Navigation – Plan du site

En deçà et au-delà de l’Euphrate. La Société Asiatique et la Deutsche Morgenländische Gesellschaft au XIXe siècle

Ludmila Hanisch
Traduction de Marie-Ange Maillet
p. 63-77

Résumés

La Société Asiatique et la Deutsche Morgenländische Gesellschaft, qui mirent toutes deux l’Orient au centre de leurs activités, ont néanmoins donné des contours différents à ce dernier, ce qui s’explique par des raisons historiques et par des traditions scientifiques différentes. Ont contribué à ce processus aussi bien le contexte de l’Aufklärung que l’organisation différente du paysage scientifique des deux côtés du Rhin, ou enfin l’histoire coloniale et les relations mutuelles des deux pays voisins.

Haut de page

Notes de la rédaction

(Traduit de l’allemand par Marie-Ange Maillet)

Texte intégral

  • 1 Sabine Mangold cite les noms de treize spécialistes de l’Orient et le chiffre de vingt personnes pa (...)

1Au premier abord, la Société des orientalistes allemands, la Deutsche Morgenländische Gesellschaft (DMG) créée en 1845, apparaît comme une copie en dimension réduite de la Société asiatique (SA) fondée dès 1822 à Paris. Lors de la création de la DMG en 1845, on se référa explicitement au modèle français, que certains membres fondateurs avaient connu lors de leurs années d’études à Paris. Les « pèlerins du savoir » du début du XIXe siècle, dont faisaient partie, aux côtés de Heinrich L. Fleischer, Franz Bopp, Gustav Flügel, Georg W. F. Freytag, Johann G. L. Kosegarten, Christian Lassen, Johann August Vullers et Gustav Weil, n’avaient manifestement pas seulement rapporté de la capitale française des connaissances, ils avaient également adopté son modèle d’organisation scientifique1.

  • 2 Émile Sénart allait jusqu’à constater, un siècle après la fondation de la SA, dans son Discours d’i (...)

2Mais le transfert de structures organisationnelles dans un contexte culturel différent entraîne souvent des modifications qui font apparaître les différences éventuelles entre les milieux intellectuels ou attirent l’attention sur ces dernières. Nous essayerons dans cette contribution de mettre au jour, par le biais d’une analyse comparative de la SA et de la DMG et de leurs évolutions au cours du XIXe siècle, les manifestations de ces différences dans l’histoire des deux associations. S’intéresser à des associations et à des sociétés signifie prendre en compte des thèmes et des axes de travail qui vont au-delà des efforts individuels propres à des disciplines spécifiques et qui encouragent, orientent ou canalisent ces derniers. Les associations ne peuvent être considérées comme des moteurs d’innovation scientifique, mais des réseaux d’échanges collégiaux comme ceux que nous allons décrire peuvent, dans des cas favorables, faire en quelque sorte office de canalisateurs 2.

3La création d’une association scientifique suffit à démontrer que l’objet étudié s’est émancipé des centres d’intérêt propres à des individus isolés, qu’il a acquis un certain intérêt général et que l’échange doit être intensifié. Eu égard aux coopérations supranationales et aux problèmes qui leur sont liés, les associations constituent en outre un meilleur sismographe qu’un scientifique isolé, dans la mesure où les sympathies ou les conflits individuels y sont relativisés.

Les liens des deux sociétés avec les académies et les universités

  • 3 Jules (auparavant Julius) Mohl (1800-1876), qui avait fait ses études à Tübingen, décrivait la SA e (...)
  • 4 Journal Asiatique 6 / 1825, p. 254.
  • 5 « Jahresbericht der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft für 1845-1846 », in : ZDMG, 1 / 1847.

4Les deux sociétés qui mirent l’Orient au centre de leurs intérêts peuvent se référer toutes deux à une tradition en vigueur depuis plus d’un siècle et demi. Une telle continuité est d’autant plus remarquable qu’il s’agit, à la différence d’universités ou d’Académies telles que l’Académie des Inscriptions et des Belles Lettres ou l’Académie Royale des Sciences de Prusse fondées par l’État, d’associations savantes « libres » ou privées. L’engagement de leurs membres qui, en règle générale, occupent ailleurs une fonction au service de l’État, n’est pas rémunéré3. Outre les cotisations des membres, le financement repose en premier lieu sur des fonds privés. Ainsi le roi de Prusse offrit-il par exemple à la SA des caractères d’imprimerie de sanscrit4. Et certains des membres des deux sociétés se sont souvenus à diverses reprises de ces dernières dans leurs testaments. Toutefois, en règle générale, les associations ne parvenaient pas à financer leur activité sans aucune aide de l’État. Aussi bien la Prusse que la Saxe examinèrent les statuts de la DMG et soutinrent, dès le début, son travail par de modestes subventions5.

  • 6 Voir Alain Messaoudi, « Das Studium des Arabischen an den französischen Universitäten zwischen 1800 (...)
  • 7 La contribution de Nöldeke reposait sur sa thèse et parut un an plus tard en Allemagne sous le titr (...)

5En France, les contacts entre les sociétés orientales et les Académies fondées par l’État devinrent rapidement étroits. Après les troubles de la Révolution en 1795, les vénérables Académies furent rassemblées au sein de l’Institut de France, leur subdivision thématique fut conservée. Un grand nombre de membres de la Société Asiatique se recrutait au sein de l’Académie des Inscriptions et des Belles Lettres et garantissait par ce biais une coopération qui dépassait les frontières du pays6. En 1859 par exemple, Michel Amari, Theodor Nöldeke et Alois Sprenger furent lauréats d’un prix lancé par l’Académie des Inscriptions pour un travail sur la composition des sourates du Coran7. La Société ne compta en revanche guère de membres de l’Académie des Sciences Morales et Politiques, qui ne fut fondée qu’en 1832.

  • 8 Fleischer fut pendant de nombreuses années secrétaire de la Classe de Philologie et d’Histoire. Voi (...)
  • 9 La présentation par Daniël van der Zande de la préhistoire de l’encyclopédie montre clairement les (...)

6En Allemagne, c’est la coopération avec les universités qui était dominante, pour la simple raison que le plus grand nombre de ceux qui y enseignaient étaient membres de la DMG. Il n’existait pas, en revanche, de contacts étroits avec une Académie des sciences particulière. L’Académie prussienne existait depuis 1812 déjà, tandis qu’en Saxe, une telle institution ne fut créée qu’après la fondation de la DMG et grâce à la participation active de H. L. Fleischer8. Le paysage académique n’était pas organisé de manière thématique, mais principalement régionale, raison pour laquelle une coopération autour d’un contenu spécifique était difficile à mettre en place institutionnellement. Même pour des coopérations supranationales, cette forme d’organisation soulevait des difficultés particulières, ce qui apparut clairement en 1901 lors de la création de l’Association Internationale des Académies. La recherche orientaliste connut des problèmes de cet ordre au tournant du siècle, aussi bien lors de la publication de l’Encyclopédie de l’Islam que pour l’édition du Mahābhārata9.

La fondation des deux sociétés et leurs motivations

  • 10 Dans la rétrospective de 1922, Henri Maspéro souligne la place singulière qu’occupent les performan (...)
  • 11 Louis Finot, « Historique de la Société », in : Centenaire, op. cit. p. 3.
  • 12 Victor Schoebel, « Rapport sur le progrès des études indiennes depuis 1867 », in : Congrès internat (...)

