815-1818, traduit de l’allemand par Henri-Alexis Baa (...)
  • 7 Ibid., p. 186.

8Les récits de Georg Forster, s’ils connurent un certain succès auprès du grand public, exercèrent aussi une influence importante sur l’anthropologie, notamment physique, de son temps. Lorsque parurent à la fin des années 1770 les éditions anglaise et allemande de son livre, elles conduisirent Blumenbach, déjà célèbre pour sa thèse De generis humani varietate nativa (1775), à ajouter aux quatre « variétés » humaines communément admises jusque là, une cinquième et à distinguer dans la deuxième édition de son livre, en 1781, au sein de l’espèce humaine une variante « mongolienne », « éthiopienne », « américaine », « malaise » et « caucasienne ». À partir de cette thèse, qui faisait suite à diverses tentatives d’intégrer l’homme à l’histoire naturelle, voire à une ligne d’évolution, Blumenbach avait développé à Göttingen une importante activité anthropologique, anthropométrique et muséographique, qui le mit en contact avec des savants de toute l’Europe5. Blumenbach ne voyagea cependant pratiquement pas lui-même. Se contentant de sources secondaires, de récits de voyage et d’objets rapportés par d’autres, il n’en reconnaissait évidemment pas moins le caractère indispensable des explorations, même s’il s’agissait plus de rapporter des ossements et des artefacts, de cartographier, dessiner, relever des coutumes, que de prendre contact réellement avec les indigènes ce qui, vu la nature des expéditions, aurait d’ailleurs été très difficile. Le verdict de Chamisso, qui envisagea de participer à une expédition au Brésil aux côtés de l’ancien élève de Blumenbach, Maximilian von Wied-Neuwied6, est à cet égard très éclairant : « [...] on circule comme un boulet de canon au-dessus de la Terre, et lorsque l’on rentre il faudrait que l’on ait mesuré ses hauteurs et ses profondeurs tout au long du parcours ». Il semble au contraire à Chamisso pendant son séjour en Polynésie que l’expédition Romanzov à laquelle il participa « aurait rendu un service louable à la science si elle avait su offrir à un chercheur zélé et ouvert un séjour d’un an sur ces îles7 ! »

9Blumenbach incita en tout cas ses étudiants à participer à des expéditions ou à en organiser eux-mêmes et leur transmettait de longues listes de questions pour guider leurs observations. Les contacts du monde savant de Göttingen avec la Russie, par l’intermédiaire de l’historien August Ludwig Schlözer et du médecin militaire Thomas von Asch, offrirent à certains d’entre eux des opportunités d’exploration. Ce fut notamment le cas lorsque, suite à un mémorandum du navigateur germano-balte Johann Adam von Krusenstern, l’Empire russe décida de monter une expédition scientifique et commerciale ayant pour mission d’explorer les côtes de l’Amérique russe (c’est-à-dire de l’Alaska, qui était russe à l’époque) et les régions septentrionales de l’Asie. L’information en parvint aussi à Göttingen, où elle suscita l’enthousiasme d’un ancien élève de Blumenbach, Georg Heinrich Langsdorff.

  • 8 Georg Heinrich von Langsdorff, Bemerkungen auf einer Reise um die Welt in den Jahren 1803 bis 1807, (...)

10Langsdorff avait étudié dans les années 1790 la médecine et les sciences naturelles à Göttingen. Il fut particulièrement influencé par Blumenbach dont il dira ultérieurement qu’il confirma en lui le goût pour les sciences naturelles8. Après cinq années passées au Portugal, Langsdorff revint à Göttingen, y rapporta d’importantes collections issues de ses activités de naturaliste avec l’intention de les intégrer au Museum Academicum en cours d’élaboration à Göttingen et de les étudier avec l’aide de Blumenbach. C’est là qu’il apprit l’existence de l’expédition de Krusenstern et la rejoignit in extremis à Copenhague. Il parvint à être intégré à l’équipe scientifique composée de deux autres savants, le naturaliste allemand Wilhelm Gottlieb von Tilesius et l’astronome suisse Johann Kaspar Horner.

  • 9 Adam Johann von Krusenstern, Reise um die Welt in den Jahren 1803, 1804, 1805 und 1806, auf Befehl (...)

11Krusenstern, commandant de l’expédition et capitaine du « Nadejda », publia lui-même un récit de cette circumnavigation qui les conduisit de Kronstadt au Japon en passant par le Brésil, le sud du Pacifique, le Kamchatka, puis du Japon à Kronstadt en passant cette fois-ci par les iles Kouriles, le Nord de la Tartarie, Saint-Pierre-et-Paul et la Chine (Macao)9.

12Dans l’introduction de son propre livre en deux volumes, dédié au Tsar Alexandre Ier, Langsdorff explique pourquoi en dépit de l’existence de ce premier récit il a entrepris une longue relation personnelle de ses expériences en deux volumes. Tout d’abord, il estime qu’en tant que médecin et naturaliste, il devait nécessairement porter son regard sur d’autres objets que le « navigateur savant et scientifique » Krusenstern, intéressé par les détails nautiques et la dimension « mercantile et politique » de l’expédition :

  • 10 Georg Heinrich von Langsdorff, Bemerkungen auf einer Reise um die Welt in den Jahren 1803 bis 1807, (...)

« Je me suis efforcé de creuser les questions qui me paraissaient d’un intérêt général, les us et les coutumes de différents peuples, leur forme de vie, les produits des pays en général et le déroulement chronologique du voyage, et de rendre compte, dans une présentation populaire, seulement des événements dont je pouvais supposer qu’ils seraient nouveaux, instructifs et bienvenus pour le lectorat de tous les États (Stände)10. »

13Il est clair que le livre de Forster, se détachant du simple relevé de faits et recherchant la qualité stylistique et la combinaison du récit personnel et réflexif avec l’exigence d’une objectivité scientifique fondée sur les idéaux de tolérance et d’absence de préjugés, a fait ici un émule. Mais nous verrons combien le récit de Langsdorff suit malgré tout une perspective assez différente, même s’il est clair que le travail de Forster a élevé le niveau de l’écriture anthropologique et fixé des critères de précision mais aussi d’objectivité et d’universalisation auxquels Langsdorff s’efforce de s’accorder. Langsdorff explique de plus qu’il a quitté l’expédition du « Nadejda » en 1805 au Kamchatka et que toute la fin de son voyage, à laquelle est consacrée l’intégralité du deuxième volume, diffère de celle des autres membres de l’expédition. Ce deuxième volume relate son séjour dans les îles Aléoutiennes, son parcours le long de la côte nord-ouest des États-Unis et son retour en Russie par voie de terre en traversant la Sibérie.

14Le premier volume, Voyage depuis Copenhague jusqu’au Brésil, au Pacifique, au Kamchatka et au Japon [Reise von Copenhagen nach Brasilien, der Südsee, Kamtschatka und Japan], commence par le départ de Copenhague vers l’Angleterre et Teneriffe et la traversée vers le Brésil (premier chapitre), et se poursuit avec la description du séjour au Brésil (deuxième chapitre). Puis l’expédition arrive dans les Iles Marquises auxquelles vont être consacrés les cinq chapitres suivants, formant dans le livre, qui en comporte quatorze en tout, un ensemble assez important et clairement délimité. Langsdorff a passé dix jours à Taiohae, principal port des Marquises situé sur l’Ile de Nuku Hiva, et fit aussi une visite aux Taioa de la baie de Tschitschagoff à l’ouest de la même île. Selon von den Steinen, qui l’évalue un siècle plus tard, ce séjour fut extrêmement fructueux en raison de la motivation des auteurs et de l’aide de deux écumeurs de grève très représentatifs, l’Anglais Wilson et le Français Cabri. Les descriptions données par Langsdorff sont, selon von den Steinen, extrêmement précises, les nombreuses illustrations, réalisées avec un grand soin, sont non seulement d’une grande qualité esthétique mais aussi riches en informations.

  • 11 Ibid., p. 77.

15Le troisième chapitre du livre de Langsdorff raconte, de manière très vivante et quasi théâtrale, l’arrivée du navire à Nuku Hiva et relate les premiers contacts avec les Marquisiens et les premières impressions. Durant l’entrée du navire dans la baie, tous les membres de l’expédition sont réunis sur le pont du navire, curieux et pressés de découvrir les habitants. Lorsque le premier bateau approche, c’est à leur grand étonnement un Européen, à la peau aussi foncée que celle des Marquisiens, habillé comme un indigène, qui monte à bord. Il s’agit d’un marin anglais, Robert’s, vivant là depuis des années et qui se recommande plus par les lettres de plusieurs capitaines auxquels il a apporté son aide par le passé, que par son allure générale comme l’écrit Langsdorff, un peu interloqué semble-t-il par ce personnage. Les membres de l’équipage l’interrogent et découvrent entre autre que l’île est gouvernée par un roi. Petit à petit, les indigènes perdent leur retenue et plus d’une centaine d’hommes, de femmes et de jeunes filles nus nagent bientôt autour du bateau, « se comportant, selon nos critères européens de manière tout à fait éhontée11 ». Les femmes rient et proposent leurs charmes avec des pantomimes évocatrices.

  • 12 Ibid., p. 120.
  • 13 Ibid., p. 120.

