Navigation – Plan du site

Le Livre des Rois de Ferdowsi et ses traductions dans la philologie et la littérature françaises et allemandes

Kambiz Djalali
p. 125-137

Résumés

Jules Mohl, iranologue allemand installé en France, fut une figure majeure de l’orientalisme parisien du XIXe siècle. Cet article met en perspective son travail sur le Shahname ou Livre des rois, poème épique de Ferdowsi. Œuvrant dans un contexte français, Mohl est néanmoins nourri d’une tradition philologique allemande pour laquelle aucun texte ne peut être traduit sans avoir été interprété au préalable. Si différentes traductions du Shahname avaient déjà été proposées par des orientalistes français, britanniques ou même allemands, il juge qu’aucune ne reflète l’âme du poète. Il ne publie sa propre version qu’après avoir récolé et comparé les manuscrits disponibles. Signe de sa volonté d’acclimater l’œuvre en France, Mohl écrit une longue préface retraçant la vie de Ferdowsi. Ces éléments biographiques, qui ont aussi été traités par Goethe, Heine et Lamartine, donnent à réfléchir sur les parentés et dissemblances entre approches philologique et littéraire et sur la transmission des savoirs orientalistes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Thous est une ville d’Iran qui correspond approximativement à l’actuelle Mashad.
  • 2 Voir aussi Laurent Cassagnau, « Le Divan de Goethe au miroir de la poésie persane », Études germani (...)
  • 3 Djavad Hadidi, « Firdowsi dans la littérature française », Revue de la littérature comparée, XLIX, (...)

1Ferdowsi de Thous1, Saadi de Chiraz, Djalal al-Din Rumi, Hafiz de Chiraz et, à leur suite, quelques autres comme Nizami de Gandja et Mulla Djami, de la ville de Djam de Khorassan, tels sont les auteurs qui composent la « Pléiade persane »2 et que les iranophones tiennent pour maîtres de l’art littéraire. Parmi ces poètes, Ferdowsi est certainement le plus unanimement estimé en Iran. En Europe, son œuvre a été popularisée en grande partie par Jules Mohl, « iranolo-gue »3 d’origine allemande installé à Paris qui consacra une quarantaine d’années de sa vie à la traduction du Shahname ou Livre des Rois. Les premiers cahiers du septième et dernier volume de cette traduction furent remis à l’imprimerie en 1873, mais l’ouvrage ne parut qu’en 1878, avec la collaboration de Barbier de Meynard (1826-1908, successeur de Mohl à la chaire de persan du Collège de France), Jules Mohl étant décédé le 4 janvier 1876 avant d’avoir pu achever les dernières pages de cet immense travail qui avait déjà rencontré un large écho non seulement dans les travaux orientalistes, mais aussi dans la littérature des deux côtés du Rhin.

  • 4 Il avait fait des études de théologie protestante à Tübingen.
  • 5 Michael Werner, « A propos de la notion de philologie moderne. Problèmes de définition dans l’espac (...)
  • 6 Michel Espagne, « La fonction de la traduction dans les transferts culturels franco-allemands aux X (...)

2Philologue formé en Allemagne mais qui fit toute sa carrière en France, Jules Mohl avait reçu dans son pays d’origine une éducation protestante4 ancrée dans une tradition du rapport au texte qui puisait ses origines dans la Réforme et même au-delà. « En simplifiant, on dira que le philologue allemand cherche à travers le texte à la fois la vérité d’un texte et celle d’une méthode. Il s’attarde au moindre détail de son matériau, susceptible de se révéler la pierre angulaire d’une interprétation globale5. » Dans cette tradition philologique allemande dans laquelle Mohl puisait ses outils de travail, il était inconcevable de traduire un texte sans l’avoir interprété au préalable. Œuvrant dans un contexte français et réalisant sa traduction en langue française, Mohl était aussi amené à s’adapter aux usages et méthodes en vigueur dans son pays d’accueil. En important le texte persan dans l’espace franco-allemand, il ne faisait pas que le traduire : sa traduction était en même temps recréation, elle « constituait une œuvre radicalement nouvelle »6, susceptible de fournir une référence alternative à ceux qui étaient lassés de l’épopée grecque.

Les traductions de Ferdowsi et la version de Jules Mohl

  • 7 Hadidi, « Firdowsi dans la littérature française », p. 365-372.
  • 8 Cet élève des jésuites devenu écrivain était un partisan de la Révolution française. Mais après avo (...)
  • 9 Ferdowsi, Das Heldenbuch des Iran, aus dem Schah Nameh von Joseph Goerres, Berlin, G. Reimer, 2 vol (...)
  • 10 Ibid., vol. 1, p. VIII.

3Avant Jules Mohl, d’autres orientalistes avaient pris soin de publier ou de traduire des parties éparses des anciennes légendes persanes7. Même si les études les plus anciennes faites en Europe sur le Shahname datent de la fin du XVIIIe siècle et que le texte n’a donc été connu dans le vieux continent que très longtemps après sa rédaction en Perse, Jules Mohl put consulter une série de traductions occidentales de cette épopée avant d’entreprendre la sienne. D’extraits en extraits, publiés un peu partout en Europe tantôt isolément, tantôt dans des œuvres choisies de la littérature persane, ces traductions avaient peu à peu fait connaître le Shah-name. Parmi ces publications, on peut citer celle entreprise pour le compte de l’East India Company sous la direction de l’orientaliste Mathew Lumsden (1777-1835). Le dessein était de publier le Shahname dans son intégralité, mais les éditeurs ne cherchaient pas à retrouver le texte authentique. Si des préparatifs considérables furent réalisés en vue de cette publication, elle ne fut finalement pas menée à son terme. Un premier volume parut en 1810 ; la copie du second volume servit au Révérend James A. Atkinson (1780-1852) pour sa publication de Sohrab, a poem freely translated from the original Persian of Firdousi. En Allemagne, Joseph Görres (1776-1848)8, publia en 1820 un livre intitulé Das Heldenbuch von Iran9, qui contenait des extraits très détaillés du Shahname et donnait donc une idée assez juste de l’ouvrage de Ferdowsi. Görres justifiait son choix de s’en tenir à des extraits par l’impossibilité qu’il y avait, selon lui, à traduire toute l’œuvre de Ferdowsi. Estimant ne pas avoir les compétences pour accomplir cette tâche et jugeant le contexte de ce début du XIXe siècle trop agité pour lui permettre d’y consacrer le temps nécessaire, il préférait, en la matière, « laisser le premier prix à d’autres combattants » 10.

