Navigation – Plan du site

L’Orient d’Ernest Renan : de l’étude des langues à l’histoire des religions

Perrine Simon-Nahum
p. 157-168

Résumés

L’Orient occupe une place centrale dans l’œuvre d’Ernest Renan. Plutôt que d’y reconnaître, comme on l’a dit trop souvent, différents visages de l’Orient selon qu’il traite du langage, de l’histoire des religions ou de l’aventure de l’humanité, il paraît plus pertinent de saisir à travers cette figure un concept opératoire qui, dans la première partie de ses recherches, lui permet de passer de l’étude des langues à l’histoire des religions. On voit ainsi se dessiner à travers les différents visages de l’Orient un objet spécifique qui renvoie à sa théorie de l’histoire et situe Renan loin des préjugés de son époque.

Haut de page

Texte intégral

« Ne m’attends pas ce soir, la nuit sera blanche et noire »
Gérard de Nerval, 1855

1« “Où vas-tu ? me dit-il. Vers l’Orient !” Et pendant qu’il m’accompagnait, je me suis mis à chercher dans le ciel une Étoile, que je croyais connaître, comme si elle avait quelque influence sur ma destinée. » Au moment où le Nerval d’Aurelia suit Suhayl, Renan quitte le Séminaire pour se consacrer à l’étude de l’hébreu. Mais si l’Étoile du Yémen conduit le poète vers l’Amour mystique, ce sont les chemins de la connaissance qu’ouvrent au savant les langues orientales.

2Tout comme il inspire les recherches et les écrits des auteurs romantiques depuis que W. Jones a révélé au monde à travers l’existence des textes sanscrits l’existence de l’Inde ancienne, l’Orient va en effet progressivement constituer l’un des points cardinaux des études de Renan jusqu’à occuper à certaines époques de sa vie le cœur géographique et philologique autour duquel se construit son œuvre. Des travaux sur le langage et l’étude des langues sémitiques aux origines du christianisme jusqu’à l’Histoire du peuple d’Israël, de la caractérisation des religions aux réflexions sur la nation, l’Orient de Renan a connu de nombreuses métamorphoses dont rendent difficilement compte les portraits habituellement dressés sous le thème de l’orientalisme ou du positivisme. Certes, en homme de son temps il n’échappe pas aux enthousiasmes de son siècle, comme il en épouse certains des préjugés. Tout semble montrer cependant que dans cet Orient auquel il consacre jusqu’à son dernier souffle puisque le dernier volume de L’Histoire du peuple d’Israël paraît de façon posthume, Renan inscrit sa marque dans l’histoire. Ni prétexte à un quelconque travail d’érudition, encore moins anecdote dans une œuvre consacrée à repenser la place de la religion dans la modernité, il sculpte son chef-d’œuvre. Bien plus qu’un paysage, un lieu géographique ou une civilisation, l’Orient de Renan donne donc lieu à interprétation. Il opère dans la première partie de son œuvre scientifique, celle qui nous retiendra ici, et court depuis la sortie du Séminaire jusqu’à l’écriture de la Vie de Jésus, comme un concept opératoire qui illustre le passage de l’étude des langues à l’histoire des religions et renvoie à sa théorie de l’histoire.

L’Orient, lieu de passage de l’étude des langues à l’histoire des religions

  • 1 Voir Pierre Vidal-Naquet, « Renan et le miracle grec », in : La démocratie grecque vue d’ailleurs, (...)

3Avant tout autre chose Renan fut un hébraïsant1. Et c’est l’étude de l’hébreu qui le détourna, on le sait, de sa vocation de séminariste et le conduisit à quitter définitivement le Séminaire à l’automne 1845. Ainsi l’Orient qui l’occupe est dès le départ l’Orient sacré, abordé d’abord à travers le regard des savants et théologiens allemands, maîtres de la discipline philologique. Il lui révèle les contradictions que met en lumière une lecture critique des textes et le conduit à remettre en question la lecture dogmatique des Écritures telle qu’elle est enseignée à Saint-Sulpice. Pour ces raisons, l’Orient lui apparaît d’emblée comme l’objet de toutes les perplexités. Il est à travers l’étude de la Bible, puis des langues sémitiques, le lieu où s’opère la rupture avec la foi pour devenir celui de la conquête de l’histoire et occupe le centre de ses intérêts durant toute la première partie de sa carrière de savant, comme en témoigne sa présence dans les sociétés savantes qu’accompagnent de nombreuses publications dans le Journal asiatique ou le Journal des Savants.

L’Orient, lieu de la science

  • 2 Voir l’article de J. Pommier, « L’initiation d’Ernest Renan aux lettres allemandes », in : Revue de (...)

4Entré en 1843 à Saint-Sulpice pour y recevoir une formation de prêtre, Renan s’initie sous la direction de A.-M. Le Hir à l’hébreu et à lecture de la Bible. La philologie est encore à l’époque une science allemande et c’est à travers son apprentissage de cette langue et la lecture des auteurs allemands que Renan construit sa vision de l’Orient. L’Orient dont il prend connaissance est donc celui que campent pour l’apprenti séminariste les travaux des spécialistes de la langue hébraïque, le grammairien Gesenius, mais aussi les exégètes de l’Ancien Testament, H. Ewald et surtout J. G. Eichhorn grâce auquel, on le sait, l’Orient pénètre, à travers ses mythes et l’exégèse de la Création, dans la critique biblique. On trouve ainsi parmi la collection d’inédits datant de cette époque de formation la traduction des deux premières parties de l’Histoire de la langue et de l’écriture hébraïques de Gesenius datant d’avril 1845 et l’introduction au Mithridate d’Adelung (Fragments sur la formation et le perfectionnement des langues), vraisemblablement de mai 18452.

