Navigation – Plan du site

Les contacts entre orientalistes français et allemands dans les années 1820 et 1830, d’après la correspondance de Heinrich Leberecht Fleischer (1801-1888)

Holger Preißler
Traduction de Marie-Ange Maillet
p. 93-108

Résumés

La correspondance de Heinrich Leberecht Fleischer, dans laquelle ses propres lettres à son père et à ses amis se détachent par la vivacité des récits, les tableaux éloquents de la situation des études orientales et l’observation attentive des principaux évènements de l’époque, permet de suivre le parcours d’un jeune orientaliste originaire de Saxe qui fut à Paris l’élève de Silvestre de Sacy avant de devenir un arabisant reconnu au niveau international. Les quatre années qu’il passa en France (1824-1828) sont documentées par plus de cent lettres de sa main, complétées par des lettres qui lui furent adressées. C’est à l’aide de l’ensemble de ces documents que cet article trace un tableau des contacts étroits entre orientalistes français et allemands dans les années 1820 et 1830.

Haut de page

Notes de la rédaction

(Traduit de l’allemand par Marie-Ange Maillet)

Texte intégral

  • 1 Concernant de Sacy, voir H. Deherain, Sylvestre de Sacy (1758-1838), ses contemporains et ses disci (...)
  • 2 Lettre du 12 décembre 1825 de Fleischer à son père (Bibliothèque universitaire de Leipzig : UBL).

1Le 2 décembre 1825, Heinrich Leberecht Fleischer rendait visite à Paris au Baron Silvestre de Sacy1. Douze jours plus tard il écrivait dans une lettre : « Le 2 du mois en cours, je rendis une première visite à notre vieux monsieur arabe et maître, le Baron Sylvestre [sic] de Sacy, et je me présentai à lui comme l’un de ses futurs élèves. Avec cet homme d’honneur, dont l’œil trahit la probité et l’humanité, il n’est besoin d’aucune recommandation, mais par le biais du professeur Hase, il savait déjà bien des choses avantageuses à mon propos. Jeudi et samedi dernier ont eu lieu chez lui les premiers cours de l’hiver, et à cette occasion, je me suis montré à lui comme l’un des meilleurs, peut-être comme le meilleur de ses actuels auditeurs. À l’exception de plusieurs Français sans importance, deux autres Allemands en font également partie, dont l’un, M. Wetzer de Bamberg, est lui aussi encore assez faible, mais dont l’autre, M. Kunkel de Bavière, possède déjà des connaissances plus solides. Pendant ce semestre d’hiver, je compte n’assister à rien d’autre, mais continuer à me perfectionner comme il le faut en persan, dans le calme, et ensuite me montrer aux prochaines Pâques devant nos anciens aussi forts dans ce domaine que je l’étais jusqu’à présent en arabe. Je vais également me mettre au turc maintenant...2 »

  • 3 Lettre du 12. 01. 1825 de Fleischer à son père (UBL).
  • 4 Concernant Kosegarten, voir Nebes, Orientalistik im Aufbruch. Die Wissenschaft vom Vorderen Orient (...)
  • 5 Ibid., p. 156.

2Pour ce jeune homme de vingt-quatre ans, que son hôte parisien appelait d’ailleurs Flége, l’entretien avec de Sacy fut décisif pour sa vie future. Âgé de soixante-sept ans, « le patriarche et le prince des orientalistes locaux »3, était à l’époque au sommet de sa gloire. De son côté, il est probable qu’il voyait de nouveau arriver là l’un de ces jeunes Allemands avides de savoir. Nombreux étaient ceux qui avaient déjà étudié avec lui, et certains occupaient, depuis, des positions reconnues à l’université : l’ancien conseiller de légation prussien Maximilian Habicht (1775-1839) qui enseignait à Breslau et venait d’éditer le texte arabe des Mille et une nuits, Wilhelm Freytag (1788-1861) de Lunebourg qui était professeur à Bonn depuis 1819 et devait publier, de 1830 à 1837, un important dictionnaire arabe-latin, Franz Bopp (1791-1867) de Mayence qui occupait depuis 1825 à Berlin la chaire de littérature orientale et de linguistique générale, et Johann Gottfried Ludwig Kosegarten (1792-1860) de l’île de Rügen, le fils du poète du même nom, qui fut d’abord professeur à Iéna à partir de 1817 puis à Greifswald à partir de 1824 et qui conseilla Goethe sur les questions orientales4. Les deux derniers cités avaient d’ailleurs étudié ensemble l’arabe et le persan avec de Sacy vers 1812. « Aucun pays n’envoya davantage d’élèves à de Sacy que l’Allemagne », soulignait J. Fück dans son beau portait de de Sacy5.

  • 6 Concernant Hase, voir ADB 10, p. 752-727 ; Augsburger Allgemeine Zeitung, 1864, Nr. 96, 97. Voir ég (...)
  • 7 [C. D. Haßler,] Briefe über den Fortgang der Asiatischen Studien in Paris, von einem der orientalis (...)
  • 8 Voir G. Wiemers et E. Fischer, Sächsische Akademie der Wissenschaften zu Leipzig : Die Mitglieder v (...)

3Or voilà qu’arrivait un jeune Saxon dont avait déjà parlé le collègue helléniste Karl Benedikt von Hase (1780-1864)6 et qui eut bien vite la réputation d’être « le plus fort parmi les auditeurs de M. de Sacy..., celui que l’on voit travailler quotidiennement avec un zèle exceptionnel dans la salle des manuscrits de la Bibliothèque royale7 ». De Paris, la métropole mondiale, Fleischer rapporta bien des choses dans sa province saxonne qui était alors en plein essor. Après sa nomination à la chaire de professeur de langues orientales de Leipzig en 1835, il acquit, dans les pays allemands tout comme au niveau international, un haut prestige en tant qu’arabisant. Pendant sa longue vie universitaire, il fonda, dans la continuité de ses recherches et de ses expériences parisiennes, une école reconnue d’étude philologique stricte des textes arabes et contribua, par ses dons d’organisateur scientifique, à la fondation de la Société orientale allemande (Deutsche Morgenländische Gesellschaft) ainsi qu’à celle de la Société royale des Sciences de Saxe, l’actuelle Académie des Sciences de Saxe8.

4La biographie de Fleischer se laisse résumer rapidement. Né en 1801 à Schandau sur l’Elbe, il fréquenta de 1814 à 1818 le célèbre lycée de Bautzen et entra en 1819 à l’Université de Leipzig pour y étudier la théologie et les langues orientales. Il séjourna en France de 1824 à 1828, vécut ensuite à son retour pendant quelques années de travaux qu’on lui donnait, jusqu’à ce qu’en 1831 il devienne enseignant à l’École de la Croix de Dresde. En 1835, il fut nommé professeur de langues orientales à l’Université de Saxe. Il exerça cette fonction à Leipzig jusqu’à sa mort en 1888.

  • 9 Voir Holger Preißler, Deutsche Orientalisten und die Öffentlichkeit um die Mitte des 19. Jahrhunder (...)

5À l’époque, tout comme aujourd’hui, le cercle des orientalistes était réduit, surtout lorsqu’on le compare à celui des théologiens ou des philologues classiques. Dans les universités allemandes, les orientalistes occupaient une place plutôt marginale au sein des facultés de théologie ou de philosophie et avaient peu d’étudiants. Mais ils entretenaient des contacts internationaux intensifs et pouvaient acquérir une certaine importance sur la scène publique dès lors que des intérêts pratiques, commerciaux et politiques l’exigeaient9.

6Fleischer n’a pas publié beaucoup de livres. Il n’a pas laissé d’œuvres majeures telles qu’une grammaire, un dictionnaire ou des ouvrages du même type, ou bien encore de nouveaux concepts ou des méthodes pilotes. Mais il a beaucoup écrit, et ce avec plaisir, et a beaucoup aidé les autres. Quelque mille lettres de sa plume, rédigées dans une écriture aisément déchiffrable, dans la mesure où il s’agit le plus souvent de ses propres brouillons recopiés, sont conservées dans diverses archives, même si, jusqu’à aujourd’hui, elles ne sont connues qu’imparfaitement. Fleischer n’a pas beaucoup voyagé, il n’a jamais été en Orient et n’a séjourné qu’une seule fois en France, pendant quatre ans. Mais il entretenait des contacts épistolaires de Saint-Pétersbourg à Paris, de Londres à Damas, et accueillait volontiers dans sa maison de Leipzig des hôtes venus du monde entier.