16Après les émotions de ce premier contact, le quatrième chapitre revient à une description se voulant strictement objective. Rappelant, à la manière critique et ironique de Blumenbach, un certain nombre des légendes les plus folles qui circulent concernant ces îles, Langsdorff insiste sur l’importance qu’il y a à en voir les habitants de près afin de démentir ces légendes. Avec un regard surplombant qui cherche à embrasser la totalité des aspects de cette réalité « étrangère », il décrit la géographie de l’île de Nuku Hiva et de ses alentours, le climat, les habitants, les produits locaux. Le cinquième chapitre, plus précis encore, retrace avec le plus grand soin la pratique du tatouage, les vêtements, la nourriture (avec un passage très long sur l’arbre à pain) et l’habitat. Puis on passe avec la même précision et le même souci d’exactitude et d’objectivité à la société, à la religion et aux lois, avant d’aborder dans le septième chapitre une question spécifique et difficile, celle de l’anthropophagie, qui ouvre la description des coutumes locales. Soucieux de ne pas se laisse emporter par une première réaction de rejet et de condamnation et suivant un principe général d’universalité, Langsdorff estime que l’homme est un loup pour l’homme partout dans le monde12. Ne tenant pas compte des contacts déjà anciens entre Marquisiens et Occidentaux, et des « hybridations » culturelles dont témoignent Robert’s, Wilson et Cabri, Langsdorff estime qu’on peut observer sur ces îles des « hommes naturels » dans leur forme originelle : « L’observation des habitants de ces îles nouvellement découvertes, qui à notre connaissance n’ont été en contact avec aucune nation civilisée et peuvent être considérés comme des hommes naturels dans leur forme originelle, livrent des exemples curieux pour confirmer cette règle13 ».

  • 14 Ibid., p. 121.

17Avec un effort de relativisation notable, Langsdorff envisage l’anthropophagie comme un ancien usage hérité du père et du grand-père et bien enraciné, qu’ils tiennent aussi peu pour répugnant ou qui les fait aussi peu réfléchir que nous lorsque nous dégustons un morceau de bœuf, et pourtant ceci est tenu pour un cas de conscience chez certaines nations asiatiques14 ». Malgré ces précautions, les Marquisiens sont définis par Langsdorff comme une « nation rustre » et tout le récit est sous-tendu par une philosophie, très différente de celle de Georg Forster, qui considère que l’homme est rustre dans son état de nature et ne s’élève que dans et par la civilisation. Chez les Marquisiens Langsdorff déplore à la fois l’absence de véritable sentiment religieux et de sens maternel.

  • 15 Ibid., p. 122-128. Langsdorff estime (p. 127-128) que même en Europe ce dernier motif a pu, dans un (...)
  • 16 Ibid., p. 128.

18Langsdorff s’attarde plus longuement sur la question de l’anthropophagie, pour laquelle il se sert aussi d’un livre de l’anthropologue Christoph Meiners, et après la reprise de rumeurs marquisiennes sur les qualités comparées de différentes sortes de chair humaine, il entame une longue tentative d’aborder cette question de manière rationnelle. Langsdorff s’interroge sur les motivations qui peuvent pousser au cannibalisme : la faim, l’excès de gourmandise, le souci d’abréger la vieillesse et les souffrances des membres âgés de la famille ( !), la haine et la vengeance15. Soucieux de ne pas opposer de manière schématique « civilisation » et « état de nature », il estime que même dans la civilisation, la brutalité la plus crue peut percer : « On voit donc transparaître parfois chez les nations les plus développées du point de vue des mœurs et de la culture, la disposition naturelle de l’homme à la brutalité, et aussi difficile qu’il soit pour lui de gravir les échelons pour atteindre le niveau le plus élevé de la formation (Ausbildung), il peut toutefois très facilement, et par un seul faux pas, retomber au niveau le plus bas16 ». Une preuve en est pour lui le cas du Français Cabri qui, certes, n’avait que la formation d’un matelot, comme il le dit avec un certain mépris, mais dont on peut s’étonner tout de même que rien ne l’ait empêché de retourner à l’« état de rustre ». Langs-dorff ajoute que bien qu’il affirme solennellement le contraire, Cabri a d’ailleurs certainement mangé lui aussi de la chair humaine. Langsdorff semble à la fois projeter la distance qu’il perçoit entre lui et le matelot sur les Marquisiens et, inversement, éprouver le besoin, pour se distinguer radicalement de ceux-ci, dont Cabri est si proche, de rappeler la distance qui le sépare de ce dernier.

  • 17 Il faut noter ici que Langsdorff, bien qu’il déplore son absence de connaissances musicales et de g (...)

19Suivent des réflexions sur les causes de la guerre, sur les pratiques liées au tabou, sur la musique17, sur l’aptitude des Marquisiens à la natation, les gestes courants et leur signification, et des échantillons de la langue marquisienne. Ce que l’on peut retenir, c’est que malgré les préjugés défavorables concernant le niveau de culture des Marquisiens, absolument tous les détails de leur mode de vie sont jugés dignes d’intérêt et sont décrits avec les mêmes méthodes que celles que l’on utiliserait pour aborder n’importe quelle autre culture. Grâce à cette éthique de l’observation, l’universalité est atteinte du point de vue de la méthode, avant de l’être réellement du point de vue de la théorie.

20Après ce tour d’horizon le moment du départ est venu, et Langsdorff trace le bilan du séjour et de ses contacts avec les Marquisiens :

  • 18 Ibid., p. 160-161.

« Depuis le premier jour nous fûmes en très bonne entente avec les insulaires auxquels nous avons inspiré, comme je suis en droit de le supposer, du respect et de la confiance pour chacun d’entre nous et peut-être aussi pour les navigateurs qui arriveront là-bas après nous. Au moment de nous séparer, nous n’avions aucune raison de nous plaindre du comportement de ces hommes qui, à en juger d’après nos sentiments, étaient répugnants, cruels, et semblaient cependant dotés d’un bon cœur et d’un bon caractère18. »

  • 19 Otto von Kotzebue, A Voyage of Discovery into the South Sea and Bering Straights for the Purpose of (...)
  • 20 Adelbert von Chamisso, Reise um die Welt mit der Romanzoffschen Entdeckungsexpedition in den Jahren (...)
  • 21 Ibid., p. 32.
  • 22 Ibid, p. 179.
  • 23 Ibid., p. 179.
  • 24 Ibid., p. 181-182.

21Ce pragmatisme marqué par une sorte de bonne volonté morale mais aussi par une répugnance que rien n’a pu réellement entamer, offre un contraste assez frappant avec certaines visions paradisiaques et pacifiques de Forster mais aussi avec un autre séjour polynésien, un peu plus tardif, dont le récit relève autant de la poésie que de l’anthropologie. L’écrivain romantique Adelbert von Chamisso partit effectivement en 1815 comme botaniste avec l’expédition du « Rurik » sous le commandement de Otto von Kotzebue, qui avait été à quinze ans le second de Krusenstern sur le « Nadejda ». L’expédition, qui les conduisit entre autres aux Iles Marshall et à Hawaii, donna lieu elle-aussi à un récit du capitaine19 dans lequel furent insérées, sous le titre « Remarques et idées », les descriptions botaniques de Chamisso. Comme il le décrit rétrospectivement dans son propre récit de voyage, Reise um die Welt mit der Romanzoffschen Entdeckungsexpedition in den Jahren 1815-1818 auf der Brigg Rurik, Kapitän Otto von Kotzebue20, rédigé des années plus tard, Chamisso gardait extrêmement vivant le souvenir du voyage de Cook qui le marqua dès son enfance21. Il se rattachait par bien des points à Forster dans une version plus éminemment subjective et poétique. Les points forts de son récit sont certainement son amitié avec Kadu, sa défense des mœurs hawaïennes, dans lesquelles il voit par opposition à une société corrompue et corruptrice, l’expression d’une pureté et d’une d’innocence. Pour résumer on peut dire que Chamisso décrit les Polynésiens comme un peuple attachant : ils sont joyeux comme des enfants et l’on devient comme eux en vivant parmi eux. Le fait que les femmes soient proposées à l’invité lui paraît normal dans la logique qui est la leur et est même envisagé comme le signe d’une certaine délicatesse22. Chamisso relate aussi l’attirance que les hommes occidentaux paraissent exercer sur les femmes indigènes et les poursuites dont ils font l’objet de leur part. Il tient ici à faire la différence, pour les habitants des îles en général, entre pudeur (innée) et chasteté, cette dernière n’étant une vertu pour lui que selon nos principes. Leur art lui-même, surtout la danse, lui plaît bien plus que l’art européen. Pas un mot de l’anthropophagie, ou plutôt une volonté si nette de se placer dans la perspective des habitants de ces îles, que la question de l’anthropophagie est complètement reléguée à l’arrière-plan, que la notion elle-même s’évanouit : « Celui qui porte les armes règne sans partage dans l’exercice de la toute-puissance, la femme sert et endure. Il n’a pas de devoir envers l’étranger ; lorsqu’il le trouve sur son chemin, il peut le tuer à sa guise et s’approprier son bien. Qu’il fasse un aliment de la chair du mort ou qu’il l’abandonne à la putréfaction n’entre pas en ligne de compte23 ». Si le récit de Chamisso se distingue de celui de Langsdorff par son ton volontairement subjectif, sa critique mélancolique de la « civilisation » et son goût pour la pureté des mœurs « primitives », il faut y ajouter le rire, totalement absent chez Langsdorff. Décrivant comment certaines de ses maladresses ou mésaventures dans un environnement inconnu, ont suscité le rire des Hawaiiens, Chamisso note tout d’abord qu’« ici le rire n’a rien d’hostile », que rire « est le droit de l’homme ; chacun rit de l’autre, qu’il soit roi ou homme, sans préjudice des autres relations24 ». Nous verrons plus loin le rire réapparaître, d’une manière un peu différente, lors du séjour de von den Steinen aux Marquises.

