Navigation – Plan du site

Silvestre de Sacy et les orientalistes allemands

Michel Espagne
p. 79-91

Résumés

À une époque de nationalisation des sciences humaines, l’orientalisme se caractérise plutôt par un intense échange entre l’Allemagne, la France et l’Angleterre. Le fondateur des études arabes en France, Silvestre de Sacy, a formé un grand nombre d’orientalistes allemands. Il entretenait des relations savantes avec ses collègues, jeunes ou plus vieux, des pays germaniques. Sa correspondance avec Christian Friedrich Schnurrer et Severin Vater montre de manière exemplaire comment la nouvelle discipline philologique s’émancipe de la théologie, comment était conçue la formation en France et sur quelles bases s’opérait l’échange franco-allemand.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pascale Rabault-Feuerhahn, « Réseaux internationaux de l’orientalisme naissant. Le Magasin encyclop (...)
  • 2 Institut de France, Manuscrits, cote 2375 à 2377.

1Autour de 1800 et jusqu’au milieu du XIXe siècle, l’orientalisme est un espace d’échanges franco-allemands. À vrai dire il faudrait, surtout pour le sanscrit, ajouter l’Angleterre dans cette constellation. Pour le mode arabe en revanche la priorité revient à la France. L’émergence de cette nouvelle discipline que l’on peut qualifier d’européenne est préparée par une politique de collection des manuscrits orientaux : depuis Louis XIV, les ambassadeurs sont censés envoyer à Paris les manuscrits grecs et latins mais aussi arabes ou chinois qu’ils peuvent recueillir. Parmi les lieux qui permettent d’observer la collaboration franco-allemande, il y a des revues comme le Magasin encyclopédique d’Aubin-Louis Millin1 ou encore le Journal asiatique qui lui succède sur le plan strict de l’orientalisme, ou encore la société asiatique qui est une vraie société internationale. La figure centrale est toutefois celle du Baron Silvestre de Sacy dont la volumineuse correspondance conservée à l’Institut de France2 reste, sur un point il est vrai particulier, un des grands témoignages d’une coopération intellectuelle franco-allemande autour de 1800. Parmi les fort nombreux correspondants allemands de de Sacy, deux peuvent être ici pris comme exemples du fonctionnement des échanges. Christian Friedrich Schnurrer (1742-1822) de Tübingen est un théologien passionné d’études arabes qui n’a pas lui-même été l’élève de de Sacy, mais qui a séjourné très tôt à Paris et y envoie ses propres élèves se perfectionner, élèves qui, comme Johann Christian Friedrich Steudel (1776-1837), enverront à leur tour une troisième génération d’orientalistes allemands comme Jules Mohl (1800-1876). L’autre cas ici abordé est celui de Johann Severin Vater (1771-1826), continuateur du Mithridate de Adelung et explorateur des langues orientales dans leur pluralité. On passe chez lui d’un complément de la théologie à une curiosité beaucoup plus large. Au fil des années, Schnurrer a adressé 91 lettres à de Sacy, Severin Vater lui en a envoyé 34, Steudel 12.

  • 3 Voir notamment Henri Deherain, Silvestre de Sacy, ses contemporains et ses disciples, Paris, Librai (...)
  • 4 Pour un aperçu général sur l’orientalisme français au XIXe siècle et sur l’orientalisme allemand du (...)

2Le Baron Silvestre de Sacy (1758-1838)3 peut être légitimement considéré comme le père d’une nouvelle discipline, l’orientalisme français4. Né à Paris, il est élevé dans un esprit janséniste qui n’a certainement pas été sans influence sur sa conception de la langue, liée à une filiation qui joint la grammaire de Port Royal à la grammaire générale des Idéologues. Il a étudié l’hébreu pour contrôler le texte des écritures mais a rencontré sur sa route, à l’Abbaye de Saint Germain des Prés, un Bénédictin, Georges François Berthereau (1732-1794), qui collectait des extraits d’historiens arabes concernant les croisades. Une deuxième rencontre importante est celle de l’interprète pour la langue arabe Étienne Le Grand. Désormais la vocation d’arabisant de Silvestre de Sacy est établie, même s’il ne va jamais dans les pays arabes, ne quitte guère Paris et sa maison de Nanteuil le Haudouin et admet lui-même ne connaître l’arabe que par les livres sans guère parler la langue. Outre ses Principes de grammaire générale qu’il publie en 1799, on lui doit néanmoins une chrestomathie arabe (1806) et une grammaire arabe (1810) qui firent date. Les curiosités linguistiques de de Sacy ne s’arrêtèrent pas à l’arabe. Il comprenait, si l’on en juge sa correspondance, les principales langues européennes et pouvait sans difficultés lire l’allemand. Sa carrière en France fut étonnamment linéaire. Membre de l’Académie dès 1785, il devient professeur d’arabe à l’École des langues orientales lorsque celle-ci est créée. Il sera successivement professeur de persan au Collège de France (1806), recteur de l’Académie de Paris (1815), président de la Société asiatique (1822), pair de France. C’est un homme d’influence sachant survivre aux divers régimes politiques et doué d’évidentes qualités d’organisateur. Ainsi il contribue à la fondation de nouvelles chaires de langues orientales, à la fondation de la Société asiatique, et, après avoir été collaborateur régulier du Magasin encyclopédique pour ce qui touche aux questions orientalistes, il participe à la fondation du grand organe que sera le Journal asiatique (1822).

