Navigation – Plan du site
Essais de sémantique historique

Visions russes de l'Europe centrale occidentalistes et Slavophiles

Ekaterina Dmitrieva
p. 61-82

Résumés

In den 1830er und 1840er Jahren entbrannte in Rußland die Auseinandersetzung zwischen den Anhängern eines westeuropäischen und eines spezifisch nationalen Entwicklungsmodells. Auf diese strukturbildende Zäsur, die in der mittelalterlichen von Byzanz geprägten Kulturgeschichte Rußlands wurzelt, lassen sich die unterschiedlichen Vorstellungen des europäischen Raums zurückführen. E. Dmitrieva beschreibt die jeweilige Einstellung der beiden Publizisten Kireievski und Tchaadaiev, umreißt die feindlichen und doch ineinander überfließenden Lager von Okzidentalisten und Slavophilen, untersucht unter diesem Gesichtspunkt die russische Wahrnehmung der einzelnen europäischen Länder und legt dabei den Akzent auf Deutschland. In der russischen Geistesgeschichte wird der Spannungsraum Zentraleuropa von einem mythischen europäisch-asiatischen Konfliktraum überdeckt.

Haut de page

Texte intégral

1Les années 1830-1840 en Russie furent profondément marquées par la bataille entre occidentalistes et slavophiles. Les premiers prônaient un développement du pays selon le modèle occidental, tandis que les autres optaient pour la voie purement nationale. A vrai dire, le problème, bien que posé avec une acuité sans précédent, n'était pas tout à fait nouveau. Il serait plus exact d'y voir l'aboutissement d'une longue hésitation entre l'Est et l'Ouest, entre la voie européenne et la voie nationale. Contrepoint incontournable de la perspective allemande, la vision russe de l'Europe centrale présente un caractère beaucoup plus global voire mythique.

  • 1 Povest vremennych let., 1, Moskva-Leningrad, 1950, p. 102.

2Si on parcourt l'histoire de l'ancienne Russie, on voit déjà le premier prince chrétien Vladimir confronté au choix entre le christianisme de type byzantin, c'est-à-dire oriental, et le catholicisme latin. En s'engageant dans la voie byzantine, il aurait prononcé, à ce que rapportent les chroniques, « un terrible vœu antilatin »1.

  • 2  V. Gogol, Polnoie sobranije sotchinenij (Œuvres complètes), t. 1, Moscou, 1940, p. 247.
  • 3  Cette thèse a fait l'objet d'une démonstration récente de la part de l'historien L. N. Goumilev, O (...)

3La situation géographique même de la vieille Russie rendait nécessaire un tel choix. Entourés d'ennemis — chevaliers allemands, polonais, lithuaniens d'un côté, turcs et tatars de l'autre —, les princes russes étaient forcés de choisir les alliés qui, le jour venu, les menaceraient le moins. Dans la longue histoire russe nous trouvons des cas où le choix s'effectue tantôt à l'avantage des pays d'Occident, tantôt à celui des voisins de l'Est. Le plus surprenant, c'est que la préférence en faveur des « peuples impurs », comme les désignent les chroniques, ne fut pas aussi rare qu'on pourrait le penser. On trouve des traces de cette affinité singulière jusque chez un Gogol qui écrit, en parlant d'événements du xvie siècle, que « les catholiques sont pires que les Turcs »2. La même ambiguïté s'observe dans l'appréciation du joug tataro-mongol, qui a duré en Russie plus de deux siècles. Envisagée plus tard comme une interruption dans le développement naturel de la Russie dont le destin déclaré, selon un messianisme spécifiquement russe, était de protéger l'Europe des barbares, une certaine soumission des Russes aux Tatars n'était en fait qu'une alliance dissimulée, permettant notamment de mieux protéger les frontières occidentales3.

  • 4  L. Poliakov, Moscou troisième Rome, Hachette, 1989, p. 27.

4Cette méfiance de l'ancienne Russie vis-à-vis du monde occidental s'est exprimée clairement lors du fameux Concile de Florence de 1439, qui a uni provisoirement l'Eglise byzantine à l'Eglise romaine. Le grand prince Basile l'Aveugle, placé devant un choix crucial (conversion de l'Eglise russe orthodoxe à la foi latine), a refusé l'union florentine. Les autorités se sont avisées que la Moscovie devenait désormais l'unique rempart de la vraie foi chrétienne, exempte de l'influence hostile des latins. Cette vue s'imposa davantage encore après la prise de Byzance par les Turcs en 1453. La chute de Constantinople confirma en effet en Russie la croyance en l'approche de la fin du monde et en un lien direct entre l'apocalypse et la menace latine. Le métropolite Philippe Ier exprimait son émotion dans des termes suivants : « Rendez-vous bien compte, mes frères : Tsargrad brillait comme un soleil, tant que la vrai foi y régnait, mais dès qu'elle la renia, en s'unissant aux Latins, elle tomba entre les mains des infidèles. »4

5Nous sommes ici à l'une des sources majeures de la méfiance de l'ancienne Russie envers le monde latin et d'un attachement quasi religieux au sol de la « Sainte Russie », seule dépositaire de la vérité.

