Navigation – Plan du site

Usages de la science allemande de Paris à Alger (v. 1840 - v. 1920)

Relire les textes, objectiver les choses arabes ?
Alain Messaoudi
p. 185-199

Résumés

Les travaux des arabisants allemands, plus ou moins bien connus en France avant 1870, y deviennent une référence incontestable dans le dernier tiers du XIXe siècle. Joseph Derenbourg, représentant de la Wissenschaft des Judentums (Science du judaïsme) à Paris, et son fils Hartwig, qui forme la génération fondatrice de la prestigieuse école d’Alger, jouent un rôle important dans leur diffusion. On voit se dégager deux courants dans cette nouvelle génération familière de la science allemande : l’un, représenté par Edmond Fagnan, fidèle à l’esprit des Derenbourg, ouvre aux musulmans la possibilité d’élaborer par eux-mêmes une science de l’islam ; l’autre, illustré par René Basset, directeur de l’école des lettres d’Alger, met l’analyse des textes au service d’une science historique plus ambitieuse qui s’inscrit nécessairement dans le projet colonial, et tombe en déconsidération après les indépendances. Le prestige que l’orientalisme allemand conserve aujourd’hui au Maghreb tient peut-être en partie au fait qu’on continue à l’identifier à une science des textes respectueuse des traditions et modeste dans ses interprétations.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dominique Bourel, « La Wissenschaft des Judentums en France », Revue de synthèse, no 109, avril-jui (...)

1Dans le premier tiers du XIXe siècle, Paris est la capitale de l’orientalisme arabisant en Europe, centre d’une érudition renouvelée, figurée par Silvestre de Sacy, qui profite à la fois des richesses de la Bibliothèque royale et de la présence de réfugiés arabes ayant suivi les troupes françaises repliées d’Égypte. Après 1830, les ambitions commerciales et coloniales de la France en Afrique du Nord prolongent l’intérêt pour le monde arabe, renforçant la circulation des hommes et des textes. Or, pour les études arabes aussi, l’approche scientifique allemande s’impose bientôt comme une référence dominante et inspire les réformes de l’enseignement supérieur entamées à la fin du Second Empire. L’École pratique des hautes études (EPHE), destinée à imposer la pédagogie du Seminar à l’allemande, comprend dès 1868 une direction d’étude de langue persane et langues sémitiques à laquelle s’ajoute en 1886 une direction d’étude consacrée à l’islamisme et aux religions de l’Arabie dans le cadre de la nouvelle 5e section des sciences religieuses. Cette rénovation des études arabes porte ses fruits au-delà de la Méditerranée et fournit les cadres de l’École des lettres d’Alger fondée en 1879. Dans un contexte colonial où la question de l’islam et de la langue arabe est un enjeu politique majeur, le mode d’appréhension des textes de la tradition islamique tel qu’il a été formulé par la science allemande prend un sens nouveau. La constitution des « études islamiques » a pu avoir des liens avec l’héritage de la Wissenschaft des Judentums, fondée en Allemagne près d’un siècle auparavant, et dont les ramifications françaises n’ont pas manqué de vigueur entre 1830 et 18801. Les propositions des savants en faveur de la régénération du judaïsme et les débats sur la réforme de l’islam, au centre des préoccupations politiques dans le monde musulman méditerranéen de la fin du XIXe siècle, ne sont-ils pas entrés en écho ? Après avoir rappelé quelles sont les limites des échanges qu’entretiennent les arabisants français et allemands dans le premier tiers du XIXe siècle, on s’attardera sur la figure d’Hartwig Derenbourg (1844-1908), professeur aux Langues orientales et directeur d’étude à l’EPHE, fils d’un des promoteurs de la Wissenschaft des Judentums en France. Dans un second temps, l’attention se concentrera sur les élèves de Deren-bourg en poste au Maghreb, en particulier Edmond Fagnan et René Basset, directeur de l’École des lettres devenue faculté en 1909. Dans quelle mesure ont-ils été les vecteurs de la « science allemande » et l’ont-ils partagée avec les savants musulmans d’Afrique du Nord ? Alors que les savants français, en affirmant leur neutralité scientifique, ont tendu à cautionner la politique coloniale, la référence à la « science allemande » a pu se révéler une façon discrète de prendre à revers l’occupant français. Sans avoir la netteté d’un engagement formel aux côtés des empires centraux, qui pendant la Grande Guerre est resté exceptionnel, n’a-t-elle pas participé à la formulation d’un nationalisme musulman bientôt mobilisateur dans la lutte pour les indépendances ?

Limites et développement de l’intérêt pour la science allemande

  • 2 Baber Johansen, « Islamic studies. The intellectual and political conditions of a discipline » in : (...)

2Sous la Monarchie de Juillet, les arabisants français ont souvent conservé des liens étroits avec les savants allemands venus à Paris suivre l’enseignement de Silvestre de Sacy comme, par exemple, Johann Gottfried Ludwig Kosegarten, Wilhelm Freytag ou Heinrich Leberecht Fleischer, qui, devenu professeur à Leipzig, applique aux textes arabes le modèle de l’Altertumswissenschaft et fonde l’Arabistik2. Les études arabes profitent en Allemagne du cadre universitaire de facultés de théologie attirant de nombreux étudiants à qui elles ouvrent la perspective de carrières ecclésiastiques. Or, la théologie protestante développe depuis la fin du XVIIIe siècle l’étude critique de la Bible et réserve par conséquent une place importante aux langues sémitiques. Avant comme après la fondation de la Deutsche Morgenländische Gesellschaft à Leipzig en 1845, les travaux des arabisants allemands sont régulièrement annoncés par le Journal asiatique et les relations qu’entretiennent philologues allemands et français sont denses. Les éditions de textes et les traductions latines réalisées en Allemagne sont bien connues à Paris.

  • 3 C’est l’approche que Caussin choisit pour son Essai sur l’histoire des Arabes avant l’islamisme, pe (...)
  • 4 C’est du moins ce qu’affirme Snouck Hurgronje (« Une nouvelle biographie de Mahomet », compte rendu (...)
  • 5 J.-T. Reinaud, « Notice historique et littéraire sur M. le baron Silvestre de Sacy, lue à la séance (...)
  • 6 Reinaud au ministre de l’Instruction publique, 23 mai 1848, ANF, F 17, 21 591, Reinaud.
  • 7 Gustave Dugat, Histoire des orientalistes de l’Europe du XIIe au XIXe siècle précédée d’une esquiss (...)
  • 8 Cette connaissance limitée n’est pas une spécificité des arabisants de cette génération : entre 185 (...)

