Navigation – Plan du site

Les recherches sur l’Extrême-Orient au début du XIXe siècle ou Paris, Mecque des orientalistes allemands

Hartmut Walravens
Traduction de Céline Trautmann-Waller
p. 33-48

Résumés

Cette contribution étudie, en se concentrant sur le domaine des études extrême-orientales, l’attrait exercé par la capitale française durant la première moitié du XIXe siècle sur les orientalistes allemands. À cette époque, les études orientales s’émancipaient tout juste de la théologie, les différentes disciplines étaient encore en cours de formation et la séparation entre les différents domaines de recherche était encore assez floue. À côté des trésors de la Bibliothèque royale et de l’Ecole vivante des langues orientales, ce furent en premier lieu les personnalités des érudits enseignant à Paris qui attirèrent les étudiants : Silvestre de Sacy, Abel-Rémusat, puis, après la mort de ce dernier en 1832, Stanislas Julien, et enfin Julius Klaproth. La Société asiatique et le Journal asiatique, créé en 1822, augmentèrent encore l’attractivité de ce centre orientaliste unique à l’époque. – Cet article repose essentiellement sur l’étude des correspondances. Pour poursuivre ces recherches, une prise en compte d’autres sources, dans la mesure où les archives existent, serait souhaitable.

Haut de page

Notes de la rédaction

(Traduit de l’allemand par Céline Trautmann-Waller)

Texte intégral

1Paris a toujours été comme un aimant pour les voyageurs et les érudits allemands. Mais pourquoi la ville devint-elle si attirante spécialement pour les orientalistes ? Et pourquoi cet enthousiasme particulier se limita-t-il au premier tiers du XIXe siècle ? Les sources permettant de répondre à ces questions sont minces mais cependant éloquentes. La présentation qui suit sera centrée pour sa part sur les recherches concernant l’Extrême-Orient, cet aspect n’ayant guère été étudié jusqu’à présent.

  • 1 Briefe über den Fortgang der asiatischen Studien in Paris, von einem der orientalischen Studien bef (...)
  • 2 C. Seybold (éd.), Fleischers Briefe an Haßler aus den Jahren 1823 bis 1870, Nach Ulmer Originalen h (...)
  • 3 Konrad Dietrich Hassler (1803-1873), théologien et député à la Paulskirche. Voir ADB 11 (réimpressi (...)

2Les sources sont minces comme nous l’avons dit. Il y a tout d’abord les Lettres concernant l’évolution des études asiatiques à Paris par un jeune Allemand féru d’études orientales parues à Ulm en 18301. Une première édition, plus courte, avait paru en 1828. De toute évidence l’auteur anonyme connaissait la scène parisienne de première main. Et puisque l’orientaliste allemand Julius Klaproth avait le goût ce genre de déclarations critiques et aimait utiliser des pseudonymes, comme celui de Wilhelm Lauterbach dans sa critique de la traduction du Lunyü (Entretiens de Confucius) de Wilhelm Schott, les voix se multiplièrent le désignant comme l’auteur de cet ouvrage. Julius Mohl fut lui aussi soupçonné d’en être l’auteur. Une solution définitive de la question est apportée par notre deuxième source principale, les lettres adressées entre 1823 et 1870 par l’orientaliste Fleischer à son ami Haßler 2. Fleischer y relate comment il a essayé de se procurer la petite brochure précédemment évoquée et félicite son ami pour cette dernière. Si tout porte à croire que Konrad Dietrich Haßler 3 (1803-1873) a utilisé dans ces lettres imaginaires les informations de ses correspondants, certains passages des lettres de Fleischer, qui livrent de ses expériences parisiennes un compte rendu spontané, souvent très juste et imagé, suggèrent qu’elles ont elles aussi été l’une des sources des Lettres de Hassler. Malheureusement nous ne disposons pour l’instant d’aucune autre source de ce type, du moins sous forme publiée, et seules des recherches étendues dans les archives permettraient d’apporter de nouveaux matériaux pour cette histoire, les articles nécrologiques et les biographies ne pouvant guère en tenir lieu en raison de leurs tendances hagiographiques.

Les études orientales parisiennes vues par deux témoins allemands

  • 4 Briefe über den Fortgang der asiatischen Studien in Paris, op. cit., p. 5.

Oh oui le séjour à Paris et l’abondance des trésors littéraires qu’on y trouve, tout comme l’obligeance chaleureuse de la plupart de ses habitants qu’on ne saurait assez louer, auraient attisé chez vous, tout comme ils l’ont fait chez moi, un nouvel enthousiasme pour l’étude des langues et de la littérature de l’Orient. La situation limitée du chercheur allemand et l’horizon étroit qui est le sien, l’empêchent de prendre la mesure de ces études dans toute leur étendue et leur importance ; ici par contre son regard s’étend sans entrave4.

  • 5 Voir Sabine Mangold, Eine « weltbürgerliche Wissenschaft » – Die deutsche Orientalistik im 19. Jahr (...)

3La « situation limitée du chercheur allemand » : ces mots de la bouche d’un jeune étudiant orientaliste allemand indiquent le point décisif. Certes l’expression est ambiguë, mais un rapide survol de l’histoire des études orientales en Allemagne5 permet cependant de l’interpréter de manière tout à fait sûre. En Allemagne, les études orientales ne s’étaient pas encore émancipées de la théologie à cette époque et lui servaient encore au contraire en grande partie de sciences auxiliaires. Pour les étudiants le choix professionnel était donc fixé d’avance et la connaissance des langues du Proche-Orient servait surtout à la recherche textuelle et à l’exégèse. Le choix des langues étudiées obéissait donc à un ordre de priorité préétabli : l’hébreu, l’araméen, le chaldéen, le samaritain, le syriaque, l’arabe, etc. D’autres langues n’étaient généralement pas proposées ou plutôt n’étaient conçues comme intéressantes qu’à des fins de Mission chrétienne. L’un des avantages de cette « tutelle » théologique était sans aucun doute la perspective d’un avenir professionnel assuré. En ce qui concerne les langues extrême-orientales, il faut noter qu’aucune d’entre elles n’était proposée à l’époque dans une université allemande. Quant aux langues indiennes, elles étaient enseignées seulement à Bonn et à Berlin, grâce aux initiatives de Franz Bopp et de August Wilhelm von Schlegel qui tous deux avaient également étudié à Paris (voir la contribution de P. Rabault-Feuerhahn).

  • 6 Voir Onorato Martucci, Schriften über China, Hambourg, 1984. La collection de Martucci (1774-1846) (...)

4En Allemagne, il manquait en grande partie aux études orientales l’infrastructure indispensable. Il y avait trop peu de supports d’enseignement, ces derniers étant la plupart du temps étrangers et coûteux. L’offre des universités en matière de langues orientales était trop limitée : chaque université ne disposait généralement que d’un seul professeur enseignant les langues orientales, c’est-à-dire fréquemment seulement une ou deux de ces dernières, par exemple l’hébreu et l’arabe. Il y avait également un manque de sources, c’est-à-dire de livres et de manuscrits dans les langues concernées, permettant à l’étudiant de se confronter de manière directe et active à la langue et à l’aire culturelle. Certes, une partie des bibliothèques des universités ou des cours allemandes possédaient un petit fonds de livres orientaux, mais ceux-ci n’étaient souvent ni catalogués ni accessibles. Des collections plus considérables d’ouvrages chinois n’apparurent qu’avec les acquisitions faites par Karl Friedrich Neumann (1830) ou avec la collection Onorato Martucci6.

  • 7 Louis Mathieu Langlès (1763-1824), élève de Silvestre de Sacy. Il œuvra pour les études mandchoues, (...)
  • 8 Voir Cécile Leung, Étienne Fourmont (1683-1745). Oriental and Chinese languages in eigh-teenth-cent (...)