  • 3 Cité par J. Pommier, « Travaux et jours d’un séminariste en vacances (Bretagne 1845) », textes prés (...)
  • 4 E. Renan, Œuvres Complètes, t. IX, p. 792.

5Le passage par l’allemand est loin de se limiter à de simples exercices d’érudition. Il nous fournit en réalité à travers des travaux de traduction de textes littéraires parfois médiocres, comme ces morceaux choisis empruntés au recueil de Noël et Stöber, un angle d’approche inédit des rapports de Renan à l’Orient. L’émotion esthétique qu’il ressent à la découverte des romantiques préfigure celle que lui procurera plus tard l’étude des langues sémitiques et le climat qu’installent ces travaux littéraires annoncent par bien des traits la richesse de sa relation à l’Orient, ancrant d’emblée celle-ci dans le rapport avec le religieux. Ainsi dans l’opposition qu’il marque entre le classicisme français et le romantisme allemand : « Racine m’enchante, mais il ne me révèle rien de l’infini. Göthe me mène sur le bord de l’abîme. J’ai touché Dieu en lisant Faust. »3. L’analogie entre la langue allemande et l’étude des langues sémitiques est poussée très loin jusque dans le rapport qui s’établit entre forme et infini et au-delà, entre ouvrage infini et Dieu. « Ce qui me charme encore [chez les Allemands] c’est l’heureuse combinaison qu’ils ont su opérer de la poésie, de l’érudition et de la philosophie, combinaison qui constitue selon moi le véritable penseur. » écrit-il à sa sœur Henriette, le 22 septembre 18454. C’est alors l’imperfection de la forme jamais close sur elle-même, jamais fermée sur son but, qui est assimilée à la vie, c’est-à-dire dans le langage renanien de l’époque à Dieu. « C’est par ce côté ouvert que j’odore [sic] Dieu, de là me vient le vent de la vie ».

  • 5 J. Pommier, « Travaux et jours d’un séminariste », p. 32.
  • 6 Ibid., p. 103.
  • 7 Ibid., p. 163.
  • 8 Renan fréquenta également les écrits de Herder au cours de ses études sur l’Écriture Sainte, même s (...)

6C’est sans doute Herder qui façonne en profondeur ce premier contact avec l’Orient. Traduisant à l’été 1845 certains passages du philosophe sous le titre « Sentences et maximes », Renan se découvre très tôt une familiarité de pensée avec lui et plus encore une analogie dans la méthode (« Mon tour d’études ressemble beaucoup au sien5 »). Le Herder dont il se sent proche est celui que commente Mme de Staël, « à l’étroit dans les contrées de l’Occident » et se plaisant au contraire « à respirer les parfums de l’Asie ». Curieux de « la poésie naturelle, celle qui précède les lumières », « il avait pour la Bible un genre d’admiration semblable à celui qu’un Homère sanctifié pourrait inspirer »6. Il devine en Herder une manière de chrétien pour avoir maintenu le religieux, même dans l’incertitude, au lieu de le supprimer à l’instar des philosophes du XVIIIe siècle7. La poésie est ce qui réalise l’union de la littérature et de la religion. Ainsi, contrairement à la France qui rejette le personnage du penseur qui s’attache au sentiment et au supra-sensible, l’Allemagne « conquit le vrai point de vue, puis la France. Le penseur exista » ; celui qui réunit pensée et religion8.

L’Orient et les langues : vers le comparatisme

  • 9 « M. Garnier était un savant orientaliste et l’homme le plus versé de France dans l’exégèse bibliqu (...)
  • 10 Voir François Laplanche, La Bible entre mythe et science XVIe-XIXe siècle, Paris, 1994.
  • 11 « Pas une des objections du rationalisme qui ne soit venue jusqu’à lui. Il n’y faisait aucune conce (...)

7Si l’Orient mis en scène par Renan dès ses premiers travaux d’exégèse emprunte au romantisme et à la critique philologique allemande, il doit également beaucoup à la dogmatique telle qu’on l’enseigne alors à Saint-Sulpice. Dictée par le vieux Garnier9, qui fut indirectement son maître en Sorbonne, car il était alors trop âgé pour enseigner, celle-ci admet selon la doctrine de l’Église gallicane la présence dans le texte sacré de nombreux faits historiques rapportés par des témoins humains10. Cette vision renvoie au caractère privilégié que Garnier comme Le Hir accordent au document biblique, à travers cette idée que reprendra Renan, de l’absence d’une mythologie qui caractérise a contrario les premiers témoignages des autres peuples antiques. Tout en maintenant son caractère inspiré, Le Hir réaffirme ainsi la nécessité de replacer le texte dans le contexte de l’époque11. Ce qui frappe dans sa pratique exégétique c’est la façon dont elle prend corps dans une géographie détaillée de la Bible, puisant ses détails ethnographiques dans les cours dispensés par E. Quatremère au Collège de France que Renan fréquentera par la suite. Selon cette topographie, l’Orient se confond avec la Palestine, depuis sa frontière Sud avec l’Égypte dans laquelle l’exégète tente une ou deux incursions, jusqu’au Nord, demeuré obscur. Ce qui s’applique au peuple hébreu vaut alors par extrapolation pour les Orientaux en général.

  • 12 Cité par J. Pommier, La Jeunesse cléricale de Renan, p. 511.
  • 13 Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, p. 864.