3Les titulaires des chaires d’arabe à l’École des langues orientales, qu’il s’agisse d’Amand-Pierre Caussin de Perceval (pour la langue vulgaire) ou de Joseph-Toussaint Reinaud (pour la langue littérale), s’intéressent-ils pour autant aux progrès de la philologie allemande au point d’en appliquer les méthodes ? Caussin de Perceval tire son savoir d’un séjour de six ans en Orient et d’une fréquentation des textes, anciens et modernes. Il les aborde selon la manière classique du XVIIIe siècle, les adaptant en français de façon à ce que l’honnête homme puisse en saisir l’esprit, sans chercher à les traduire littéralement ou à en faire l’édition critique3. Ne maîtrisant pas l’allemand, il ignore les travaux publiés en cette langue4. Le cas de Reinaud est plus complexe. Il a été le condisciple de Wilhelm Freytag à l’École des langues orientales5 et a continué à entretenir des liens avec de nombreux orientalistes allemands. Reinaud a étudié l’arabe dans une perspective religieuse qui le rapproche peut-être de ses contemporains allemands : il a été élève du grand séminaire d’Aix-en-Provence avant d’aller à Paris et a poursuivi sa formation en arabe auprès des Maronites du Collège de la Propagande à Rome. Son souci de ne pas sortir des limites de l’érudition peut aussi le rapprocher des savants outre-Rhin : en mai 1848, il se targue de n’avoir que des titres « purement scientifiques » et d’être « toujours resté étranger à la collaboration lucrative des journaux et des recueils littéraires »6. Son travail de cabinet ignore les réalités contemporaines du monde musulman : contrairement à un Nicolas Perron ou à un Gustave Dugat, proches du mouvement saint-simonien, il ne s’intéresse pas aux applications concrètes de sa science, à la mise en valeur des pays musulmans indépendants ou colonisés. Il ne se passionne pas pour autant à la linguistique ni ne se tient informé des avancées de la philologie : « Pour lui, l’étude de la langue devait lui servir à résoudre des questions historiques, géographiques7. » Peut-être n’a-t-il pas même accès aux travaux publiés en langue allemande. Cette incapacité est semble-t-il largement partagée8.

4Le savant français qui est sans doute le plus au fait de la production germanique a une position relativement marginale dans le milieu académique parisien : Étienne Quatremère, éditeur des Prolégomènes du Livre des exemples d’Ibn Khal-doun, est relativement isolé du fait de son caractère ombrageux et de sa fidélité au légitimisme. Membre de l’académie de Munich depuis 1854, sa riche bibliothèque est acquise à sa mort par le roi de Bavière. À la génération suivante, Charles Defrémery (1822-1883), disciple de Quatremère et de Caussin, est proche de Reinhardt Dozy, professeur à l’université de Leyde. Mais rien n’indique qu’il connaisse l’allemand. En travaillant sur l’histoire des dynasties nées des décombres de l’empire abbasside en Mésopotamie, en Perse, dans le Turkestan, plutôt que sur les débuts de l’islam, il est loin d’une quête des origines caractérisant une partie de l’école historique allemande « historiciste » qui, dans la lignée de Herder, est à la recherche des principes internes, immanents aux civilisations. À la fin du Second Empire, les arabisants français restent donc relativement à l’écart du mouvement philologique qui se développe en Allemagne, peut-être parce qu’il leur semble trop découplé des études historiques.

  • 9 Selon Josef van Ess, il faut attendre l’œuvre de Julius Wellhausen (1844-1918) et les années 1880 p (...)

5La nouvelle École pratique des hautes études, créée pour initier une réforme plus générale de l’université française, est le lieu où l’attirance pour le modèle germanique s’affirme avec le plus de force. Elle propose un enseignement qui se distingue par sa rigueur scientifique, de façon à former de nouvelles générations de savants qui seront les agents de la transformation de l’université française. Stanislas Guyard, qui y exerce la fonction de répétiteur pour les langues sémitiques dès sa fondation en 1868, a une bonne connaissance de l’allemand qu’il a appris en Russie durant son adolescence. Membre de l’équipe fondatrice de la Revue d’histoire des religions en 1880, il suit les travaux linguistiques et philologiques menés en Allemagne. Sa leçon inaugurale au Collège de France porte sur La Civilisation musulmane et fait explicitement référence à la Culturgeschichte des Orients d’Alfred van Kremer, parue à Vienne en 1875-1877. Il témoigne ainsi de la réception de perspectives historicistes qui sont en train de trouver écho en Allemagne dans le monde des spécialistes de l’Orient9. Sa disparition brutale alors qu’il n’a pas quarante ans – il se suicide en 1885, soit quelques mois après son élection au Collège de France – n’interrompt pas le cours des circulations germano-françaises. Son successeur à l’EPHE, Hartwig Derenbourg, reste un médiateur de la science allemande en France, comme l’a été avant lui son père Joseph Deren-bourg. L’importance de leur action, et la longue durée dans laquelle elle s’inscrit, engagent à les présenter de façon détaillée.

  • 10 On notera que Geiger, avant de se tourner vers l’histoire du judaïsme, a consacré sa thèse aux sour (...)
  • 11 Michel Espagne, Françoise Lagier et Michael Werner, Le Maître de langues. Les premiers enseignants (...)
  • 12 La formule est de Gaston Maspero in : Mélanges Hartwig Derenbourg (1844-1908). Recueil de travaux d (...)

6Né en 1811 à Mayence sous occupation française, Joseph Derenbourg est le fils d’un aubergiste lettré. Il grandit dans le milieu éclairé de la Haskhala, profitant à la fois d’un enseignement talmudique et d’études classiques au Gymnasium. Après l’Abitur, il étudie à l’université de Giessen, puis à Bonn où il suit les cours de Wilhelm Freytag et se lie d’amitié avec Abraham Geiger10. Docteur en philosophie, il renonce au rabbinat et part en 1834 pour Amsterdam comme précepteur dans la famille du banquier Bischoffsheim. En 1838, il accompagne son élève à Paris et, faute de pouvoir suivre l’enseignement de Sacy qui vient de disparaître, fréquente les cours de Reinaud, de Caussin et de Quatremère pour l’hébreu. Proche de Salomon Munk qui vient d’être nommé à la Bibliothèque royale, il est rapidement intégré dans le milieu des orientalistes : Girault de Prangey fait appel à sa collaboration pour l’appendice de son Essai sur l’architecture des Arabes et des Maures en Espagne (1841) et Reinaud pour réviser l’édition des Séances de Harîrî par Sacy (1847-1853). La Société asiatique lui accorde une souscription pour la publication du Livre des Définitions d’al-Jurjânî et le Journal asiatique publie ses « Quelques remarques sur la déclinaison arabe » (1844). Contrairement à son frère aîné qui, après avoir été à la tête de la communauté de Mayence, s’est converti au christianisme, il reste fidèle au judaïsme. C’est un collaborateur régulier des Archives israélites et de la Wissenschaft Zeitschrift für Theologie que dirige Abraham Geiger. Il est particulièrement soucieux d’assurer une bonne éducation à la jeunesse israélite : après avoir dirigé moralement et religieusement les élèves juifs de la pension Coutant (1841-1857), il fonde une institution de jeunes gens rue de la Tour d’Auvergne (1857-1864). L’année de la naissance de son fils Hartwig, il publie un Livre des versets ou première instruction religieuse pour l’enfance israélite en versets extraits de la Bible (1844). Naturalisé français en 1845, sans doute républicain de la veille en 1848, il est reçu en 1849 à l’agrégation d’allemand nouvellement créée, sans obtenir de poste à Paris11. En 1852, on le nomme correcteur à l’Imprimerie nationale. Membre du comité central de l’Alliance israélite universelle (1863) et du consistoire israélite (1873-1876), il publie un Essai sur l’histoire et la géographie de la Palestine d’après le Thalmud et les autres sources rabbiniques qui traduit sa fierté devant la continuité d’Israël sans rompre avec une démarche scientifique : « tandis que l’hébreu conduisait Derenbourg à l’histoire, l’arabe le retenait dans la philologie12 ». À l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres (AIBL) où il a été élu en 1871, il travaille au Corpus des inscriptions sémitiques avec la collaboration de son fils Hartwig. Nommé directeur adjoint (1877) puis directeur d’étude (1884) à l’EPHE, il y inaugure un cours d’hébreu rabbinique et talmudique qui n’était jusque-là enseigné qu’au Séminaire israélite. Il meurt en 1895 à Ems où il allait chaque été faire sa cure. Conjuguant fort investissement dans les études savantes et fidélité au judaïsme, une synthèse permettant de conjuguer identité juive et germanité – la culture libérale et bourgeoise a placé la Bildung au cœur de la nation –, il a été un des principaux représentants de la Wissenschaft des Judentums en France.