6Quelques décennies plus tard apparaît la doctrine selon laquelle Moscou serait destinée par la Providence à succéder aux deux grands empires d'autrefois. On dira désormais que Rome, la première Rome, est tombée sous l'emprise du démon à cause de l'usage du pain azyme ; que la seconde Rome, Constantinople, a été dévastée par les Turcs infidèles à cause de l'hérésie latine, et qu'il ne reste que la troisième Rome, Moscou.

  • 5  D. Stremooukov, Moscou troisième Rome, in Plamia, 1978, n° 50, p. 4-17.

7Ce mythe trouve son expression dans les écrits du moine Philotée de Pskov : « Deux Romes sont tombées, la troisième est debout, et il n'y en aura pas de quatrième. »5

8En même temps et malgré ces prophéties solennelles, l'Europe ne cessa jamais d'être un objet de fascination et d'émerveillement pour la Russie. La littérature, l'art ne lui sont-ils pas arrivés d'Occident ? Dès la fin du xve siècle, sous le règne d'Ivan III, des architectes et des peintres italiens sont venus à Moscou avec la reine Sophia Paléologue. On trouve encore des traces de ce style italien dans la construction des édifices religieux de Moscou, ce qu'évoque l'un des plus beaux poèmes de Mandelstam :

  • 6  Ossip Mandelstam, Poèmes et essais, Paris, 1986.

Les cathédrales de Moscou me remémorent Avec leur âme à la fois italienne et russe Et leur cinq coupoles la naissance d'Aurore Mais avec un nom russe et en pelisse de fourrure6.

  • 7  Ibid., p. 126.

9Quand, sous Boris Godounov, les premiers jeunes Russes furent envoyés à l'étranger, pas un d'entre eux ne revint. Et c'est encore Mandelstam, toujours curieux des migrations de la culture russe, qui cherche à justifier ce départ : « Ils ne revinrent pas pour cette simple raison, écrit-il, qu'il ne se trouve pas de chemin de retour de l'être au non-être, que dans l'étouffante Moscou ils eussent été asphyxiés après avoir goûté l'immortel printemps de la Rome éternelle. Mais c'est qu'aussi les premières colombes ne retournèrent pas dans l'arche. »7

10L'occidentalisme naissant n'était pas exempt de côtés ridicules. Les clercs commencèrent à élaborer des généalogies démontrant la préséance des princes russes sur les princes occidentaux : la dynastie de Rurik aurait remonté à travers le roi Prusse un frère imaginaire de l'empereur Auguste, jusqu'au patriarche Noé. Ivan le Terrible se plaint aux visiteurs étrangers de la barbarie de ses sujets, assurant que pour sa part il était d'origine germanique. Mais ces prétentions trouvaient déjà à l'époque des contrepoids. Le premier slavophile dans l'histoire russe, qui était d'ailleurs un Croate russifié, Georges Krijanitsch, attribuait à cette xénomanie les maux du pays : Ivan le Terrible voulait être Varègue, Allemand ou Romain, n'importe quoi, excepté Russe et Slave, observait-il. Ne se contentant pas de la puissance qu'il avait acquise, il recherchait la vanité de la gloire et les flatteurs grecs lui avaient fabriqué des contes ridicules selon lesquels Moscou était la troisième Rome et, lui-même, un héritier de l'empereur Auguste. Un jour, Dieu châtierait la Russie pour ses prétentions.

11C'est dans le contexte de cette attitude ambiguë envers l'Occident, de la peur devant son invasion aussi bien physique que spirituelle, de la fascination pour la splendeur de sa culture et de son passé, remontant vers l'Antiquité, enfin de l'esprit de rivalité et de concurrence qu'il faut comprendre l'œuvre immense de Pierre le Grand. Non que ce tsar ait introduit les éléments de la culture et des sciences européennes en Russie — on rencontre cette influence bien avant. Mais il a fait retourner la Russie dans le giron de l'Europe en lui inculquant une conscience européenne. Le xviiie siècle en Russie fut décidément le siècle européen par excellence, à tel point que les philosophes français trouvaient leurs interlocuteurs les plus attentifs dans la société russe aristocratique et que, dans les années 1790-1800, la cour de Pétersbourg se donna pour tâche de rester le seul conservateur des traditions de la cour de Versailles.

