Navigation – Plan du site

L’anthropologie et l’histoire naturelle dans la modernité esthétique (Döblin, Benn, Jünger)

Tanja van Hoorn
Traduction de Hélène Thiérard
p. 211-220

Résumés

Autour de 1930, Alfred Döblin, Gottfried Benn et Ernst Jünger se sont tournés vers des questionnements anthropologiques. Ce faisant, et afin de donner une représentation de l’histoire, ils combinent l’anthropologie avec l’histoire naturelle au sens du XVIIIe siècle, qui pouvait pourtant sembler obsolète. Döblin examine l’homme en tant qu’être de « nerfs et de muscles », Benn veut élever des « cerveaux dotés de canines » et Jünger s’enferme dans son herbarium avec le plus beau des plantains. On ne saurait donc parler d’une « fin de l’histoire naturelle » (Lepenies), en particulier quand on se place d’un point de vue anthropologique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’allemand par Hélène Thiérard

Texte intégral

  • 1 Jürgen Kaube, Julia Voss, Ein Gespräch mit dem Schriftsteller Marcel Beyer. “Mich fasziniert das We (...)
  • 2 Jürgen Kaube, Der Aufstieg der Wissenschaftsgeschichte. “Historische Epistomologie” : Ein Erfolgsfa (...)
  • 3 Julia Voss, Der Abstieg der Wissenschaftsgeschichte. Wie die deutschen Hochschulen ein kleines Fach (...)

1Au début de l’été 2008, le grand quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung consacrait un dossier complet au thème de l’histoire des sciences. À côté d’une interview avec l’écrivain Marcel Beyer, qui dans son dernier roman, Kaltenburg, érige un monument à la mémoire de l’éthologue Konrad Lorenz1, on y trouve aussi deux autres contributions sous la forme d’un double contrepoint : Jürgen Kaube, dans son texte intitulé « L’essor de l’histoire des sciences », livre une réflexion sur le succès de l’épistémologie historique, succès par conséquent d’une approche en histoire des sciences qui a vu le jour en Allemagne il y a plus de trente ans grâce à Wolf Lepenies, développée par la suite de manière extrêmement productive par Hans-Jörg Rheinberger2. En contrepartie, Julia Voss décrit dans sa contribution, intitulée « Le déclin de l’histoire des sciences », le traitement institutionnel de l’histoire des sciences comme matière universitaire. Actuellement, la formation de jeunes historiens des sciences avec la double compétence traditionnelle en sciences naturelles et en lettres et sciences humaines n’a plus sa place dans le paysage universitaire allemand, à ce qu’il semble, au temps où sévissent Bachelor et Master3. Cette édition de la FAZ nous apprend trois choses au moins :

  1. La littérature traite de l’histoire des sciences sur le mode fictionnel.

  2. L’histoire des sciences en tant qu’épistémologie historique est un succès.

  3. Sur le plan institutionnel, ce succès ne se reconduit pas.

  • 4 Cf. sur ce sujet l’étude de Jutta Heinz, Wissen vom Menschen und Erzählen vom Einzelfall. Untersuch (...)
  • 5 On distingue deux grands blocs dans l’anthropologie de l’Aufklärung, que l’on peut à leur tour sub (...)

2Il ne semble pas qu’il s’agisse ici d’une constellation unique mais au contraire d’une structure à répétition qui consiste en ceci que les modèles de connaissance novateurs sont productifs sur le plan littéraire et scientifique sans pouvoir s’établir durablement dans les institutions. Si l’on regarde du côté de l’anthropologie, le champ qui nous intéresse ici, le cas est tout à fait similaire. Comme chacun sait, le siècle de l’Aufklärung est celui de l’anthropologie. L’anthropologie est dans un premier temps extrêmement productive sur le plan littéraire au XVIIIe siècle4. Dans un second temps, l’anthropologie devient le champ de connaissance scientifique central de l’Aufklärung5, lequel ne connaît pourtant pas d’ancrage institutionnel au XVIIIe siècle, malgré toute son originalité et sa productivité (ou peut-être justement pour cette raison même ?). Nous trouvons au XVIIIe siècle des romans anthropologiques, des savoirs anthropologiques mais aucune chaire d’anthropologie. Concrètement, cela signifie que l’anthropologue Georg Forster, connu pour ses voyages autour du monde, en dépit de toutes ses prises de position sur les questions des races humaines, vit des revenus de sa chaire en histoire naturelle. Cela n’est pas un cas particulier au XVIIIe siècle mais constitue plutôt la norme surtout dans le domaine de l’anthropologie physique : l’anthropologue Johann Friedrich Blumenbach lui-même, fondateur de l’étude des races humaines, est établi institutionnellement comme naturaliste à l’Université Georgia Augusta de Göttingen.

  • 6 Johann Gottfried Herder, Idées pour la philosophie de l’histoire de l’humanité (trad. par Max (...)