  • 13 « Une famille sémitique de Sémitistes. Les Derenbourg », Opuscules d’un arabisant, Paris, 1905, p.  (...)
  • 14 Il rend hommage à Sacy en composant sa biographie (Silvestre de Sacy (1758-1838), Paris, Leroux, 18 (...)

7Hartwig reste fidèle au modèle de son père dont il se fait d’ailleurs l’historiographe13, mais son œuvre réserve une plus part grande aux études arabes. On peut l’expliquer par les nécessités de la spécialisation. Ce peut être aussi une façon de confirmer son intégration à la société française. Il est à la fin du siècle une des principales figures de l’orientalisme arabisant à Paris : il cumule la chaire d’arabe littéral des Langues orientales restaurée et deux directions d’études à l’EPHE. Né à Paris en 1844, formé en hébreu et en araméen par son père et par le grand rabbin Ulmann, il a suivi très jeune les cours d’arabe littéral de Reinaud à l’École des langues orientales puis est parti en Allemagne approfondir ses connaissances auprès de Heinrich Ewald à Göttingen et de Heinrich Fleischer à Leipzig. Docteur en philosophie à son retour à Paris, il travaille sous la direction de Salomon Munk avant d’être employé à la Bibliothèque impériale où il reprend la préparation du catalogue des manuscrits arabes. Son mariage avec Betty Baer, fille d’un grand libraire de Francfort qui lui confie la direction d’une succursale à Paris, confirme la solidité de ses liens avec l’Allemagne. Traducteur en français de l’Histoire littéraire de l’Ancien testament de Theodor Nöldeke (1873), il est nommé en 1875 professeur d’arabe et de langues sémitiques au Séminaire israélite de Paris. La même année, il est chargé à l’École des langues orientales d’un cours de grammaire arabe, transformé en 1879 par le nouveau gouvernement républicain – Hartwig en est proche – en chaire d’arabe littéral. Assistant de Renan, attaché en 1881 à la commission des inscriptions sémitiques de l’AIBL, il édite et traduit des textes inédits et parfois inconnus, en s’intéressant aussi bien à la poésie qu’à la grammaire et à l’histoire. Chez Hartwig comme chez Joseph Derenbourg, fidélité au judaïsme, liens étroits avec l’Allemagne et patriotisme républicain s’accordent sans dissonances, grâce à un investissement dans la science qui dépasse les frontières. En affirmant le lien qui le rattache à Silvestre de Sacy14, et en collaborant avec le républicain radical Marcellin Berthelot à la direction de La Grande encyclopédie, Hartwig Derenbourg réinscrit l’érudition qu’il défend dans une tradition française.

  • 15Antarah, ein vorislamischer Dichter von Heinrich Thorbecke, Dr. Phil. Leipzig, 1867, 45 pages. Ce (...)

8Les publications d’Hartwig Derenbourg sont trop profuses pour qu’on puisse les réduire à une quête des origines ou au seul souci de définir ce qui ferait l’essence de la civilisation musulmane. On note cependant qu’il manifeste un intérêt particulier pour le Coran et les débuts de l’islam : en 1869, l’exposé inaugural de son cours public libre à l’amphithéâtre de la rue Gerson porte sur la composition du Coran ; à sa mort, il laisse inachevée une traduction française du texte sacré. Il réserve aussi une place centrale à la période antéislamique. Il a travaillé sur al-Nâbigha adh-Dhubyânî et sur Antar : les Opuscules d’un arabisant (1905) s’ouvrent significativement sur un modeste compte rendu de jeunesse portant sur une thèse consacrée au poète guerrier15. Il n’est pas fermé à l’application pratique de la science, et reconnaît son intérêt pour la politique coloniale.

  • 16 La Science des religions et l’islamisme, Paris, Leroux, 1886, p. 87.
  • 17 Journal des savants, juillet 1902, p. 397-399.

9Dans sa leçon inaugurale à l’EPHE, il affirme qu’il faut préparer le personnel à l’administration des colonies musulmanes, sur le modèle britannique : la connaissance de l’arabe devrait être requise16. Mais il garde ses distances par rapport à l’orientation ethnographique que prennent une partie des études orientales au tournant du siècle. Il n’a, semble-t-il, jamais quitté l’Europe. Cet éloignement du terrain colonial favorise sans doute l’expression d’une sympathie pour l’Orient et ce qui en donne le goût. Il juge avec bienveillance en 1902 la nouvelle traduction des Mille et une nuits que fait paraître le docteur Mardrus17, se démarquant de ses collègues arabisants qui, au nom de la rigueur scientifique, mettent en pièce le travail prétendument savant de l’orientaliste amateur.

Réformer l’islam algérien de l’intérieur ou fonder une science surplombante ?

  • 18 Josef van Ess, « From Wellhausen to Becker », p. 40.

10Les figures majeures des études arabes en Algérie entre 1880 et 1920, Edmond Fagnan (1846-1931), René Basset (1855-1924), Maurice Gaudefroy-Demombynes (1862-1957) et William Marçais (1872-1956) sont d’anciens élèves de Stanislas Guyard et d’Hartwig Derenbourg à l’EPHE. Cependant, les uns et les autres mettent en œuvre leurs acquis de manières différentes. Edmond Fagnan se limite à une érudition savante sans application immédiate, ou du moins sans usage politique direct. René Basset et William Marçais envisagent en revanche l’islam comme une civilisation plutôt que comme une religion. Ils sont sensibles aux enjeux politiques avec lesquels leurs travaux peuvent interférer, prêts à intervenir dans les débats qui portent sur la nécessité de sa réforme. Cette ligne de partage recoupe une seconde démarcation qui dépend du statut que les uns et les autres réservent aux textes de la tradition religieuse. Edmond Fagnan leur accorde une place centrale : dans une démarche comparable à celle d’un Heinrich Fischer à Leipzig, il consacre son énergie à restituer leur état « originel », de façon à pouvoir en donner une lecture exacte. Cette science des textes cherche à retrouver les logiques internes, la signification propre, plutôt qu’elle ne les envisage comme une documentation à partir de laquelle construire des hypothèses historiques ou comme des témoignages permettant de comprendre le fonctionnement d’une société. René Basset et William Marçais, au contraire, se refusent à étudier isolément les textes. À la manière d’un Heinrich Becker ironisant sur le plaisir que ces philologues prennent à minutieusement biner le « jardin à la française » de la grammaire arabe18, ils défendent une approche historique et sociologique plus générale. Tout en affirmant la nécessité d’une connaissance précise de la langue, seule à même de permettre un déchiffrement correct, ils désacralisent les textes en les considérant comme des sources ordinaires qu’on ne doit pas hésiter à contester en les confrontant à d’autres, tirées par exemple de l’observation sociologique. Après avoir posé ces grands traits, il convient de revenir sur les figures individuelles de ces maîtres de l’école d’Alger familiers des auteurs allemands.