Adolf Bastian (1826-1905) : la Polynésie entre mythes universels et réalité du colonialisme

  • 25 Adolf Bastian, Die heilige Sage der Polynesier. Kosmogonie und Theogonie, Leipzig, 1881, p. 65.
  • 26 Ibid., p. 64.
  • 27 Ibid., p. VIII.
  • 28 Ibid., p. 66.

22Le récit de Chamisso est à son tour évoqué par le médecin de la marine puis ethnologue Adolf Bastian, lorsqu’il s’agit de déplorer au début des années 1880 que les cultures océaniennes, « papillons d’un jour25 », fondent comme neige au soleil26 : « Partout lors de mon voyage actuel, bien plus que lors des précédents, j’ai cheminé au milieu de décombres et de ruines27 ». Il paraît à Bastian que le temps s’est tellement accéléré sous l’effet de la colonisation, que plus encore qu’à l’époque de Cook, si l’on apportait aux habitants des îles hawaiiennes un objet originaire de leur pays et qui se trouve aujourd’hui dans un musée ethnologique, il leur serait aussi étranger qu’il l’est aux visiteurs européens de ce musée28.

  • 29 Ibid., p. 217.

23Pour Bastian, qui fit plusieurs fois le tour du monde, la Polynésie n’est qu’une des régions du globe qu’il a visitées et où il a rassemblé, selon le projet de son « anthropologie inductive », quantité de traces lui permettant de reconstruire des « idées élémentaires » afin d’en déduire, par « calcul logique » (logisches Rechnen), l’unité psychique de l’humanité. Comme il l’explique à la fin de son livre sur les mythologies polynésiennes, si l’on étudie la psychologie de manière scientifique, la différence entre sciences de la nature et philosophie disparaîtra et les lois des opérations de l’esprit seront connues comme n’importe quelle loi scientifique29. Pour lui, qui n’a eu de cesse de souligner l’urgence de la collecte des artefacts comme traces de cultures en voie de disparition, le cas de la Polynésie était particulièrement dramatique. Ceci explique peut-être que proportionnellement, il lui a consacré un nombre assez important d’ouvrages, tous publiées durant les années 1880, et dans lesquels on peut noter du point de vue thématique, une insistance sur la mythologie. Ceci peut s’expliquer par le fait que cette dernière, seule, permettait peut-être selon lui de créer un lien entre cultures « élaborées » et cultures « primitives », par delà une distance perçue comme flagrante.

24Bastian est l’incarnation de l’homme de terrain, et il était bien conscient des avantages que cette position lui conférait. C’est effectivement en tant que médecin de la marine qu’il entreprit entre 1850 et 1858 son premier grand voyage autour du monde, qui le conduisit également en Polynésie et à l’issue duquel il fit paraître son premier livre Der Mensch in der Geschichte (1860) dédié à Alexander von Humboldt. Il alterna ensuite des phases d’activité à Berlin, où il contribua à la fondation puis aux activités de la Société berlinoise d’anthropologie, d’ethnologie et de préhistoire (Berliner Gesellschaft für Anthropologie Ethnologie und Urgeschichte), du Musée d’ethnologie et de la Revue d’ethnologie (Zeitschrift für Ethnologie), tout en donnant des cours à l’université, et des phases de voyage, d’exploration et de collecte dans toutes les régions du monde.

25Fier de son expérience du terrain – d’une certaine manière le monde entier est pour lui un terrain –, Bastian n’en est pas moins condamné à prolonger une certaine tendance à la compilation, même s’il cherche à organiser la matière recueillie par lui selon les principes des idées élémentaires et de la comparaison. Sa pratique anthropologique l’oppose tout d’abord à Theodor Waitz, professeur de philosophie à Marbourg, et surtout à son élève Georg Gerland, qui combinaient tous deux une compilation extensive avec une volonté de systématisation de l’anthropologie. Cette dernière, conçue en opposition radicale aux abus de l’anthropologie physique, tenue pour responsable des différencialisations raciales, pose d’abord, mais selon une logique inductive, l’unité psychique de l’humanité puis développe les questions de détail. Mais Bastian entre aussi en confrontation avec Friedrich Ratzel, auteur d’une « anthropogéographie » et professeur de géographie à Leipzig à partir de 1886. Ratzel accordait plus d’importance que Bastian à l’« emprunt » et aux phénomènes de diffusion qui en découlaient, non seulement en Europe mais aussi à l’échelle mondiale. Au-delà de cette question de méthodologie, Bastian était hostile au diffusionnisme de Ratzel parce que ce dernier lui paraissait reposer sur une philosophie qui n’était pas toujours exempte d’un certain « darwinisme culturel ». Ce dernier envisageait les contacts culturels selon une dynamique de la diffusion, marquée avant tout par des rapports de force, et estimait que, la conscience humaine étant « étroite » et ne pouvant tout accueillir, lorsque certaines cultures se diffusent et s’imposent, d’autres sont, tout naturellement pour ainsi dire, condamnées à disparaître. C’était évidemment le cas, en premier lieu, des cultures « primitives » mais aussi des peuples dont elles étaient issues.

  • 30 Ibid., p. VIII.
  • 31 Ibid., p. X.
  • 32 Ibid., p. 5.

26Par opposition à Friedrich Ratzel, Bastian n’a de cesse de souligner les ressemblances et les proximités entre cultures. Dans le cas de la Polynésie ce qui le frappe ce sont les éléments de sa cosmogonie qui rappellent selon lui à la fois les Védas, les théogonies phéniciennes, assyriennes, indiennes, hellénistiques, les philosophies de Milet et des Pythagoriciens. Le premier livre de Bastian consacré à la Polynésie, La légende sacrée des Polynésiens (Die heilige Sage der Polynesier) publié en 1881, affirme de manière revendicatrice qu’une apparition aussi imposante que les mythologies polynésiennes, couvrant une surface équivalant à un quart du globe, ne saurait être ignorée à l’avance, même s’il ne s’agissait ici, comme le pense selon lui le plus grand nombre, que de cannibales sauvages30. Bastian insiste sur la nécessité de séjourner longtemps dans le pays pour acquérir une véritable familiarité avec les habitants et leur mode de vie et avoir ainsi une chance de comprendre leurs pratiques et leur vision du monde31. Lui-même n’a été, en tant que voyageur, qu’un étranger dépendant de traducteurs et d’informateurs. Dans le cas de Hawaii ces informateurs furent surtout le roi Kalakaua initié aux mystères hawaiiens, avec lequel Bastian put s’entretenir lors de son séjour et dont il put utiliser la bibliothèque. Les missionnaires, s’ils séjournent longtemps, parfois toute leur vie, dans les pays où ils sont envoyés et s’ils apprennent les langues indigènes, ne sont pas mieux lotis selon lui car ils ne sont pas « neutres » et défendent un parti32.

27Après ce premier ouvrage écrit à l’occasion de son quatrième grand voyage, celui durant lequel, comme nous le verrons plus loin, il rencontra Karl von den Steinen, Bastian a continué à écrire sur la Polynésie. L’ouvrage suivant, Inselgruppen in Oceanien. Reiseergebnisse und Studien (1883), très hétérogène, rassemble différentes études consacrées aux îles océaniennes et fait référence également aux trésors rapportés par la « Gazelle », un navire envoyé en mission en Océanie au nom de l’empereur Frédéric Guillaume au milieu des années 1870 sous le commandement de von Schleinitz. Dans les objets rapportés par cette dernière se révélait selon Bastian une pensée conduisant nécessairement à modifier profondément notre vision des religions primitives. Assez étrangement l’introduction de ce livre commençait avec des considérations un peu elliptiques sur les pratiques liées au confinement des femmes pendant la menstruation, sur les rapports entre hommes et femmes en général, leur violence, suggérant d’une certaine manière qu’il y aurait là comme une dynamique première de l’humanité. Suivent des chapitres qui examinent successivement Tahiti, Tonga, Samoa, Fidji, la Mélanesie et la Micronésie, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et Hawaii, en mêlant souvenirs de voyage, récits et descriptions compilés concernant les mythologies locales.

  • 33 Adolf Bastian, Zur Kenntnis Hawaii’s. Nachträge und Ergänzungen zu den “Inselgruppen in Oceanien”, (...)
  • 34 Georg Gerland, Anthropologie der Naturvölker, Die Völker der Südsee, Bd. V, Heft 2 : Die Mikronesie (...)
  • 35 Georg Gerland, Anthropologie der Naturvölker, Die Völker der Südsee, Bd. VI : Die Poly-nesier, Mela (...)