3C’est donc l’histoire naturelle – que ce soit au sens de la taxonomie de Carl von Linné ou au sens de l’appréhension du monde narrative de Buffon – qui offre le cadre institutionnel et le programme scientifique établi d’où provient cette chose nouvelle qu’est l’anthropologie. C’est précisément ce que Johann Gottfried Herder fait entendre en désignant explicitement son Histoire de l’Humanité comme une « pure histoire naturelle de forces, d’actions et d’instincts humains selon le lieu et le temps6 ».

  • 7 Cf. Lepenies, Das Ende der Naturgeschichte (Cf. note 2).

4Mais l’histoire naturelle est un cas d’autant plus à part du point de vue épistémologique que Wolf Lepenies a proclamé sa fin énergiquement il y a plus de trois décennies : l’historia naturalis statique et descriptive serait remplacée vers 1800 par une histoire dynamique de la nature. Avec Darwin au plus tard, la vieille représentation d’une constance dans la nature, et en particulier d’une constance des espèces, est désavouée par le paradigme de l’évolution. À la suite de cette rupture épistémique, de nouvelles sciences sont nées – désormais irrévocablement séparées de la belle littérature – comme par exemple la biologie. Inversement, l’Histoire naturelle de Buffon ne valait plus au XIXe siècle comme scientia mais comme ars, elle n’était plus lue comme une description de faits mais comme une fiction7.

5Cependant, la réorganisation du champ des sciences, la constitution de disciplines spécialisées et la séparation du bel art et des sciences dures ne sont pas caractérisées uniquement par un changement de paradigme et des ruptures historiques, il semble au contraire que ces changements conceptuels fondamentaux ont aussi toujours été traversés de continuité et de non-simultanéité.

6En suivant Lepenies de manière critique sur l’histoire naturelle, il convient de retenir quatre propositions :

  1. C’est justement l’histoire naturelle, présumée a-historique, qui sert de tremplin pour la philosophie de l’histoire de Herder, précurseur en ce domaine.

  2. Méthodologiquement, le boom de l’histoire naturelle dans d’autres disciplines comme par exemple la médecine et la sociologie, a justement lieu après sa fin présumée.

  3. L’histoire naturelle continue d’exister aujourd’hui sous la forme de disciplines spécialisées : zoologie et botanique.

  4. Sur le plan esthétique, l’histoire naturelle est citée particulièrement dans des projets ambitieux et d’avant-garde.

  • 8 Otto Gmelin, Naturgeschichte des Bürgers. Beobachtungen und Bemühungen, Iena, 1929 ; Kurt Breysig (...)

7Car de même que l’anthropologie s’est développée au XVIIIe siècle sur la base de l’histoire naturelle, elle a toujours continué à charrier cet héritage d’histoire naturelle. Vers 1930 justement, le vieux modèle de l’histoire naturelle jouit d’une énorme popularité dans les représentations de l’histoire de la civilisation. Otto Gmelin écrit par exemple un pamphlet sur l’Histoire naturelle du bourgeois et Kurt Breysig produit un texte d’une grande proximité avec le discours anthropologique intitulé Histoire naturelle et histoire de l’humanité8, qui s’inscrit clairement dans la tradition herdérienne de l’histoire universelle.

8Le plus intéressant, du point de vue des études littéraires, est sans aucun doute que l’anthropologie et l’histoire naturelle réapparaissent ensemble dans la littérature vers 1930. Les pages suivantes vont ébaucher et cerner la réflexion à partir de trois œuvres d’écrivains : Alfred Döblin, Gottfried Benn et Ernst Jünger.

I

  • 9 Cf. Bettina Hey’l, Alfred Döblins anthropologischer Text Unser Dasein zwischen Hermeneutik und Deko (...)

9En avril 1933 paraît le dernier livre d’Alfred Döblin avant l’émigration ; un mois plus tard, il est brûlé publiquement avec d’autres œuvres de l’auteur. L’œuvre ne fait l’objet d’aucune mention dans le dictionnaire littéraire de Kindler, ni dans celui de Killy, et encore moins d’une présentation complète, elle est peu connue même dans les cercles des études littéraires, mais est depuis peu l’objet d’analyses inspirées dans le cadre d’une recrudescence d’intérêt pour les questions anthropologiques9. Il ne s’agit pourtant pas d’un petit livre écrit à la hâte et facile à ignorer, mais bien d’une œuvre volumineuse qui comporte pas moins de 500 pages. Elle est intitulée Unser Dasein [Notre existence] et constitue selon Döblin lui-même le plus important de ses travaux philosophiques.

  • 10 Cf. Alfred Döblin, Unser Dasein, München, 1988. Malheureusement, cette édition ne reproduit pas les (...)
  • 11 À l’intérieur des huit livres se sont glissés un « Intermède amours d’été » (entre le premier et le (...)
  • 12 Cf. Döblin, Unser Dasein, p. 66-68.