5À cela venait s’ajouter, pour les chercheurs qualifiés, la question des possibilités de publication. Les imprimeries allemandes ne savaient pas, à l’époque, utiliser les écritures étrangères. Elles ne disposaient pas des caractères d’imprimerie correspondants et l’acquisition de ces derniers n’était guère recommandable, pour des raisons simplement commerciales. Il était donc possible de publier des ouvrages relatifs à des thématiques orientales mais sans utilisation des écritures originales, ce qui était inacceptable surtout pour des philologues. Sur ce point, Paris se distinguait avantageusement de la situation allemande. Grâce à une initiative de Langlès 7, une École pour les langues orientales y avait été créée dès 1795. Avec l’Imprimerie impériale (ou royale) on y disposait d’une institution performante qui, certes, ne disposait pas de la totalité des caractères d’imprimerie les plus importants mais qui était du moins toute disposée à imprimer des textes orientaux en version originale. La Bibliothèque royale possédait d’importants trésors en matière de manuscrits orientaux et de livres chinois. Ces derniers avaient été acquis pour la plupart à travers le soutien de Jésuites français actifs en Chine et la partie principale en était accessible à travers un catalogue établi par Étienne Fourmont8. Comme, de plus, la première chaire de sinologie en Europe fut créée en 1814 au Collège de France, Paris offrait la seule possibilité sérieuse pour apprendre cette langue.

6Les Lettres d’un jeune orientaliste nous donnent un aperçu de l’offre d’enseignement qui existait alors dans les deux institutions parisiennes :

  • 9 Étienne Quatremère (1782-1857), professeur de persan. Voir Deux siècles d’histoire de l’École des l (...)
  • 10 Armand Pierre Caussin de Perceval (1795-1871), revint en France comme interprète en 1821 et reprit (...)
  • 11 Johann Daniel Kieffer (1767-1833), natif de Strasbourg, traduisit la Bible en turc. Voir Nouveau di (...)
  • 12 Iu-kiao-li, ou Les deux cousines, roman chinois, traduit par M. Abel-Rémusat, précédé d’une préface (...)
  • 13 Antoine Léonard de Chézy (1773-1832), professeur de sanscrit au Collège de France à partir de 1815. (...)
  • 14 Née von Klencke, 1783-1856, elle épousa Chézy en 1805, mais se sépara de lui en 1810.

Mais le gouvernement français peut plus et fait plus pour cette branche de l’érudition qu’aucun autre en Europe. Prenez simplement ceci : il existe dans la capitale française deux instituts indépendants l’un de l’autre, où l’on enseigne gratuitement la plupart des langues asiatiques qui ont une littérature propre. Le plus ancien est le Collège Royal de France. À côté des conférences habituelles sur la littérature classique, les sciences mathématiques, physiques et historiques, on peut en suivre sur les langues asiatiques suivantes : l’hébreu, le chaldéen et le syriaque chez le très érudit Monsieur E. Quatremere9 ; l’arabe chez Monsieur Caussin 10 ; le turc chez Monsieur Kieffer11 ; le persan chez le célèbre Silvestre de Sacy, le plus grand des orientalistes vivant actuellement, qui a été nommé baron par l’Empereur Napoléon pour ses nombreux mérites ; le chinois et le mandchou chez le minutieux Monsieur Abel Remüsat, qui a des intérêts très variés et qui explique cette année le texte chinois du roman “Les deux cousines”12 récemment traduit par lui ; enfin le sanscrit chez Monsieur de Chezy13, l’époux de notre poétesse Helmina von Chezy 14 (...). Chacun de ces professeurs fait cours trois fois par semaine.

  • 15 Paul Émile Levaillant de Florival (1800-1862), spécialiste de l’arménien, successeur de son ancien (...)
  • 16 Karl Benedikt Hase (1780-1864), helléniste. Il devint collaborateur au Département des manuscrits g (...)
  • 17 Briefe über den Fortgang, op. cit., p. 8-9.

L’autre institution est l’École spéciale des langues orientales vivantes. Elle fut fondée pendant la Révolution par l’aimable Langlès, trop tôt arraché à la science, et se trouve dans l’une des cours de la Bibliothèque royale. Le local n’est cependant pas beau et constitué d’une sorte d’étable équipée de misérables fenêtres de verre. Son directeur actuel est le Baron Silvestre de Sacy. Il occupe en même temps la chaire d’arabe ancien, tandis que Monsieur Caussin de Perceval fait cours sur la langue vernaculaire actuelle. Le Chevalier Jaubert, dont nous avons lu avec un si grand intérêt à Bonn le voyage en Perse, assure les conférences sur la langue turque. Monsieur de Chezy fait cours ici sur le persan ; Monsieur Levaillant de Florival15 sur l’arménien, et notre Allemand Hase16 fait cours sur le grec moderne ; il parle cette langue avec une facilité admirable17. »

7Deux autres éléments apparaissent dans ce panorama : l’offre impressionnante des cours était couplée avec une fréquence considérable des conférences et l’enseignement était gratuit. S’ajoute à cela que l’horizon de la plupart des enseignants était étonnamment vaste : ils disposaient fréquemment de connaissances plus qu’élémentaires dans d’autres langues et d’autres cultures et pas seulement dans celles qu’ils représentaient. La bibliothèque d’Étienne Quatremère par exemple (acquise plus tard par la Bibliothèque de l’État de Bavière) montre, par le grand nombre d’ouvrages chinois qu’elle contient, que cet érudit avait de bonnes connaissances dans ce domaine également, même s’il ne publiait pas sur ces questions.

8Après un aperçu concernant les orientalistes spécialisés dans le Proche-Orient, généralement « aimantés » par Silvestre de Sacy, l’auteur donne aussi des informations sur les futurs sinologues :

  • 18 Ibid., p. 11-12.

Monsieur le Professeur Schulz de Gießen a également passé plusieurs années ici et y a acquis des connaissances étendues et critiques de l’arabe, du persan et du turc ; le chinois a également fait l’objet de ses études et Monsieur Abel Remüsat me dit qu’il est un de ses meilleurs élèves. Maintenant il entreprend un voyage scientifique à travers l’Arménie et la Perse dont je vous ferai un compte rendu plus détaillé dans l’une de mes prochaines lettres. Le Dr. Julius Mohl, qui vient du Wurtemberg, s’adonne avec enthousiasme aux études orientales. Lui aussi a suivi des cours de chinois auprès de Monsieur Rémusat et se prépare pour un voyage en Inde où il a été invité par le célèbre général anglais Malcolm, qui est à présent gouverneur général de Bombay. Tout d’abord il va cependant lancer l’impression de son édition critique de la grande épopée du chanteur persan Ferdowsi, qui doit être réalisée par l’Imprimerie royale. Monsieur Munch de Strasbourg est également très fort en chinois, et prochainement va paraître une édition de plusieurs petites œuvres originales dans cette langue qu’il a réalisée et qui sera d’une grande utilité surtout pour les débutants. Monsieur Kurz qui vient de Bavière est aussi déjà très avancé dans l’étude de cette langue et s’y emploie avec beaucoup de zèle. Il travaille à une traduction de plusieurs des petites œuvres classiques de la Chine ancienne qui jusqu’à présent n’ont jamais été traduites dans une langue européenne. Les conférences de Monsieur Rémusat sont également suivies par le très érudit Professeur Neumann de Munich qui, doué de talents très variés et d’un esprit clair, possède des connaissances très approfondies dans la langue arménienne et dans d’autres langues asiatiques, connaissances qu’il songe à appliquer à un travail souhaitable sur les constitutions des peuples de ce continent18.

9Un autre argument de poids pour entreprendre des études orientales à Paris n’a pas encore été nommé, il s’agit des activités de la Société Asiatique :

  • 19 Charles Philibert de Lasteyrie-Dusaillant (1759-1849), industriel, philanthrope et publiciste.

Je dois aussi à cette occasion vous donner quelques informations concernant l’origine et l’évolution de la Société Asiatique, dont l’existence paraît être encore (relativement) peu connue dans certaines parties de l’Allemagne. Le projet de cette société fut conçu dès l’année 1816 par Messieurs le Comte de Lasteyrie19, le Baron

  • 20 Joseph Marie Degerando (1772-1842), auteurs d’écrits de philosophie de l’histoire et conseiller d’E (...)
  • 21 Jean Antoine Saint-Martin (1791-1832), historien et spécialiste d’études arméniennes, co-fondateur (...)
  • 22 Briefe über den Fortgang, op. cit., p. 14-15.

10Degerando20, Abel Remüsat, Saint Martin21 et quelques autres hommes exceptionnels, mais sa réalisation ne devint effective que quatre ans plus tard. La première liste de souscription comportait 115 noms, pour la plupart excellents, et la Société fut inaugurée le 1er avril 182222.