  • 8  G. Florovsky, Pouti russkogo bogoslavia (Les chemins de la théologie russe), Paris, 1981, p. 128.

12Cette attitude russe envers l'Europe trouve son expression la plus nette dans les Lettres d'un voyageur russe de N. Karamzine où, selon l'expression du philosophe Rozanov, « pour la première fois l'âme russe s'est penchée, a pleuré, a aimé et a compris l'admirable monde de l'Europe occidentale, tandis qu'auparavant elle l'avait regardé avec des yeux ternes et qui ne fixaient rien »8.

13Certes on rencontre parfois dès le xviiie siècle plus de goût pour la tradition nationale que pour un universalisme, compris comme « nivellement européen », mais les disputes entre le parti européen et le parti national n'atteignent pas encore, à l'ère des Lumières, le stade du débat idéologique, ni a fortiori celui de la querelle philosophique. Pourquoi avoir repris le problème Orient-Occident à la fin des années 1820 ? Il y avait à cela un faisceau de causes. Parmi les plus importantes, citons les tendances nationales qui ont inondé l'Europe romantique. Dans le contexte d'une interrogation générale sur le sens de la nation, la question de la place de la Russie dans le monde est tout naturellement passée au centre des réflexions.

  • 9  Fr. Rouleau, Ivan Kireievski et la naissance du slavophilisme, Paris, Ed. Culture et Vérité, 1990, (...)

14Bien des idées sur la Russie, riche de forces latentes, se retrouvent au demeurant déjà chez Herder, qui a marqué le mouvement romantique européen. On peut reconnaître aussi l'héritage de J.-J. Rousseau : la défiance à l'égard de la civilisation, artificielle et pervertie, le culte de la nature, l'idéalisation du peuple dans son état primitif. Le motif même de la lutte éternelle de l'Occident avec l'Orient porte à cette époque l'empreinte de la pensée romantique, en s'incarnant dans l'opposition traditionnelle du Bien et du Mal9.

15Au premier rang des événements qui ont inscrit dans les consciences la différence entre la Russie et l'Occident, il convient de citer d'autre part les guerres napoléoniennes. Le grand élan patriotique devant l'invasion napoléonienne, l'échec de la Grande Armée, la marche des troupes russes à travers l'Europe ont ouvert aux Russes un monde nouveau, leur ont donné le sentiment de leurs forces et de leurs possibilités. Pour la deuxième fois dans son histoire (après la fameuse doctrine de Moscou, troisième Rome), la Russie s'est sentie capable non seulement de rivaliser avec l'Europe, mais de la guider en marquant une nouvelle étape de l'histoire humaine.

  • 10  VI. Petscherin, Zamoguilny zapiski Apologia pro vita mea (Mémoires d'outre-tombe), Moscou, 1932, p (...)

16La victoire politique devait se transformer normalement en victoires culturelle et religieuse. Pourtant, la réalité russe, telle qu'elle s'est présentée à la génération enthousiaste de 1812, retournée en Russie après les guerres napoléoniennes, ne laissait guère d'espoir. La situation s'est aggravée encore après la mort d'Alexandre Ier, l'échec de l'insurrection des Décembristes et le début du règne de Nicolas Ier. Un des jeunes occidentalistes de l'époque, V. Petcherin, a décrit plusieurs années plus tard les sentiments qu'il avait éprouvés à son retour en Russie après deux années passées en Europe : « Envahi par de douces rêveries je m'approchais des frontières de ma patrie. Je me suis arrêté, je levai les yeux et je vis une inscription : Voi ch'intrate, lasciati ogni speranza. »10 Viazemsky prononce alors son célèbre bon mot sur le vrai patriotisme russe qui ne peut s'exprimer désormais que par la haine envers la Russie. Le décalage entre la vie réelle et cette vie idéale, à laquelle était vouée la Russie, était trop profond. Le problème de l'avenir du pays, et par conséquent de son passé, a abouti aux deux perspectives contradictoires de l'occidentalisme et du slavophilisme. Initialement, la contradiction n'allait pas de soi.

  • 11  M. O. Guerchenzon. P. Ia. Tchaadaev, Tchisn y mychlenie (La vie et la pensée), Moscou, 1908.
  • 12  Je passe ici sous silence un autre courant occidentaliste russe, celui des « Démocrates révolution (...)

17Au début des années 1830 Piotr Tchaadaiev (1794-1856), l'ami intime de Pouchkine, qu'on appelait « l'homme le plus intelligent de la Russie »211, a commencé à faire circuler en sous-main ses lettres adressées à une certaine Ekatérina Panoffa, qui au demeurant fut fort étonnée d'apprendre plusieurs années plus tard que les fameuses lettres philosophiques de Tchaadaiev lui étaient destinées. En 1836, la première parut dans la revue Télescope, déclenchant la démission du censeur, l'exil du rédacteur Nadezdin et la fermeture de la revue. Tchaadaiev fut officiellement déclaré irresponsable, on lui assigna un médecin qui devait passer chez lui chaque semaine pour se renseigner sur son état de santé12.