10La classification selon des critères de genre pose problème, l’étiquette « recueil d’essais plus ou moins longs » que propose la jaquette de l’édition, semble peu précise et peu satisfaisante, car elle masque aussi bien la disparité formelle de ces particules de texte, que les rapports conceptuels qu’elles entretiennent10. Car certes, Unser Dasein est en grande partie une tentative plutôt tâtonnante de faire un essai philosophique sur la nature de l’homme, mais c’est aussi un ouvrage qui présente une grande clarté de structure en 8 livres11, d’une part. Et d’autre part, et c’est presque l’élément le plus important, il est manifeste que c’est un poète qui s’exprime ; la pensée qui se développe dans Unser Dasein n’est pas seulement peu académique et quelquefois incohérente, elle présente aussi un jeu hautement artistique. L’auteur ne cesse d’affabuler, le connaisseur de la grande ville déverse des tonnes de matériau, l’artiste du langage joue les chanteurs de rue et les rimeurs, le romancier fait jaillir de sa prose des nouvelles enchâssées, Döblin brille en virtuose du montage et en auteur ironique de la modernité. Des réflexions sur, par exemple, la question de savoir quels êtres ont un moi, se mêlent à un matériau empirique et concret, préparé avec art. On tombe ainsi de manière inopinée sur une lettre fictive magnifiquement absurde, insérée sans commentaire, de l’A.H.V., l’« Association pour les Handicapés en Vie ». Il s’agit ici des fœtus non viables, qui dans cette lettre font valoir leur droit à un moi. À cette plainte, se joignent aussitôt l’A.M.G. et l’A.P.T.G., l’« Association des Marrons Germés » et l’« Association des Pommes de Terre Germées12 ». Malgré toute la charge satirique, cette mise en parallèle de la vie animale et végétale exprime quant à son contenu une idée centrale chez Döblin, celle qui fait de l’histoire naturelle la base des réflexions anthropologiques.

  • 13 Döblin, Unser Dasein, p. 57.
  • 14 Döblin, Unser Dasein, p. 49.
  • 15 Döblin, Unser Dasein, p. 97.
  • 16 « Nervmuskelmensch », Döblin, Unser Dasein, p. 98.
  • 17 Döblin, Unser Dasein, p. 102.
  • 18 Döblin, Unser Dasein, p. 168.

11L’œuvre tourne autour de la relation du moi au monde, comprise comme une relation dialectique. La « tête de Janus » ou « double nature13 » de l’homme consiste en ceci que son moi fait « partie de la nature tout en étant sa contrepartie14 ». Même si l’homme évidemment s’oppose au monde dans l’expérience, il n’en reste pas moins nature. C’est en ce sens qu’au livre trois, livre central de Unser Dasein, Döblin découvre « l’animal, la plante, le minéral, la pierre en l’homme15 », prenant ainsi une position antidarwiniste proche de la philosophie de la nature et de la morphologie. Il en arrive à la conclusion que chez l’homme, « être neuro-musculaire16 », les facultés spécifiquement humaines « du cerveau, de la conscience, de la mémoire » n’étaient rien de prodigieux17 et provenaient au contraire de la même « substance originelle dont le monde était fait18 ».

12Ce profond ancrage de l’homme dans la nature est également particulièrement explicite dans le sixième livre, qui traite « Des hommes grands et petits ». Döblin a ici recours au type de texte de l’étude de cas et présente des destinées individuelles, certainement en se servant de sa pratique de médecin neurologue. Sous le titre « Une métamorphose ratée. Le suicide d’un lycéen », Döblin présente le cas suivant :

  • 19 Döblin, Unser Dasein, p. 326.

« À midi, le garçon de seize ans, lycéen, se fait gifler par son père. Il a perdu, dit-il, dix Mark. Aux reproches de son père, il répond avec insolence. Il s’assoit au piano, dit : « Ça commence à bien faire. » L’après-midi, il va sans permission à une manifestation sportive, puis traîne dehors toute la soirée et la nuit. Au petit-matin, il se jette sous un train de banlieue19. »

13Pourquoi ce suicide ? Döblin commence par essayer de répondre à cette question à l’aide d’une étude détaillée en psychologie sociale, procédant à l’anamnèse familiale, mais interrompt brusquement ce projet au bout de six pages. Il adopte désormais un raisonnement tout différent, celui du modèle physiologique des différentes phases de la vie, apprécié à l’époque de l’Aufklärung et éminemment développé par Herder et Forster en anthropologie et en histoire naturelle.

  • 20 Döblin, Unser Dasein, p. 339.