7Le nom donné à la Société asiatique rappelle encore que la Chine était, à l’origine, au centre de l’intérêt des philosophes européens. Aux yeux de Voltaire, c’était là une région qui pouvait servir de contre-modèle à une Europe imprégnée de superstitions 10. Depuis 1814 déjà, il existait au Collège de France une chaire de langue et de littérature chinoises. Bien que le sinologue Abel Rémusat en ait été le secrétaire fondateur et que Julius Klaproth, qui avait voyagé en Chine, y ait pris part dès le début, la sinologie ne domina pas par la suite le travail de la Société. Louis Finot soulignait encore un siècle plus tard que l’étoile arabe, en dépit de tout l’intérêt pour le sanscrit et le chinois, brillait d’un éclat plus grand que l’étoile chinoise. Il s’en expliquait en attirant l’attention sur le rôle important de Silvestre de Sacy 11. La lecture du Journal asiatique permet toutefois de voir qu’aux côtés des études arabes, les études sinologiques furent menées en France de manière plus intensive qu’en Allemagne, tandis que l’Allemagne eut la réputation, plusieurs décennies durant, d’occuper un rôle pionnier dans les études linguistiques et indianistes 12.

  • 13 H. Preißler soupçonne que le nom donné à la Société fut emprunté à la Zeitschrift für die Kunde des (...)
  • 14 Jules Mohl, « Rapport 1844-45 », V, vol. I, p. 157.

8Lors de la fondation de la DMG, la Chine avait déjà perdu le statut de lieu de projection ou de modèle qu’elle occupait auparavant aux yeux de certains savants comme par exemple Leibniz. Le choix du nom de DMG suffit à indiquer que l’intention principale était de se concentrer sur le Proche-Orient, ou Pays du Levant comme on le nommait à l’époque. La Société des orientalistes allemands se focalisait sur la région située en deçà de l’Euphrate, mais ne préjugeait ce faisant d’aucune restriction et soulignait qu’elle ne voulait exclure aucune partie de l’Orient 13. En dépit de la forte volonté de distanciation par rapport aux recherches théologiques ou à l’exégèse biblique, le territoire dans lequel se déroula l’histoire biblique faisait partie du domaine de la Société, comme l’indique son nom. Aux yeux de Jules Mohl, qui travaillait à Paris, la formation théologique, philologique et philosophique avait en Allemagne une orientation si scientifique que le pays offrait les meilleures conditions pour accueillir la littérature orientale. C’est en attirant l’attention sur ce point qu’il commenta la fondation de la DMG14.

  • 15 La Société se réunissait un jeudi sur deux par mois. Eugène Burnouf, « Rapport sur les travaux du c (...)
  • 16 H. Preißler, « Anfänge », op. cit., p. 276-277. Gustave Dugat voyait même dans la situation géograp (...)
  • 17 Dossiers de la DMG 1845-1961, Bibliothèque de la DMG à Halle / Saale. Le contenu en est remanié et (...)

9Parmi toutes les motivations se trouvant à l’origine de la fondation des deux sociétés, l’isolement des spécialistes est souligné par les contemporains dans les deux cas. Il était naturellement plus facile pour la Société parisienne d’organiser des rencontres régulières que pour une association dont les membres vivaient dispersés dans toute l’Allemagne et qui n’avait pas de centre fixe. C’est à Paris qu’avaient lieu les rencontres mensuelles de la SA15 et ses membres avaient assez souvent l’occasion de participer à des conférences, tandis que la DMG ne pouvait dans le meilleur des cas lancer de telles invitations qu’une fois par an. Conséquence du caractère décentralisé du paysage universitaire sur la rive droite du Rhin : à la première assemblée annuelle de la DMG, les participants arrivèrent de vingt et un lieux différents 16. La seule question des lieux de réunion annuels était un sujet de discussion épistolaire, et de nombreuses autres questions organisationnelles durent être résolues par correspondance. La publication d’articles et de contributions dans la revue de la DMG en faisait également partie, tout comme des questions relatives à l’hébergement et au classement de la bibliothèque17.

  • 18 H. Preißler, « Anfänge », op. cit., p. 288.

10Outre la collecte de manuscrits et de matériaux dans les bibliothèques, la diffusion écrite des connaissances et des plus récentes découvertes dans les organes de publication faisait également partie des missions des sociétés 18. Dans les revues des deux Sociétés, le Journal asiatique et la Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft (Revue de la Société Orientale Allemande), les processus de prise de décision et de lancement des travaux ne sont pas évoqués, mais partant de ces publications, l’on peut mettre en évidence les différences, les accents et les nuances de la recherche orientaliste. Qui plus est, des experts de diverses disciplines ont établi au long du XIXe siècle des comptes rendus scientifiques qui, en premier lieu, informaient les orientalistes des progrès réalisés, mais renseignaient également un public intellectuel intéressé sur les activités et les résultats de la recherche orientaliste.

  • 19 Dans la littérature, la conquête de l’Algérie en 1830 est considérée comme le commencement de la no (...)
  • 20 La fondation de l’université de Berlin en 1809 est généralement considérée comme le début de l’inst (...)

11On ne note dans aucun des deux pays d’avancée significative dans l’expansion outre-mer concomitante de la création des deux Sociétés19. Elles incitent toutefois, du moins pour leurs premières années, à les envisager en rapport avec la politique universitaire ou avec l’histoire intellectuelle européenne, puisqu’elles sont nées à la suite de la fondation des universités modernes. Plus tard au cours du XIXe siècle, l’histoire coloniale se reflète en premier lieu dans les régions et les langues thématisées20. Savoir en revanche si le travail sur l’Orient encouragea les

  • 21 Gustave Dugat défendait la thèse selon laquelle on devait les Lumières européennes à la recherche o (...)

12Lumières en Europe, comme l’estime Dugat, ou si c’est grâce aux Lumières seulement qu’un travail sur l’Orient sans préjugé fut rendu possible, comme Johann W. Fück le note avec soulagement, est une question qui reste ouverte. L’orientation des facultés de théologie dans les universités détermine dans les deux pays les recherches orientalistes21.

  • 22 R. Gosche, Wissenschaftlicher Jahresbericht für 1857 und 1858, Leipzig, 1860, p. 25. Les comptes re (...)

13Il convient ici à tout le moins d’attirer l’attention sur le fait que, depuis la Révolution, il existait en France une tendance à déchristianiser l’État, et qu’à partir de 1789 un processus de laïcisation fut initié qui ne connut aucun parallèle en Allemagne. Là, la Réforme avait déjà limité l’influence de l’Église catholique dans certaines régions, entre autres la Prusse, et on peut se demander si la grande diversité de la pensée religieuse a joué un rôle en Allemagne dans le « désenchantement du monde » qui s’amorçait peu à peu. Le philologue Richard Gosche estimait, en 1858 « Si la philologie orientale restaure, en des moments de sécurité, ses liens anciens avec la théologie, nous pourrons estimer qu’elle peut de grandes choses » 22.

  • 23 La liste des lieux de congrès se trouve chez : Krehl, Pischel, Praetorius, Windisch (éds.), Die Deu (...)
  • 24 Cette séparation fut renforcée au début du XXe siècle par l’introduction du Referendariat pour l’en (...)

