Navigation – Plan du site

France Allemagne et retour : une discipline née dans l’émulation

Sabine Mangold
Traduction de Céline Trautmann-Waller
p. 109-124

Résumés

Le point de départ et la thèse centrale de cet article sur les études orientales allemandes au XIXe siècle, envisagées dans une perspective franco-allemande, est l’idée qu’entre 1800 et 1914 les orientalistes allemands non seulement entretinrent des contacts personnels et échangèrent nombre d’idées avec leurs collègues français, mais que le modèle français et la concurrence permanente avec les collègues du pays voisin fonctionnèrent comme un moteur pour le développement en Allemagne des institutions, des recherches et des méthodes liées aux études orientales. Quatre parties examinent les grandes phases de l’histoire des entrelacements, des stimulations et des transferts réciproques entre orientalistes allemands et français.

Haut de page

Dédicace

En hommage au Professeur Elisabeth Fehrenbach pour son 70e anniversaire

Notes de la rédaction

(Traduit de l’allemand par Céline Trautmann-Waller)

Texte intégral

  • 1 Concernant l’utilisation contemporaine des deux notions, voir Sabine Mangold, Eine “weltbürgerliche (...)
  • 2 Ainsi récemment de nouveau Robert Irwin, For Lust of Knowing. The Orientalists and their Enemies, L (...)

1Ne voulant et ne pouvant pas reprendre ici la discussion autour de la légitimité des termes « orientaliste » et « orientalisme 1 », je les utilise dans cette contribution parce qu’ils permettent de rassembler sans détours compliqués les chercheurs qui s’occupèrent des différentes langues et littératures, cultures et religions, ainsi que de l’histoire des différents espaces géographiques regroupés sous le nom d’Orient. Pour le XIXe siècle, qui parlait aussi bien de « sciences levantines » (Morgenländische Wissenschaften) que de « philologie orientale » (Orientalischen Philologie), ces deux notions synthétiques sont d’autant plus appropriées que le processus de spécialisation et de différentiation disciplinaire ainsi que d’homogénéisation de la communauté scientifique n’était pas encore arrivé à son terme. J’entends donc par « orientalisme », sciemment pris dans un sens étroit, une discipline scientifique qui se présentait institutionnellement sous la forme de chaires universitaires propres, dédiées à différentes langues orientales, et qui était marquée par son rattachement à des institutions universitaires : en Allemagne aux nombreuses universités mais aussi aux Académies des Sciences ou aux séminaires de langues orientales ; en France, outre les universités et le Collège de France, surtout à l’École spéciale des langues orientales vivantes et, depuis 1868, aussi à l’École Pratique des Hautes Études. Certes, on pouvait être orientaliste sans être lié à une institution scientifique mais ces érudits orientalistes constituent de plus en plus, au XIXe siècle, une exception, du moins en Allemagne. L’histoire des études orientales commence donc nettement avant le XIXe siècle, mais, l’histoire des sciences soulignant encore et toujours les transformations qualitatives et paradigmatiques qui se produisirent autour de 1800, il est légitime de parler pour cette période d’un orientalisme « moderne2 ». C’est de ce nouvel orientalisme que nous allons traiter.

  • 3 Un symptôme en est la simple évocation de Jules Mohl et l’absence d’autres orientalistes chez Marc (...)
  • 4 Concernant les études linguistiques, qui sont difficiles à distinguer des études orientales avant l (...)
  • 5 Voir Michel Espagne, Les transferts culturels franco-allemands, Paris 1999, p. 91sq.

2Tout comme les histoires de la France et de l’Allemagne, les histoires scientifiques des deux pays sont intimement liées, et l’histoire des études orientales au XIXe siècle ne fait pas exception ici. Il faut bien plutôt noter que non seulement les sociétés orientalistes profitèrent de manière considérable des échanges concrets entre la France et l’Allemagne, mais que le modèle français et la concurrence avec la recherche orientaliste française signifièrent à travers tout le XIXe siècle pour les orientalistes allemands et leurs promoteurs une motivation centrale dans le développement de la discipline et les avancées scientifiques. Les études orientales allemandes, dont on a écrit l’histoire à plusieurs reprises depuis le milieu du XIXe siècle, n’ont jusqu’à présent ni été évoquées dans les études générales sur les transferts scientifiques entre la France et l’Allemagne 3, ni même été expressément étudiées de ce point de vue4, bien que Michel Espagne ait émis prudemment l’hypothèse que le champ des études orientales fut peut-être plus important dans le transfert germano-français qu’on ne l’a perçu jusqu’à présent 5. C’est pourquoi cette contribution présentera l’histoire des études orientales allemandes au XIXe siècle sous l’aspect spécifique de l’échange entre l’Allemagne et la France.

Silvestre de Sacy et les études orientales allemandes

  • 6 Note du Ministre hessois Du Thil (14.6.1833), citée par Franz Babinger, Ein Halbjahrhundert morgenl (...)
  • 7 Robert Irwin, For Lust of Knowing, op. cit.
  • 8 Lettre du 12.1.1825 de Fleischer à son père (Archives Fleischer, 4.3 : 47 Lettres de France adressé (...)
  • 9 Voir Joseph Toussaint Reinaud, Notice historique et littéraire sur M. le baron Silvestre de Sacy, i (...)
  • 10 Voir Hartwig Derenbourg, Silvestre de Sacy. Une esquisse biographique, in : Internationale Zeitschr (...)
  • 11 Voir sur ce point Mangold, Eine “weltbürgerliche Wissenschaft”, p. 40-42 et récemment Robert Irwin, (...)

3S’il est impossible de savoir qui exista le premier, de la poule ou de l’œuf, il peut paraître plus aisé de répondre à la question de la primauté des études orientales allemandes ou françaises. Car avec Antoine Isaac Silvestre de Sacy une césure, un nouveau commencement, « une nouvelle impulsion »6 se produisirent dans l’histoire de l’étude scientifique des langues et des cultures de l’Orient par les érudits européens : voilà un fait qui non seulement a été relevé et souligné encore très récemment par l’orientaliste américain Robert Irwin dans son livre amusant sur l’histoire des orientalistes7, mais dont les contemporains de de Sacy étaient déjà conscients. Antoine Isaac Silvestre de Sacy (1758-1838) restera donc sans doute à jamais le point de fuite de toute présentation des études orientales européennes au XIXe siècle. Il est d’autant plus dommageable que nous ne disposions toujours pas d’une véritable biographie. Un tel travail devrait répondre au moins à deux exigences. Tout d’abord il devrait expliquer, au-delà de ses origines jansénistes déjà connues, d’où vint à de Sacy la motivation d’étudier les langues orientales et de sortir du cercle des brumes théologiques. Ceci s’impose notamment pour mettre en évidence le fait que même de Sacy ne saurait avoir inventé les études orientales à partir de rien. Une biographie moderne devrait également expliquer pourquoi ce fut de Sacy précisément qui, de son vivant déjà, atteignit le rang de figure suprême, de « patriarche et prince » 8 des orientalistes, pour emprunter les termes utilisés en 1835 par son élève allemand Heinrich Leberecht Fleischer. Car dire que l’image que les orientalistes français et allemands se faisaient de de Sacy provenait surtout de la nécrologie rédigée par Joseph Toussaint Reinaud (1795-1867) en 18389, et de l’« Esquisse biographique » (1887) de Hartwig Derenbourg inspirée de la précédente10, permet certes d’expliquer la haute estime dans laquelle on le tint durant la deuxième moitié du XIXe siècle et la stylisation en honnête homme et en bon scientifique dont il fit l’objet dans les histoires européennes de la discipline, mais cela ne permet pas de comprendre pourquoi l’érudit français faisait déjà tant de bruit parmi les orientalistes qui étaient ses contemporains11.