18La réflexion de Tchaadaiev qui avait passé plusieurs années en Europe portait sur l'état actuel de la Russie, qu'il trouvait désastreux. La vie quotidienne, écrivait-il, était si chaotique, que les Russes ressemblaient plus à une tribu sauvage qu'à une société cultivée. Ils n'avaient rien de stable. Les idées de l'ordre, du devoir, du droit qui créent l'atmosphère de l'Occident leur étaient étrangères. Tout dans leur vie privée et sociale était étranger à la raison. Le même chaos régnait dans leurs têtes. Leur esprit était dépourvu de la discipline d'esprit occidentale, leur morale superficielle. Ils étaient presque indifférents au bien et au mal. Tel était leur présent, et il n'était pas étonnant que leur passé, lui aussi, ressemble à un désert, pas de souvenirs fascinants, pas de monuments qui évoquent l'admiration. Au cours de leur vie historique si longue, ils n'avaient pas enrichi l'humanité d'une seule pensée, ils n'avaient fait qu'emprunter les idées des autres.

19Quel est l'énigme de notre si triste sort ?, se demande Tchaadaiev. Il en trouve l'explication dans la philosophie de l'histoire, qui, à vrai dire, est fort influencée par la philosophie de l'histoire occidentale et surtout catholique. Deux idées y sont d'une importance primordiale : celle de la succession historique dans le développement de la société, qu'on trouve d'une part chez Herder et d'autre part chez Joseph de Maistre ; et l'idée de l'éducation de l'humanité par Dieu, qui est l'idée centrale de la philosophie de Bonald.

20Selon Tchaadaiev, il est impossible de voir dans l'humanité une perfection successive hors de l'idée religieuse. Seule la société chrétienne, dont l'objectif est l'universalité et l'unité, contient le principe réel du développement et de la stabilité ! Ce serait une grave faute de croire que les peuples européens cherchaient la richesse et la liberté, ils cherchaient la vérité, mais chemin faisant ils ont trouvé aussi la prospérité, parce que la tension des forces de l'intelligence les a enrichis aussi de biens matériels. Les peuples occidentaux, dit-il, avançaient dans les siècles côte à côte. En quinze siècles ils n'ont accepté qu'un seul pouvoir spirituel, prié dans une seule langue. Ils ont aussi une histoire commune, qui est celle de l'idée chrétienne.

  • 13  P. la. Tchaadaiev, Sotchinenia, Moscou, 1989, p. 15-48.

21A la limite, les maux de la Russie s'expliquent pour Tchaadaiev par ce qu'ayant accepté le christianisme de type byzantin, elle s'est engagée sur une voie marginale par rapport au parcours des autres peuples de l'Europe, une voie qui, dès le début, n'incluait pas le principe salutaire de l'universalité. Selon lui, il n'y a pas à l'évidence de salut pour la Russie hors de l'Europe. Notre devoir, écrit-il, est de réparer la faute de nos ancêtres. La société européenne est en tête de l'humanité. Les Maures sont bannis de l'Europe, les cultures païennes de l'Amérique sont exterminées. Sans aucun doute la Providence mènera les Russes eux aussi à cette unité salutaire, mais qui sait combien de temps prendra ce processus et combien de souffrance il coûtera. Ne serait-il pas plus raisonnable que les Russes renoncent eux-mêmes à la séparation et à l'isolement13 ?

22Presque en même temps un jeune homme du nom d'Ivan Kireievski décidait d'éditer une revue L'Européen. Ce titre comportait une certaine ambiguïté, car il s'agissait bien ici des débuts du mouvement slavophile en Russie, et l'éditeur deviendra quelques années un des plus importants idéologues du slavophilisme. Pourtant l'écho rencontré par la revue avait beaucoup de points communs avec celui que recueillit la première lettre philosophique de Tchaadaiev. Il n'en parut que trois numéros, la publication fut interdite à la suite de l'article de Kireievski « Le dix-neuvième siècle », qu'on pourrait considérer comme le programme du slavophilisme naissant.

  • 14  Fr. Rouleau, Ivan Kireievski..., p. 93-100.
  • 15  I. Kireievski, Le dix-neuvième siècle, in L'Européen, 1832, n. 1.