  • 10 Le répertoire manuscrit de ce fonds comporte 23 pages et contient entre autres une liste de ses cor (...)
  • 11 Sa correspondance avec Haßler est la seule à avoir été publiée, in : C. Seybold (éd.), Fleischer’s (...)
  • 12 Sur ce dernier, voir NDB 5, p. 260 sq. ; G. Dugat, Histoire des orientalistes de l’Europe du XIIe a (...)

7La bibliothèque universitaire de Leipzig possède, grâce aux legs de ses descendants, son fonds privé10. On y trouve un important journal qui constitue un document intéressant non pas seulement pour l’histoire de la discipline mais aussi plus largement pour l’histoire culturelle allemande. Ce journal débute en 1812 et embrasse son enfance à Schandau et l’époque où il était lycéen à Bautzen. Parmi ses lettres, les plus parlantes sont celles écrites à son père, le secrétaire au bureau des contributions Johann Gottfried Fleischer (1770-1860), mais aussi celles adressées à ses amis étudiants tels Heinrich Hassler (1803-1873)11 et Gustav Flügel (1802-1870)12. Dans ces correspondances, Fleischer apparaît comme un observateur attentif, plein d’humour, accommodant et plein d’assurance, possédant manifestement le don de nouer rapidement des contacts personnels et de les entretenir. Ces lettres privées sont le témoignage éloquent de la vie d’un jeune homme aux intérêts variés et, plus tard, d’un savant reconnu qui vécut quasiment l’intégralité du XIXe siècle en suivant attentivement les événements. Les quatre années françaises sont documentées par plus de cent lettres de Fleischer, complétées par des lettres qui lui furent adressées.

  • 13 Le répertoire manuscrit de ce fonds, Alfabetisk Fortegnelse over Prof. H. L. Fleischers Korresponde (...)
  • 14 Cela apparaît surtout clairement dans sa vaste correspondance avec son ami Emil Rödiger (1801-1874) (...)

8Dans les années 1920, la Bibliothèque royale de Copenhague a acquis des héritiers de Fleischer sa vaste correspondance non privée, en tout environ 8 000 lettres adressées à Fleischer et des centaines de brouillons de sa main, qu’elle conserve sous la côte Ny kgl. Saml. 4o 296913. Ces lettres sont elles aussi fréquemment rédigées dans un ton très personnel. Les thèmes qui y sont évoqués dépassent souvent le cadre assez restreint de l’université, révèlent d’autres intérêts et permettent également d’expliciter de manière variée comment se construisaient les relations personnelles et universitaires pendant ces décennies. De par leur exhaustivité, elles donnent parfois presque l’impression de comptes rendus de conversations ininterrompues14. D’autres documents sont conservés au Staats- und Hauptarchiv de Saxe à Dresde, aux archives de la Société orientale allemande et dans d’autres fonds de savants en Allemagne et dans d’autres pays. C’est à l’aide de l’ensemble de ces documents que nous allons essayer de tracer un tableau des contacts entre orientalistes français et allemands dans les années 1820 et 1830.

Pourquoi Paris ?

9Demandons-nous tout d’abord ce qui mena Fleischer en France ? Fleischer venait d’un milieu très simple et était l’unique enfant de ses parents. Son père était issu d’une famille de petits paysans qui vivaient dans la région assez pauvre des Monts métallifères et était secrétaire dans l’administration fiscale à la frontière avec la Bohème. Fleischer lui-même parvint à intégrer l’Université de Leipzig avec un certificat d’indigence et vécut de manière extrêmement modeste jusqu’à ce qu’il finisse par obtenir son poste de professeur et puisse, au fur et à mesure que croissait sa réputation, améliorer également ses revenus. Comme nombre de ses semblables, il étudia la théologie protestante, mais pas tant dans l’espoir d’obtenir une place de pasteur, car celles-ci étaient rares à l’époque en comparaison du nombre d’étudiants. Lui-même ne semble pas avoir cherché à en obtenir une. Aussi la voie qu’il suivait ne pouvait-elle en fait le conduire après ses études qu’à une place de précepteur, place qui lui fut d’ailleurs proposée en 1823 par l’entremise de l’influent prédicateur à la Cour de Dresde, Christoph Friedrich Ammon (1766-1850), à Schmiedeberg près de Wittenberg.

  • 15 C. Bernard devrait avoir été pratiquement du même âge que Fleischer. En 1827, il possédait, d’après (...)
  • 16 Ses souvenirs sont également disponibles en traduction allemande, in : Armand L. Caulain-court, Mit (...)
  • 17 Sur ce thème, voir également M. Espagne, entre autres, Le Maître de langues : les premiers enseigna (...)
  • 18 Les Séances de Hariri, publiées en arabe avec un commentaire arabe choisi, Paris, 1822.
  • 19 Voir Holger Preißler, Beziehungen Heinrich Leberecht Fleischers (1801-1888) zu Hallenser Orientalis (...)
  • 20 Voir par ex. la lettre du 27.3.1806 (Paris) de Hager à Rosenmüller (UBL).

10Dans cette situation difficile, ses contacts faciles vinrent en aide à Fleischer, au départ tout particulièrement par l’intermédiaire du jeune commerçant français Charles Bernard qui vivait à Leipzig15. Une fois que Fleischer eut passé son examen de théologie à Dresde et son épreuve de prêche à l’église Sainte-Sophie, son ami Bernard lui raconta que l’ancien grand-maître d’écurie et confident de Napoléon, Armand Augustin Louis Marquis de Caulaincourt Duc de Vicence (1772-1827)16, recherchait un précepteur allemand protestant pour ses deux fils aînés17. Or Fleischer connaissait les ouvrages des orientalistes parisiens et avait été surpris, lors d’une visite faite au théologien et orientaliste Wilhelm Gesenius (1786-1842) en 1822 dans la ville prussienne de Halle, de ce que le gouvernement prussien ait si généreusement acquis pour les orientalistes locaux l’édition du Harîrî18 de de Sacy qui venait de paraître19. De manière inespérée, une chance de venir en France et de faire des études orientalistes auprès de Silvestre de Sacy et de ses collègues s’offrait ainsi à Fleischer. Le professeur de Fleischer, l’orientaliste Ernst Friedrich Karl Rosenmüller (1768-1835), qui suivait naturellement ce qui paraissait dans la capitale française et entretenait des correspondances régulières à ce sujet20, recommanda Fleischer au philologue helléniste Karl Benedikt Hase (1780-1864) qui enseignait à Paris.

11Les préparatifs du voyage et les années parisiennes sont, surtout pour les commencements, documentés d’une manière extraordinairement précise et sans doute unique, par des lettres et des notes de voyage. Le jour de Pâques, le 18 avril 1824, Fleischer se mit en route, il passa par Francfort et arriva à Paris le 27. Karl Benedikt Hase, qu’un hasard favorable avait lui-même conduit dans le monde des sciences françaises, guida Fleischer dans ses premières visites. Les premiers jours, il lui montra la Bibliothèque royale. Le 29 avril il le conduisit à une réunion de la Société asiatique, où Fleischer écouta des conférences du sinologue Abel Rému-sat (1788-1832) et de l’arabisant Silvestre de Sacy. Ce n’est qu’ensuite que Fleischer entra dans la maison ducale et fit la connaissance de la famille. Son service à Paris et dans les châteaux en province avait bien des côtés agréables lorsqu’il s’agissait de faire connaissance avec les nombreux hôtes de la famille, comme avec le voyageur Jean Baptiste de Lesseps (1766-1834), mais il lui devint de plus en plus pénible en raison de son opposition aux méthodes d’éducation fluctuantes de la Duchesse. En octobre 1824, il abandonna son service de précepteur en accord avec le Duc et introduisit auprès de ce dernier son successeur, un théologien originaire de Chemnitz quelque peu maladroit du nom de Schluttig.

  • 21 Seybold, Fleischer’s Briefe, p. 25.
  • 22 Voir la lettre du 29.3.1826 de Fleischer à G. Flügel (UBL) : « Je donne 5 heures par semaine, deux (...)
  • 23 Lettre du 17.11.1827 de Fleischer à un inconnu (UBL) : « Je travaille à présent pour le Pacha d’Égy (...)
  • 24 F. Champollion séjourna ensuite de 1828 à 1830 en Égypte avec son expédition. Fleischer suivit les (...)
  • 25 Lettre de Flügel à Fleischer du 11.4.1830 (UBL) : « De Paris, Vincent part comme interprète rejoind (...)
  • 26 Lettre du 19.11.1827 de Fleischer à son père (UBL).
  • 27 Dans le fonds de Copenhague, on trouve d’après le répertoire 20 lettres de Reinaud datant des année (...)
  • 28 Lettre de Fleischer à l’orientaliste Johann August Vullers (1803-1880), Pirna, 13 mars 1829 : « Il (...)
  • 29 Seybold, op. cit., p. 27.