3Silvestre de Sacy n’est l’auteur que d’une œuvre limitée. Et son rayonnement est surtout lié à son action de pédagogue et à la constitution d’un réseau européen dont son importante correspondance conserve bien la trace. Parmi les élèves de de Sacy, beaucoup furent des Allemands attirés par la réputation de Paris en matière d’études orientales durant les deux premières décennies du XIXe siècle. Recommandés à de Sacy par un membre de son réseau, ils viennent à Paris pour une ou plusieurs années, s’adonnent aux études arabes auxquelles ils ajoutent selon les cas le persan, le turc ou le sanscrit. À Paris, ils suivent les cours qui leur sont offerts mais fréquentent aussi les collections de la Bibliothèque nationale à la recherche d’un manuscrit arabe qu’ils vont traduire et commenter en latin. Cette première publication scientifique les qualifie pour occuper un poste dans une université allemande, et les chaires allemandes d’études orientales sont fréquemment occupées par d’anciens élèves de de Sacy. En fait les premiers correspondants allemands comme Johann Gottfried Eichhorn (1752-1827) ou Christian Friedrich Schnurrer n’ont jamais rencontré leur partenaire parisien, dont la première publication fut, semble-t-il, une notice sur un manuscrit syriaque dans le Repertorium für biblische und morgenländische Geschichte de Eichhorn. Mais ce sont précisément Eichhorn ou Schnurrer qui envoient à Paris la première génération des élèves allemands de de Sacy, laquelle sera bientôt suivie par une seconde. On peut citer plus d’une vingtaine de noms d’orientalistes allemands ayant dû une partie de leur formation à de Sacy : parmi eux Franz Bopp de Berlin, Heinrich Ewald de Göttingen, Freytag de Bonn, Kosegarten de Iéna, Friedrich Steudel de Tübingen, Severin Vater de Halle. La popularité du maître est telle que les membres de l’Association pour la culture et la science des Juifs, qui se constitue à Berlin à la fin de la seconde décennie du XIXe siècle et marque le point de départ du mouvement désigné comme « science du judaïsme », entrent en contact avec de Sacy, considéré comme une autorité européenne. En introduction à leur première publication, les élèves allemands de de Sacy évoquent souvent l’enseignement du maître. Ainsi G.W. Freytag dans ses Selecta ex historia Halebi (1819) rappelle que les manuscrits qu’il a utilisés ont d’abord été étudiés par le maître de de Sacy, Dom Berthereau, puis signalés par de Sacy. Hans Gottfried Ludwig Kosegarten dans ses Carminum orientalium triga (1813) procède à une description circonstanciée des cours qu’il a suivis. C’est à la médiation de Kosegarten que Goethe doit d’avoir rencontré l’œuvre de l’arabisant parisien.

4L’orientalisme est en pratique une philologie, puisqu’il s’agit de transcrire des manuscrits, d’éditer des textes, de les commenter et de les traduire. Même s’ils ont suivi quelques cours avec des interprètes, les orientalistes ne parlent pas les langues dont ils s’occupent ou ne les parlent qu’exceptionnellement. On sait par exemple que Karl Benedikt Hase qui fut professeur de grec moderne avait appris la langue auprès de janissaires rencontrés par hasard. Mais il y a des anecdotes sur les premiers sinologues incapables de servir d’interprètes avec des marins chinois. D’ailleurs la dimension philologique de la discipline en voie de constitution se reconnaît aussi au fait que la curiosité pour l’Orient ancien et celle pour l’Orient moderne sont juxtaposées. Les premiers textes arabes sur lesquels de Sacy travaille portent sur l’époque des croisades, et la curiosité pour l’Inde concerne la langue quasiment morte qu’est le sanscrit beaucoup plus que les langues de l’Inde moderne. À cet égard, l’orientalisme se distingue assez nettement de l’esprit qui présida à la création de l’École des jeunes de langues, devenue École des langues orientales où l’on apprenait à des fins pratiques les langues contemporaines.

5La philologie orientaliste a notamment des racines théologiques. C’est très évident en Allemagne où les élèves de de Sacy sont essentiellement des théologiens dont la chaire de théologie recouvre un enseignement des langues orientales. La plupart d’entre eux se plaignent au demeurant, comme Eichhorn lui-même, de ne pouvoir consacrer suffisamment de temps aux langues orientales en raison de la charge de l’enseignement de la théologie. Et Eichhorn est principalement connu pour ses travaux sur l’Ancien Testament. L’hébreu est le point de départ quasiment obligé de la formation d’un orientaliste allemand et la discipline se situe clairement dans le grand mouvement d’historisation critique de la Bible qui s’engage à partir du milieu du XVIIIe siècle. Du côté français la dimension théologique n’est pas absente, et on la sent présente au début du parcours de Silvestre de Sacy mais elle cède la place à une dimension plus abstraite, liée à cet héritage de la grammaire générale dont Volney, l’orientaliste habité par l’idée d’une simplification des langues, est sans doute un des meilleurs représentants.

6Théologie devenue philosophie, l’orientalisme marque aussi un passage de la philologie aux sciences sociales. Il y a d’abord le fait que, dès le départ, les textes littéraires sont contextualisés. L’attention des Allemands venus en France ne se porte pas prioritairement sur des manuscrits concernant la littérature orientale mais privilégie les textes historiques. De Sacy lui-même va donner l’exemple en éditant Hariri (2 vol. 1821-1822), c’est-à-dire un historien arabe, et son maître Berthereau l’a entraîné dans la collection de sources arabes sur les croisades. Même si les orientalistes ne procèdent pas à des analyses des institutions de l’Orient c’est bien de ce côté que s’oriente leur curiosité. Mais il y a aussi chez eux une dimension d’enquête, de collection de données. Lorsque Severin Vater complète le Mithridate d’Adelung, il doit s’informer sur l’ensemble des langues du monde et cette enquête rappelle celles que s’efforça de mener Volney. Silvestre de Sacy entretient des correspondances avec des voyageurs présents dans les pays arabes.