  • 12 Voir, pour la première étude sur cette question, Henri Dehérain, Silvestre de Sacy et ses correspon (...)
  • 13 Voir Michel Espagne, Un Orient franco-allemand : les correspondants de Silvestre de Sacy, in : Maur (...)
  • 14 Voir Reinaud, Notice, p. 118 ; et, après lui, Derenbourg, Silvestre de Sacy, p. IV.
  • 15 Concernant Eichhorn et le Repertorium voir Mangold, Eine “weltbürgerliche Wissenschaft”, p. 36 avec (...)
  • 16 Derenbourg, Silvestre de Sacy, p. IV. Voir Eichhorn, Repertorium, Teil 13, p. 257 sq.
  • 17 Ce n’est qu’à partir de 1795 que les orientalistes français disposèrent avec le Magasin encyclopédi (...)

4Un simple regard sur les contacts de de Sacy avec l’Allemagne avant et après sa nomination sur la chaire d’arabe à l’École spéciale des langues orientales vivantes en 1795, montre que la question de la primauté des études orientales françaises ou allemandes n’est pas aussi facile à résoudre qu’il pouvait sembler au premier abord. Visiblement, de Sacy ne prit pas seulement connaissance des publications des principaux théologiens orientalistes allemands qui occupaient depuis la Réforme des chaires de langues orientales au sein des facultés de philosophie, principalement dans les universités protestantes, mais il entretint également avec certains d’entre eux une correspondance suivie12. Dans une perspective franco-allemande, Michel Espagne parle à ce propos d’une véritable « communauté transnationale13 ». La première fois que le nom de de Sacy apparaît en Allemagne, c’est en 1780 dans une notice du Repertorium für biblische und morgenländische Litte-ratur 14, édité depuis 1777 à Iéna par le professeur de langues orientales Johann Gottfried Eichhorn (1752-1827) 15. Trois ans plus tard, le premier article de de Sacy, sur « le texte et la traduction des deux lettres que les Samaritaines avaient adressées à Joseph Scalinger vers la fin du seizième siècle 16 », paraît dans cette revue allemande. Longtemps avant que de Sacy ne devienne un interlocuteur privilégié des orientalistes allemands, ces derniers furent donc d’abord pour lui un réservoir de connaissances et une source d’inspiration méthodologique. Ils lui donnaient de plus accès à un organe de publication spécialisé qui manquait encore en France17.

  • 18 Daniel Reig, Homo orientaliste. La langue arabe en France depuis le XIXe siècle, Paris, 1988, p. 10 (...)
  • 19 Voir Ramona French, Olaf Gerhard Tychsen – ein deutscher Orientalist des 18. Jahrhunderts. Eine Unt (...)
  • 20 Concernant Vater et ses contacts avec de Sacy, voir Derenbourg, Silvestre de Sacy, p. VI ; Reig, Ho (...)
  • 21 Cet ajout se trouve sur la page de couverture du premier volume des Fundgruben.
  • 22 Die Fundgruben des Orients 1 / 1809, p. 466. Trois contributions de de Sacy en tout se trouvent dan (...)
  • 23 Voir Joseph von Hammer-Purgstall, Erinnerungen aus meinem Leben 1774-1852, Vienne et Leipzig, 1940, (...)
  • 24 Voir Sepp Reichl, Hammer-Purgstall. Auf den romantischen Pfaden eines österreichischen Orientforsch (...)

5D’après Daniel Reig, Eichhorn et de Sacy entretinrent « une correspondance durant quarante-six ans18 », et ce fut peut-être aussi Eichhorn qui mit de Sacy en relation avec d’autres correspondants allemands. Particulièrement bien documentés sont les contacts entre de Sacy et l’orientaliste de Rostock Oluf Gerhard Tychsen, sachant que dans ce cas l’initiative vint de Tychsen 19. Vu les échanges intensifs entre de Sacy et ses collègues allemands, on ne s’étonnera pas que les Principes de Grammaire générale, mis à la portée des enfants, et propres à servir d’introduction à l’étude de toutes les langues, parus en 1799, aient été disponibles tout juste cinq après, donc en 1804, dans une traduction allemande réalisée par l’orientaliste de Halle Johann Severin Vater 20. Au plus tard à cette date, Sacy s’était établi comme un des grammairiens et des orientalistes les plus exceptionnels d’Europe, même si ses principaux travaux concernant l’arabe ne devaient paraître qu’après 1800. Plus faciles à retracer que la réception en Allemagne de cette première Grammaire de de Sacy, sont ses liens avec Joseph von Hammer-Purgstall, l’ancien drogman de la monarchie des Habsbourgs à Constantinople. Hammer édita entre 1809 et 1818 la revue Die Fundgruben des Orients. Avec son mélange de scientificité et de popularité, cette première revue orientaliste, qui se passait sciemment de tout lien avec la théologie, atteignit malgré son format peu maniable un lectorat d’érudits qui s’étendait bien au-delà de Vienne, comptant par exemple également Goethe en son sein. Éditées par une « Société d’amateurs21 », les Fundgruben parvinrent à gagner également comme contributeur, à côté d’une série d’autres orientalistes français, « Monsieur S. de Sacy, membre du Corps législatif et professeur d’arabe à Paris22 ». Hammer rapporte dans son autobiographie qu’il commença à correspondre avec de Sacy en 180223. Durant l’hiver 1809 il s’appuya sur de Sacy pour faire ramener à Vienne les manuscrits orientaux saisis par Napoléon dans la capitale autrichienne24, confirmant ainsi non seulement les compétences scientifiques de de Sacy, mais plus encore son rôle clé dans la communauté orientaliste française, un rôle clé auquel ses connexions politiques n’étaient pas étrangères.

  • 25 En même temps que Kosegarten séjournèrent à Paris les orientalistes allemands Othmar Frank, Franz B (...)
  • 26 Ibid., p. 10.

6Enfin, de Sacy entretenait aussi des contacts avec Tübingen, d’où le professeur de langues orientales et chancelier universitaire local, Christian Friedrich Schnurrer (1742-1822), lui envoya dès 1812 le jeune Johann Gottfried Kosegarten, à peine âgé de vingt ans, comme premier élève allemand25. Après son retour dans l’Allemagne post-napoléonienne, Kosegarten écrivait en 1817 que Schnurrer avait été intimement lié à de Sacy depuis des années « par une estime réciproque et par les similitudes de leurs recherches26 ». Malheureusement cette relation n’a pas non plus été étudiée de près, bien que Schnurrer ait occupé en tant qu’éditeur de la Bibliotheca arabica (1811) une position importante parmi les orientalistes de l’époque charnière autour de 1800.

  • 27 Ibid., p. 9.
  • 28 Voir aussi à ce sujet une Note du Ministre hessois Du Thil (14.6.1833) concernant le choix d’un pro (...)
  • 29 Concernant les cours d’arabe dispensés par de Sacy, voir Sabine Mangold, “Ueble Leistung, er ist fü (...)
  • 30 Voir Christian Friedrich Seybold (éd.), Fleischers Briefe an Haßler aus den Jahren 1823-1870, Tübin (...)
  • 31 Voir Schalenberg, Humboldt auf Reisen, p. 96. Il faut tenir compte également du fait que de Sacy lu (...)