12À présent, Fleischer pouvait certes se consacrer exclusivement à ses études, mais il ne recevait aucun soutien financier, aucune bourse de son pays comme Franz Bopp ou d’autres avant lui. À la fin de l’année 1825, il était si désespéré qu’il voulut partir en Afrique comme missionnaire au sein de la mission de Bâle. Mais il trouva finalement, par l’entremise de scientifiques connus, comme le philologue Jean-Louis Burnouf (1775-1811), dont le fils Eugène (1801-1852) étudiait à l’époque l’indianisme, ou son protecteur Hase21, des cours d’allemand qui lui rapportèrent suffisamment pour vivre22. Il exécuta également contre honoraires des travaux de traduction et des corrections23. François Champollion (1790-1832) lui proposa en 1827 de l’accompagner en Égypte, mais il dut refuser parce qu’il lui fallait subvenir lui-même aux frais du voyage24. Plus tard, de Sacy le recommanda pour un poste d’interprète auprès du Gouverneur français du Sénégal. C’est l’ami d’étude de Fleischer, Benjamin Vincent, qui accepta alors le poste25. En réalité, ce qui fut décisif pour l’avenir de Fleischer, ce furent ses études auprès d’orientalistes parisiens, tout d’abord Silvestre de Sacy, puis également Caussin de Perceval l’aîné (1759-1835), dont il fréquentait le fils Arman Pierre (1795-1871), et J. H. Garcin de Tassy (1794-1878) un « petit bonhomme anxieux et très vif »26. Aucun autre scientifique n’est mentionné dans les lettres parisiennes de Fleischer, bien qu’il en ait certainement rencontré d’autres à l’époque qui apparaissent plus tard parmi ses correspondants, comme le successeur de de Sacy Joseph Reinaud (1795-1867) par exemple, ou William MacGuckin Baron de Slane (1801-1879), natif d’Irlande27. Les intrigues comme celle menée par Rémusat contre de Sacy lui répugnaient et il conserva sa loyauté vis-à-vis de de Sacy28, demeurant un « fidèle Sacynien »29.

  • 30 Seybold, op. cit., p. 49.

13D’autres jeunes Allemands étudiaient avec Fleischer ou venaient pour de plus courtes visites. Dans les lettres sont mentionnés par exemple : le wurtember-geois Julius Mohl (1800-1976) ; Friedrich Ludwig Schulz (1799-1829), originaire de Gießen, qui partit peu après pour un voyage en Orient et fut assassiné par des Kurdes ; Justus Olshausen (1800-1882), originaire de Kiel, qui avait étudié à Paris avant Fleischer, de 1820 à 1823, mais qui y revint entre 1826 et 1828 ; ainsi que Johann August Vullers (1803-1880) de Bonn. Ce n’est qu’en 1828 que Salomon Munk (1802-1867) vint également à Paris, où il se consacra plus tard à l’œuvre de Maimonide30.

Les trésors de la Bibliothèque royale

  • 31 Voir Ulrich Jasper Seetzen (1767-1811). Leben und Werk. Die arabischen Länder und die Nahostforschu (...)

14En premier lieu l’intérêt de Fleischer tout comme celui des autres étudiants allemands allait évidemment aux trésors imprimés et manuscrits de la Bibliothèque royale qui étaient défrichés par les professeurs et leurs élèves français et allemands. Les études orientales furent toujours, en premier lieu, une étude des textes, et les villes allemandes ne possédaient pas encore à l’époque des collections imprimées et manuscrites semblables aux trésors parisiens. Seule Gotha constituait au début du XIXe siècle une exception31.

  • 32 Lettre du 25.10.1826 de Fleischer à Flügel (UBL). Sur les 1001 Nuits, voir W. Walther, Tausendundei (...)
  • 33 Voir à ce sujet la présentation qu’en fait C. F. Schnurrer, Bliothecae Arabicae Specimen, 6 vols., (...)
  • 34 D’après I. Goldziher, in : ADB 48, p. 586.
  • 35 Voir Walther, Tausendund-eine nacht, p. 32 sq.
  • 36 Arabum proverbia, vocalibus instruxit, latine vertit, commentaria illustravit G. G. Freytag, vol. I (...)
  • 37 Seybold, Fleischer’s Briefe, p. 28.

15Fleischer avait de nombreux projets. Du riche trésor de textes arabes existant, seule une petite partie était à l’époque connue et à plus forte raison éditée : le Coran, différents historiographes du Moyen Âge tardif, le chef-d’œuvre linguistique de Hariri (mort en 1122) et évidemment le recueil des Mille et une nuits32qui, dès l’adaptation d’A. Galland (1646-1715), était devenu un best-seller européen33. Ce n’est que depuis le deuxième quart du XIXe siècle que paraissaient en plus grand nombre des éditions de textes de poésie et de prose arabe, l’impulsion venant souvent de Paris. Fleischer analysa et commenta l’histoire des Mille et une nuits que fit paraître Habicht, et publia comme « premier rejeton littéraire »34 ses Remarques critiques sur le premier tome de l’édition des Mille et Une Nuits de M. Habicht en 1827 dans le onzième volume du Journal asiatique, d’ailleurs contre la résistance du bibliothécaire Antoine Jean Saint Martin (1791-1832), sans que les raisons de cette dernière ne puissent aujourd’hui être reconstituées35. Il voulut ensuite se consacrer au célèbre recueil de proverbes de Maidani (mort en 1124), que Gustav Freytag publia plus tard à Bonn36. Régulièrement, il songeait à un dictionnaire arabe, un projet qui rencontrait toute la sympathie de de Sacy : « une pulsion irrésistible m’enchaîne de plus en plus à mes travaux de lexicographie qui, c’est bien connu, sont plus aisés à mener chez soi devant son bureau que dehors en voyage. J’ai fait part de mes projets à Sacy et, comme tu peux aisément le penser, il les approuve et me conseille de poursuivre tout à fait de la même manière. Le vieux maître doit assurément être le mieux placé pour voir où le bât blesse encore pour nous tous, orientalistes, et se savoir reconnaissant à ceux qui, avec une patience d’ange et avec abnégation, sacrifient la délectation de chaque écrivain lu à l’effort de recopier des extraits de textes37 ».

  • 38 Voir la lettre du 24.11.1843 de Kosegarten à Fleischer (Copenhague).
  • 39 Beidhawii commentarius in Coranum ex codd. Parisíensibus Dresdensibus et Lipsiensibus edidit indici (...)
  • 40 Th. Nöldeke considéra, avec son scepticisme habituel, cet ouvrage de Fleischer d’un œil assez criti (...)

16Fleischer se concentra ensuite sur le très philologique commentaire du Coran de Al-Baidawi, très réputé en son temps. De Sacy l’utilisait de temps à autre et en faisait traduire des extraits38. Avec beaucoup d’ardeur, Fleischer recopia à Paris l’intégralité du commentaire, qui comprenait plus de mille pages, il le compara ensuite avec les manuscrits de Dresde et de Leipzig et l’édita finalement de 1846 à 184839. De Sacy l’aida, mais attendait sans doute pour ainsi dire en échange qu’il assiste à un cours de persan qui avait peu d’auditeurs : « Notre Sacy m’a lui-même si bien fait comprendre que je devais venir renforcer son cours peu fréquenté sur le persan au Collège de France que j’ai dû le faire nolens volens, d’autant plus qu’il m’avait rendu encore récemment un grand service en enregistrant sous son nom et en me communiquant discrètement un manuscrit de la Bibliothèque Roy. que je n’aurais alors pas du tout pu obtenir pour l’emmener chez moi, ou que je n’aurais alors obtenu qu’avec beaucoup de peine. Je suis à présent en train de le recopier. C’est un commentaire du Coran que je songe à publier avec le temps40 ».

Paris, ville orientale

  • 41 Sur les deux hommes, voir J. Fück, Die arabischen Studien in Europa bis in den Anfang des 20. Jh., (...)

17L’intérêt premier de Fleischer allait aux langues orientales, et surtout à l’arabe, mais aussi, ce que l’on sous-estime souvent dans l’historiographie spécialisée, aux études dites pratiques de la culture et de l’histoire, de la religion et de la politique. Paris garantissait un contact immédiat avec l’Orient par le biais d’orientaux et de voyageurs européens. À Paris, on pouvait entendre des Arabes parler leur langue. À l’inverse, dans les universités allemandes, l’arabe était plutôt une langue morte, souvent encore pratiquée à cause de la comparaison avec l’hébreu biblique et parfois prononcée de manière quelque peu exotique. Il n’y avait là aucun lecteur dont ce fût la langue maternelle. Les Arabes cultivés ne semblent pas s’être perdus dans les provinces allemandes dans les premières décennies du XIXe siècle. Le séjour des deux chrétiens arabes d’Alep, Salomo Negri (vers 1665-1729) et Carolus Dadichi (mort en 1734) à Halle, Leipzig et dans d’autres lieux en Allemagne constitua pendant longtemps une exception41.