7Chez les correspondants allemands de de Sacy, les études arabes apparaissent souvent comme une passion à laquelle ils regrettent de ne pouvoir davantage s’adonner et qu’ils partagent pleinement avec leur correspondant et maître français. Bien que les deux premières décennies du XIXe siècle soient une époque de forte tension entre la France impériale et l’Allemagne des guerres de libération, les échanges franco-allemands des orientalistes échappent à ces tensions. Certes on trouve dans les lettres de Kosegarten des observations peu amènes sur la politique française, mais elles s’adressent davantage à l’orientaliste de Sacy dont on présuppose la connivence, qu’au Français de Sacy. Et lorsque la Terreur interrompt les échanges entre de Sacy et Eichhorn, ce dernier précise qu’il ne lui a pas écrit depuis longtemps de peur de le compromettre. C’est donc une véritable communauté transnationale qui s’est mise en place. Chacun écrit dans sa langue (français ou allemand) et rédige dans la langue universelle qu’est le latin les résultats de sa recherche. Les Allemands seront nombreux à participer aux débuts de la Société asiatique, bientôt dirigée par l’Allemand Jules Mohl, et aux débuts du Journal asiatique. Les orientalistes des deux nations sont donc entièrement imbriqués dans une même communauté alors que les philosophes ou même les philologues traditionnels constituent deux familles distinctes voire opposées. Cette situation s’explique en partie par le fait que l’orientalisme franco-allemand oppose à l’Europe un espace du tout autre, et que cette opposition gomme les différences à l’intérieur de la communauté européenne. L’altérité est un ciment pour ceux qui la prennent comme objet. Car l’Orient se définit avant tout par cette altérité, tellement les données qu’il regroupe sont hétérogènes. Même si le turc, le persan et l’arabe ont au moins le commun dénominateur de la culture islamique, on ne peut en dire autant du chinois ou du sanscrit qui font également partie de cet ensemble. L’orientaliste Severin Vater travaillera aussi sur les langues américaines. L’altérité linguistique est d’ailleurs liée à une altérité religieuse, à l’exception de frêles passerelles (les coptes, les chrétiens arabes) qui sont utilisées pour pénétrer les mondes étrangers du Moyen Orient. Ce passage par l’altérité apparaît comme une étape indispensable avant un universalisme qui puisera précisément dans la juxtaposition de formes linguistiques ou de formes sociales hétérogènes des modèles de compréhension générale des constellations sociales ou des langues. Chez Adelung, Severin Vater, Humboldt ou encore Volney, tous marqués à des degrés divers par la philosophie des Lumières, l’universalisme épistémologique est au demeurant déjà sous-jacent sous la curiosité pour l’autre.

  • 5 On trouve un récit autobiographique du séjour à Paris, en latin dans D. Christiani Friderici Schnur (...)

8Schnurrer, qui entre en relations avec de Sacy en 1800 grâce à la médiation de Jean Schweighäuser (1742-1830), a une longue expérience des échanges scientifiques de philologues entre la France et l’Allemagne. Ancien élève de Johann David Michaelis (1717-1791) à Göttingen puis de Johann Jacob Reiske (1716-1774) à Leipzig, il a séjourné à la Bodleian library puis à Paris où il a suivi des cours auprès d’un maronite de Haleb5 avant de devenir en 1777 directeur du Stift de Tübingen – il était donc en fonctions quand Hegel, Schelling ou Hölderlin étaient élèves – puis en 1806 chancelier de l’Université. En 1800, il se prend à regretter que les guerres de la Révolution aient interrompu une collaboration ancienne et se replonge dans ses souvenirs :

  • 6 Joseph de Guignes (1721-1800). Il fut l’homme de son temps qui possédait le mieux le chinois. On lu (...)
  • 7 Etienne Antoine Mathieu Le Grand. Interprète du roi, il a notamment traduit de l’arabe Controverse (...)
  • 8 Denis Dominique Cardonne (1720-1783). Il avait vécu 20 ans à Constantinople avant d’être nommé prof (...)

Je ne suis plus jeune et il ne me reste plus beaucoup de temps. Ah ! J’ai fréquenté la Bibliothèque royale dès 1770. Je connaissais le père de Guignes6, l’honnête Le Grand7, le valeureux Cardonne8, etc. J’espère que de Guignes vit encore. Puisse Dieu lui accorder une paisible vieillesse ! Je pense encore souvent à lui.

  • 9 Jean Baptiste d’Ansse de Villoison (1750-1805). Il accompagne Choiseul-Gouffier à Constantinople et (...)
  • 10 Jean Capperonnier (1716-1775), bibliothécaire du roi et philologue.
  • 11 François Bejot (1718-1787) professeur à la Bibliothèque du roi, il travaille à en rédiger le catalo (...)
  • 12 Jean-Jacques Caussin de Perceval (1759-1835). Professeur d’arabe au Collège de France (1783), garde (...)
  • 13 Lettre à de Sacy du 26 juin 1800.

9Qu’adviendra-t-il de ses travaux ? Il n’a sans doute pas de nouvelles de son fils en Chine. – À l’époque vous étiez encore très jeune, mon cher ami. Villoison 9 pourrait bien se rappeler encore de moi. Que tout a bien changé depuis 1770. Je ne reverrai bien sûr jamais Paris, mais je ne saurais plus m’y retrouver. Le local de la Bibliothèque est-il d’ailleurs resté le même ? Je le revois encore très bien. J’ai passé tant d’heures dans cette grande pièce. Capperonnier10 m’autorisait à venir les jours où la Bibliothèque n’était pas ouverte au public. Béjot11 me manifesta beaucoup d’amitié. Son neveu Caussin12 m’accorda plus tard sa bienveillance. Je leur suis à tous reconnaissant 13.

10L’intérêt d’un tel témoignage tient à la reconstitution d’un milieu de l’orientalisme français avant que celui-ci se constitue véritablement, mais d’un milieu déjà susceptible de recevoir des visiteurs allemands comme Schnurrer. À côté des érudits comme de Guignes ou Cardonne, et de l’interprète Le Grand, une place de choix est accordée aux conservateurs de bibliothèques. Et le milieu que décrit Schnurrer est précisément celui dans lequel Silvestre de Sacy a appris l’arabe et s’est penché sur ses premiers manuscrits. Presque dix ans plus tard cette scène originelle de l’orientalisme est reprise dans une lettre que Schnurrer adresse à de Sacy pour lui recommander son élève Steudel :

  • 14 Lettre de Schnurrer à de Sacy du 1er mai 1808.