23Pour Kireievski, aussi bien que pour Tchaadaiev, une sorte de muraille de Chine se dressait entre la Russie et l'Europe. Le fait que l'œuvre immense d'européanisation entreprise par Pierre le Grand et Catherine II ait partiellement échoué résidait dans la différence totale, historique et religieuse, entre la Russie et le reste de l'Europe. Reprenant les résultats des grands travaux historiques de son temps, en particulier les vues de Guizot14, Kireievski distinguait trois facteurs décisifs aux origines de l'Europe moderne : le christianisme, les barbares, le monde antique. De ces trois éléments, l'un a manqué dans l'histoire des Slaves : l'Antiquité classique. Pourtant, c'est par le monde antique que l'Europe a reçu l'héritage des civilisations antérieures, par lui qu'elle a acquis son aptitude à l'universalisme. L'Antiquité est devenue une sorte de tronc sur lequel les particularismes nationaux, les apports originaux des barbares venaient se greffer. « C'est ainsi, écrit Kireievski, que les Etats qui prennent part à la civilisation européenne ont rassemblé chez eux tous les éléments de la culture universelle, entièrement pénétrée de leur propre caractère national. »15

  • 16  Voir Fr. Rouleau, Ivan Kireievski..., p. 137-138.

24La civilisation européenne a achevé son développement : partie du monde antique, elle est revenue à travers la Renaissance jusqu'à ce monde antique. Le cercle était bouclé par cette force même, qui faisait défaut à la Russie. De plus, si la Russie a été longtemps empêchée d'assimiler la civilisation occidentale, parce que le catholicisme lui était étranger, après le xviiie siècle la culture européenne, devenue laïque, ne présente plus le même danger. Là se trouve la chance de la Russie. Elle doit s'intégrer dans la vie européenne en l'empruntant d'un coup sans reproduire ce qui a précédé. Le retard pris par la Russie sur l'Europe peut être rattrapé. Plus encore, la mission de la Russie avec ses forces latentes et intactes consiste à l'heure actuelle dans la relève de l'Europe, ce qui implique à la fois une fidélité à l'Europe de toujours (cf. « mon Europe » idéale de Tchaadaiev) et une critique de l'Europe d'aujourd'hui16. La prise de conscience de la mission russe vis-à-vis de l'Europe engendra la critique de plus en plus radicale de ce « pays des merveilles ». Ce qui constituera le centre de l'idéologie slavophile.

25En fait les deux partis opposés, les occidentalistes aussi bien que les slavophiles, partaient quasiment des mêmes présupposés. On pourrait même dire qu'ils abordaient les mêmes problèmes, mais les conclusions, elles, différaient profondément.

26Les axes principaux, autours desquels s'est déroulée par la suite la discussion, furent les suivants : le rôle du schisme, qui, ayant divisé l'Eglise chrétienne en deux parties, a entraîné la Russie sur la voie byzantine ; le sens des réformes de Pierre le Grand ; enfin l'état actuel de l'Europe par rapport à l'avenir de la Russie.

27Le schisme se présentait aussi bien pour les Slavophiles que pour les occidentalistes comme la source dans l'histoire universelle de maux irréparables aux conséquences funestes pour la Russie (point de vue de Tchaadaiev), ou pour l'Europe (point de vue des Slavophiles).

28Au fond la division de l'Eglise chrétienne en deux parties, byzantine et latine, ne constituait pas principalement un problème théologique, elle opposait plutôt deux modèles de culture et de société. A Constantinople, première ville fondée sous l'égide du christianisme dans l'histoire, l'Eglise et l'Etat se devaient d'agir de façon unanime : l'Eglise ne pouvait exister sans l'Empire et réciproquement, tout comme l'âme ne peut exister sans le corps. L'aigle byzantin bicéphale devait symboliser cette unité duelle du pouvoir temporel et spirituel. En réalité le système s'est révélé plus avantageux pour l'Etat que pour l'Eglise. L'empereur détenait la réalité du pouvoir.

  • 17  Fr. Rouleau, L'aigle bicéphale et les deux glaives, in Communio, 1992, n° 104, p. 38-45.

29Tandis qu'à Byzance on partait d'une conception plus théorique, en l'Occident on se référait à des principes juridiques et pratiques. Selon la doctrine romaine des deux glaives, la vie humaine est organisée en deux sociétés parfaites mais indépendantes (pouvoir temporel et pouvoir spirituel). Le pape, indépendant par rapport au pouvoir temporel, régissait la vie de l'Europe occidentale dans son unité, tandis que les rois, indépendants du pape, régissaient la vie terrestre de leurs sujets. Plus tard cette séparation des pouvoirs a provoqué le phénomène du libéralisme et même de la laïcisation totale de la société, tandis que la solution byzantine risquait d'aboutir à la divinisation de l'Etat17.