8Au fur et à mesure que se révèlent les difficultés de l’interprétation du document biblique lu sous l’angle de la révélation, Renan pénètre plus avant les leçons de la philologie. Alors qu’il est encore au séminaire, il s’émancipe déjà s’autorisant de fréquents rapprochements entre Israël et les autres peuples de l’Orient. En ceci il s’éloigne des tentatives de compromis de Le Hir qui, plus méfiant que son élève à l’égard de la science allemande, – les Allemands qui ont son approbation sont ceux-là mêmes qu’on retrouve sous la plume de Renan, Gesenius mais aussi E.F.K. Rosenmüller ou l’Autrichien Jahn – s’en séparait à plusieurs titres à la fois dans le contenu et dans les méthodes. C’est que les questions d’exégèse dépendent d’une critique philologique minutieuse. En contact avec de nombreux peuples orientaux au cours de son histoire, notamment avec les Égyptiens chez lesquels il séjourna longtemps, le peuple hébreu a dû partager avec ceux-ci des déterminations psychologiques. Aussi les étymologies nous renseignent-elles sur les habitudes et les modes de pensée communs à la région. C’est le cas de l’étude de la racine hébraïque de gaâlti à laquelle Renan consacre une de ses premières recherches et qui évoque, à « la manière des anciens, et surtout des Orientaux de ces contrées » une danse en cercle et partant, en hébreu, la célébration d’une fête12. Israël devient le prétexte à une première description de l’Orient, comme dans l’étude consacrée aux Psaumes, qu’il s’agisse des mœurs, du caractère des populations ou de la représentation du pouvoir lorsque ces peuples associent la royauté au sacerdoce. Ainsi ce « philologue d’instinct »13s’exerce-t-il à parcourir à l’aide des étymologies bibliques l’ensemble de la géographie orientale et l’on décèle déjà l’art de l’exposition qui guidera plus tard les conjectures de la Vie de Jésus.

  • 14 Au même moment il se spécialise dans les langues orientales sous la houlette de Reinaud auprès duqu (...)
  • 15 L’Avenir de la science ne sera publié qu’en 1890.
  • 16 On trouve tout juste à la fin du Manuel de Glaire, des Principes de Grammaire chaldaïque. Voir J. P (...)
  • 17 Ernest Renan, De l’Origine du langage, Œuvres Complètes, t. VIII, Paris, 1958, p. 11-123, p. 125 sq(...)

9S’il est exagéré de dire que la sortie du Séminaire correspond à la découverte du comparatisme, on ne saurait sous-estimer l’influence qu’eurent sur Renan les cours de Burnouf qu’il suivit au Collège de France14. C’est à lui qu’il dédie L’Avenir de la Science, manuscrit dans lequel il expose à l’époque sa profession de foi dans la science15. Au contact de Le Hir, il avait pris conscience de la nécessité d’étudier le rapport entre l’hébreu et les autres langues orientales, même si aucune ne faisait l’objet d’un cours avancé à Saint-Sulpice16. Une fois sorti du Séminaire, son ambition sera de mener à bien pour les langues sémitiques la tâche que Fr. Bopp s’était assigné pour les langues indo-européennes. « N’est-ce pas l’érudition qui a ouvert devant nous tous ces mondes de l’orient, l’Inde surtout, dont la connaissance a rendu possible la science comparée des développements de l’esprit humain ?17 ». Comme le rappelle la préface à l’Histoire générale des langues sémitiques, couronnée par le Prix Volney en 1847 et publiée en 1855, la première partie de ce qui devait être un tableau du système grammatical de ces langues, consacrée à un exposé général de l’état de ces civilisations, prit une importance croissante aux yeux de l’auteur au point qu’elle compose en réalité la totalité de l’œuvre. L’Orient est donc bien le lieu où s’exerce et s’épanouit la connaissance philologique d’abord, la science comparée ensuite.

  • 18 Au nombre des citations à l’appui de cette thèse, ils se fondent souvent sur celle qui ouvre l’Hist (...)
  • 19 Ernest Renan, Histoire générale et système comparé des langues sémitiques, op. cit., p. 261.
  • 20 Wilhelm von Humboldt, Introduction à l’œuvre sur le kavî, trad. Caussat, Paris, 1974.
  • 21 Ibid.

10Quand bien même le paysage s’élargit, les langues sémitiques se distinguant au sein d’un groupe plus vaste que forment les langues orientales, Renan souligne ce que le mot de « sémitique » a de conventionnel, mettant en garde contre toute tentation d’interprétation géographique. Compris en termes de « culture », le vocable garde en revanche sa légitimité. Il renvoie en effet à un ensemble de populations que définit un rapport commun à la religion. Nous reviendrons sur le sens à accorder à cette hiérarchie et sur l’interprétation qu’en font la plupart de ses commentateurs18. De même que l’Orient géographique se réduit à la Palestine, l’Orient linguistique trouve sa pleine incarnation dans l’hébreu qui nous en a conservé la physionomie primitive. L’ensemble des traits généraux qui le caractérise s’applique en retour aux autres langues sémitiques19. Le principal trait que Renan prête à l’hébreu tient dans la simplicité de sa grammaire, reflet de la spontanéité du peuple qui la conçut. Il emprunte ici directement aux grammairiens allemands, Ewald en particulier. Renan décrit l’hébreu comme une langue agglutinante, dont le développement passe par l’adjonction d’éléments préfixés ou suffixés à une racine centrale. Suivant les procédés mis en lumière par Humboldt dans son étude du kavi20, Renan montre comment le procédé d’agglutination n’exclue pas pour autant l’existence de flexions, même si ce procédé reste à l’état embryonnaire, les flexions se produisant à l’intérieur des mots. Il développe ainsi l’idée selon laquelle les racines monosyllabiques ou bilitères y sont plus reconnaissables qu’ailleurs. De même les procédés grammaticaux s’y montrent souvent en germe, là où ils se présentent sous une forme plus élaborée dans les autres langues sémitiques. Aussi trouve-t-on en hébreu à l’état complet des locutions défectives ou elliptiques ailleurs21. C’est donc cette simplicité et spontanéité de la langue hébraïque qui caractérise l’ensemble du groupe des langues sémitiques.