14L’homme, cet « être de muscle et de nerfs », passe selon Döblin par trois naissances au cours de sa vie : 1. la naissance réelle, 2. le renouvellement de l’« appareil glandulaire » à la puberté et 3. l’entrée dans le climatère. On peut donc distinguer trois stades dans le développement individuel, à savoir enfance, âge adulte caractérisé de manière bipolaire par la sexualité, et vieillesse. Ces phases étant des seuils de développement purement physiologiques, la transition d’un âge au suivant ressemble à la métamorphose que constitue la « sortie de la chrysalide » en entomologie. Si chacune de ces phases de transition sont par nature difficiles et facteurs de fragilité, la plus délicate reste cependant la puberté. Chaque sortie de chrysalide ou nouvelle naissance porte en elle la possibilité d’une crise qui met la vie en danger et peut entraîner la mort. En ce sens, Döblin finit par donner une explication toute anti-psychologique du suicide du lycéen, qui est l’expression d’une sortie de chrysalide qui a été troublée et a échoué ; il ne voit pas en lui un acte réfléchi mais une nécessité physiologique. Döblin résume ainsi : « Le suicide pubertaire ne s’explique qu’à la lumière de l’histoire naturelle. Il faut avoir de la crainte devant ces grandes heures où l’on nait. Ce sont aussi des heures où l’on meurt. La nature y est sensiblement affaiblie. Ce qui est en cours, à moitié fini, est en fait à moitié mort, et il est bien compréhensible qu’une fois immobile, il meure complètement. Celui qui se suicide suit une ligne naturelle. En réalité, il ne se suicide pas, il n’a pas pour dessein de se tuer20. »

15Ce n’est donc ni la sociologie, ni la psychologie qui constituent la colonne vertébrale de l’anthropologie de Döblin, mais l’histoire naturelle. Dans Unser Dasein, il assemble ses regards sur l’histoire naturelle des hommes dans un montage de fiction et de faits, se servant ainsi, que cela soit rappelé à titre de conclusion, d’une tradition qui relève formellement de l’historia naturalis, celle du tableau.

II

16« De quelle nature est l’homme ? » Cette question préoccupe également Gottfried Benn en 1933, lequel développe comme Döblin ses réflexions anthropologiques sur la base du modèle de l’histoire naturelle et argumente, de même que Döblin, de manière morphologique et antidarwiniste.

17Ces points communs ne doivent cependant pas dissimuler les différences. D’une part, Benn écrit de véritables essais, faisant preuve, en tant que poète, d’un silence étonnant autour de 1930, quand bien même ses textes regorgent de force poétique, et ne sont pas sans rappeler la verve de Nietzsche. D’autre part, il a bien moins en tête le développement individuel que le développement générique, c’est-à-dire que son intérêt – et c’est bien sûr hautement problématique – est à visée historique, il en va de l’histoire de l’humanité.

18Dans son essai de 1933, « Züchtung » [Élevage], Benn reprend des réflexions qu’il n’a cessé de développer depuis les années 1920 et dont il a fixé le bilan transitoire dans le texte paru en 1930 : La structure de la personnalité. Esquisse d’une géologie du Moi.

  • 21 Gottfried Benn, Züchtung, in : Sämtliche Werke (Édité par Gerhard Schuster avec Ilse Benn,) T. IV  (...)
  • 22 Cf. Gerlinde F. Miller, Die Bedeutung des Entwicklungsbegriffs für Menschenbild und Dichtungstheori (...)

19La thèse centrale de Benn est qu’« une transformation historique [... sera] toujours une transformation anthropologique21 ». En ce sens, et se référant en cela aux recherches en neurophysiologie de l’époque22, il considère aussi que l’humanité subit un changement biologique et cortical quand elle entre dans une nouvelle époque historique. Inversement, on pourrait donc favoriser ce processus de transformation historique en pratiquant l’élevage biologique [biologische Züchtung].

  • 23 Benn, Züchtung, p. 38.

20Dans le détail, Benn distingue au sein de l’histoire récente de l’Occident trois phases où le rapport de l’homme à la nature est chaque fois différent : 1. l’époque de Goethe, caractérisée par un regard morphologique porté sur une nature parcourue par une même âme. 2. L’époque de Darwin, caractérisée par une compréhension de la nature matérialiste et mécaniste telle qu’elle a pris forme dans la théorie de l’évolution, que Benn a refusée toute sa vie avec véhémence. 3. L’époque à venir, dans laquelle l’esprit, cette « substance spécifique aux hominidés » obtiendra justice. Pour encourager l’entrée dans cette époque spirituelle, Benn revendique : « Ce sont des cerveaux qu’il faut élever, de grands cerveaux pour défendre l’Allemagne, des cerveaux pourvus de canines, une mâchoire de bélemnite23. »

  • 24 Pour revenir de la thèse d’une « erreur » passagère de Benn, Cf. Moritz Schramm, Eine Entscheidung (...)
  • 25 Herder, Idées, Paris, 1962, p. 235.