11Cette Société encouragea la collaboration entre orientalistes également à travers le Journal asiatique, qui existe encore aujourd’hui et qui offrait un moyen de publication commode, avec possibilité d’insérer des citations dans les écritures d’origine. Certes, des rivalités et des combats de pouvoir virent aussi le jour dans ce cadre, surtout autour des pôles constitués par Rémusat et Klaproth d’un côté, Silvestre de Sacy de l’autre. Un témoignage plus ou moins direct nous en est donné dans une lettre de Fleischer :

  • 23 Seybold, Fleischer’s Briefe an Haßler, p. 11.

et c’est à cette occasion [une séance de la Société asiatique] que je rencontrai pour la première fois de visu Abel Rémusat et de Sacy, le premier ayant présenté une réflexion sur les progrès de l’étude des langues indienne et chinoise en Europe, le deuxième une étude sur l’histoire des Ismaéliens ou Baténiens. Abel Rémusat a une voix très sonore et parle très clairement, mais évidemment avec le ton tristement monotone et chantant que les Français ont adopté dans leurs conférences ; de Sacy par contre mit considérablement à l’épreuve mes nerfs auditifs et mes capacités divinatoires par son murmure peu articulé. Je veux espérer que tu le comprends mieux que moi ou que du moins tu vas t’habituer bien vite à lui23.

  • 24 Ibid., p. 10.

12Pour une bonne part des étudiants allemands arrivant à Paris, Benedikt Hase servait de premier contact : « Tu trouveras en Hase un homme très aimable et très obligeant. Avec moi du moins il l’a toujours été au plus haut point. Mais il a évidemment bien fortement raboté, ou fait raboter, sa germanité. Je t’en dirai plus oralement 24. » Quant à l’accès aux livres et aux manuscrits orientaux, essentiel pour la plupart des étudiants, tout dépendait dans ce domaine du camp auquel on appartenait, celui de Rémusat ou celui de de Sacy. Fleischer évoque cette question de manière éloquente :

  • 25 Ibid., p. 25.

Le sultanisme bibliothécaire d’Abel-Rémusat a atteint son plus haut degré. Il ne s’en cache d’ailleurs plus du tout et admet que seuls ses auditeurs reçoivent des manuscrits et exulte véritablement dans son insolence. Il peste de toutes ses forces contre de Sacy, car ce dernier donne à ses arabisants des manuscrits royaux pour leur usage privé. Il veut à l’avenir réprimer complètement cet emploi abusif, comme il l’appelle 25.

Les principaux acteurs : Rémusat et Klaproth

  • 26 [Nécrologie], in : Intelligenzblatt der Allgemeinen Literatur-Zeitung, août 1832, p. 401-403 ; Jean (...)
  • 27 Concernant Stanislas Julien (1799-1873), voir Angel Pino, Stanislas Julien et l’Ecole des langues o (...)
  • 28 [S. Julien], Langue et littérature chinoises. Progrès des études relatives à l’Egypte et à l’Orient (...)
  • 29 Voir H. Walravens, Zur Geschichte der Ostasienwissenschaften in Europa. Abel Rémusat (1788-1832) un (...)

13Jean Pierre Abel Rémusat (1788-1832)26 était le fils d’un médecin et devint médecin lui-même pour se conformer aux vœux de sa mère. Il avait vu toutefois durant ses jeunes années chez l’Abbé de Tersan un ouvrage de botanique chinois qui le détermina à entreprendre par la suite par ses propres moyens l’apprentissage du chinois. Sa première publication suscita beaucoup d’émoi et, grâce au soutien de Silvestre de Sacy et d’autres protecteurs, il obtint en 1814 la chaire de chinois du Collège de France nouvellement créée. Il développa une intense activité d’enseignant et publia dans les trois cents contributions. Mais surtout, il attira à lui toute une série de bons élèves dont le plus marquant, Stanislas Julien 27, devint son successeur à la chaire du Collège de France en 1832. Avec Klaproth et Saint Martin, qui avait été son condisciple, il forma à une certaine époque un triumvirat qui dominait les destinées de la Société asiatique. S’il avait visiblement un caractère difficile, son importance pour le développement de la sinologie européenne fut cependant considérable. Excepté de courtes présentations, aucun véritable hommage n’a cependant été rendu jusqu’à ce jour par les sinologues à son œuvre. À la rigueur c’est Julien qui a pris le plus nettement position concernant son maître, ceci toutefois dans une contribution anonyme presque inconnue28. Une bibliographie d’envergure des œuvres de Rémusat parut pour la première fois il y a quelques années seulement29. Voici en tout cas comment Klaproth décrivait sa première rencontre avec Rémusat à son arrivée à Paris durant l’été 1815 :

  • 30 Lettre du 29 août 1832 de Klaproth à Ritter, in : Julius Klaproth (1783-1835) : Briefe und Dokument (...)

Je m’y rendis aussitôt chez Rémusat et habitai quelques semaines chez lui. Nos conversations quotidiennes avaient pour objet les langues, les littératures et l’histoire de l’Asie, et tout particulièrement de la Chine, et c’est ainsi que nous en vînmes également à parler de Kara korum (ancienne capitale de la Mongolie, n.d.Tr.). Rému-sat avait essayé désespérément de clarifier ce point ; je le consolai en lui rapportant que j’avais rassemblé bien des matériaux sur cette question ; ils allaient arriver d’Allemagne avec mes livres et mes écrits et j’étais prêt à les lui communiquer le moment venu. En attendant j’attirai son attention sur la note citée plus haut qu’il rechercha aussitôt dans le fonds asiatique30.

  • 31 « Rémusat était un homme aux connaissances très étendues et doué de grands talents, animé par un au (...)

14Par la suite Klaproth eut encore bien des occasions de mettre en valeur les qualités de son collègue et ami tout en insistant sur sa propre supériorité en matière de géographie31.

  • 32 Voir les monographies de H. Walravens : Julius Klaproth (1783-1835). Leben und Werk, Wiesbaden, 199 (...)

15Les sources sont bien plus abondantes en ce qui concerne précisément Julius Heinrich Klaproth (1783-1835)32, fils du célèbre savant et membre de l’Académie de Berlin Martin Heinrich Klaproth. Dès ses années de lycée, le jeune Klaproth s’intéressa au chinois (ainsi qu’à de nombreuses autres langues). Il n’entreprit cependant pas d’études universitaires, mais fit paraître dès l’âge de dix-neuf ans une revue consacrée aux études orientales. Appelé en 1805 à faire partie d’une légation russe en Chine par son protecteur Jan Potocki, il devint par la suite attaché de recherches à l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg. Ce sont surtout son voyage dans le Caucase et les résultats de ce dernier qui le rendirent célèbre. Rien ne le retenait toutefois en Russie, et après l’échec de plusieurs tentatives pour s’établir en Italie, il tenta sa chance en France. Napoléon paraît avoir été enclin à recruter le jeune homme mais les Cent Jours mirent un terme à ce projet. Klaproth parvint malgré tout à se positionner : grâce à la protection des frères Alexander et Wilhelm von Humboldt, qui attachaient beaucoup d’importance à des informations fiables sur la Chine et l’Asie centrale, il fut nommé en 1816 à une chaire de langues asiatiques à Bonn. Il obtint cependant l’autorisation de s’installer à Paris, ayant réussi à exposer de manière convaincante qu’il s’agissait du seul endroit qui, disposant de ressources orientalistes incomparables, permettait de travailler et de publier de manière correcte dans ce domaine. C’est ainsi que Klaproth ne tint aucune conférence à Bonn et ne forma pas d’étudiants. Comme de plus il était un critique acerbe, on le craignait généralement. Les témoignages de l’époque confirment cependant qu’il était prêt à rendre service, lorsqu’on reconnaissait son autorité, un trait qu’il partageait avec plusieurs de ses collègues, comme Rémusat et Julien. Klaproth laissa également derrière lui une œuvre immense, là aussi plus de trois cents publications qui influencèrent de manière décisive les sciences extrême-orientales.

16Klaproth est certainement le meilleur exemple pour illustrer la tendance des Allemands intéressés par l’Extrême-Orient à venir travailler à Paris. Contrairement à la plupart des étudiants, il ne projetait pas de retourner en Allemagne et publia souvent en français, cette langue jouant de toute façon à l’époque un grand rôle comme langue de l’érudition. Il se concentra plus que son ami Rémusat sur l’histoire et la géographie de la Chine et de l’Asie centrale ; ses connaissances d’autres langues orientales étaient d’ailleurs plus importantes. Rémusat, par contre, était plus fort dans le domaine linguistique et littéraire, ce qui donna lieu à une véritable synergie.