  • 42 Voir W. Reuschel, Heinrich Leberecht Fleischer (1801-1888) und das Vulgärarabische, in : Hallische (...)
  • 43 Lettre de Fleischer à Flügel en 1826, la date de la lettre est illisible (UBL). Dans une lettre du (...)
  • 44 Lettre du 26. 2. 1826 de Fleischer à son père (UBL). Voir également la lettre du 29.3.1826 de Fleis (...)

18Même si Fleischer se concentra sur l’arabe du Coran et des écrits médiévaux, il manifesta toutefois pour des formes linguistiques plus tardives un intérêt extraordinaire pour son époque42 et profita de l’intérêt que rencontrait à Paris l’arabe contemporain parlé ou « arabe vulgaire », un terme sous lequel il fallait comprendre aussi bien le haut-arabe parlé que les dialectes arabes. Il écrivit en 1826 à son ami Flügel : « Tant que nous aurons encore un Sacy et tant que l’on ne trouvera en aucun autre lieu qu’à Paris des gens employés publiquement qui ont appris le nouvel arabe sur place – jusque-là, il n’y aura pas de salut pour nos études en dehors de Paris43 ». Fleischer assista donc également aux cours de Caussin de Perceval, « qui a lui-même longtemps vécu en Syrie. C’est un homme bon et plaisant, qui nous fait part de tout ce que nous pouvons souhaiter savoir de ce qu’il a remarqué en Orient sur la langue et les choses44 ». « D’ailleurs », écrivit-il à Hassler le 6 mars 1826,

  • 45 Seybold, Fleischer’s Briefe, p. 28.

Je viens encore de me lancer avec énergie dans l’arabe vulgaire avec Caussin. Je baragouine joyeusement arabe avec deux Français, puisque Caussin veut qu’il en soit ainsi, et traduis avec eux le premier volume des 1001 nuits dans l’édition de Habicht, qui est – malheureusement ! – si terriblement négligée... Ce qui me plaît au plus haut point chez Caussin, c’est le désir toujours vif qu’il a de communiquer son savoir, grâce auquel on apprend, outre une meilleure prononciation arabe, une multitude de mots, expressions et faits de l’Orient moderne45 ».

  • 46 D’après ses remarques lunatiques dans la lettre du 9.5.1827 de Fleischer à Flügel (UBL), il voyait (...)

19De même il tira profit des remarques du chrétien égyptien Aydé, qui vivait à Paris46.

  • 47 Voir la traduction allemande in : K. Stowasser (éd.), Rifa’a al-Tahtawi, Ein Muslim entdeckt Europa (...)
  • 48 De glossis Habichtianis, Leipzig, 1836, p. 6.

20Fleischer put bientôt mettre en pratique ce qu’il avait acquis. En 1826, une délégation d’étude égyptienne vint à Paris, dont faisait également partie en tant qu’imam Rifa’ah Rafi’at Tahtawi (1801-1873), qui demeura en France jusqu’en 1831 et rédigea un ouvrage célèbre et influent sur ce pays et sa culture47. Fleischer, évidemment, établit des contacts avec lui, qui ne sont malheureusement qu’imparfaitement reflétés dans les lettres. Dans ses notes du fonds de Leipzig se trouve également l’adresse de Tahtawi à Paris, 27 rue du Rocher. Ce dernier toutefois ne semble pas évoquer Fleischer dans ses écrits. Il n’existe pas non plus de preuve de contacts ultérieurs, lorsque Tahtawi devint en Égypte l’un des représentants importants de la modernisation. Mais Fleischer demeura reconnaissant envers ce dernier et l’évoqua en 1836 dans l’ouvrage en latin De glossis Habichtianis aux côtés d’Aydé et de Caussin comme une main secourable pour l’explication d’expressions arabes peu usitées48.

21De sa première rencontre avec les Égyptiens, et parmi eux probablement avec Tahtawi, Fleischer nous a laissé une belle description dans une lettre à Flügel :

  • 49 Edme-François Jomard (1777-1862), Ingénieur, géographe et archéologue, conservateur de la Bibliothè (...)
  • 50 Amédée Jaubert (mort en 1847), qui devant les portes d’Acre en 1799 fut l’interprète de Napoléon et (...)
  • 51 Lettre du 25.10.1826 de Fleischer à Flügel (UBL).

Peut-être as-tu lu dans les journaux que nous avions ici une école égypt. à présent. Le Pacha d’Égypte a envoyé ici quelque 30 jeunes gens auxquels on dispense des cours de français et de sciences europ. dans une maison qui a été spécialement achetée et aménagée pour cela à ses frais. Jomard49, Garcin de Tassy, Jaubert50 et mon co-auditeur chez Caußin, Vincent, leur donnent les premières leçons de compréhension, d’expression, de lecture et d’écriture françaises, jusqu’à ce qu’ils soient enfin en état d’utiliser les cours en français d’autres enseignants en mathématiques, etc. Quand parfois les visages hâlés avec leurs longues jupes vont faire une promenade commune, on a l’impression que les badauds parisiens vont se révolter. Une fois, l’autre jour, ils sont arrivés aux Tuileries et ont hardiment traversé une double rangée de dames bien mises, toujours plantées là sur leurs sièges. Tu peux facilement t’imaginer comment cela regardait et lorgnait – Vincent m’a dit que ce qui l’avait particulièrement embarrassé au début était la multitude de provincialismes égypt., et en partie aussi la différence de prononciation de lettres et phrases isolées, par ex. le g [en écriture arabe – HP] comme gh. Habitué au idschlis syrien, il n’avait pas du tout compris la première fois leur ighlis ya sidi, « asseyez-vous, Monsieur, » jusqu’à ce que finalement leur gestuelle finisse par l’y amener. De leur côté, ils n’ont pas compris son hada-el-harf, « cette lettre », et ont fini par lui substituer le deh el-harfi égyptien...51 ».

22Et à Haßler, il écrit :

  • 52 Seybold, Fleischer’s Briefe, p. 43 : Fleischer à Haßler, lettre de Paris du 13.4.1827.

Il y a quelque temps, M. Vicent [sic ! HP], mon condisciple dans le cours d’arabe vulgaire de M. Caußin et enseignant de français à l’Institut égyptien, est allé avec un de ces visages au teint mat au cours de Sacy sur Hariri. Sacy l’a complimenté en arabe autant que cela lui était possible et l’a placé à ses côtés. Le descendant du prophète (c’était l’un des trois séides qui sont eux aussi venus ici) a enduré le cours tranquillement, ne comprenant par ailleurs, à ce qu’il semblait, que peu de choses de Hariri, et absolument rien de notre français. Après le Cours, je lui ai fait visiter la bibliothèque avec Vincent. Mon arabe vulgaire m’a aidé tam bene quam male dans une conversation que j’ai eue avec lui sur le système universel de Copernic, mais je n’ai pas plus réussi à le convaincre que Vincent. Nous en sommes venus à ce sujet par le biais de la machine que tu connais bien, qui présente la position et le cours des planètes et le soleil et qui se trouve au fond de la bibliothèque. Nous en sommes restés au fait que c’était mukhalif al aql wad-din [contre la raison et la religion]. Évidemment, il n’est pas aisé de disputer à propos du Coran avec un Mahométan, qui plus est avec un Mahométan ignorant et pas peu fier de sa prétendue ascendance avec le prophète comme l’était notre homme52.

Paris, capitale de la science

  • 53 Un rôle précurseur fut toutefois joué par les publications de J. D. Michaelis (1717-1791), Oriental (...)
  • 54 Le modèle de la Société asiatique se révéla également dans les objectifs proprement scientifiques. (...)
  • 55 Voir Holger Preißler, Die Anfänge der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft, in : Zeitschrift der (...)

23En Allemagne, les orientalistes étaient répartis sur plusieurs universités ; il existait certes de nombreux contacts collégiaux entre eux, mais des structures fixes manquaient. Il n’existait dans les années 1820 ni de journal orientaliste comme le Journal asiatique, ni de société savante comme la Société asiatique53. On faisait des efforts en ce sens, mais il fallut encore quelque temps avant que l’atmosphère de renouveau du Vormärz avec son aspiration à la communication, aux associations et aux publications crée les conditions nécessaires. Avec ses amis, eux-mêmes stimulés par le modèle parisien, Fleischer encouragea de tels efforts avec énergie. Après que l’idée de créer une société allemande d’études orientalistes eut été mûrement réfléchie dans la maison de Fleischer en septembre 1843, la Société orientale allemande [Deutsche Morgenländische Gesellschaft] fut créée en octobre 1845 à Darmstadt. À partir de 1847 elle édita également sa propre revue54. Contrairement à de nombreuses autres sociétés allemandes, la Société et sa revue ne survécurent pas seulement à la Révolution de 1848 mais existent encore aujourd’hui et font désormais partie des plus anciennes sociétés scientifiques allemandes55.