14Il est possible que nous n’ayons pas pris en compte des aspects importants de la discussion française, mais lorsque l’on considère la politique culturelle menée sur la rive droite du Rhin, la fondation de la DMG en 1845 peut être considérée comme une conséquence indirecte de la conception humboldienne de l’université. Durant les premières années, les orientalistes organisèrent des réunions communes avec l’Association des enseignants et des érudits (Verein der Schulmänner und Gelehrten) 23. Celle-ci s’était créée pour compenser la scission croissante qui existait entre universitaires et enseignants, et qui était due à l’introduction de l’habilitation comme accès à une carrière scientifique. On sait que l’idée qui se cachait derrière cette réglementation était de maintenir les universités comme centres de recherche permanents et d’attribuer aux écoles le rôle de communiquer un savoir déjà assuré 24. Ce sont des traditions intellectuelles et des décisions liées à la politique culturelle qui ont contribué à la fondation de la DMG, mais elle dut toutefois sa longévité aux intérêts croissants outre-mer.

Les membres

  • 25 Les souvenirs d’Alfred Maury contiennent des anecdotes sur des singularités de Karl Benedikt Hase ( (...)

15Pendant ses premières décennies d’existence, la SA donne l’image d’un échange vivant entre orientalistes allemands et français. Hase, un philologue allemand spécialiste de l’Antiquité qui exerçait à Paris, prit part à l’assemblée constitutive à Paris en 1822 aux côtés d’Alexander von Humboldt et fut élu au comité de direction. Le sinologue Julius Klaproth, qui avait beaucoup voyagé et qui finança son séjour parisien grâce aux subsides versés par Frédéric Guillaume III, faisait également partie des membres actifs de l’association et utilisait le Journal asiatique pour ses publications25.

  • 26 H. Preißler, « Anfänge », op. cit., p. 288.
  • 27 Les chiffres relatifs à la DMG ont été empruntés à l’essai de H. Preißler, « Anfänge ».
  • 28 Gosche se plaignit de ce que les collections littéraires d’une université de province ne lui permet (...)
  • 29 Sont cités en tant que membres : Fleischer, Flügel, Gildemeister. Parmi les membres associés, on tr (...)
  • 30 Ernest Renan adhéra à la Société en 1856 en tant que membre s’acquittant également de contributions (...)
  • 31 Ibid., voir aussi Christina Leibfried, Sinologie an der Universität Leipzig, Entstehung und Wirkung (...)
  • 32 Dans la liste des 55 premiers membres, on compte 23 orientalistes et 20 théologiens. Cinq personnes (...)
  • 33 J. Mohl, « Rede zum 31. Jahr des Bestehen der SA », in : Journal Asiatique 63 / 1853, p. 115.

16La DMG entendait également cultiver les liens avec des associations et des collègues étrangers et inscrivit ce but dès le début dans ses statuts 26. Pour ce qui était du nombre de ses membres, l’association créée à Leipzig n’était pas beaucoup plus petite que celle de Paris. Tandis que la SA comptait 201 membres ordinaires en 1843, la DMG en avait déjà 184 l’année de sa fondation et 301 en 185027. Dans l’association française, on compte jusqu’au milieu du siècle, en plus de Hase et de Mohl qui vivaient à Paris, 10 membres venus d’Allemagne. Appartenir à la SA semblait être digne d’intérêt, même pour des non Français ; nul doute que les nouveautés et les matériaux au sujet desquels des informations circulaient à Paris y jouaient un rôle non négligeable 28. Après la fondation leipzigeoise, la tendance des orientalistes allemands à devenir membres ordinaires d’une association étrangère devint moins nette29. La DMG accueillait les membres étrangers principalement en qualité de membres honorifiques. L’un des premiers Français à devenir membre régulier de la DMG fut Ernest Renan, qui portait le no 43330. Jusqu’en 1895, ce furent en tout 20 membres ordinaires français qui adhérèrent à la société allemande31. Si l’on prend comme critère les métiers ou les spécialités exercés, les orientalistes sont majoritaires à la DMG, suivis de près toutefois par les théologiens32. Ce décompte confirme la thèse souvent soutenue quant à la part importante de théologiens et notamment de spécialistes des études vétéro-testamentaires au sein des études orientales allemandes de cette époque. À ce sujet également, on pourra lire ce commentaire de Jules Mohl : « Le nombre et l’organisation des universités allemandes et l’éducation savante que le clergé y reçoit, parviennent à balancer les avantages que donnent à la France les ressources de Paris et les encouragements du gouvernement, et à l’Angleterre ses grandes possessions en Asie 33. »

  • 34 Ce résultat provient du décompte de la liste de membres de l’année 1843. De temps en temps, les mét (...)
  • 35 À plusieurs reprises, l’activité du théologien Edouard Reuss (1804-1888) à Strasbourg a été soulign (...)

17Parmi les 201 membres de l’association parisienne, on ne trouve, d’après la liste de l’année 1843, que 6 théologiens ; en revanche il y a là davantage de philosophes, de fonctionnaires consulaires et de militaires 34. Le nombre des consulats et des camps militaires français à l’étranger avait considérablement augmenté depuis la fondation de la SA. En revanche, l’exégèse biblique semble avoir été presque exclusivement pratiquée à Strasbourg. Ce n’est qu’à partir de 1880 que l’on porta dans les universités françaises un intérêt scientifique notable aux écrits théologiques 35.

Les comptes rendus annuels

  • 36 J. Mohl, « Rapport 1841-1842 », II, Vingt-sept ans, vol. I, p. 39.

18Grâce aux comptes rendus exhaustifs rédigés par Mohl durant les années 1840 à 1867, les lecteurs du Journal asiatique pouvaient être informés des nouvelles parutions concernant les études orientales dans les différents pays européens et en Amérique. C’est cet exemple que suivit la DMG. En outre, Mohl s’occupa également, comme nous l’avons vu, de réfléchir aux motivations de la recherche orientaliste. On a même l’impression que son inclination à vouloir donner un fondement aux objectifs de ce travail crût au fil des ans. Il commence par postuler un lien naturel des langues orientales entre elles qui, de manière quasi impérieuse, rend nécessaire selon lui une association des érudits, dans la mesure où aucun individu isolé n’est en mesure de poursuivre des recherches aussi universelles 36.

  • 37 Du même, « Rapport 1851-1852 », XII, op. cit., vol. I, p. 452.
  • 38 Du même, « Rapport 1852-1853 », XIII, op. cit., vol. I; Du même « Rapport annuel 1856-57 », XVII, o (...)
  • 39 Du même, « Rapport 1859-1860 », XX, op. cit., vol. II, p. 307.

19Il voit dans l’abandon d’un intérêt exclusif pour les langues sémitiques, c’est-à-dire des langues utiles en théologie, une raison supplémentaire pour fonder la Société asiatique37. Comme pour un certain nombre de ses collègues, c’est surtout la littérature indienne qui lui permet de revenir à l’enfance de l’histoire de l’humanité. La thèse selon laquelle l’Europe hérita sa civilisation de la Grèce antique était également une conception commune à tous. Il est éventuellement possible que son constat que les « Sémites » avaient marqué les représentations morales et religieuses, ait été contesté38. Plus tard, Mohl insiste sur l’argument hérité des Lumières selon lequel une « histoire universelle » ne méritera ce nom qu’une fois que les études orientales auront amélioré les fondements de cette historiographie. Sa justification est que l’on ne peut explorer l’histoire de l’humanité si l’histoire de la moitié de l’humanité reste inaccessible 39.