  • 33 Lettre du 9 juillet 1811 de Klaproth à Friedländer, in : Klaproth, Briefe und Dokumente, p. 54.
  • 34 Lettre du 12 janv. 1815 de Klaproth à Joseph Scherer, ibid., p. 69.
  • 35 Jean-Baptiste Benoît Eyriès (1767-1846) était écrivain et géographe. Il vivait à Paris depuis 1805. (...)
  • 36 Georg Bernhard Depping (1784-1853), historien et publiciste. Voir NBG 13 / 1855, p. 701-702 ; Deppi (...)
  • 37 H. Walravens, Zur Geschichte der Ostasienwissenschaften in Europa, p. 85-100 ; Volker Aschoff, Paul (...)

17La correspondance de Klaproth nous apprend qu’il était attiré par Paris depuis 181133. Et il faut noter que lors d’un voyage à travers l’Italie, il visita également l’île d’Elbe où il commença une collection lithologique, mais chercha aussi et surtout à rencontrer Napoléon : « J’ai été très bien reçu par Napoléon et, sur son ordre, j’ai été pourvu de recommandations ouvertes pour tous les endroits de l’île. Cet homme est aussi grand dans son malheur qu’il l’a été dans sa gloire 34 ». À Paris, le cercle de Klaproth et de Rémusat comprenait les frères Humboldt et, comme visiteurs réguliers, le géographe Eyriès35, l’écrivain G. B. Depping 36 et le scientifique, bibliophile et pionnier de l’imprimerie Paul Schilling von Canstadt 37.

  • 38 Voir à ce sujet un mémoire de maîtrise (non publié) de Christophe Lubrano di Ciccone (Université de (...)

18Au-delà, la plus grande partie des contacts parisiens de Klaproth appartenaient au milieu des orientalistes ou des gens intéressés par l’Orient, qui se retrouvaient au sein de la Société asiatique. En tant que membre fondateur, Klaproth prit une part très active aux séances et aux différentes autres activités. Il était très intéressé notamment par le Journal asiatique, dans lequel il publia de nombreuses contributions. Il a d’ailleurs établi et publié un index couvrant toute la première série du Journal asiatique. Souvent on faisait appel à Klaproth pour des expertises et des commissions destinées à élaborer des propositions. De ce point de vue, il participa de manière non négligeable à l’élaboration des plans d’action et des projets d’avenir de la Société. À côté des activités énumérées ci-après et qui se laissent reconstituer à partir du Journal asiatique, les archives de la Société asiatique devraient pouvoir apporter d’autres éléments d’information 38.

  • 39 Vocabulaire et grammaire de la langue géorgienne, par M. J. Klaproth. Première partie, contenant le (...)
  • 40 Walravens, Julius Klaproth (1783-1835). Leben und Werk des Orientalisten, p. 16.
  • 41 Supplément au Dictionnaire chinois-latin du P. basile de Glemona (imprimé, en 1813, par les soins d (...)
  • 42 Rijk Smitskamp, Typographia hieroglyphica, in : Quaerendo 9 / 1979, p. 309-336.

19Klaproth fit beaucoup d’efforts pour obtenir la création de caractères d’imprimerie adaptés à la langue mandchoue car les caractères réalisés à l’origine par Langlès n’étaient plus disponibles ou bien étaient considérés comme non adaptés. Grâce à ses propres initiatives et à l’aide du Baron Schilling von Canstadt, un dictionnaire mandchou partit chez l’imprimeur et des épreuves furent imprimées. En raison de différents problèmes techniques, ce dictionnaire ne fut toutefois jamais publié, même si des remarques dans le Journal asiatique permettent d’affirmer qu’il était achevé. Le manuscrit n’a jusqu’à présent pas été retrouvé. Il est probable que, tout comme les épreuves, il se trouve dans les archives de la Société asiatique. Un autre des projets parisiens de Klaproth concernait un Dictionnaire géorgien39, dont l’évolution se laisse également reconstituer à l’aide du Journal asiatique. Une édition de Marco Polo paraît également avoir été achevée, du moins une version manuscrite40. La description de la Chine et des pays avoisinants, dont la publication fut annoncée, ne parut pas non plus, bien qu’elle était visiblement achevée. Le manuscrit se trouva un temps, paraît-il, en possession d’un libraire. Klaproth songea aussi à remanier et à compléter son Supplément au Dictionnaire de Basilio Brollo 41 mais il remit ce projet à plus tard en raison d’autres travaux en cours. Le Journal asiatique ne comporte aucune trace de l’importante activité cartographique de Klaproth, qui se déroulait visiblement tout à fait en dehors du cadre de la Société asiatique. Klaproth a laissé plus de 400 cartes, dont certaines sont très détaillées, soigneusement réalisées et coloriées. Seule une partie en fut publiée. Les travaux de Klaproth sur les hiéroglyphes ne semblent pas non plus avoir été réalisés dans le cadre de la Société asiatique. Ceci ne saurait étonner s’il s’était agi d’écrits polémiques, mais ici l’absence d’indications concernant la création de caractères permettant l’impression de hiéroglyphes est étrange42.

Leurs élèves : Jules Mohl, Heinrich Kurz, Karl Friedrich Neumann, Friedrich Ludwig Schulz et Wilhelm Schott

  • 43 Yi-King. Antiquissimus Sinarum liber quem ex latina interpretatione P. Regis aliorumque ex Soc. Jes (...)
  • 44 Voir F. Max Müller, Notice sur Jules Mohl, in : J. Mohl (éd.), Vingt-sept ans d’histoire des études (...)

20Julius Mohl (1800-1876) vint à Paris comme étudiant en langues orientales et s’y consacra tout particulièrement au chinois et au persan. Son œuvre principale est une édition du Livre des Rois du poète Ferdowsi. Dans le domaine chinois, il édita une traduction du Yijing 43, rendant ainsi cette œuvre très appréciée accessible en français à une date relativement précoce. Bien qu’une chaire de langues orientales ait été réservée pour lui durant huit ans dans sa patrie, il préféra rester à Paris. Ayant été secrétaire de la Société asiatique durant de longues années, il exerça une influence importante sur le développement des études orientales en France44.

  • 45 Voir NDB 13 / 1982, p. 334-335 (G. Naundorf) ; ainsi que Walravens, Zur Geschichte der Ostasienwiss (...)

21Heinrich Kurz (1805-1873), était un personnage doté de talents considérables comme le montrent déjà ses premiers travaux. Il fut le premier enseignant de chinois de l’Université de Munich. Il fut incarcéré en tant que « démocrate » mais il parvint à se réfugier en Suisse en 1834. Là, personne n’avait besoin de ses compétences en sinologie et il se reconvertit en langue et littérature germaniques, devenant ensuite un germaniste de renom45.

  • 46 Voir H. Walravens, Karl Friedrich Neumann [1793-1870] und Karl Friedrich August Gützlaff [1803-1851 (...)
  • 47 Voir Georg Reismüller, Zur Geschichte der chinesischen Büchersammlung der Bayerischen Staatsbibliot (...)
  • 48 Voir Herbert Franke, Heinrich Kurz (1805-1873), der erste Sinologe an der Universität München, in : (...)

22Karl Friedrich Neumann (1798-1870)46, spécialiste de philologie antique et historien, se spécialisa dans un premier temps en arménien et en chinois. Il suivit les cours d’Abel Rémusat à Paris et entreprit un voyage remarquable jusqu’à Canton, durant lequel il rassembla une importante collection de livres chinois qui vinrent enrichir les Bibliothèques royales de Munich et de Berlin47. Après un enseignement très apprécié à l’Université de Munich, il fut mis en retraite anticipée en 1852 en raison de ses tendances démocrates et se consacra dès lors à l’écriture, publiant essentiellement dans les revues de l’éditeur Cotta. Sa brève description des sinica qu’Alexander von Humboldt avait transmis à la Bibliothèque royale de Berlin, conduisit à une controverse avec Heinrich Kurz48.

