Navigation – Plan du site

Voyages d’études et migrations savantes. Paris, lieu fondateur et provisoire de l’indianisme allemand

Pascale Rabault-Feuerhahn
p. 139-156

Résumés

Forts d’une réputation de « philologues en chambre », les indianistes allemands du XIXe siècle étaient pourtant loin d’être sédentaires. Cet article analyse leurs déplacements, qui jouaient un rôle majeur dans leur formation et le déroulement de leurs carrières et qui allaient, selon les cas, du simple séjour à l’émigration définitive. Apparaissent ainsi les motivations qui les sous-tendaient, les réseaux de sociabilité créés ou sollicités et leurs effets dans la construction des savoirs. La géographie complexe et mouvante qui se dessine entre Allemagne, France, Grande-Bretagne et Inde est révélatrice des changements qui affectèrent l’indianisme allemand sur le plan institutionnel et épistémologique à mesure de sa constitution en discipline universitaire. Le cas de Paris, véritable berceau de l’indianisme allemand à l’époque romantique, qui continua à attirer bon nombre d’étudiants en sanskrit jusque vers 1850 avant de connaître une véritable désaffection après la mort de Burnouf, est particulièrement riche d’enseignements. Il illustre le jeu complexe entre coopération et rivalité internationales, et montre la fécondité des transferts culturels au-delà des contacts directs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 August Wilhelm Schlegel, Réflexions sur l’étude des langues asiatiques adressées à Sir James Mackin (...)

1« Quel vaste champ s’ouvre à l’industrie intellectuelle de l’Europe ! La moisson est ample : ne manquera-t-on pas de moissonneurs !1 » : Cette exclamation poussée par August Wilhelm Schlegel en 1832, montre combien cette nouvelle branche de l’orientalisme qu’étaient les études indiennes semblait toujours, près d’un-demi siècle après la fondation de l’Asiatic Society of Bengal, nécessiter une mobilisation des énergies à l’échelle internationale. Une mobilisation ambiguë toutefois, car la collaboration, bien que réelle, entre les indianistes des différentes nations engagées dans ces études n’effaçait ni les rivalités individuelles, ni la compétition internationale. Pour un pays comme l’Allemagne, ne disposant, au début du XIXe siècle, de presque aucun manuscrit en langue indienne, on se représente aisément ce que les relations avec les pays mieux fournis comme l’Angleterre et la France pouvaient avoir de crucial. Si August Wilhelm Schlegel n’avait de cesse d’en appeler à une mobilisation internationale autour de l’étude du sanscrit, il militait en même temps très activement pour que l’on crée en Allemagne les conditions de cette étude. Qu’il s’agisse d’une relation de collaboration authentique ou d’une situation de dépendance provisoire visant à être dépassée, le contact avec la France et l’Angleterre se présente comme un moment important de l’indianisme allemand. Sa manifestation la plus évidente se trouve dans les multiples voyages d’études entrepris à destination de Londres et de Paris par les Allemands qui se destinaient aux langues et littératures de l’Inde ancienne. Si la réputation de « philologue en chambre » des indianistes allemands de l’époque est très méritée en regard de leur désintérêt pour le « terrain » indien pendant une grande partie du siècle, ils étaient donc loin d’être sédentaires pour autant. Les lettres envoyées par ceux qui partaient pour l’étranger à leurs collègues, leurs professeurs ou leurs proches restés en Allemagne constituent de précieux documents sur ces voyages qui étaient des moments de formation, de collecte de données, qui représentaient souvent un premier voyage hors d’Allemagne, et parfois même un premier pas vers l’émigration. Elles permettent d’appréhender les doutes, les espoirs et les raisons liées à la décision d’embrasser une carrière d’orientaliste. Elles font aussi apparaître les circuits empruntés, les réseaux mobilisés ou créés à cette occasion, le fonctionnement des sociabilités orientalistes et le jeu complexe de la constitution de pratiques indianistes « nationales » à travers les échanges internationaux.

2Dans la mesure où les premiers sanscritistes allemands, les frères Schlegel, Franz Bopp, Othmar Frank, apprirent le sanscrit à Paris, la capitale française apparaît comme un véritable « berceau » de l’indianisme allemand. Durant toute la première moitié du siècle, elle est restée une destination privilégiée, en dépit de l’attraction qu’exerçaient aussi Londres et Oxford. Mais à partir des années 1850, soit après la mort d’Eugène Burnouf, professeur de sanscrit au Collège de France de 1832 à 1852, la géographie des voyages se modifie au profit de l’Inde et au détriment de la France, tandis que la Grande-Bretagne apparaît toujours comme un jalon important des trajectoires des indianistes allemands. Cette reconfiguration progressive amène à s’interroger sur les déterminants qui ont réglé cette circulation internationale et sur le rôle des séjours effectués à Paris par la plupart des indianistes allemands jusqu’au milieu du siècle dans le développement à plus long terme de leur discipline : question d’autant plus légitime que ceux qui rentrèrent en Allemagne après leur séjour d’études parisien y occupèrent les premières chaires d’indianisme qui y furent créées dans les années 1830 à 1850 et formèrent des générations d’étudiants jusqu’à la fin du siècle.

Des indianistes voyageurs

  • 2 J’inclus ceux qui ont occupé des postes à l’étranger, mais ont accompli au moins une partie de leur (...)
  • 3 Parmi ces indianistes partis à l’étranger (en France, Grande-Bretagne et/ou Inde), tous ne sont pas (...)

3Pour être correctement évaluée, l’importance du voyage en France pour l’indianisme allemand du XIXe siècle requiert de connaître la proportion d’indianistes allemands concernés et la place relative de ce voyage par rapport à ceux effectués vers d’autres contrées. Mais, pour massive qu’elle ait été, la circulation internationale des indianistes allemands se prête difficilement à un repérage systématique. Il y a, en premier lieu, la multiplicité des destinations, au rang desquelles l’Autriche-Hongrie, la Suisse, le Danemark et la Russie. Toutefois, la fréquence des voyages et des migrations vers la France et la Grande-Bretagne, puis, plus tard, vers l’Inde, est sans commune mesure avec ces autres destinations. On peut d’autant plus utilement se concentrer sur ces trois pays que les indianistes allaient souvent de l’un à l’autre d’entre eux, et que ces circuits connurent au fil du siècle des modifications révélatrices de changements d’orientation lourds au sein de la discipline. En second lieu, les indianistes allemands représentent eux-mêmes une population nombreuse et éclatée. Le groupe le plus classique est composé d’indianistes ayant occupé un poste de professeur extraordinaire ou ordinaire de sanscrit et/ou de grammaire comparée des langues indo-européennes dans des universités allemandes ou, pour la période de construction de la discipline, ayant enseigné le sanscrit dans le cadre d’une chaire d’orientalisme plus générale : soit, d’après mes repérages, 87 individus si l’on prend pour limite temporelle les indianistes entrés en poste en 19142. Un second groupe est constitué d’indianistes qui, après s’être formés en Allemagne, effectuèrent toute leur carrière en France, en Grande-Bretagne ou en Inde. On est ici confronté à 25 individus3. Enfin, catégorie plus délicate car plus subjective, viennent les philologues qui, quoique sans statut à l’université, réalisèrent en Allemagne une œuvre de philologie indianiste suffisamment conséquente pour être considérés comme des pairs par les indianistes universitaires ; ce sont au moins cinq individus : Friedrich Schlegel, Otto von Boehtlingk, Friedrich Bollensen (ces deux derniers ayant travaillé en Russie et s’étant installés en Allemagne), Adalbert Kuhn, directeur d’un Gymnasium et Hermann Grassmann, mathématicien.

  • 4 Ne sont pas comptabilisés les déplacements très courts, comme les participations à des congrès.
  • 5 N’apparaissent pas dans ces comptages les philologues ayant reçu une formation en sanscrit qui étai (...)