  • 56 Lettre du 29.3.1826 de Fleischer à G. Flügel (UBL) : « J’étais aujourd’hui chez le Restaurateur roy (...)
  • 57 Voir par exemple la lettre du 23.10.1826 de Fleischer à son père (UBL) sur les représentations de l (...)
  • 58 Lettre du 22.7.1827 de Fleischer à Flügel (UBL) : « Encore une nukta [arabe. En français : mot d’es (...)
  • 59 Lettre de Paris du 7.5.1824 de Fleischer à son père : « Accessoirement, je tiens à t’informer que t (...)
  • 60 Lettre du 23.10.1826 de Fleischer à Flügel (UBL).
  • 61 Lettre du 29.3.1826 de Fleischer à Flügel (UBL).
  • 62 Lettre du 29.3.1826 de Fleischer à Flügel (UBL).

24Fleischer appréciait la vie à Paris en dépit de sa situation matérielle fâcheuse56. Il suivait les événements culturels et en rendait également compte à ses correspondants allemands57. Il leur rapporte même des mots d’esprits courants58. Mais en raison d’une censure possible, il adoptait sur les questions politiques, y compris dans ses lettres privées, une attitude extrêmement réservée59. De manière générale, il se sentait bien en France mais n’était pas dénué d’esprit critique, principalement dans ses fréquentations personnelles. C’est ainsi qu’il critiquait le style français de de Sacy : « De Sacy n’a qu’un seul gros défaut, mais qu’il partage avec tous les Français et qui est en quelque sorte inhérent à l’esprit de la langue, à savoir que pour rendre de manière aussi poétique que possible en français une expression prosaïque, il ne traduit pas le texte simple et nerveux de l’original, mais le délaye dans un véritable déluge de mots et, ainsi, le paraphrase60. » Mais pour le reste, il n’a pas un mot contre de Sacy : « Je n’ai pas besoin de t’en écrire davantage sur de Sacy pour faire son éloge. C’est la minutie, la rigueur, la serviabilité, la modestie – en un mot la scientificité authentique et l’humanité même61. » Il décrivait ses cours comme suit : « En ce qui concerne ses cours, il traite le mardi de chrestomathie, davantage pour les étudiants faibles, raison pour laquelle je n’y vais pas, le jeudi, du Coran et le samedi de son sujet de prédilection, Hariri. Dommage que dans l’ensemble, il y ait là si peu de bons auditeurs62. »

  • 63 Lettre du 7.5.[1827] de Fleischer à Flügel (UBL) : « Étudie avec assiduité la grammaire, et encore (...)
  • 64 Lettre du 22. 7. 1827 de Fleischer à Flügel (UBL). L’ouvrage parut sous le titre : Anthologie gramm (...)

25Fleischer avait beaucoup d’estime pour tout le travail entrepris par de Sacy autour de l’authentique tradition de la grammaire arabe63, qui occupa d’ailleurs la plus grande partie de sa propre vie, et il suivit attentivement la manière dont son maître l’étudia ensuite pour un volume supplémentaire de sa chrestomathie arabe64. Dans l’une de ses lettres exhaustives adressées à son ami Flügel, il note :

  • 65 Lettre du 7.4. (1827 ?) de Fleischer à Flügel (UBL).

En outre, j’ai encore un petit projet, à l’exécution duquel je travaille de fait dans le plus grand secret et aussi infatigablement qu’à mes recueils lexicaux. Sacy nous a dévoilé tout le mécanisme artificiel de la langue en en donnant une présentation philosophique fondée sur la méthode des grammairiens arabes eux-mêmes ; mais associer par des exemples nombreux et universels la pratique à la théorie et mettre à disposition des jeunes orientalistes une matière pour s’exercer, ordonnée en fonction des paragraphes de sa grammaire et tirée des poètes et auteurs de prose de l’époque ancienne et moderne, ne faisait pas partie de son projet strictement délimité. Une telle matière, travaillée avec assiduité, permet à l’esprit d’assimiler d’un coup et avec aisance ce qui, à défaut d’un tel ouvrage élémentaire pratique, ne s’acquiert qu’avec labeur et après des erreurs de toutes sortes par le biais d’une lecture longue et comparative, je veux dire l’habitude de concevoir instantanément et avec justesse toutes les formes de la phrase arabe parlée. Un tel ouvrage pourrait ensuite poursuivre l’objectif secondaire de permettre de mémoriser une grande quantité de matière lexicale, et ce en progressant peu à peu de ce qui est simple, coutu-mier, prosaïque et, pour cette raison précise, strictement nécessaire, vers ce qui est ardu, plus rare, poétique et dont on n’acquiert l’usage que lorsqu’on a avancé dans la lecture, – à l’occasion également, peut-être encore celui d’attirer l’attention sur les divergences principales entre la langue vulgaire aujourd’hui commune et la langue ancienne et classique – et de les illustrer grâce à des exemples tirés des 1001 Nuits, de Sîret-Anthar, etc. Tu vois ? Ça ne serait pas mal, un tel petit livre – n’est-ce pas non plus ton avis ? (...)65.

26Ce projet utile et en avance sur son temps, Fleischer ne put toutefois le réaliser, tout comme maint autre, en particulier un dictionnaire fondé sur les textes arabes ou une traduction allemande du Coran.

Retour en Saxe

  • 66 Voir Seybold, Fleischer’s Briefe, p. 50.
  • 67 Sur ce dernier, voir Reig, Homo orientaliste, p. 86sq.
  • 68 D’après le répertoire de tous les auditeurs de Fleischer dans le fond de l’UBL. A l’exception de H. (...)

27Les contacts parisiens de Fleischer furent maintenus après son retour en Saxe, comme le montrent les correspondances conservées. Fleischer commença par chercher un emploi et de Sacy le soutint par des recommandations en 1829 à Hambourg66, sans résultat, puis avec succès à Saint-Pétersbourg. En 1835, Fleischer obtint une nomination à une chaire de professeur de persan dans la capitale russe et se préparait à partir lorsque son professeur de Leipzig décéda inopinément. Fleischer, l’enfant du pays, fut alors appelé pour être son successeur. Il rendait compte à de Sacy de ses travaux, notamment ceux sur le catalogue de manuscrits de Dresde et sur le commentaire du Coran de Baidawi, et l’informa également, avec enthousiasme, de sa nomination. De Sacy, de son côté, rédigea une critique bienveillante de son édition de la chronique d’Abu’l-Fida’ (mort en 1331). La profonde reconnaissance de Fleischer envers son maître parisien ne faiblit pas et son fils, Ustazade Silvestre de Sacy (1801-1879) né la même année que Fleischer, resta également en contact avec lui et lui recommanda en 1843 un jeune étudiant, Louis J. Dollfuss (né en 1825), qui étudia ensuite quelques semestres avec Fleischer à Leipzig. Parmi les auditeurs français de Fleischer à Leipzig on trouve également : Hartwig Derenbourg (1844-1908)67 dans les années 1865 et 1866 ; Charles Feindel, né à Strasbourg, dans les années 1872 à 1874 ; ou Leopold Martin (né en 1820) dans les années 1840 et 184168.

  • 69 Cf. Les remarques sur un voyage à Beyrouth en 1876 de la plume du Suisse Carl von Orelli, élève de (...)

28Fleischer ne revint plus à Paris après 1828 mais, comme le montre son fonds à Leipzig, il conserva précieusement tout ce qu’il avait écrit en France, y compris de simples petites notes de la vie quotidienne. Les années d’apprentissage parisiennes avaient marqué son travail scientifique dans la manière ouverte, fondamentalement historique qu’il avait de considérer la langue arabe en prenant également en compte l’arabe contemporain et en particulier en suivant l’exemple du Coran et de son exégèse philologique. Ces années l’encouragèrent également, conformément à la tendance de son époque, à se spécialiser en se détournant du polyhistorisme baroque, ainsi qu’à se tenir à l’écart des problèmes théologiques. Dans ses efforts pour parvenir à une organisation moderne des sciences, et pas seulement dans le domaine étroit des études arabes, Fleischer songea, lors de la fondation de la Société orientale allemande et de sa revue, comme lors de la création de la Société de savants Royale de Saxe, en premier lieu au modèle français. Ses contacts ultérieurs avec des représentants du « renouveau » arabe (ou Nahda), comme Nasif al-Yazigi (1800-1871) et Butrus al-Bustani (1819-1883)69, s’élaborèrent sans doute également dans la continuité des expériences parisiennes.