23Nous disposons en ce qui concerne le séjour parisien de Neumann et ses connaissances en chinois, d’une description intéressante de la plume de Julius Klaproth, critique souvent exagérément sévère. Dans une lettre à Altenstein, le Ministre prussien de l’enseignement supérieur, Klaproth écrit :

Le fait que Monsieur le Professeur Neumann n’ait rien compris au chinois lorsqu’il arriva à Paris en 1828 pour assister ici aux cours de Monsieur A. Rémusat sur la langue chinoise, peut être prouvé de manière indiscutable par certaines circonstances, comme par exemple celle-ci, qu’il ait assuré au célèbre collectionneur d’antiquités de Munich le Freiherr v. Gemmingen, que des feuilles se trouvant en possession de ce dernier, un célèbre roman chinois, le Hoa thu yuan, étaient des poèmes de l’Empereur Khian lung. D’autre part Monsieur Neumann avait confectionné un catalogue des livres et des fragments chinois de la Bibliothèque de Munich. Pour certains feuillets du troisième livre chinois indiquant Yi King sur la couverture et reprenant ce nom comme titre courant, il a indiqué qu’il ne savait pas de quel livre ils provenaient. (...)

  • 49 Voir la publication ultérieure de Carl Friedrich Neumann, Die Natur- und Religionsphi-losophie der (...)
  • 50 Lettre de Klaproth à Altenstein s.d., reproduite in : Walravens, Julius Klaproth (1783-1835) : Brie (...)

Avec de tels antécédents, Monsieur Neumann ne pouvait prétendre à son arrivée à Paris être un connaisseur et il jouait seulement le rôle de l’élève zélé. Il fut accueilli ici de la manière la plus prévenante par moi, par Monsieur Rémusat et par d’autres orientalistes comme un homme d’esprit, ce que personne ne lui dénie. Et aussi bien Monsieur Rémusat que moi-même, nous sommes efforcés de lui permettre de différentes manières d’avancer dans ses études, principalement en lui prêtant des ouvrages chinois de nos collections. (...) À peine Monsieur Neumann avait-il suivi quelques semaines le cours de chinois au Collège Royal de France, qu’il prenait la décision audacieuse de se lancer dans la traduction d’un des philosophes chinois les plus difficiles, Tschu hi49. Nous ne pouvions que sourire d’une telle prétention mais Monsieur Rémusat, en tant que Conservateur des Manuscrits orientaux, lui communiqua les originaux de la Bibliothèque Royale demandés et rien ne rompit sa relation amicale avec Monsieur Neumann, qui se poursuivit jusqu’au départ de ce dernier en Angleterre. Pour ce dernier, Monsieur Rémusat et moi avons fait l’effort de lui donner des lettres de recommandation pour nos amis londoniens qui, comme je le sais de manière certaine, lui ont été d’une grande utilité50.

  • 51 Lettre du 30 août 1832 de Neumann à Klaproth in : Klaproth, Brierwechsel mit Gelehrten, p. 128.

24La très longue lettre se poursuit avec le récit des calomnies propagées par Neumann à Londres, où il fit courir la rumeur que les sinologues parisiens ne faisaient rien d’autre que publier sous leur nom les manuscrits de missionnaires qu’ils possédaient et que la Grammaire chinoise de Monsieur Rémusat en particulier n’était rien d’autre qu’un extrait des Notitia du Père Premare. Les dénis de Neumann ne lui paraissent pas sérieux et il considère donc que si les écrits de Neumann ne lui ont pas donné une haute opinion de ses connaissances en chinois, cette histoire ne lui a laissé aucune estime pour son caractère. Il n’en considère pas moins que le voyage de Neumann à Canton a énormément contribué à la connaissance de la littérature chinoise. La bibliothèque rapportée par lui et examinée à Londres par Stanislas Julien, paraît d’un très grand intérêt et, surtout, la collection d’œuvres bouddhiques est presque unique en Europe. Même s’il faut sans doute apporter ici quelques nuances pour compenser ce que Humboldt appelait le « mordant » de Klaproth, Neumann paraît cependant s’être conduit de manière un peu irréfléchie et précipitée. Ses points forts étaient plutôt l’histoire que la philologie chinoise. Dans ce domaine, Klaproth était incontournable et l’on ne s’étonnera donc pas du ton très amical qui caractérisait, en dépit des critiques citées précédemment, la correspondance entre les deux érudits51.

  • 52 Voir Biographie universelle (Michaud) 38 (sans année), p. 467.
  • 53 F. E. Schulz, Sur le grand ouvrage historique et critique d’Ibn-Khaldoun, appelé : Kitab-ol-iber we (...)

25Friedrich Ludwig Schulz (1799-1830) fut nommé professeur de philosophie à Giessen en 1822, mais il se rendit par la suite à Paris pour y poursuivre sa formation. De là il partit, comme nous l’avons vu, en Perse et fut tué au Kurdistan au début de l’année 1830 52. Durant ses études à Paris, la bataille autour du statut des études littéraires dans les recherches orientalistes battait son plein. Si Silvestre de Sacy maintenait son exigence d’une étude de la poésie orientale, la partie adverse rejetait cette étude comme perte de temps53. Schulz se plaça ouvertement du côté de Rémusat et rendit ainsi publique une controverse interne à la Société asiatique.

  • 54 H. Walravens, Wilhelm Schott und die Königliche Bibliothek, in : Scrinium Berolinense. Tilo Brandis (...)

26Wilhelm Schott (1802-1889)54, originaire de Mayence, étudia dans un premier temps la théologie puis les langues orientales. À Halle on lui demanda, ainsi qu’à son collègue Helmke, de prendre soin de deux Chinois du Sud. Rapidement, la langue chinoise le fascina et il chercha à l’apprendre avec l’aide des deux locuteurs natifs ainsi que par ses propres moyens. En premier lieu, le jeune Privatdozent s’essaya à la traduction des conversations de Confucius (Lunyu). Peu sûr de lui, il suivit la plupart du temps la traduction anglaise de J. Marshman, s’attirant la mauvaise humeur de Klaproth et d’autres orientalistes parisiens : « Je vous envoie avec ma lettre d’aujourd’hui une brochure arrivée ici il y a quelques

  • 55 Briefe über den Fortgang, op. cit., p. 34-35.

27mois et portant le titre suivant : La prétendue traduction des œuvres de Confucius à partir de la langue originale réalisée par le Dr. Wilhelm Schott, une escroquerie littéraire ; présentée par W. Lauterbach. Cette brochure prouve que Monsieur Schott n’a pas traduit Confucius en langue allemande à partir de l’original chinois mais à partir d’une traduction anglaise parue en Inde, et que son travail grouille de fautes. C’est aussi l’avis de tous ceux qui peuvent juger la chose. On tient Monsieur Klaproth pour l’auteur de cet écrit et, si l’on trouve qu’il a certainement raison, on estime qu’il traite Monsieur Schott, qui est un débutant, trop durement »55.

28Les suites de la controverse furent complexes. Karl Friedrich Neumann essaya d’arranger un peu les choses en écrivant à Klaproth :

  • 56 Werke des chinesischen Weisen Khung-Fu-Dsü und seiner Schüler. Zum ersten Mal aus der Ursprache ins (...)
  • 57 Lettre du 28 mai 1833 de Neumann à Klaproth in : Klaproth, Briefwechsel mit Gelehrten, p. 134-135.

« Que dites-vous de la deuxième partie du Lun yü de Schott ?56 À mon avis, cet homme a de très bonnes connaissances et il est impardonnable que Altenstein ne fasse rien pour lui »57.

29Le géographe berlinois Carl Ritter, pour lequel Schott effectuait des menus travaux, s’engagea aussi pour ce dernier. Klaproth répondit :

  • 58 Voir H. Walravens, Antonio Montucci (1762-1829), Lektor der italienischen Sprache, Jurist und geleh (...)
  • 59 Lettre du 4 août 1832 de Klaproth à C. Ritter in : Klaproth, op. cit., p. 135.

Je suis infiniment désolé d’avoir été la cause de ses malheurs, et je veux bien tout faire pour améliorer sa situation. Malheureusement la littérature chinoise a presque toujours connu le triste destin de tomber entre les mains de fanfarons comme Fourmont, Hager58, etc. Ceux qui s’occupent sérieusement de ces questions ne peuvent, étant donné l’ignorance généralisée du grand public, envisager un tel cours des choses avec indifférence, et c’est là la raison pour laquelle j’ai toujours été impitoyable envers toute forme de charlatanisme59.