7Malgré ces multiples échanges franco-allemands, le renom et la célébrité de de Sacy ne furent véritablement répandus en Allemagne que par l’intermédiaire de ses élèves allemands. Kosegarten fut le premier de cette lignée. En reproduisant mot pour mot dans sa première publication, Carmina Orientalium Triga, les témoignages de ses professeurs parisiens, au premier chef celui de l’« Illustrissime » 27Silvestre de Sacy, il donna naissance en Allemagne à une tradition voulant que seul celui qui avait suivi l’enseignement de de Sacy, ou du moins de l’un de ses élèves, pouvait encore prétendre être un orientaliste28. À en croire les contemporains, ce n’était donc pas dans les universités allemandes mais à Paris, auprès de de Sacy, que l’on pouvait acquérir une connaissance précise des langues orientales. Visiblement de Sacy transmettait, au-delà de la critique textuelle philologico-histo-rique qui lui était familière tout comme elle l’était à ses élèves allemands, une manière encore plus précise et plus détaillée d’aborder les langues orientales, celles-ci étant enseignées pour elles-mêmes et non plus seulement en vue de leur contribution à la compréhension de la Bible. Plus que chez les universitaires allemands, l’enseignement de de Sacy se concentrait véritablement sur la compréhension de la langue, c’est-à-dire sur les connaissances lexicales et grammaticales 29, ce qui était ressenti par les Allemands comme « scientifique » par opposition à un déficit allemand. Lorsque les élèves allemands de de Sacy et les historiens de la discipline à leur suite, soulignaient que c’était chez lui que les orientalistes européens apprirent à connaître le travail philologique rigoureux, il ne s’agissait pas simplement d’un transfert-retour de leurs propres méthodes. La manière méticuleuse dont de Sacy enseignait la traduction mot à mot, telle que Heinrich Leberecht Fleischer le décrit dans ses lettres 30, n’était pas étrangère aux Allemands, qui l’avaient expérimentée dans les cours de latin. À Paris ils la retrouvaient cependant, appliquée avec une radicalité jamais vue, à une langue – l’arabe – qui n’était envisagée la plupart du temps en Allemagne que comme une langue auxiliaire permettant de comprendre l’hébreu. On ne s’est guère demandé jusqu’à présent dans quelle mesure la méthode de de Sacy, ressentie comme scientifique, résultait également des besoins pratiques de la formation d’interprètes, tel que l’exigeait la mission de l’École spéciale 31.

  • 32 Voir Antoine Isaac Silvestre de Sacy, Grammaire Arabe à l’usage des élèves de l’école spéciale des (...)
  • 33 Archives de l’Université de Bonn, Archives Gildemeister, Lettres, version dactylographiée, Lettre d (...)
  • 34 Voir ibid., Lettre du 9.5.1834 à ses parents.
  • 35 Il faut penser ici tout particulièrement à Gustav Weil. Concernant Weil, qui était de confession ju (...)
  • 36 Heinrich Leberecht Fleischer, Samachschari’s Goldene Halsbänder, nach dem berichtigten Texte der v. (...)

8L’intérêt porté par de Sacy à la langue et à la grammaire des textes orientaux, surtout arabes, le fait qu’il ait pris au sérieux, pour la première fois, les philologues arabes comme grammairiens32, tout cela permettait de sortir des comparaisons linguistiques polyglottes et proto-scientifiques qui avaient prévalu jusque-là, et établissait les études arabes comme un domaine d’étude et de recherche indépendant. C’est dans ce sens que Georg Wilhelm Freytag, un autre élève allemand de de Sacy, venu à Paris en 1815 comme prédicateur d’une division prussienne, intimait à ses étudiants de l’université de Bonn que « l’arabe à lui seul suffisait déjà »33 et que seule « la grammaire arabe de de Sacy » (il s’agit de la « Grammaire Arabe » de 1810), pouvait servir d’« antidote » contre un mauvais usage de celle-ci34. Comme le montrent ces nombreux exemples, l’entrelacement des recherches de de Sacy et de l’orientalisme allemand de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle ne commença donc pas seulement avec Heinrich Leberecht Fleischer. Mais si d’autres orientalistes allemands formés à Paris se référaient à de Sacy comme autorité décisive35, seul Fleischer fit avec véhémence de de Sacy le « maître » 36 des orientalistes.

Paris, la Mecque des orientalistes allemands

  • 37 Concernant la fondation de l’École spéciale et sa conception première comme école de traducteurs, v (...)
  • 38 Voir Le Collège de France (1530-1930). Livre jubilaire composé a l’occasion de son quatrième centen (...)
  • 39 Concernant Kieffer, qui se définissait lui-même comme « Professeur de langue Turque au Collège Roya (...)
  • 40 Concernant Chézy voir Langues’O 1795-1995, p. 78 sq. Sylvain Lévi, Les Origines d’une Chaire : L’En (...)
  • 41 Voir Kosegarten, Carminum Orientalium Triga, p. 138-144, citation p. 140.
  • 42 Concernant Abel-Rémusat voir Henri Maspéro, La Chaire de langues et littératures chinoises et tarta (...)
  • 43 Voir Briefe über den Fortgang der asiatischen Studien in Paris.

9Les stylisations des élèves allemands contribuèrent plus que tout à ce que, parmi les orientalistes en Allemagne, Paris fut identifiée à de Sacy. La capitale française avait cependant plus à offrir à un étudiant de langues orientales que cet unique professeur, visiblement très impressionnant. Tout d’abord il y avait là les collègues de de Sacy à l’École spéciale des langues orientales vivantes fondée en 1795 37 et au Collège de France38. Ils n’atteignaient certes généralement pas son degré de célébrité scientifique ni sa position institutionnelle, mais eux aussi exerçaient dans leur domaine de spécialité une certaine attraction sur les élèves orientalistes venus d’Allemagne. En dehors de la diffusion de leurs propres travaux, c’est la première publication de Johann Gottfried Kosegarten déjà évoquée, qui contribua à faire connaître leur nom. Car à côté de de Sacy, Kosegarten y évoquait et y louait également ses autres professeurs, les introduisant ainsi auprès du public allemand : Louis Langlès, le directeur de l’École spéciale, Cirbied, professeur d’arménien au sein de la même école ; Daniel Kieffer, un Alsacien qui enseignait le turc au Collège Royal ;39 et Antoine-Léonard de Chézy40, « premier employé aux manuscrits de la bibliothèque du Roi et professeur adjoint de Persan à l’école spéciale des langues orientales » 41. Kosegarten, qui visiblement n’avait pas accès au Collège de France, ne cite pas Jean Pierre Abel-Rémusat dans cette liste. Ce dernier y enseignait le chinois depuis 1814, devint en 1824 conservateur des manuscrits orientaux à la Bibliothèque royale et, en tant que co-fondateur et secrétaire de la Société asiatique, joua au sein de la communauté orientaliste parisienne un rôle des plus importants, bien que sous-estimé jusqu’à présent dans l’histoire de la discipline 42. Tous ces professeurs, leurs différents domaines de recherche, leurs méthodes et leurs élèves allemands, dont le nombre s’était accru au fil des ans, furent au centre d’un écrit anonyme paru en 1828 qui fit beaucoup de bruit parmi les orientalistes allemands et circula certainement aussi à Paris. Dans les Lettres concernant l’avancée des études asiatiques à Paris (Briefe über den Fortgang der asiatischen Studien in Paris) un « jeune Allemand féru de langues orientales » ne faisait pas seulement la publicité des études parisiennes en la matière, mais familiarisait aussi les spécialistes, tout comme un public plus large intéressé par ces questions, avec les querelles scientifiques des orientalistes français et allemands de l’École spéciale 43.

  • 44 Voir Gerd Schubring, Spezialschulmodell versus Universitätsmodell. Die Institutionalisierung von Fo (...)
  • 45 Geheimes Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz (Berlin-Dahlem), I. HA Rep. 208 A, no 179, Feuillet (...)
  • 46 Eduard Sachau (éd.), Bericht über die Eröffnung des Seminars für Orientalische Sprachen an der Köni (...)
  • 47 Ibid., p. 4.
  • 48 Concernant les orientalistes allemands qui vinrent à Paris avec une bourse de l’Etat, voir Mangold, (...)

10Gerd Schubring a souligné que le modèle français de l’École spéciale ne fut pas imité en Allemagne, du moins pas avant 187044. Par la suite, l’École spéciale finit cependant par servir de modèle pour une institution allemande, même si ce lien est souvent nié. Lorsque le Séminaire de langues orientales fut créé à Berlin en 1887 comme institut rattaché à l’Université, il devint la cible des attaques venues des cercles conservateurs. En créant cet institut, pouvait-on lire dans la presse, on avait commis le « pas fatidique », on avait rompu avec le principe allemand de la liberté universitaire, créant une institution de dressage d’après le modèle des Académies françaises45. Ironiquement, malgré ces critiques et malgré les tentatives pour masquer la réalité, c’était pourtant bien l’École spéciale parisienne qui avait servi de modèle pour la fondation du Séminaire de langues orientales. Le mémorandum de 1886 préparant cette fondation imaginait celle-ci « par analogie avec les écoles de langues orientales existant à Vienne et à Paris 46 », et le ministre prussien de l’éducation, von Gossler, parlait encore explicitement lors de l’inauguration du Séminaire de « certains traits étrangers » 47 qui lui étaient propres. Si le modèle d’une École spéciale ne put véritablement s’imposer en Allemagne comme forme d’organisation, l’exemple de l’École parisienne avec ses chaires spécifiques pour les différentes langues orientales n’en agit pas moins comme une stimulation, même si des limites dues à l’aspect financier et à l’absence de demande s’opposèrent toujours en Allemagne à la réalisation pratique de cet idéal. Ainsi la Bavière et la Prusse financèrent-elles des bourses pour que leurs futurs titulaires de chaires pour les langues orientales puissent faire leur formation en sanscrit, arabe, persan ou chinois à Paris 48.