Quand j’arrivai à Paris en 1769 et que je m’annonçai auprès de Capperonnier il me proposa aimablement de ne pas venir les jours ouverts au public où il n’y avait que de l’agitation mais les jours non publics. C’est ce que je fis et on m’accorda ma table en propre, on me donna les manuscrits que je réclamais. Le bon Béjot, aujourd’hui disparu, me confia même discrètement, sans que j’ose le demander, un manuscrit à emporter à la maison. Je ne peux pas l’oublier. Que Dieu le lui rende !14

  • 15 Lettre de Schnurrer à de Sacy du 20 septembre 1800.
  • 16 Lettre de Schnurrer à de Sacy de janvier 1801.
  • 17 Lettre de Schnurrer à de Sacy du10 sept. 1812.

11Cette expérience première met d’une part en évidence un milieu parisien antérieur d’une trentaine d’années au développement visible de l’orientalisme, d’autre part elle sert à l’évidence de paradigme à des rencontres futures, à l’instauration d’une sociabilité européenne. Dans les lettres adressées par Schnurrer à de Sacy interviennent des tiers. Une partie des échanges passent par le philologue et helléniste alsacien Jean Schweighäuser. C’est lui par exemple qui était censé transmettre à de Sacy la suite de la Bibliotheca arabica de Schnurrer15. Schnurrer se plaint à cette occasion, en vétéran de la recherche philologique, des tendances spéculatives de la critique postérieure à Michaelis mais aussi, plus concrètement, de la difficulté à se procurer en Allemagne les livres arabes dont il recense les titres. Schnurrer connaît bien Eichhorn et transmet ses salutations ; il peut, servant d’intermédiaire, informer de Sacy sur le bibliothécaire de Göttingen Christian Gottlieb Heyne, qui se sert de son titre d’Associé de l’Institut national pour parlementer avec les troupes françaises 16. Sans doute est-ce aussi par l’intermédiaire d’Eichhorn que Schnurrer peut informer de Sacy de ce que fait le professeur français de Göttingen Charles de Villers. Schnurrer soupçonne qu’il s’agit de la part de l’université d’une opération de relations publiques et que de Villers, incapable de prononcer des cours ex cathedra, sert surtout à accueillir les hôtes étrangers. Il y a aussi parmi les connaissances de Schnurrer Heinrich Eberhard Gottlob Paulus (1761-1851) dont on suit la carrière d’Anspach à Heidelberg. Sachant que Schnurrer a son fils et un élève à Paris, Ludwig Theoboul Kosegarten de Greifswald le prie de servir de médiateur auprès de de Sacy pour recommander son propre fils Johann Gottfried Ludwig Kosegarten ; c’est donc grâce à Schnurrer que ce futur orientaliste, qui fera découvrir à Goethe la poésie persane et de Sacy lui-même, trouve le chemin de Paris17. Plus de quarante ans s’écoulent entre le séjour à Paris de Schnurrer et celui de Kosegarten. Le réseau franco-allemand dont le centre est de Sacy reste vivant sur plusieurs générations.

  • 18 Lettre de Schnurrer à de Sacu du 3 mars 1812.

12L’entretien des deux hommes porte sur des personnes qu’ils connaissent tous deux mais aussi sur des publications. Schnurrrer fait partie des lecteurs du Magasin encyclopédique dont il déplore le faible tirage (500 exemplaires). Ainsi, dans le numéro d’octobre 1811, il s’est intéressé à la recension par Champollion d’un ouvrage de l’archéologue danois Georg Zoëga. Regrettant de ne pas connaître le copte, il aimerait tout de même lire l’ouvrage de Champollion sur l’Égypte sous les pharaons, souhaiterait savoir les liens exacts entre Champolion le jeune et Champollion-Figeac, voudrait savoir si Rémusat est un aussi bon sinologue qu’on le dit. Car en lisant le Magasin, Schnurrer observe à son grand étonnement l’existence d’un orientalisme non théologique : « Il est tout de même étrange que maintenant en France les érudits s’occupant de littérature asiatique ne sont pas la plupart du temps des théologiens18. » Les recensions que peut publier de Sacy sont elles-mêmes lues en Allemagne et Schnurrer se déclare par exemple curieux de la recension de la Fundgrube des Orients de Hammer-Purgstall publiée par de Sacy.

  • 19 Langlès est à l’origine de la création de l’École des langues orientales en 1795. Sous la Restaurat (...)

13Il y a entre de Sacy et ses correspondants allemands une relation de maître à disciple, ou de professeur à collègue moins privilégié et soucieux de lui envoyer des élèves. Schnurrer envoie ainsi à Paris un de ses élèves que de Sacy n’appréciera au demeurant que médiocrement, Johann Christian Friedrich Steudel. Le roi de Wurtemberg finance en partie ce voyage qui commence en 1808 et permettra à Steudel de rencontrer, outre Sacy, Karl Benedikt Hase et l’Abbé Grégoire. Schnurrer suggère tout un programme d’étude pour Steudel, définissant les maîtres à fréquenter comme Louis Mathieu Langlès (1763-1824)19 ou Antoine Léonard de Chézy (1773-1832), les lecteurs à rencontrer pour la pratique de la langue orale, les manuscrits à éditer.

  • 20 Lettre de Schnurrer à de Sacy du 1er mai 1808.

Monsieur Langlès est, à ce que je sais, conservateur des manuscrits orientaux. Il ne se dérobera pas à votre demande de soutien. Monsieur de Chézy lui non plus ne refusera pas sur votre recommandation de s’occuper de l’étudiant étranger et de l’honnête objectif qu’il poursuit : quels sont les manuscrits les plus appropriés, je ne peux le dire, pauvre que je suis. Sur ce point aussi votre bonté est mon recours. À mon avis il faudrait des manuscrits principalement historiques et des ouvrages historiques existant sous plus d’une version pour permettre les comparaisons. Mon souhait serait que Monsieur Steudel puisse à la fin donner à imprimer une édition arabe géographique ou historique comme preuve de ses capacités. Naturellement il faudrait qu’il la ramène avec lui achevée, de façon à l’éditer ici pour se légitimer. Il peut peut-être passer une année complète à Paris si les circonstances s’y prêtent. Il pourrait aussi prendre une leçon privée par exemple chez Mardochée ou chez Raphael, si ce n’est pas trop cher, pour l’arabe vulgaire. Il considérera votre grammaire, qui doit être bientôt prête, comme son bréviaire, il se procurera la chrestomathie dès son arrivée à Paris et l’étudiera à la maison. Si vous le permettez il fréquentera aussi vos cours. Il ne doit pas négliger d’apprendre aussi le persan. Je me suis chargé de le guider et sans vous je ne peux rien20.