4La population totale d’indianistes allemands sur laquelle ont porté mes investigations est ainsi de 117 individus. À moins d’études poussées dans les archives, on ne dispose, pour connaître leurs déplacements, que des données dispensées par les dictionnaires biographiques et les historiographies de la discipline, complétées dans certains cas par des correspondances ou des autobiographies. Si on ne peut donc espérer dresser une liste exhaustive de ces voyages, on peut néanmoins formuler l’hypothèse que ceux qui restent repérables ont été perçus comme un moment important de leur parcours par les indianistes qui les avaient entrepris4. Les résultats de ces comptages montrent que plus de la moitié des indianistes recensés (67 sur 117 soit 57 %) ont effectué au moins un voyage dans au moins un des trois pays qui nous concernent. Cette proportion tient en grande partie aux indianistes partis faire carrière à l’étranger. Mais même parmi ceux qui ont eu un poste en Allemagne, elle reste conséquente (41 sur 87 soit environ 47 %). Seul le petit groupe des indianistes sans position institutionnelle se distingue par une proportion inverse : seul Friedrich Schlegel a fait le voyage pour la France, et aucun n’a fait de séjour en Grande-Bretagne en lien avec le sanskrit. À l’échelle du siècle entier, c’est la Grande-Bretagne qui fait figure de pôle d’attraction majeur (41 visiteurs), devant l’Inde (29) et la France (26). Si elle fut peu pourvoyeuse de postes (deux individus seulement s’y sont fixés définitivement5, contre 10 en Grande-Bretagne et 13, dont 8 missionnaires, en Inde), la France est à une exception près soit une destination unique, soit une première destination avant un départ pour la Grande-Bretagne. L’Inde, à l’inverse, quand elle n’est pas une destination unique, représente toujours une seconde étape après la Grande-Bretagne. Mais aucun indianiste n’a cumulé de séjours dans les trois pays et, que les séjours s’enchaînent directement ou soient entrecoupés par un retour en Allemagne, les combinaisons s’opèrent toujours avec la Grande-Bretagne, et pas entre la France et l’Inde.

  • 6 Les missionnaires représentent 27 % des indianistes allemands venus en Inde au XIXe siècle et ont p (...)

5La durée des séjours varie naturellement beaucoup en fonction de l’objectif poursuivi. Les trois quarts environ des indianistes allemands ayant séjourné en France y sont restés un an ou moins, les quelques séjours plus longs n’excédant pas deux à quatre ans si l’on fait abstraction de deux cas d’émigration. Pour autant qu’en révèlent les biographies, tous les indianistes venus à Paris étaient motivés par la collecte de manuscrits, éventuellement assortie d’un perfectionnement de leurs connaissances dans les cours des orientalistes de la capitale. Pour la Grande-Bretagne en revanche, la situation est nettement plus variée, poursuite de cours et collectes de manuscrits alternant tout au long du siècle avec la recherche de postes. Par conséquent, moins de la moitié des séjours durent moins de deux ans, tandis que l’on compte environ 20 % d’installations définitives dans le pays, et plusieurs séjours très longs (correspondant souvent à des postes) avant un retour en Allemagne ou un départ pour l’Inde. Concernant ce dernier pays, la situation est très contrastée à l’une et l’autre extrémités du siècle. Pendant longtemps, les séjours durent longtemps, car ils sont le fait de missionnaires affectés durablement dans le pays6. Dans les années 1860, les philologues prennent la relève en assumant des postes fournis par le gouvernement britannique. Enfin, au tournant du siècle, les séjours deviennent plus brefs du fait de l’amélioration des transports qui rend moins nécessaire de « rentabiliser » le déplacement et qui permet de simples voyages. En faisant abstraction des missionnaires, la présence des indianistes allemands en Inde se concentre donc dans la deuxième moitié du siècle, et s’avère inférieure à celle des indianistes allemands en France. On a là un élément de réévaluation de la part des séjours en France d’autant plus intéressant que ceux-ci ont, à l’inverse de ce qui se passe pour l’Inde, eu lieu à une époque où la population totale des indianistes allemands était encore très restreinte. Rapportés à cette population totale, ceux qui ne faisaient pas le voyage à Paris font figure d’exceptions, si bien que ce voyage apparaît comme un élément incontournable dans la carrière des premières générations d’indianistes allemands.

Voyages et carrières

  • 7 Max Müller écrit à son ami Hagedorn le 17 mars 1845 : « ... à Paris, tout est horriblement cher. Av (...)
  • 8 Salomon Lefmann, Franz Bopp, sein Leben, seine Lehre, seine Wissenschaft. Erste Hälfte, Berlin, Geo (...)
  • 9 Wilibald Kirfel, Briefwechsel A.W. Schlegel Christian Lassen, p. 116 (lettre d’A. W. Schlegel à C. (...)

6Si ces repérages confirment que la mobilité internationale était courante chez les indianistes allemands, les lettres et autres témoignages viennent rappeler que de tels déplacements n’avaient rien d’anodin. Une difficulté majeure tenait au coût élevé que représentaient non seulement le trajet – il n’était pas rare qu’un indianiste dût repousser son départ, ou son retour, faute de pouvoir payer le billet –, mais aussi la vie dans des métropoles telles que Paris et Londres7. Dès les années 1810, Franz Bopp et Othmar Frank ne purent financer leurs séjours respectifs que grâce aux bourses qu’ils reçurent du Roi de Bavière, et encore Bopp dut-il interrompre son voyage parce que « le gouvernement bavarois [l’avait] laissé tombé8 ». Ces frais étaient d’autant plus difficiles à assumer que le voyage venait souvent en conclusion d’études universitaires qui avaient déjà représenté un effort financier conséquent. C’est donc dans un état de grande précarité que ces « aspirants indianistes », pour ainsi dire, prenaient le chemin de Paris ou de Londres pour rassembler les matériaux nécessaires à la rédaction d’un doctorat, suivre des enseignements complémentaires et augmenter leurs chances d’obtenir un poste au retour. Dans certains cas, la situation s’équilibrait, le départ étant recommandé par un professeur qui s’arrangeait pour que son protégé obtînt une bourse de la part du roi, de l’Académie des sciences ou (quand il existait) du Ministère de l’éducation de l’État allemand concerné. Comme exemples de tels mandarinats, on citera le soutien apporté par Wilhelm von Humboldt à de nombreux jeunes indianistes, ou encore le rôle de l’orientaliste Heinrich Ewald dans l’attribution à Rudolf Roth, futur professeur ordinaire à Tübingen, d’une bourse de 400 florins par le gouvernement du Wurtemberg pour partir à Paris. L’exacerbation de la relation de dépendance maître-élève par le biais des voyages d’études est parfaitement illustrée par l’attitude adoptée par August Wilhelm Schlegel, qui avait envoyé son jeune étudiant Christian Lassen à Londres puis Paris pour y collationner les manuscrits du Râmâyana en vue d’éditer l’épopée. Avec cette mission et la bourse qui y était assortie, le jeune protégé bénéficiait d’une occasion inespérée de parachever sa formation d’indianiste, mais son travail de collation était aussi conçu pour épargner à son mentor un temps et une énergie considérables. Son destin professionnel était plus que jamais lié au bon vouloir d’A. W. Schlegel, qui subordonnait explicitement son appui futur à la bonne volonté et à l’efficacité dont Lassen témoignerait à l’étranger9. Les voyages sont représentatifs de la manière dont le mandarinat a structuré le passage de témoin entre générations d’indianistes : l’étudiant parti à l’étranger qui accédait à un poste à son retour envoyait ensuite ses propres étudiants à l’étranger, et ainsi de suite. Ce mode de fonctionnement explique que les voyages étaient le fait des « aspirants indianistes » plutôt que des professeurs en titre : pour obtenir des livres ou des copies de manuscrits, ceux-ci pouvaient se reposer sur leurs étudiants, sur leurs collègues allemands installés dans les pays concernés, et sur les contacts qu’ils avaient eux-mêmes noués avec leurs collèges étrangers lors de leurs propres voyages d’études ou grâce à leur réputation acquise une fois devenus professeurs.