  • 19 On doit à Burgraff une édition critique du commentaire coranique d’al-Zamakhcharî, travail resté in (...)
  • 20 Abû l-Hasan Alî al-Mâwardî, Les Statuts gouvernementaux ou Règles de droit public et administratif, (...)
  • 21 Il souligne l’intérêt philologique des Tunisische Maerchen und Gedichte (1893) de Hans Stumme, enco (...)
  • 22 ANF, F 17, 22482, Fagnan.

11Belge naturalisé français, Edmond Fagnan a reçu sa première formation à Liège auprès de Pierre Burgraff qui, en vue d’une carrière ecclésiastique, avait été l’élève de Wilhelm Freytag à Bonn. À Paris, où il est parti suivre l’enseignement du baron de Slane aux Langues orientales et celui de Guyard à l’EPHE, Fagnan entretient des liens étroits avec le milieu des orientalistes allemands : il publie des travaux dans la Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft. Nommé en 1884 à l’École des lettres d’Alger, il y est chargé de prendre la suite de René Basset, promu professeur, pour un cours de littérature arabe et persane. Or, au grand dam de Basset, il préfère, fidèle à l’esprit de Burgraff, consacrer son enseignement aux juristes arabes et aux commentateurs du Coran19. Plus généralement, la direction de l’école lui reproche de se cantonner à des travaux de catalogage et de traduction. Son œuvre permet de mettre à la disposition du public francophone de nombreuses chroniques historiques. On lui doit aussi la traduction de la Risâla d’al-Qayrawânî, un abrégé de droit malékite et de morale largement en usage au Maghreb et en Afrique occidentale, et celle des Kitâb ahkâm as-sultâniya d’al-Mâwardî, référence centrale en matière de droit public20. Éditeur et traducteur de textes, il reste à distance des nouvelles sciences sociales en train de se constituer. Il rend cependant compte des recherches publiées en Allemagne dans le bulletin qu’il compose pour la Revue africaine21. En 1905, Basset lui reproche de vivre « à l’écart du mouvement scientifique dont l’École des lettres est le centre »22. Sa réticence à proposer des interprétations historiques générales l’immunise contre tout point de vue colonial. En revanche, il met à disposition des nouvelles élites algériennes un matériau à partir duquel elles pourront élaborer une histoire et un droit nationaux, musulmans et modernes.

  • 23 Al-Mâwerdî, Les Statuts..., op. cit., p. XIII ; Centre des archives d’Outre-mer (CAOM), Aix-en-Prov (...)

12La façon dont Fagnan aborde les textes n’opère pas de rupture fondamentale avec la démarche exégétique traditionnelle. Il ne manque d’ailleurs pas de rappeler qu’il a été assisté dans son travail par des savants formés dans le système des médersas. Avec eux, il participe à la pérennisation d’une tradition littéraire qui se transforme en patrimoine national. Son ancien élève Abd ar-Razzâq b. Muhammad Lacheraf, qui a été professeur à la médersa d’Alger puis qâdî avant d’être interprète judiciaire et qui révisera les Statuts gouvernementaux, a pris en 1904 la défense des conceptions de la justice musulmane mises en cause par de Jeunes algériens « assimilateurs » favorables à une généralisation de la législation française23.

  • 24 H. Derenbourg, compte rendu de La Linguistique d’Abel Hovelacque, Journal asiatique, mai-juin 1876, (...)
  • 25 La Science des religions et l’islamisme, p. 92.

13Fagnan se refuse à intervenir directement sur les questions de réforme, qu’il s’agisse d’enseignement, de droit ou de liturgie : il laisse la parole aux musulmans eux-mêmes. En ce qui concerne la langue, il n’exprime jamais le vœu d’une simplification, qu’il s’agisse de rapprocher la langue écrite de la langue usuelle, d’adopter une scriptio plena ou bien de latiniser la graphie pour faciliter apprentissage et lecture. Il partage certainement les conceptions d’Hartwig Derenbourg qui jugeait qu’il fallait respecter l’alphabet arabe et plus généralement ceux dans lesquels les différentes langues étaient traditionnellement écrites : « Pour moi, l’étude d’une langue est inséparable d’une représentation figurée particulière, sous laquelle les mots se fixent dans la mémoire. Si imparfait que soit cet alphabet, il vaudra toujours mieux que les transcriptions les plus exactes24. » Derenbourg mettait en avant un argument rationnel, l’importance de la mémoire visuelle : « une langue qui n’a pas son alphabet ne tracera jamais dans mon esprit un sillon profondément creusé25. » Il y a dans ce souci de respecter la lettre de la langue de la révélation coranique l’écho d’une tradition juive à laquelle il est resté fidèle.

  • 26 « L’alfabet européen appliqué aux langues orientales ; l’hébreu simplifié par la méthode alfabétiqu (...)
  • 27 On peut citer Sophie Lemaire, veuve Liet qui affirme que « l’heure est venue où la France doit fair (...)
  • 28 La qualité de la langue arabe devient l’objet de vifs débats politiques à la fin du XIXe siècle : e (...)

14On peut penser que les convictions des savants français issus de la tradition allemande de la Wissenschaft des Judentums ont pesé dans l’orientation de la politique républicaine en Afrique du Nord. Bien qu’héritiers d’une pensée révolutionnaire favorable à la rationalisation des alphabets orientaux sur le modèle latin, telle que l’avait proposée Volney, les Républicains, une fois au pouvoir, n’ont rien fait pour l’appliquer à l’arabe. L’idéologue considérait que « l’arrièrement en civilisation et en connaissance » des Orientaux pouvait résider dans le vice d’un système d’écriture qui rendait l’instruction difficile et par conséquent consolidait « le despotisme des gouvernants »26. Il avait légué à l’AIBL des fonds permettant de décerner chaque année un prix « pour la transcription universelle des langues en lettres européennes régulièrement organisées, et pour l’étude philosophique des langues » et encouragé ainsi l’élaboration de nombreux systèmes de transcription, proposés en particulier par des républicains avancés27. Or la Troisième République se révèle très modérée en ce domaine. Elle ne favorise pas l’impression ou l’usage de textes arabes en caractères latins, que ce soit dans l’administration ou dans les écoles, « françaises » ou « indigènes ». Il y a sans doute là une part de prudence, les autorités algériennes étant conscientes de l’attachement des musulmans à une écriture qui a une dimension sacrée28. Une part de mépris, aussi, pour une langue du passé dont l’usage semble appelé à disparaître progressivement. L’argument défendu par Hartwig Derenbourg a pu cependant entrer en ligne de compte chez les savants qu’il a formés à Paris ou dans le milieu des Républicains avancés et des radicaux qu’il fréquente.

15René Basset ou William Marçais n’expriment pas le même attachement pour la graphie traditionnelle de l’arabe et élaborent des systèmes de transcription fondés sur l’alphabet latin pour rendre compte précisément des parlers dans une perspective linguistique. Ils ne militent pourtant pas pour la latinisation de l’écriture de l’arabe, ni pour le développement de l’usage de la langue parlée dans la presse et dans les écoles. Ils entretiennent eux aussi des relations étroites avec des savants musulmans – en particulier Marçais, qui dirige successivement les médersas de Tlemcen puis d’Alger. Leur volonté d’élaborer une science nouvelle où se conjuguent connaissance des textes et observations ethnologiques et sociologiques, au-delà d’une simple compréhension et mise en valeur les textes de la tradition, les place dans une position de concurrence avec les savants musulmans. La perspective scientifique qu’ils défendent, point de vue à la fois étranger et extérieur à la tradition musulmane, suppose un décentrement difficile à assumer par ces derniers. Il risquerait de valoir rupture avec les autorités religieuses, puis, au fur et à mesure que l’antagonisme entre le projet colonial français et les nationalismes s’exacerbe, avec la communauté nationale.