  • 11 Ferdowsi, The Shah Nameh, an heroic poem, containing the history of Persia from Kioomurs to Yesdeji (...)
  • 12 Cet orientaliste anglais est né à Londres en septembre 1746. Il est mort à Calcutta en avril 1794. (...)

4D’autres reprirent effectivement le flambeau, et une édition complète du Shahname vit le jour à Calcutta en 182911. Œuvre du Capitaine Turner Macan (1792-1836), orientaliste et interprète, cette publication mettait non seulement le public européen en possession du texte complet pour la première fois, mais elle récapitulait aussi la liste des traductions réalisées jusqu’alors. Dès 1774, William Jones12 avait publié à Londres des extraits du Shahname accompagnés d’une traduction latine, sous le titre Poesos asiaticae commentariorum libri sex. Jones pensait à tort que le Shahname était une compilation de poèmes divers réunis en raison de leur caractère historique commun et agencés dans l’ordre chronologique des événements. Il était d’avis que cette œuvre, qu’il connaissait peut-être dans son entier, avait été composée par plusieurs poètes. Turner Macan indique également la tentative effectuée par Joseph Champion, employé de l’East India Company, peu de temps après, en 1785, pour traduire l’épopée en entier. Publié à Calcutta, son ouvrage intitulé The Poems of Firdusi est en fait loin d’être complet, car il ne renferme qu’un extrait de la préface persane et s’achève sur le mariage de Zal et de Roudabeh. Il semble néanmoins avoir eu beaucoup de succès, car il fut réimprimé à Londres cinq ans après la première édition. On peut attribuer cette réussite à la nouveauté du sujet, car pour le reste, cette adaptation sous forme de paraphrase ne rendait ni l’âme de Ferdowsi, ni son style.

  • 13 Cet orientaliste français est né à Perennes (Somme) en 1763 et mort en 1824. En 1795, il fut à l’or (...)

5En France également, le Shahname commença à susciter l’intérêt à la fin du XVIIIe siècle. Le premier orientaliste français qui fit un exposé assez scientifique du livre des Rois fut Louis Langlès13 qui, en 1788, publia un résumé très court de l’épopée, précédé d’une introduction élogieuse. Sans doute les troubles qui s’annonçaient rendaient-ils les Français particulièrement réceptifs aux péripéties de l’histoire de la Perse relatées dans l’œuvre de Ferdowsi. Langlès faisait suivre son résumé d’une analyse de l’œuvre et essayait de décrire les caractères des héros. Montrant qu’ils restaient toujours fidèles à eux-mêmes, il estimait que cela était une preuve du génie de Ferdowsi et émettait le vœu qu’un livre aussi beau et solide fût un jour traduit en français. Il précisait toutefois : « celui qui l’entreprendra [la traduction] doit joindre à beaucoup d’érudition un goût sûr et un style varié afin de rendre un service complet à la république des Lettres ». Le premier qui essaya de répondre aux exigences de Langlès fut Jacques de Wallenbourg, natif de Vienne mais qui avait reçu une éducation francophone, et qui était un grand admirateur de la littérature persane. Son travail sur le Shahname fut publié à titre posthume, car il mourut prématurément et ne vécut pas assez longtemps pour le terminer. Ce fut son collègue, A. de Bianchi, qui se chargea de la publication. Il semble que Wallenbourg avait d’abord entamé, en 1792, la traduction française de Mathnavi, le poème de Rumi, qu’il avait achevée après six années d’efforts assidus. Sa traduction du Shahname était sur le point d’être éditée lorsqu’un grand incendie dévora le village de Péra où il vivait, non loin de Constantinople, et qu’il perdit tous ses biens et une grande partie de ses livres. Si le Duc de Wallenbourg poursuivit malgré tout son travail, il ne put le mener à son terme avant d’être emporté, en 1806, par une maladie à l’âge de quarante-trois ans. Avant de mourir, il avait dit à son collègue Bianchi qu’il désirait que quelqu’un menât à bien son travail. Mais Bianchi n’éprouvait pas les mêmes sympathies pour la littérature persane et n’ajouta à l’œuvre de Wallenbourg que quelques notes et éclaircissements. L’extrait suivant donne toutefois un aperçu de la manière dont Wallenbourg rend la versification persane :

Tabirè bar-âmad zé har do sarây
djahân shod por az nâlè-yé karrénây
havâ tirè gasht az forough-é dérafsh
tabarkhoun-o shabgoun-o zard-o banafsh
to gofti sépehr-o zamân-o zamine
bépoushad hami tchâdor-è âhanine.

  • 14 Cité d’après Gilbert Lazard, « Introduction », in : Ferdowsi. Le Livre des Rois, traduit par Jules (...)

Le grondement des tambours s’éleva des deux camps,
Le monde s’emplit du hurlement des trompettes.
L’air fut assombri par le reflet des étendards
écarlates, couleur de nuit, jaunes et violets.
Tu aurais dit que le ciel et le temps et la terre
revêtaient un manteau de fer 14.