30Toute cette controverse ne fut guère favorable à la carrière de Wilhelm Schott et lui causa de grands soucis. Il vécut par la suite de petits travaux scientifiques auxiliaires et d’un poste mal payé à l’Académie des sciences de Berlin. Schott fait partie des chercheurs qui auraient bien aimé étudier à Paris, mais qui ne purent se le permettre. Un seul voyage est attesté plus tard dans sa vie et, ce qui est étonnant pour un érudit qui fit partie pendant cinquante ans environ de l’Académie des sciences, il n’existe même pas un seul portrait de lui. Schott vécut donc de façon extrêmement modeste et dédia son temps à un travail scientifique acharné.

Prolongements

31Bien que les études chinoises aient connu à cette époque un certain essor, l’évolution ultérieure était placée sous une mauvaise étoile. Comme nous l’avons dit, Klaproth n’occupa pas réellement sa chaire à Bonn et elle fut supprimée par la suite. Les jeunes sinologues étaient donc gênés dans leurs recherches soit par des conditions de travail difficiles, soit par l’oppression politique :

  • 60 Voir Walravens, Wilhelm Schott und die Königliche Bibliothek, op. cit.
  • 61 Voir Herbert Franke, Zur Biographie von Johann Heinrich Plath (1802-1874), Munich, 1960, p. 12 ; H. (...)
  • 62 Lettre du 30 août 1832 de Neumann à Klaproth in : Klaproth, op. cit., p. 129-130.

Le sort paraît s’acharner malheureusement contre l’essor de la littérature chinoise en Allemagne. Schott a failli mourir de faim à Berlin60 ; Plath61 purge depuis deux ans une peine de réclusion à Celle comme prisonnier d’État et Kurz doit s’estimer heureux s’il s’en sort avec une année de prison. Il purge sa peine, comme vous le savez peut-être, depuis quatre mois déjà et son affaire a l’air plutôt mal partie. Il est accusé d’outrage à majesté. Moi-même j’ai reçu il y a quelques jours un Rescript royal, m’indiquant que Sa Majesté me rappellerait prochainement. Je vais sans doute dans ce cas être tellement accaparé de missions professionnelles, que je n’aurais que peu de temps à consacrer au chinois. Il est impardonnable qu’aucun gouvernement allemand ne veuille se décider à faire un effort pour cette littérature, alors qu’on dispose pourtant à présent, grâce à mes collections, d’une masse d’instruments de travail et de ressources en Allemagne62.

  • 63 Lettre du 10 nov. 1832 de Neumann à Klaproth in : ibid., p. 133.

32Notant quelques mois plus tard l’échec du recours en appel de Kurz, il concluait : « Cet homme est perdu pour la science pour le restant de sa vie63. »

33Ainsi, en Allemagne même, ce fut essentiellement Wilhelm Schott qui représenta avec une certaine continuité le chinois, sans toutefois disposer d’une chaire. En raison de la critique négative (bien que non dénué de fondement) de sa première œuvre en sinologie, sa traduction de Confucius, il s’était créé des domaines secondaires, sur lesquels il pouvait se replier, et représentait en même temps la totalité du domaine des langues ouralo-altaïques. Johann Heinrich Plath (1801-1874) développa une large activité de publication seulement après sa nomination au sein de l’Académie des Sciences de Bavière, mais il ne forma pas d’élèves. Kurz était actif en Suisse en tant que germaniste, Neumann avait été mis en retraite anticipée (contre les termes de son contrat) en 1852 comme « démocrate » et gagnait sa vie tant bien que mal en tant qu’écrivain.

  • 64 Franz Anton Schiefner (1817-1879), professeur et bibliothécaire à Saint-Pétersbourg. Les traduction (...)
  • 65 Theodor Benfey (1809-1811) fut professeur d’études indiennes à Göttingen. Voir Adalbert Bezzenberge (...)
  • 66 Les Avadânas. Contes et apologues indiens inconnus jusqu’à ce jour, t. 1-3, Paris, 1859.

34Durant les années qui suivirent l’époque de Rémusat et de Klaproth, Paris paraît avoir perdu une partie de son pouvoir d’attraction pour les érudits intéressés par l’Extrême-Orient, bien qu’avec Stanislas Julien et Bazin aîné la capitale française ait disposé d’excellents représentants de la discipline. De bons contacts se mirent toutefois en place au niveau individuel : comme autrefois Klaproth, Stanislas Julien faisait de menus travaux pour Alexander von Humboldt, il entretenait des contacts amicaux avec Anton Schiefner64 et Theodor Benfey65, et sa traduction des Avadânas66 suivait une impulsion donnée par Benfey.

35En somme, avec de Sacy et Rémusat, Paris avait à l’époque quelque chose de tout à fait exceptionnel à offrir et attirait, grâce à cela, également des étudiants allemands. Par la suite il y eut une meilleure offre en Allemagne aussi, principalement grâce à des élèves de ces deux érudits, de telle sorte que le passage par Paris n’était plus impératif. Ce bref survol, aussi fragmentaire soit-il, met en évidence une phase passionnante des contacts scientifiques franco-allemands, mais il reste encore bien des recherches à faire.

Haut de page

Notes

1 Briefe über den Fortgang der asiatischen Studien in Paris, von einem der orientalischen Studien beflissenen jungen Deutschen, herausgegeben von Walther von Löwenau, deuxième édition augmentée, Ulm, 1830.

2 C. Seybold (éd.), Fleischers Briefe an Haßler aus den Jahren 1823 bis 1870, Nach Ulmer Originalen herausgegeben und mit Anmerkungen versehen, Tübingen, 1914, p. 56.

3 Konrad Dietrich Hassler (1803-1873), théologien et député à la Paulskirche. Voir ADB 11 (réimpression 1967), p. 15-20 ; et Heinrich Best et Wilhelm Weege, Biographisches Handbuch der Abgeordneten der Frankfurter Nationalversammlung 1848/49, Düsseldorf, 1996, p. 169.

4 Briefe über den Fortgang der asiatischen Studien in Paris, op. cit., p. 5.

5 Voir Sabine Mangold, Eine « weltbürgerliche Wissenschaft » – Die deutsche Orientalistik im 19. Jahrhundert, Stuttgart, 2004.

6 Voir Onorato Martucci, Schriften über China, Hambourg, 1984. La collection de Martucci (1774-1846) relative à la Chine fut acquise en 1842 par le Roi de Bavière. Les livres ne furent cependant inventoriés qu’en 1851.

7 Louis Mathieu Langlès (1763-1824), élève de Silvestre de Sacy. Il œuvra pour les études mandchoues, en éditant des travaux de J. M. Amiot, ainsi son Dictionnaire tartare-mandchou-français (Paris, 1789-1790). Voir Nouvelle Biographie générale (NBG) 29 / 1859, p. 422-424 (L. de Rosny) ; Notice sur la vie et les ouvrages de M. Langlès, lue dans la séance générale de la Société de géographie, le 2 avril 1824, par M. Roux, in : Nouvelles annales des voyages 22 / 1824, p. 113-122.

8 Voir Cécile Leung, Étienne Fourmont (1683-1745). Oriental and Chinese languages in eigh-teenth-century France, Louvain, 2002. Fourmont établit un catalogue des Sinica avec l’aide du Chinois Arcadius Huang (Arcade Hoang). Ce catalogue parut en deux versions : Catalogus codicum manus-criptorum bibliothecae regiae, Paris, 1739, p. 367-433 (sans idéogrammes) ; ainsi que Linguae Sinarum mandarinicae hieroglyphicae grammatica duplex, latine et cum characteribus Sinensium. Item Sinicorum regiae bibliothecae librorum catalogus, denuo cum notitiis amplioribus & charactere sinico editus, Paris, 1742, p. 343-511.

9 Étienne Quatremère (1782-1857), professeur de persan. Voir Deux siècles d’histoire de l’École des langues orientales, Paris, 1995, p. 79-82.

10 Armand Pierre Caussin de Perceval (1795-1871), revint en France comme interprète en 1821 et reprit la chaire d’arabe parlé de Bocthor, qu’il occupa jusqu’à sa mort. Voir Deux siècles d’histoire de l’École des langues orientales, op. cit., p. 66.

11 Johann Daniel Kieffer (1767-1833), natif de Strasbourg, traduisit la Bible en turc. Voir Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne 17 / 1991, p. 1948-1949.