  • 49 Les numéros du Journal Asiatique sont consultables sur internet : gallica.bnf.fr.
  • 50 Fleischer à Hassler, lettre du 16.9.1831, in : Seybold, Fleischers Briefe, p. 60.
  • 51 Voir la contribution de Ludmila Hanisch dans le présent volume.

11Mais, depuis 1821, les orientalistes allemands de Paris étaient fascinés également par l’existence d’une société spécialement dédiée à leur science, la Société asiatique, qui, depuis 1822, éditait aussi son propre journal, le Journal asiatique 49. Trois ans après son retour en Allemagne, Fleischer écrivait encore en soupirant : « Ah mon Dieu, si seulement nous avions ici une telle société asiatique en miniature ! Tout ce que nous pourrions faire alors ! 50 ». Et lorsque les orientalistes allemands firent enfin en 1844 les premiers pas vers la création d’une Société orientale allemande, ils avaient toujours devant les yeux le modèle de la Société asiatique de Paris, dont un nombre important d’entre eux connaissait le fonctionnement depuis leurs études à Paris et faisait partie comme membre correspondant 51.

  • 52 Nous ne disposons malheureusement pas d’une place suffisante ici pour rendre compte de manière déta (...)
  • 53 Les lettres de Fleischer paraissent indiquer que Rémusat usa de son influence auprès du gouvernemen (...)
  • 54 Fleischer à Hassler, Lettre du 30.4.1826, in : ibid., p. 32.

12Paris n’avait cependant pas que des professeurs, des formations, des manuscrits, des échanges scientifiques et des possibilités de publication à offrir. En raison de l’ancrage institutionnel exceptionnel des études orientales dans la vie universitaire et scientifique de la capitale française autour de 1800, les orientalistes allemands y trouvaient aussi la promesse d’une carrière ou tout simplement d’un gagne-pain à travers l’un des postes fixes, alors plutôt rares en Europe. Car même si certains des premiers orientalistes allemands vinrent à Paris avec des bourses de leurs gouvernements respectifs et même s’il existait déjà en Allemagne dans la plupart des universités une chaire de langues orientales, le marché du travail n’offrait pas de nombreuses occasions de gagner sa vie en tant qu’orientaliste professionnel. Dans les années 1820 et au début des années 1830 la perspective de se « caser » en Russie, à Londres ou à Paris en était d’autant plus attirante. Parmi les orientalistes qui y parvinrent, il faut citer Julius Klaproth et Julius Mohl, par lesquels passèrent en grande partie les échanges franco-allemands dans le domaine des études orientales 52. Presque aussi exceptionnelle fut la carrière française de l’orientaliste de Gießen Friedrich Ludwig Schulz. Comme beaucoup d’Allemands, Schulze vint à Paris grâce à une bourse. Il tint en 1825 une conférence très remarquée devant la Société asiatique et parvint, dans des circonstances difficiles, à reconstruire dans leur totalité et à obtenir du gouvernement français le financement pour une expédition en Perse53. Comme il décéda durant ce voyage, cette entreprise resta sans suite et n’entra pas dans les annales des transferts scientifiques franco-allemands. Les lettres de Fleischer révèlent en tout cas que les Français grognèrent « de façon très perceptible en raison de cette faveur accordée à un Transrhénan54. »

La domination des études orientales allemandes à partir du milieu du XIXe siècle

13Étant donné l’afflux des orientalistes allemands à Paris et les collaborations franco-allemandes décrites précédemment pour le premier tiers du XIXe siècle, on peut se demander comment l’orientalisme allemand put acquérir la réputation d’avoir atteint une suprématie scientifique en Europe durant le XIXe siècle. Pourquoi les orientalistes français tournèrent-ils de plus en plus leurs regards vers l’Allemagne à partir du milieu du siècle et quelle forme prit la rencontre franco-allemande dans le domaine des études orientales jusqu’à la fin du siècle ?

  • 55 Voir Journal Asiatique 1 / 1822, p. 377-380.
  • 56 Lettre du 30.11.1843 de Fleischer à son père (UBL).
  • 57 Voir Holger Preißler, Friedrich Rückert und Heinrich Leberecht Fleischer. Beziehungen zwischen zwei (...)
  • 58 Voir Johann Fück, Die arabischen Studien in Europa bis in den Anfang des 20. Jahrhunderts, Leipzig, (...)
  • 59 Ibid., p. 251.
  • 60 James Darmesteter, De la part de la France dans les grandes découvertes de l’orientalisme moderne, (...)
  • 61 Voir Hahn, Das Unterrichts-Wesen in Frankreich, p. 648 : « Les [conférences] sur la littérature ori (...)
  • 62 Voir Darmesteter, De la part de la France, p. 1-4 ; et Benfey, Geschichte der Sprachwissenschaft, t (...)

14L’exemple de de Sacy montrait déjà que dès le début du XIXe siècle l’échange entre la France et l’Allemagne n’était pas une voie à sens unique. Et il est vrai que même durant les décennies où les Allemands venaient de plus en plus nombreux à Paris pour y étudier les langues orientales, les orientalistes français de leur côté observaient très attentivement ce qui se faisait dans leur domaine en Allemagne. Un simple coup d’œil sur les tables des matières du Journal asiatique le prouve. On n’y voit pas seulement apparaître régulièrement von Hammer comme collaborateur allemand, on y trouve aussi avant tout des comptes rendus de livres allemands et la première livraison comporte même une rubrique « Ouvrages sur l’Orient, publiés en Allemagne55 ». Cet intérêt pour les études orientales allemandes s’exprime aussi environ depuis le milieu du XIXe siècle par des séjours plus nombreux d’étudiants en langues orientales d’origine française dans des universités allemandes. Encore un peu étonné, mais très satisfait, Heinrich Leberecht Fleischer note en 1843 dans une lettre à son père : « La semaine dernière j’ai reçu mon premier élève parisien (...) avec une lettre de recommandation du bibliothécaire en chef de Sacy, le fils de mon propre digne professeur d’arabe et de persan. Les Français viennent donc maintenant en Allemagne pour étudier les langues orientales 56. » D’après des informations transmises par l’orientaliste et historien des religions de Leipzig, Holger Preißler, la liste des élèves de Fleischer se trouvant dans ses archives compte 322 noms57. Il faudrait un jour examiner combien d’entre eux venaient de France. D’après les sources secondaires, seul Hartwig Derenbourg est connu comme élève français de Fleischer. Mais Deren-bourg, qui reprit en 1879 la chaire d’arabe de de Sacy à l’École spéciale, était le fils d’un juif allemand, Joseph Derenbourg, qui avait émigré en France58. À ce titre, un séjour en Allemagne était peut-être plus naturel pour lui. À côté de Fleischer, l’orientaliste Heinrich Ewald de Göttingen attira également de nombreux orientalistes français. Johann Fück nomme pour la période après 1870 Hartwig Derenbourg et Rubens Duval, titulaire de la Chaire d’araméen au Collège de France depuis 1895 59. Même s’il est difficile de définir clairement le nom d’autres orientalistes français en Allemagne, il faut partir de l’idée que la migration de la France vers l’Allemagne dans la discipline des études orientales fut bien plus étendue à l’époque qu’on ne l’a pensé jusqu’à présent. Ce n’est pas pour rien que les orientalistes français louaient précisément l’organisation et les conditions d’exercice de la recherche dans les universités allemandes, qui leur semblaient exemplaires. L’orientaliste français James Darmesteter constatait ainsi : « L’Allemagne est le grand laboratoire des études orientales60. » Cette louange, destinée surtout à la plus grande facilité avec laquelle se formaient des « écoles » au sein des études orientales allemandes 61, a d’autant plus de valeur, qu’elle était destinée à s’opposer au tableau qu’avait donné de la discipline Theodor Benfey. Ce dernier avait négligé, selon Darmesterer, les accomplissements français dans le domaine des études orientales au profit de ceux de l’Allemagne 62.