L’Orient comme lieu de l’histoire

11L’Histoire générale et système comparé des Langues Sémitiques est beaucoup plus qu’une simple histoire de la langue. Il s’agit d’une réflexion sur les formes historiques. Ce qui se trouve esquissé ici est une théorie des conditions de possibilité de l’engendrement des langues. L’homme se découvre lui-même au fil des siècles et l’histoire apparaît comme l’instrument grâce auquel s’effectue le mode de connaissance de soi. Lieu de la science, l’Orient devient également celui où l’histoire prend son essor. Au moment où il suit des cours au Collège de France dispensés par les maîtres de l’orientalisme, Renan s’en écarte donc déjà pour se réclamer d’un usage moins étroit de l’Orient. À travers l’activité du langage, celui-ci désigne en effet moins une topographie qu’un concept synonyme d’une activité historique. Le langage est l’expression par excellence de l’activité constructrice de l’esprit, le domaine de la pensée où se rencontrent sensible et intelligible, où s’opère la synthèse des représentations d’où naît la connaissance. L’horizon transcendantal dans laquelle elle se déploie explique que l’histoire des langues ne renvoie pas à l’idée d’un progrès naturel mais brosse au contraire l’horizon du développement humain. C’est donc à la lumière du rôle joué par le langage dans la théorie de la connaissance qu’il faut comprendre l’usage que fait Renan de la méthode comparative et la construction de l’Orient qui en découle. Le langage étant l’instrument de comparaison entre les différentes étapes du développement de l’esprit, l’étude comparative des langues permet d’en dresser un tableau exhaustif. Au titre d’organismes, les langues sont composées de différentes parties qui s’ordonnent en une forme, que Renan appelle aussi bien « type » ou « idée ». De cette conception découle la nécessité d’appréhender la singularité de la forme dans sa totalité, à savoir le type dans lequel s’incarne la forme individuelle, ce qui revient à reconstituer une cohérence interne sans laquelle le type n’existerait pas et à mettre pour cela en lumière un ensemble de fonctions liées logiquement les unes aux autres. Comme chez Humboldt c’est sur la base d’une fin interne que la forme sera jugée, la transformation s’accomplissant par le biais d’un processus de différenciation et d’assignation de chaque élément de la langue à travers une succession d’opérations de synthèse de la pensée. La comparaison ne s’applique pas à une lecture terme à terme des différences historiques entre deux langues mais confronte, eu égard à la finalité interne propre à chaque type, les étapes de sa réalisation. Si les familles de langues apparaissent comme des caractéristiques, cela n’empêche pas chacune de se développer au sein d’un type selon son génie propre. C’est donc à partir de ces types que s’établit la comparaison avec les langues indo-européennes, à la manière du Sprachtypus humboldtien. Ainsi au-delà de l’attrait exotique qu’il exerce sur les autres savants de l’époque, doit-on comprendre l’Orient de Renan comme une pièce centrale et incontournable à la fois du schéma historique qui se met en place aux différentes étapes de son travail.

Les mises en scène de l’Orient

12Le départ du Séminaire un jour d’octobre 1845 et la traversée de la place Saint-Sulpice pour gagner le monde de la science profane n’empêchent pas le nouvel étudiant de poursuivre à travers l’étude des langues les questions qui étaient déjà les siennes chez les Oratoriens. Tour à tour instrument de science, lieu de rupture avec la foi et de rencontre avec l’histoire, quel est alors l’Orient de Renan ? Est-ce ce paysage aux contours mouvants, fait de différentes strates que décrivent ses contempteurs et qui établit l’infériorité du Sémitique sur l’Aryen, de l’Orient sur l’Occident ? Pourquoi avoir alors consacré sa carrière à étudier un monde auquel, si l’on en croit nombre de ses commentateurs, si peu de qualités seraient échues en partage ? Car de ses premiers travaux linguistiques aux vastes fresques d’histoire des religions qui marquent la fin de sa vie, Renan n’a eu de cesse d’arpenter l’Orient, au propre comme au figuré, de le mettre en scène au sens littéral du terme comme s’il reflétait en une sorte d’accord intime sa pratique de savant. La mise en scène de l’Orient, sorte de vedutta intellectuelle, renvoie en réalité à la question centrale qui parcourt toute son œuvre : celle qui vise à conserver tout son sens à une révélation moderne.

L’Orient romantique : la mission en Phénicie

  • 22 Ernest Renan, Judaïsme et christianisme, Textes présentés par Jean Gaulmier, Copernic, 1977, p. 19.
  • 23 Cité par Henri Tronchon, Ernest Renan et l’étranger, Paris, 1928, p. 79.

13Dans la Préface qu’il consacre au recueil de textes sur le judaïsme et le christianisme, Jean Gaulmier présente Renan comme un auteur romantique par la largeur des fresques historiques qu’il dresse et son pouvoir de suggestion22. C’est sans doute la mission en Phénicie, premier contact charnel avec ce paysage d’Orient, et donne son cadre à la Vie de Jésus, qui fournit l’occasion de cet Orient romantique. Certains plus tard se gausseront. « Il n’y a rien de plus pédantesque et de plus vain que cette affectation du Monsieur qui, pour avoir exploré la Phénicie ou déchiffré un peu d’hébreu, résoud toutes les difficultés de l’Orient » note Ferdinand Brunetière en marge de son exemplaire de la Vie de Jésus23.