  • 10 Richard Fick et Götz von Selle (éds.), Briefe an Ewald. Aus seinem Nachlaß, Göttingen, Vandenhoeck (...)
  • 11 Voir respectivement Kirfel, Briefwechsel, p. 34 (C. Lassen à A. W. Schlegel, Londres 21 mai 1824), (...)
  • 12 Georgina Müller, The Life and Letters, p. 32.
  • 13 Lefmann, Franz Bopp I, Anhang, p. 4 (Bopp à K. J. Windischmann, Paris 1er janvier 1813) : « Comme j (...)

7Venant souvent de villes de taille modeste, les indianistes allemands devaient aussi s’adapter à la vie dans des capitales comme Paris et Londres. Beaucoup d’entre eux font part dans leurs lettres de leur étonnement face « au manque d’air, au bruit incessant de la City10 », à la foule dans les rues de Paris et mentionnent leur sentiment d’isolement, augmenté par l’obstacle de la langue étrangère. Dans ces circonstances et face aux incertitudes qui pesaient sur leur avenir, les étudiants vivaient souvent au cours de leur voyage des périodes de doute quant à leurs capacités à surmonter les obstacles qui les séparaient d’une carrière d’orientaliste ; ainsi Lassen écrivit-il à Schlegel dans un moment de désarroi pour l’assurer que, s’il « abandonnait ces études », ce serait certainement sous l’effet de la « nécessité » (Noth) ; d’autres, comme Rudolf Roth, se demandaient s’ils n’auraient pas mieux fait de se tourner vers la théologie11. Il faut dire que, mené à longueur de journées et sur de longues périodes de temps, le travail de collation de manuscrits était extrêmement fastidieux. Forcés d’accumuler de nombreux matériaux dans un laps de temps déterminé, les indianistes travaillaient à un rythme intensif, d’autant que beaucoup devaient compléter les revenus de leur bourse en recopiant des manuscrits pour le compte d’autres personnes ou en devenant précepteurs ou bibliothécaires. Max Müller décrit de la sorte la frugalité de ses journées parisiennes : « Je me lève tôt, je prends mon petit déjeuner, c’est-à-dire du pain et du beurre, pas de café. Je reste à la maison et je travaille jusqu’à sept heures, je rentre une heure plus tard et je reste travailler à la maison jusqu’au coucher »12. Il ne faudrait pas, toutefois, noircir plus que de rigueur ce qui restait une aventure personnelle et intellectuelle, dont les aléas étaient largement compensés par l’exaltation de découvrir des manuscrits qui manquaient cruellement en Allemagne et de voir le texte étudié prendre forme à mesure de la confrontation des variantes13. En outre, s’il est certainement des indianistes qui abandonnèrent leur projet d’une carrière orientaliste au cours de leur séjour à l’étranger, ou faute de trouver un poste à leur retour, la proportion très importante de ceux qui devinrent Privatdozent dans la foulée de leur voyage montre que celui-ci pouvait s’avérer payant.

  • 14 Sur les travaux orientalistes de Mohl, voir la contribution de Kambiz Djalali dans ce volume.
  • 15 Georgina Müller, The Life and Letters, p. 134 (lettre de Max Müller au Chevalier Bunsen, 2 février (...)

8Les voyages pouvaient aussi déboucher sur un poste dans le pays visité. C’est ainsi que Max Müller, parti à Oxford pour y collationner les manuscrits du Rig-Veda, y obtint une chaire de professeur de langues et littératures européennes. De la même manière, Jules Mohl, arrivé à Paris en 1826 pour étendre ses connaissances en langues orientales, y fut chargé par le gouvernement français de l’édition du Shah Nameh de Firdusi et devint professeur de persan au Collège de France : il ne prit donc jamais le poste de professeur de sanscrit qui lui était réservé à Tübingen14. Dans d’autres cas, malheureusement bien plus nombreux, le départ pour l’étranger était motivé par l’absence de perspectives professionnelles en Allemagne. C’est un fait connu que les Juifs étaient les plus concernés par ce phénomène d’émigration intellectuelle. Certains partaient en ayant conscience que le seul moyen de faire carrière en Allemagne serait de se convertir : par exemple Jules Oppert, qui devint professeur de lycée, puis professeur de sanscrit et grammaire comparée à la Bibliothèque impériale, avant d’être nommé professeur d’assyriologie au Collège de France. D’autres, partis pour la même raison, devaient finalement franchir le pas de la conversion et cumulaient ainsi les ruptures sur le plan personnel. On citera ici Theodor Aufrecht, venu à Oxford en 1852 pour assister Max Müller dans son édition du Rig-Veda, qui devint par la suite professeur de sanscrit à Edimbourg, et put finalement rentrer en Allemagne à la fin de sa carrière pour succéder à Lassen à Bonn ; en 1853, l’année suivant son arrivée en Angleterre, il avait pris la douloureuse décision de se convertir15.

Le séjour à Paris, un point de départ

  • 16 Lefmann, Franz Bopp I, Anhang p. 9 (Bopp à Windischmann, Paris 27 juillet 1814) : « Les textes orig (...)

9Le contact avec les manuscrits constituait indubitablement un moment important de la formation des indianistes allemands, par la confrontation avec la matérialité de l’objet, la familiarisation avec les techniques de paléographie, de critique et d’émendation. À un niveau plus fondamental encore, il fut la condition d’émergence de la discipline indianiste dans les premières décennies du XIXe siècle, dans un contexte où l’on ne pouvait pas être certain de la fiabilité des textes édités, où les livres imprimés en caractères orientaux étaient rares et chers – surtout lorsqu’il fallait les faire venir de Calcutta16, et où l’on ne disposait la plupart du temps que de traductions-relais, du sanscrit vers l’anglais puis l’allemand, quand une autre langue n’avait pas interféré en plus. C’est un fait connu que Friedrich Schlegel était venu à Paris en 1802 dans l’idée d’y étudier la littérature médiévale française et de s’initier au persan, et qu’il se lança finalement avec ardeur dans l’étude des collections de manuscrits sanscrits de la Bibliothèque Impériale, constituées aux siècles précédents grâce aux dons faits par des missionnaires et des voyageurs. On sait également combien l’aide d’Alexander Hamilton, officier britannique qui rentrait de Calcutta, lui fut précieuse. Il fallut ensuite une dizaine d’années avant que Franz Bopp et Othmar Frank ne suivent sa trace. Arrivés à Paris en 1813, ils projetaient d’y apprendre non seulement le sanscrit, mais aussi le persan et d’approfondir leurs connaissances en arabe. La réputation de l’orientaliste Silvestre de Sacy et les cours de persan dispensés par Antoine Léonard de Chézy n’étaient donc pas étrangers à leur décision.

  • 17 Lefmann, Franz Bopp I, Anhang p. 7 (Bopp à Windischmann Paris 27 juillet 1814).

10Se lancer dans un domaine encore aussi peu balisé que le sanscrit ne pouvait être une tâche aisée ; elle ne leur fut guère facilitée par le climat délétère qui régnait alors dans le milieu orientaliste à Paris. Au moment où Bopp arriva, aucun Français ne connaissait le sanscrit, et Chézy, le seul qui s’était mis en devoir de l’apprendre, entendait bien faire de ce domaine sa chasse gardée. Non seulement Bopp dut donc apprendre le sanscrit en autodidacte, mais il eut aussi à se préserver de la jalousie de Chézy, qui se manifestait dans ses paroles comme dans sa manière de monopoliser les manuscrits17. Même une fois devenu professeur de sanscrit au Collège de France en 1815, Chézy continua à entretenir un rapport de rivalité avec quiconque voulait s’adonner au sanscrit : une attitude souvent proche du pathétique, sans doute motivée par un sentiment d’insécurité vis-à-vis de ses propres connaissances qui restaient, il est vrai, modestes par rapport à celles que d’autres philologues commençaient à développer. Arrivé à Paris en 1815 avec le projet de suivre les cours que Chézy commençait à dispenser, August Wilhelm Schlegel dut faire le même constat que Bopp, et déserta rapidement les bancs du Collège de France pour apprendre le sanscrit avec l’aide de son jeune compatriote.

