Navigation – Plan du site
Essais de sémantique historique

L'Europe centrale : essais de définition

Conversation avec Krzysztof Pomian (16 mars 1993)
Krzysztof Pomian
p. 11-23

Notes de la rédaction

Questions de Michel Espagne, Jacques Le Rider et Fred E. Schrader

Texte intégral

Vous insistez souvent sur la frontière entre l'Europe centrale et l'Europe de l'Est, entre l'Europe catholique ou protestante et l'Europe byzantine, orthodoxe. C'est donc là une démarcation qui vous paraît, au fond, une des plus claires pour définir les contours de l'Europe centrale, en tout cas à l'Est.

Autant il m'arrive de protester contre une certaine interprétation de cette frontière, autant je suis fermement convaincu que, pour l'historien qui étudie l'Europe, elle est un fait absolument crucial. D'abord parce que c'est une frontière religieuse qui, ici comme presque partout, devient à terme aussi une frontière culturelle. Et ensuite parce qu'il se trouve — le lien résulte dans ce cas non d'une quelconque nécessité, mais d'une contingence historique — que cette frontière sépare deux parcours historiques tout à fait différents.

Frontière religieuse : cela signifie plus qu'une différence liturgique, au demeurant non négligeable, car cela va de pair, assez vite, avec une différence dans le type de relations instaurées entre les pouvoirs profanes et les pouvoirs sacrés. Elle s'explique par le fait que le patriarcat de Constantinople avait pour siège la capitale de l'Empire, tandis que, l'Italie ayant été conquise par les Barbares, la papauté s'est trouvée isolée du centre du pouvoir, puis placée entre les Francs et Byzance, ce qui lui a permis un jeu politique complètement impossible dans le cas du patriarcat de Constantinople. Et ce qui lui a imposé aussi certaines charges : en premier lieu d'approvisionner la ville de Rome, tâche dont n'avait pas à s'occuper le patriarcat, parce que cela relevait du devoir de l'Etat. Or c'est la conjonction d'une autonomie de fait, avant de la devenir en droit, à l'égard de tout pouvoir temporel, et de l'obligation d'assumer certaines tâches du pouvoir impérial, qui est à l'origine de la montée en puissance de la papauté et du rôle qu'elle va jouer jusqu'au xixe siècle, non seulement en Italie — dans l'Europe entière.

Frontière culturelle : c'est en premier lieu la place tout à fait différente accordée aux langues vernaculaires dans l'espace latin et dans l'espace grec ; chez les Slaves de l'espace grec, nous avons des traductions des œuvres byzantines dans les langues vernaculaires beaucoup plus tôt que, chez les Slaves de l'espace latin, les traductions du latin dans les langues vernaculaires. De même, des œuvres originales dans les langues vernaculaires sont beaucoup plus précoces chez les Slaves qui gravitent sur l'orbite byzantine que chez ceux qui ont reçu le christianisme de Rome. On songe aussi au rôle des arts plastiques qui sera très différent dans les deux cas, en raison de l'épisode iconoclaste qui marque l'histoire byzantine et que l'Occident n'a jamais vécu, même si de telles tentations ont existé pendant la période carolingienne.

Sur ces différences culturelles, induites par les différences religieuses, entre les deux espaces, se superposent celles qui résultent de la différence des trajectoires historiques. Car l'espace est-européen a été beaucoup plus, et beaucoup plus longtemps, exposé à des invasions des nomades venus de l'Est. Le nord de cet espace, la plaine russe et ce qui est aujourd'hui l'Ukraine, succombent à la conquête mongole entre le xiiie et les xve-xvie siècles.

Le Sud-Est balkanique, à partir du xive siècle, à des dates variables selon les territoires, se trouve, de son côté, incorporé dans l'Empire ottoman, jusqu'aux années 20 du xixe siècle (dans le cas de la Grèce), voire jusqu'à la fin de la première décennie du xxe siècle (dans le cas de l'Albanie). Tout cela a produit une coupure par rapport à l'histoire européenne : la non-participation de l'espace religieusement orthodoxe et culturellement grec à l'histoire commune de l'Europe occidentale et de l'Europe centrale. Pendant toute la période de formation de l'Europe moderne, il a eu une histoire différente. Les institutions créées en Occident s'y sont propagées avec beaucoup de retard. L'université arrive avec un retard multi-séculaire : la première université russe date du xviiie et les premières universités néogrecque, bulgare, roumaine ou serbe, du xixe siècle. Pour comparer : l'université de Paris date du xie siècle (Paris et Bologne se disputent le privilège de la plus grande ancienneté...) ; les universités de Prague et de Cracovie datent du milieu du xive siècle. L'imprimerie arrive plus tôt dans ces territoires, mais, là aussi, on constate un retard par rapport à l'Europe occidentale et centrale. De même, la pénétration de l'Etat moderne dans l'Europe de l'Est se fait avec un retard dont on constate aujourd'hui encore les terribles conséquences.