  • 18  M. J. Rouet de Journel, Madame Swetchine et les conversions, in Etudes, 1927, t. 191, p. 183-204 ; (...)
  • 19  Iv. Gagarine, La Russie, sera-t-elle catholique, in Simvol, Paris, 1982, n° 8, p. 208-250.

30Pour Tchaadaiev, qui parlait de la « misérable Byzance », l'héritage byzantin de la Russie l'a non seulement séparée du monde occidental, mais a encore introduit le principe de la divinisation de l'Etat au détriment de l'homme et de sa liberté individuelle. Le choix de la voie byzantine explique le despotisme, la tyrannie, l'état stagnant de la Russie. La frustration de n'être pas inclus dans l'histoire européenne serait aussi à l'origine des nombreuses conversions au catholicisme chez les Russes dans les années 1820-184018. Aussi bien voit-on dans le catholicisme une garantie solide contre les abus du despotisme et contre le péril révolutionnaire, cette réaction sanglante au despotisme19.

31En revanche, le même héritage byzantin semblait prestigieux aux Slavophiles. La rupture entre l'Eglise de Constantinople et celle de Rome, qui avait modifié arbitrairement le symbole de la foi et s'était séparée de l'Eglise universelle, cette rupture devait être néfaste pour l'Occident, et non pas pour Byzance ni par conséquent pour la Russie. Selon les slavophiles, le plus grand inconvénient résultant du schisme fut la promotion de l'individualisme et du rationalisme qui ont remplacé, dans le monde romain, l'esprit d'amour et la catholicité. (Khomiakov, un autre idéologue du slavophilisme, envisageait le schisme comme un geste fratricide de l'Occident envers l'Orient ; conception dont on retrouve les traces dans la nouvelle de Gogol La vengeance terrible, où est dépeint le fratricide, qui a provoqué la souffrance de toute l'humanité au cours de plusieurs siècles.)

32De même que le christianisme romain s'est laissé séduire par la connaissance purement rationnelle, de même la culture issue de lui s'est trouvée vouée au formalisme. C'est ce formalisme que l'on retrouve dans tous les domaines de la vie occidentale. La vie inquiète de l'Europe, ses multiples révolutions en sont issues.

33En revanche le peuple russe, guidé par l'Eglise orthodoxe héritière d'un christianisme plus pur et plus saint, a échappé aux périls de la voie européenne. La culture spirituelle de la Russie se présente comme la vivante incarnation du christianisme authentique dont les valeurs slaves sont le fruit. Pour les percevoir il suffit de se pencher sur les structures sociales de l'ancienne Russie, sur ses communautés naturelles terriennes (obtchina), aussi éloignées de l'individualisme que du despotisme. Dans une société de ce type dominait la coutume et non pas le droit, car le droit dans son acception occidentale était inconnu en Russie et signifiait seulement « justice », « vérité » (acception reprise par Pouchkine dans son roman La fille du capitaine).

34Selon qu'on voyait dans le schisme l'origine d'un isolement spécifique de la Russie et d'un pouvoir absolu de l'Etat ou au contraire le garant d'une pureté spirituelle du peuple russe, un rempart contre le rationalisme et l'individualisme occidentaux, on parvenait à des perceptions contraires de l'œuvre de Pierre le Grand et de l'européanisation du pays.

  • 20  P. J. Tchaadaiev, Sotchinenija. Moskva : Pravda, 1989, p. 141-143.

35Selon Tchaadaiev, Pierre Ier fut une des plus glorieuses figures de l'histoire universelle, qui percevait avec beaucoup d'acuité les lois internes au développement de la civilisation européenne aussi bien que leur absence dans l'histoire russe. « Le trait le plus profond de notre physionomie historique, écrit-il, est l'absence de libre initiative dans notre développement social. Regardez bien, et vous verrez que tous les faits importants de notre histoire sont venus du dehors, presque toutes les idées nouvelles sont empruntées. Mais cette observation n'a rien de blessant pour le sentiment national. Il y a de grands peuples et de grandes personnalités historiques qui ne s'expliquent pas par les lois ordinaires de notre raison, mais sont mystérieusement dirigés par la logique suprême de la Providence. » Ainsi, Pierre Ier, ayant compris que la voie normale du développement historique, qu'ont parcourue tous les peuples de l'Occident, n'est pas celle de la Russie, a coupé brusquement le pays de son passé. En se trouvant « face à face avec la vieille civilisation européenne, la dernière manifestation de toutes les autres civilisations d'antan », nous n'avions pas besoin « de nous essouffler dans notre propre histoire et de nous y traîner, comme jadis d'autres peuples, à travers le désordre des préjugés nationaux », au contraire il fallait, dans un élan énergique, se libérer du passé pour ensuite maîtriser sa propre destinée20.

  • 21  M. O. Guerschenzon, P.J. Tchaadaev..., Moscou, 1908.