11Si Paris fut un lieu de naissance de l’indianisme allemand, c’est donc plutôt au sens géographique et pour des raisons matérielles : sur le plan intellectuel, les Allemands y ressentaient un isolement certain. À l’annonce du départ de A. W. Schlegel, Bopp fit à K. J. Windischmann, son maître en Allemagne, un constat peu reluisant :

  • 18 Ibid., Anhang p. 21 (Bopp à Windischmann Paris 24 février 1815).

Schlegel ne reste ici que jusqu’en avril, ce qui m’ennuie car je me réjouis d’être au contact d’un savant allemand. Les Français sont si limités ; – vous me conseillez de fréquenter des connaisseurs ? – Cher ami ! il n’y a ici personne qui s’y connaisse en choses indiennes18.

  • 19 Kirfel, Briefwechsel p. 68 (Schlegel à Lassen, Bonn 8 septembre 1824). Jusqu’au milieu du siècle, l (...)
  • 20 Josef Körner (éd.), Briefe von und an August Wilhelm Schlegel, t. 1, Zurich-Leipzig-Vienne, 1930, p (...)
  • 21 Ibid., p. 426 (Schlegel à Schulze, Bonn 8 avril 1825) : « La Compagnie [des Indes orientales] a des (...)

12Dans ce contexte de rivalité, être en bons termes avec les conservateurs des manuscrits orientaux s’avérait de la première importance. Les témoignages d’indianistes allemands passés par Paris montrent quels trésors de diplomatie il fallait déployer pour obtenir l’accès aux manuscrits face à des personnalités très susceptibles, et très conscientes du prestige de leur qualité d’orientalistes. D’un autre côté, le milieu orientaliste français était traversé par de tels antagonismes que cela pouvait profiter aux Allemands, au titre de tiers. Par exemple Louis-Mathieu Langlès, conservateur des manuscrits orientaux qui était en froid avec Chézy, invita Bopp avec insistance à prendre ce dernier de vitesse en produisant avant lui une grammaire du sanscrit et lui fournit de précieux matériaux pour l’aider dans cette tâche19. On conçoit toutefois aisément que, même s’ils entretenaient eux-mêmes la rivalité en nourrissant souvent l’espoir de doubler les publications des Français (et Britanniques), les Allemands aient fini par éprouver une certaine mauvaise humeur face à de telles conditions de travail et au temps perdu à courtiser les uns et flatter les autres. En outre, ils avaient clairement conscience que les collections de manuscrits étaient plus conséquentes en Grande-Bretagne qu’en France, même si elles présentaient l’inconvénient d’être souvent privées, donc dispersées et demandant un accès particulier. C’est pourquoi Paris n’a constitué pour Frank, Bopp et Schlegel, qu’une première étape, reconduction du geste fondateur de Friedrich Schlegel et réponse à l’appel de ces lieux d’orientalisme si clairement identifiables qu’étaient la Bibliothèque et le Collège de France. Non toutefois que la Grande-Bretagne ait vraiment eu davantage de maîtres à leur offrir : les grands sanscritistes de l’Asiatic Society of Bengal, Wilkins, Colebrooke, revenus en métropole, étaient, pour reprendre les termes acides d’A. W. Schlegel, des « vétérans assez fossilisés et il n’y [avait] personne parmi les jeunes pour assurer la relève20 ». Seul Haughton et Wilson apparaissaient comme de possibles interlocuteurs. Déjà initiés au sanscrit en France, les Allemands commençaient en effet à regarder d’un œil critique les réalisations des Britanniques et, à bien des égards, ils les jugeaient dépassées. Mais la possibilité de s’entretenir avec des figures mythiques de la discipline, la représentation des fonds immenses laissés en déshérence par des Britanniques peu intéressés par l’Inde antique21 et la perspective de compléter les collations entamées à Paris étaient des motivations suffisantes pour traverser la Manche.

Eugène Burnouf, une exception française ?

  • 22 Selon les termes d’Adolf Friedrich Stenzler rapportés dans sa notice biographique (Allgemeine Deuts (...)

13Que les indianistes allemands n’aient pas renoncé à l’étape parisienne dans les décennies suivantes en dépit des lacunes des fonds parisiens, des caprices de Chézy, de son « traitement plus esthétique que philologique et rigoureux du sanscrit22 », ou encore des compétences contestées de Langlès dans les langues orientales qu’il prétendait maîtriser, pourrait sembler étonnant. En effet, après la nomination de Schlegel à Bonn en 1818, de Bopp à Berlin en 1821, les étudiants allemands pouvaient s’initier au sanscrit en Allemagne même. Qu’ils aient malgré tout persisté à venir à Paris s’explique vraisemblablement par le fait que les manuscrits parisiens restaient complémentaires de ceux de Londres et que les travers de l’orientalisme parisien ne suffisaient pas à entamer la représentation d’un passage obligé par la ville qui avait vu les pionniers de l’indianisme allemand faire leurs premiers pas. En outre, par tradition autant que par prudence vis-à-vis du risque que représentait, pour une carrière, le fait de s’engager dans un domaine aussi neuf que le sanscrit, les étudiants allemands continuaient à apprendre un large éventail de langues orientales et appréciaient la possibilité qu’offrait Paris de poursuivre leurs études dans ces divers domaines.

  • 23 L. Delisle, Choix de lettres d’Eugène Burnouf. 1825-1853 suivi d’une bibliographie, Paris, H. Champ (...)

14En outre, dans les années 1820, une partie des orientalistes français commencèrent à lutter contre le « troupeau des fleuristes23 », c’est-à-dire contre leurs collègues qui abordaient les textes orientaux sous un angle esthétisant et exotique, plus proche de la littérature que de la philologie. Or, le principal allié de Rémusat, chef de file du camp des « anti-fleuristes », n’était autre qu’Eugène Burnouf. S’il ne devint professeur de sanscrit au Collège de France qu’à la mort de Chézy – « fleuriste » notoire – en 1832, il s’illustrait déjà par ses travaux de philologie indienne (sanscrit, pâli) et avestique (zend) et s’avère avoir été dès cette période un interlocuteur privilégié des indianistes allemands à Paris : A. W. Schlegel, lors de ses séjours successifs ; Christian Lassen, qui profita de son séjour d’études pour publier en collaboration avec lui un Essai sur le pâli (1826) ; Adolf Friedrich Stenzler, étudiant de Bopp et de Schlegel qui délaissa vite les cours de Chézy pour les siens ; Jules Mohl enfin, qui lia avec lui une amitié forte et durable, s’engageant à ses côtés dans la lutte contre les « fleuristes ». Or, auprès de ses collègues allemands, Burnouf ne cachait pas son sentiment de représenter une orientation philologique bien isolée en France :

  • 24 Ibid., p. 13 (Burnouf à Lassen, Paris 13 mars 1826).

Vous [Burnouf écrit à Lassen] êtes trop bon de regretter les réunions que nous avions ici dans cette ville de Paris, si anti-scientifique. C’est bien plutôt moi qui ai fait une perte sensible, puisque je n’ai plus personne dont je puisse entendre les observations amicales, et au jugement solide duquel je puisse proposer les résultats journaliers de mes études solitaires24.

  • 25 Ibid., respectivement p. 2 (Burnouf à Lassen, Meaux 6 septembre 1825) et p. 94 (Burnouf à Mohl, 6 j (...)
  • 26 Devenu un correspondant régulier de Bopp par l’entremise de son père, Eugène Burnouf ouvrit en 1829 (...)
  • 27 Delisle, Choix de lettres, p. 463 (Burnouf à A. W. Schlegel, Paris 2 septembre 1834).
  • 28 Voir le chapitre « Le rôle incitatif d’Eugène Burnouf » in : Rabault-Feuerhahn, L’Archive des origi (...)