29Dans son discours pour le soixante-quinzième anniversaire de la Société orientale allemande C. Brockelmann souligna encore une fois avec empathie la relation durable qui exista entre de Sacy et Fleischer :

  • 70 C. Brockelmann, Die morgenländischen Studien in Deutschland, in : Zeitschrift der Deutschen Morgenl (...)

Son [celui de Fleischer, HP] intérêt principal allait toutefois à la linguistique arabe. C’était pour lui la tâche de toute sa vie d’en interpréter les présentations autochtones et scolastiques d’après les méthodes strictes de la philologie classique de l’école de G. Hermann et de les rééquilibrer à l’aide des conceptions que se faisaient ses contemporains de la logique du langage. S’il demeura, ce faisant, en grande partie fidèle à sa maîtresse allemande, la philologie hermanienne, il ne se refusa pas à l’obligation qu’il éprouvait de cultiver d’autres domaines de la vie intellectuelle arabe. Une dispute entre écoles comme celle qui fit rage dans la philologie classique entre les partisans de G. Hermann et d’A. Böckh pendant des décennies fut heureusement épargnée aux jeunes études arabes. Comme son maître Sassy [sic], Fleischer se montra toujours prêt à dépasser son intérêt pour la linguistique, pour le porter vers les choses, et ce ne fut pas tant sa faute que celle de son époque, qui ne lui offrit pas assez de matière pour réaliser de tels travaux, s’il ne put jamais exprimer un tel intérêt que dans des écrits d’importance moindre. Pourtant, il ne dédaigna aucunement s’occuper également du monde moderne arabophone dès que les relations entre l’Allemagne et l’Orient, qui n’étaient que modestes à l’époque, lui en donnèrent l’occasion70.

30Peut-être faut-il voir là le fruit d’une synthèse réussie entre traditions françaises et traditions allemandes.

Haut de page

Notes

1 Concernant de Sacy, voir H. Deherain, Sylvestre de Sacy (1758-1838), ses contemporains et ses disciples, Paris 1938, et Daniel Reig, Homo orientaliste : La langue arabe en France depuis le XIXe siècle, Paris 1988.

2 Lettre du 12 décembre 1825 de Fleischer à son père (Bibliothèque universitaire de Leipzig : UBL).

3 Lettre du 12. 01. 1825 de Fleischer à son père (UBL).

4 Concernant Kosegarten, voir Nebes, Orientalistik im Aufbruch. Die Wissenschaft vom Vorderen Orient in Jena zur Goethezeit, in : J. Golz (éd.), Goethes Morgenlandfahrten. West-östliche Begegnungen, Francfort/Main et Leipzig, 1999, p. 73 sq.

5 Ibid., p. 156.

6 Concernant Hase, voir ADB 10, p. 752-727 ; Augsburger Allgemeine Zeitung, 1864, Nr. 96, 97. Voir également la lettre du 16. 01. 1824 de Hase à Rosenmüller.

7 [C. D. Haßler,] Briefe über den Fortgang der Asiatischen Studien in Paris, von einem der orientalischen Sprachen beflissenen jungen Deutschen, Ulm 1830, p. 10.

8 Voir G. Wiemers et E. Fischer, Sächsische Akademie der Wissenschaften zu Leipzig : Die Mitglieder von 1846 bis 1996, Berlin, 1996.

9 Voir Holger Preißler, Deutsche Orientalisten und die Öffentlichkeit um die Mitte des 19. Jahrhunderts, in : S. Wild et H. Schild (éds.), Akten des 27. Deutschen Orientalistentages (Bonn - 28. September bis 2. Oktober 1998). Norm und Abweichung, Wurzbourg, 2001, p. 777-784.

10 Le répertoire manuscrit de ce fonds comporte 23 pages et contient entre autres une liste de ses correspondants épistolaires.

11 Sa correspondance avec Haßler est la seule à avoir été publiée, in : C. Seybold (éd.), Fleischer’s Briefe an Haßler aus den Jahren 1823 bis 1870. Nach Ulmer Originalen hrsg. u.m. Anm. versehen, Tübingen, 1914.

12 Sur ce dernier, voir NDB 5, p. 260 sq. ; G. Dugat, Histoire des orientalistes de l’Europe du XIIe au XIXe s., Paris 1870, 2, p. 91-100 ; G. Gropp, Flügel, Gustav Leberecht, in : www.bibliothe-capersica.com/articles/v10fl/v10f111.html. 2 p., 21.4.2004. (Biographie accompagnée d’une bibliographie). Gustav Flügel était un camarade d’école de Fleischer à Bautzen, il le suivit ensuite à Leipzig et étudia également sous sa direction. En 1829-30, il étudia lui aussi à Paris, en 1832 il devint professeur de lycée à Meissen. Une relation intime les unissait, mais elle fut troublée au début des années 30, qui furent des années difficiles pour Fleischer. Toutefois, Fleischer soutint toujours généreusement Flügel par ses remarques dans ses grands projets d’édition. Les lettres de Fleischer à Flügel sont vivantes et spirituelles et reflètent très bien sa manière d’être. Les lettres de Flügel sont difficiles à lire. Dans la collection de Copenhague mentionnée plus bas se trouvent 400 lettres de Flügel adressées à Fleischer.

13 Le répertoire manuscrit de ce fonds, Alfabetisk Fortegnelse over Prof. H. L. Fleischers Korrespondenter, comporte 28 pages. Les lettres qui lui sont adressées et pour une part des brouillons de sa main englobent la période de 1827 à 1887 ; après la fondation de la Société orientale allemande, elles concernent fréquemment, d’après les nombreuses reproductions dont je dispose, les intérêts de cette dernière, par ex. le nombre d’adhésions etc. Parmi les correspondants parisiens apparaissent les noms de Barbier de Meynard, 1 lettre, 1879 ; P. Bataillard, 1 lettre, 1875 ; Michel Bréal, 1 lettre, 1867 ; E. Burnouf, 1 lettre, 1831 ; A. Caussin de Perceval, 3 lettres, 1848-49 ; le Chartier, 2 lettres, 1877 ; le Duc Cubières, 1 lettre, 1827 ; Hartwig Dérenbourg, 26 lettres, 1865-86 ; G. Dugat, 4 lettres, 1853-69 ; L. J. Faucher, 3 lettres, 1830 ; J. H. Garcin de Tassy, 9 lettres, 1850-71 ; A. Guilbert, 1 lettre, 1852 + 1 brouillon ; C. Kapff, 9 lettres, 1851-61 (de Paris et Winenden) ; N. de Khanikoff, 3 lettres, 1862-67 ; A. Koch, 5 lettres, 1868-79 (de Paris et Schaffhausen) ; Abbé Lequest, 1 lettre, 1858 ; J. Mohl, 20 lettres, 1846-75 (de Paris et Londres) + 2 brouillons ; R. Mollweide, 1 lettre, 1870 ; Salomon Munk, 2 lettres, 1853-57 ; Julius Oppert, 6 lettres, 1863-72 + 1 brouillon ; A. Pacher, 1 lettre, 1844 ; O. Paul, 1 lettre, 1867 ; A. Potiquet, 1 lettre, 1867 ; A.W. Pratt, 1 lettre, 1848 ; Quatremère, 2 lettres, 1829-49 ; J. T. Reinaud, 20 lettres, 1830-67 ; Silvestre de Sacy, 14 lettres, 1827-387 + 14 brouillons ; Silvestre de Sacy jun., 1 lettre, 1843 ; Vivien de St. Martin, 1 lettre, 1860 ; MacGuckin de Slane, 26 lettres, 1838-75 + 5 brouillons ; J. Vullers, 13 lettres, 1828-53 (de Paris et Gießen) ; J. le Vallois, 1 lettre, 1873. Zotenberg, 1 lettre, 1878. L’auteur dispose grâce à l’amabilité de la Bibliothèque royale de Copenhague de nombreuses reproductions de ces lettres.

14 Cela apparaît surtout clairement dans sa vaste correspondance avec son ami Emil Rödiger (1801-1874) de Halle. Rödiger était par ailleurs le gendre d’Arnold Ruge. Le fils de Rödiger, Johannes (1845-1920), qui finit bibliothécaire général à Marbourg, étudia auprès de Fleischer et fut son assistant pendant le semestre d’hiver 1867/68. Sur E. Rödiger, voir ADB 29, 1889, p. 26-30.