15Malgré les structures exemplaires des universités allemandes, les études orientales allemandes ne pouvaient pratiquement exercer aucune influence institutionnelle sur la discipline sœur de l’autre côté du Rhin. Plus importante que la reprise de modèles institutionnels venus d’Allemagne fut donc pour les orientalistes français, comme cela avait déjà été le cas pour de Sacy, la confrontation avec la méthode scientifique des chercheurs allemands, c’est-à-dire avec la critique textuelle philologique, l’analyse historico-critique des sources, et également, sous l’influence de Michel Bréal, la comparaison linguistique d’après le modèle de

  • 63 Voir A. Meillet, La Grammaire comparée au Collège de France, in : Le Collège de France (1530-1930), (...)

16Bopp63. L’exemple d’Ernest Renan met en évidence combien cette adaptation de la science allemande pouvait aussi très bien se faire sans contact personnel avec l’Allemagne.

  • 64 Voir Fück, Die arabischen Studien, p. 254. Voir également Sabine Mangold, Die deutsche Universität (...)

17Seules des recherches complémentaires permettraient de déterminer si effectivement, conformément à ce rapide survol, les contacts directs entre orientalistes français et allemands furent moins nombreux durant la deuxième moitié du siècle que durant les premières décennies. La fonction de modèle jouée par les études orientales allemandes pour les chercheurs français, autant du point de vue des contenus que du point de vue de la méthode, est en revanche indéniable. Toutefois, la fin de ce rôle de précurseur s’esquissa à son tour dès le tournant du siècle. Comme le constatait l’orientaliste allemand Johann Fück, la France prit de nouveau les devants après 1900 avec une innovation méthodologique qui ne s’imposa vraiment en Allemagne que durant la deuxième moitié du XXe siècle. Bien que les Allemands aient occupé la première position dans la recherche historico-critique sur l’islam, seule une petite partie d’entre eux s’ouvrit à la sociologie avant 1914. En France, en revanche, une chaire de sociologie islamique à la Sorbonne, occupée par Le Chatelier, fut créée dès 190264. Même du point de vue des contenus, les orientalistes allemands tournèrent de nouveau, à partir de 1890, leurs regards vers la France, ce qui n’est pas sans lien avec les ambitions coloniales et impériales de l’Empire allemand. Non seulement on institutionnalisait désormais en dehors des universités des études orientales à vocation nettement pratique, mais de nouvelles thématiques, comme la recherche dialectale, recevaient également alors leurs impulsions de France.

Le modèle français comme stratégie argumentative

18La dernière partie de cette contribution se concentrera sur trois exemples dans lesquels les études orientales françaises ne sont pas (ou pas seulement) présentées comme un modèle à imiter, mais surtout comme un argument pour inciter au développement méthodologique ou institutionnel des études orientales allemandes.

  • 65 Voir Mangold, Eine “weltbürgerliche Wissenschaft”, p. 81.
  • 66 Fleischer, Samachschari’s Goldene Halsbänder, p. IV.
  • 67 Ibid.
  • 68 Ibid., p. V.

19L’édition des sentences du philologue arabe Samachschari publiée par Heinrich Leberecht Fleischer en 1835 a déjà été décrite comme document de l’auto-fondation programmatique de la philologie orientale en Allemagne65. Avec cet écrit, dans lequel Fleischer s’opposait dans une violente polémique à Joseph von Hammer-Purgstall comme prétendu « chef de file de l’orientalisme européen »66, celui qui allait devenir un orientaliste allemand influent installait non seulement son maître de Sacy comme centre et arbitre de la communauté des orientalistes européens, mais il se plaçait ainsi lui-même, du moins verbalement, à la tête des orientalistes allemands. Après avoir établi que seul pouvait être un véritable orientaliste celui qui, comme lui, avait fait son apprentissage chez « Maître Sacy », il sermonnait ses collègues allemands à cause de leur mauvaise connaissance de l’arabe : « Oui vraiment, il est temps que nous, orientalistes allemands, devenions plus sévères sur ce point 67. » Il notait de manière provocante, qu’il ne serait guère étonnant « que la “méticulosité allemande” [deutsche Gründlichkeit] tombe en discrédit chez les confrères de l’autre côté du Rhin et du Channel68 ».

  • 69 Bibliothek der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft (ci-après BDMG), Halle, Akten der Deutschen (...)

20Visiblement, l’angoisse de la concurrence française se logea profondément dans la mémoire de la discipline orientaliste allemande. La création de l’université de Strasbourg en 1871 par exemple montre très bien combien le souvenir de la supériorité française dans le domaine des études orientales entre 1800 et 1830 était encore puissant pendant la deuxième moitié du siècle. Dans une requête adressée au curateur de l’université en instance de création, la Deutsche Morgenländische Gesellschaft rassembla en 1871 les arguments en faveur d’une large dotation en chaires relevant des études orientales. Ses développements culminaient dans la constatation qu’à Strasbourg, destinée à devenir le « bastion de la science allemande », la représentation des orientalia constituait « plus qu’un besoin urgent69 ». Autrement dit, du point de vue des orientalistes allemands, renoncer à leurs disciplines n’aurait pas signifié seulement renoncer à une science importante, mais bien plutôt renoncer à « devenir un point central d’où doivent partir dans différentes directions des impulsions décisives et durables. » La justification qu’ils en donnent est plutôt surprenante si l’on songe à la domination allemande dans les études orientales depuis 1850 environ, telle qu’elle a été esquissée plus haut. Même s’il faut tenir compte du fait que les orientalistes allemands souhaitèrent promouvoir leurs activités avec cet écrit, et usèrent de formulations prégnan-tes, cette requête met en évidence de manière impressionnante combien la concurrence avec les études orientales françaises déterminait, aux yeux des représentants de la discipline en Allemagne l’histoire et l’actualité de cette dernière. Elle montre aussi avec quelle efficacité cette rivalité pouvait être mise au service de la promotion de leur science.

  • 70 Georg Ebers, Ein deutsches Institut für Orientalisten zu Kairo, in : Beilage zur Allgemeinen Zeitun (...)
  • 71 Pour les citations, ibid., p. 2108.
  • 72 Ibid., p. 2090.

21Avec une telle stratégie de rappel de la suprématie des Français, l’égyptologue Georg Ebers mena lui aussi une campagne pour la création d’un « Institut allemand pour orientalistes au Caire70 ». Bien que son idée ne se soit pas imposée, ce projet est très intéressant d’un point de vue franco-allemand. Lorsque Ebers présenta son plan en 1887 à l’opinion publique, son esquisse était effectivement traversée par l’idée que seul un tel institut, « qui accorderait à des chercheurs allemands zélés les mêmes conditions de travail avantageuses que celles que la France offre depuis longtemps à ses orientalistes », permettrait de placer des érudits allemands « à la pointe d’une grande et importante discipline71 ». Même si ce n’était pas dit clairement, le projet de Ebers, qui reprenait en partie mot pour mot le mémorandum d’Ernest Renan pour l’« Institut d’archéologie orientale » français au Caire (1881)72, était sous-tendu par la crainte d’être largement dépassé, encore et toujours, non pas seulement par le rival politique, mais surtout par le rival scientifique par excellence, du moins pour ce qui était de l’orientalisme.

  • 73 Mangold, Eine “weltbürgerliche Wissenschaft”, p. 12.
  • 74 Lettre du 22.2.1827 de Fleischer à son père (UBL).