15Ce passage met en lumière la piètre opinion qu’Eugène Burnouf avait de ses collègues français, notamment celui qu’il appelait avec ironie le « Mahâgourou Douchmanta Chezysoûnouh » ou, plus simplement, « Indra » en référence à son caractère ombrageux25. Il fait aussi apparaître l’estime qu’il vouait à l’inverse à ses correspondants allemands, au point de considérer Paris comme un lieu indigne d’eux. Il faut dire que son père, l’helléniste Jean-Louis Burnouf, avait très tôt attiré son attention sur les travaux de grammaire comparée réalisés par Franz Bopp26. Il dominait ainsi un domaine qui s’imposait comme une véritable « science allemande » et que ses collègues français ignoraient largement. Mais il était également très familier des autres écoles philologiques qui existaient en Allemagne. Depuis que Bopp enseignait la grammaire comparée à Berlin, A. W. Schlegel avait multiplié ses efforts pour faire de Bonn un centre d’études sanscrites capable de faire jeu égal avec la capitale prussienne. Sa volonté de se démarquer de Bopp et sa formation de philologue classique l’incitaient à appliquer au domaine sanscrit la méthode de « philologie des choses » développée par ses collègues latinistes et hellénistes : les textes ne devaient pas être le support à une étude des faits de langue, mais permettre de faire émerger un tableau historico-ethnographique de l’Antiquité indienne. Burnouf, initié par son père aux « sciences de l’Antiquité » telles qu’elles étaient pratiquées en Allemagne et cultivant des liens étroits avec Lassen et Schlegel, était très au fait des querelles philologiques qui agitaient l’indianisme allemand. Il se trouve que ses liens avec Bopp se distendirent peu à peu, celui-ci jalousant ses progrès dans l’étude du « zend » (c’est-à-dire, de l’avestique). Burnouf se rangea donc de plus en plus du côté de « l’école de Bonn », dont « une des gloires » était, selon lui « de s’être appliquée à la connaissance des choses, et pas seulement à celle des mots »27. L’affinité intellectuelle entre Eugène Burnouf et ses visiteurs allemands était donc largement due à sa connaissance et son appréciation des méthodes qui avaient cours en Allemagne28.

  • 29 Fick-Selle, Briefe an Ewald, p. 194 (Roth à Ewald, Paris 26 décembre 1843).

16Quand, en 1832, Eugène Burnouf devint professeur de sanscrit au Collège de France, de nouveaux postes de sanscrit et grammaire comparée venaient s’ajouter en Allemagne à ceux de Bopp et d’A. W. Schlegel : Extraordinariat de Lassen à Bonn (1830), de Stenzler à Breslau (1833), d’August Pott à Iena (1833). Le poids de l’enseignement du sanscrit était donc désormais plus important en Allemagne qu’en France. Toutefois, les travaux novateurs de Burnouf, le réseau de correspondants qu’il continuait à avoir en Allemagne et son poste au Collège de France lui donnaient une visibilité certaine et attiraient auprès de lui de nouvelles générations d’indianistes allemands. Après Hermann Brockhaus, Adolf Holtzmann, Johannes Gildemeister, nés autour de 1810 et qui vinrent à Paris dans les années 1830, ce fut au tour d’étudiants nés dans les années 1820 : Theodor Goldstücker, Rudolf Roth, Albrecht Weber, Max Müller. Si les cours de Burnouf les intéressaient tout particulièrement, ce n’était pas seulement parce qu’ils leur semblaient mieux correspondre à la rigueur philologique à laquelle leur formation en Allemagne les avait habitués, mais aussi parce qu’ils avaient le sentiment que Burnouf avait beaucoup à leur apprendre sur le plan de la méthode comme sur celui du fond. Roth remarquait : « Burnouf est le seul qui me satisfasse et qui me soit très utile, car il articule ses explications avec les notices intéressantes qu’il nous communique et qu’il tire de sa longue fréquentation de l’Antiquité indienne... Les cours de Jaubert [en persan] et de Caussin [de Perceval, en arabe] sont tellement dans la manière française : toujours de la traduction, rien que de la traduction29 ». Cette dimension profondément herméneutique de la démarche de Burnouf avait été explicitée par le maître français dans son cours d’ouverture au Collège de France de 1832, où il postulait que la connaissance de la littérature indienne offrirait des éclairages cruciaux sur l’histoire de l’esprit humain en général. Il considérait donc que la tâche prioritaire de l’indianisme était d’établir la chronologie de l’histoire politique et littéraire de l’Inde et incitait, pour ce faire, à remonter dans le temps à partir des époques les plus connues. Les Védas, textes les plus anciens de l’Inde antique, devaient dès lors logiquement constituer le couronnement de l’entreprise indianiste. Burnouf consacrait une grande partie de ses cours au Collège de France à ces textes et il enjoignait avec insistance à son auditoire composé presque exclusivement d’Allemands, de s’atteler à l’étude de ce corpus difficile et méconnu, ce dont atteste notamment Max Müller :

  • 30 Cité d’après la traduction donnée par Laure Delisle Burnouf, F. Max Müller. My Autobiography. A Fra (...)

Je suivais assidûment ses leçons [de Burnouf] qui avaient pour sujet les hymnes du Rig-véda et qui ouvraient à mon esprit un monde tout nouveau. Nous avions le premier livre du Rig-Véda, publié par Rosen, et les explications de Burnouf étaient absolument délicieuses.... Il nous expliquait ses propres recherches ; il nous montrait de nouveaux manuscrits qu’il venait de recevoir de l’Inde ; vraiment il faisait tout ce qu’il pouvait pour faire de nous des compagnons de travail. Souvent il nous disait d’étudier quelque passage du Véda, de comparer et de copier les commentaires et de lui apporter à la prochaine leçon le résultat de nos recherches30.

17Si Eugène Burnouf était en position de faire un cours sur le Rig-Véda à une époque où cette partie de la littérature indienne était encore fort méconnue en Europe, c’est parce qu’il avait suivi avec attention les progrès accomplis dans ce domaine par Friedrich Rosen, élève de Franz Bopp qui avait séjourné à Paris en 1827 avant de rejoindre Londres où il devint professeur de langues orientales au University College et Secrétaire de la Royal Asiatic Society. Signe de l’imbrication décidément étroite du réseau franco-allemand, c’est, dans un premier temps, Jules

  • 31 Preuve de son affinité intellectuelle avec l’Allemagne, dans ses lettres envoyées d’Angleterre à sa (...)
  • 32 Je m’en tiendrai ici au simple fait de l’impulsion reçue de Burnouf, sans entrer dans le détail du (...)

18Mohl qui profita d’un séjour londonien pour tenir Burnouf au courant des avancées du jeune Allemand. En 1835, lors d’un voyage en Angleterre, Burnouf noua ensuite des liens amicaux et professionnels très étroits avec Rosen, qui lui communiqua très généreusement les pages de la traduction latine du Rig-Veda qu’il avait en préparation31. Après la mort prématurée de Rosen en 1837, Burnouf fut ainsi en mesure de relayer auprès des étudiants allemands ses avancées dans le domaine védique, tout en s’efforçant de resituer ces données vis-à-vis de l’histoire indienne et, plus largement, de l’esprit humain. Si les incitations reçues de Burnouf n’ont sans doute pas été le seul facteur, elles furent indéniablement déterminantes dans la décision des indianistes allemands qui avaient fréquenté ses cours dans les années 1840 de se consacrer à l’étude des Védas. Tous devinrent en effet d’émi-nents spécialistes des différents textes védiques : Max Müller édita le Rig-Véda, Roth l’Atharva-Véda, Weber le Yajur-Véda, Goldstücker le Manava-Kalpasutra, et tous livrèrent des études pionnières dans l’exégèse de la littérature védique32.

La fin d’une tradition

  • 33 Ces expressions sont de Roth (Fick-Selle, Briefe an Ewald, p. 203) et de Burnouf (Delisle, Choix de (...)
  • 34 Roth à Mohl, Tübingen 20 février 1852.
  • 35 Indra Sengupta, From Salon to Discipline. State, University and Indology in Germany, Heidelberg, Er (...)