28La même année paraît une suite à ce livre, Zur Kenntnis Hawaii’s. Nachträge und Ergänzungen zu den « Inselgruppen in Oceanien » (1883). Le manuscrit aurait dû être joint au livre précédent mais il se perdit dans les envois33. Bastian y répond notamment aux critiques émises par Gerland contre son livre précédent sur l’Océa-nie dans la revue de géographie Geographisches Jahrbuch. Georg Gerland, qui avait suivi les cours de Waitz à Marbourg en 1856, rédigea après la mort de Waitz et à partir des notes de ce dernier, les deux derniers volumes de son Anthropologie des peuples primitifs consacrés aux peuples océaniens. La première partie du cinquième volume, déjà assez avancée, put paraître assez vite34 mais le deuxième cahier tarda et Gerland en exposait les raisons dans la préface du deuxième35 : Waitz n’ayant laissé que des notes éparses, il lui fallait tout relire. Ce qu’il ne dit pas en cet endroit, c’est qu’entretemps, probablement devant l’abondance de la matière, il a éprouvé le besoin de publier un autre livre consacré à l’« extinction des peuples naturels », Über das Aussterben der Naturvölker (1868), un cri d’alarme où il expose de façon statistique la disparition progressive des peuples naturels et en étudie les causes : les maladies, la baisse de la natalité, les avortements, les guerres, le cannibalisme, les sacrifices humains, le contact (difficile) avec la culture occidentale, les traitements qui leur sont imposés par les peuples « civilisés ». Il finit en soulignant leur valeur, et la nécessité de les préserver. La conclusion du volume consacré aux peuples australiens allait dans le même sens et considérait que :

  • 36 Ibid., p. 828.

« Ils sont effectivement une population vouée à la disparition, du moins tous ceux dont la patrie se trouve à proximité des colonies anglaises. Mais ce ne sont pas leur rusticité et leur imperfectibilité qui les ont englouties ; ce qui les a englouti c’est uniquement la culture européenne, anglaise dans ce cas-ci, parce qu’elle n’est pas une culture de l’humanité mais l’égoïsme le plus froid et le plus rustre, parce qu’elle ne nous recouvre que comme un manteau flottant et laisse les couches inférieures de la société totalement dépourvues d’aide morale et, du coup, abandonnées à la sauvagerie. [...] Ces hommes sont rustres, mais non pas sauvages du point des vues des mœurs, nous sommes sauvages du point de vue des mœurs mais pas rustres36. »

29Gerland ajoutait ensuite que les indigènes étant des « rustres », il ne fallait pas estimer qu’ils n’étaient pas perfectibles. Certes, il ne fallait pas espérer les civiliser du jour au lendemain, cela prendrait du temps, mais le travail d’ors et déjà réalisé par la mission était prometteur.

  • 37 Adolf Bastian, Zur Kenntnis Hawaii’s, p. 121.

30Dans son compte rendu du livre de Bastian, Gerland reprochait à ce dernier de se centrer sur la mythologie polynésienne alors que cette dernière était selon lui déjà bien connue. S’il accorde à Gerland la « spécialité océanienne » en raison de ses lectures étendues, Bastian le critique cependant pour sa théorie trop sèche, qui lui fait disséquer les pratiques culturelles comme on isole des composants (Isolirschemel dürrer Theorie). Il conteste l’idée que les mythologies polynésiennes sont déjà bien connues et souligne l’amateurisme de la plupart des études qui leur ont été consacrées et qui ont été réalisées soit par des personnes séjournant brièvement dans la région en raison des hasards du commerce ou de la navigation, soit dans le cadre de la mission à laquelle, comme nous l’avons vu, il n’accorde pas d’objectivité37. Bastian rappelle que quand certains restent toute leur vie en Allemagne, lui voyage à travers le monde pour collecter des documents et des témoignages aussi authentiques que possible, et ces mêmes personnes se permettent de lui reprocher le caractère secondaire de ses sources. Il était bien conscient lui-même des limites de sa pratique et du handicap que constituait la non-connaissance de la langue de bien des pays qu’il visitait. Il supporte cependant mal cette critique lorsqu’elle vient de collègues qui eux-mêmes n’ont jamais entrepris une seule expédition.

31La fin des années 1880 voit paraître un quatrième et dernier livre sur la Polynésie, Einiges aus Samoa und andern Inseln der Südsee. Mit ethnographischen Anmerkungen zur Colonialgeschichte. Même s’il est centré lui-aussi sur les mythologies, qui dans son système d’argumentation forment comme un contrepoids au cannibalisme, Bastian insiste plus dans ce quatrième ouvrage, écrit en bonne partie durant son cinquième grand voyage, sur la question du colonialisme. Il y fait référence à tous les signaux d’alerte qu’il a lancés de manière anonyme concernant le projet colonial dans la presse dès 1884. Avec regret il note que :

  • 38 Adolf Bastian, Einiges aus Samoa Einiges aus Samoa und andern Inseln der Südsee. Mit ethnographisch (...)

« [...] celui qui, à l’époque a voté “non”, ne pourrait certes trouver, d’après l’état actuel des expériences accumulées entretemps, rien d’autre qu’une triste confirmation de tout ce qui avait été anticipé, avec crainte et angoisse, dans le sentiment prémonitoire des dangers menaçants. [...] Par cet enchevêtrement de points de vue impossibles à faire coïncider, ce roi des rats monstrueux vit le jour, qui depuis a mené un grand tapage pour préserver une “raison d’être”, alors qu’il manque précisément aux points de vue mis en avant après coup toute justification rationnelle38. »

  • 39 Georg Gerland, Anthropologie der Naturvölker, Die Völker der Südsee, Bd. V, Heft, p. VII.

32Lui qui n’a de cesse d’essayer de combattre les prétentions à la supériorité et à l’exclusivité des religions occidentales, paraît en même temps critique envers ceux qui font preuve d’une compassion liée à une perspective profondément chrétienne. Gerland n’affirma-t-il pas que le projet de l’anthropologie de Waitz résidait dans la recherche d’une synthèse entre foi religieuse et sciences de la nature39 ? Bastian affirme dans ce contexte qu’on exagère parfois l’extinction des peuples « naturels » mais que les cultures, elles disparaissent bien et même totalement (Einiges aus Samoa) et paraît chercher une voie médiane entre le diffu-sionnisme quasi fataliste de Ratzel (donnée inéluctable de l’évolution mondiale) et le paternalisme révolté de Georg Gerland.

33Fidèle en cela à la vision essentiellement historique de son premier livre, Der Mensch in der Geschichte, Bastian est donc bien conscient qu’il lui faut désormais intégrer le fait colonial au tableau et qu’une description des peuples polynésiens ne peut plus faire l’économie de la disparition de leurs cultures. Ceci est d’autant plus douloureux pour lui, qu’il espérait bien à l’origine que les échanges internationaux accrus favoriseraient la transformation de l’histoire mondiale (Weltgeschichte) en histoire de l’humanité (Geschichte der Menschheit), « au sens humaniste », comme il l’ajoute entre parenthèses :

  • 40 Adolf Bastian, Einiges aus Samoa, p. 104.

« Ce qui a contribué à la fondation de cette institution étatique et l’a conditionnée, est à ramener à ce facteur agissant de manière puissante dans notre présent et qui pousse à sortir dans le vaste monde, étendu sur toute la surface du globe, qui élargit le regard dans la recherche scientifique, qui, dans les échanges internationaux relie en même temps les nations entre elles pour transformer l’histoire mondiale, au sens où nous l’entendions jusqu’à maintenant, en une histoire de l’espèce humaine (au sens humaniste)40. »

34Ses propres recherches anthropologiques et ses « calculs logiques » étaient évidemment destinés à favoriser cette mutation à leur manière, de façon quasi performative, en fournissant précisément une sorte de « logique des peuples » sur une base psychologique.

  • 41 Ibid., p. III.

35La discussion anthropologique sur la Polynésie se déplace donc de plus en plus vers la question du colonialisme. Bastian pose dans ce livre les mythes et les effets catastrophiques du colonialisme côte à côte, mais les deux domaines restent d’une certaine manière sans contact. Par opposition, c’était sans doute une des forces du discours de Ratzel de livrer, avec ses principes d’étroitesse de la conscience et de diffusion, une théorie capable d’intégrer tous ces phénomènes dans une même histoire, une ligne d’évolution. Et c’est pour contrer cette ligne d’évolution, que Bastian, confortant l’idée d’un virage politique de la discussion, cite au début de ce dernier livre, qui pose aussi la question de la responsabilité de l’anthropologue, George Turner qui écrivit dans la préface de son livre Samoa, A Hundred Years Ago and Long Before (1884) : « Même dans le domaine de la politique pratique, il se pourrait bien que nous ayions des choses à apprendre des habitants de Samoa41 ».

36De manière assez étonnante ce virage politique s’atténue chez von den Steinen, qui semble déplacer la question de la politique et de la responsabilité des débats idéologiques vers le cœur même du travail anthropologique, c’est-à-dire vers la question du rapport au terrain, celle du point de vue, la nature des sources, la manière dont on se les procure et dont on les traite.