  • 40 Du même, « Rapport 1855-56 », XVI, op. cit., vol. II, p. 73/4.
  • 41 Du même, « Rapport 1856-57 » XVII, op. cit., vol. II, p. 143-145.
  • 42 Du même, « Rapport 1864-1865 », XXV, op. cit., vol. II, p. 675.

20Son expérience croissant, il développe une sensibilité pour l’histoire contemporaine, plus précisément pour l’histoire coloniale : « L’Orient tout entier est ébranlé, toute l’Asie occidentale tombe irrésistiblement sous l’influence de l’Europe, et la Chine même est profondément atteinte par une révolution politique et religieuse dont le triomphe ouvrirait probablement par la suite ce pays à des idées européennes40. » L’Europe doit étudier les anciennes cultures pour rendre également plus acceptable aux colonisés l’expansion outre-mer41. La science est censée influencer aussi bien les Européens que les Orientaux, grâce à elle ces derniers pourraient surmonter leur décadence42.

  • 43 « Jahresbericht der DMG für 1846 », in : ZDMG 1/1847, p. 20.
  • 44 R. Gosche était d’avis que l’histoire de l’Asie ne pouvait être écrite. R. Gosche, Jahresbericht de (...)
  • 45 Jahresbericht 1857-58, p. 24.
  • 46 Jahresbericht 1862-1867, p. 112.

21De telles réflexions générales sur l’activité de l’association ne se trouvent pas dans les comptes rendus annuels de la DMG. La société allemande se veut plus modeste en ce qui concerne son programme, comme en témoignent les comptes rendus de Richard Gosche entre 1856 et 1875. Dans le discours de bienvenue que tint le philologue Wilhelm Hoffmann en 1846 lors du congrès commun, il assigna aux orientalistes la tâche « ... de mettre entièrement en lumière, de plus en plus et comme elle le mérite, cette partie du monde qui est d’une importance infinie pour l’histoire culturelle de notre race 43 ». En dépit de toute son admiration pour Mohl, Gosche demeure réservé dans ses déclarations sur les objectifs du travail à mener. L’histoire de l’humanité ne pouvait plus être considérée dans la seconde moitié du XIXe siècle comme un objectif de travail réalisable et aux yeux de Gosche l’histoire des recherches orientalistes représente simplement un pan important d’histoire culturelle44. Par opposition à Mohl, Gosche, professeur titulaire d’une chaire à Halle, souligne que la théologie, précisément, tire un bénéfice important des langues asiatiques 45. Il inclut dans ses comptes rendus de littérature aussi bien la science du judaïsme que les travaux des spécialistes de l’Ancien Testament et attire l’attention sur la bonne coopération existant entre ces deux disciplines et la linguistique et l’étude comparée des langues. À ses yeux, la préhistoire et les sciences du langage asiatiques constituent qui plus est les fondements de l’« ethnographie ». Il faut noter cependant que cette dernière n’occupa toutefois par la suite une place importante ni dans la SA, ni dans la DMG46.

  • 47 E. Renan, « Rapport 1867-1868 », in : Journal Asiatique 12 / 1868, 21. Schalenberg qualifia Renan d (...)
  • 48 E. Renan, « Rapport 1867-1868 », p. 17.
  • 49 Ignaz Goldziher, Renan als Orientalist – Gedenkrede am 27. November 1893, Zurich, 2000, p. 35. Les (...)
  • 50 E. Renan, « Rapport 1869-1870 », in : Journal Asiatique 16 / 1870, p. 13.

22Ernest Renan, qui rédigea à partir de 1868 les comptes rendus de littérature, trouvait que les travaux sur les sciences du langage indo-européennes étaient menés en Allemagne « avec ardeur et avec la discipline propre à une armée exécutant une campagne militaire47. » Mais, déçu, il constata quelques années plus tard que l’indianisme n’avait pas tenu les promesses qu’on s’en faisait concernant la préhistoire de l’humanité. À ses yeux, les travaux de Bopp en particulier, avaient permis à la linguistique de revendiquer elle aussi le rang de science, au même titre que la chimie et la physiologie 48. L’idée qu’il avait à l’esprit était d’immortaliser son propre nom dans l’histoire de la linguistique, d’être le Bopp de la science du langage sémitique49. En 1870, il mit fin dans ses comptes rendus annuels à la tradition voulant qu’on prenne en compte les travaux scientifiques des pays voisins, et se concentra sur la recherche française. Pour se justifier, il attira l’attention sur des savants de Halle ou de Leipzig, les sièges principaux de la DMG, qui présentaient de manière compétente les résultats des recherches menées dans leur pays, mais ne disposaient pas de critères suffisants pour les travaux étrangers50. En outre, Renan critiqua le fait que les comptes rendus n’étaient publiés qu’avec un retard important.

  • 51 Voir également Günther Pflug, « Ernest Renan und die deutsche Philologie », in : Mayotte Bollack et (...)
  • 52 E. Renan, Histoire générale et système comparé des langues sémitiques, Paris, 1855. Theodor Nöldeke (...)

23Des présentations de Renan, on peut déduire les axes importants et les thèmes de la recherche orientaliste française autour de l’Académie des Inscriptions et des Belles Lettres. Bien entendu, elles donnent des informations implicites sur ses propres entreprises scientifiques, dont la publication des inscriptions sémitiques. L’ouvrage linguistique majeur de Renan, qui se concentrait sur l’histoire des langues sémitiques, n’eut pas d’écho positif en Allemagne parmi les spécialistes du Proche-Orient. Ce n’est pas ici le lieu de présenter l’histoire de sa réception, qui possède de multiples facettes, ou même de continuer à l’écrire, mais l’on peut constater que la « germanophilie » que l’on attribue à Renan ne trouve pas de confirmation durable lorsque l’on contemple son œuvre orientaliste51. Ce qualificatif s’adressait à l’admirateur du travail philologique et au connaisseur du système éducatif allemand, en tant que spécialiste de l’Orient. Mais en Allemagne ses écrits en science des religions, également traduits en allemand, et quelques essais politiques attirèrent davantage l’attention 52.

  • 53 Gosche, Jahresbericht 1874-1875, p. 1-2.
  • 54 Ernst Kuhn (éd.), Wissenschaftlicher Jahresbericht über die Morgenländischen Studien im Jahre 1878/ (...)

24Dans l’un de ses comptes rendus annuels, Richard Gosche réagissait ainsi à l’annonce de Renan déclarant qu’il se concentrerait désormais sur la littérature française : « Qui feuillette les brillants comptes rendus annuels d’Ernest Renan remarque aussitôt, outre la perfection formelle et le charme de la langue, une objectivité et une méticulosité admirables et oublie volontiers la limitation de principe du compte rendu à la France53. » C’est notamment grâce à ces remarques que nous savons que les deux sociétés s’observaient attentivement. Après que Gosche eut cessé d’écrire des comptes rendus pour la DMG parurent, à partir de 1878, des présentations des différentes disciplines par des représentants éminents des domaines concernés 54. La recherche internationale y était incluse, mais l’on n’y trouvait guère de réflexions sur les objectifs du travail mené.

  • 55 Darmesteter relate dans le Journal Asiatique 6 / 1885, l’assassinat de Charles Huber (1847-1884), q (...)