  • 24 « La mort de M. Quatremère me jette dans des soucis qui me sont fort antipathiques. Je puis fort bi (...)
  • 25 Ibid., p. 193.
  • 26 Ibid., p. 193.
  • 27 Ernest Renan Marcelin Berthelot, Correspondance, p. 197.

14Chargé par l’Empereur Napoléon III et par l’intermédiaire d’Hortense Cornu, d’une mission archéologique, dans laquelle il veut voir la promesse d’une élection future à la chaire d’hébreu du Collège de France24, Renan parcourt les régions libanaises de Djebaïl, Saïda jusqu’à Amschit, incarnation à ses yeux du « paradis terrestre » où il fera enterrer sa sœur Henriette, compagne infortunée de ce premier voyage et qui meurt en 1861 terrassée par les fièvres. Il entre en Galilée, pousse jusqu’en Égypte pour s’en retourner vers ce Liban qui reste « la chose du monde la plus enivrante »25. La Mission en Phénicie et les descriptions auxquelles elle donne naissance reprennent mot pour mot les termes dans lesquels le jeune séminariste décrivait son éblouissement à la lecture des Allemands romantiques. Ce sont les mêmes couleurs, les mêmes chatoiements. La correspondance alors échangée avec son ami Marcelin Berthelot nous en conserve les traces les plus intimes. « Le charme et le grandiose n’ont jamais été si admirablement réunis. Figurez-vous les Alpes riantes, parfumées, couvertes jusqu’au sommet, sauf quelques pics de villages charmants, ou du moins qui l’étaient, car tous ne sont plus que des pans de murs26 », et décrivant plus loin les campagnes de Syrie : « Dans ces vallées, la végétation est charmante : les orangers sont chargés de fruits ; les lauriers-roses sont chargés de fleurs ; des narcisses bordent les ruisseaux ; des cyclamens aux plus jolies nuances parsèment les rochers. Quelques plantations de pins rappellent nos plus grands arbres et le palmier est du plus bel effet dans le paysage27. » L’œil du peintre rivalise ici avec l’imagination du savant. On ne peut s’empêcher de lire à travers ces lignes la description que Renan donnera des paysages de Galilée où il se rend au cours du même voyage et qui dessine sous ses yeux ce Ve Évangile qui inspirera la Vie de Jésus.

« Il n’y a que quelques journées de Jérusalem, au Sinaï et du Sinaï à la Mecque » (Histoire des Langues Sémitiques)

  • 28 Ibid., p. 88.
  • 29 Ernest Renan, Etudes d’histoire religieuse, « L’histoire du peuple d’Israël », Paris, p. 78-115, ic (...)
  • 30 E. Quinet, Le Génie des Religions, Œuvres Complètes, vol. I, Pagnerre, 1857, p. 35.

15Berceau de l’enchantement des sens, l’Orient de Renan est pourtant d’abord celui du « miracle juif », le lieu où apparaît pour la première et unique fois dans l’histoire de l’humanité le monothéisme. Sa particularité tient dans la révélation qui l’accompagne et que n’ont connu ni l’Inde védique, ni la Grèce antique. Tel est le grand apport des peuples d’Orient à l’histoire de la civilisation qui fonde selon Renan l’unité du genre humain et du progrès28. Cette conquête ne fut pas le résultat d’un progrès de l’esprit mais se présenta très tôt dans son histoire. « On n’invente pas le monothéisme29. » Celui-ci naît tout armé du double procédé du mode de formation des langues sémitiques. De même que chez Humboldt, chaque langage incarne l’univers dans son ensemble sous un type, à chaque type correspondant un mode analogique particulier. C’est ainsi qu’il faut comprendre la métaphore empruntée au désert. La description de Renan reprend les termes de l’analyse que Kant donne du sublime dans sa Critique de la faculté de juger. La relation qui unit l’Orient et la Nature, loin de s’assimiler à la traduction d’un positivisme physiologique, renvoie à un mode de connaissance critique. Le rapport à la Nature, loin d’être l’expression d’un déterminisme direct et d’autant plus brutal, traduit en réalité la construction d’un rapport réflexif de l’individu au monde et des civilisations qui le conçurent au religieux. La formule qui a conduit à ranger Renan du côté des partisans des théories raciales – « le désert est monothéiste » – doit donc se comprendre comme la métaphore réflexive du rapport entretenu par les peuples sémitiques à la divinité. Ceci explique que l’on trouve des formules analogues sous la plume des historiens des religions que les commentateurs ont souvent omis de relever. Ainsi Quinet décrivait-il la race de Sem dans Le Génie des religions en ces termes : « Elle vivra sous la tente d’Abraham et sur les vaisseaux de Tyr ; le désert et la mer, ces deux figures de l’infini, lui appartiennent presque exclusivement ; c’est elle qui porte dans son sein Jehovah et le Christ30. » Sur ce point Renan ne fait pas exception à la règle qui distingue l’Inde et son héritière la Grèce, puisant toutes deux leur polythéisme dans le rapport à une Nature généreuse et luxuriante, des civilisations sémites qui élaborent la vision d’une divinité unique et séparée du monde.

  • 31 Ernest Renan, De la part des peuples sémitiques dans l’histoire de la civilisation. Discours d’ouve (...)
  • 32 Ibid., p. 329-330.
  • 33 Ernest Renan, Histoire générale et système comparé des langues sémitiques, op. cit., p. 39.