6À la même époque, l’épopée commençait à être connue en Allemagne. Le Comte Karl Wilhelm von Ludolf (1754-1803), diplomate et orientaliste, s’attela en effet à une traduction littérale du Shahname au XVIIIe siècle. Si son travail était plus minutieux que ce qui avait été réalisé jusque-là, il resta inachevé. Le compte rendu en fut publié en France par l’officier britannique et orientaliste William Kirkpatrick (1754-1812), qui y joignit une préface en anglais et une biographie de Ferdowsi. Jules Mohl n’eut connaissance de cette publication que bien après avoir rassemblé lui-même le texte complet du Shahname. Les travaux sur l’épopée se poursuivirent au XIXe siècle. En Allemagne, elle fut traduite par Friedrich Rückert (1788-1866) et le Comte Adolf von Schack (1815-1894), dans une veine plus littérale pour le premier, sur un mode plus poétique pour le second. Par exemple, pour la scène où Zal vient chez Roudabe, Schack propose la traduction suivante :

  • 15 Adolf Friedrich Graf von Schack, Heldensagen des Firdusi, Berlin, W. Hertz, 1853, p. 104.

Nacht waltete bereits am Himmelsbogen,
Des Schloßtors Schlüssel waren abgezogen,
Da trat die Sklavin hin zum Sohn des Sam
Und sprach : « Komm ! Lindre deinen Seelengram ! »
Der Jüngling eilte zu dem Schlosse still,
Wie’s ziemt, wenn man zum Liebchen gehen will, -
Die Schöne harrte auf des Daches Gipfel ;
Dem vollmondüberstrahlten Zedernwipfel
War sie, die Rosenwangige, vergleichbar ;
Kaum wurde Zal für ihren Blick erreichbar ;
Da, nach ihm schauend, rief sie mit sanftem Ton
Ihm zu : « Sei mir willkommen, Heldensohn ! »15

7Rückert, qui connaissait le travail de Schack, traduit différemment le même passage :

  • 16 Friedrich Rückert, Firdosi’s Königsbuch, tome 1, Berlin, G. Reimer, 1890, p. 160-161. Quant à Mohl, (...)

Als die Sonne verschwand, das Tor
Des Himmels sich schloß und den Schlüssel verlor,
Kam die Magd zum Sohne von Sam :
« Bereit ist alles, komm » ohne Gram !’
Der Feldherr schritt zum Palast voller Zucht,
Wie ein Mann, der die Gattin sucht.
Auf den Altan die Liebliche trat,
Ein Baum, der den Vollmond im Gipfel hat.
Als von weitem der Sohn des Sam
Erschien zwo Rubinen und gab den Klang :
Willkommen, junger Held, ist dein Gang16.

8C’est en 1836 que Mohl fit paraître le premier volume du Livre des Rois, qui vint clore cette série d’études partielles en offrant une publication intégrale du texte et de sa traduction. Il s’agissait d’une publication en folio, dans laquelle l’Imprimerie Royale entendait montrer la qualité de son travail typographique. C’est pourquoi l’aspect extérieur du livre se révèle très chargé et très riche. Le papier est d’une bonne qualité, le contour de chaque page est richement orné, les caractères d’imprimerie sont extrêmement soignés, autant pour le texte persan que pour le texte français. Chaque volume de cette série s’ouvre sur une préface composée par Jules Mohl. Vient ensuite le texte, avec la version persane imprimée en vis-à-vis de la traduction française. Au vu de l’immensité de la tâche et des années d’études requises par un tel travail, il fallait que Mohl fût profondément convaincu de l’utilité et de l’intérêt de l’entreprise. S’il avait été choisi sur ordonnance royale, en 1826, pour traduire un tel ouvrage, c’est en raison de sa maîtrise du persan et de sa connaissance du français. Doué d’une rare capacité de travail, Mohl entreprit cette tâche énorme pour diverses raisons : après avoir publié des Fragments relatifs à la religion de Zoroastre, il était conscient que la seule publication des textes en langues orientales ne suffirait plus aux Occidentaux pour les aider à mieux connaître l’Orient, et qu’il fallait y joindre une traduction en langues européennes. Il pensait en outre que la connaissance de l’épopée de Ferdowsi aiderait le public français à comprendre le peuple iranien et c’est pourquoi il voulait publier le texte persan et sa traduction française. Enfin, il estimait qu’aucune des ébauches de traduction du Shahnameh qui avaient été publiées un peu partout en Europe, ne reflétait l’âme de Ferdowsi.

  • 17 Après la mort de Sir Malcolm, ce manuscrit resta dans la bibliothèque de Jules Mohl. A la mort de c (...)

9Pour étudier, traduire et publier l’épopée, le premier défi que devait relever Mohl était de reconstituer le texte persan lui-même. Dans sa préface, Mohl expose sa démarche et précise qu’il avait entre les mains un grand nombre de manuscrits de provenances diverses. La tâche qui s’imposait au philologue franco-allemand était de comparer les différentes versions du texte persan et d’essayer d’en dégager les vers qui appartenaient vraiment à Ferdowsi. Ce travail philologique révéla que les textes existants avaient subi maintes retouches. Mohl explique ces remaniements comme le résultat d’interpolations avec d’autres épopées. Pour reconstituer le texte persan, il dit avoir consulté tous les manuscrits de la Bibliothèque Royale, ceux de la Bibliothèque de l’East India Company, à Londres, et ceux du British Museum. Les manuscrits qu’il utilisait étaient au nombre de huit. De ces huit manuscrits, deux appartenaient à Sir John Malcolm (1769-1833)17; l’un d’entre eux avait servi de base pour la publication de Calcutta. Mohl consulta aussi le manuscrit qui appartenait à la Bibliothèque Bodléienne et qui avait été copié par un Parsi. Il recourut également au manuscrit qui avait servi de base à la publication de Turner Macan, mais n’entra en possession de cette publication que vers 1831.