  • 29 De 1880 à 1923, Basset poursuivra sans interruption ce cours sur la poésie antéislamique (notice né (...)
  • 30 Parmi les revues auxquelles il collabore régulièrement on peut citer la Revue critique, la Revue hi (...)
  • 31 Fondée par Jean Réville, figure du protestantisme libéral de l’école de Strasbourg, la revue, proch (...)
  • 32 Ce compte rendu a été publié dans les Annales du Musée Guimet (t. XXXI, 1895, p. 304-311) qui a fai (...)

16René Basset, né en 1855 à Lunéville, dans un département qui sera en partie annexé par l’Allemagne en 1871, est issu d’une famille lorraine aux convictions républicaines. De 1873 à 1880, il se consacre à l’étude de nombreuses langues orientales à Paris – à côté de l’arabe, du turc et du persan dont il prépare le diplôme aux Langues orientales, il étudie l’hébreu, le syriaque, l’éthiopien et l’égyptien ancien à l’EPHE où il est inscrit pendant sept années consécutives, durée assez exceptionnelle. Il y suit aussi le cours pratique de langue allemande fondé spécialement pour les élèves de la 4e section. Chargé du cours complémentaire de langue arabe à l’École des Lettres d’Alger dès 1880, il consacre sa leçon inaugurale à La Poésie arabe antéislamique et y discute les critiques élevées par Wilhelm Ahlwardt dans ses Bemerkungen über die Aechtheit der alten arabischen Gedichte (Greifswald, 1873)29. Il connaît parfaitement les travaux allemands dans le domaine de l’orientalisme arabe, avec un intérêt qui dépasse les limites strictes de la philologie. Il travaille en effet à faire de l’École dont il prend la direction en 1894 un pôle d’excellence et désenclave l’orientalisme arabisant en collaborant aux nombreuses revues spécialisées qui ont vu le jour depuis la fin des années 1860 en France, plutôt qu’au seul Journal asiatique30. Convaincu que les travaux scientifiques ne peuvent se développer qu’à un niveau international et doivent être évalués à cette échelle, il réserve une place importante aux travaux étrangers dans les innombrables comptes rendus qu’il rédige, et donne un caractère systématique à sa recension de la production internationale en publiant, de 1897 à 1918, une très riche « revue des périodiques de l’Islam » dans les Annales du Musée Guimet. Revue de l’histoire des religions31. Décidé à porter l’école d’Alger au premier rang, il participe régulièrement aux congrès internationaux des orientalistes (en 1905, il en sera l’hôte et l’organisateur à Alger). Il est particulièrement attentif à la manière dont ses travaux sont reçus dans le monde savant germanique : le compte rendu par Ignác Goldziher de sa traduction commentée de La Bordah du cheikh El-Bousîrî, poème en l’honneur de Mohammed (1894) a par exemple l’honneur d’une traduction française32.

  • 33 R. Basset, compte rendu de Henry de Castries, L’Islam. Impressions et études, Paris, Colin, 1896, A (...)

17René Basset, du fait de son excellente connaissance des recherches publiées en allemand, juge sévèrement ceux qui ignorent leurs acquis. En 1897, il critique par exemple Henry de Castries qui, dans L’Islam. Impressions et études, dresse un portrait vertueux de Mahomet sans prendre en considération les travaux de Theodor Nöldeke (Geschichte des Korans, 1860 ; Das Leben Mohammeds, 1863), d’Aloys Sprenger (Das Leben und die Lehre des Mohammed, 1861) ou d’Ignác Goldziher (Muhammedische Studien, 1889-1890). Contrairement à son aîné Edmond Fagnan, la culture germanique de René Basset, loin de l’engager à se limiter à une lecture des textes respectueuse des traditions religieuses, l’autorise à adopter une position surplombante qui lui fait considérer avec une certaine hauteur les travaux des savants musulmans d’Algérie. Il ne croit d’ailleurs pas à la pérennité d’une tradition musulmane spécifique. Alors que Castries, avant Lyautey, déplorait les effets de l’acculturation de la société musulmane au contact avec la société française, Basset y voit les débuts « de l’assimilation qui se fera à la longue par la communauté des intérêts, si elle n’est pas retardée par les folles entreprises des esprits impatients ou ignorants »33.

Ruptures et liens

  • 34 Ignác Goldziher avait été chargé d’organiser ce projet avec pour modèle la Realencyclo-paedie de Pa (...)
  • 35 E. Fagnan « Arabo-judaïca » et L. Massignon « La passion d’al-Hallâdj et l’ordre des Hallâjiyyah » (...)

18À la veille de 1914, les arabisants français sont unanimes pour reconnaître l’importance des travaux allemands dans le domaine des études arabes et islamiques. La connaissance de la langue allemande est requise pour tous ceux qui se destinent à une carrière savante. Au sein de la génération de ces maîtres français qui ont accédé aux chaires professorales, on voit pourtant se dessiner une ligne de démarcation. Elle prend la forme d’une rupture manifeste à l’occasion de l’élection à la chaire d’arabe du collège de France laissée vacante par la mort de Barbier de Meynard en 1908. René Basset semblait avoir tous les avantages : ses publications étaient nombreuses et variées, l’organisation du congrès des orientalistes à Alger avait été un succès, confirmant ses qualités de directeur de l’École des lettres depuis près de quinze ans, et sa nomination en 1906 à la tête de la rédaction française de l’Encyclopédie de l’Islam témoignait d’une reconnaissance internationale34. Pourtant, malgré l’indéfectible soutien de Paul Boyer et de Maurice Gaudefroy-Demombynes à l’école des Langues orientales, malgré le renom de Philippe Berger, de Michel Bréal et de Stanislas Lévi qui avaient appuyé sa candidature, René Basset fut défait par Paul Casanova. Le succès de cet outsider pouvait surprendre. Casanova, de quelques années le cadet de Basset, était loin d’avoir sa stature : conservateur au cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale et directeur adjoint de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire, il avait surtout publié des articles d’érudition archéologique. À cette élection, scandaleuse pour une partie de la communauté scientifique européenne, on pouvait trouver plusieurs explications. Tout d’abord la force d’une solidarité normalienne : Casanova avait en effet été élève de l’École normale supérieure en 1879-1880, avant d’en être exclu par Fustel de Coulanges pour avoir échoué aux examens de licence. Elle indiquait aussi l’efficacité d’un réseau politique radical. Mais, au-delà des animosités particulières suscitées par le caractère parfois brutal de René Basset, elle manifestait aussi l’existence d’un milieu qui se montrait réticent à la façon dont il pouvait impérieusement représenter une science positive sûre d’elle et dominatrice. On peut penser que le vieil Hartwig Derenbourg avait, avant sa mort brutale, animé discrètement la campagne contre Basset. D’une façon significative, René Basset, Maurice Gaudefroy-Demombynes et William Marçais ne contribuent pas aux Mélanges Hartwig Derenbourg qui paraissent l’année suivante, alors qu’on y trouve Edmond Fagnan et Louis Massignon35.