22Le point de départ de ces réflexions sur l’orientalisme allemand au XIXe siècle dans une perspective franco-allemande, a été la supposition que les orientalistes allemands, non seulement eurent des contacts personnels et scientifiques non négligeables entre 1800 et 1914 avec leurs collègues français, mais que le modèle français et la concurrence permanente avec les collègues du pays voisin, fonctionnèrent dans l’histoire de la discipline comme un important moteur pour le développement des contenus, des méthodes et des structures institutionnelles des études orientales en Allemagne. Dans ma thèse, j’ai décrit l’orientalisme philologique moderne allemand, indépendant et détaché de la théologie, comme une « science importée » de France 73. De telles formulations se laissent toujours facilement réfuter et dans le cas présent ce sont surtout la philologie et la critique biblique développées en Allemagne qui, à première vue, s’opposent à cette thèse, d’autant plus que les orientalistes français, aussi et surtout, suivaient attentivement vers 1800 les nouvelles publications des érudits orientalistes allemands formés à cette école. Quant aux orientalistes allemands, familiers de cet outillage méthodologique depuis leurs études dans les universités allemandes, ils étaient, pour cette raison précisément, sensibles à la nouveauté et à la spécificité de l’érudition orientaliste représentée par un Joseph von Hammer à Vienne et, plus encore, par un Silvestre de Sacy à Paris. Un étudiant ayant été formé aux études orientales dans une université allemande se sentait nécessairement dans la capitale française comme dans un « paradis oriental74 ». Non seulement il y trouvait des manuscrits ou des efforts constants pour parvenir à une compréhension véritablement exacte du texte, mais il s’y voyait de plus épargné par la question de savoir ce que ces recherches apportaient à la connaissance de la Bible et il pouvait lire des choses dont il n’était pas du tout sûr qu’elles servissent le salut de son âme. Et surtout, les orientalistes allemands trouvèrent à Paris des inspirations importantes pour le développement institutionnel de leur science : l’École spéciale des langues orientales vivantes, la Société asiatique et son Journal. Même dans la deuxième moitié du siècle, les études orientales françaises ne perdirent pas ce rôle de modèle. Que ce soit dans le cadre de la fondation du Séminaire de langues orientales, de l’appel à la création d’un institut spécialisé en Orient, de la discussion de nouveaux thèmes comme les dialectes ou les langues vernaculaires ou de nouvelles orientations méthodologiques au-delà de la philologie et de l’étude historico-critique de l’islam, à chaque fois les orientalistes allemands avaient devant les yeux l’exemple français, même si tout n’était pas repris tel quel ou si certaines innovations furent d’abord refusées et intégrées tardivement, comme par exemple la perspective sociologique. Et lorsque d’après leurs propres estimations, ainsi que celles des Français, les orientalistes allemands prirent un rôle dominant en Europe, parce qu’avec une méthode rigoureusement scientifique ils étudiaient les langues, les religions, les cultures et l’histoire du monde oriental dans des séminaires universitaires exemplaires dédiés à la recherche et à l’enseignement, le passé comme le présent des études orientales françaises leur servit d’exhortation permanente à assurer institutionnellement leur science, de manière à pouvoir affirmer sa suprématie en Europe aussi du point de vue des contenus et des méthodes.

Haut de page

Notes

1 Concernant l’utilisation contemporaine des deux notions, voir Sabine Mangold, Eine “weltbürgerliche Wissenschaft”. Die deutsche Orientalistik im 19. Jahrhundert, Stuttgart, 2004, p. 12 et p. 48-51.

2 Ainsi récemment de nouveau Robert Irwin, For Lust of Knowing. The Orientalists and their Enemies, Londres, 2006, p. 141, où Silvestre de Sacy est désigné comme le « fondateur de l’orientalisme moderne ».

3 Un symptôme en est la simple évocation de Jules Mohl et l’absence d’autres orientalistes chez Marc Schalenberg, Humboldt auf Reisen ? Die Rezeption des deutschen Universitätsmodells’ in den französischen und britischen Reformdiskursen (1810-1870), Bâle, 2002.

4 Concernant les études linguistiques, qui sont difficiles à distinguer des études orientales avant leur autonomisation institutionnelle, voir Erika Hültenschmidt, Paris oder Berlin ? Institutionalisierung, Professionalisierung und Entwicklung der vergleichenden Sprachwissenschaft im 19. Jahrhundert, in : Peter Schmitter (éd.), Zur Theorie und Methode der Geschichtsschreibung der Linguistik. Analysen und Reflexionen, Tübingen, 1987, p. 178-197. Voir aussi Jürgen Trabant, Indien und Amerika. Über die deutsch-französischen Anfänge der Sprachwissenschaft in Paris, in : Etienne François (éd.), Marianne-Germania. Deutsch-französischer Kulturtransfer im europäischen Kontext. Les transferts culturels France-Allemagne et leur contexte européen 1789-1914, vol. 2, Leipzig, 1998, p. 507-519.

5 Voir Michel Espagne, Les transferts culturels franco-allemands, Paris 1999, p. 91sq.

6 Note du Ministre hessois Du Thil (14.6.1833), citée par Franz Babinger, Ein Halbjahrhundert morgenländischer Studien an der hessischen Landes-Universität : J. A. Vullers, in : Nachrichten der Giessener Hochschulgesellschaft 2 / 1919, p. 68-88, ici p. 72.

7 Robert Irwin, For Lust of Knowing, op. cit.

8 Lettre du 12.1.1825 de Fleischer à son père (Archives Fleischer, 4.3 : 47 Lettres de France adressées à son père, Bibliothèque universitaire de Leipzig : UBL).

9 Voir Joseph Toussaint Reinaud, Notice historique et littéraire sur M. le baron Silvestre de Sacy, in : Journal Asiatique 34 / 1838, p. 113-195.

10 Voir Hartwig Derenbourg, Silvestre de Sacy. Une esquisse biographique, in : Internationale Zeitschrift für allgemeine Sprachwissenschaft 3 / 1887, p. I-XXVIII.

11 Voir sur ce point Mangold, Eine “weltbürgerliche Wissenschaft”, p. 40-42 et récemment Robert Irwin, For Lust of Knowing, p. 146. A côté des réalisations de de Sacy en tant qu’organisateur scientifique, il faudrait aussi enfin rendre hommage de manière détaillée à sa carrière politique et à ses réseaux d’influence.

12 Voir, pour la première étude sur cette question, Henri Dehérain, Silvestre de Sacy et ses correspondants, Paris, 1919, et tout particulièrement p. 17-36 concernant les correspondants allemands.

13 Voir Michel Espagne, Un Orient franco-allemand : les correspondants de Silvestre de Sacy, in : Maurice Godé et Michel Grunewald (éds.), La volonté de comprendre. Hommage à Roland Krebs, Berne et Berlin, 2005, p. 459-475, pour la citation p. 475.

14 Voir Reinaud, Notice, p. 118 ; et, après lui, Derenbourg, Silvestre de Sacy, p. IV.

15 Concernant Eichhorn et le Repertorium voir Mangold, Eine “weltbürgerliche Wissenschaft”, p. 36 avec les références bibliographiques.

16 Derenbourg, Silvestre de Sacy, p. IV. Voir Eichhorn, Repertorium, Teil 13, p. 257 sq.

17 Ce n’est qu’à partir de 1795 que les orientalistes français disposèrent avec le Magasin encyclopédique édité par Aubin-Louis Millin d’une revue qui s’ouvrait de manière notable aux orientalia. Concernant l’importance de cette revue pour l’institutionnalisation de la communauté des orientalistes français avant la création de la Société asiatique, voir Pascale Rabault, Réseaux internationaux de l’orientalisme naissant. Le Magasin encyclopédique comme relais du savoir sur l’Orient, in : Geneviève Espagne et Bénédicte Savoy (éds.), Aubin-Louis Millin et l’Allemagne. Le Magasin encyclopédique – Les lettres à Karl August Böttiger, Hildesheim, 2005, p. 161-189, et tout particulièrement p. 167-172.