21Jusqu’ici, les étonnantes idées d’élevage de Benn ont été commentées par les chercheurs presque exclusivement pour leur fonction dans le contexte de l’idéologie raciale fasciste, ce qui est indiscutable24. Mais si l’on reconstruit cette pensée à la lumière de l’histoire des sciences, on découvre les implications problématiques de la mise en parallèle, initiée par les représentants de l’Aufklärung tardive, de l’histoire de la nature et de celle de l’humanité. Car Benn comprend lui aussi l’histoire comme « pure histoire naturelle de forces, d’actions et d’instincts humains selon le lieu et le temps25 », et ce n’est que pour cette raison qu’il peut mettre en contact aussi immédiatement la biologie de l’homme et son développement historique et social, passant ainsi des caractéristiques physiques au développement spirituel et culturel. De cette manière seulement lui vient l’idée d’une genèse historique par la sélection ciblée de la substance anthropologique fondamentale, c’est-à-dire par la sélection mentale. En d’autres termes, chez Benn, la conception biologiste de l’histoire se base sur l’idée de l’Aufklärung d’une anthropologie de l’histoire naturelle. Herder se retournerait dans sa tombe.

III

  • 26 Cf. Ernst Jünger, Chasses subtiles, trad. Henri Plard, Paris, 1994, p. 8, p. 29, p. 36, p. 38, p. 4 (...)
  • 27 Pour un aperçu des études sur le sujet, cf. Steffen Martus, Ernst Jünger, Stuttgart, 2001, p. 123- (...)

22Les choses se présentent différemment chez Ernst Jünger. Jünger n’est pas médecin, comme Döblin et Benn, Jünger est un entomologiste amateur plein d’enthousiasme, un dilettante dans le plus beau style du XVIIIe siècle, lequel a été largement reconnu par la communauté des entomologistes au cours de sa longue vie. En tant qu’entomologiste, Jünger est un partisan inconditionnel du grand systématicien et maître de la classification Carl von Linné. Le nom de Linné et sa taxonomie sont omniprésents dans son œuvre de maturité autobiographique, Chasses subtiles, publiée en 196726. L’entomologie n’est pas seulement le dada d’un poète conservateur et controversé. Elle devient chez Jünger un véritable programme poétique. Celui-ci se dessine déjà dans son roman-parabole Sur les falaises de marbre, aussi célèbre que controversé, paru en 1939, qui est tout simplement conçu comme une profession de foi en faveur de l’histoire naturelle comme forme de pensée et de vie. Il est étonnant que jusqu’ici les chercheurs, qui n’ont distingué dans ce roman que les trois éléments de la légende, du préraphaélisme et de l’histoire contemporaine, aient complètement occulté cette dimension27.

  • 28 Ernst Jünger, Sur les falaises de marbre (trad. Henri Thomas), Paris, 1942, p. 26.
  • 29 Jünger, Sur les falaises de marbre, p. 37.

23De quoi traite le roman ? Le narrateur à la première personne habite avec frère Othon dans un domaine nommé Marina ; depuis leur Ermitage au bord des falaises dont il est question dans le titre, ils se dédient à l’étude minutieuse de la flore de cette région. « Maître Linné » y fait figure de protagoniste omniprésent28 : « Nous partions du haut exemple de Linné qui s’avança dans le chaos du règne animal et végétal armé du sceptre du langage29 ». Les deux protagonistes se considèrent donc comme des élèves de Linné, qui, à l’aide de signes arbitraires, comprenez la nomenclature binaire, a apporté l’ordre dans l’embrouillamini de la nature.

  • 30 Cf. par exemple Jünger, Sur les falaises de marbre, p. 58, p. 65, p. 70.
  • 31 Jünger, Sur les falaises de marbre, p. 73.

24Dans la narration, la nature, qui sur la base du système de Linné se soumet à l’ordre des classifications, fait contraste avec la description d’un désordre social en train de se préparer. Celui-ci est annoncé par un grand nombre de « signes30 » et prend lui-même, au moment où le règne de la terreur s’installe, « le masque de l’ordre31 ».

  • 32 Jünger, Sur les falaises de marbre, p. 104-105.
  • 33 Jünger, Sur les falaises de marbre, p. 99.
  • 34 Jünger, Sur les falaises de marbre, p. 99.

25En dépit de ce bouleversement social, le narrateur et frère Othon décident de poursuivre leurs travaux, et bien plus encore, l’historia naturalis de Linné se transforme en un bastion de la résistance contre la tyrannie autoritaire : « Tandis que dans le pays le crime prospérait comme le réseau des moisissures sur le bois pourri, nous nous absorbions de plus en plus profondément dans le mystère des fleurs, et leur calice nous semblaient plus grands et plus radieux que jamais. Mais avant tout nous poursuivions notre travail sur le langage, car nous reconnaissions dans la parole l’épée magique dont le rayonnement fait pâlir la puissance des tyrans32 ». Deux plantes constituent les pôles secrets de ce combat : il y a d’un côté le plantain, de son nom botanique – utilisé dans Les falaises de marbre en référence à la terminologie de Linné – plantago major33. Il s’agit d’une plante tout à fait insignifiante, qui pousse comme du chiendent sur n’importe quel sentier et à la croisée de tous les chemins. Juste avant que ne commencent les grands combats, le sage Père Lampros révèle au narrateur un exemplaire de ce plantain d’une croissance particulièrement harmonieuse, au cours d’une épiphanie mystérieuse et mystique : « Fraîche et délicatement vivante la figure ainsi formée semblait être également indestructible, dans l’éclat tout spirituel de sa symétrie. Un frisson nous saisit alors ; nous sentîmes combien le délice de vivre et le délice de mourir étaient en nous profondément unis ; et nous relevant, nos yeux rencontrèrent le visage du Père Lampros. Il nous avait fait confidents d’un mystère34. »