  • 21 Lettre de Schnurrer à de Sacy du 10 février 1811.

14Au début des années 1810 Steudel s’attache à faire connaître la grammaire arabe de de Sacy en en traduisant des extraits21. Une quinzaine d’années plus tard il a pris la succession de Schnurrer à Tübingen, où il se consacre davantage à la théologie qu’à l’orientalisme et recommande à son tour à de Sacy un étudiant censé devenir un jour titulaire de la chaire d’orientalisme de Tübingen. Il s’agit de Jules Mohl qui, une fois venu en France, va s’y fixer et devenir professeur de persan au Collège de France, traducteur du Shah nameh. Comme l’avait fait jadis Schnurrer pour la formation de Steudel, Steudel définit à son tour les grandes lignes de l’enseignement dont doit bénéficier Mohl à Paris sous la direction de de Sacy :

  • 22 Lettre de Steudel à de Sacy du 5 mars 1823.

Le but que ce M. Mohl se propose est – j’espère que Vous y consentirez – un but très digne – de puiser des sources mêmes la connoissance des idées religieuses qui ont régné dans l’antiquité. Veuillez aussi pour l’étude des manuscrits arabes lui recommander les auteurs qui pourront le mieux servir à son projet. – Je pense qu’il fera le mieux de se borner pour la durée du cours présent à l’étude de l’Arabe. C’est Vous, Monsieur, qui lui donnerez vos conseils pour le plan d’après lequel il doit étudier les autres langues orientales. Il a permission de passer un an et demi dans les pays étrangers, cependant on ne fera pas de difficulté de prolonger la permission, si elle sera nécessaire. Tous les mérites que Vous voudrez bien Vous acquérir pour son instruction, – Vous les acquerrez pour toute ma patrie22.

15Le phénomène de la succession des générations fait de la rencontre franco-allemande autour de l’orientalisme une véritable institution. À noter – et l’évolution de Mohl le prouve – que le passage des orientalistes allemands par Paris correspond à une phase de laïcisation de la discipline.

  • 23 Lettre de Schnurrer à de Sacy de janvier 1801.
  • 24 Lettre de Schnurrer à de Sacy du 15 septembre 1811.
  • 25 Lettre de Schnurrer à de Sacy du 14 septembre 1815.

16Les relations très étroites qui se nouent entre collègues orientalistes français et allemands ont lieu dans un contexte singulier, celui de la Révolution et de l’Empire, qui devrait créer des clivages profonds et qui semble au contraire souder une communauté transnationale face à l’altérité plus radicale de l’Orient. La guerre et la paix sont thématisées dans les lettres de Schnurrer à de Sacy comme dans celles d’Eichhorn. On déplore le conflit, espère la paix, mais on observe aussi et surtout que les finances des universités risquent de ne plus permettre les publications érudites d’antan 23. Entendant dire de Cuvier qui lui rend visite en 1811 que la croix de la légion d’honneur donne lieu à des distributions de terres qui peuvent se situer à l’étranger, Schnurrer en vient à souhaiter que de Sacy puisse se voir doter d’un domaine en Allemagne, ce qui permettrait à Schnurrer de le rencontrer enfin24. Ne vient-il pas au demeurant d’entendre que Eichhorn a été nommé membre correspondant de l’Institut ? Au milieu des tensions politiques les échanges sont intenses. En 1815 encore Schnurrer observe que le volcan politique ne s’est pas éteint : il déplore que les troupes coalisées contre Napoléon souhaitent s’emparer de l’Alsace et de la Lorraine mais surtout il se réjouit de la nomination de son correspondant au poste de recteur : « Quand j’ai appris que vous étiez recteur de l’université de Paris j’en ai éprouvé une joie extraordinaire ; je pensais que ce poste était pour vous précisément le plus recherché, le plus honorable. J’espère bien que mon idée va se révéler juste. N’aurez-vous pas un logement de fonction, par exemple la Sorbonne25 ? »

17Il faut dire qu’une référence à la vie politique allemande s’observe également dans la correspondance. C’est ainsi que Schnurrer a en 1817 une fin de carrière difficile. À 75 ans, il avait tenu en décembre 1816 devant l’université de Tübingen le discours à l’occasion des funérailles du roi. Mais ayant voté quelques jours plus tard contre le projet de constitution du nouveau souverain, il est immédiatement écarté de l’université. Schnurrer, dont la rémunération est néanmoins maintenue, se retire à Stuttgart pour y passer sa retraite. Ce destin qui n’a à vrai dire rien de tragique met en évidence la dépendance des professeurs par rapport aux autorités politiques. La part des considérations sur le cadre moral et matériel dans lequel peut s’exprimer la recherche n’a rien de secondaire, tout au contraire, dans l’ensemble des correspondances.

  • 26 E. Winter et E. Eichler, Johann Severin Vater — Ein Wegbereiter der deutsch-slawischen Wechselseiti (...)
  • 27 Lettre de Severin Vater à de Sacy du 22 avril 1804.