18 Daniel Reig, Homo orientaliste. La langue arabe en France depuis le XIXe siècle, Paris, 1988, p. 106.

19 Voir Ramona French, Olaf Gerhard Tychsen – ein deutscher Orientalist des 18. Jahrhunderts. Eine Untersuchung seiner Korrespondenz als Beitrag zur Geschichte der Orientalistik, Rostock, 1984 ; et notamment p. 112-121 en ce qui concerne les contacts de Tychsen avec la France. Il importe de noter que Tychsen eut connaissance de la première publication de de Sacy, parue en 1793, ses Mémoires sur diverses antiquités de la Perse, par l’intermédiaire de Carsten Niebuhr. Voir ibid., p. 113 sq.

20 Concernant Vater et ses contacts avec de Sacy, voir Derenbourg, Silvestre de Sacy, p. VI ; Reig, Homo orientaliste, p. 107 ; et Mangold, Eine “weltbürgerliche Wissenschaft”, p. 122 et 147 avec d’autres indications bibliographiques.

21 Cet ajout se trouve sur la page de couverture du premier volume des Fundgruben.

22 Die Fundgruben des Orients 1 / 1809, p. 466. Trois contributions de de Sacy en tout se trouvent dans les six volumes parus. Voir Antoine Isaac Silvestre de Sacy, Observation sur deux provinces de la Perse orientale, le Gardjestan et le Djauzdjan, in : ibid., p. 321-344 ; du même, Pendnameh ou livre de conseils traduit du persan de Scheikh Attar, in : Die Fundgruben des Orients 2 / 1811, p. 1-24, p. 211-233 et p. 451-469 ; du même, Poëme d’Acha avec la traduction et des notes critiques, précédée d’une Notice historique sur ce poète, in : Die Fundgruben des Orients 5 / 1816, p. 1-16.

23 Voir Joseph von Hammer-Purgstall, Erinnerungen aus meinem Leben 1774-1852, Vienne et Leipzig, 1940, p. 51.

24 Voir Sepp Reichl, Hammer-Purgstall. Auf den romantischen Pfaden eines österreichischen Orientforschers, Graz et Vienne, 1973, p. 130-134 ; et Reinhard Kaiser, Joseph von Hammer-Purgstall. Sprachknabe, Diplomat, Orientalist, in : Gereon Sievernich et Hendrik Budde (éds.), Europa und der Orient 800-1900, Lesebuch, Berlin, 1989, p. 106-114, ici p. 112 sq. Tous deux suivent dans leur récit Hammer-Purgstall, Erinnerungen, p. 189-200. On trouve des notes critiques concernant ces mémoires in : Sibylle Wentker, Hammer-Purgstall als Homo Politicus im Spiegel seiner “Erinnerungen aus meinem Leben”, in : Marlene Kurz et al. (éds.), Das Osmanische Reich und die Habsburgermonarchie. Akten des internationalen Kongresses zum 150-jährigen Bestehen des Instituts für Österreichische Geschichtsforschung, Vienne et Munich, 2005, p. 515-523, ici p. 516-518.

25 En même temps que Kosegarten séjournèrent à Paris les orientalistes allemands Othmar Frank, Franz Bopp et E. Mitscherlich, qui y arrivèrent toutefois après lui. Voir Johann Gottfried Ludwig Kosegarten, Carminum Orientalium Triga. Arabicum Mohammedis ebn Seid-ennas Jaameritae. Persicum Nisami Kendschewi. Turcicum Emri. Ex apographis Parisiensibus edit, latine vertit, notas adjecit, de itineris siu consiliis, laboribus, fructibisque praefaminans disseriut, Stralsund, 1815, p. 36.

26 Ibid., p. 10.

27 Ibid., p. 9.

28 Voir aussi à ce sujet une Note du Ministre hessois Du Thil (14.6.1833) concernant le choix d’un professeur pour la chaire de langues orientales à Giessen, in : Babinger, Ein Halbjahrhundert, p. 72 sq. : « [...] nous en sommes arrivés à ce point que seuls ceux qui ont été formés, soit à Paris même, soit par des disciples de l’Ecole parisienne, sont considérés comme tout à fait valables dans ce domaine [...] ».

29 Concernant les cours d’arabe dispensés par de Sacy, voir Sabine Mangold, “Ueble Leistung, er ist fünfmal gehupft.” Zum arabistischen Unterricht an den deutschen Universitäten des 19. Jahrhunderts, in : Gabriele Lingelbach (éd.), Vorlesung, Seminar, Repetitorium. Universitäre geschichtswissenschaftliche Lehre im historischen Vergleich, Munich, 2006, p. 59-87, ici p. 72-74.

30 Voir Christian Friedrich Seybold (éd.), Fleischers Briefe an Haßler aus den Jahren 1823-1870, Tübingen, 1914, et tout particulièrement la lettre du 30.4.1826, p. 31.

31 Voir Schalenberg, Humboldt auf Reisen, p. 96. Il faut tenir compte également du fait que de Sacy lui-même avait suivi les cours d’un drogman, Etienne Le Grand, ce que Derenbourg, Silvestre de Sacy, tait. Voir par contre Reinaud, Notice, p. 121 et Reig, Homo orientaliste, p. 80 sq. Concernant Le Grand, voir ibid., p. 70 sq.

32 Voir Antoine Isaac Silvestre de Sacy, Grammaire Arabe à l’usage des élèves de l’école spéciale des langues orientales vivantes ; avec figures, Paris, 1810, 2e édition, corrigée et augmentée, à laquelle on a joint un traité de la prosodie et de la métrique des Arabes, Tome I, Paris, 1831.

33 Archives de l’Université de Bonn, Archives Gildemeister, Lettres, version dactylographiée, Lettre de Bonn adressée à ses parents (29.4.1834).

34 Voir ibid., Lettre du 9.5.1834 à ses parents.

35 Il faut penser ici tout particulièrement à Gustav Weil. Concernant Weil, qui était de confession juive, voir Mangold, Eine “weltbürgerliche Wissenschaft”, p. 79 et p. 156 ; et Irwin, For Lust of Knowing, p. 155, avec à chaque fois des indications bibliographiques complémentaires.

36 Heinrich Leberecht Fleischer, Samachschari’s Goldene Halsbänder, nach dem berichtigten Texte der v. Hammerschen Ausgabe von neuem übersetzt und mit kritischen und exegetischen Anmerkungen begleitet, Leipzig, 1835. Voir les indications plus complètes in : Mangold, Eine “weltbürgerliche Wissenschaft”, p. 78-82.

37 Concernant la fondation de l’École spéciale et sa conception première comme école de traducteurs, voir Langues’O 1795-1995. Deux siècle d’histoire de l’École des langues orientales, Paris, 1995. Voir aussi Schalenberg, Humboldt auf Reisen, p. 96. Pour une description de l’Ecole d’un point de vue contemporain, voir Briefe über den Fortgang der asiatischen Studien in Paris, von einem der orientalischen Sprachen beflissenen jungen Deutschen, Ulm, 21830. Concernant l’École spéciale des langues orientales vivantes en 1848 voir Ludwig Hahn, Das Unterrichts-Wesen in Frankreich mit einer Geschichte der Pariser Universität, Breslau, 1848, p. 648 sq.

38 Voir Le Collège de France (1530-1930). Livre jubilaire composé a l’occasion de son quatrième centenaire, Paris, 1932 ; Christophe Charle, Le Collège de France, in : Pierre Nora (éd.), Les Lieux de Mémoire, II : La Nation, Paris, 1992, p. 389-424 ; Schalenberg, Humboldt auf Reisen, p. 99-102 ; Paul Casanova, L’enseignement de l’Arabe au Collège de France, Paris, 1910. Concernant les orientalistes du Collège de France en 1848, voir Hahn, Das Unterrichts-Wesen in Frankreich, p. 646-648.

39 Concernant Kieffer, qui se définissait lui-même comme « Professeur de langue Turque au Collège Royal de France et Secretaire-Interprète pour les langues Orientales au Ministère des affaires étrangères » (Kosegarten, Carminum Orientalium Triga, p. 145), voir Henri Dehérain, Un Orientaliste alsacien, Daniel Kieffer. Communication faite au Congrès des Sociétés Savantes, in : Bulletin de la Section de Géographie du Comité des travaux historiques et scientifiques, Paris, 1920, p. 133-162.