19Les études védiques devinrent rapidement le véritable fer de lance de l’indianisme en Allemagne, faisant ainsi fructifier les leçons reçues du maître français. Certes, développées dans une perspective spécifique, très largement ancrée dans le comparatisme indo-européen, elles entraînaient les indianistes allemands dans une quête des origines que Burnouf aurait jugée hasardeuse par bien des aspects. Mais c’est bien le domaine védique qui joua un rôle moteur dans le développement de l’indianisme allemand et qui lui valut une réputation internationale jusqu’à la fin du siècle. La génération qui avait fréquenté les cours d’Eugène Burnouf à Paris sur le Rig-Véda lui fournit en effet ses chefs de file : Weber à Berlin et Roth à Tübingen formèrent ainsi avec Otto von Boehtlingk un « triumvirat » – l’expression est d’Ernst Windisch – omnipotent dans la discipline, tandis que Max Müller, installé à Oxford, était internationalement connu. À la mort de Burnouf, en 1852, les étudiants allemands avaient donc dans leur propre pays les spécialistes les plus reconnus de la discipline, et pouvaient s’initier au sanscrit dans la plupart des universités d’Allemagne. L’avance prise sur la France, ce pays depuis longtemps réputé « totalement non-philologique », « le plus gai, mais le plus illettré et le moins bouddhiste du monde33 », était d’autant plus manifeste que Paris n’avait plus de maître à offrir : « Depuis que M. Burnouf s’est tu, plus rien ne pousse à Paris sur les chemins de l’érudition indianiste34 ». Pendant plusieurs décennies en effet, la chaire de sanscrit du Collège de France ne fut occupée que par intermittence par des indianistes de moindre envergure, et le sanscrit ne fit sa véritable entrée à la Sorbonne que dans les années 1870. En outre, la Prusse s’était lancée depuis les années 1830 dans une politique active d’acquisition de manuscrits sanscrits qui commençait à porter ses fruits. Grâce aux indianistes allemands présents en Grande-Bretagne – pendant longtemps, Rosen joua un rôle de premier plan à cet égard –, le gouvernement prussien était informé très précisément des collections mises en vente et disposait de relais pour mener les négociations d’achat. En 1842, après de nombreuses années de tractations pour en faire baisser le prix, il fit notamment l’acquisition de la collection Chambers qui contenait de nombreux manuscrits védiques : l’indianisme allemand puisa là un élan majeur35. Ce développement des collections prussiennes faisait disparaître une des dernières motivations à effectuer le voyage pour Paris.

20L’attractivité de la Grande-Bretagne a sans nul doute contribué à détourner les indianistes allemands de la France. Eugène Burnouf lui-même avait vivement incité ses étudiants allemands à poursuivre leur chemin vers Londres et Oxford, où ils étaient assurés de trouver d’importantes collections de manuscrits védiques. Si Roth et Weber rentrèrent en Allemagne à l’issue de leur séjour, Max Müller se fixa définitivement en Grande-Bretagne car l’East India Company avait accepté de prendre en charge les frais de la grande édition qu’il projetait de faire du Rig-Véda avec le commentaire de Sâyana. Quoique ne partageant pas toujours ses points de vue ni ses méthodes, les indianistes allemands trouvaient en lui un nouveau relais, susceptible de les tenir informés de ce qui s’y passait dans leur discipline, de leur faire parvenir les dernières publications, et surtout de les aider à y trouver du travail. Outre ses collections de manuscrits sans cesse renouvelées grâce à sa présence en Inde, la Grande-Bretagne avait en effet des postes à offrir à une époque où ceux qui avaient été créés dans toutes les universités allemandes au fil du siècle ne suffisaient plus à absorber les indianistes formés en surnombre. Pour ses entreprises éditoriales, Max Müller put ainsi s’entourer de nombreux collaborateurs allemands qui venaient l’aider sur place. En outre, les différents postes d’indianisme créés en Grande-Bretagne furent presque tous occupés par des Allemands et cela resta vrai jusqu’à la fin du XIXe siècle, par exemple à Londres (Rosen, Goldstücker) et Édimbourg (T. Aufrecht, J. Eggeling), sans compter les nombreux Allemands nommés bibliothécaires à l’East India House, l’India Office Library, au British Museum et à la bibliothèque de la Reine. Ces recrutements en nombre attestent à la fois de l’excellente réputation de l’indianisme allemand et de l’efficacité de la cooptation entre compatriotes.

  • 36 Voir notamment le cas de Richard Pischel relaté dans Lebensbeschreibung Richard Pischels durch sein (...)

21Cette efficacité se mesure aussi au nombre important d’indianistes allemands passés par la Grande-Bretagne avant d’aller en Inde, ou allés directement en Inde, mais grâce au soutien apporté à leur candidature par les Allemands présents sur le sol britannique. Certes, ce voyage avait été envisagé par certains indianistes allemands au début du siècle, par exemple Stenzler, mais tous avaient dû y renoncer faute de perspectives professionnelles sur place. Par la suite, leur concentration sur l’Inde antique avait renforcé l’idée que l’Inde véritable se trouvait dans les textes antiques et n’existait plus dans la réalité. Grâce aux nouvelles opportunités de postes en Inde liées au développement du colonialisme britannique et à l’essor des réseaux allemands en Grande-Bretagne, les habitudes de philologues en chambre commencèrent à se modifier dans les années 1860. Le pionnier en la matière fut Martin Haug, indianiste qui, dépité de ne pas trouver de poste en Allemagne, se porta candidat à un poste de professeur de sanscrit à Poona et partit en Inde en 1866, bien décidé à faire valoir cette expérience à son retour en Europe. À sa suite, différents indianistes allemands – G. Bühler, F. Kielhorn, H. Jacobi, G. Thibaut – offrirent leurs services au gouvernement colonial pour réaliser des campagnes de collecte de manuscrits ou diriger des établissements d’enseignement, créant ainsi une présence allemande en Inde fort utile pour l’approvisionnement de l’indianisme allemand en manuscrits, pour son rayonnement en Inde et pour son ouverture aux méthodes indigènes d’exégèse et d’analyse grammaticale. Conjugués à l’amélioration des navires et au percement du Canal de Suez, ces éléments expliquent le développement, dans le dernier quart du siècle, des séjours de courte durée effectués par la jeune génération (née au milieu du siècle), soit à titre d’initiative personnelle, soit en réponse à une invitation à donner des conférences à l’Université de Shantiniketan ou de Calcutta. Quoique toujours considéré comme risqué — tous les séjours de longue durée étaient abrégés pour raison de santé, et les indianistes s’engageaient rarement dans un voyage, même bref, sans avoir pris une assurance-vie et fait leur testament36 – le voyage en Inde était donc bien, à la fin du siècle, devenu partie intégrante de l’habitus des indianistes allemands ; et, quoiqu’adossé à la présence britannique en Inde, il montrait le chemin parcouru au fil du siècle par un indianisme allemand conquérant, soucieux d’assurer non seulement ses conditions d’existence, mais aussi sa prééminence.

  • 37 Fick-Selle, Briefe an Ewald, p. 192 (Roth à Ewald, Paris 28 mai 1843).

22Le bilan de la mobilité des indianistes allemands au XIXe siècle montre la complexité des relations scientifiques internationales, qui présentent certes des constantes (ne serait-ce que les trois destinations principales), mais aussi un caractère mouvant lié à la redistribution de ces destinations et à une tension permanente vers le dépassement de la nécessité des voyages. À l’exception des voyages en Inde de la fin du siècle qui représentaient une fin en soi, les séjours à l’étranger ont principalement visé à trouver le moyen de pouvoir s’en dispenser. Un fait frappant qui se dégage des observations faites par les indianistes allemands à Paris ou à Londres est leur conviction que leur dépendance était essentiellement d’ordre matériel. À l’aspect symbolique – l’imitation des pionniers de la discipline – s’ajoutait donc une motivation profondément pragmatique. Un regret formulé constamment était de voir sommeiller en France et en Grande-Bretagne les manuscrits dont, pour leur part, ils mesuraient l’importance. En 1843 encore, Roth s’exclamait : « Actuellement, le Journal asiatique est étonnamment insignifiant. Que de choses les Allemands pourraient-ils faire avec les moyens dont disposent les Parisiens !37 » Ce témoignage confirme que le retard matériel était effectivement difficile à combler. Mais il montre aussi que, forts d’une longue tradition philologique et sensibilisés depuis le tournant des XVIIIe-XIXe siècles par les œuvres de Herder, Georg Forster et F. Schlegel aux enjeux philosophiques et historiques de la connaissance de l’Inde antique, les Allemands étaient convaincus de détenir la plus grande motivation et les meilleurs moyens intellectuels pour se lancer dans l’étude des textes de la tradition indienne. D’où, sans doute, l’opiniâtreté de ces étudiants allemands qui se succédèrent en France et en Grande-Bretagne en dépit de débouchés professionnels très incertains et, dans bien des cas, au prix de véritables sacrifices. Toutefois, l’impulsion majeure que reçut l’indianisme allemand de ceux qui avaient fréquenté les cours de Burnouf montre bien qu’à l’étranger, les Allemands ont aussi trouvé des maîtres. Le cas de Burnouf illustre d’autant mieux la complexité des relations scientifiques internationales qu’il devait lui-même beaucoup à sa connaissance de la science allemande. C’est peut-être là que doit, finalement, être cherchée la véritable fécondité de la France pour l’indianisme allemand : dans le développement, sur l’incitation de Burnouf, des études védiques qui devinrent son fer de lance, plutôt que dans l’époque pionnière où les Allemands trouvaient à Paris des manuscrits plus que des maîtres pour apprendre le sanscrit.