25À partir de 1883, ce fut James Darmesteter qui rédigea les comptes rendus pour la SA, qui furent interrompus après 1895. Le passage de Darmesteter sur l’assassinat de Charles Huber, parti pour un voyage dans la péninsule arabe avec son collègue allemand et spécialiste des inscriptions Julius Euting, constitue un signe évident de détérioration de l’atmosphère et de concurrence accrue entre les savants des deux pays. Ce voyage, qui devait servir à rechercher des inscriptions et à acquérir la Stèle de Tayma, montre comme dans un miroir grossissant à quel point la coopération scientifique dans ce domaine était entravée, au-delà des frontières, par des problèmes liés aux tensions internationales. Pendant le voyage commun déjà, Huber avait des craintes que Euting ne lui fasse concurrence lors du déchiffrement des inscriptions, notamment parce que Euting rentrait en Europe plus tôt que lui55.

L’exploration de l’Ancien Orient : égyptologie et assyriologie

  • 56 Suzanne L. Marchand attire l’attention sur la concurrence qui existait entre les deux disciplines : (...)
  • 57 Napoléon avait fait décorer les murs de sa salle à manger sur l’île d’Elbe avec des hiéroglyphes ég (...)
  • 58 Seyffarth (1796-1885) proposa une méthode de déchiffrement qui différait de celle de Champollion. I (...)
  • 59 Lettre de G. Maspéro à A. Erman du 22.10.1899. Fonds Adolf Erman, Bibliothèque universitaire de Brê (...)
  • 60 Lettre de Maspéro à A. Erman du 31.3.1897. Maspéro, qui avait trois fils, s’inquiéta dès 1892 de la (...)

26Nous souhaiterions ici attirer l’attention sur deux domaines que Renan caractérisait comme les disciplines reines de la recherche orientaliste, à savoir l’égyptologie et l’assyriologie56. La France acquit à partir de la campagne napoléonienne une position de suprématie incontestée dans l’exploration de l’ancienne Égypte et dans la recherche des sources de notre propre culture sur les bords du Nil. À y regarder de plus près, l’enthousiasme suscité par le déchiffrement des hiéroglyphes par Champollion ne semble pas, dans un premier temps, avoir débouché en France sur un intérêt scientifique 57. La fascination pour cette partie de l’histoire ancienne se répandit également en Allemagne et le roi de Prusse Frédéric Guillaume IV envoya en 1842 une expédition en Égypte sous la direction du jeune égyptologue Richard Lepsius. Lepsius confirma le déchiffrement de Champollion, tandis que les prémices de déchiffrement proposées par Gustav Seyffarth ne rencontrèrent pas d’adhésion en Allemagne 58. À la suite de cette expédition, des antiquités égyptiennes furent acheminées également à Berlin où elles constituèrent les fondements du Musée Égyptien. Mais l’égyptologie n’obtint pas en Allemagne la signification et l’ampleur qu’elle avait en France, en particulier depuis la fondation du Musée du Caire par François A. F. Mariette. L’intérêt pour cette branche de la recherche orientaliste persista cependant, notamment auprès du grand public, raison pour laquelle les ouvrages de Gaston Maspéro furent traduits en allemand. Sans égard aux tensions existant entre la France et l’Allemagne, Maspéro demeurait attaché à la coopération franco-allemande dans ce domaine. Non seulement il entretint une correspondance épistolaire intensive avec des collègues égyptolo-gues tels qu’Adolf Erman, Georg Ebers et d’autres, mais il souligna également de manière explicite l’importance d’une coopération supranationale : « (...) la science profite de notre bonne entente59. » Ses craintes quant à l’imminence d’une guerre franco-allemande apparaissent rétrospectivement comme visionnaires : « Il est malheureux que les relations politiques soient tendues entre nos deux pays et que nos enfants soient exposés à se rencontrer un jour sur les champs de bataille... » 60.

  • 61 Marchand, « Philhellenismus », p. 36.
  • 62 Renger, « Die Altorientalistik », p. 50.

27Aussi grande était la considération dont jouissait l’égyptologie en France, aussi faible était l’importance de l’assyriologie au sein de la Société asiatique. Ce domaine joua en revanche un grand rôle en Allemagne dans le dernier tiers du XIXe siècle61. Le déchiffrement des écritures cunéiformes par Grotefend, que l’on peut comparer au déchiffrement des hiéroglyphes par Champollion, remontait déjà à 1802 et fut suivi d’une pause de plusieurs décennies dans ce domaine. Ce n’est qu’en 1869 qu’Eberhard Schrader publia dans la revue de la DMG une explication du déchiffrement à laquelle firent encore suite d’autres articles 62. À partir de ce moment, cette branche de l’exploration de l’ancien Orient jouit en Allemagne d’un vif intérêt. On ne pouvait trouver en France d’intérêt semblable pour l’assyriologie, surtout en comparaison avec les travaux égyptologiques.

  • 63 Mohl, « Rapport », 1848-1849, IX, vol. I, p. 347.
  • 64 La parution n’était en outre pas tout à fait régulière, d’où l’impression qu’il n’y avait pas profu (...)
  • 65 Joseph Halévy (1827-1917) constata le 16.9.1877 dans une lettre à August Dillmann : « L’assyriologi (...)
  • 66 Voir également Johannes Renger, « Die Altorientalistik », op. cit., p. 43-62.
  • 67 E. Renan, « Rapport 1877-1878 », in : Journal Asiatique 10 / 1877, p. 44.

28Jules Mohl avait incité le consul français Botta à lancer des fouilles et constata en 1849 à propos des recherches sur la Mésopotamie : « ...la France, qui avait ouvert cette voie glorieuse, paraît même renoncer à la suivre63. » Après examen des volumes du Journal asiatique, on a l’impression que jusqu’après 1880, l’assy-riologie était menée en France en première ligne par Jules Oppert et Joseph Halévy, mais qu’elle ne disposait pas d’une large base de soutien parmi les savants. Les deux protagonistes entrèrent en conflit et entretinrent des contacts avec divers collègues au-delà du Rhin. La Revue d’assyriologie existait depuis 1886 et paraissait sans grande continuité. Elle était éditée par Jules Oppert en commun avec M. E. Ledrain64. La même année, Carl Bezold lança sa Zeitschrift für Assyriologie (Revue d’assyriologie), pour laquelle Jules Oppert fournit de nombreuses contributions. Joseph Halévy entretenait des contacts avec le spécialiste de l’Éthiopie August Dillmann65. Dans le domaine de l’assyriologie, la coopération de savants allemands avec des collègues anglais était dans l’ensemble plus intensive 66. Alors que la recherche sur l’écriture cunéiforme était déjà reconnue en Allemagne comme discipline, Renan ne considérait encore la contribution de l’assyriologie que comme un domaine réservé à l’avenir67.

29Ce constat conduit à se demander si l’acceptation hésitante des études assyriologiques est liée aux efforts, résultants des Lumières, d’expliquer l’histoire universelle sans recourir à la Révélation. La querelle sur Babel et la Bible, devenue virulente au début du XXe siècle, attire de manière explicite l’attention sur les implications que recèlent les recherches assyriologiques pour la perception religieuse du monde et laisse deviner les ambivalences du processus de sécularisation en Allemagne. Il est certain en tout cas que l’assyriologie touche davantage aux thèmes de la Bible que l’égyptologie. Le travail fait sur l’Antiquité égyptienne est selon toute apparence lié à la tradition sécularisée ou à une problématique touchant aux sciences de la religion, tandis que l’assyriologie représente la branche des sciences de l’Antiquité orientale dont le lien avec la Bible mérite encore des analyses.