10Ayant ainsi réuni les matériaux nécessaires, l’iranologue déclare dans la préface du premier volume avoir traduit le Shahname d’une manière aussi littérale que possible, tout en ayant veillé à ne pas violer les règles de la langue française. Le caractère archaïque du texte de Ferdowsi et la différence d’esprit entre le persan et le français rendaient cette exigence difficile et cela explique que la prose de Mohl soit, in fine, quelque peu alambiquée pour les lecteurs iranophones. Mohl a en outre commis des erreurs tout au long du Livre des Rois. Ces erreurs proviennent parfois d’une confusion sur le sens des mots, car dans la langue persane, l’absence de voyelles représente une assez grande difficulté, un même mot pouvant changer complètement de signification selon la manière dont il est vocalisé.

11Du fait de ces erreurs, le travail considérable de Mohl ne fut pas toujours très bien accueilli chez les savants de l’époque. Le premier volume du Shahname était à peine paru qu’Antoine Quatremère de Quincy (1755-1849) entreprit de le critiquer dans une série d’articles publiés dans le Journal des Savants en 1838, 1840 et 1841. Le célèbre orientaliste trouvait chez Mohl des locutions bizarres, incohérentes, trop calquées sur la langue persane. D’après lui, il aurait fallu faire une version française plus intelligible ; au fur et à mesure que sa traduction avançait, l’iranologue serait toutefois parvenu à trouver des tournures de phrases beaucoup plus françaises. Jules Mohl répondit à cette critique dans le numéro du Journal asiatique de septembre/octobre 1841. Dans ce texte, il expliquait être parti à Londres en 1826 pour collectionner des manuscrits de Ferdowsi qui s’y trouvaient dans les bibliothèques publiques et particulières. Il soulignait s’être appuyé sur ces matériaux et sur ceux de la Bibliothèque Royale utilisés en 1828 et en 1829, notamment le plus ancien manuscrit de cette Bibliothèque (manuscrit de Saint-Victor, non-classé), et en avoir modifié très souvent les leçons. Enfin, il précisait qu’il avait déjà fini de rédiger et de copier son texte lorsqu’il reçut l’édition de Macan en 1831. La réponse de Mohl portait donc davantage sur les conditions de réalisation de son travail que sur son contenu. Sans doute pouvait-il difficilement faire autrement, car, même lorsqu’ils témoignaient d’une bonne compréhension du texte, les premiers passages de sa traduction restaient assez obscurs. Sa maîtrise du persan comme du français s’est toutefois améliorée au cours de son travail. Il ne faut pas oublier qu’il était germanophone ; pour faire mieux qu’une traduction littérale, il prit le parti de rester fidèle à l’original et d’ajouter des explications pour éclairer les passages difficiles. On ne doit pas oublier non plus que Ferdowsi, en versifiant le Shahname, était tenu de respecter les règles de la versification et de la rime, et que Jules Mohl, qui traduisait en prose, était libre d’ajouter un verbe ou un sujet lorsque cela rendait sa traduction plus compréhensible.

Mohl biographe de Ferdowsi

  • 18 Jules Mohl, Le Livre des Rois par Ferdowsi, publié, traduit et commenté par Jules Mohl, Paris, impr (...)
  • 19 Voir aussi Shapur A. Shahbazi, Ferdowsi. A critical biography, Costa Mesa, Mazda Publishers, 1991, (...)

12Jules Mohl a consacré la préface du premier volume de son Livre des Rois à une ample description de la vie de Ferdowsi, signe d’une forte volonté d’acclimater cette partie de la littérature persane en France. Pour ce faire, il s’est fondé sur les indications fournies dans différents passages de l’épopée, ainsi que sur les biographies de Ferdowsi rédigées respectivement par Silvestre de Sacy, par Turner Macan, et par divers poètes et biographes iraniens. Mohl offre ainsi une synthèse des éléments disponibles sur son auteur. Né à Schadab, bourg des environs de Thous, Ferdowsi doit à ce lieu d’avoir été surnommé « Ferdows-e Thousi » (c’est-à-dire « originaire de Thous »), tandis que son vrai nom était Abul-Khasim Mansour. Sa date de naissance n’est donnée par aucun historien de son temps, et c’est en se référant à des passages du Livre des Rois qu’on la situe aux environs de l’an 330 de l’Hégire18. Mohl pense que l’auteur du Shahname avait soixante et onze ans en 400 de l’Hégire (1100 de l’ère chrétienne). On peut en déduire que Ferdowsi est né aux environs de l’an 330 de l’Hégire (soit vers 939-40) 19. Fils de Dihkan, c’est-à-dire d’un noble assez aisé, il reçut une éducation privilégiée. Il apprit en effet l’arabe et le pehlvi aussi bien que le persan, et sa connaissance du pehlvi favorisa clairement son accès à l’histoire de l’Iran préislamique. Il faut ajouter à cela qu’à cette époque, seuls les Mobeds des Guèbres et les Dihkans connaissaient le pehlvi et pouvaient ainsi comprendre les traditions préislamiques. Ferdowsi avait donc développé un faisceau de compétences exceptionnelles qui pouvait être intéressantes pour les Sultans iraniens. La synthèse proposée par Mohl fait apparaître que l’enfance et la jeunesse du poète étaient peu connues. Un des seuls éléments dont l’on disposait était que Ferdowsi s’était marié jeune, puisqu’il dit avoir perdu un fils unique, âgé de trente-sept ans, alors qu’il avait lui-même soixante-cinq ans.

  • 20 Ferdowsi, Livre des Rois, traduit du persan par Jules Mohl, choix et présentation de Gilbert Lazard (...)
  • 21 Ibid., p. 33.
  • 22 Conrad Beyer, « Einleitung », in : Firdosi’s Königsbuch (Schahname), übersetzt von Friedrich Rücker (...)