  • 36 L’Islâm algérien en l’an 1900, Alger-Mustapha, Giralt, 1900, p. 131.
  • 37 Le mot « islamologie », présent dans la littérature allemande dès la fin du XIXe siècle, ne s’est d (...)
  • 38 Ministre des Affaires étrangères au gouverneur général d’Algérie Lutaud, 5 oct. 1917, ANF, F 17, 13 (...)
  • 39 Édouard Herriot au ministre de l’Instruction publique, 24 décembre 1923, ANF, F 17, 13617.

19À Alger cependant, René Basset continue à diriger l’École des lettres devenue faculté et à y imposer une conception des études où l’islam-civilisation est passé au crible des nouvelles sciences sociales afin d’en décrypter les logiques contemporaines à travers la compréhension du passé et l’observation du présent. Son œuvre inspire ou encourage ceux qui, en Allemagne, désirent un renouvellement des études sur le monde arabe et islamique. Martin Hartmann, Carl Heinrich ou Georg Kampffmeyer cherchent ainsi à les intégrer dans les cadres plus larges d’une histoire des civilisations travaillée par les sciences sociales et ouverte au présent. Il est probable qu’au tournant du siècle, entre avancées de la philologie et de la linguistique et croisement des études orientales avec les développements les plus récents de la sociologie et de l’ethnographie, les échanges entre pôle algérois et universités allemandes aient atteint un certain équilibre. Si l’on ne prend en compte que la question de l’institutionnalisation des études islamiques comme discipline en soi, il semble cependant que l’Allemagne ait conservé un temps d’avance, malgré les ambitions d’Alger et la centralité nouvelle accordée depuis les années 1880 au fait religieux dans la compréhension des sociétés maghrébines. L’expression « études islamiques » est rare avant la guerre. En 1900, quand la synthèse d’Edmond Doutté sur L’Islâm algérien en l’an 1900 en fait usage, c’est juste avant de faire référence à l’attention que les érudits allemands portent aux travaux de la nouvelle « école d’Alger »36. Alors que l’Islamwissenchaft s’institutionnalise en Allemagne avec la création en 1908 d’une chaire d’histoire et civilisation de l’islam dévolue à Carl Becker à l’institut colonial de Hambourg, il faut attendre l’après-guerre pour voir les « études islamiques » s’imposer en France37. En 1917, la formule apparaît quand Édouard Montet, recteur de l’université de Genève se propose pour une « chaire de l’islam » au Collège de France38. Malgré le soutien des Affaires étrangères, le projet n’aboutit pas, les autorités politiques algériennes y étant hostiles : elles contribuent déjà au financement de la chaire de sociologie et de sociographie musulmanes occupée par Alfred Le Chatelier, un homme de terrain issu de l’armée. Après guerre, l’intitulé s’impose : il est utilisé par Édouard Herriot en 1923 lorsqu’il demande en vain la fondation à Paris d’une nouvelle direction d’étude pour Edmond Doutté39. Il est consacré en 1927 avec la transformation de la Revue du monde musulman, fondée par Le Chatelier en 1906, en une Revue des études islamiques dirigée par Louis Massignon, puis avec la fondation en 1929 de l’institut des études islamiques de l’université de Paris, placé sous la direction de William Marçais et Maurice Gaudefroy-Demombynes. À Alger, on choisira en 1934 un intitulé différent pour le nouvel « institut d’études orientales », de façon à éviter la confusion. En 1946 cependant, on y rebaptise la division supérieure de la médersa d’Alger « institut d’études supérieures islamiques », en même temps qu’on l’intègre à l’université.

  • 40 Une relecture de l’œuvre de Lévi-Provençal permettrait peut-être d’y repérer la marque de la scienc (...)
  • 41 ANF F 17, 27 758, Pérès.
  • 42 Jacques Berque le présente comme tel dans « Ça et là dans les débuts du réformisme religieux au Mag (...)
  • 43 Pierre Martino, discours prononcé à l’occasion des funérailles de Bencheneb, Revue africaine, 1929, (...)
  • 44 On touche là une des limites de l’application du modèle de la Wissenschaft des Judentums à l’islam. (...)

20La tradition véhiculée par Derenbourg puis Fagnan à la médersa d’Alger ne s’était d’ailleurs pas éteinte. Le caractère mixte de son enseignement, à la fois confessionnel et universitaire – on y formait des imams, des magistrats de la justice musulmane et des professeurs de langue arabe et d’instruction religieuse pour les sections scolaires « indigènes » –, la rendait sensible à la question du lien entre tradition et modernité abordée au XIXe siècle dans le domaine du judaïsme et du christianisme. Se maintenait ainsi une démarche plus proche des textes et des traditions musulmanes, à côté de l’ouverture aux sciences sociales défendue à l’université. Entre les deux, point de véritable rupture : à la faculté des lettres, Évariste Lévi-Provençal, qui a poursuivi le Catalogue des manuscrits arabes de l’Escurial entamé par Hartwig Derenbourg, met l’étude des textes des historiens arabes au centre de son œuvre40. L’institut d’études supérieures islamiques est dirigé par Henri Pérès qui a enseigné la grammaire puis la littérature à la faculté des lettres41. Avant d’être nommé à une chaire d’arabe moderne à la faculté, Mohamed Bencheneb a enseigné la langue et la littérature arabe dans les médersas de Constantine et d’Alger où il approfondit sa culture musulmane en même temps qu’il y infuse des méthodes nouvelles. Son parcours qui allie formation moderne et tradition religieuse (il épouse en 1903 la fille d’un imam d’Alger et conserve un statut personnel musulman qui le tient à l’écart de la citoyenneté) n’est pas sans rappeler celui de Joseph Derenbourg. Il a suivi l’enseignement de René Basset, mais il est sans doute avant tout un disciple de Fagnan42. Ayant « appris le latin, l’anglais, l’italien, l’espagnol, l’allemand, le persan et le turc »43, il a accès aux travaux de l’orientalisme moderne et prend part aux congrès internationaux. Par rapport à Derenbourg, il reste cependant socialement et scolairement en retrait – élève de l’école normale, il n’a pas été formé au lycée et n’accède aux études supérieures que tardivement. Pèse ici un contexte colonial qui infère plus généralement sur le développement d’une science de l’islam44.

  • 45 Mélanges René Basset : études nord africaines et orientales, Paris, E. Leroux, 2 vols, 1923 et 1925
  • 46 Parmi les 32 contributions des Mélanges Hartwig Derenbourg, 9 sont rédigées en allemand, 3 en angla (...)
  • 47 Une traduction des Vorlesungen über den Islam d’I. Goldziher par Félix Arin, docteur en droit et fo (...)
  • 48 Esquisse d’une histoire du droit musulman, Paris, M. Besson, 1953.

21L’Allemagne reste une source vivante pour les études islamiques au Maghreb, jusqu’aux décolonisations et au-delà, bien qu’elle n’occupe plus la même place après la Grande Guerre. On constate un repli national de l’orientalisme arabisant français dont témoignent les deux volumes des Mélanges offerts à René Basset45. Alors que plus d’un tiers des contributions des Mélanges Hartwig Derenbourg étaient dues en 1909 à des savants étrangers écrivant en d’autres langues que le français, les textes des Mélanges René Basset sont tous rédigés en français par des savants français46. Les références aux travaux allemands y restent cependant nombreuses. Et d’autres signes attestent que l’attention n’a pas cessé. La diffusion de l’œuvre de Goldziher profite de traductions en français47. En 1952, Joseph Schacht est invité à donner à l’institut d’études supérieures islamiques de l’université d’Alger une série de conférences qui seront publiées l’année suivante en français, avant même leur version originale anglaise48.