36Selon Tchaadaiev, c'était la seule réforme possible dans l'histoire de la Russie, et en même temps une réforme marquée par le génie. La même réforme aurait été impossible avec une autre nation à laquelle le passé aurait dicté sa voie et dont les traditions auraient déterminé le futur. Mais en Russie Pierre Ier n'a trouvé qu'une feuille vierge, où il a écrit de sa main puissante les mots « Europe » et « Occident ». Depuis, le pays appartient à l'Europe et à l'Occident. Bref, l'idée essentielle de Tchaadaiev est que Pierre le Grand a coupé la Russie de son passé et lui a inculqué la culture européenne, non pas pour gommer son idée nationale et en faire une faible imitation de l'Occident, mais pour permettre la réalisation de cette singulière idée nationale qu'était l'idée russe21.

  • 22  I. Gagarine, La Russie sera-t-elle catholique ?..., p. 231-232.

37Ivan Gagarine, le disciple de Tchaadaiev, envisageant, lui aussi, la réforme de Pierre Ier comme l'événement le plus important de la nouvelle histoire russe, en décèle un aspect pervers dans son caractère laïque, antireligieux (en fait, Gagarine n'a fait que reprendre l'idée de Tchaadaiev sur les conséquences du schisme pour le développement social de la Russie, mais de manière beaucoup plus logique et conséquente). Selon lui, Pierre Ier voulait arracher la Russie à la barbarie et lui inculquer la culture européenne, une action hautement civique. Pourtant, au lieu de jeter dans le sol russe une semence féconde, qui a apporté à l'Occident les fleurs et les fruits de la citoyenneté (ici Gagarine pense à la religion catholique, qui se prêterait au développement social des peuples), au lieu de lui inoculer ce qui constitue le sens de la vie européenne, Pierre Ier s'est borné à emprunter des résultats. Il a négligé les causes et ne s'est occupé que des conséquences. Voilà pourquoi ses meilleures intentions sur l'européanisation de la Russie ont acquis leur caractère antinational, antichrétien et leur dimension violente22.

  • 23  En même temps il avoue la grandeur de l'entreprise du tzar, à laquelle on doit la lumière et la cu (...)

38Les points de rapprochements entre la vision occidentaliste et la vision slavophile sont bien perceptibles, et c'est le slavophile I. Kireievski qui constate, lui aussi, que l'œuvre de Pierre le Grand a provoqué une césure dans l'histoire russe, plutôt qu'une évolution organique23. Mais l'accent est mis déjà non pas sur la manière d'emprunter la civilisation européenne (comme chez Tchaadaiev et Gagarine), mais sur le mépris de la tradition nationale.

  • 24  Ibid., p. 115.

39Selon Kireievski (et d'autres slavophiles), la Russie ancienne a échappé à l'autocratisme religieux de Rome et à l'autocratisme politique des Etats occidentaux grâce à l'éducation chrétienne venue de Byzance. Or l'œuvre de Pierre le Grand a marqué un moment décisif et en même temps néfaste dans l'histoire russe. La Russie ne devient une grande puissance qu'en introduisant à l'intérieur d'elle-même une division du pays en deux groupes : les « Allemands [ou étrangers] et les hommes de la tradition demeurent la clé de l'histoire russe moderne »24.

  • 25  I. Kireievski, Œuvres complètes, Moscou, 1861, t. I, p. 112.
  • 26  Ce fut le cas de Gagarin, de VI. Petcherin ; ce dernier, s'étant trouvé dans un monastère des Réde (...)

40On voit bien que ni les occidentalistes, ni les slavophiles n'ont nié le rôle de l'Europe, au développement social et matériel plus avancé. I. Kireievski disait : « Oui, il faut parler franchement, même maintenant, j'aime encore l'Occident, je suis lié à lui par de nombreuses sympathies indissolubles, je lui appartiens par mon éducation, par mes habitudes de vie, mes goûts, ma propension à la discussion, même mes attachements affectifs. »25. Mais tandis que les occidentalistes voyaient en Europe leur patrie spirituelle, et émigraient en Occident tantôt intellectuellement (comme Tchaadaiev), tantôt en réalité26, les slavophiles se montraient beaucoup plus sceptiques. Dans l'éclat même du succès matériel de l'Europe, ils dénonçaient les conséquences d'une mutilation rationaliste.

  • 27  A. Khomiakov, Œuvres complètes, t. IV, Moscou, 1900-1907.