  • 68 On célébra en même temps le centième anniversaire du déchiffrement des hiéroglyphes par Champollion
  • 69 L’article de Huart parut sous le titre : « Les Etudes Islamiques en France au XIXe siècle », sur In (...)
  • 70 Senart, « Eröffnungsrede », p. 14.

30En 1922, la Société asiatique fêta le centenaire de son existence par un volume dans lequel des membres éminents donnaient une vue d’ensemble sur l’évolution des disciplines orientalistes68. Clément Huart écrivit par exemple un article bibliographique détaillé sur « L’islamisme », un titre que l’on ne trouve pas dans les comptes rendus du XIXe siècle et qui aurait tout aussi bien pu été remplacé par « Les études arabes » 69. Des lettres de félicitations furent envoyées par plusieurs sociétés étrangères et publiées dans le Journal asiatique. On n’y trouve pas de félicitations de la part de la DMG, ce qui permet d’imaginer les relations qu’entretenaient alors les deux sociétés. Le discours solennel de Sénart mentionne certes les sociétés sœurs présentes en Amérique et en Angleterre, la coopération avec l’Italie, mais la DMG n’apparaît pas70.

  • 71 Satzung der DMG. Beschlossen und genehmigt in der Mitgliederversammlung vom 30. 9. 1921 in Leipzig, (...)

31Au vu de la défaite allemande de 1918 et des problèmes résultant de la perte des colonies, la société allemande, qui existait désormais depuis 75 ans, s’efforça de donner à son travail une orientation nouvelle. Elle ne tint pas compte, dans ses tentatives de réorganisation, des évolutions survenues dans les pays voisins. Le passage consacré à la coopération avec les sociétés et les collègues étrangers n’était plus présent dans les statuts votés le 30 septembre 192171. Cela était dû en partie aux difficultés de circulation transfrontalière et d’échanges littéraires, mais derrière ces difficultés se dissimulaient principalement des problèmes liés à l’ambiance générale des relations internationales.

32En résumé, l’on peut dire qu’un siècle après la fondation de la SA, il n’existait plus guère de coopération avec la DMG. Le gouffre entre les deux sociétés paraît à cette époque plus profond qu’après la guerre franco-allemande. À la recherche de coopérations et de contacts, on ne pourra, dans la période de l’entre-deux-guerres, guère en trouver qu’entre des savants isolés. Sans les stimulations ou les critiques collégiales émanant de l’autre côté du Rhin, les méthodes et les objets des disciplines orientalistes prises isolément se développèrent ou stagnèrent, selon les cas, dans les deux pays.

Haut de page

Notes

1 Sabine Mangold cite les noms de treize spécialistes de l’Orient et le chiffre de vingt personnes parties à Paris pour rencontrer Silvestre de Sacy. Voir Sabine Mangold, Eine “weltbürgerliche Wissenschaft” – Die deutsche Orientalistik im 19. Jahrhundert, Stuttgart 2004, p. 66-67 ; Holger Preißler, « Die Anfänge der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft », in : Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft (ZDMG) 145 / 1995, cahier 2, p. 249-252 ; Michael Werner, « Étrangers et immigrants à Paris autour de 1848 », in : I. Mieck, H. Möller et J. Voss (éds.), Paris et Berlin dans la Révolution de 1848, Sigmaringen, 1995, p. 208. Karl Benedict Hase (1780-1863) fut l’un de ces pèlerins au sens fort du terme : de Iéna il se rendit à Paris à pied. Il avait étudié l’arabe à Iéna, mais se concentra à Paris sur les langues classiques et travailla jusqu’à la fin de sa vie comme bibliothécaire de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

2 Émile Sénart allait jusqu’à constater, un siècle après la fondation de la SA, dans son Discours d’inauguration de la fête du centenaire, le 11.7.1922 : « Les annales de notre Société, pendant ce siècle, sont les annales mêmes de l’orientalisme français ; elle en est l’inspiration constante. » (Société Asiatique, Le livre du centenaire, Paris) 1922, p. 10.

3 Jules (auparavant Julius) Mohl (1800-1876), qui avait fait ses études à Tübingen, décrivait la SA en 1842 dans ces termes : « une société comme la nôtre qui n’existe que par le libre concours de ses membres », « Rapport sur les travaux du conseil de la société asiatique pendant l’année 1841-1842 », in : Vingt-sept ans d’histoire des Etudes orientales, vol. II, Paris, 1880. Il souligna à plusieurs reprises qu’il s’agissait d’une association « libre » et y voyait une chance de travailler sans être soumis à la tutelle de l’Etat.

4 Journal Asiatique 6 / 1825, p. 254.

5 « Jahresbericht der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft für 1845-1846 », in : ZDMG, 1 / 1847.

6 Voir Alain Messaoudi, « Das Studium des Arabischen an den französischen Universitäten zwischen 1800 und 1950 vor dem Hintergrund der kolonialen Expansion », in : Orientwissenschaftliche Hefte 20 / 2006, p. 135.

7 La contribution de Nöldeke reposait sur sa thèse et parut un an plus tard en Allemagne sous le titre Geschichte des Qorāns. Voir Johann Fück, Die arabischen Studien in Europa bis in den Anfang des 20. Jahrhunderts, Leipzig, 1955, p. 217-218 ; Hartmut Bobzin, « Theodor Noeldeke », in : Neue Deutsche Biographie, 19 / 1999, p. 311.

8 Fleischer fut pendant de nombreuses années secrétaire de la Classe de Philologie et d’Histoire. Voir H. Preißler, « Ignaz Goldziher in Leipzig - ein ungarischer Jude studiert Orientalistik », in : Leipziger Beiträge zur jüdischen Geschichte und Kultur, vol. III, Leipzig, 2005, p. 297.

9 La présentation par Daniël van der Zande de la préhistoire de l’encyclopédie montre clairement les problèmes de coopération franco-allemande inhérents au projet et le rôle de médiateurs qu’Ignaz Goldziher (Autriche-Hongrie) et Martinus Th. Houtsma (Pays-Bas) jouèrent dans sa création. Voir Daniël van der Zande, Martinus Th. Houtsma 1851-1943. Een bijdrage aan de geschiedenis van de oriëntalistik in Nederland en Europa, thèse non publiée, Utrecht, 1999, p. 245. Sur le projet d’édition du Mahābhārata, voir Martin Gierl, Geschichte und Organisation – Institutionalisierung als Kommunikationsprozess am Beispiel der Wissenschaftsakademien um 1900, Göttingen, 2004, p. 484. Je remercie M. van der Zande pour sa relecture critique de l’article.

10 Dans la rétrospective de 1922, Henri Maspéro souligne la place singulière qu’occupent les performances culturelles chinoises, mais n’aborde pas le rôle de la Chine dans les représentations européennes des siècles précédents. Henri Maspero, « La Sinologie », in : Société Asiatique, Le livre du Centenaire, Paris, 1922, p. 261-283.