15 C. Bernard devrait avoir été pratiquement du même âge que Fleischer. En 1827, il possédait, d’après la lettre de Fleischer à Flügel du 6. 4. 1827, sa propre maison de commerce aussi bien à Leipzig (Bernard et Jacquin) qu’à Paris. Il vécut plus tard également à Leipzig et fut le parrain d’un des enfants de Fleischer. C’est aussi en partie par ses relations commerciales que passaient les contacts épistolaires de Fleischer.

16 Ses souvenirs sont également disponibles en traduction allemande, in : Armand L. Caulain-court, Mit Napoleon in Rußland. Denkwürdigkeiten des Generals Caulaincourt, Herzogs von Vicenza, Großstallmeister des Kaisers, Bielefeld 1938 ; du même auteur, Unter vier Augen mit Napoleon, Bielefeld, 1937. Nouvelle édition augm. : Stuttgart, 1956.

17 Sur ce thème, voir également M. Espagne, entre autres, Le Maître de langues : les premiers enseignants d’allemand en France, 1830-1850, Paris, 1991.

18 Les Séances de Hariri, publiées en arabe avec un commentaire arabe choisi, Paris, 1822.

19 Voir Holger Preißler, Beziehungen Heinrich Leberecht Fleischers (1801-1888) zu Hallenser Orientalisten, in : Hallesche Beiträge zur Orientwissenschaft 13/14, Halle, 1990, p. 27-36.

20 Voir par ex. la lettre du 27.3.1806 (Paris) de Hager à Rosenmüller (UBL).

21 Seybold, Fleischer’s Briefe, p. 25.

22 Voir la lettre du 29.3.1826 de Fleischer à G. Flügel (UBL) : « Je donne 5 heures par semaine, deux à 10 francs, 3 à 6 francs, ce qui fait 38 francs : grâce à cela, je vis comme un Dieu. Je pourrais d’ailleurs en avoir davantage, si je souhaitais en avoir davantage ; mais cela ne me plaît pas d’en donner davantage. Je ne saurais te dire pourquoi ».

23 Lettre du 17.11.1827 de Fleischer à un inconnu (UBL) : « Je travaille à présent pour le Pacha d’Égypte. J’ai déjà gagné 30 francs grâce à une traduction du premier chapitre d’un ouvrage sur la culture du cotonnier. »

24 F. Champollion séjourna ensuite de 1828 à 1830 en Égypte avec son expédition. Fleischer suivit les travaux de déchiffrement des hiéroglyphes égyptiens avec intérêt et fut contacté personnellement par le biais de ses relations amicales avec le philologue de Leipzig Gustav Seyffarth (1796-1885). Seyffarth avait proposé son propre déchiffrement des hiéroglyphes, mais se disputait avec Champollion sur son exactitude et dut finalement s’avouer vaincu. Seyffarth séjourna à Paris à l’automne 1827.

25 Lettre de Flügel à Fleischer du 11.4.1830 (UBL) : « De Paris, Vincent part comme interprète rejoindre l’expédition d’Alger ». Voir les informations sur ce dernier dans les documents d’archives du Ministère de la guerre de Paris, que Alain Messaoudi a eu la gentillesse de me communiquer, ainsi que la brève mention qui en est faite in : Reig, Homo orientaliste., p. 124 sq.

26 Lettre du 19.11.1827 de Fleischer à son père (UBL).

27 Dans le fonds de Copenhague, on trouve d’après le répertoire 20 lettres de Reinaud datant des années 1830 à 1867, ainsi que 26 lettres de MacGuckin de Slane datant des années 1838-75 et 5 brouillons.

28 Lettre de Fleischer à l’orientaliste Johann August Vullers (1803-1880), Pirna, 13 mars 1829 : « Il est pour moi évident que bientôt plus rien ne pourra faire obstacle à Paris aux Extrême-orientaux. Rémusat n’est-il pas maintenant le seul tout-puissant aussi bien à la bibliothèque qu’à la Société ? Car étant donné que de Sacy, comme me l’écrit Flügel, a abandonné le poste de président, il aura dans tous les cas pris sa place. Ils ont probablement agacé le vénérable vieillard jusqu’à ce que la situation lui soit devenue insupportable ; N’ont-ils pas resplendi et [ ?] de joie de l’avoir enfin évincé ? – C’est une [ ?] honteuse ! C’est une chose monstrueuse quand l’homme n’est qu’esprit et qu’à la place où de braves et honnêtes gens ont leur cœur, il lui pend une outre vide qui n’est que source de vexations ! » Voir également Seybold, op. cit., p. 25.

29 Seybold, op. cit., p. 27.

30 Seybold, op. cit., p. 49.

31 Voir Ulrich Jasper Seetzen (1767-1811). Leben und Werk. Die arabischen Länder und die Nahostforschung im napoleonischen Zeitalter, Gotha, 1995.

32 Lettre du 25.10.1826 de Fleischer à Flügel (UBL). Sur les 1001 Nuits, voir W. Walther, Tausendundeine Nacht. Eine Einführung, Munich et Zürich, 1987.

33 Voir à ce sujet la présentation qu’en fait C. F. Schnurrer, Bliothecae Arabicae Specimen, 6 vols., Tübingen, Bibl. 1799-1805, et la 2e édition de l’ouvrage sous le titre Bibliotheca Arabica, Halle, 1811.

34 D’après I. Goldziher, in : ADB 48, p. 586.

35 Voir Walther, Tausendund-eine nacht, p. 32 sq.

36 Arabum proverbia, vocalibus instruxit, latine vertit, commentaria illustravit G. G. Freytag, vol. I-III, Bonn, 1838-43.

37 Seybold, Fleischer’s Briefe, p. 28.

38 Voir la lettre du 24.11.1843 de Kosegarten à Fleischer (Copenhague).

39 Beidhawii commentarius in Coranum ex codd. Parisíensibus Dresdensibus et Lipsiensibus edidit indicibusque instruxit H. O. Fleischer, 2 vol. , Lipsiae, 1846-48.

40 Th. Nöldeke considéra, avec son scepticisme habituel, cet ouvrage de Fleischer d’un œil assez critique et écrivit dans : Geschichte des Qora¯ns 2e édition, par F. Schwally, Leipzig, 1919, 2e partie, p. 177 : « Le mérite d’avoir pourvu à la première édition de l’ouvrage revient à un chrétien, le grand arabiste leipzigeois H. O. Fleischer, tandis que les éditions de Bulaq (1282 a. h.) et d’Istanbul (1296) semblaient être des réimpressions. Mais il est toutefois dommage que celui-ci ait mis ses connaissances linguistiques brillantes au service d’un travail qu’un savant égyptien ou indien modérément doué aurait tout aussi bien maîtrisé. »

D’autres attendaient plutôt autre chose de Fleischer, un recueil solide de Hadiths comme seconde source de l’Islam, ainsi Kosegarten dans une lettre à Fleischer du 21.10.1842 (dans le fond de Copenhague) : « Je me réjouis de votre Beidawi. J’aurais encore davantage préféré un hadîth [en arabe – HP] de votre part, avec des explications arabes ». Ce travail, c’est Ludolf Krehl (1825-1901), l’élève de Fleischer, qui s’en chargea avec Le Recueil des traditions musulmanes par... al-Bokhari, 3 vols, Leyde, 1862-1868, vol. 4 de T.W. Juynboll, Leyde, 1907-8.

Voir la lettre du 7.1.1827 de Fleischer à son père (UBL).

41 Sur les deux hommes, voir J. Fück, Die arabischen Studien in Europa bis in den Anfang des 20. Jh., Francfort-sur-le Main, 1955, p. 96 sq.

42 Voir W. Reuschel, Heinrich Leberecht Fleischer (1801-1888) und das Vulgärarabische, in : Hallische Beiträge zur Orientwissenschaft 13-14 / 1990, p. 27-36.