Karl von den Steinen et les Marquises (1855-1929) ou les explications des indigènes

  • 42 Concernant la biographie de Karl von den Steinen, voir principalement Michael Kraus, Bildungsbürger (...)

37Au milieu des poètes botanistes, globe-trotters amateurs d’art, philosophes, collectionneurs de crânes, naturalistes et administrateurs coloniaux qui constituent le « personnel » de l’anthropologie allemande du XIXe siècle, Karl von den Steinen, même s’il fut d’abord un médecin, est sans doute celui qui ressemble le plus à ce que nous considérons aujourd’hui comme un ethnologue professionnel. Après des études de médecine à Zurich, Strasbourg et Bonn, von den Steinen soutint une thèse sur la part du psychisme dans la maladie, ou danse, de Saint Gui, se spécialisa en psychiatrie à Berlin et à Vienne avant de devenir assistant au service psychiatrique de l’Hôpital de la Charité à Berlin en 187842. En septembre de la même année, il partit pour un voyage autour du monde (USA, Cuba, Mexique et Hawaii) dont l’un des buts était d’étudier les cliniques psychiatriques (ou asiles d’aliénés selon le vocabulaire courant de l’époque) dans le monde. Ce voyage le conduisit également à Samoa, « où il séjourna durant un beau trimestre riche en réjouissances ». Il visita ensuite les Iles Tonga et Fidji, la Nouvelle-Zélande, l’Australie, Singapour, Java, Hongkong et le Japon avant de retourner en Allemagne en 1881 en passant par Ceylan, l’Inde, l’Égypte et l’Italie.

  • 43 Wilhelm Joest (1852-1897) était issu d’une grande famille d’industriels de Cologne. Après ses étude (...)
  • 44 Voir notamment le récit que fait von den Steinen de cette rencontre décisive pour lui dans : Karl v (...)
  • 45 Ces expéditions donnèrent lieu à des comptes rendus dans des revues d’ethnologie et de géographie : (...)
  • 46 Karl von den Steinen, Reise nach den Marquesas Inseln, in : Verhandlungen der Gesellschaft für Erdk (...)
  • 47 Karl von den Steinen, Voyage aux îles Marquises, p. 55.

38Durant ce voyage, von den Steinen fit la connaissance de deux grands voyageurs allemands de l’époque, l’écrivain et collectionneur Wilhelm Joest43 et l’ethnologue Adolf Bastian. Ce dernier, rencontré en 1880 à Honolulu, éveilla en lui le goût de l’ethnologie44. Von den Steinen commença d’ailleurs immédiatement après à collecter des objets pour le Musée d’ethnologie de Berlin. À son retour, il reprit son travail à la Charité mais devint aussi membre de la Société berlinoise d’anthropologie, d’ethnologie et de préhistoire. Candidat en 1882 pour une exploration du Pôle Sud, à laquelle il participa en tant que médecin et naturaliste et pendant laquelle il se livra à des observations zoologiques sur des phoques et des oiseaux de mer, il enchaîna en 1884 avec une expédition en Amazonie, sur le fleuve Schingu, puis une deuxième expédition dans la même région en 1887-88 qui lui valut une certaine célébrité y compris auprès du grand public45. Il s’habilita en ethnologie à Berlin et y enseigna à partir de 1889, puis accepta un poste à Marburg (1890-92) qu’il abandonna toutefois rapidement en expliquant qu’il lui était difficile de travailler sans musée. En 1897, von den Steinen repartit en Polynésie, cette fois-ci pour une longue mission de six mois dans les Iles Marquises46analysée ci-après. Il occupa ensuite différentes fonctions au sein du Musée d’ethnologie, fut également nommé professeur extraordinaire à l’université de Berlin, mais quitta assez rapidement ses fonctions pour se consacrer à partir de 1906 à l’exploitation des sources marquisiennes rassemblées dans ces îles entre aout 1897 et février 1898. Certains de ses textes ne purent paraître que de manière posthume. Le premier compte rendu de son séjour dans les Marquises, publié peu après son retour, fin 1898, commence par cette citation en français « On revient toujours à ses premières amours ! » Von den Steinen y explique que durant son premier voyage autour du monde, il goûta au « charme du monde insulaire océanien et de sa population insouciante » et en avait gardé la nostalgie47. Ayant visité à l’époque Hawaii, Samoa, Tonga, Fidji et la Nouvelle-Zélande, il souhaitait découvrir à présent la Polynésie sud-orientale. Arthur Baessler ayant réalisé des recherches très fertiles dans la région de Tahiti, il dit s’être décidé, quant à lui, pour les îles Marquises, où son collègue n’avait réalisé qu’une reconnaissance relativement brève et qu’il pouvait atteindre assez facilement depuis San Francisco. Il fut chargé par le Comité d’aide ethnologique, persuadé de l’urgence de cette mission, de constituer une collection aussi complète que possible des restes de cette culture pour le Musée ethnographique de Berlin. Il reçut, pour faciliter sa tâche, une recommandation de son gouvernement au gouverneur français de Tahiti, dont les Marquises constituaient une dépendance, des recommandations pour les missions catholiques et protestantes, et bénéficia également du soutien de la Société commerciale de l’Océanie établie à Hambourg.

39Conscient peut-être de la réputation qu’avaient les Marquises, dont on estimait qu’elles avaient préservé leur culture plus que les autres îles polynésiennes, von den Steinen tient à souligner d’entrée que plus rien n’y est comme à l’époque de Cook :

  • 48 Ibid., p. 59-60.

« Les temps sont passés où elles [les femmes et les jeunes filles] nageaient autour des bateaux qui arrivaient et où elles grimpaient avec fougue à bord. Rien n’est plus faux que ce qu’il faut toujours lire [à savoir que] les Marquisiens vivent encore aujourd’hui comme au temps de Cook, qui n’y séjourna par ailleurs que trois jours en un seul mouillage. Le gouvernement et la mission ne leur ont laissé que peu de liberté. On leur a interdit d’abord la consommation – fort prisée – de kawa, puis l’opium importé par les Chinois, puis le rhum tahitien, puis le vin de cocotier. On a interdit l’habillement réduit, interdit le tatouage, qui avait atteint ici la perfection, interdit que les femmes se parent de fleurs à l’église. Toutes les contraventions sont punies de lourdes amendes ; comme la population paye rarement et pèche volontiers, elle est durement endettée48. »

40Après ce bilan en forme de réquisitoire, von den Steinen passe au récit du voyage lui-même et explique comment il s’est préparé durant ce dernier pour les recherches qu’il souhaitait entreprendre. Au langage parfois étrange de Bastian, qui mêle langage des sciences exactes à celui des sciences humaines, se substitue chez von den Steinen une distinction assumée entre le domaine de la mesure scientifique et celui de l’ethnologie comme science de l’humain impliquant l’apprentissage de la langue étrangère. C’est donc en lisant la Bible dans une traduction marquisienne qu’il s’entraîne et, bien qu’il ne le dise pas, on comprend que cet « outil » l’introduit déjà d’une certaine manière à la réalité du terrain, fait partie de l’histoire des contacts entre Marquisiens et occidentaux, de l’histoire des Marquisiens tout court.

  • 49 Ibid., p. 55.
  • 50 Ibid., p. 56.
  • 51 Karl von den Steinen, Reise nach den Marquesas Inseln, p. 489.

41Avec les mots de Bastian et en évoquant le souvenir de ce « nestor des voyageurs des Mers du Sud49 », von den Steinen décrit ensuite l’« exploit admi-rable50 » de cette famille de peuples qui est parvenue à propager dans une portion du globe plus étendue que l’Asie, un type humain, une langue, un patrimoine culturel, une conception de la nature et un ensemble de croyances. Les interrogations que suscite cet exploit ne pourront être résolues qu’en approfondissant toutes les questions de détail. Pour cela, « le matériel marquisien disponible dans les musées n’était pas seulement peu abondant – ce qui était bien pire, il manquait les explications des indigènes51 ! »

42Cette prise de conscience ne résout toutefois le problème qu’à moitié, puisque von den Steinen n’a de cesse, dans la suite de son compte rendu, d’insister sur la difficulté qu’il y a à recueillir et à comprendre ces mêmes « explications des indigènes ». Tout d’abord il lui fallut pour cela parcourir durant les six mois de son séjour toutes les vallées et tous les villages, ce qui lui fit perdre vingt kilos. Pour recueillir les récits des indigènes, il dut avoir recours à des traducteurs même s’il avait commencé à apprendre la langue marquisienne sur le bateau, il lui fallut surmonter une certaine culture du secret, puisque le fait de connaître une légende était considéré comme une véritable « possession », payer ses informateurs, parfois même des sommes exorbitantes, comme il le décrit avec humour.

43L’exemple de von den Steinen montre ainsi que bien avant Malinowski, les ethnologues avaient développé, y compris en Allemagne, des méthodes de travail sur le terrain, non pas pour ériger ce dernier en mythe, mais pour en faire un correctif contre les spéculations trop théoriques et abstraites. Von den Steinen souligne de manière continue les difficultés, les impasses, les situations étranges que sa présence parmi les Marquisiens et ses échanges avec eux induisent et paraît se contempler lui-même avec une certaine ironie lorsque, devenu un sage aux yeux des Marquisiens, il imite les conteurs jusque tard dans la nuit et fait rire son auditoire avec les nombreux passages érotiques des légendes.