Donc, je pense que cette frontière est incontestable. Mais il faut éviter de la traiter en termes d'exclusion. Il faut se garder de dire : l'Europe s'arrête là où s'arrête le christianisme latin. Un fait historico-géographique — ni aucun autre d'ailleurs — ne saurait justifier des manifesta-

Vous insistez beaucoup, dans votre livre L'Europe et ses nations, sur le rôle de l'Eglise, des Eglises, pour l'identité nationale, comme organisation sociale et culturelle. En ce qui concerne les mondes allemands, l'Eglise catholique et l'Eglise protestante ont joué un rôle important pour la définition des frontières.

Je pense que le rôle des Eglises pour la définition des frontières en Europe centrale est moins grand qu'on ne le croit. L'Eglise définissait les frontières, mais elle était en permanence exposée à la pression des pouvoirs politiques qui voulaient voir les frontières ecclésiastiques coïncider avec les frontières politiques. La chose se répète constamment ; chaque remodelage des frontières politiques entraîne à terme le remodelage des frontières ecclésiastiques. La frontière entre le catholicisme et le protestantisme, notamment en Allemagne, n'a pas été définie par les Eglises. Elle est la résultante d'un complexe rapport des forces entre les princes et l'Empire, entre les princes catholiques et protestants, entre l'Empire et les puissances qui intervenaient dans les affaires allemandes, comme la France et la Suède, etc.

Dernier exemple en date : le remodelage des frontières des diocèses dans l'ouest de la Pologne au cours des années 70, le Saint-Siège ayant suivi l'établissement de rapports diplomatiques entre la rfa et la Pologne pour reconnaître définitivement l'inclusion des diocèses jadis allemands dans l'espace ecclésiastique polonais. Mais c'était dès 1945 la revendication principale du gouvernement polonais, posée presque comme condition à toute normalisation des relations entre le Saint-Siège et Varsovie, revendication partagée — il faut le dire — dès 1945 par la haute hiérarchie ecclésiastique polonaise.

En somme, autant les appartenances religieuses jouent longtemps un très grand rôle dans la définition des identités politico-territoriales et, dans certains pays de l'Europe centrale et orientale, des identités nationales, autant le tracé des frontières qu'établit l'Eglise lui est toujours imposé en fait par le jeu des pouvoirs profanes.

Comment définir les frontières occidentales de ce qu'on appelle l'Europe centrale. Le premier slaviste français, Louis Léger, a fait sa thèse sur Cyrille et Méthode. Il y évoque la lutte entre les Slaves et les Germains, et ce thème est quasi obsessionnel dans la perspective française de cette génération.

Ne peut-on pas dire que certains pays slaves, par exemple la Slovénie, sont arrivés à la conscience de leur identité nationale à travers les emprunts à la philologie allemande et au réveil des nationalités en Allemagne dans la postérité de Herder ? Comment voyez-vous la frontière occidentale, à la fois géographique et intellectuelle, de l'Europe centrale ?

La frontière religieuse et culturelle entre l'Europe centrale et l'Europe de l'Est est restée à peu près constante depuis le moment de sa constitution, c'est-à-dire sur la partie sud à partir du ixe-xe siècle ; sur la partie nord, depuis le xive siècle. Abstraction faite des Uniates qui posent un problème à part, mais qui sont très localisés en Ukraine occidentale et en Roumanie, c'est une frontière qui ne varie plus beaucoup.

Il n'en va pas de même de la frontière occidentale. Mais la réponse concernant cette frontière dépend énormément de la manière dont on définit l'Europe centrale. Pour ma part, j'estime qu'appartiennent à l'Europe centrale les pays qui sont immédiatement exposés au contact de l'Europe de l'Est, prise en l'occurrence non seulement en un sens religieux et culturel, mais aussi et surtout en un sens politique. Or l'espace politique de l'Europe de l'Est a beaucoup varié, principalement en raison de l'expansion et de la contraction de l'Empire russe. De ce fait, la frontière entre l'Europe centrale et l'Europe occidentale a beaucoup varié, elle aussi.

Par exemple, à mes yeux, l'Allemagne appartient à l'Europe centrale pendant toute la période où il y avait une frontière directe entre l'Allemagne et la Russie, qui passait aussi à travers la Pologne. De même, après la deuxième guerre mondiale, et aussi longtemps qu'a existé la République démocratique allemande, avec ses cantonnements de troupes russes, l'Allemagne faisait partie de l'Europe centrale. Donc, à mon avis, il n'y a pas de réponse unique à la question de savoir où passent les frontières de l'Europe centrale. L'Europe centrale est une entité dont la géographie varie en fonction de l'histoire.