Haut de page

Annexe

Tableau synthétique des déplacements des indianistes allemands

Pays visités →
par des indianistes

Aucun de ces

pays hors d’Allemagne

France seule

France puis GB*

GB puis France

GB seule

GB puis Inde

Inde puis GB

Inde seule

ayant occupé un poste en Allemagne
87

46

8

10

1

8

6

0

8

ayant fait toute leur carrière à l’étranger
25

0

2

4

0

4

6

2

7

ayant fait leur carrière en Allemagne sans poste
5

4

1

0

0

0

0

0

0

11

14

1

12

12

2

15

Total
117

50

Total passage par France 26

Total passage par Inde 29

Total passage par GB 41

*GB = Grande-Bretagne.

Liste des indianistes pris en compte pour ce pointage [Les indianistes dont j’ai pu identifier le passage par la France sont indiqués en gras].

Catégorie 1 : professeurs extraordinaires et ordinaires d’indianisme dans des universités allemandes (cf. note 2) :

Theodor Aufrecht, Christian Bartholomae, E.F.F. Beer, Theodor Benfey, Georg Bernstein, Adalbert Bezzenberger, Peter von Bohlen, Franz Bopp, Peter von Bradke, Hermann Brockhaus, Karl Brugmann, Carl Capeller, Berthold Delbrück, Paul Deussen, Christian Dillmann, Hermann Ebel, Heinrich Ewald, August Fick, Othmar Frank, Rudolf O. Franke, Richard Garbe, Wilhelm Geiger, Karl Geldner, Johannes Gildemeister, Siegfried Goldschmidt, Karl Graul, Martin Haug, Ludwig Heller, Gustav Herbig, Eduard Hermann, Alfred Hillebrandt, Hermann Hirt, Albert Hoefer, Andreas Hoffmann, Otto Hoffmann, Adolf Holtzmann, Adolf Holtzmann (neveu du précédent), Heinrich Hübschmann, Eugen Hultzsch, Hermann Jacobi, Julius Jolly, Ferdinand Justi, Franz Kielhorn, Sten Konow, J. G. Kosegarten, Paul Kretschmer, Ernst Kuhn, Christian Lassen, Salomon Lefmann, August Leskien, Ernst Leumann, Bruno Liebich, Martin Lindner, Heinrich Lüders, Leo Meyer, Georg H. F. Nesselmann, Theodor Nöldeke, Hermann Oldenberg, Justus Olshausen, Hermann Osthoff, Friedrich Wilhelm Philippi, Richard Pischel, Friedrich August Pott, E.F.K. Rosenmüller, Rudolf Roth, Friedrich Rückert, August Wilhelm Schlegel, August Schleicher, Johannes Schmidt, Richard Schmidt, Otto Schrader, Wilhelm Schulze, Emil Sieg, Richard Simon, Ferdinand Sommer, Friedrich von Spiegel, Heymann Steinthal, Adolf Friedrich Stenzler, Ludwig Sütterlin, Albert Thumb, Rudolf Thurneysen, Jakob Wackernagel, Albrecht Weber, Eugen Wilhelm, Ernst Windisch, Theodor Zachariae, Heinrich Zimmer. Les italiques indiquent des professeurs d’autres langues orientales enseignant aussi le sanscrit.

Catégorie 2 : indianistes allemands ayant effectué leur carrière dans un ou plusieurs de ces trois pays étrangers (voir notes 3 et 4)

Hermann Beythan, Heinrich Brunnhofer, Georg Bühler, Joseph Dahlmann, Julius Eggeling, Hermann Francke, Theodor Goldstücker, Hermann Gundert, Ernst Haas, Wilhelm Hauer, Rudolf Hörnle, Heinrich August Jaeschke, Ferdinand Kittel, Jules Mohl, Friedrich Max Müller, Jules Oppert, Gustav Oppert, Edard Roeer, Friedrich Rosen, Reinhold Rost, Isidor Scheftelowitz, Hilko Wiardo Schomerus, Otto Strauss, Georg Thibaut, Ernst Trumpp. Les italiques indiquent des missionnaires.

Catégorie 3 : indianistes allemands résidant en Allemagne sans y occuper de poste universitaire d’indianisme

Otto von Boehtlingk, Friedrich Bollensen, Hermann Grassmann, Adalbert Kuhn, Friedrich Schlegel.

Haut de page

Notes

1 August Wilhelm Schlegel, Réflexions sur l’étude des langues asiatiques adressées à Sir James Mackintosh suivies d’une lettre à M. Horace Hayman Wilson, Bonn-Paris, Weber-Maze, 1832, p. 97.

2 J’inclus ceux qui ont occupé des postes à l’étranger, mais ont accompli au moins une partie de leur carrière dans des universités allemandes. En Allemagne, les enseignements de « sanscrit » et de « grammaire comparée » étaient associés l’un à l’autre. Une liste par université d’exercice (comprenant aussi les noms des Privatdozent que j’ai pu repérer) est donnée en annexe à : Pascale Rabault-Feuerhahn, L’Archive des origines. Sanskrit, philologie, anthropologie dans l’Allemagne du XIXe siècle, Paris, Cerf, 2008. Elle est suivie d’une liste équivalente pour les universités germanophones hors d’Allemagne.

3 Parmi ces indianistes partis à l’étranger (en France, Grande-Bretagne et/ou Inde), tous ne sont pas restés dans le même pays : certains se sont fixés en Grande-Bretagne après un passage en France, ou en Inde après un passage en Grande-Bretagne, ou encore dans un pays tiers pour finir une carrière menée dans un ou plusieurs des pays concernés (par exemple Georg Bühler se forme en Allemagne, part pour l’Angleterre, obtient un poste en Inde, revient en Europe pour raisons de santé et est nommé professeur à Vienne).

4 Ne sont pas comptabilisés les déplacements très courts, comme les participations à des congrès.

5 N’apparaissent pas dans ces comptages les philologues ayant reçu une formation en sanscrit qui étaient au chômage en Allemagne et qui, s’installant en France, ne produisirent plus de travaux indianistes : beaucoup devenaient en effet professeurs d’allemand dans des lycées de province.

6 Les missionnaires représentent 27 % des indianistes allemands venus en Inde au XIXe siècle et ont pour particularité d’avoir travaillé principalement sur des langues modernes.

7 Max Müller écrit à son ami Hagedorn le 17 mars 1845 : « ... à Paris, tout est horriblement cher. Avec 12000 francs par an, il serait possible d’y vivre correctement ; mais je crains que tout mon travail ne me permette pas d’atteindre un tel revenu. » (cité dans Georgina Müller, The Life and Letters of the Right Honourable Friedrich Max Müller, Edited by his Wife, Londres-New York-Bombay, Longmans, Green & Co, 1902, p. 32).