13Dans sa préface, Jules Mohl se réjouit qu’un homme tel que Ferdowsi ait entrepris de mettre en vers les anciennes légendes persanes. Longtemps après la mort du poète Daghighi, vers l’an 360 de l’Hégire, il avait également commencé à faire de même avec les traditions épiques. Ferdowsi devait avoir éprouvé un vif désir de continuer le travail de cet écrivain zoroastrien qui n’avait eu le temps de composer qu’un millier de vers, et d’achever ainsi l’œuvre pré-islamique20. La préface de Mohl est donc aussi l’occasion de restituer au lecteur les étapes du travail réalisé par Ferdowsi lui-même lors de sa composition du Shahname. Après de longues recherches, le poète avait obtenu le livre pehlvi de Daghighi par l’intermédiaire de Danischwar Dihkan21. Il avait également rassemblé tous les écrits dont les Dihkans avaient conservé la mémoire. Il put ainsi commencer à écrire le Shahname, en secret d’abord, car il cherchait un seigneur à qui dédier son ouvrage et qui fût en mesure de le récompenser ; ensuite, il s’introduisit à la cour du Sultan Mahmoud à Gazna. Dans ce contexte, Ferdowsi devait trouver le moyen de se faire remarquer. Un de ses amis remit l’épisode de Rostam et Isfandiar au Sultan, qui l’apprécia beaucoup et décida d’accorder une audience à Ferdowsi. Étonné, à cette occasion, par les vastes connaissances historiques de ce poète encore inconnu, le sultan le prit tout de suite sous sa protection et lui offrit des présents. C’est sans doute l’improvisation de poèmes en l’honneur d’un des favoris du Roi, Ayaz, qui lui valut au poète le surnom de Ferdowsi, qui signifie paradisiaque. Une fois conquises les faveurs du Sultan, tous les matériaux nécessaires furent à sa disposition pour qu’il puisse réaliser le rêve de sa vie : versifier le livre des Rois. Personne n’eut le droit de le déranger, Mahmoud lui laissa tout le temps dont il avait besoin pour terminer sa grande entreprise et ordonna à son vizir de le récompenser. Le poète préféra être payé au terme de son labeur ; mais le souverain ne tint finalement pas sa parole et ne lui donna pas, comme il l’avait promis, un dinar d’or pour chaque vers, mais simplement une somme d’argent22. Furieux, Ferdowsi quitta alors Gazna et mourut à Thous en 1010, sans avoir jamais reçu ce qui lui revenait : le poète Ansari qui était chargé de lui remettre sa récompense n’arriva pas à temps.

La lecture littéraire : Ferdowsi vu par Heine et Goethe

14De manière intéressante, ces épisodes de la vie de Ferdowsi rassemblés par Mohl à l’issue d’un travail philologique et historique ont aussi été traités, de manière poétique cette fois, par Heinrich Heine, qui relate notamment la brouille avec le sultan et les derniers moments de Ferdowsi :

Lorsque l’œuvre fut achevée,
le poète à son protecteur
adressa le manuscrit,
deux fois cent mille vers.

Ce fut dans un bain public,
dans une étuve de Gasna,
que les messagers noirs du chah
découvrirent Firdousi.

Chacun traînait une sacoche
qu’il mit aux pieds du poète
en s’agenouillant – c’était les royaux
honoraires de son poème.

Le poète ouvrit les sacs, en hâte,
pour se refaire à la vue de cet or
dont il était depuis si longtemps privé –
mais il s’aperçut, effondré de stupéfaction,

  • 23 Heinrich Heine, Romancero. Romanzero, Introduction et traduction par Louis Sauzin, Paris, Aubier, 1 (...)

que le contenu de ces sacs
n’était qu’argent pâle, des tomans d’argent,
à peu près deux cent mille –
et le poète éclata d’un rire amer23.

  • 24 Voir Joseph A. Kruse, « Heinrich Heines “Der Dichter Firdusi” : Fremde Historie als eigene Situatio (...)
  • 25 Pour d’autres figures du Romancero, voir Céline Trautmann-Waller, « Du Rabbin du Bacharach aux “Mél (...)
  • 26 Kruse, « Heinrich Heines “Der Dichter Firdusi” », p. 123.
  • 27 Voir Mounir Fendir, Halbmond, Kreuz und Schibboleth. Heinrich Heine und der islamische Orient, Hamb (...)
  • 28 Il faut cependant préciser que le destin de Heine ne fut pas aussi tragique que celui de Ferdowsi. (...)
  • 29 Cassagnau, « Le Divan de Goethe », p. 288.
  • 30 Kruse, « Heinrich Heines “Der Dichter Firdusi” », p. 125.

15Si Heine s’est intéressé à ce sujet, c’est parce que ces éléments de la biographie de Ferdowsi lui offraient matière à réfléchir à une question d’ordre plus général : l’immense travail d’un poète peut-il recevoir une rémunération adéquate ?24 Cette question montre que Heine cherchait dans la littérature iranienne surtout un reflet de lui-même, et dans le passé iranien, un écho de son propre présent 25. Lorsqu’il rédigea ces vers, il était gravement malade et attendait l’héritage de son oncle Salomon Heine, mort en décembre 184426 : un argent dont lui et sa femme Mathilde avaient cruellement besoin. Or il se disputa à ce propos avec son cousin Carl Heine et ne put toucher l’argent escompté. Ferdowsi peut donc être considéré comme une figure d’indentification de Heine. En racontant la vie du poète iranien, Heine caractérisait sa propre situation professionnelle et financière, c’est-à-dire les espérances et les déceptions liées au métier d’écrivain. L’idée d’écrire ce poème lui était venue à la lecture de Die Geschichte der schönen Redekünste Persiens vom 4ten Jahrhundert der Hedschra, d. i. vom 10ten der christlichen Zeitrechnung bis auf unsere Zeit. Mit einer Blüthenlese aus 200 persischen Dichtern, ouvrage publié Vienne en 1818 par l’orientaliste autrichien Joseph de Hammer-Purgstall, ami de Jules Mohl27. Dans son poème, Heine exprimait le manque de respect du travail de l’écrivain dans la société de son époque, problème cristallisé autour de la question du mécénat. En s’appuyant sur l’histoire de Ferdowsi, il cherchait à montrer que ce problème avait toujours existé, qu’il avait un caractère universel et que personne n’avait jamais vraiment réussi à résoudre. L’attitude du sultan Mahmoud illustrait le fait que l’écrivain avait besoin d’un mécène qui tînt ses promesses – un rôle que Heine attendait de sa propre famille28. Hammer-Purgstall n’a pas été la seule source de Heine : ce dernier a également puisé son inspiration « chez Goethe pour en faire un long poème »29. Quand il était étudiant30, Heine a en effet certainement lu Le Divan, dans lequel Goethe met Ferdowsi en scène de la façon suivante :

Ferdousi
(parle)

  • 31 Johann Wolfgang Goethe, Le Divan, Préface et notes de Claude David, traduction d’Henri Lichtenberge (...)