Aujourd'hui certains peuples qui faisaient partie de l'Europe centrale se sont déplacés vers l'ouest. C'est le cas des Allemands que séparent maintenant de l'Europe de l'Est tout l'espace polonais et tout l'espace tchèque et slovaque. C'est le cas des Autrichiens qui furent, pendant très longtemps, aux premières loges, mais qui, aujourd'hui, sont séparés de l'Europe de l'Est par la Hongrie et la Slovaquie. C'est de même le cas des Tchèques séparés de l'Europe de l'Est par la Pologne et la Slovaquie. Et c'est le cas des Slovènes séparés de l'Europe de l'Est par la Croatie et la Hongrie. Donc, il y a une nouvelle Europe centrale qui est sortie des bouleversements de 1989 ; il y avait une autre Europe centrale entre 1945 et 1989 ; et il y avait encore une tout autre Europe centrale avant la première guerre mondiale.

Comment définissez-vous la notion allemande de Mitteleuropa ? Cette notion soulève la question des différentes approches nationales de l'espace centre-européen, dans la mesure où l'on peut se demander s'il n'y a pas dans chaque « grande nation » centre-européenne une définition propre (et parfois incompatible avec celle du voisin) de ce milieu de l'Europe.

  • 1 Friedrich Naumann, Mittekuropa, Berlin, 1915.

On peut se poser raisonnablement la question de savoir dans quelle mesure les peuples polonais, tchèque ou hongrois ont une idée de l'Europe centrale. Il me semble que, sauf chez des individus isolés, l'idée de l'Europe centrale n'a jamais été une idée-force dans aucune des cultures de cette région. Il y a eu l'idée panslave, dont je me demande si l'on n'a pas surestimé l'importance. Il y a une certaine idéologie de l'Empire austro-hongrois, avec son cœur à Vienne et son appendice à Budapest. Et il y a l'idée de Mitteleuropa, la seule qui ait été vraiment développée, surtout depuis le livre de Naumann1. Cette idée, il est vrai, a suscité d'emblée des réactions diverses. Le terme de Mitteleuropa conserve pour une oreille centre-européenne des connotations désagréables, parce qu'il s'associe très fortement avec l'idée d'une Europe centrale allemande ; allemande, sinon en termes ethnico-culturels — encore qu'il y ait eu cette vision de l'Europe centrale et orientale, liée aux colonisations allemandes —, du moins en termes économiques. Dans cette perspective, la Mitteleuropa joue le rôle de Hinterland nécessaire à l'économie allemande. Aussi le terme n'est-il pas particulièrement sympathique pour quiconque a une mémoire historique. Je ne voudrais vraiment pas présenter Naumann comme un inspirateur de la politique du gouverneur général Franck — mais il faut bien dire que ses idées ont été mises en œuvre par les nazis de la manière que l'on sait.

  • 2  Immanuel Wallerstein, The Modern World-System, New York, Academic Press, 1974-1989, 3 vol., surtou (...)

Quel est l'apport de l'histoire économique pour une définition de l'Europe centrale ? Pendant que la France et l'Angleterre entraient en compétition pour jouer le rôle de centre de l'économie mondiale, n'y a-t-il pas eu une lutte aussi en Europe centrale pour l'hégémonie dans ce que Wallerstein2 appelait la « semi-périphérie » ?

Contrairement à Wallerstein, je pense que l'Europe centrale, qui est pour moi une catégorie historique, n'a jamais constitué un espace économiquement homogène. La Bohême, la Moravie, la Silésie appartiennent depuis longtemps au monde industriel et urbanisé ; certaines régions de la Pologne, de la Slovaquie ou de la Hongrie sont le domaine de l'habitat rural et de l'agriculture. La participation aux échanges internationaux est, elle aussi, très différente selon les régions.

Je pense que l'Europe centrale n'est définissable en tant que telle qu'en termes historico-culturels, en termes de destin historique, largement déterminé par le voisinage de l'Est.

Peut-on parler d'une unité culturelle de l'Europe centrale ?