8 Salomon Lefmann, Franz Bopp, sein Leben, seine Lehre, seine Wissenschaft. Erste Hälfte, Berlin, Georg Reimer, 1891, Anhang p. 88 (Bopp à A. W. Schlegel, Mommenheim bey Mainz 8 août 1820). Bopp dut financer sur ses propres deniers les deux premières années des quatre qu’il passa à Paris.

9 Wilibald Kirfel, Briefwechsel A.W. Schlegel Christian Lassen, p. 116 (lettre d’A. W. Schlegel à C. Lassen, Bonn 28 février 1825) : « Si vos travaux sont arides et que vous êtes pris d’amertume, dîtes-vous que ce sont là des préparatifs pour votre carrière... ».

10 Richard Fick et Götz von Selle (éds.), Briefe an Ewald. Aus seinem Nachlaß, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1932, p. 206 (R. Roth à H. Ewald, Kent 21 juillet 1845).

11 Voir respectivement Kirfel, Briefwechsel, p. 34 (C. Lassen à A. W. Schlegel, Londres 21 mai 1824), et Fick-Selle, Briefe an Ewald, p. 192 sq. (Roth à Ewald, Paris 26 décembre 1843).

12 Georgina Müller, The Life and Letters, p. 32.

13 Lefmann, Franz Bopp I, Anhang, p. 4 (Bopp à K. J. Windischmann, Paris 1er janvier 1813) : « Comme je me réjouis et comme je remercie mon génie de m’avoir donné l’idée de me consacrer à l’étude des langues de l’Orient !... Je ne vois rien d’autre qui pourrait m’attirer davantage, rien que je pourrais entreprendre avec plus d’enthousiasme que les études que j’ai embrassées. J’espère pouvoir vous communiquer bientôt quelques perles des poètes persans et indiens, si le sort m’est assez favorable pour me laisser suffisamment longtemps à Paris ».

14 Sur les travaux orientalistes de Mohl, voir la contribution de Kambiz Djalali dans ce volume.

15 Georgina Müller, The Life and Letters, p. 134 (lettre de Max Müller au Chevalier Bunsen, 2 février 1853) : « Je m’entends mieux avec Aufrecht, mais l’entente n’est pas encore parfaite ; il désire vraiment se faire baptiser, mais il n’a pas envie d’aborder ce sujet ou tout autre du même ordre avec d’autres personnes ».

16 Lefmann, Franz Bopp I, Anhang p. 9 (Bopp à Windischmann, Paris 27 juillet 1814) : « Les textes originaux publiés à Calcutta sont si chers qu’un particulier qui ne serait pas très fortuné aurait bien du mal à se procurer quelques volumes sans consentir à de gros sacrifices ».

17 Lefmann, Franz Bopp I, Anhang p. 7 (Bopp à Windischmann Paris 27 juillet 1814).

18 Ibid., Anhang p. 21 (Bopp à Windischmann Paris 24 février 1815).

19 Kirfel, Briefwechsel p. 68 (Schlegel à Lassen, Bonn 8 septembre 1824). Jusqu’au milieu du siècle, les Allemands continuèrent à venir à Paris avec le sentiment très net d’être supérieurs sur le plan scientifique et de faire le déplacement par simple nécessité matérielle : « Les Français ne savent pas tout ce qui est fait pour l’éclat de la science française par des têtes allemandes et des mains allemandes... On dit toujours que si les Allemands ne se sentaient pas bien en France, ils n’y viendraient pas en si grand nombre mais on ignore que c’est la misère qui les amène en France. » (Fick-Selle, Briefe an Ewald, Roth à Ewald, Paris 23 novembre 1844, p. 197-8).

20 Josef Körner (éd.), Briefe von und an August Wilhelm Schlegel, t. 1, Zurich-Leipzig-Vienne, 1930, p. 409 (Schlegel à Johannes Schulze, Bonn 2 août 1829).

21 Ibid., p. 426 (Schlegel à Schulze, Bonn 8 avril 1825) : « La Compagnie [des Indes orientales] a des provisions [de manuscrits] sans fond qui risquent bien de finir mangées par les vers si des savants allemands ne viennent pas les exploiter ».

22 Selon les termes d’Adolf Friedrich Stenzler rapportés dans sa notice biographique (Allgemeine Deutsche Biographie. Band 36, page 59).

23 L. Delisle, Choix de lettres d’Eugène Burnouf. 1825-1853 suivi d’une bibliographie, Paris, H. Champion, 1891, p. 29 (Burnouf à Lassen, Paris 8 mai 1826). Les lettres de Lassen à Burnouf ne sont pas reproduites dans ce volume mais sont consultables (en copie) à la BNF, Nouvelles acquisitions françaises 10601.

24 Ibid., p. 13 (Burnouf à Lassen, Paris 13 mars 1826).

25 Ibid., respectivement p. 2 (Burnouf à Lassen, Meaux 6 septembre 1825) et p. 94 (Burnouf à Mohl, 6 juin 1830).

26 Devenu un correspondant régulier de Bopp par l’entremise de son père, Eugène Burnouf ouvrit en 1829 un cours de grammaire comparée à l’Ecole Normale Supérieure ; il publia aussi plusieurs comptes rendus des travaux de Bopp dans le Journal des Savants.

27 Delisle, Choix de lettres, p. 463 (Burnouf à A. W. Schlegel, Paris 2 septembre 1834).

28 Voir le chapitre « Le rôle incitatif d’Eugène Burnouf » in : Rabault-Feuerhahn, L’Archive des origines.

29 Fick-Selle, Briefe an Ewald, p. 194 (Roth à Ewald, Paris 26 décembre 1843).

30 Cité d’après la traduction donnée par Laure Delisle Burnouf, F. Max Müller. My Autobiography. A Fragment. 1901. Extrait du Journal des Savants, août 1902, p. 5.

31 Preuve de son affinité intellectuelle avec l’Allemagne, dans ses lettres envoyées d’Angleterre à sa famille, Burnouf ironise sur les cercles érudits britanniques et relate passer son temps en compagnie de ceux qu’il appelle affectueusement « mes Allemands » : Rosen, Brockhaus, et Robert Lenz (un ancien étudiant de Bopp). Quoiqu’élève de Bopp, Rosen s’était éloigné d’une pratique du sanscrit strictement tournée vers la grammaire comparée, ce qui favorisait sa bonne entente avec Burnouf.

32 Je m’en tiendrai ici au simple fait de l’impulsion reçue de Burnouf, sans entrer dans le détail du remodèlement du mode d’approche de la littérature védique qui eut lieu au cours de l’appropriation de ce domaine par les indianistes allemands et renvoie pour cet aspect à Rabault-Feuerhahn, L’Archive des origines, chap. « Le fer de lance de l’indianisme allemand ».

33 Ces expressions sont de Roth (Fick-Selle, Briefe an Ewald, p. 203) et de Burnouf (Delisle, Choix de lettres, p. 21).

34 Roth à Mohl, Tübingen 20 février 1852.

35 Indra Sengupta, From Salon to Discipline. State, University and Indology in Germany, Heidelberg, Ergon, 2004, p. 126-130.

36 Voir notamment le cas de Richard Pischel relaté dans Lebensbeschreibung Richard Pischels durch seinen Sohn Dr. Fritz Pischel, Akademie der Wissenschaften zu Berlin, Nachlass Pischel Wb 47, p. 55 sq.

37 Fick-Selle, Briefe an Ewald, p. 192 (Roth à Ewald, Paris 28 mai 1843).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Rabault-Feuerhahn, « Voyages d’études et migrations savantes. Paris, lieu fondateur et provisoire de l’indianisme allemand », Revue germanique internationale, 7 | 2008, 139-156.

Référence électronique

Pascale Rabault-Feuerhahn, « Voyages d’études et migrations savantes. Paris, lieu fondateur et provisoire de l’indianisme allemand », Revue germanique internationale [En ligne], 7 | 2008, mis en ligne le 15 mai 2011, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://rgi.revues.org/405 ; DOI : 10.4000/rgi.405

Haut de page

Auteur

Pascale Rabault-Feuerhahn

Chercheur au CNRS, Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org