12 Iu-kiao-li, ou Les deux cousines, roman chinois, traduit par M. Abel-Rémusat, précédé d’une préface où se trouve un parallèle des romans de la Chine et de ceux de l’Europe, t. 1-4, Paris, 1826.

13 Antoine Léonard de Chézy (1773-1832), professeur de sanscrit au Collège de France à partir de 1815. Il succéda à Langlès comme conservateur des manuscrits de la Bibliothèque royale mais dut ensuite laisser ce poste à Rémusat. Traducteur de Sakuntala. Voir NBG 10 / 1855, p. 286-288.

14 Née von Klencke, 1783-1856, elle épousa Chézy en 1805, mais se sépara de lui en 1810.

15 Paul Émile Levaillant de Florival (1800-1862), spécialiste de l’arménien, successeur de son ancien professeur Chahan de Cirbied. Voir Deux siècles d’histoire de l’École des langues orientales, op. cit., p. 121.

16 Karl Benedikt Hase (1780-1864), helléniste. Il devint collaborateur au Département des manuscrits grecs de la Bibliothèque royale en 1805 et professeur de paléographie grecque et de grec moderne à l’École spéciale des langues orientales vivantes en 1816. Voir NBG 23 / 1861, p. 507-509 ; ADB 10 (réimpression 1967), p. 725-727 ; et Deux siècles d’histoire de l’Ecole des langues orientales, op. cit., p. 150-151.

17 Briefe über den Fortgang, op. cit., p. 8-9.

18 Ibid., p. 11-12.

19 Charles Philibert de Lasteyrie-Dusaillant (1759-1849), industriel, philanthrope et publiciste.

20 Joseph Marie Degerando (1772-1842), auteurs d’écrits de philosophie de l’histoire et conseiller d’Etat.

21 Jean Antoine Saint-Martin (1791-1832), historien et spécialiste d’études arméniennes, co-fondateur de la Société asiatique.

22 Briefe über den Fortgang, op. cit., p. 14-15.

23 Seybold, Fleischer’s Briefe an Haßler, p. 11.

24 Ibid., p. 10.

25 Ibid., p. 25.

26 [Nécrologie], in : Intelligenzblatt der Allgemeinen Literatur-Zeitung, août 1832, p. 401-403 ; Jean Rousseau et Denis Thouard (éds.), Lettres édifiantes et curieuses sur la langue chinoise, un débat philosophico-grammatical entre Wilhelm von Humboldt et Jean-Pierre Abel-Rémusat (1821-1831) ; avec une correspondance inédite de Humboldt (1824-1831), Villeneuve-d’Ascq, 1999 ; E. A. X. Clerc de Landresse, Notice sur la vie et les travaux de M. Abel-Rémusat, in : Journal Asiatique / 1834, p. 205-231 et p. 296-316 ; Knud Lundbæk, Notes on Abel Rémusat and the beginning of academic sinology in Europe, in : Actes du VIIe Colloque international de sinologie de Chantilly 8-10 septembre 1992, Taipei, Paris, 1995, p. 207-221 ; L. D. Pozdneeva, Abel’-Remjuza (1788-1832) i kitajskaja literatura, in : Voprosy kitajskoj filologii, Moscou, 1974, p. 3-10 ; en français : Abel-Rémusat et la littérature chinoise, Moscou, 1973. (XXIX Congrès international des orientalistes. Conférences présentées par les savants de l’URSS.) ; Léon Feer, Papiers d’Abel Rémusat, in : Journal Asiatique IX,4 / 1894, p. 550-565 ; Silvestre de Sacy, Notice sur la vie et les ouvrages de M. Abel Rémusat. Lue à la séance publique de l’Académie des Inscriptions, le 25 juillet 1834, in : Le Moniteur 21 août 1834.

27 Concernant Stanislas Julien (1799-1873), voir Angel Pino, Stanislas Julien et l’Ecole des langues orientales à travers quelques documents, in : M.C. Bergère (éd.). Un siècle d’enseignement du chinois à l’Ecole des langues orientales 1840-1945, Paris, 1995, p. 52-94 ; Deux siècles d’histoire de l’Ecole des langues orientales, op. cit., p. 287-288 ; Publications de M. S. Julien, in : Stanislas Julien, Syntaxe nouvelle de la langue chinoise, Paris, 1870, vol. II, p. 437-438.

28 [S. Julien], Langue et littérature chinoises. Progrès des études relatives à l’Egypte et à l’Orient. Publication faite sous les auspices du Ministère de l’Instruction publique. Paris, 1867 (Recueil de rapports sur le progrès des lettres et des sciences en France. Sciences historiques et philologiques), p. 177-189.

29 Voir H. Walravens, Zur Geschichte der Ostasienwissenschaften in Europa. Abel Rémusat (1788-1832) und das Umfeld Julius Klaproths (1783-1835), Wiesbaden, 1999.

30 Lettre du 29 août 1832 de Klaproth à Ritter, in : Julius Klaproth (1783-1835) : Briefe und Dokumente, Wiesbaden, 1999, p. 138.

31 « Rémusat était un homme aux connaissances très étendues et doué de grands talents, animé par un authentique esprit critique, mais géographe il ne l’était pas ; il ne possédait d’ailleurs en matière de cartographie pas d’autres matériaux pour l’Asie centrale que l’Atlas de la Chine de Danville. Ses Remarques sur l’extension de l’empire chinois du coté de l’Occident contiennent des extraits précieux des écrivains chinois, très fidèlement et bien traduits, mais les conclusions qu’il en a tirées, ne sont absolument pas satisfaisantes sur tous les points. », Lettre du 29 août 1832 de Klaproth à Ritter.

32 Voir les monographies de H. Walravens : Julius Klaproth (1783-1835). Leben und Werk, Wiesbaden, 1999 ; Julius Klaproth (1783-1835) : Briefe und Dokumente, Wiesbaden, 1999 ; Julius Klaproth (1783-1835) : Briefwechsel mit Gelehrten, großenteils aus dem Akademiearchiv in St. Peters-burg. Wiesbaden, 2002.

33 Lettre du 9 juillet 1811 de Klaproth à Friedländer, in : Klaproth, Briefe und Dokumente, p. 54.

34 Lettre du 12 janv. 1815 de Klaproth à Joseph Scherer, ibid., p. 69.

35 Jean-Baptiste Benoît Eyriès (1767-1846) était écrivain et géographe. Il vivait à Paris depuis 1805. Co-éditeur des Nouvelles Annales de Voyage, traducteur de nombreux ouvrages, géographiques pour la plupart, de l’allemand et de l’anglais. Voir NBG 16 / 1856, p. 870-873 (L. Louvet). Pour son article sur Klaproth, voir Eyriès, Klaproth, Jules-Henri, in : Biographie universelle (Michaud) 222 (sans année), p. 1-11.

36 Georg Bernhard Depping (1784-1853), historien et publiciste. Voir NBG 13 / 1855, p. 701-702 ; Depping, Erinnerungen aus dem Leben, Leipzig, 1832.

37 H. Walravens, Zur Geschichte der Ostasienwissenschaften in Europa, p. 85-100 ; Volker Aschoff, Paul Schilling von Canstadt und die Geschichte des elektromagnetischen Telegraphen, in : Deutsches Museum. Abhandlungen und Berichte 44 / 1976, no 3 ; V. Jarockij, O dejatel’nosti P. L. Šillinga kak vostokoveda, in : O čerki po istorii russkogo vostokovedenija 6 / 1963, p. 218-253 ; Baron Schilling als Gottheit unter den Lama’s, in : Archiv für wiss. Kunde von Rußland 7 / 1849, p. 192-202 ; Jacques Bacot, La collection tibétaine Schilling von Canstadt à la Bibliothèque de l’Institut, in : Journal asiatique 205 / 1924, p. 321-348 ; Louis Ligeti, La collection mongole Schilling von Canstadt à la Bibliothèque de l’Institut, in : Tóung Pao 27 / 1930, p. 119-178 ; L. I. Čuguevskij, Iz istorii izdanija vostočnych tekstov v Rossii v pervoj četverty XIX v., in : Strany i narody Vostoka 11 (1971), p. 280-294 ; Briefwechsel mit P. S. v. C., in : Julius Klaproth, Briefwechsel mit Gelehrten, großenteils aus dem Akademiearchiv in St. Petersburg, Wiesbaden, 2002, p. 13-42 ; Necrolog, in : Das Inland 2 (1837), p. 535-536 ; P. Gurevič, Šilling-fon-Kanštadt, in : baron Pavel L’vovič (éd.), Russkij biografičeskij slová 23 / 1911, p. 276-280 ; H. Walravens, Konnte der Drucker und Verleger Karl Tauchnitz Tibetisch ?, in : Aus dem Antiquariat 2 / 2004, p. 83-91 ; H. Walravens, Schilling von Canstadt, Paul, in : NDB 22 / 2005, p. 768-769 ; Russkie voennye vostokovedy. Biobibliografičeskij slová, Moscou, 2005, p. 268-269.