Il n'y a pas d'unité culturelle, car il n'y a pas de conscience d'appartenance à une Europe centrale. Autant on peut dire qu'il existe une conscience d'appartenance à une Europe occidentale, autant on peut constater qu'il n'existe rien de tel en Europe centrale. Qui plus est, la probabilité de l'émergence d'une telle conscience ne me semble pas très grande. Les traités de Wysegrad entre la Hongrie, la Tchéco-Slovaquie et la Pologne ont commencé de mourir avant même d'avoir été traduits dans les faits. Culturellement, ces quatre pays ont très différents à plusieurs égards ; or l'Europe centrale au sens que je donne à ce terme, ce furent aussi jusqu'à 1989 non seulement les pays baltes et la Finlande, mais aussi la Slovénie, la Croatie, l'Autriche et l'Allemagne. On aurait quelque difficulté à montrer une unité culturelle de tous ces pays, autre que celle qui est induite par leur commune appartenance à l'ensemble européen. L'année prochaine, dans la grande et nouvelle Kunsthalle de Bonn va s'ouvrir une exposition sur les avant-gardes dans l'art de l'Europe centrale et orientale. Nous verrons si cet art manifeste des traits qui le différencient de l'art de l'Europe occidentale.

Certains pays d'Europe centrale regardent depuis longtemps vers l'Allemagne, tandis que d'autres regardent vers la France. C'étaient deux pôles principaux d'attraction culturels. Le premier cas est parfaitement illustré par la Hongrie, le deuxième, par la Pologne et les pays tchèques. Voilà qui accentue les différences culturelles. N'oublions pas aussi la question des rapports avec la Russie qui est présente ici comme une force culturelle, pôle d'attraction pour les uns et repoussoir pour les autres.

  • 3  István Bibó, Misère des petits Etats d'Europe de l'Est, Paris, Albin Michel, 1993.

En somme cette identité d'Europe centrale ne peut se définir que de manière négative, comme le sentiment d'une communauté de destin dans des périodes de crise. On songe à deux conjonctures : celle de l'après-guerre, dans laquelle István Bibó3 publie en 1946 son texte sur la misère des petits Etats d'Europe de l'Est ; ensuite celle du début des années 80, où l'on voit dans l'exil des intellectuels « centre-européens » se développer une sorte de sentiment d'appartenance, un discours sur « central-Europe » qui rappellent ce que déjà on avait constaté au cours de la deuxième guerre mondiale, dans certains milieux d'émigrés de Prague, de Budapest et de Vienne, souvent des Juifs de culture allemande qui se retrouvaient à Paris, à Londres, aux Etats-Unis.

Je suis assez enclin à suivre cette idée d'une identité produite par la menace. En fait, c'est bien la menace commune — qu'elle fût allemande ou russe — qui, fondamentalement, suscitait des bouffées identitaires.

En ce qui concerne Bibó : c'est un personnage exceptionnel, certainement un des plus grands penseurs politiques que l'Europe centrale a produit au xxe siècle. Bibó appartient encore à la génération qui a grandi dans la douleur vivante de la transformation de la Hongrie d'une grande puissance en un petit Etat, avec le sentiment d'une injustice historique que, sans être Hongrois, je partage ; je pense le plus grand mal du traité de Trianon ; ses auteurs étaient des irresponsables...

Il est vrai que, dans les années 80, nous avons assisté à des manifestations centre-européennes, tant dans l'émigration que dans les littératures des pays concernés (dans la mesure où elles n'étaient pas réprimées par la censure) : elles comportaient toutes une nostalgie plus ou moins voilée de la monarchie austro-hongroise. Ce qui pose problème, car la double monarchie — qu'on en pense du bien ou du mal — n'est pas l'Europe centrale. Or on constate des glissements chez beaucoup d'auteurs qui passent assez nonchalamment d'une entité à l'autre.

A l'occasion d'un colloque intitulé « « Mitteleuropa » : pour ou contre l'Europe ? », organisé par l'Université de Paris III, en 1987, je me suis opposé à François Fejtö en lui faisant remarquer que, pour un Polonais, l'Empire austro-hongrois n'était pas identifiable à l'Europe centrale, tout simplement parce que les deux tiers de la Pologne restaient en dehors de cet Empire. Un Polonais ne peut donc pas avoir une nostalgie des Habsbourg, parce qu'elle signifie qu'il accepte le partage de la Pologne. Ce n'est pas le point de vue d'un Hongrois, je l'admets.

  • 4  Carl E. Schorske, Vienne fin de siècle, politique et culture, Paris, Seuil, 1983.

Ces petits moments nostalgiques qui ont vu le retour d'un certain nombre de textes — phénomène amplifié par le livre de Schorske4 et par la fascination de Vienne attestée par des expositions successives —, tout cela ne fait pas une conscience d'appartenance commune. C'était sans doute un effet de mode, qui a néanmoins joué un rôle politique, par exemple pour le renforcement des solidarités créées dans l'émigration tchèque, hongroise, polonaise. Mais cela n'a pas duré longtemps, et le changement de conjoncture a effacé ce thème : il est totalement absent, que je sache, aujourd'hui.