43 Lettre de Fleischer à Flügel en 1826, la date de la lettre est illisible (UBL). Dans une lettre du 29.3.1826 (UBL) Fleischer écrit à Flügel : « Mais je m’interromps, vu que je ne pourrais m’arrêter si je continuais ainsi à ne te raconter que le plus important parmi tout ce dont Caussin nous fait part pour rectifier le texte de Habicht et ses explications de mots. Et l’on peut se fier à Caussin sur de tels sujets. Il s’est intimement familiarisé avec l’Orient grâce à un séjour de dix ans à Alep, Damas et dans d’autres régions de Syrie, il parle l’arabe comme le français et il est – c’est là l’essentiel – toujours bien préparé. Je me suis convaincu à ses côtés de ce que pour un livre comme les 1001 Nuits, qui rend si bien la vie et les manières de l’Orient, il faut absolument un interprète qui lui-même a porté le turban et le kaftan. »

44 Lettre du 26. 2. 1826 de Fleischer à son père (UBL). Voir également la lettre du 29.3.1826 de Fleischer à G. Flügel (UBL) : « Caußin fait cours trois fois par semaine, le lundi, le mercredi et le vendredi. Le dernier jour, on traduit du français en arabe et l’on raconte des choses en arabe. – Des Allemands ici présents, je suis le seul qui assiste à ses cours. Les autres ne s’occupent que de leur Coran et de leur Hariri, n’accordent aucun intérêt à l’arabe vulgaire, ou bien sont trop fiers pour recommencer depuis le début à apprendre à lire avec Caußin. Ceux qui, à part moi, sont les plus assidus dans l’apprentissage de l’arabe vulgaire sont deux Français qui ont envie d’aller en Orient. Ah, moi aussi ! Mais pas pour l’instant encore. »

Voir également la lettre exhaustive de Fleischer à Flügel du 25.10.1826, qui révèle la méthode de travail du professeur : « Je ne peux évidemment pas répondre de manière totalement satisfaisante à tes scrupules concernant les difficultés de lecture de man. orientaux. Jusqu’à présent, je n’ai toujours eu affaire qu’à des manuscrits qui présentaient une écriture lisible ; du moins ai-je toujours réussi à percer rapidement, par comparaison, les particularités présentes par exemple dans la formation de lettres isolées. Mais je suis à cet égard également redevable d’une très grande reconnaissance à mon Caußin qui pendant son cours nous a présenté une foule des écritures les plus diverses dans des lettres qu’il a en partie rapportées de Syrie et en partie reçues de là-bas grâce à ses correspondances ininterrompues. Ce fut un exercice délicieux, non seulement pour la lecture, mais aussi pour la compréhension du nouveau style épistolaire. Il a fait lithographier quelques-unes d’entre elles, et j’espère que ce recueil te sera d’une grande utilité. Il m’en a offert un exemplaire. »

45 Seybold, Fleischer’s Briefe, p. 28.

46 D’après ses remarques lunatiques dans la lettre du 9.5.1827 de Fleischer à Flügel (UBL), il voyait même probablement un bon parti en Maryam, la soeur d’Aydé.

47 Voir la traduction allemande in : K. Stowasser (éd.), Rifa’a al-Tahtawi, Ein Muslim entdeckt Europa. Die Reise eines Ägypters im 19.Jahrhundert nach Paris, Munich, 1988, avec une postface exhaustive de l’éditeur, p. 305-324.

48 De glossis Habichtianis, Leipzig, 1836, p. 6.

49 Edme-François Jomard (1777-1862), Ingénieur, géographe et archéologue, conservateur de la Bibliothèque nationale et président de la Société de géographie, voir Stowasser, Rifa’a al-Tahtawi, p. 284 sq.

50 Amédée Jaubert (mort en 1847), qui devant les portes d’Acre en 1799 fut l’interprète de Napoléon et qui depuis 1801 enseignait le turc, dont Fleischer ne s’occupa toutefois guère.

51 Lettre du 25.10.1826 de Fleischer à Flügel (UBL).

52 Seybold, Fleischer’s Briefe, p. 43 : Fleischer à Haßler, lettre de Paris du 13.4.1827.

53 Un rôle précurseur fut toutefois joué par les publications de J. D. Michaelis (1717-1791), Orientalische und exegetische Bibliothek, 1717-798, 24 vols., nouvelles suites 1786-91, 8 vols. ; de J. G. Eichhorn (1752-1827), Repertorium für biblische und morgenländische Literatur, 1777-86 ; et de J. von Hammer-Purgstall (1774-1856), Fundgruben des Orients, 1810-1819, 6 vols., qui furent fortement marquées par les personnalités des éditeurs.

54 Le modèle de la Société asiatique se révéla également dans les objectifs proprement scientifiques. Voir à ce propos l’article de Sarah Bösch.

55 Voir Holger Preißler, Die Anfänge der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft, in : Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft 145 / 1995, p. 241-327.

56 Lettre du 29.3.1826 de Fleischer à G. Flügel (UBL) : « J’étais aujourd’hui chez le Restaurateur royal Hurbain (que nous autres Allemands appelons vulgairement Hurenbein – jambe de prostituées, n.d.T. -) au Palais royal et ai trouvé là-bas un petit quart d’idées de plus que chez mon hôte habituel. Donc, au travail, dans la joie et la bonne humeur ! »

57 Voir par exemple la lettre du 23.10.1826 de Fleischer à son père (UBL) sur les représentations de la chanteuse allemande Henriette Sonntag (1806-1854), auxquelles il assista ; et la lettre du 25.10.1826 de Fleischer à Flügel sur le décès et l’enterrement de l’acteur Talma.

58 Lettre du 22.7.1827 de Fleischer à Flügel (UBL) : « Encore une nukta [arabe. En français : mot d’esprit]. Tu sais que nous venons de recevoir une girafe d’Afrique. Dernièrement, elle a rendu visite au roi à St. Cloud, i.e. dans son Pillnitz. Peu de temps après, on a fait ici le mot d’esprit suivant : A. Savez-vous qu’on tuera la giraffe [sic] de par le Roi ? B. Pourquoi ? A. Parce que Sa Majesté ne veut pas qu’il y ait en France une plus grande bête qu’elle même. »

59 Lettre de Paris du 7.5.1824 de Fleischer à son père : « Accessoirement, je tiens à t’informer que toutes les lettres qui partent avec le courrier en France doivent être ouvertes ; celles qui sont scellées sont défaites et censurées en fonction des circonstances. » Il convient ici de remarquer que toutes les lettres n’étaient pas envoyées par courrier, mais pouvaient également être transportées par des voyageurs et des commerçants.

60 Lettre du 23.10.1826 de Fleischer à Flügel (UBL).

61 Lettre du 29.3.1826 de Fleischer à Flügel (UBL).

62 Lettre du 29.3.1826 de Fleischer à Flügel (UBL).

63 Lettre du 7.5.[1827] de Fleischer à Flügel (UBL) : « Étudie avec assiduité la grammaire, et encore la grammaire ; - Sacy n’exige que cela de ses élèves, et correctement de surcroît - tout le reste se trouvera là-dedans. »

64 Lettre du 22. 7. 1827 de Fleischer à Flügel (UBL). L’ouvrage parut sous le titre : Anthologie grammaticale arabe ou morceaux choisis de diverses grammairiens et scholiastes arabes, avec une traduction française et de notes, pouvant faire suite à la Chrestomathie arabe, Paris, 1829.

65 Lettre du 7.4. (1827 ?) de Fleischer à Flügel (UBL).

66 Voir Seybold, Fleischer’s Briefe, p. 50.

67 Sur ce dernier, voir Reig, Homo orientaliste, p. 86sq.

68 D’après le répertoire de tous les auditeurs de Fleischer dans le fond de l’UBL. A l’exception de H. Derenbourg, les noms ne sont pas connus comme étant ceux d’orientalistes.

69 Cf. Les remarques sur un voyage à Beyrouth en 1876 de la plume du Suisse Carl von Orelli, élève de Fleischer, Durch’s Heilige Land. Tagebuchblätter, Bâle, 21879, p. 299 sq. « Le pasteur B. à Beyrouth nous était connu depuis Port Saïd et cela nous réjouit d’assister à l’office dans la jolie salle de prière de l’orphelinat des diaconesses. La journée passa en outre au fil d’une promenade dans le désert qui, sous forme de dunes de sables, s’avance jusqu’aux limites toutes proches de la ville, et de visites au missionnaire St. et ( ?) Butrus Bustani, l’un des plus remarquables écrivains arabes, qui nous a accueillis avec affabilité dans son élégante maison et s’est entretenu avec nous en anglais. En tant qu’étudiants de son ami le professeur Fl. à Leipzig, nous lui étions doublement bienvenus. »

70 C. Brockelmann, Die morgenländischen Studien in Deutschland, in : Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft 76 / 1922, p. 10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Holger Preißler, « Les contacts entre orientalistes français et allemands dans les années 1820 et 1830, d’après la correspondance de Heinrich Leberecht Fleischer (1801-1888) », Revue germanique internationale, 7 | 2008, 93-108.

Référence électronique

Holger Preißler, « Les contacts entre orientalistes français et allemands dans les années 1820 et 1830, d’après la correspondance de Heinrich Leberecht Fleischer (1801-1888) », Revue germanique internationale [En ligne], 7 | 2008, mis en ligne le 15 mai 2011, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://rgi.revues.org/399 ; DOI : 10.4000/rgi.399

Haut de page

Auteur

Holger Preißler

Professeur en histoire des religions et en études islamiques à l’Université de Leipzig.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org