18Schnurrer, l’un des correspondants les plus fidèles de de Sacy, est ce qu’on pourrait appeler un orientaliste selon le modèle qui prévaut en Allemagne vers 1800, c’est-à-dire un philologue théologien élargissant son champ d’investigation au monde arabe. À l’intérêt que portent ces orientalistes à des textes plus spécifiquement historiques, on voit que l’orientalisme débouche progressivement vers une recherche sur les cultures autres. Même si l’on a recours à quelques personnes qui, à Paris, connaissent l’arabe parlé, il est clair que l’on s’intéresse avant tout aux textes. Quasiment aucun des correspondants de de Sacy n’envisage de voyager dans le monde arabe. Certains correspondants allemands opèrent toutefois un sensible élargissement de l’horizon orientaliste. Parmi eux Severin Vater26. Vater est lui aussi au départ un théologien qui semble s’être tourné vers l’Orient ancien et sa première lettre de 1803 porte sur les caractères cunéiformes. Très tôt Severin Vater a publié du de Sacy en allemand, en particulier sa Allgemeine Sprachlehre (1804). Il se réjouit de lui envoyer ce travail et de lui parler de la première partie d’un commentaire sur le Pentateuque (1802-1803). Car Severin Vater, alors à Halle, est aussi un théologien. Mais surtout, il amorce dès cette époque un virage vers l’étude des langues lointaines dans leur pluralité : « Désormais je veux m’occu-per de l’étude grammaticale de nombreuses langues : j’espère pouvoir le faire en profitant de vos aimables conseils du point de vue des sources. Plusieurs de vos remarques sur le biscayen m’ont rendu très attentif à cette ancienne langue 27. » Severin Vater, parti de Halle, va enseigner un moment à Königsberg avant de revenir finalement à Halle. Une de ses premières explorations de linguiste concerne les langues slaves. Il publie une grammaire du polonais (1807, traduite en français) et une grammaire du russe (1808), s’intéresse au lithuanien et au slavon d’Église.

19Dès 1804 il explique à de Sacy qu’il se considère comme investi de la tâche de poursuivre, à partir notamment des papiers inédits mais en élargissant le champ de recherche, le Mithridate (1806) de Adelung, cette collection du plus grand nombre possible de langues connues à partir des versions du Notre père. Il apparaît à travers la correspondance que de Sacy a pu contribuer à la mise en place de ce monument de la linguistique comparative. Severin Vater a fait de de Sacy un informateur pour le domaine français :

  • 28 Lettre de Severin Vater à de Sacy du 1er juillet 1807.

Vous m’obligeriez de nouveau beaucoup par votre aimable conseil sur votre esquisse d’histoire des langues latines, et pardonnez mon audace si je vous demande quelques références d’échantillons des anciens et nouveaux dialectes français, ou les échantillons eux-mêmes. Seuls les poètes provençaux et le dictionnaire de la langue Tolosane du Recueil des poètes Gascons Amst. 1800 sont ici à ma disposition. Mais je suis convaincu qu’une synopsis de l’histoire de la langue sans connaissance des divers dialectes n’est pas possible 28.

  • 29 Lettre de Severin Vater à de Sacy du 22 décembre 1808.
  • 30 Voir par exemple la lettre de Severin Vater à de Sacy du 12 juin 1811.

20Les langues sont pour Severin Vater quelque chose de vivant puisqu’il cherche à aller au-delà des typologies abstraites pour envisager les particularités locales. Il s’opère une sorte d’universalisation anthropologique de la curiosité orientaliste pour les langues. La perspective de Séverin Vater, qui édite avec F. J. Bertuch un Allgemeines Archiv für Ethnographie und Linguistik (1808), est plus large que celle de Schnurrer et elle reprend, mais dans un sens nouveau, l’encyclopédisme des Lumières. Alors que la recherche traditionnelle des orientalistes porte sur des corpus écrits, Vater, lui, a déjà besoin d’enquêtes de terrain, de collecte d’informations auxquelles il ne peut parvenir lui-même et pour lesquelles il a recours à des relais. De Sacy est l’un d’entre eux. Vater lui parle d’autres relais français comme par exemple le bibliothécaire Langlès auprès duquel Vater s’est procuré des lexiques, grammaires et textes en langues africaines et américaines qu’il compte utiliser dans le tome III du Mithridate29. À propos des langues américaines dont l’étude débouche aussi sur une approche ethnographique comme dans les Untersuchungen über Amerikas Bevölkerung (1810) une des inquiétudes récurrentes de Vater concerne l’opinion que pourra exprimer à son endroit Alexandre de Humboldt qui a, lui, la supériorité d’une connaissance de terrain30. On voit que les relations entre les deux hommes sont pour le moins tendues. L’exigence de connaissance du terrain fait visiblement son entrée dans la perspective de Severin Vater.

  • 31 Lettre de Severin Vater à de Sacy du 22 décembre 1808.
  • 32 Lettre de Severin Vater à de Sacy du 2 octobre 1816. On trouve un récit de l’enseignement orientali (...)

21En dépit de la perspective universaliste du linguiste, deux domaines ressortissant à l’orientalisme sont plus particulièrement abordés dans la correspondance avec de Sacy. D’abord il y a les études arabes. Vater adresse à de Sacy les écrits en arabe publiés par la mission piétiste de Halle 31. Il remercie quelques années plus tard de Sacy de l’avoir mis en relation avec un de ses élèves, l’arabisant Georg Wilhelm Freytag (1788-1861), qui occupera la chaire de Bonn à partir de 1819 et sera à son tour, grâce notamment à son dictionnaire, un des maîtres des études arabes en Allemagne. Les deux hommes se sont rencontrés et Freytag, rapporte Vater, a décrit par le menu au coauteur du Mithridate le mode d’enseignement adopté par de Sacy. Vater admire que de Sacy ait formé une génération de savants orientalistes allemands. « Cela me réjouit immensément que vous vous soyez occupé du Dr. Freytag. Il en parle avec émotion, et il espère dans la mesure de ses forces se rendre digne de votre soutien32. » Dans la même lettre, Vater s’excuse presque d’avoir rédigé sur le modèle de sa propre grammaire hébraïque mais en s’inspirant de la grammaire arabe de de Sacy, sa propre grammaire arabe. Envoyant cet ouvrage sur la langue arabe à de Sacy en janvier 1817, il se reconnaît comme seul mérite d’avoir été un lecteur particulièrement attentif du modèle français. Au-delà des politesses de circonstance, on trouverait difficilement – si l’on compare avec la philosophie ou l’histoire par exemple – des espaces disciplinaires où, à la même époque, l’osmose franco-allemande soit aussi prononcée.