Ajoutons encore que les Autrichiens eux-mêmes regardaient la chose avec une grande inquiétude ; au même colloque parisien, Eberhard Busek (aujourd'hui dirigeant du parti de gouvernement övp) s'inquiétait de cet investissement émotionnel qui voulait retransformer Vienne en capitale de l'Empire ou de l'Europe centrale, ce dont, en bon Autrichien, il ne voulait surtout pas...

Bibó soulignait qu'en Europe centrale l'idée des Etats-nations était retardée et restait encore incomplète, chargée de frustrations et de mégalomanies diverses. Il soulignait que les frontières imaginaires, dans presque tous les Etats d'Europe centrale, sont plus vastes que les réalités.

  • 5  Cf. Les particularités historiques de l'Europe centrale et orientale, Le Débat, n° 63, janvier-fév (...)

J'ai moi-même écrit que l'Europe centrale est la région des Etats à éclipses ; que ce soit l'Etat polonais, tchèque, hongrois et même autrichien — aucun d'entre eux n'a eu d'existence continue5. Chaque pays de cette région a traversé une période où son Etat a cessé d'exister : dans le cas de l'Autriche, elle est relativement brève, entre l'Anschluss et les traités de 1953, mais elle n'est pas moins réelle. Dans le cas de la Pologne et de la Hongrie ou de la Bohême, ces éclipses ont duré plus longtemps.

On peut ainsi trouver un certain nombre de traits qui particularisent cette région et, en ce sens, elle est historiquement définissable. Mais la différence entre les frontières réelles et les frontières imaginaires qui datent de l'époque où l'on était une grande puissance ne vaut ni pour les Slovènes, ni pour les Slovaques, ni à vrai dire pour les Tchèques non plus ; elle se vérifie toutefois dans le cas des Polonais et des Hongrois, ainsi que des Lituaniens et des Croates.

Dans le cas des Serbes aussi ?

Oui, mais les Serbes n'appartiennent pas à l'Europe centrale dans mon acception de ce terme.

Pour analyser le rôle du monde allemand en Mitteleuropa, ne faut-il pas remonter au Saint-Empire ? Leibniz et quelques autres auteurs de son temps voyaient dans le Saint-Empire recomposé dans le cadre de la paix de Westphalie de 1648 un milieu (Mitte) et un moyen (Mittel) de l'Europe, la base sur laquelle on pourrait construire une autre Europe que celle des puissances nationales.

On peut défendre la thèse opposée et soutenir que l'Allemagne a pâti dans son histoire du fait d'avoir été le siège d'un pouvoir impérial dont les visées dépassaient les frontières de l'Allemagne, ce qui l'a entraînée, pendant longtemps, d'abord vers le sud, pour que l'Empereur se fît couronner à Rome — d'où un clivage très important pour l'Allemagne entre l'espace baltique et le midi allemand gravitant vers l'Italie — et ensuite, du temps des Habsbourg, vers le sud-est, pour lutter contre les Turcs. L'unité allemande a dû se faire contre le Saint-Empire, contre un Reich à vocation beaucoup plus universelle, à vocation européenne, même si celui-ci avait disparu formellement en 1806.

De même, l'unité italienne a dû se faire contre un autre pouvoir qui avait le même type d'ambition : le pouvoir papal. Ces deux pays, l'Allemagne et l'Italie, ont des histoires parallèles. Je fais cette remarque pour mettre en question la thèse du Sonderweg, de la « voie particulière » qu'aurait suivie le destin allemand en Europe.

Le rôle de l'intelligentsia dans les pays d'Europe centrale donne l'impression d'être plus important qu'ailleurs.

La réponse à cette question est délicate, car nous manquons des données qui nous permettraient de comparer le rôle joué par une même catégorie sociale dans différents pays européens. Ce rôle a-t-il été plus grand en Europe centrale qu'en Italie ou en Allemagne, par exemple ?

Ce qu'on peut dire avec plus de certitude, c'est que cette intelligentsia a joué un rôle particulier qu'elle n'a pas joué en Occident (sauf peut-être, justement, en Allemagne avant l'unité ou en Italie avant le Risorgimento), pour la simple raison qu'elle devait suppléer l'existence d'un Etat national ou — pendant les cinquante années qui ont suivi la deuxième guerre mondiale — la souveraineté ultralimitée de cet Etat.