  • 52 Ibid., p. 499.

44Ayant approfondi ses connaissances linguistiques, recueilli nombre de récits et de variantes, il lui restait encore à essayer de pénétrer dans une pensée dont il souligne la complexité. Souvent il retranscrit des dialogues dans son compte rendu pour essayer de montrer combien il leur est difficile, à lui et à ses interlocuteurs marquisiens, de se comprendre. C’est alors l’idée d’une symétrie qui l’emporte, comme lorsqu’il réfléchit à l’inadéquation d’un livret distribué aux Marquisiens et présentant la vision scientifique du monde physique : « [...] si cette érudition européenne, dis-je, ne saurait être sans doute que difficilement accessible au cerveau du Marquisien, je dois avouer d’un autre côté, que pénétrer ne serait-ce qu’un tant soit peu dans les secrets de sa mythologie et de ses traditions, m’a coûté de grands efforts52 ».

  • 53 Ibid., p. 492.

45C’est sans doute cette expérience qui conduit à un changement de perspective, von den Steinen envisageant désormais aussi la chronologie des expéditions en Océanie du point de vue des Marquisiens et notant qu’à partir de 1791 : « [...] un bateau arrivait après l’autre, on vit venir différents grands navigateurs traversant le Pacifique, les bateaux de guerre, les marchands de bois de santal, les chasseurs de baleine, les missionnaires protestants, les catholiques, les enseignants tahitiens et hawaiiens commissionnés par eux ; en 1842 ce fut l’Amiral français Dupetit-Thouars qui vint et qui hissa le drapeau tricolore53 ».

46C’est aussi ce changement de perspective qui explique que Karl von den Steinen se soit lancé sur le chemin du retour à une traque des objets polynésiens dans les musées des baleiniers américains, des explorateurs, des missionnaires et des marins européens. Cette chasse reconstitue aussi, symétriquement, une histoire des contacts entre la Polynésie et le monde occidental, ou mieux encore révèle combien la Polynésie est aussi présente dans le monde occidental.

  • 54 Arthur Baessler, Südsee-Bilder, Berlin, 1895, p. 3-4.

47Le fait que von den Steinen évoque d’entrée dans ce long compte-rendu d’exploration, le souvenir de Bastian, ne me paraît ni innocent, ni anodin. On peut y voir une déclaration programmatique, et on pourrait même aller jusqu’à penser qu’il y a là une volonté de se différencier de certaines orientations de l’ethnologie de son époque. Il ne me paraît pas non plus indifférent que von den Steinen n’ait pas choisi comme « terrain » une colonie allemande. Son collègue Baessler, au contraire, ouvrait certes ses Südsee-Bilder avec une critique du colonialisme et de ses effets néfastes à Samoa, dus à la rivalité entre puissances coloniales, mais n’en estimait pas moins que : « Tous les voyageurs impartiaux qui ont visité récemment ce groupe d’îles s’accordent pour dire que ce fut une erreur impardonnable de la part de l’Allemagne, de n’avoir pas, à l’époque, annexé Samoa. [...] pourquoi des Allemands n’auraient-ils pas le droit de récolter aussi pour une fois ce qu’ils ont semé ? Espérons qu’il en sera ainsi et que les Iles deviendront prochainement la propriété exclusive de l’Allemagne54 ! » On cherchera vainement ce type de déclaration dans l’œuvre de von den Steinen et son silence me paraît éloquent.

  • 55 Voir notamment Otto Finsch, Samoafahrten. Reisen in Kaiser Wilhelms-Land und Englisch-Neu-Guinea in (...)
  • 56 Otto Finsch, Anthropologische Ergebnisse einer Reise in der Südsee und dem malayischen Archipel in (...)

48À la même époque, Otto Finsch qui a réalisé dans les années 1879-1882 pour le compte de la Humboldt-Stiftung für Naturforschung und Reisen de Berlin, un voyage dans le Sud du Pacifique, mêle étroitement dans ses récits personnel scientifique et personnel colonial, évoque les paysages de Samoa avec un ton élégiaque et sa population avec un paternalisme équivoque55. De cette première expédition, Finsch rapporta des « collections anthropologiques » comportant plus de 200 moulages de visages d’indigènes, « réalisés en plâtre sur des vivants », 300 crânes et 200 échantillons de cheveux, et comme matériaux annexes, de nombreuses mesures corporelles, des contours de mains et de pieds, des dessins et plus de 300 photographies faites par lui-même56. Les commentaires de Finsch sur sa pratique « anthropologique » peuvent se lire comme l’exact opposé de la méthode de von den Steinen :

  • 57 Ibid., p. XI.

« Je peux assurer que prendre les empreintes de ces visages sous la forme de masques de plâtre, tels qu’ils se présentent maintenant (les moulages eux-mêmes ont été faits à Berlin sous la direction efficace de Monsieur Louis Castan, dans le Panop-ticum duquel la collection est exposée et qui a eu la bienveillance de prendre en charge la vente), a déjà causé suffisamment de peine et de difficultés, et je m’étonne à présent parfois moi-même en me demandant comment il fut possible de faire accepter le processus tout sauf agréable de l’empreinte aux intéressés, au nombre desquels se trouvaient des sauvages comme on les appelle, avec une langue dont je ne comprenais même pas un seul mot57. »

  • 58 Sammlung Baessler. Schädel von Polynesischen Inseln, gesammelt und nach den Fundorten beschrieben v (...)
  • 59 « Aujourd’hui les bosquets et leurs arbres sacrés, que seul l’étranger à la recherche de crânes ose (...)

49Cela ne veut pas dire que von den Steinen n’ait pas rapporté de crânes de son expédition dans les Marquises. Cela faisait aussi partie de sa mission et le catalogue de la collection de Baessler édité par Felix von Luschan, directeur du Musée ethnologique de Berlin, après la mort de Baessler en 190758, comporte un nombre assez important de crânes collectés par von den Steinen. Mais ce dernier n’en parle pratiquement pas dans ses publications, excepté pour se laisser aller, avec des tonalités rappelant Chamisso, à la mélancolie de l’explorateur59. Ses textes montrent bien par ailleurs que les crânes ne lui auraient été d’aucun secours pour ce qui faisait l’objet de sa recherche. C’est bien plutôt la piste des productions artistiques, puis à nouveau comme Bastian celle des mythes, qu’il décida de poursuivre ultérieurement.

  • 60 Karl von den Steinen, Die Marquesaner und ihre Kunst. Studien über die Entwicklung Primitiver Südse (...)
  • 61 Karl von den Steinen, Marquesanische Mythen, in : Zeitschrift für Ethnologie, 65/1933, p. 1-44 et p (...)

50L’exploitation des sources marquisiennes à laquelle von den Steinen se livra à la fin de sa vie, donna lieu effectivement durant la deuxième moitié des années 1920 et le début des années 1930, à une série d’importantes publications : une étude sur l’art des marquisiens sous la forme de trois volumes à l’iconographie très riche, qui ne purent paraître entre 1925 et 1928 que grâce à l’aide de Franz Boas et d’un fonds américain (Emergency Society for German and Austrian Science)60, et une série d’articles sur les mythes marquisiens parus entre 1933 et 1934 dans la Zeitschrift für Ethnologie61.

51Dès son premier compte-rendu, von den Steinen avait insisté sur la complexité extrême des cosmogonies et des mythes marquisiens. Dans ses articles consacrés à ceux-ci, il examine séparément chacun des vingt-deux mythes présentés. Il en liste d’abord toutes les versions existantes, qu’elles aient été établies par des études occidentales ou proviennent de sources locales. Loin de se lancer dans de vastes comparaisons relativement floues comme le faisait Bastian, von den Steinen analyse, avec une méthode qui annonce en partie le structuralisme, des proximités, des variations et des migrations probables essentiellement au sein de l’aire océanienne. Il relève ainsi dans le cas d’une légende marquisienne, la présence d’un mythe qu’il qualifie de « parallèle » chez les Maoris, et en déduit l’existence d’un patrimoine légendaire plus ancien. Lorsqu’il étudie des mythes concernant des tribus rivales ou ennemies, il s’intéresse aux rapports entre les versions des deux tribus, comme dans le mythe de la grande et de la petite anguille, présent à Nuku Hiva et à Fatuiva. Par ailleurs il analyse la manière dont des événements historiques sont inscrits dans le mythe (de manière précise ou vague), le rapport qu’il entretient avec des localités précises.

52Ces articles sont restés à l’état d’esquisse et, comme ils sont parus de manière posthume, ils ne livrent pas véritablement la conclusion générale des recherches marquisiennes de von den Steinen. Il faut la chercher plutôt dans le livre sur l’art marquisien.

  • 62 Karl von den Steinen, Les Marquisiens et leur art, 3 vols., Musée de Tahiti et des îles, 2005.