  • 35 Jünger, Sur les falaises de marbre, p. 123.
  • 36 Jünger, Sur les falaises de marbre, p. 123.

26L’autre plante, qui constitue le pôle opposé au plantain, est le sylvain rouge, une espèce très rare à la floraison délicate, de la famille des orchidées. Contrairement au plantain, il faut chercher le rare sylvain rouge, et même se mettre en quête, pour le trouver : « Le sylvain rouge est une plante qui croît isolément dans les forêts et les fourrés, et qu’on appelle rubra du nom que Linné lui a donné pour la distinguer de deux espèces plus pâles ; mais on la rencontre plus rarement que ces dernières35. » Le narrateur et frère Othon, dans leur chasse au sylvain rouge, se retrouvent dans un lieu mal famé, « une coupe anciennement faite dans les bois36 ». Dans le roman, la belle orchidée ne pousse qu’en territoire ennemi.

  • 37 Cf. Jünger, Sur les falaises de marbre, p. 86.

27Tandis que les habitants de l’Ermitage veulent, dans un premier temps, comprendre ce moment de crise d’une manière exclusivement abstraite, la rapportant aux dimensions d’une histoire de la nature cosmique, qui se renouvelle de temps à autre en se détruisant en partie37, un combat sanglant finit par avoir lieu. Le principal lieu du combat est l’endroit où le plantain rouge a été trouvé. À partir de ce lieu et à la suite de la bataille, la totalité de l’ordre ancien sombre dans une mer de feu sanglante. Mais une autre chose s’y passe aussi, qui nous ramène de manière surprenante au grand plantain. Car sur l’habitat du plantain rouge, devenu le théâtre d’un massacre bestial, le narrateur pose les yeux sur la tête d’un jeune prince ennemi, empalée sur une pique. Ses traits reflètent, dans la mort, la grandeur de la noblesse humaine, la beauté de l’idée d’humanité :

  • 38 Jünger, Sur les falaises de marbre, p. 186.

« Si j’avais douté auparavant, à présent mon doute s’effaçait : il existait encore parmi nous des êtres nobles, au cœur desquels vivait et s’accroissait la connaissance de l’ordre supérieur. Et comme tout haut exemple nous convie à le suivre, je fis le serment devant cette tête, de préférer à jamais la solitude et la mort avec les hommes libres au triomphe parmi les esclaves38. »

  • 39 Cf. Jünger, Sur les falaises de marbre, p. 206.

28Comme dans un rêve, le narrateur s’empare de la tête, la lave avec du vin, la ceint de pétales de rose et la dépose dans une amphore de parfum. Lorsqu’il fait ses adieux à l’ermitage, il va chercher la tête et, dans un second moment mystique, il lui est donné de saisir les rapports cachés qui unissent la destinée anthropologique et l’histoire naturelle. Juste derrière le scalp qu’il brandit, il voit en effet la rosace du vitrail rayonner de la beauté que donnent les proportions parfaites, la même beauté qui caractérisait le spécimen de plantain que lui avait montré Père Lampros en son temps. Il comprend alors que c’est dans le banal plantain, et non dans une petite plante rare comme le sylvain rouge, que se trouvent l’harmonie et l’ordre du monde39.

29La conclusion à tirer de Sur les falaises de marbre est que dans l’herbier de l’histoire naturelle, le spécimen particulièrement beau, l’exemplaire somptueux de la normalité, représente l’idée de l’espèce. Cette idée, le naturaliste la conserve dans sa collection en dépit du temps. Mais de cette manière, on apaise l’histoire criminelle des hommes et sa violence à l’aide de l’historia naturalis.

IV

30Pour résumer on peut retenir qu’autour de 1930 Döblin, Benn et Jünger se tournent vers des questionnements anthropologiques dans leur œuvre. Ce faisant ils associent anthropologie et histoire naturelle, s’inscrivant ainsi dans une tradition dont le dossier est supposément classé depuis longtemps. Effectivement, les auteurs se considèrent tous trois comme des antidarwinistes et ont recours au modèle de l’histoire naturelle quand il s’agit pour eux de réfléchir aux possibilités de développement et à l’histoire de l’homme. Döblin voit l’homme comme un « être neuro-musculaire », Benn réclame l’élevage de « cerveaux pourvus de canines » et Jünger s’enfouit avec le plus beau spécimen de plantain dans l’herbier. Aux yeux de l’anthropologie en tout cas, il ne saurait être question de la fin de l’histoire naturelle.