  • 49 En témoigne, au-delà de l’espace maghrébin, la façon dont Edward Said épargne l’orientalisme allema (...)

22Alors que la décolonisation s’accompagne de la mise en cause d’une production orientaliste coloniale représentée par les disciples de René Basset, le prestige de l’école allemande reste intact49. On peut penser qu’à côté de raisons tenant à la conjoncture politique – un sentiment de proximité avec une puissance vaincue par les Français et qui n’a pas eu l’occasion de réaliser ses ambitions – a compté le souvenir, partiel et partial, d’une science restant discrète et n’outrepassant pas l’édition et l’explicitation des textes. Modèle pour une génération de savants français, la science allemande des textes arabes a conservé son éclat pour les musulmans ses disciples indirects dans les médersas rénovées. Plutôt que de garder en mémoire l’essai d’un nouveau développement vers une Islamwissenchaft, outil de domination coloniale, c’est plutôt une démarche respectueuse de textes dont la matière résiste aux pulsions d’assimilation qu’on en aura retenu au Maghreb, la tradition philologique comme un mode d’apprentissage de l’altérité.

Haut de page

Notes

1 Dominique Bourel, « La Wissenschaft des Judentums en France », Revue de synthèse, no 109, avril-juin 1988, p. 265-280 ; Perrine Simon-Nahum, La Cité investie. La « Science du judaïsme » français et la République, Paris, Cerf, 1991.

2 Baber Johansen, « Islamic studies. The intellectual and political conditions of a discipline » in : Youssef Courbage et Manfred Kopp (dir.), Penser l’Orient. Traditions et actualité des orientalismes français et allemand, Beyrouth, IFPO/Orient-Institut, 2004, p. 73.

3 C’est l’approche que Caussin choisit pour son Essai sur l’histoire des Arabes avant l’islamisme, pendant l’époque de Mahomet et jusqu’à la réunion de toutes les tribus sous la loi musulmane, 3 vol. , 1847-1848.

4 C’est du moins ce qu’affirme Snouck Hurgronje (« Une nouvelle biographie de Mahomet », compte rendu de Hubert Grimme, Mohammed. I. Das Leben nach den Quellen, Munster, Aschen-dorff, 1892, Annales du Musée Guimet. Revue de l’histoire des religions, vol. XXX, 1894).

5 J.-T. Reinaud, « Notice historique et littéraire sur M. le baron Silvestre de Sacy, lue à la séance générale de la Société asiatique, le 25 juin 1838 », Journal asiatique, août 1838, p. 156.

6 Reinaud au ministre de l’Instruction publique, 23 mai 1848, ANF, F 17, 21 591, Reinaud.

7 Gustave Dugat, Histoire des orientalistes de l’Europe du XIIe au XIXe siècle précédée d’une esquisse historique des études orientales, t. 1, Paris, Maisonneuve, 1868, p. 190-191. Les conclusions qu’a tirées Pierre Judet de la Combe de son analyse de la réception des études homériques allemandes en France valent pour les études arabes : on n’accorde pas de valeur intrinsèque aux nouvelles analyses philologiques avant les années 1880 (« Champ universitaire et études homériques en France au XIXe siècle » in : Mayotte Bollack et Heinz Wismann (éd.), Philologie et herméneutique au XIXe siècle, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1983, p. 59-60).

8 Cette connaissance limitée n’est pas une spécificité des arabisants de cette génération : entre 1850 et 1870 encore, les germanistes sont à l’École normale supérieure moins nombreux que les anglicistes (Élisabeth Décultot, « La section d’allemand de l’École normale supérieure depuis la fin du XIXe siècle » in : Michel Espagne (éd.), L’École normale supérieure et l’Allemagne, Leipziger Universitätsverlag, 1995, p. 39 sq.).

9 Selon Josef van Ess, il faut attendre l’œuvre de Julius Wellhausen (1844-1918) et les années 1880 pour que l’historicisme selon lequel l’historien ne peut réellement comprendre que ce qui relève de sa propre civilisation s’introduise en Allemagne dans les études arabes, par la porte dérobée des études bibliques, un corpus que se partagent l’Europe et le monde arabe. Wellhausen a publié la première édition de ses Prolegomena zur Geschichte Israels en 1878 (« From Wellhausen to Becker: the Emergence of Kulturgeschichte in Islamic Studies », in : Malcolm Hooper Kerr (éd.), Islamic studies: A tradition and Its Problems, Malibu, California, 1980, p. 39 sq.).

10 On notera que Geiger, avant de se tourner vers l’histoire du judaïsme, a consacré sa thèse aux sources juives du Coran (Jacob Lassner, « Abraham Geiger : A Nineteenth-Century Jewish Reformer on the Origins of Islam », in : Martin Kramer (éd.), The Jewish Discovery of Islam : Studies in Honor of Bernard Lewis, Tel Aviv, The Moshe Dayan Center for Middle Eastern and African Studies, Tel Aviv University, 1999, p. 103-135).

11 Michel Espagne, Françoise Lagier et Michael Werner, Le Maître de langues. Les premiers enseignants d’allemand en France : 1830-1850, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 1991.

12 La formule est de Gaston Maspero in : Mélanges Hartwig Derenbourg (1844-1908). Recueil de travaux d’érudition dédiés à la mémoire d’Hartwig Derenbourg par ses amis et ses élèves, Paris, Leroux, 1909, p. 106.

13 « Une famille sémitique de Sémitistes. Les Derenbourg », Opuscules d’un arabisant, Paris, 1905, p. 295-311. On remarquera l’usage du néologisme, directement calqué de l’allemand Semitist.

14 Il rend hommage à Sacy en composant sa biographie (Silvestre de Sacy (1758-1838), Paris, Leroux, 1895).

15Antarah, ein vorislamischer Dichter von Heinrich Thorbecke, Dr. Phil. Leipzig, 1867, 45 pages. Ce compte rendu a paru dans le Journal asiatique, avril-mai 1868, p. 454-462.

16 La Science des religions et l’islamisme, Paris, Leroux, 1886, p. 87.

17 Journal des savants, juillet 1902, p. 397-399.

18 Josef van Ess, « From Wellhausen to Becker », p. 40.

19 On doit à Burgraff une édition critique du commentaire coranique d’al-Zamakhcharî, travail resté inédit.

20 Abû l-Hasan Alî al-Mâwardî, Les Statuts gouvernementaux ou Règles de droit public et administratif, Alger, A. Jourdan, 1915.

21 Il souligne l’intérêt philologique des Tunisische Maerchen und Gedichte (1893) de Hans Stumme, encourage les Français à l’étude scientifique du dialecte maghrébin (vol. 39, 1895, p. 262) et il vante la qualité des publications du Seminar für orientalische Sprachen de Berlin (vol. 43, 1899, p. 103-104).

22 ANF, F 17, 22482, Fagnan.

23 Al-Mâwerdî, Les Statuts..., op. cit., p. XIII ; Centre des archives d’Outre-mer (CAOM), Aix-en-Provence, Gouvernement général d’Algérie, 14 H, 43, Lacheraf.