53Le changement de perspective initié par son compte-rendu de 1898, se trouve ici confirmé et développé. Loin de chercher à reconstituer à l’aide de crânes des origines improbables ou l’appartenance à une race, von den Steinen s’intéresse à l’histoire des Marquisiens, en y intégrant les contacts entre monde occidental et monde océanien dans leur épaisseur historique. À tel point qu’au début de son livre sur l’art des marquisiens (lui aussi désormais traduit en français)62, il fait une histoire très complète des explorations, établissant une table chronologique de ces dernières, cherchant à vérifier les années de passage des différents auteurs, comparant leurs récits avec les dires des indigènes. Il y ajoute également un bilan statistique, catastrophique, de la dépopulation.

54Il constitue ainsi ce qu’il appelle une « bibliographie des Marquises », c’est-à-dire un rappel historique et ethnographique à partir d’écrits des années 1595 à 1842, donc à partir des premières découvertes jusqu’aux navigateurs du XIXe siècle, puis à l’époque coloniale et à sa littérature, incluant les missions et, « last but not least » comme il le note, les matelots. Ces derniers ne se voient plus méprisés, ni dans leur conduite, ni dans leur rôle d’informateur. Loin de chercher à se distan-cier socialement d’eux, von den Steinen s’inclut avec eux dans un entre-deux auquel participent également les missionnaires, les navigateurs, les marchands ou les administrateurs coloniaux. Sa « bibliographie des Marquises » fait l’histoire des récits croisés, superposés, sédimentés mais elle est aussi une manière de comprendre la genèse de son propre regard et d’analyser sa propre position en tant qu’anthropologue sur ce « terrain ». C’est à cette occasion qu’il souligne d’ailleurs l’utilité qu’a eu pour lui le livre de Langsdorff, autant grâce au récit qu’aux dessins reproduisant notamment des Marquisiens tatoués, c’est-à-dire un des aspects des pratiques artistiques marquisiennes. Ces dessins sont cependant restés « muets », malgré leur précision « naturaliste » et leur qualité esthétique, excepté une planche où figure une succession de motifs avec leurs noms marquisiens. Il appartenait à une autre époque de l’anthropologie de les « décrypter », mais il importe de noter qu’en ce qui concerne l’art du tatouage, les gravures de ce livre permirent à von den Steinen d’étudier l’évolution des styles et de distinguer dans le tatouage un « style moderne » d’un « style traditionnel ».

55S’il y a une évolution entre ces anthropologues, et donc entre les années 1800 et 1920, elle réside d’abord en ceci qu’à la fin nous avons avec Karl von den Steinen, à une époque où les voyages sont devenus techniquement plus faciles, une seule personne organisant un séjour long conformément à un projet scientifique. Cela conduit aussi à un rétrécissement de la perspective : on passe du voyage autour du monde à un groupe d’îles, les Marquises. Mais ce sont aussi la durée et les conditions de séjour, ainsi que les rapports locaux (avec les missionnaires, les administrateurs coloniaux, les marins, les militaires et les « indigènes ») qui ont profondément changé. La Polynésie n’est plus seulement une réalité exotique, elle devient une expérience hybride. À côté des questions liées aux rapports entre les entités théoriques « peuples naturels » et « civilisation », s’établissent comme points de départ de la réflexion des espaces plus concrets comme l’histoire des contacts entre la Polynésie et le monde occidental, qui peut être envisagée de plusieurs points de vue, et l’interprétation politique du colonialisme.

56Sur bien des points, ces textes anthropologiques se répondent les uns les autres : les femmes polynésiennes nues qui nagent ou ne nagent plus autour du bateau, l’anthropophagie, les matelots tatoués, la disparition des cultures polynésiennes et des peuples polynésiens eux-mêmes, la nostalgie, le rire. On comprend peut-être mieux dès lors que les positionnements des uns et des autres sont aussi avant tout de nature « politique » dans un sens très large, c’est-à-dire au sens où, comme le notait Bastian, « l’histoire s’élargit » et c’est la terre entière qui devient désormais une entité politique même si ce n’est pas, comme il le déplore, au sens humaniste d’une histoire de l’humanité.

57Pour conclure je voudrais revenir sur les liens qui unissent ces chercheurs. Nous avons vu von den Steinen, initié à l’ethnologie par Bastian, s’appuyer sur les travaux de Langsdorff, qui lui permettaient d’ailleurs d’introduire une dimension historique dans sa reconstitution des pratiques artistiques et des mythes marquisiens. Il y a un fil qui va de Langsdorff à von den Steinen avec une série de mises aux points, de « réajustements » : si von den Steinen profite des résultats de l’observation précise et intéressée de ce dernier, il ne partage pas son regard « dégoûté », mais pas non plus l’engouement parfois naïf de Chamisso, même s’il y beaucoup de nostalgie dans ses descriptions. Là où Langsdorff pensait, en dépit des exemples qu’il avait sous les yeux, que les Marquisiens n’avaient pas été touchés par la civilisation, von den Steinen reconstruit l’histoire déjà longue des contacts pacifiques ou violents entre les occidentaux et les Marquisiens. Le comparatisme désordonné de Bastian a disparu dans les travaux de von den Steinen, son amalgame du langage des sciences naturelles avec celui des sciences humaines aussi. La nécessité de séjourner longtemps dans les pays étudiés, déjà reconnue par Chamisso, s’impose, également celle de parler leurs langues et de tenir compte du point de vue des indigènes sur leurs propres pratiques.

  • 63 Karl von den Steinen, Reise nach den Marquesas Inseln, p. 511.

58En dehors de cette évolution qu’on peut lire comme résultat de l’institutionnalisation et de la professionnalisation de l’anthropologie dans son versant ethnologique, il y aussi un fil qui conduit du rire de Chamisso à l’humour de von den Steinen. L’éditeur de la traduction française du livre de von den Steinen, note que les Marquisiens l’appréciaient parce qu’il avait de l’humour. Qui sait si ses auditeurs berlinois apprécièrent cet humour lorsqu’après avoir évoqué le kawa et la viande de porc comme objet de sacrifices, von den Steinen s’exclamait : « Ah si seulement les Dieux des Marquisiens s’étaient contentés de ces innocentes oboles ! », pour ajouter immédiatement après, avec une superbe litote : « Je veux ménager vos nerfs en vous épargnant des détails abominables et, de la même façon, les distinctions culinaires finement différenciées d’une gourmandise qui blâmait les morceaux issus de la nuque parce qu’ils avaient le goût de l’huile capillaire63 ».

59Peut-être von den Steinen aurait-il ri, en tout cas, de savoir qu’au début du XXIe siècle il est devenu lui-même, selon les mots de ses éditeurs de Papeete, un mythe en Polynésie, où des reproductions et des copies de son livre sur le tatouage circulent et servent de modèle à ceux qui veulent réapprendre et réintroduire les techniques anciennes.

Haut de page

Notes

1 Michael Kraus, Bildungsbürger im Urwald. Die deutsche ethnologische Amazonienforschung (1884-1929), Marbourg, 2004.

2 Hans Plischke, Der Anteil der Deutschen an der Entdeckung des stillen Ozeans (16-18. Jahrhundert), in : Nachrichten von der Gesellschaft der Wissenschaften zu Göttingen, PhilologischHistorische Klasse, Neue Folge, Fachgruppe II : Nachrichten aus der Mittleren und Neueren Geschichte 1 / 1934-36, Göttingen, 1936, p. 191-206. Du côté français, il existe une anthologie qui retrace les grands traits de l’histoire du voyage en Polynésie : Jean-Jo Scemla, Le voyage en Polynésie. Anthologie des voyageurs occidentaux de Cook à Segalen, Paris, 1994.

3 Georg Forster, Reise um die Welt während den Jahren 1772-1775, 2 vol. , Berlin, 1778-80.

4 Georg Forster, Reise um die Welt, Francfort/Main, 1947, p. 295.

5 Voir Céline Trautmann-Waller, Die Werkstatt Johann Friedrich Blumenbachs (1752-1840), in : H.-E. Bödecker, P. Büttgen, M. Espagne (éds.), Die Wissenschaft vom Menschen in Göttingen um 1800, Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte, Göttingen, 2008, p. 231-251

6 Adalbert von Chamisso, Voyage autour du monde 1815-1818, traduit de l’allemand par Henri-Alexis Baatsch, Paris, 1991, p. 37.

7 Ibid., p. 186.

8 Georg Heinrich von Langsdorff, Bemerkungen auf einer Reise um die Welt in den Jahren 1803 bis 1807, 2 vols., Francfort/Main, 1813, Vorerinnerungen, s.p.

9 Adam Johann von Krusenstern, Reise um die Welt in den Jahren 1803, 1804, 1805 und 1806, auf Befehl seiner (...) Majestät Alexander des Ersten auf den Schiffen “Nadeshda” und “Newa” unter dem Commando des Capitains von der k. Marine A. J. von Krusenstern, 4 vol. et un atlas de 104 cartes, Saint-Pétersbourg, 1810-12.

10 Georg Heinrich von Langsdorff, Bemerkungen auf einer Reise um die Welt in den Jahren 1803 bis 1807, Vorerinnerungen, s.p.

11 Ibid., p. 77.

12 Ibid., p. 120.

13 Ibid., p. 120.

14 Ibid., p. 121.

15 Ibid., p. 122-128. Langsdorff estime (p. 127-128) que même en Europe ce dernier motif a pu, dans un contexte paroxystique, donner lieu à des phénomènes d’anthropophagie, puisqu’on racontait qu’au début des guerres de révolution quelqu’un aurait mangé par désir de vengeance le cœur de la Princesse de Lamballe.