Haut de page

Notes

1 Jürgen Kaube, Julia Voss, Ein Gespräch mit dem Schriftsteller Marcel Beyer. “Mich fasziniert das Weltwissen der Zoologie”, in : Frankfurter Allgemeine Zeitung (No 112), 15 mai 2008, p. 35. – Cf. Marcel Beyer, Kaltenburg, Suhrkamp, 2008.

2 Jürgen Kaube, Der Aufstieg der Wissenschaftsgeschichte. “Historische Epistomologie” : Ein Erfolgsfall disziplinären Eigensinns, in : Frankfurter Allgemeine Zeitung (No 112), 15 mai 2008, p. 35. – Cf. Wolf Lepenies, Das Ende der Naturgeschichte. Wandel kultureller Selbstverständlichkeiten in den Wissenschaften des 18 und 19. Jahrhunderts, Munich et Vienne, 1976 ; Hans-Jörg Rheinberger, Experimentalysteme und epistemische Dinge. Eine Geschichte der Proteinsynthese im Reagenzglas, Göttingen, 2001 ; Hans-Jörg Rheinberger, Historische Epistomologie zur Einführung, Hambourg, 2007.

3 Julia Voss, Der Abstieg der Wissenschaftsgeschichte. Wie die deutschen Hochschulen ein kleines Fach behandeln, in : Frankfurter Allgemeine Zeitung (No 112), 15 mai 2008, p. 35.

4 Cf. sur ce sujet l’étude de Jutta Heinz, Wissen vom Menschen und Erzählen vom Einzelfall. Untersuchungen zum anthropologischen Roman der Spätaufklärung, Berlin et New York, 1996.

5 On distingue deux grands blocs dans l’anthropologie de l’Aufklärung, que l’on peut à leur tour subdiviser en trois domaines. Dans le premier bloc, on trouve une science de l’homme particulier quant à : a) une anthropologie physique qui considère le corps, b) une anthropologie psychologique qui analyse l’âme, c) une science du commercium mentis et corporis, qui considère les rapports entre l’âme et le corps, l’anthropologie philosophique d’Ernst Platner. Dans un second bloc, on trouve l’anthropologie en tant que science du genre humain. Celle-ci peut à son tour être menée au niveau a) du corps ou encore de la nature humaine (anthropologie physique ou étude des races), b) de la civilisation (anthropologie civilisationnelle) ou c) au niveau des rapports mutuels entre nature et civilisation dans l’histoire de l’humanité. Cf. pour plus de détails Tanja van Hoorn : Das anthropologische Feld der Aufklärung. Ein heuristisches Modell und ein exemplarischer Situierungsversuch (Georg Forster), in : Jörn Garber, Tanja van Hoorn (éds.), Natur – Mensch – Kultur. Georg Forster im Wissenschaftsfeld seiner Zeit, Hannovre, 2006, p. 125-141.

6 Johann Gottfried Herder, Idées pour la philosophie de l’histoire de l’humanité (trad. par Max Rouché), Paris, 1962, p. 235.

7 Cf. Lepenies, Das Ende der Naturgeschichte (Cf. note 2).

8 Otto Gmelin, Naturgeschichte des Bürgers. Beobachtungen und Bemühungen, Iena, 1929 ; Kurt Breysig, Naturgeschichte und Menschheitsgeschichte, Berlin, 1933.

9 Cf. Bettina Hey’l, Alfred Döblins anthropologischer Text Unser Dasein zwischen Hermeneutik und Dekonstruktion. In : Torsten Hahn (éd.), Internationales Alfred-Döblin-Kolloquium Bergamo 1999, Berlin, 2002, p. 185-207 ; Benjamin Bühler, Lebende Körper. Biologisches und anthropologisches Wissen bei Rilke, Döblin und Jünger, Würzburg, 2004, p. 220-243.

10 Cf. Alfred Döblin, Unser Dasein, München, 1988. Malheureusement, cette édition ne reproduit pas les illustrations contenues dans la première édition : « quatorze gravures d’un artiste non nommé » (Walter Muschg, Postface, In : Ibid., p. 479-490, ici p. 490). On peut voir les gravures que Walter Heisig a réalisées pour Unser Dasein d’Alfred Döblin in : Florian Gelzer, « Alfred Döblin in Erstausgaben » : http://www.germanistik.unibe.ch/gelzer/Doeblin/Doeblin_UnserDasein.html [12.10.2008] ; Cf. aussi Florian Gelzer, Notizen zu einigen Illustrationen von Werken Alfred Döblins. Mit 11 Abbildungen, in : Librarium. Zeitschrift der Schweizerischen Bibliophilen-Gesellschaft 2 (2007), p. 120-128.