Ô monde ! que tu es cynique et méchant !
Tu nourris et éduques et tues tout à la fois.
*
Celui-là seul que favorise Allah
Se nourrit et s’éduque, vivant et riche.
*
Qu’est-ce donc que la richesse ? – Un soleil qui réchauffe
Et dont le mendiant jouit comme nous en jouissons !
Que nul d’entre les riches ne s’offense
De la félicité que trouve le mendiant dans son propre caprice31.

  • 32 Jean Mondot, « Goethe du Nord au Sud. Les “Voyage en Italie” et le paradigme du Sud », Revue german (...)

16Goethe, qui utilise lui-même l’ouvrage de Hammer-Purgstall, considère que, aux yeux de Ferdowsi, le monde était sans pitié et sans grâce et l’on pouvait vivre sur terre seulement si l’on était gratifié par le Dieu musulman. En lisant Ferdowsi par le biais de la traduction de Hammer-Purgstall, Goethe entend une voix universelle, qui chante la toute-puissance du monde et croit que personne ne pourra jamais échapper à son destin, une voix qui est celle de tous les poètes. Une fois encore, la vie et l’œuvre de Ferdowsi font figure de miroir pour les poètes allemands. Cela est d’autant plus frappant dans le cas de Goethe qu’on aurait pu s’attendre à ce qu’il s’identifiât plutôt avec Ansari, poète de cour et sorte de ministre de la poésie qui était responsable de la production poétique des auteurs vivant à la cour de Mahmoud de Gazna et dont la carrière pouvait donc faire écho à celle administrative et politique de Goethe. Quoi qu’il en soit, Goethe, qui choisit en la personne de Ferdowsi un poète d’une plus grande envergure littéraire qu’Ansari, et qui a su voir dans l’épopée des enjeux autres qu’iraniens, a bel et bien joué le rôle d’un cosmopolite « s’émancipant des particularismes nationaux32 ».

Reflets iraniens dans l’œuvre de Lamartine

  • 33 Alphonse de Lamartine, Vie des grands hommes, Paris, Aux Bureaux du Constitutionnel, 1856, p. 8-9.

17De l’autre côté du Rhin, en dépit de la critique, justifiée, qui avait été formulée par Quatremère, le Livre des Rois traduit par Jules Mohl attira de plus en plus l’attention des grands écrivains, au premier rang desquels Alphonse de Lamartine. Inspiré et impressionné par le premier tome de la traduction de Mohl, Lamartine écrivit en effet un livre intitulé Vie des grands hommes, dans lequel il retraçait l’histoire de quelques grandes figures des temps passés, afin de donner « le spectacle du genre en action » et de représenter le « drame des vicissitudes humaines33 ». Contrairement à Quatremère, Lamartine affirmait qu’il ne serait pas capable d’entreprendre un travail tel que celui accompli par Mohl. Il s’est, par conséquent, contenté de donner un résumé de la vie et des exploits de Rostam, le héros iranien célébré dans le Livre des Rois. Cette histoire, composée par Madame de Lamartine, est précédée d’une préface d’Alphonse de Lamartine qui met l’épopée en perspective de la manière suivante :

  • 34 Ibid., p. 348.

Cette histoire, une idée des plus épiques et des plus dramatiques du vieil Orient, est l’Orient lui-même tout entier et tout vivant. Elle fait ainsi partie de ces vies des grands hommes qui ont imposé leurs noms aux différentes phases de la civilisation dans les époques tour à tour reculées ou modernes du monde. Celle-ci se perd dans la nuit des temps et dans les merveilles de la Fable 34.

  • 35 Ibid., p. 436-37.

18Avant d’aborder l’histoire de Rostam, qu’il considère comme un véritable « Hercule de l’Orient », et de rassembler et citer les différents passages du Livre des Rois qui s’y rapportent 35, Lamartine s’attarde, comme l’avait fait Mohl, sur Ferdowsi et sur les circonstances dans lesquelles il composa son grand poème épique, œuvre fondée en grande partie sur des légendes.

  • 36 Alphonse de Lamartine, Cours familier de Littérature, 25 vol, Paris, chez l’auteur, 1867, p. 670 : (...)
  • 37 Ibid., p. 731-732.
  • 38 Ibid., p. 734.
  • 39 Ibid., p. 714.
  • 40 Ibid., p. 728.
  • 41 Ibid., p. 733-795.

19Lamartine consacra encore à l’Iran les entretiens CXLII et CXLIII de son Cours familier de Littérature, en se basant sur le récit de voyage du chevalier Chardin, qui avait visité l’Iran au temps de Louis XIV36 et dont Lamartine estime qu’il a fourni des descriptions beaucoup plus sincères et authentiques de la Perse que Montesquieu et Chateaubriand37. Dans l’œuvre de Chardin, Lamartine choisit de longs passages qui montrent différents aspects de l’Iran, et les cite en ajoutant à chaque fois quelques remarques. Par exemple, il reproduit la description de la ville d’Ispahan, capitale de l’Iran à cette époque, qui, dit Chardin, « est une des plus grandes villes du monde38 ». Le récit des magnificences des palais et des réceptions du roi d’Iran a dû produire un grand effet sur les lecteurs de Chardin, note Lamartine en ajoutant : « La cour de Louis XIV elle-même devait rougir d’une civilisation qui dépassait la sienne 39 ». Lamartine cite encore la description du harem, « dépôt des voluptés40 » du prince, ou encore les récits de Chardin sur la religion, la politique, les mœurs, la vie publique et la vie privée du peuple iranien 41. Si les citations de l’œuvre de Chardin constituent la plus grande partie de ces entretiens, Lamartine s’est efforcé de choisir des extraits du Livre des Rois qui pussent donner à ceux qui n’avaient pas le loisir de lire cette grande œuvre une image assez proche de l’original.