16La singularité de Renan tient donc moins à sa vision du couple Orient/ Occident qu’à la part de plus en plus prépondérante que ne cesseront d’occuper dans son œuvre l’Orient en général, et le judaïsme en particulier. Comme chez Quinet ou Burnouf, qui placent le phénomène religieux à l’origine de l’histoire de l’humanité, Orient et Occident forment à ses yeux un couple indissociable, au sein duquel l’Orient l’emporte souvent en meilleure part. Cette importance tient à la place qu’il accorde à la naissance du christianisme et à la personne de Jésus et au sens de la révélation monothéiste. Dans l’énoncé des vertus de la civilisation sémite, la Leçon inaugurale à la Chaire d’Hébreu du Collège de France ira, on le sait, très loin dans l’audace. Après avoir dressé le catalogue des imperfections de la civilisation sémite, Renan ajoute : « [...] j’ai hâte d’arriver, Messieurs, au service capital que la race sémitique a rendu au monde, à son œuvre propre, et, si l’on peut s’exprimer ainsi, à sa mission providentielle. Nous ne devons aux Sémites ni notre vie politique, ni notre article, ni notre poésie, ni notre philosophie, ni notre science. Que leur devons-nous ? Nous leur devons la religion. Le monde entier, si l’on excepte l’Inde, la Chine, le Japon et les peuples tout à fait sauvages, a adopté les religions sémitiques. Le monde civilisé ne compte que des juifs, des chrétiens ou des musulmans. La race indo-européenne en particulier, si l’on excepte la famille brahmanique et les faibles restes des Parses, a passé tout entière aux religions sémitiques31. » De ce point de vue les Sémites non seulement ne sauraient être surpassés par aucun autre groupe humain mais dominent l’humanité. Quant à la filiation chrétienne, dès l’époque de l’Essai sur Jésus-Christ, Renan critique la tentative de Pierre Leroux d’inscrire le christianisme dans le sillage de la Grèce. C’est au contraire dans le legs du judaïsme qu’il convient de le situer. C’est que souligne une fois encore la Leçon inaugurale : c’est au sein de la civilisation sémitique que s’opéra l’« événement moral le plus extraordinaire dont l’histoire ait gardé le souvenir [...] Jésus fonda la religion éternelle de l’humanité32 ». Cette filiation entre christianisme et judaïsme sur laquelle Renan revient maintes fois dans son œuvre interdit une fois pour toutes de dévaloriser le judaïsme. Ainsi son refus d’un « panthéisme en histoire »33 est-il loin de se résoudre, contrairement à ce que l’on a souvent écrit, en une dépréciation des civilisations sémitiques.

Le couple Aryens/Sémites : un couple construit

  • 34 Edward Said, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, 1980. Parlant de la proximité ent (...)
  • 35 On se référera ici au très bel ouvrage du philosophe Marc Crépon, Le Malin génie des langues, Paris (...)
  • 36 J. Pommier, La Jeunesse cléricale de Renan, p. 160.
  • 37 Ernest Renan, De l’Origine du langage, Œuvres complètes, p. 102.

17La construction du couple Aryens/Sémites dans lequel ceux-ci incarneraient la civilisation à une étape inférieure a en effet beaucoup fait pour le discrédit qui occulte encore aujourd’hui l’œuvre de Renan. Edward Said y a vu la théorisation de l’orientalisme, dans le halo de condescendance méprisante qui traduit l’infériorité dans laquelle on tient l’Autre34. Pourtant pas plus que l’invocation du désert n’inscrit les langues sémitiques dans un déterminisme positiviste, la spontanéité et l’unité qui caractérisent aux yeux de Renan les langues sémitiques et les comportements des peuples qui les parlent ne composent un tableau binaire opposant une race supérieure, les Aryens, aux Sémites situés aux marges de l’humanité. L’opposition que produit le couple Aryens/Sémites n’a de sens chez lui que comme outil conceptuel, idéal-type avant la lettre et non comme la traduction d’une échelle des civilisations renvoyant à une mesure objective de leur développement35. Très tôt en effet Renan congédie tout positivisme. Réfléchissant à la combinaison nécessité/liberté, et s’interrogeant sur la cause de l’harmonie entre le moral d’un peuple et l’aspect extérieur du pays qu’il habite – il pense alors à la Bretagne et à la magie qui hante ses paysages –, Renan rejette la préséance du physique sur le moral. « Ceci n’est pas conforme à la bonne méthode. – Je n’appliquerai pas ceci au moral et au tempérament physique dans l’individu ; car là le moral agit réellement sur le physique36. » De la même façon, écrit-il dans de l’Origine du langage paru en 1848, « la division des Sémites et des Indo-Européens [...] a été créée par la philologie et non par la physiologie37 ».

  • 38 Ibid., p. 101.

18C’est à la lumière de l’histoire des langues comme construction réfléchissante qu’il faut donc lire l’opposition Aryens/Sémites et non comme la traduction d’une théorie des races. « En un sens, l’unité de l’humanité est une proposition sacrée et scientifiquement incontestable ; on peut dire qu’il n’y a qu’une langue, qu’une littérature, qu’un système de traditions symboliques, puisque ce sont les mêmes procédés qui ont présidé à la formation de toutes les langues, les mêmes sentiments qui partout ont fait vivre les littératures, les mêmes idées qui se sont traduites par des symboles divers. Mais faire de cette unité toute psychologique le synonyme d’une unité matérielle de race (qui peut être vraie qui peut être fausse n’importe), c’est rapetisser une grande vérité aux minces proportions d’un petit fait, sur lequel la science ne pourra jamais rien dire de certain38. »

Le spontané en histoire

  • 39 Ernest Renan, « Mahomet et les origines de l’islamisme », in : Études d’histoire religieuse, op. ci (...)
  • 40 Ibid., p. 201.