38 Voir à ce sujet un mémoire de maîtrise (non publié) de Christophe Lubrano di Ciccone (Université de Nice).

39 Vocabulaire et grammaire de la langue géorgienne, par M. J. Klaproth. Première partie, contenant le vocabulaire géorgien-français et français-géorgien, Paris, 1827. La deuxième partie parut de manière posthume.

40 Walravens, Julius Klaproth (1783-1835). Leben und Werk des Orientalisten, p. 16.

41 Supplément au Dictionnaire chinois-latin du P. basile de Glemona (imprimé, en 1813, par les soins de M. de Guignes), publié, d’après l’ordre de Sa Majesté le roi de Prusse Frédéric-Guillaume III, par Jules Klaproth, Paris, 1819, p. X.

42 Rijk Smitskamp, Typographia hieroglyphica, in : Quaerendo 9 / 1979, p. 309-336.

43 Yi-King. Antiquissimus Sinarum liber quem ex latina interpretatione P. Regis aliorumque ex Soc. Jesu P. P. edidit Julius Mohl. 1-2, Stuttgart et Tubingen, 1834-1839.

44 Voir F. Max Müller, Notice sur Jules Mohl, in : J. Mohl (éd.), Vingt-sept ans d’histoire des études orientales 1, Paris, 1879, p. IX-XLVII ; ADB 22 / 1885, p. 57-59.

45 Voir NDB 13 / 1982, p. 334-335 (G. Naundorf) ; ainsi que Walravens, Zur Geschichte der Ostasienwissenschaften in Europa, op. cit., p. 101-130.

46 Voir H. Walravens, Karl Friedrich Neumann [1793-1870] und Karl Friedrich August Gützlaff [1803-1851]. Zwei deutsche Chinakundige im 19. Jahrhundert, Wiesbaden, 2001.

47 Voir Georg Reismüller, Zur Geschichte der chinesischen Büchersammlung der Bayerischen Staatsbibliothek, in : Ostasiatische Zeitschrift 8 / 1919/20, p. 331-336.

48 Voir Herbert Franke, Heinrich Kurz (1805-1873), der erste Sinologe an der Universität München, in : Studia sino-altaica. Festschrift für Erich Haenisch zum 8o.Geburtstag, Wiesbaden, 1961, p. 58-71.

49 Voir la publication ultérieure de Carl Friedrich Neumann, Die Natur- und Religionsphi-losophie der Chinesen. Nach dem Werke des chinesischen Weltweisen Tschuhi, Fürst der Wissens-chaft genannt, in : Zeitschrift für die historische Theologie, nlle série, 1 / 1837, p. 1-88.

50 Lettre de Klaproth à Altenstein s.d., reproduite in : Walravens, Julius Klaproth (1783-1835) : Briefwechsel mit Gelehrten, op. cit., p. 125 sq.

51 Lettre du 30 août 1832 de Neumann à Klaproth in : Klaproth, Brierwechsel mit Gelehrten, p. 128.

52 Voir Biographie universelle (Michaud) 38 (sans année), p. 467.

53 F. E. Schulz, Sur le grand ouvrage historique et critique d’Ibn-Khaldoun, appelé : Kitab-ol-iber we diwan-ol-moubteda wel khaber, in : Journal Asiatique 7 / 1825, p. 213-226, et p. 279-300 ; et, à l’opposé, de Sacy, De l’utilité de l’étude de la poésie arabe, in : Journal Asiatique 8 / 1826, p. 321-339 ; Extraits des lettres de M. Schulz pendant son séjour à Constantinople et à Arzroum, in : Journal Asiatique, nlle série, 1 / 1828, p. 68-84, et p. 125-138 ; Note sur le grand ouvrage historique d’Ibn Khaldoun conservé dans la bibliothèque d’Ibrahim pacha à Constantinople par M. Schulz, in : Journal Asiatique, nlle série 1 / 1828, p. 138-142 ; Extrait du grand ouvrage historique d’Ibn Khaldoun traduit de l’arabe par M. Schulz. in : Journal Asiatique, nlle série 2 / 1828, p. 117-142 ; Voir aussi Douglas T. McGetchin, Wilting florists. The turbulent early years of the Société asiatique, 1822-1860, in : Journal of the history of ideas 64 / 2003, p. 565-580.

54 H. Walravens, Wilhelm Schott und die Königliche Bibliothek, in : Scrinium Berolinense. Tilo Brandis zum 65.Geburtstag. Berlin, 2000, p. 577-594 ; H. Walravens, Wilhelm Schott (1802-1889). Leben und Wirken des Orientalisten, Wiesbaden, 2001 ; F. Babinger, Wilhelm Schott, in : Hessische Biographien 1 / 1912, p. 253-259 ; H. Walravens, A forerunner of Louis Ligeti, in : Alice Sárközi et Attila Rákos (éds.), Altaica Budapestinensia MMII. Proceedings of the 45th Permanent International Altaistic Conference (PIAC), Budapest, 2002, Eötvös Loránd University, 2003, p. 395-403.

55 Briefe über den Fortgang, op. cit., p. 34-35.

56 Werke des chinesischen Weisen Khung-Fu-Dsü und seiner Schüler. Zum ersten Mal aus der Ursprache ins Deutsche übersetzt und mit Anmerkungen, von Dr. Wilhelm Schott, Privatdocenten in Halle, Zweiter Theil, Berlin, 1832, p. VIII, Lateinisch und deutsch.

57 Lettre du 28 mai 1833 de Neumann à Klaproth in : Klaproth, Briefwechsel mit Gelehrten, p. 134-135.

58 Voir H. Walravens, Antonio Montucci (1762-1829), Lektor der italienischen Sprache, Jurist und gelehrter Sinologe. – Joseph Hager (1757-1819), Orientalist und Chinakundiger. Zwei Biobiblio-graphien, Berlin, 1992 [1993]. (Han-pao tung-Ya shu-chi mu-lu. 42.)

59 Lettre du 4 août 1832 de Klaproth à C. Ritter in : Klaproth, op. cit., p. 135.

60 Voir Walravens, Wilhelm Schott und die Königliche Bibliothek, op. cit.

61 Voir Herbert Franke, Zur Biographie von Johann Heinrich Plath (1802-1874), Munich, 1960, p. 12 ; H. Walravens, Plath, Johann Heinrich, in : Walther Killy (éd.), Literatur Lexikon 9 / 1991, p. 179 ; H. Walravens, Schriftenverzeichnis von Johann Heinrich Plath (1802-1874) : Sinologe, Ägyptologe und Historiker, in : Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft 153 / 2003, p. 417-442 ; NDB 20 / 2001, p. 512 (H. Franke).

62 Lettre du 30 août 1832 de Neumann à Klaproth in : Klaproth, op. cit., p. 129-130.

63 Lettre du 10 nov. 1832 de Neumann à Klaproth in : ibid., p. 133.

64 Franz Anton Schiefner (1817-1879), professeur et bibliothécaire à Saint-Pétersbourg. Les traductions des Jâtakas et Avadânas par Schiefer, qui appartiennent également à ce cercle thématique, vont paraître très prochainement à Wiesbaden, chez l’éditeur Otto Harrassowitz.

65 Theodor Benfey (1809-1811) fut professeur d’études indiennes à Göttingen. Voir Adalbert Bezzenberger (éd.), Kleinere Schriften von Theodor Benfey, 4 vols., Berlin, 1890.

66 Les Avadânas. Contes et apologues indiens inconnus jusqu’à ce jour, t. 1-3, Paris, 1859.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hartmut Walravens, « Les recherches sur l’Extrême-Orient au début du XIXe siècle ou Paris, Mecque des orientalistes allemands », Revue germanique internationale [En ligne], 7 | 2008, mis en ligne le 15 mai 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/392

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page