  • 33 Lettre de Severin Vater à de Sacy du 5 mars 1808.

22Un autre domaine de prédilection des recherches de Vater est l’Inde et l’Extrême Orient. Il en est donc souvent question dans la correspondance. En mars 1808, Vater annonce à de Sacy son intention d’apprendre le sanscrit. Son attention sur l’intérêt de la langue pour les linguistes a notamment été attirée par la lecture du volume VIII de la revue Asiatic researches33. Cette même année, Vater utilise la médiation de de Sacy pour entrer en relation avec de Chézy. Il cherche tout particulièrement à se procurer une édition des fables de Pilpaï ; à vrai dire l’enthousiasme pour le sanscrit s’arrête tout de même, chez cet homme des Lumières que reste Vater, devant l’utilisation qu’en fait la philosophie romantique. Il suppose sur ce point une connivence chez de Sacy :

  • 34 Lettre de Severin Vater à de Sacy du 22 décembre 1808.

Je le sais de Monsieur Schlegel dont le livre Langue et sagesse des Indiens ne peut me satisfaire dans la mesure où cette sagesse ressemble à la philosophie fantasque de notre temps et où la division des peuples et des langues selon que leurs flexions sont des terminaisons arbitraires ou des suffixes dotés d’un sens propre est partielle et arbitraire — je sais donc de lui qu’il a vu il y deux ans à Paris malgré la guerre les fables de Pilpai imprimées en version originale à Calcutta. Si grâce à la reprise des relations entre Paris et Londres il existait une possibilité de se procurer cette œuvre originale et le huitième, peut-être aussi le neuvième volume des Asiatical researches de Londres pour la bibliothèque de notre université, dont je suis le conservateur en chef, je vous prie très instamment de soutenir ainsi mon travail, et je vous assure du paiement immédiat du prix naturellement considérable de l’ouvrage sur la caisse de la bibliothèque. Monsieur de Chézy a certainement ces fables depuis longtemps entre les mains : ne connaîtrait-il pas et ne pourrait-il nous procurer encore un exemplaire accessible ?34

  • 35 Lettre de Severin Vater à de Sacy du 1er juillet 1807.
  • 36 Lettre de Severin Vater à de Sacy de 1816 s.d.
  • 37 Ce sinologue italien formé à Londres puis à Berlin a notamment publié Remarques philologiques sur l (...)

23Durant la première décennie du siècle, la curiosité pour le sanscrit implique de développer des liens avec Paris, capitale d’un orientalisme dont de Chézy est la personnalité de référence. Il y a même une certaine protection jalouse des contacts établis. C’est ainsi que Vater se tourne vers de Sacy pour se mettre en relation avec des élèves directs de Hamilton, cet ancien de Calcutta installé à Paris au début de l’empire, parce que Schlegel auquel il s’était d’abord adressé a refusé la médiation 35. Au-delà de l’Inde, il y a la Chine 36, et on est à peine surpris de voir Vater écrire à de Sacy, en le remerciant pour l’envoi d’un dictionnaire chinois, qu’il fait apprendre le chinois à ses enfants. Lui-même a toutefois des doutes sur l’intérêt linguistique du chinois dont la profondeur historique lui paraît dissimulée par la sémiotique des caractères. Il se réfère à Antoine Montucci (1762-1829)37pour remettre en cause l’intérêt de la toponymie chinoise. Tout au plus la langue l’intéresse-t-elle pour les annales historiques. Au-delà de la Chine, il y a encore la Corée et c’est une nouvelle fois de Sacy qui est sollicité pour obtenir du conservateur des manuscrits, Langlès, que l’on recopie une grammaire manuscrite de la langue coréenne présente à Paris. Dans les relations entre Vater et de Sacy, la curiosité pour l’extrême Orient apparaît clairement comme une extension de l’orientalisme arabisant. Il y a toutefois une contradiction entre l’universalisme qui préside à la rédaction du Mithridate, et les enquêtes de terrain que cette extension suppose, des enquêtes qui conduisent à l’histoire des peuples singuliers à travers leurs langues.

24Abordée à travers deux exemples ponctuels, la correspondance allemande de de Sacy, qui doit servir de point de départ à une vaste enquête sur l’orientalisme franco-allemand, sert à mettre en évidence non seulement des réseaux à la fois denses et spectaculairement stables si l’on tient compte d’un contexte de guerres européennes et de naissance des nationalismes. Elle met aussi en évidence des glissements épistémologiques de la théologie à l’étude des historiens arabes, de la langue arabe à l’étude des aires culturelles extrême-orientales, de la philologie à la linguistique. Il est devenu trivial d’observer que l’orientalisme est aussi une affaire européenne, un révélateur de fantasmes culturels ou religieux, de représentations de la langue propres aux orientalismes eux-mêmes. Face à l’altérité orientale, l’Europe franco-allemande apparaît finalement comme un lieu d’observation quasiment homogène où les différences nationales s’estompent. On peut aussi délimiter un espace où chacun s’exprime dans sa langue, comprend celle de l’autre et utilise pour publier un vecteur universel passé de mode dans les autres secteurs scientifiques, le latin. Si l’orientalisme est une sorte de miroir de l’espace franco-allemand, il n’en est pas pour autant infécond ou illégitime. Il suffit de penser au Divan de Goethe, inspiré au demeurant par les travaux de de Sacy, pour voir que l’orientalisme fait circuler en Europe des sources de créativité nouvelle et suscite un métissage intellectuel au second degré, une hybridation où les oppositions franco-allemandes sont strictement réduites entre Paris et Tübingen ou Königsberg.

Haut de page

Notes

1 Pascale Rabault-Feuerhahn, « Réseaux internationaux de l’orientalisme naissant. Le Magasin encyclopédique comme relais du savoir sur l’orient », in : Geneviève Espagne et Bénédicte Savoy (éds.) Aubin-Louis Millin et l’Allemagne, Hildesheim, Olms, 2005, p. 161-189.