Lorsque l'école officielle falsifie l'histoire nationale, c'est l'éducation domestique qui prend en charge la transmission. Un père français n'avait pas à apprendre à son fils l'histoire, sauf dans des cas extrêmes (si par exemple l'enfant allait à l'école républicaine et que le père sentait le besoin de rectifier le point de vue de celle-ci sur la Vendée ou sur la mort de Louis XVI ; ou si l'enfant venait d'une famille communarde et s'il fallait lui mettre dans la tête la tradition de la Commune). Tandis que, dans un pays comme la Pologne, des générations entières ont appris à la maison une version de l'histoire nationale différente de celle qu'on leur apprenait à l'école. Entre 1866 et 1905, dans la partie russe de la Pologne, plusieurs générations ont appris la langue à la maison ou dans des enseignements clandestins sévèrement réprimés.

Ainsi le rôle de l'intelligentsia, chargée de suppléer l'Etat national et la vie politique publique, était évidemment énorme ! Le cas polonais (il faut mettre à part la Galicie, qui vivait sous le régime autrichien et jouissait à partir de 1867 d'une large autonomie dans le cadre de la loyauté envers la monarchie) est peut-être extrême de ce point de vue, mais cela vaut plus ou moins pour la Bohême, surtout pour la période d'avant le compromis.

Les Polonais, les Tchèques ou les Hongrois, dans la période d'avant le compromis, avaient au moins une tradition étatique, un souvenir de l'Etat national. Mais les Slovènes, par exemple, ou les Lituaniens étaient des peuples paysans où l'intelligentsia, en général d'origine paysanne et souvent d'appartenance cléricale — que ce soit des pasteurs protestants ou des prêtres catholiques —, jouait un rôle fondamental dans la création même de la conscience nationale. Voilà pourquoi, en Europe centrale, le groupe que l'on appelle intelligentsia et parfois aussi les Eglises ont souvent pris en charge les fonctions dévolues ailleurs à l'Etat.

Je voudrais ajouter une remarque à propos des Juifs : s'il y a un groupe dont la présence a conféré à l'espace centre-européen une très forte particularité pendant très longtemps, et dont la culture pourrait presque être considérée comme la culture spécifique de cet espace, c'est bien la population juive. Sans s'attendrir outre mesure sur le Shtetl, qui était aussi un lieu de misère, d'exploitation, d'arriération culturelle, il faut dire que la destruction du peuple juif pendant la deuxième guerre mondiale a été le plus grand bouleversement culturel, je dirais littéralement anthropologique, de l'espace centre- et est-européen. Si l'Europe centrale n'est plus ce qu'elle était, c'est aussi parce que la population juive a disparu et avec elle une composante d'extrême importance, qui était présente depuis le xive siècle, parfois même depuis plus longtemps encore. C'était un groupe défini en termes à la fois religieux, culturels et linguistiques ; toute la culture yiddish avait son cœur sur ces territoires-là. Ce groupe a fourni un contingent énorme de l'intelligentsia, pour la simple raison que beaucoup ne pouvaient occuper des postes dans la hiérarchie bureaucratique des Etats ; mais ils pouvaient changer le monde en écrivant des livres...

Parler de l'identité culturelle de l'Europe centrale, c'est forcément aborder la question du polycentrisme culturel, de la multiplicité des références culturelles dans l'espace de l'Europe centrale. Un Français vit avec l'illusion d'être autocentré. Or, ce qui caractérise l'Europe centrale, c'est une relation très forte, d'abord avec la culture allemande mais aussi, par réaction à la culture allemande, avec la culture française. A d'autres époques, la culture russe est venue s'ajouter. N'y a-t-il pas un modèle centre-européen de multiplicité culturelle qui pourrait être envisagé non plus simplement comme une sorte de conséquence fortuite de l'histoire, mais comme une sorte de modèle de métissage linguistique et culturel ?

Je ne pense pas qu'on puisse parler de modèle, ni que le mot métissage caractérise bien le phénomène. Il est parfaitement vrai que dans les pays de cet espace se croisent différentes références culturelles : il y a l'apport de la culture latine et la référence à l'Antiquité — c'est un point commun avec l'Europe occidentale — et, dès le Moyen Age, un apport germanique, notamment dans le domaine du droit et de l'organisation des villes. Ensuite il y aura l'influence italienne ; que ce soit à Buda, que ce soit à Prague ou à Cracovie, l'influence italienne au cours du xve-xvie siècle est extrêmement perceptible, elle a laissé des traces dans les littératures de ces pays, dans leurs arts plastiques, dans leur architecture. Vient alors, à partir de la fin du xviie siècle, après la guerre de Trente ans, et surtout au xviiie siècle, la très forte influence française qui, tout comme l'influence italienne, affecte principalement la culture des élites. A partir de la deuxième moitié du xviiie siècle, commence aussi à se faire sentir l'influence allemande.