11 À l’intérieur des huit livres se sont glissés un « Intermède amours d’été » (entre le premier et le deuxième livre), puis un « Intermède préoccupant » (entre le cinquième et le sixième livre) ainsi qu’une petite dissertation sur le « Passage au collectif. Des hordes et des individus ». Pour plus de précisions, Cf. sommaire, in : Döblin, Unser Dasein, p. 7-11.

12 Cf. Döblin, Unser Dasein, p. 66-68.

13 Döblin, Unser Dasein, p. 57.

14 Döblin, Unser Dasein, p. 49.

15 Döblin, Unser Dasein, p. 97.

16 « Nervmuskelmensch », Döblin, Unser Dasein, p. 98.

17 Döblin, Unser Dasein, p. 102.

18 Döblin, Unser Dasein, p. 168.

19 Döblin, Unser Dasein, p. 326.

20 Döblin, Unser Dasein, p. 339.

21 Gottfried Benn, Züchtung, in : Sämtliche Werke (Édité par Gerhard Schuster avec Ilse Benn,) T. IV : Prosa 2, Stuttgart, 1989, p. 33-40, ici p. 34.

22 Cf. Gerlinde F. Miller, Die Bedeutung des Entwicklungsbegriffs für Menschenbild und Dichtungstheorie bei Gottfried Benn., New York, Berne et a., 1990 ; Marcus Hahn, Die Stellung des Gehirns im Leben. Gottfried Benn und die philosophische Anthropologie Max Schelers, in : Ulrich Bröcking, Benjamin Bühler, Marcus Hahn, Matthias Schöning, Manfred Weinberg (éds), Disziplinen des Lebens. Zwischen Anthropologie, Literatur und Politik, Tübingen, 2004, p. 87-110 ; Marcus Hahn, Die armen Hirnhunde : Gottfried Benn und die Neurologie um 1910, in : Matias Martinez (éd.), Gottfried Benn. Wechselspiele zwischen Biographie und Werk, Göttingen, 2007, p. 149-169 ; Yvonne Wübben, “Ein Bluff für den Mittelstand. Gottfried Benn und die Hirnforschung”, in : Heinz Ludwig Arnold (éd.), Gottfried Benn., 3e édition : nouvelle version IV/2006 ( = text + kritik 44), p. 71-82.

23 Benn, Züchtung, p. 38.

24 Pour revenir de la thèse d’une « erreur » passagère de Benn, Cf. Moritz Schramm, Eine Entscheidung “anthropologischer Art”. Gottfried Benns Anlehnung an die zeitgenössische Anthropologie und sein Engagement für den nationalsozialistischen Staat, in : Akten des XI. Internationalen Germanistenkongresses Paris 2005, Bd. 7 : Bild, Rede, Schrift, coord. par Michael Curschmann et Wolfgang Harms – Kleriker, Adel, Stadt und außerchristliche Kulturen der Vormoderne, coord. par Jan-Dirk Müller, Ulrich Müller et René Pérennec – Wissenschaften und Literatur seit der Renaissance, coord. par Georg Braungart, Theo Elm et Christine Maillard, Berne, 2008, p. 387-392.

25 Herder, Idées, Paris, 1962, p. 235.

26 Cf. Ernst Jünger, Chasses subtiles, trad. Henri Plard, Paris, 1994, p. 8, p. 29, p. 36, p. 38, p. 45, p. 72, p. 79, p. 108, p. 111, p. 112, p. 169, p. 170, p. 174, p. 256, p. 257, p. 275, p. 399, p. 445.

27 Pour un aperçu des études sur le sujet, cf. Steffen Martus, Ernst Jünger, Stuttgart, 2001, p. 123-137.

28 Ernst Jünger, Sur les falaises de marbre (trad. Henri Thomas), Paris, 1942, p. 26.

29 Jünger, Sur les falaises de marbre, p. 37.

30 Cf. par exemple Jünger, Sur les falaises de marbre, p. 58, p. 65, p. 70.

31 Jünger, Sur les falaises de marbre, p. 73.

32 Jünger, Sur les falaises de marbre, p. 104-105.

33 Jünger, Sur les falaises de marbre, p. 99.

34 Jünger, Sur les falaises de marbre, p. 99.

35 Jünger, Sur les falaises de marbre, p. 123.

36 Jünger, Sur les falaises de marbre, p. 123.

37 Cf. Jünger, Sur les falaises de marbre, p. 86.

38 Jünger, Sur les falaises de marbre, p. 186.

39 Cf. Jünger, Sur les falaises de marbre, p. 206.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tanja van Hoorn, « L’anthropologie et l’histoire naturelle dans la modernité esthétique (Döblin, Benn, Jünger) », Revue germanique internationale [En ligne], 10 | 2009, mis en ligne le 26 novembre 2012, consulté le 19 décembre 2014. URL : http://rgi.revues.org/334

Haut de page

Auteur

Tanja van Hoorn

Germaniste à la Leibniz-Universität de Hannovre

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page