11 Louis Finot, « Historique de la Société », in : Centenaire, op. cit. p. 3.

12 Victor Schoebel, « Rapport sur le progrès des études indiennes depuis 1867 », in : Congrès international des Orientalistes, vol. II, Paris, 1873, p. 355.

13 H. Preißler soupçonne que le nom donné à la Société fut emprunté à la Zeitschrift für die Kunde des Morgenlandes, qui parut brièvement. Voir H. Preißler, « Anfänge », op. cit., p. 283-284.

14 Jules Mohl, « Rapport 1844-45 », V, vol. I, p. 157.

15 La Société se réunissait un jeudi sur deux par mois. Eugène Burnouf, « Rapport sur les travaux du conseil », in : Journal Asiatique 35 / 1839, p. 12.

16 H. Preißler, « Anfänge », op. cit., p. 276-277. Gustave Dugat voyait même dans la situation géographique de l’Allemagne un motif pour la fondation de l’association. Il nous faut corriger cette observation, puisque c’était bien moins la géographie que la distribution du territoire qui jouait un rôle. Gustave Dugat, Histoire des Orientalistes de l’Europe, 2 vols., Paris, 1868-1870, Introduction.

17 Dossiers de la DMG 1845-1961, Bibliothèque de la DMG à Halle / Saale. Le contenu en est remanié et classé par années.

18 H. Preißler, « Anfänge », op. cit., p. 288.

19 Dans la littérature, la conquête de l’Algérie en 1830 est considérée comme le commencement de la nouvelle période coloniale française. Certains petits Etats allemands entretenaient certes des contacts outre-mer, mais on ne peut parler de politique d’expansion outre-mer qu’à partir de 1886.

20 La fondation de l’université de Berlin en 1809 est généralement considérée comme le début de l’institution universitaire moderne en Allemagne. En France, on estime que ce sont les décrets sur l’« Université Impériale » de 1808 qui marquent le début des universités modernes. Voir Marc Schalenberg, Humboldt auf Reisen ? - Die Rezeption des « deutschen Universitätsmodells » in den französischen und britischen Reformdiskursen (1810-1870), Bâle, 2002, p. 44-45.

21 Gustave Dugat défendait la thèse selon laquelle on devait les Lumières européennes à la recherche orientaliste parce que l’entendement des Européens s’était émancipé du surnaturel par le biais de cette dernière. Gustave Dugat, Histoire, op. cit., vol. I, p. L ; Fück, Die arabischen Studien, Introduction, p. 1.

22 R. Gosche, Wissenschaftlicher Jahresbericht für 1857 und 1858, Leipzig, 1860, p. 25. Les comptes rendus de Gosche parurent dans la ZDMG ainsi qu’en tirés à part, auxquels nous nous référons ici pour les citations.

23 La liste des lieux de congrès se trouve chez : Krehl, Pischel, Praetorius, Windisch (éds.), Die Deutsche Morgenländische Gesellschaft 1845-1895, Leipzig, 1895.

24 Cette séparation fut renforcée au début du XXe siècle par l’introduction du Referendariat pour l’enseignement.

25 Les souvenirs d’Alfred Maury contiennent des anecdotes sur des singularités de Karl Benedikt Hase (1780-1863). Ils laissent transparaître à quel point l’exercice d’équilibre entre son origine et son existence dans sa patrie d’élection était difficile pour Hase. Voir également Marc Fumaroli, « Les Membres de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres d’après les souvenirs (1834-1890) d’Alfred Maury », in : Journal des Savants, 2005, p. 101-119. Voir également la contribution de Sarah Bösch dans ce volume.

26 H. Preißler, « Anfänge », op. cit., p. 288.

27 Les chiffres relatifs à la DMG ont été empruntés à l’essai de H. Preißler, « Anfänge ».

28 Gosche se plaignit de ce que les collections littéraires d’une université de province ne lui permettaient pas de rendre compte de toutes les nouvelles parutions. R. Gosche, Wissenschaftlicher Jahresbericht der Jahre 1874-1875, Leipzig, 1905, p. 3.

29 Sont cités en tant que membres : Fleischer, Flügel, Gildemeister. Parmi les membres associés, on trouve F. Schlegel, G. Freytag, J. G. L. Kosegarten, F. Bopp, C. Lassen, J. A. Vullers et de nouveau Flügel.

30 Ernest Renan adhéra à la Société en 1856 en tant que membre s’acquittant également de contributions. Albert Cohn, le président du Comité Consistorial à Paris, devint dès 1854 membre de la DMG. Cohn était originaire de Presbourg. On ne peut pas toujours déduire de la liste des membres la nationalité de ces derniers, seul le lieu d’exercice y est consigné. Voir également : Pischel, Prätorius, Krehl, Die Deutsche Morgenländishe Gesellschaft.

31 Ibid., voir aussi Christina Leibfried, Sinologie an der Universität Leipzig, Entstehung und Wirkung des Ostasiatischen Seminars 1878-1947, Leipzig, 2003, p. 12.

32 Dans la liste des 55 premiers membres, on compte 23 orientalistes et 20 théologiens. Cinq personnes peuvent être identifiées comme instituteurs, tandis que 7 autres peuvent être classées comme fonctionnaires et libraires. Pischel, Prätorius, Krehl, op. cit.

33 J. Mohl, « Rede zum 31. Jahr des Bestehen der SA », in : Journal Asiatique 63 / 1853, p. 115.

34 Ce résultat provient du décompte de la liste de membres de l’année 1843. De temps en temps, les métiers ne sont pas indiqués. Des recherches biographiques plus poussées sont susceptibles de modifier ce rapport numérique.

35 À plusieurs reprises, l’activité du théologien Edouard Reuss (1804-1888) à Strasbourg a été soulignée comme une exception. Voir Mayer-Lambert, « La Philologie Hébraïque, l’Exégèse biblique, l’archéologie palestinienne et l’épigraphie sémitique », in : Centenaire, op. cit., p. 109-110 ; E. Renan, « Rapport 1876-1877 », in : Journal Asiatique 4 /1874, p. 26-28 ; Ulrike Rother, Die theologischen Fakultäten der Universität Straßburg- Ihre rechtlichen Grundlagen und ihr staatskirchen-rechtlicher Status von den Anfängen bis zur Gegenwart, Paderborn, 2001.

36 J. Mohl, « Rapport 1841-1842 », II, Vingt-sept ans, vol. I, p. 39.

37 Du même, « Rapport 1851-1852 », XII, op. cit., vol. I, p. 452.

38 Du même, « Rapport 1852-1853 », XIII, op. cit., vol. I; Du même « Rapport annuel 1856-57 », XVII, op. cit. vol. II, p. 129.

39 Du même, « Rapport 1859-1860 », XX, op. cit., vol. II, p. 307.

40 Du même, « Rapport 1855-56 », XVI, op. cit., vol. II, p. 73/4.

41 Du même, « Rapport 1856-57 » XVII, op. cit., vol. II, p. 143-145.

42 Du même, « Rapport 1864-1865 », XXV, op. cit., vol. II, p. 675.

43 « Jahresbericht der DMG für 1846 », in : ZDMG 1/1847, p. 20.

44 R. Gosche était d’avis que l’histoire de l’Asie ne pouvait être écrite. R. Gosche, Jahresbericht der Jahre 1857-1858, Leipzig, 1860, p. 21-22 ; du même, Jahresbericht 1862-1867, Leipzig, 1871, p. 2.