Il faudrait moduler selon les domaines : cette influence allemande est absolument dominante dans la philosophie, par exemple, ou dans la science de la deuxième moitié du xixe siècle ; c'est Berlin qui est La Mecque, ce sera Vienne à la fin du siècle. Mais on note une forte influence française sur tout ce qui est peu ou prou de gauche au sens le plus général du terme, qui se réfère à la tradition de la Révolution française. L'intérêt pour la France a donc une double dimension : d'une part, l'intérêt mondain des milieux aristocratiques qui vivent encore et toujours dans les vestiges de l'Europe du xviiie siècle et qui vivront de cette façon jusqu'à la première guerre mondiale ; d'autre part, l'intérêt politique et idéologique de toutes les gauches imaginables pour qui — comme pour la gauche allemande — la France est le pays qui a fait le parcours que, précisément, l'Allemagne n'a jamais réussi à faire.

Un de mes étudiants travaille en ce moment sur l'histoire de la francophilie tchèque. L'Alliance française avait en pays tchèque ses cercles et ses unités dans de toutes petites bourgades de quelques milliers d'habitants ! Il y en avait en Bohême plusieurs centaines ; mais c'est beaucoup moins vrai pour la Moravie, et ne parlons pas de la Slovaquie qui avait une histoire tout à fait différente. Les théâtres pragois jouaient pour près de 60 % de leur répertoire des pièces traduites du français...

Mais je ne pense pas qu'on puisse parler de métissage. D'abord, l'interpénétration des cultures et des langues voisines est très faible. Les Polonais connaissaient certainement beaucoup mieux ce qui se passait à Paris que ce qui se passait à Prague. Les Surréalistes pragois de l'entre-deux-guerres étaient en contact avec les Surréalistes parisiens, mais je doute qu'ils aient jamais su quoi que ce soit des Polonais. Le lien entre ces capitales — Budapest, Prague et Varsovie, etc. — passe par Paris, Berlin ou Vienne. Quant à la culture yiddish, elle vit, hélas, pendant assez longtemps dans le ghetto ; soit elle n'est pas connue du tout, soit vaguement et marginalement. Pour qu'un écrivain juif pût être connu en dehors de sa communauté, il fallait d'abord qu'il abandonnât le yiddish pour l'allemand, le polonais, le tchèque ou le hongrois.

Vous insistez volontiers sur la notion de « culture d'usage », pour montrer que, dans le même milieu, on peut utiliser l'allemand pour faire ses études d'ingénieur, et le français pour la littérature ou les intérêts artistiques. Cette distinction amène à parler d'une autre approche de l'Europe centrale, en tant qu'objet des efforts diplomatiques, et en particulier de la politique culturelle étrangère. Avez-vous l'impression que ces traditions anciennes conservent leur actualité ou, au contraire, ont-elles perdu leur impact sur ce qu'on pourrait appeler des politiques culturelles étrangères en Europe centrale au service d'une sociabilité culturelle européenne ?

Je pense que ces traditions n'ont pas du tout perdu leur actualité ; tout cela se trouve réactualisé. On le voyait déjà depuis un certain temps là où les demandes pouvaient s'exprimer : en Pologne et en Hongrie, par exemple. On assiste à une sorte de rétablissement presque naturel des liens : les Hongrois avaient (surtout dans les années 70 et 80) des relations actives avec les Italiens, les Autrichiens et les Allemands, beaucoup moins avec la France. Si vous regardez les statistiques des boursiers de l'Europe centrale arrivés en France, vous verrez une prédominance incroyable de Polonais ; la situation a évolué par la suite, du fait qu'entre une bourse Humboldt et une bourse du gouvernement français la différence était indécente ; heureusement, le montant des bourses françaises s'est élevé depuis...

Il y a dans tous les pays de l'Europe centrale des attentes et des tropismes traditionnels qui se sont réactualisés après 1989 — avec toutefois l'entrée sur cette scène de l'Angleterre qui est beaucoup plus présente désormais, et, évidemment, l'entrée des Etats-Unis avec un appareil culturel beaucoup plus puissant que celui dont nous disposons. Le problème central dans toute cette affaire, c'est évidemment l'apprentissage des langues ; c'est là que se posent les vrais problèmes financiers. Je crois savoir, à partir des conversations avec les directeurs des Instituts français en Pologne, en Hongrie et en Bohême, qu'ils sont débordés et ne parviennent pas à satisfaire la demande, faute d'argent pour engager des professeurs sur place. Or le premier devoir culturel des pays comme la France, l'Allemagne, l'Angleterre (ou l'Italie qui est devenue culturellement beaucoup plus présente qu'elle ne l'a jamais été depuis le xvie siècle, par exemple en Pologne), c'est d'assurer l'enseignement des langues occidentales. C'est la condition sine qua non d'une future intégration de l'Europe centrale dans la Communauté européenne.