20Dans ses poèmes en revanche, Lamartine évoque surtout des scènes et des images orientales de caractère général, et ne fait que rarement allusion à des pays déterminés de l’Asie. En ce qui concerne la Perse, ces allusions sont certes plutôt brèves, mais son poème porte dans la forme les traces d’une inspiration iranienne. Il est à noter que Lamartine s’intéressait également à l’Islam, religion qu’il trouvait supérieure au christianisme par certains aspects. Il associait d’ailleurs la religion de Mahomet surtout aux Turcs, et l’histoire qu’il a écrite de ce peuple s’ouvre avec la vie de Mahomet.

21Le texte que Lamartine a consacré à Rostam montre que sa connaissance de l’Iran n’était pas due seulement à l’œuvre de Chardin, mais qu’elle était aussi redevable aux travaux de Jules Mohl. Signe de la géographie complexe des transferts dans le domaine orientaliste, c’est grâce aux travaux de ce philologue d’origine allemande employé par le gouvernement français que les anciennes légendes persanes ont pu pénétrer dans la littérature française du XIXe siècle.

Haut de page

Notes

1 Thous est une ville d’Iran qui correspond approximativement à l’actuelle Mashad.

2 Voir aussi Laurent Cassagnau, « Le Divan de Goethe au miroir de la poésie persane », Études germaniques 60, 2005/2, p. 283-303 ; ici p. 286.

3 Djavad Hadidi, « Firdowsi dans la littérature française », Revue de la littérature comparée, XLIX, no 3, juillet-septembre 1975, p. 365-372 ; ici p. 365.

4 Il avait fait des études de théologie protestante à Tübingen.

5 Michael Werner, « A propos de la notion de philologie moderne. Problèmes de définition dans l’espace franco-allemand », in : Michel Espagne – Michael Werner (éds.), Philologiques I. Contribution à l’histoire des disciplines littéraires en France et en Allemagne au XIXe siècle, Paris, Editions de la maison des sciences de l’homme, 1990, p. 11-21, ici p. 11.

6 Michel Espagne, « La fonction de la traduction dans les transferts culturels franco-allemands aux XVIIIième et XIXième siècles. Le problème des traducteurs germanophones », Revue d’histoire littéraire de la France, 1997, no. 3, p. 413-427, ici p. 413.

7 Hadidi, « Firdowsi dans la littérature française », p. 365-372.

8 Cet élève des jésuites devenu écrivain était un partisan de la Révolution française. Mais après avoir été déçu par le coup d’état de Napoléon, il se mit à polémiquer contre lui.

9 Ferdowsi, Das Heldenbuch des Iran, aus dem Schah Nameh von Joseph Goerres, Berlin, G. Reimer, 2 vol. , 1820.

10 Ibid., vol. 1, p. VIII.

11 Ferdowsi, The Shah Nameh, an heroic poem, containing the history of Persia from Kioomurs to Yesdejird, with an introduction and life of the author by Turner Macan, 4 vol. , Calcutta, The Baptist Press, 1829.

12 Cet orientaliste anglais est né à Londres en septembre 1746. Il est mort à Calcutta en avril 1794. Il publia entre autres en français ; c’est dans cette langue que parurent ses premiers ouvrages : La Vie de Nadir Shah et un Traité sur la poésie orientale en 1770. Dans sa Dissertation sur la littérature orientale, il attaquait la traduction du Zend-Avesta d’Aquetil-Duperron (1771). La première édition de sa grammaire persane parut également en 1771.

13 Cet orientaliste français est né à Perennes (Somme) en 1763 et mort en 1824. En 1795, il fut à l’origine du décret créant l’École spéciales des langues orientales vivantes à la Bibliothèque nationale de Paris : il devint administrateur de cette école et professeur de persan.

14 Cité d’après Gilbert Lazard, « Introduction », in : Ferdowsi. Le Livre des Rois, traduit par Jules Mohl, Paris, Sindbad, 1979, p. 23.

15 Adolf Friedrich Graf von Schack, Heldensagen des Firdusi, Berlin, W. Hertz, 1853, p. 104.

16 Friedrich Rückert, Firdosi’s Königsbuch, tome 1, Berlin, G. Reimer, 1890, p. 160-161. Quant à Mohl, il donne une traduction en prose de ce même passage. « Lorsque le soleil brillant eut disparu, qu’on eut fermé la porte du palais et qu’on en eut retiré la clé, l’esclave se rendit auprès de Dastân fils de Sâm et lui dit : “Tout est préparé, viens !” Le prince se dirigea vers le palais avec toute l’ardeur d’un homme qui cherche une épouse. La belle aux yeux noirs et aux joues de rose monta sur le toit, semblable à un cyprès surmonté de la pleine lune ; et lorsque Dastân, fils de Sâm le cavalier, parut de loin, cette fille illustre ouvrit ses lèvres de grenat et fit entendre sa voix : “Bienvenue, chevalier, bienvenue !” » (Ferdowsi, Livre des Rois, traduit du persan par Jules Mohl, extraits choisis et revus par Gilbert Lazard, Paris, Sindbad, 1979, p. 55).