45 Jahresbericht 1857-58, p. 24.

46 Jahresbericht 1862-1867, p. 112.

47 E. Renan, « Rapport 1867-1868 », in : Journal Asiatique 12 / 1868, 21. Schalenberg qualifia Renan de germanophile. Humboldt auf Reisen Schalenberg., op. cit., 142.

48 E. Renan, « Rapport 1867-1868 », p. 17.

49 Ignaz Goldziher, Renan als Orientalist – Gedenkrede am 27. November 1893, Zurich, 2000, p. 35. Les spécialistes du Proche-Orient, et en premier lieu Theodor Nöldeke, considéraient les travaux linguistiques de Renan avec un œil critique. Son Histoire des langues sémitiques ne fut pas traduite en allemand. Goldziher conçut le livre Der Mythos bei den Hebräern und seine geschichtliche Entwicklung, Leipzig 1876, en partie comme une réponse polémique à Renan. Voir la contribution de Céline Trautmann-Waller dans ce volume.

50 E. Renan, « Rapport 1869-1870 », in : Journal Asiatique 16 / 1870, p. 13.

51 Voir également Günther Pflug, « Ernest Renan und die deutsche Philologie », in : Mayotte Bollack et Heinz Wismann (éds.), Philologie und Hermeneutik im 19. Jahrhundert II, Göttingen, 1983.

52 E. Renan, Histoire générale et système comparé des langues sémitiques, Paris, 1855. Theodor Nöldeke, par exemple, mit en garde contre les dangers d’une caractérisation de l’esprit des Sémites, en attirant l’attention sur Renan et Lassen. Theodor Nöldeke, Die semitischen Sprachen, Leipzig, 1899, p. 7.

53 Gosche, Jahresbericht 1874-1875, p. 1-2.

54 Ernst Kuhn (éd.), Wissenschaftlicher Jahresbericht über die Morgenländischen Studien im Jahre 1878/1879/1880, Supplément du vol. 33. de la ZDMG, Leipzig, 1883 ; Wissenschaftlicher Jahresbericht über die Morgenländischen Studien im Jahre 1881, Leipzig, 1885.

55 Darmesteter relate dans le Journal Asiatique 6 / 1885, l’assassinat de Charles Huber (1847-1884), qui traversait avec Euting la péninsule arabe. Les tensions entre l’Allemagne et la France en rapport avec cet épisode deviennent encore plus sensibles lorsqu’on lit les lettres écrites par Christian Snouck Hurgronje à Julius Euting et Ignaz Goldziher. Dans une lettre adressée à Goldziher le 27. 9. 1885, Snouck Hurgronje caractérisa la stèle de Tayma comme la « pomme de discorde entre Euting et l’héritier de Huber », mais rapporta en même temps qu’il était lui-même considéré par le consul français comme partie intéressée dans cette affaire. Pieter Sjoerd van Koningsveld (éd.), Scholarship and Friendship in Early Islamwissenschaft – The letters of C. Snouck Hurgronje to I. Goldziher, Leiden, 1985, p. 47 ; du même, Minor German Correspondences of C. Snouck Hurgronje, Leiden, 1987, p. 9-10. Voir également Julius Euting, Tagbuch einer Reise in Inner-Arabien, 1re partie et 2e partie, Leiden, 1898 et 1914 ; et, publié à titre posthume, : Charles Huber, Journal d’un voyage en Arabie (1838-1884), Paris, 1891.

56 Suzanne L. Marchand attire l’attention sur la concurrence qui existait entre les deux disciplines : « Philhellenismus und “Furor Orientalis” », in : Orientwissenschaftliche Hefte 20/2006, p. 36. La thèse devient d’autant plus plausible lorsqu’on lit que pour Maspéro, les Egyptiens et les Chaldéens étaient les peuples classiques de l’Orient. Je souhaite remercier ici Suzanne L. Marchand pour sa relecture critique de l’article et pour diverses remarques.

57 Napoléon avait fait décorer les murs de sa salle à manger sur l’île d’Elbe avec des hiéroglyphes égyptiens. Voir Johannes Renger, « Die Altorientalistik als philologische und historische Disziplin an den deutschen Universitäten des 19. Jahrhunderts », in : Orientwissenschaftliche Hefte 20 / 2006, p. 43.

58 Seyffarth (1796-1885) proposa une méthode de déchiffrement qui différait de celle de Champollion. Il ne reçut pas non plus de soutien au sein de la DMG et partit pour les États-Unis après avoir plusieurs fois essayé vainement de se faire entendre en Allemagne. Warren R. Dawson, Who was who in Egyptology, Londres, 1995, p. 386.

59 Lettre de G. Maspéro à A. Erman du 22.10.1899. Fonds Adolf Erman, Bibliothèque universitaire de Brême.

60 Lettre de Maspéro à A. Erman du 31.3.1897. Maspéro, qui avait trois fils, s’inquiéta dès 1892 de la menace de guerre. Ses craintes furent confirmées de manière tragique. L’un de ses fils mourut sur les champs de bataille de la première guerre mondiale. Son fils Henri Maspéro, qui avait séjourné en Allemagne en 1912/1913 et noué des contacts avec des sinologues allemands, perdit la vie pendant la seconde guerre mondiale dans un camp de concentration.

61 Marchand, « Philhellenismus », p. 36.

62 Renger, « Die Altorientalistik », p. 50.

63 Mohl, « Rapport », 1848-1849, IX, vol. I, p. 347.

64 La parution n’était en outre pas tout à fait régulière, d’où l’impression qu’il n’y avait pas profusion de manuscrits pour la revue. Des articles d’assyriologues allemands ne parurent dans cet organe qu’à partir de 1910 environ.

65 Joseph Halévy (1827-1917) constata le 16.9.1877 dans une lettre à August Dillmann : « L’assyriologie paraît chômer à l’heure qu’il est en Allemagne. » (Fonds Dillmann, Bibliothèque nationale de Berlin, département des manuscrits.)

66 Voir également Johannes Renger, « Die Altorientalistik », op. cit., p. 43-62.

67 E. Renan, « Rapport 1877-1878 », in : Journal Asiatique 10 / 1877, p. 44.

68 On célébra en même temps le centième anniversaire du déchiffrement des hiéroglyphes par Champollion.

69 L’article de Huart parut sous le titre : « Les Etudes Islamiques en France au XIXe siècle », sur Internet : http://www.biblib.com/Textes/Orientalistes/Etudes_islamiques.html (au 31.1.2004).

70 Senart, « Eröffnungsrede », p. 14.

71 Satzung der DMG. Beschlossen und genehmigt in der Mitgliederversammlung vom 30. 9. 1921 in Leipzig, in : ZDMG, vol. 76/1922, VII.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ludmila Hanisch, « En deçà et au-delà de l’Euphrate. La Société Asiatique et la Deutsche Morgenländische Gesellschaft au XIXe siècle », Revue germanique internationale, 7 | 2008, 63-77.

Référence électronique

Ludmila Hanisch, « En deçà et au-delà de l’Euphrate. La Société Asiatique et la Deutsche Morgenländische Gesellschaft au XIXe siècle », Revue germanique internationale [En ligne], 7 | 2008, mis en ligne le 15 mai 2011, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://rgi.revues.org/396 ; DOI : 10.4000/rgi.396

Haut de page

Auteur

Ludmila Hanisch

Chercheur à Berlin.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org