24 H. Derenbourg, compte rendu de La Linguistique d’Abel Hovelacque, Journal asiatique, mai-juin 1876, p. 587. Hovelacque était favorable à une transcription latine du japonais.

25 La Science des religions et l’islamisme, p. 92.

26 « L’alfabet européen appliqué aux langues orientales ; l’hébreu simplifié par la méthode alfabétique », t. VIII de la 2e éd. de ses Œuvres complètes, 1826.

27 On peut citer Sophie Lemaire, veuve Liet qui affirme que « l’heure est venue où la France doit faire pour l’écriture ce qu’elle a fait pour les poids et mesures, il y a 60 ans : elle doit en constituer l’unité » (Clef de la langue arabe mettant à la portée de tous par une transcription méthodique la lecture instantanée et la reproduction immédiate des textes arabes, Paris, Ledoyen, 1860).

28 La qualité de la langue arabe devient l’objet de vifs débats politiques à la fin du XIXe siècle : en Égypte, le ton s’envenime dans les années 1890 (Gilbert Delanoue, « L’arabe en Égypte 1800-1940 : histoire et idéologie » in : Salem Chaker (éd.), Langues et pouvoir de l’Afrique du Nord à l’Extrême-Orient, actes du colloque Langues et pouvoir, oct. 1995 (bicentenaire de l’inalco), Aix-en-Provence, Édisud, p. 41-60). Au congrès international des orientalistes d’Alger en 1905, la communication de Karl Vollers, selon qui la langue originelle du Coran aurait été un parler dialectal, suscite un tollé – elle ne sera pas intégrée dans la publication des actes.

29 De 1880 à 1923, Basset poursuivra sans interruption ce cours sur la poésie antéislamique (notice nécrologique de R. Basset par Alfred Bel, Revue africaine, 1924, p. 15).

30 Parmi les revues auxquelles il collabore régulièrement on peut citer la Revue critique, la Revue historique, Mélusine, la Revue des traditions populaires, la Revue des études ethnographiques et sociologiques...

31 Fondée par Jean Réville, figure du protestantisme libéral de l’école de Strasbourg, la revue, proche de l’EPHE, s’oppose au contrôle de l’Église sur la science tout en conservant ses distances avec l’antireligieuse école d’anthropologie de Paris.

32 Ce compte rendu a été publié dans les Annales du Musée Guimet (t. XXXI, 1895, p. 304-311) qui a fait paraître entre 1880 et 1898 plusieurs articles de Goldziher en traduction française. Ignác Goldziher (1850-1921) avait fait un premier séjour à Paris en 1883 et entretenait des liens avec S. Guyard, H. Derenbourg et Hermann Zotenberg (préface de Rémi Brague à I. Goldziher, Sur l’Islam. Origines de la théologie musulmane, Paris, Desclée de Brouwer, 2003, p. 32).

33 R. Basset, compte rendu de Henry de Castries, L’Islam. Impressions et études, Paris, Colin, 1896, Annales du Musée Guimet, t. XXXV, 1897, p. 120-126.

34 Ignác Goldziher avait été chargé d’organiser ce projet avec pour modèle la Realencyclo-paedie de Pauly pour la philologie classique et les encyclopédies de Herzog et de Lichtenberger pour la théologie. Une fois le cadre général défini et les dix membres du comité permanent choisis, il avait passé la main au néerlandais Martin Theodoor Houtsma. Après Barbier de Meynard, Basset est le seul français représenté au comité.

35 E. Fagnan « Arabo-judaïca » et L. Massignon « La passion d’al-Hallâdj et l’ordre des Hallâjiyyah » in : Mélanges Hartwig Derenbourg, Paris, E. Leroux, 1909, p. 103-120 et 311-322. Massignon a dédié sa thèse complémentaire à Derenbourg qui l’a encouragé à travailler sur les mystiques musulmans.

36 L’Islâm algérien en l’an 1900, Alger-Mustapha, Giralt, 1900, p. 131.

37 Le mot « islamologie », présent dans la littérature allemande dès la fin du XIXe siècle, ne s’est diffusé en France que plus tard, vers le milieu du XXe siècle (Dictionnaire historique de la langue française sous la dir. d’Alain Rey, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1998).

38 Ministre des Affaires étrangères au gouverneur général d’Algérie Lutaud, 5 oct. 1917, ANF, F 17, 13554.

39 Édouard Herriot au ministre de l’Instruction publique, 24 décembre 1923, ANF, F 17, 13617.

40 Une relecture de l’œuvre de Lévi-Provençal permettrait peut-être d’y repérer la marque de la science du judaïsme, bien qu’il se soit détaché de sa communauté d’origine, comme l’a souligné David J. Wasserstein (« Évariste Lévi-Provençal and the Historiography of Iberian Islam », in : M. Kramer (éd.), The Jewish..., p. 273-289).

41 ANF F 17, 27 758, Pérès.

42 Jacques Berque le présente comme tel dans « Ça et là dans les débuts du réformisme religieux au Maghreb » in : Études d’orientalisme dédiées à la mémoire de Lévi-Provençal, Paris, Maisonneuve et Larose, 1962, t. II, p. 474.

43 Pierre Martino, discours prononcé à l’occasion des funérailles de Bencheneb, Revue africaine, 1929, p. 152.

44 On touche là une des limites de l’application du modèle de la Wissenschaft des Judentums à l’islam. La nécessité d’une réforme n’a sans doute par ailleurs pas été vécue aussi vivement par les Musulmans, démographiquement majoritaires, que pour une minorité juive qui se sent menacée d’extinction.

45 Mélanges René Basset : études nord africaines et orientales, Paris, E. Leroux, 2 vols, 1923 et 1925.

46 Parmi les 32 contributions des Mélanges Hartwig Derenbourg, 9 sont rédigées en allemand, 3 en anglais et 2 en espagnol.

47 Une traduction des Vorlesungen über den Islam d’I. Goldziher par Félix Arin, docteur en droit et fonctionnaire à Rabat, prête dès 1914, paraît après-guerre (Le Dogme et la loi de l’Islam : histoire du développement dogmatique et juridique de la religion musulmane, Paris, P. Geuthner, 1920). Plus tard, Léon Bercher éditera, en regard avec le texte allemand, sa traduction d’extraits du tome II des Muhammedische Studien (Études sur la tradition islamique, Paris, Adrien Maisonneuve, 1952, 355 p.), puis celle des Éléments du dogme et de la loi selon le rite malîkite (Alger, Carbonel, 1960). Resteront en revanche inédites ses traductions des Richtungen der islamischen Koranauslegung, des Zâhiriten et des Abhandlungen zur arabischen Philologie (notice nécrologique de Bercher par François Viré, Les Cahiers de Tunisie, 1955, p. 7-16).

48 Esquisse d’une histoire du droit musulman, Paris, M. Besson, 1953.

49 En témoigne, au-delà de l’espace maghrébin, la façon dont Edward Said épargne l’orientalisme allemand dans Orientalism (New York, Vintages books, 1978).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Messaoudi, « Usages de la science allemande de Paris à Alger (v. 1840 - v. 1920) », Revue germanique internationale [En ligne], 7 | 2008, mis en ligne le 15 mai 2011, consulté le 27 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/409

Haut de page

Auteur

Alain Messaoudi

Historien, EHESS, Paris.

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page