19Domaine des Sémites, l’Orient de Renan a pour marque le spontané. Situé à la fois au début et au terme du processus de la pensée. Loin de marquer en ceci l’infériorité des civilisations qu’il caractérise, il en souligne au contraire le caractère incontournable dans le processus de l’histoire de l’humanité. Lorsqu’il se réfère au premier stade de civilisation, aux croyances primitives, le spontané renvoie à la simplicité, à l’absence de composition. Au terme du processus historique qui recouvre le développement de la pensée, le spontané désigne plus volontiers l’obscur que le naïf, ce qui disparaît dans les profondeurs de l’histoire ancienne39. Ainsi ne marque-t-il pas seulement un stade révolu et irrémédiablement dépassé de l’histoire de l’humanité mais un état de grâce à retrouver pour l’esprit qui cherche, en s’accomplissant, jouir de ses plus belles réalisations. Ainsi doit-on comprendre que dans l’Orient arabe encore trop peu évoqué ici, l’islamisme se trouve exclu dans la mesure où celui-ci se distingue de l’étape antérieure de l’islam par le refus de la raison et la science, c’est-à-dire le fait de demeurer au premier stade du spontané. C’est en revanche sous des traits idéaux qu’il décrit l’islam : civilisation admirable, prônant une liberté totale de l’individu, laissant libre cours à la poésie et au raffinement d’une vie nomade tout entière dévolue à la célébration de l’amour et de l’honneur. De la même façon la métaphysique de Renan renvoie-t-elle à une opération du jugement qui partant d’un premier état de spontanéité, passe par le développement de la critique à travers la réflexion, pour regagner un état de spontanéité supérieur qui opère une synthèse entre les deux. C’est à ce stade que nous sommes susceptibles d’admiration. Tout comme le sublime kantien nous permet de reconnaître la puissance de l’Infini, la critique que Renan fait à l’histoire telle que la pratique Ranke vient du fait, qu’au ras de l’événement elle en manque tout ce qu’il contient d’élevé. « L’admiration est un acte essentiellement synthétique » écrit-il40. La critique et l’analyse ne peuvent suffire à percevoir la grandeur de l’humanité contenue dans ses actions. C’est l’Orient qui, métamorphosé au terme du parcours historique, apparaît comme le lieu de la synthèse. Mais une fois encore il s’agit d’un Orient non assignable à une zone géographique identifiable. Ainsi doit se comprendre également la clôture de cette histoire.

  • 41 Cité par J. Pommier, La Jeunesse cléricale de Renan, p. 147.

20L’Orient de Renan abandonne la Chine, l’Égypte et l’Inde. Il laisse la Perse sur ses marges. Centré sur la Palestine, Israël et les civilisations de l’Arabie, il est avant tout une idée, une quête ; il incarne, ce qui fut sa vie durant, le cœur de son œuvre : retrouver, à travers l’événement du monothéisme, le sens d’une Révélation moderne. Commentant un passage de la Philosophie de l’histoire de Schlegel consacré à la naissance du christianisme et à l’état de la Judée, Renan écrivait en 1845 dans un cahier où il consignait ses « pensées notables » que celui-ci était « remarquable par les analogies qu’il établit entre cette époque et la nôtre » et il poursuivait : « Appliquez sa philosophie à notre époque et le résultat serait une exsurrection nouvelle. Car la religion actuelle serait le pharisaïsme d’alors, et la philosophie, le sadducéisme ; d’où par résultante un néo-christianisme41. » Comment penser que le savant qui écrivait cela ait pu tenir l’Orient en piètre estime ?

Haut de page

Notes

1 Voir Pierre Vidal-Naquet, « Renan et le miracle grec », in : La démocratie grecque vue d’ailleurs, Paris, 1990, p. 251.

2 Voir l’article de J. Pommier, « L’initiation d’Ernest Renan aux lettres allemandes », in : Revue de littérature comparée, 15è année, 1935, p. 246-278, p. 264.

3 Cité par J. Pommier, « Travaux et jours d’un séminariste en vacances (Bretagne 1845) », textes présentés par J. Pommier, in : Cahiers renaniens, no 2, Paris, 1972, p. 154.

4 E. Renan, Œuvres Complètes, t. IX, p. 792.

5 J. Pommier, « Travaux et jours d’un séminariste », p. 32.

6 Ibid., p. 103.

7 Ibid., p. 163.

8 Renan fréquenta également les écrits de Herder au cours de ses études sur l’Écriture Sainte, même si les Sulpiciens apprenaient à leurs élèves à se défier du Geist der hebräischen Poesie. Ainsi Garnier, qui le signale à côté des Leçons sur la poésie sacrée des Hébreux de Robert Lowth, accompagne sa mention de l’ouvrage du commentaire suivant : « doit être lu avec précaution, à cause des sentiments erronés de l’auteur sur la divinité des livres saints », cité par J. Pommier, La Jeunesse cléricale de Renan, op. cit., p. 375. Mais l’essentiel de l’influence de Herder portera sur sa philosophie de l’histoire. Ainsi, selon J. Darmesteter, Herder joua un grand rôle dans la conception renanienne du « spontané ». À Herder, Renan emprunte les grandes notions autour desquelles il bâtit sa conception de l’histoire, qu’il s’agisse du rôle de la Nature ou de l’horizon de l’humanité, laquelle peut seule prétendre atteindre à la perfection.