40 Concernant Chézy voir Langues’O 1795-1995, p. 78 sq. Sylvain Lévi, Les Origines d’une Chaire : L’Entrée du Sanscrit au Collège de France, in : Le Collège de France (1530-1930), p. 326-344 ; Espagne, Les transferts culturels, p. 91. Helmina de Chézy collabora aux Fundgruben des Orients. Elle est également évoquée par Heine dans son Allemagne. Un conte d’hiver, Caput XVI.

41 Voir Kosegarten, Carminum Orientalium Triga, p. 138-144, citation p. 140.

42 Concernant Abel-Rémusat voir Henri Maspéro, La Chaire de langues et littératures chinoises et tartares-mandchoues, in : Le Collège de France (1530-1930), p. 352-366. Hartmut Walravens, Zur Geschichte der Ostasienwissenschaften in Europa. Abel Remusat (1788-1832) und das Umfeld Julius Klaproths (1783-1835), Wiesbaden, 1999, tout particulièrement p. 13-84.

43 Voir Briefe über den Fortgang der asiatischen Studien in Paris.

44 Voir Gerd Schubring, Spezialschulmodell versus Universitätsmodell. Die Institutionalisierung von Forschung, in : ibid. (éd.), « Einsamkeit und Freiheit » neu besichtigt, Stuttgart, 1991, p. 276-326. Il est intéressant de noter que Schalenberg, Humboldt auf Reisen, p. 96, décrit tout au contraire précisément l’École spéciale comme particulièrement résistante aux influences allemandes. Ceci ne coïncide toutefois pas tout à fait avec la description des cours scientifiques de de Sacy donnée par les orientalistes allemands et les biographes français. Voir sur ce point Mangold, Eine “weltbürgerliche Wissenschaft”, p. 39-41 avec les indications bibliographiques correspondantes.

45 Geheimes Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz (Berlin-Dahlem), I. HA Rep. 208 A, no 179, Feuillet 3 : Staatsbürger-Zeitung du 22.7.1888.

46 Eduard Sachau (éd.), Bericht über die Eröffnung des Seminars für Orientalische Sprachen an der Königlichen Friedrich-Wilhelms-Universität zu Berlin und einige auf das Seminar bezügliche Schriftstücke, Berlin, 1888, p. 12.

47 Ibid., p. 4.

48 Concernant les orientalistes allemands qui vinrent à Paris avec une bourse de l’Etat, voir Mangold, Eine “weltbürgerliche Wissenschaft”, p. 69.

49 Les numéros du Journal Asiatique sont consultables sur internet : gallica.bnf.fr.

50 Fleischer à Hassler, lettre du 16.9.1831, in : Seybold, Fleischers Briefe, p. 60.

51 Voir la contribution de Ludmila Hanisch dans le présent volume.

52 Nous ne disposons malheureusement pas d’une place suffisante ici pour rendre compte de manière détaillée du rôle de Klaproth et de Mohl en tant que médiateurs entre l’Allemagne et la France. Concernant Klaproth voir Hartmut Walravens, Julius Klaproth (1783-1835). Leben und Werk, Wiesbaden, 1999. Concernant Mohl, voir Mangold, Eine “weltbürgerliche Wissenschaft”, p. 109 sq, p. 112 et p. 144 avec les indications bibliographiques. L’assyriologue Jules Oppert a également une biographie franco-allemande. Concernant Oppert, voir C. Fossy, L’assyriologie au Collège de France : Jules Oppert (1825-1905), in : Le Collège de France (1530-1930), p. 291-302.

53 Les lettres de Fleischer paraissent indiquer que Rémusat usa de son influence auprès du gouvernement français pour permettre à son élève Schulz d’entreprendre ce voyage. Voir Fleischer à Hassler, Lettre du 6.3.1826, in : Seybold, Fleischers Briefe, p. 28.

54 Fleischer à Hassler, Lettre du 30.4.1826, in : ibid., p. 32.

55 Voir Journal Asiatique 1 / 1822, p. 377-380.

56 Lettre du 30.11.1843 de Fleischer à son père (UBL).

57 Voir Holger Preißler, Friedrich Rückert und Heinrich Leberecht Fleischer. Beziehungen zwischen zwei Orientalisten, in : Wolfdietrich Fischer et Rainer Gömmel (éds.), Friedrich Rückert. Dichter und Sprachgelehrter in Erlangen, Neustadt a. d. Aisch, 1990, p. 23-34, ici p. 29.

58 Voir Johann Fück, Die arabischen Studien in Europa bis in den Anfang des 20. Jahrhunderts, Leipzig, 1955, p. 249 sq.

59 Ibid., p. 251.

60 James Darmesteter, De la part de la France dans les grandes découvertes de l’orientalisme moderne, in : Essais orientaux, Paris, 1883, p. 1-103, ici p. 4.

61 Voir Hahn, Das Unterrichts-Wesen in Frankreich, p. 648 : « Les [conférences] sur la littérature orientale [au Collège de France], dont les représentants sont presque de manière continue les premières noblesses dans leur discipline, ne trouvent cependant presque pas d’auditeurs durables : un professeur s’estime heureux quand il garde un ou deux élèves pendant tout un semestre, et les fidèles sont habituellement des Allemands. Burnouf [le représentant du sanscrit] n’a encore formé, d’après ce que l’on m’a dit, aucun élève, malgré une personnalité et une manière d’enseigner comme on en trouve peu. »

62 Voir Darmesteter, De la part de la France, p. 1-4 ; et Benfey, Geschichte der Sprachwissenschaft, tout particulièrement p. 14. Voir aussi Hültenschmidt, Paris oder Berlin ?, p. 178.

63 Voir A. Meillet, La Grammaire comparée au Collège de France, in : Le Collège de France (1530-1930), p. 277-289. Concernant Bréal, le traducteur de la Grammaire comparée de Bopp, voir aussi Schalenberg, Humboldt auf Reisen, p. 100.

64 Voir Fück, Die arabischen Studien, p. 254. Voir également Sabine Mangold, Die deutsche Universität Straßburg und die Orientalistik (1871-1914), in : Ludmila Hanisch (éd.), Der Orient in akademischer Optik. Beiträge zur Genese einer Wissenschaftsdisziplin, Halle, 2006, p. 123-131, ici p. 126, où la note de bas de page no 9 est à corriger sur plusieurs points.

65 Voir Mangold, Eine “weltbürgerliche Wissenschaft”, p. 81.

66 Fleischer, Samachschari’s Goldene Halsbänder, p. IV.

67 Ibid.

68 Ibid., p. V.

69 Bibliothek der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft (ci-après BDMG), Halle, Akten der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft (DMG) 1871, Brief an den geschäftsführenden Vorstand : Entwurf des Schreibens an den Kurator der Straßburger Universität von Roggenbach als Beilage zu einem Brief Krehls vom 7. Oktober 1871. Pour des indications plus précises sur cette source et sur les études orientales à l’Université de Strasbourg, voir Mangold, Die deutsche Universität Straßburg. Le document y est reproduit p. 128-130.

70 Georg Ebers, Ein deutsches Institut für Orientalisten zu Kairo, in : Beilage zur Allgemeinen Zeitung, Munich, no 143, 24 mai 1887, p. 2089-2091 et p. 2106-2108, ici p. 2089.

71 Pour les citations, ibid., p. 2108.

72 Ibid., p. 2090.

73 Mangold, Eine “weltbürgerliche Wissenschaft”, p. 12.

74 Lettre du 22.2.1827 de Fleischer à son père (UBL).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabine Mangold, « France Allemagne et retour : une discipline née dans l’émulation », Revue germanique internationale [En ligne], 7 | 2008, mis en ligne le 15 mai 2011, consulté le 27 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/401

Haut de page

Auteur

Sabine Mangold

Historienne, Université de Wuppertal.

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page