2 Institut de France, Manuscrits, cote 2375 à 2377.

3 Voir notamment Henri Deherain, Silvestre de Sacy, ses contemporains et ses disciples, Paris, Librairie orientaliste Geuthner 1938, et plus anciennement M. Reinaud, Notice historique et littéraire sur M. le Baron Silvestre de Sacy, Paris, Dondey-Dupré, 1838, et Hartwig Derenbourg, Silvestre de Sacy, Paris, Ernest Leroux, 1895. Sur la dimension franco-allemande de l’orientalisme et sur les échanges de de Sacy avec ses correspondants allemands Eichhorn et Kosegarten, voir aussi Michel Espagne, « Un Orient franco-allemand : les correspondants de Silvestre de Sacy », in : La volonté de comprendre. Hommage à Roland Krebs, études réunies par Maurice Godé et Michel Grunewald, Paris, Peter Lang 2004, p. 459-475.

4 Pour un aperçu général sur l’orientalisme français au XIXe siècle et sur l’orientalisme allemand durant la même période voir Daniel Reig, Homo orientaliste. La langue arabe en France depuis le XIXe siècle, Paris, Maisonneuve & Larose, 1988 et Sabine Mangold, Eine « weltbürgerliche Wissenschaft » – Die deutsche Orientalistik im 19. Jahrhundert, Wiesbaden, Franz Steiner, 2004.

5 On trouve un récit autobiographique du séjour à Paris, en latin dans D. Christiani Friderici Schnurrer, Orationum Academicarum Delectus posthumus, Tubingae apud Osiandrum, 1828, p. 16.

6 Joseph de Guignes (1721-1800). Il fut l’homme de son temps qui possédait le mieux le chinois. On lui doit une Histoire générale des Huns, Turcs, Mogols et autres tartares occidentaux (1756-1759, 5 volumes) et un Mémoire dans lequel on prouve que les Chinois sont une colonie égyptienne (1759-1760).

7 Etienne Antoine Mathieu Le Grand. Interprète du roi, il a notamment traduit de l’arabe Controverse sur la religion chrétienne et celle des Mahométans.

8 Denis Dominique Cardonne (1720-1783). Il avait vécu 20 ans à Constantinople avant d’être nommé professeur de turc et persan au Collège royal puis interprète du roi : Histoire de l’Afrique et de l’Espagne sous la domination des Arabes (1763) ; Mélanges de littérature orientale (1770).

9 Jean Baptiste d’Ansse de Villoison (1750-1805). Il accompagne Choiseul-Gouffier à Constantinople et fouille les bibliothèques de Smyrne et de l’Athos. A la fin de sa vie il se fixe à Orléans. Son œuvre principale est Homeri Ilias ad veteris codicis Veneti fidem recensita. Sur Villoison, voir notamment Etienne Famerie (éd.), Jean-Baptiste-Gaspard d’Ansse de Villoison, De l’Hellade à la Grèce. Voyage en Grèce et au Levant (1784-1786), Wiesbaden, Olms, 2006.

10 Jean Capperonnier (1716-1775), bibliothécaire du roi et philologue.

11 François Bejot (1718-1787) professeur à la Bibliothèque du roi, il travaille à en rédiger le catalogue.

12 Jean-Jacques Caussin de Perceval (1759-1835). Professeur d’arabe au Collège de France (1783), garde des manuscrits orientaux en 1787, il a traduit l’Histoire de la Sicile sous les musulmans de Howairi 1802, Les cinquantes séances de Hariri (1818) etc.

13 Lettre à de Sacy du 26 juin 1800.

14 Lettre de Schnurrer à de Sacy du 1er mai 1808.

15 Lettre de Schnurrer à de Sacy du 20 septembre 1800.

16 Lettre de Schnurrer à de Sacy de janvier 1801.

17 Lettre de Schnurrer à de Sacy du10 sept. 1812.

18 Lettre de Schnurrer à de Sacu du 3 mars 1812.

19 Langlès est à l’origine de la création de l’École des langues orientales en 1795. Sous la Restauration, il fut accusé par le sinologue Klaproth de tout ignorer du Mandchou auquel est consacrée une partie de ses publications.

20 Lettre de Schnurrer à de Sacy du 1er mai 1808.

21 Lettre de Schnurrer à de Sacy du 10 février 1811.

22 Lettre de Steudel à de Sacy du 5 mars 1823.

23 Lettre de Schnurrer à de Sacy de janvier 1801.

24 Lettre de Schnurrer à de Sacy du 15 septembre 1811.

25 Lettre de Schnurrer à de Sacy du 14 septembre 1815.

26 E. Winter et E. Eichler, Johann Severin Vater — Ein Wegbereiter der deutsch-slawischen Wechselseitigkeit, Berlin, Akademie-Verlag, 1984.

27 Lettre de Severin Vater à de Sacy du 22 avril 1804.

28 Lettre de Severin Vater à de Sacy du 1er juillet 1807.

29 Lettre de Severin Vater à de Sacy du 22 décembre 1808.

30 Voir par exemple la lettre de Severin Vater à de Sacy du 12 juin 1811.

31 Lettre de Severin Vater à de Sacy du 22 décembre 1808.

32 Lettre de Severin Vater à de Sacy du 2 octobre 1816. On trouve un récit de l’enseignement orientaliste suivi à Paris par Freytag dans son ouvrage Selecta ex historia Halebi, Lutetiae parisiorum e typographia regia, 1819, p. IV.

33 Lettre de Severin Vater à de Sacy du 5 mars 1808.

34 Lettre de Severin Vater à de Sacy du 22 décembre 1808.

35 Lettre de Severin Vater à de Sacy du 1er juillet 1807.

36 Lettre de Severin Vater à de Sacy de 1816 s.d.

37 Ce sinologue italien formé à Londres puis à Berlin a notamment publié Remarques philologiques sur les voyages en Chine de M. de Guignes fils (Berlin 1809).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Espagne, « Silvestre de Sacy et les orientalistes allemands », Revue germanique internationale [En ligne], 7 | 2008, mis en ligne le 15 mai 2011, consulté le 26 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/398

Haut de page

Auteur

Michel Espagne

Directeur de recherche au CNRS, Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page