9 « M. Garnier était un savant orientaliste et l’homme le plus versé de France dans l’exégèse biblique, telle qu’elle s’enseignait chez les catholiques il y a une centaine d’années. », E. Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, Œuvres Complètes, t. II, Paris, p. 855.

10 Voir François Laplanche, La Bible entre mythe et science XVIe-XIXe siècle, Paris, 1994.

11 « Pas une des objections du rationalisme qui ne soit venue jusqu’à lui. Il n’y faisait aucune concession, car la vérité de l’orthodoxie ne fut jamais pour lui l’objet d’un doute. », Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, op. cit., p. 857.

12 Cité par J. Pommier, La Jeunesse cléricale de Renan, p. 511.

13 Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, p. 864.

14 Au même moment il se spécialise dans les langues orientales sous la houlette de Reinaud auprès duquel il complète ses connaissances d’arabe à la Bibliothèque Royale et de Caussin de Perceval au Collège de France, Il suit le cours de persan de Quatremère à la Bibliothèque Royale en 1847.

15 L’Avenir de la science ne sera publié qu’en 1890.

16 On trouve tout juste à la fin du Manuel de Glaire, des Principes de Grammaire chaldaïque. Voir J. Pommier, La Jeunesse cléricale de Renan, p. 424.

17 Ernest Renan, De l’Origine du langage, Œuvres Complètes, t. VIII, Paris, 1958, p. 11-123, p. 125 sq.

18 Au nombre des citations à l’appui de cette thèse, ils se fondent souvent sur celle qui ouvre l’Histoire des langues sémitiques : « Je suis donc le premier à reconnaître que la race sémitique, comparée à la race indo-européenne, représente réellement une combinaison inférieure de la nature humaine. », Ernest Renan, Histoire générale et système comparé des langues sémitiques, Œuvres Complètes, t. VIII, Paris, p. 129-589, p. 145.

19 Ernest Renan, Histoire générale et système comparé des langues sémitiques, op. cit., p. 261.

20 Wilhelm von Humboldt, Introduction à l’œuvre sur le kavî, trad. Caussat, Paris, 1974.

21 Ibid.

22 Ernest Renan, Judaïsme et christianisme, Textes présentés par Jean Gaulmier, Copernic, 1977, p. 19.

23 Cité par Henri Tronchon, Ernest Renan et l’étranger, Paris, 1928, p. 79.

24 « La mort de M. Quatremère me jette dans des soucis qui me sont fort antipathiques. Je puis fort bien dire, sans me surfaire, que je suis la personne la plus distinguée pour le remplacer au Collège de France, et je ne puis cacher que j’ai toujours eu le désir d’entrer dans cet établissement, dont je crois bien comprendre les devoirs et la destinée », écrivait déjà Renan à Berthelot, dans une lettre datée du 2 septembre 1857, in : Ernest Renan et Marcelin Berthelot, Correspondance 1847-1892, Paris, p. 151. On sait que ses premiers espoirs seront déçus et qu’il lui faudra attendre plusieurs années.

25 Ibid., p. 193.

26 Ibid., p. 193.

27 Ernest Renan Marcelin Berthelot, Correspondance, p. 197.

28 Ibid., p. 88.

29 Ernest Renan, Etudes d’histoire religieuse, « L’histoire du peuple d’Israël », Paris, p. 78-115, ici p. 87. Cet article avait paru sous le titre « De l’histoire du peuple d’Israël. Son nouvel historien en Allemagne (H. Ewald) », in : Revue des deux-mondes, 15 nov. 1855.

30 E. Quinet, Le Génie des Religions, Œuvres Complètes, vol. I, Pagnerre, 1857, p. 35.

31 Ernest Renan, De la part des peuples sémitiques dans l’histoire de la civilisation. Discours d’ouverture du cours de langues hébraïque, chaldaïque et syriaque au Collège de France prononcé le 21 février 1862, Œuvres Complètes, t. II, p. 317-335, p. 328.

32 Ibid., p. 329-330.

33 Ernest Renan, Histoire générale et système comparé des langues sémitiques, op. cit., p. 39.

34 Edward Said, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, 1980. Parlant de la proximité entre Renan et Gobineau, Edward Said écrit : « C’est ainsi que le comparatisme, dans l’étude de l’Orient et des Orientaux, est devenu synonyme de l’inégalité ontologique apparente entre l’Orient et l’Occident », p. 175.

35 On se référera ici au très bel ouvrage du philosophe Marc Crépon, Le Malin génie des langues, Paris, 2000, Vrin, et à la notion de « race linguistique » qu’il développe dans le chapitre qu’il consacre à Ernest Renan.

36 J. Pommier, La Jeunesse cléricale de Renan, p. 160.

37 Ernest Renan, De l’Origine du langage, Œuvres complètes, p. 102.

38 Ibid., p. 101.

39 Ernest Renan, « Mahomet et les origines de l’islamisme », in : Études d’histoire religieuse, op. cit., p. 200-201.

40 Ibid., p. 201.

41 Cité par J. Pommier, La Jeunesse cléricale de Renan, p. 147.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Perrine Simon-Nahum, « L’Orient d’Ernest Renan : de l’étude des langues à l’histoire des religions », Revue germanique internationale [En ligne], 7 | 2008, mis en ligne le 15 mai 2011, consulté le 26 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/406

Haut de page

Auteur

Perrine Simon-Nahum

Chercheur au CNRS et à l’EHESS (AHMOC), Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page