16 Ibid., p. 128.

17 Il faut noter ici que Langsdorff, bien qu’il déplore son absence de connaissances musicales et de goût pour la musique, a pris la peine là-aussi d’entrer dans le détail. Il donne la transcription en notes d’une chanson marquisienne, dont le texte est également reproduit, avec une précision toute philologique, en trois versions : l’original, la traduction de Cabri et une traduction dite critique.

18 Ibid., p. 160-161.

19 Otto von Kotzebue, A Voyage of Discovery into the South Sea and Bering Straights for the Purpose of Exploring a North-East Passage Undertaken in the Years 1815-1818, Londres, 1821.

20 Adelbert von Chamisso, Reise um die Welt mit der Romanzoffschen Entdeckungsexpedition in den Jahren 1815-1818 auf der Brigg Rurik, Kapitän Otto von Kotzebue, Berlin, 1834-35. Signalons que Chamisso rédigea également en 1837 une étude de la langue hawaïenne pour l’Académie des sciences de Berlin : Adelbert von Chamisso, Über die Hawaische Sprache, vorgelegt der königlichen Akademie der Wissenschaften zu Berlin am 12. Januar 1837.

21 Ibid., p. 32.

22 Ibid, p. 179.

23 Ibid., p. 179.

24 Ibid., p. 181-182.

25 Adolf Bastian, Die heilige Sage der Polynesier. Kosmogonie und Theogonie, Leipzig, 1881, p. 65.

26 Ibid., p. 64.

27 Ibid., p. VIII.

28 Ibid., p. 66.

29 Ibid., p. 217.

30 Ibid., p. VIII.

31 Ibid., p. X.

32 Ibid., p. 5.

33 Adolf Bastian, Zur Kenntnis Hawaii’s. Nachträge und Ergänzungen zu den “Inselgruppen in Oceanien”, Berlin, 1883, introduction.

34 Georg Gerland, Anthropologie der Naturvölker, Die Völker der Südsee, Bd. V, Heft 2 : Die Mikronesier und nordwestlichen Polynesier, Leipzig, 1870.

35 Georg Gerland, Anthropologie der Naturvölker, Die Völker der Südsee, Bd. VI : Die Poly-nesier, Melanesier, Australier und Tasmanier, Leipzig, 1872.

36 Ibid., p. 828.

37 Adolf Bastian, Zur Kenntnis Hawaii’s, p. 121.

38 Adolf Bastian, Einiges aus Samoa Einiges aus Samoa und andern Inseln der Südsee. Mit ethnographischen Anmerkungen zur Colonialgeschichte, Berlin, 1889, p. 56-57.

39 Georg Gerland, Anthropologie der Naturvölker, Die Völker der Südsee, Bd. V, Heft, p. VII.

40 Adolf Bastian, Einiges aus Samoa, p. 104.

41 Ibid., p. III.

42 Concernant la biographie de Karl von den Steinen, voir principalement Michael Kraus, Bildungsbürger im Urwald, p. 30-32.

43 Wilhelm Joest (1852-1897) était issu d’une grande famille d’industriels de Cologne. Après ses études, il partit pour une série de voyages financés par sa famille. Outre ses récits de voyage, par exemple à travers la Sibérie (Aus Japan nach Deutschland durch Sibirien, Cologne, 1883) ou autour de l’Afrique (Um Afrika, Cologne, 1885), il publia un livre sur le tatouage Tätowiren, Narbenzeichnen und Körperbemalen, ein Beitrag zur vergleichenden Ethnologie, Berlin, 1887, après s’être lui-même fait tatouer au Japon. Il mourut lors d’une grande expédition en Océanie, destinée notamment à poursuivre ses recherches sur le tatouage.

44 Voir notamment le récit que fait von den Steinen de cette rencontre décisive pour lui dans : Karl von den Steinen, Gedächtnisrede auf Adolf Bastian, in : Zeitschrift für Ethnologie 37/1905, p. 236-249.

45 Ces expéditions donnèrent lieu à des comptes rendus dans des revues d’ethnologie et de géographie : Erforschung des Rio Xing, in : Verhandlungen der Gesellschaft für Erdkunde (Berlin) 12 / 1885, p. 216-228 ; Untersuchungen der Schingú – Expedition, in : Zeitschrift für Ethnologie 19 / 1887, p. 444. Mais les récits en parurent aussi sous forme de livre : Durch Central-Brasilien. Expedition zur Erforschung des Schingú im Jahre 1884, Leipzig, 1886 ; Unter den Naturvölkern Zentral-Brasiliens. Reiseschilderungen und Ergebnisse der Zweiten Schingú-Expedition 1887-1888, Berlin, 1894. Deux éditions étaient plus spécifiquement destinées au grand public : Unter den Naturvölkern ZentralBrasiliens. Reiseschilderungen und Ergebnisse der Zweiten Schingú-Expedition 1887-1888, Zweite Auflage als Volksausgabe, Berlin, 1897 ; Bei den Indianern am Schingú, Aus dem bei Dietrich Reimer (Ernst Vohsen) in Berlin erschienenen Reisewerk Prof. Karl von den Steinens über die Zweite Schingú-Expedition 1887-1888, Cologne, s.d.

46 Karl von den Steinen, Reise nach den Marquesas Inseln, in : Verhandlungen der Gesellschaft für Erdkunde zu Berlin 25 / 1898, p. 489-513. Signalons qu’il existe une traduction française de la première partie de cet article : Voyage aux îles Marquises, Conférence de Karl von den Steinen du 3 décembre 1898 à Berlin (première partie), traduction de Jean Pagès, in : Bulletin de la société des études océaniennes (Polynésie orientale), no 268 tome XXIII no 5 déc. 1995 (Spécial Marquises, no 2), p. 55-62.

47 Karl von den Steinen, Voyage aux îles Marquises, p. 55.

48 Ibid., p. 59-60.

49 Ibid., p. 55.

50 Ibid., p. 56.

51 Karl von den Steinen, Reise nach den Marquesas Inseln, p. 489.

52 Ibid., p. 499.

53 Ibid., p. 492.

54 Arthur Baessler, Südsee-Bilder, Berlin, 1895, p. 3-4.

55 Voir notamment Otto Finsch, Samoafahrten. Reisen in Kaiser Wilhelms-Land und Englisch-Neu-Guinea in den Jahren 1884 u. 1885, an Bord des Deutschen Dampfers “Samoa”, Leipzig, 1888 ; et Südsee-Erinnerungen (1875-1880), von Franz Hernsheim Ehem. Consul des Deutschen Reiches auf Jaluit, mit einem einleitenden Vorwort von Dr. Otto Finsch, Berlin, 1883.

56 Otto Finsch, Anthropologische Ergebnisse einer Reise in der Südsee und dem malayischen Archipel in den Jahren 1879-1882. Beschreibender Catalog der auf dieser Reise gesammelten Gesichtsmasken von Völkertypen, herausgegeben mit Unterstützung der Berliner anthropologischen Gesellschaft, mit einem Vorwort von Prof. Rud. Virchow, mit 26 physiognomischen Aufnahmen auf 6 lithographischen Tafeln, 18 Umrissen von Füssen und Händen und 60 Körpermessungen, Berlin, 1884.

57 Ibid., p. XI.

58 Sammlung Baessler. Schädel von Polynesischen Inseln, gesammelt und nach den Fundorten beschrieben von Arthur Baessler (†), bearbeitet von Felix von Luschan, mit 33 Tafeln, Veröffentlichungen aus dem Königlichen Museum für Völkerkunde, XII. Band, Berlin, 1907.

59 « Aujourd’hui les bosquets et leurs arbres sacrés, que seul l’étranger à la recherche de crânes ose pénétrer, reposent dans un silence plein de gravité, les anciennes terrasses de pierre ont perdu leur agencement et se transforment en un chaos de blocs. », Karl von den Steinen, Reise nach den Marquesas Inseln, p. 513.

60 Karl von den Steinen, Die Marquesaner und ihre Kunst. Studien über die Entwicklung Primitiver Südseeornamentik nach eigenen Reiseergebnissen und dem Material der Museen, 1925-1928.

61 Karl von den Steinen, Marquesanische Mythen, in : Zeitschrift für Ethnologie, 65/1933, p. 1-44 et p. 326-373 ; et in : Zeitschrift für Ethnologie, 66/1934, p. 191-240.

62 Karl von den Steinen, Les Marquisiens et leur art, 3 vols., Musée de Tahiti et des îles, 2005.

63 Karl von den Steinen, Reise nach den Marquesas Inseln, p. 511.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Trautmann-Waller, « Terrain et théorie dans l’anthropologie allemande du XIXe siècle. Expériences polynésiennes », Revue germanique internationale [En ligne], 10 | 2009, mis en ligne le 26 novembre 2012, consulté le 01 août 2014. URL : http://rgi.revues.org/321

Haut de page

Auteur

Céline Trautmann-Waller

Professeur en études germaniques à l’Université de Paris 3 et membre de l’Institut universitaire de France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page