17 Après la mort de Sir Malcolm, ce manuscrit resta dans la bibliothèque de Jules Mohl. A la mort de celui-ci, c’est le comte Gobineau qui en prit possession. Enfin, le British Museum l’acheta avec tous les autres livres de Gobineau. Sir Malcolm fut successivement employé de l’East India Company, interprète, ambassadeur, commandant de l’armée britannique.

18 Jules Mohl, Le Livre des Rois par Ferdowsi, publié, traduit et commenté par Jules Mohl, Paris, impr. Royale, 1838, p. XXI-XXII.

19 Voir aussi Shapur A. Shahbazi, Ferdowsi. A critical biography, Costa Mesa, Mazda Publishers, 1991, p. 23.

20 Ferdowsi, Livre des Rois, traduit du persan par Jules Mohl, choix et présentation de Gilbert Lazard, Paris, Sindbad, 1979, p. 32.

21 Ibid., p. 33.

22 Conrad Beyer, « Einleitung », in : Firdosi’s Königsbuch (Schahname), übersetzt von Friedrich Rückert. Aus dem Nachlass herausgegeben von Conrad Beyer, Band 1, Berlin, G. Reimer, 1890, p. X-LII ; ici, p. XX.

23 Heinrich Heine, Romancero. Romanzero, Introduction et traduction par Louis Sauzin, Paris, Aubier, 1976, p. 112-115 : « Als vollendet war das Lied / Überschickte seinem Gönner / Der Poet das Manuskript, / Zweimal hunderttausend Verse / In der Badestube war es, / In der Bades-tub’zu Gasna, / Wo des Schaches schwarze Boten / Den Firdusi angetroffen – / Jeder schleppte einen Geldsack, / Den er zu des Dichters Füssen / Knieend legte, als den hohen / Ehrensold für seine Dichtung. / Der Poet riss die Säcke / Hastig, um am lang entbehrten / Goldesanblick sich zu laben – / Da gewahrt’ er mit Bestürzung / Dass der Inhalt dieser Säcke / Bleiches Silber, Silbertomans, / Zweimalhunderttausend etwa – / Und der Dichter lachte bitter. » Heine a également mis en scène dans son poème la fuite et la mort de Ferdowsi.

24 Voir Joseph A. Kruse, « Heinrich Heines “Der Dichter Firdusi” : Fremde Historie als eigene Situation », in : Winfried Woesler (éd.), Ballade und Historismus. Die Geschichte der Ballade des 19. Jahrhunderts, Heidelberg, Universitätsverlag C. Winter, 2000, p. 116-134.

25 Pour d’autres figures du Romancero, voir Céline Trautmann-Waller, « Du Rabbin du Bacharach aux “Mélodies hébraïques” du Romancero. Le judaïsme entre science et poésie », Revue germanique internationale, 9 / 1998, p. 115-128, et Isabelle Kalinowski, « L’histoire, les fantômes et la poésie dans le Romancero », Revue germanique internationale, 9 / 1998, p. 129-142.

26 Kruse, « Heinrich Heines “Der Dichter Firdusi” », p. 123.

27 Voir Mounir Fendir, Halbmond, Kreuz und Schibboleth. Heinrich Heine und der islamische Orient, Hambourg, Hoffmann & Campe, 1980, p. 122-127.

28 Il faut cependant préciser que le destin de Heine ne fut pas aussi tragique que celui de Ferdowsi. S’il dut attendre encore dix ans, Carl Heine finit par lui accorder la pension qu’il réclamait et il put la toucher de son vivant. Carl régla même ses dettes. Mais Heine était trop déçu pour être en mesure d’apprécier le geste tardif de sa famille. Voir Kruse, « Heinrich Heines “Der Dichter Firdusi” », p. 130-131.

29 Cassagnau, « Le Divan de Goethe », p. 288.

30 Kruse, « Heinrich Heines “Der Dichter Firdusi” », p. 125.

31 Johann Wolfgang Goethe, Le Divan, Préface et notes de Claude David, traduction d’Henri Lichtenberger, Paris, Gallimard, 1984, p. 77. En allemand : « Ferdusi spricht / “Oh Welt ! wie schamlos und boshaft du bist ! / Du nährst und erziehest und tötest zugleich.” / Nur wer von Allah begünstigt ist, / Der nährst sich, erzieht sich, lebendig und reich. / * / Was heißt denn Reichtum ? Eine wärmende Sonne, / Genießt sie der Bettler, wie wir sie genießen / Es möge doch keinen der Reichen verdrießen / Des Bettlers, im Eigensinn, selige Wonne » (Johann Wolfgang Goethe, Westöstlicher Divan, édité et annoté par Hans-J. Weitz, Frankfurt am Main, Insel-Verlag, 1986, p. 44.)

32 Jean Mondot, « Goethe du Nord au Sud. Les “Voyage en Italie” et le paradigme du Sud », Revue germanique internationale, 12 / 1999, p. 7-15, ici p. 7.

33 Alphonse de Lamartine, Vie des grands hommes, Paris, Aux Bureaux du Constitutionnel, 1856, p. 8-9.

34 Ibid., p. 348.

35 Ibid., p. 436-37.

36 Alphonse de Lamartine, Cours familier de Littérature, 25 vol, Paris, chez l’auteur, 1867, p. 670 : Lamartine se dit convaincu que « de tous les voyageurs français, le plus intéressant par le temps où il écrit, par le pays qu’il visite, par les récits de mœurs qu’il rapporte, c’est le chevalier Chardin. »

37 Ibid., p. 731-732.

38 Ibid., p. 734.

39 Ibid., p. 714.

40 Ibid., p. 728.

41 Ibid., p. 733-795.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kambiz Djalali, « Le Livre des Rois de Ferdowsi et ses traductions dans la philologie et la littérature françaises et allemandes », Revue germanique internationale [En ligne], 7 | 2008, mis en ligne le 15 mai 2011, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/403

Haut de page

Auteur

Kambiz Djalali

Doctorant, Enseignant au Burg-Gymnasium de Bad Bentheim.

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page