Nous terminerons sur une question plus personnelle : quelle est la logique intellectuelle profonde de vos travaux, des recherches sur l'histoire du temps ou sur les collections, à votre intérêt d'historien du domaine centre-européen ?

  • 6  Claude Saumaise (1588-1653), érudit et philologue français, professeur à l'Université de Leyde (Pr (...)

D'abord, je ne pense pas être historien de l'Europe centrale ; mais je pense, d'une certaine manière, être historien de la culture européenne. Et c'est dans ce cadre que l'Europe centrale m'intéresse. Si je suis venu à faire l'histoire d'Europe, c'est sans doute parce que, sans le savoir, je m'y suis préparé dès mes débuts. Au point de départ de toutes mes recherches, se situe la rencontre avec une grande figure de la République des lettres de la fin du xviie siècle : Pierre Bayle. De la lecture des quelque 8 000 pages in-folio que représente son œuvre, je suis sorti profondément transformé. En principe, ma thèse devait porter sur Bayle. Pour le comprendre, il me fallait étudier l'histoire de l'érudition européenne, à telle enseigne d'ailleurs que le chapitre central de ma thèse s'appelait « La République des lettres, ses alliés et ses ennemis » et commençait par la description du pays idéal qu'était la République des lettres dans une Europe déchirée par les conflits religieux. Mon intérêt pour les collections et les musées date très exactement du moment où, en préparant ma thèse, je suis tombé sur une lettre de Saumaise6, qui racontait comment la visite chez un collectionneur lui avait permis de procéder à la correction d'un manuscrit qui était corrompu et de rétablir le sens exact du texte grec sur lequel il était en avait permis de procéder à la correction d'un manuscrit qui était corrompu et de rétablir le sens exact du texte grec sur lequel il était en train de travailler. Ce qui m'intéressait, c'était la technique du travail historique. J'ai soutenu ma thèse au début de 1965.

En ce sens, je peux dire que je n'ai jamais changé d'horizon géographique. Je l'ai modifié en fonction de mes diverses curiosités et aussi des sollicitations du moment. Dans ma vie, l'aspect militant a joué un rôle important pendant toute la période d'existence de la dissidence polonaise, et je me suis efforcé de ne pas perdre mon temps bêtement en faisant du militantisme, mais de transformer l'activité militante en activité intellectuellement intéressante, et donc d'assimiler les problématiques que je rencontrais en tant que militant. Ce qui m'a poussé à m'intéresser à l'histoire de la Pologne à un degré que je n'avais pas prévu. J'ai aussi beaucoup travaillé sur la philosophie polonaise.

Vous avez mentionné le livre sur le temps : il se rattache à la problématique de ma thèse d'habilitation, qui portait sur le rapport de la philosophie et de l'histoire dans la pensée du Moyen Age. Or le Moyen Age est une période européenne, pendant laquelle les frontières nationales n'ont aucune signification pour la culture des élites... Vous voyez que, directement ou indirectement, tout mon travail a toujours tourné autour de l'histoire intellectuelle et culturelle, et par conséquent politique, de l'Europe.

1   

Haut de page

Notes

1 Friedrich Naumann, Mittekuropa, Berlin, 1915.

2  Immanuel Wallerstein, The Modern World-System, New York, Academic Press, 1974-1989, 3 vol., surtout vol. 1.

3  István Bibó, Misère des petits Etats d'Europe de l'Est, Paris, Albin Michel, 1993.

4  Carl E. Schorske, Vienne fin de siècle, politique et culture, Paris, Seuil, 1983.

5  Cf. Les particularités historiques de l'Europe centrale et orientale, Le Débat, n° 63, janvier-février 1991, p. 26-39.

6  Claude Saumaise (1588-1653), érudit et philologue français, professeur à l'Université de Leyde (Provinces Unies).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Krzysztof Pomian, « L'Europe centrale : essais de définition », Revue germanique internationale, 1 | 1994, 11-23.

Référence électronique

Krzysztof Pomian, « L'Europe centrale : essais de définition », Revue germanique internationale [En ligne], 1 | 1994, mis en ligne le 05 juillet 2011, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://rgi.revues.org/420 ; DOI : 10.4000/rgi.420

Haut de page

Auteur

Krzysztof Pomian

Doctorat (1965) et habilitation (1968) à l'Université de Varsovie ; depuis 1973 en France ; directeur de recherche au CNRS. Parmi ses publications récentes : L'ordre du temps, 1984 ; Collectionneurs, amateurs et curieux. Paris-Venise, xvie-xviiie siècles, 1987 ; L'Europe et ses nations, 1990 ; les trois titres chez Gallimard.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org