41L'idée d'une partialité de l'Europe aux tendances trop matérialistes trouve expression chez Khomiakov qui évoque un géant universel doté d'un seul œil sur le front — et cet œil est Paris (ce qui est en fait une reprise fort satirique des vers de Victor Hugo : « La France est le géant du Monde / Cyclope dont Paris est l'œil »)27. C'est alors qu'apparaît la vision de l'Occident corrompu et « pourri ». Un autre slavophile, Kochelev, avoue dans une lettre privée : « Je voudrais écrire un article : « Ne soyons pas européens ». J'ai toujours aimé la Russie, mais en ayant voyagé dans cette Europe en décomposition, j'adore ma patrie. L'Europe tremble devant nous comme une feuille. Je pressens que bientôt elle s'abaissera devant nous. » Lancée par les slavophiles, l'idée du siècle de fer, qui est associée à l'influence impure et malsaine de l'Europe, sera largement abordée par la littérature russe. Chez VI. Odoievsky on trouve une nouvelle La ville sans nom qui est intercalée dans son roman philosophique Les nuits russes. La ville sans nom doit symboliser l'avenir de cette Europe prospère dont le seul Dieu est le profit. De cette cité jadis florissante, il n'est rien resté. Même son nom a disparu de la mémoire humaine, aboutissement naturel, selon Odoievsky, de toute société qui ne cherche son salut que par des voies matérialistes.

42Finalement, les deux partis opposés des slavophiles et des occidentalistes ne voyaient qu'une solution : la synthèse de la culture occidentale avec la culture russe. Mais le caractère de cette synthèse n'était pas forcément le même. Pour les slavophiles primait l'idée messianique de la Russie et du peuple russe, « ouvrier de la onzième heure », destiné par Dieu à devenir le premier. La grandeur de la Russie ne se trouvait pas seulement dans le passé, mais c'est dans l'avenir qu'une gloire unique lui était promise. Ce dont la Russie actuelle avait le plus besoin, c'était de prendre conscience de ses richesses, de comprendre que les sources vives de la culture ne se trouvaient plus à l'Occident, mais à l'Est. Une fois recouvrés ses biens, la Russie allait offrir au monde une civilisation supérieure à celle de l'Europe. Et le gage de cette renaissance serait l'Occident même, bénéficiaire d'une nouvelle civilisation exemplaire.

  • 28  Cité d'après M. O. Guerchenzon, P. I. Tchaadaiev..., p. 203.

43Par contre, pour les occidentalistes la synthèse devait s'effectuer sur le principe du respect des biens de deux civilisations opposées : celle du monde russe-oriental et celle de l'Europe occidentale. Avant sa mort Tchaadaiev écrit, en faisant allusion aux slavophiles : « Non, dans notre jeunesse nous avons aimé notre patrie tout à fait autrement. L'idée même que la Russie puisse être l'incarnation d'une idée abstraite, qu'elle constitue un monde à part qui succède légitimement au fameux Empire byzantin, qu'elle ait la mission de réunir tous les peuples slaves afin de renouveler l'espèce humaine ne nous venait même pas à l'esprit. Encore moins pouvions-nous penser que l'Europe est de nouveau prête à succomber à la barbarie, et que nous sommes prédestinés à sauver la civilisation. Par contre, notre attitude envers l'Europe était empreinte de politesse, nous la regardions avec vénération, puisque nous savions que l'Europe nous a appris bien des choses, et entre autres notre propre histoire. Et même si, par hasard, nous remportions une victoire sur l'Europe, comme Pierre le Grand, nous disions : « C'est à vous, que nous devons cette victoire, messieurs ». »28

  • 29  Lettres de VI. Petcherin à Ivan Gagarin, Archives de la bibliothèque de Meudon, lettre de 24 janvi (...)

44Petcherin, qui par amour pour l'Europe s'est converti au catholicisme, assigne à la Russie « barbare » la mission de dégager l'image pure et idéale de l'Europe. En réfléchissant sur les événements de la révolution de 1848 en France et la désastreuse guerre de Crimée, il écrit à Ivan Gagarin : « De glorieuses destinées sont réservées à notre patrie : son fer va peser dans la balance des pouvoirs. Et Dieu est là pour faire sortir de toutes ces révolutions le triomphe de son Eglise immortelle. Lui n'aurait pas désespéré en voyant les barbares inonder l'Empire romain. Et ces mêmes barbares apprivoisés par les papes et les évêques devinrent la base la plus solide de la nouvelle société catholique. Les Russes sont appelés à achever l'œuvre des barbares — à détruire les derniers restes de l'Empire romain qui languissent encore en Europe occidentale — l'Orient va encore avoir le dessus, mais c'est pour régénérer par le sang et le feu cette civilisation raisonneuse et marchande qui a perverti l'Europe. Oui, je le pressens : un nouvel Attila ira se mettre à la tête des hordes slaves, mais devant les murs de Rome il rencontrera un autre Léon. Je le pressens, il y aura un grand empereur russe, il s'achemine vers Rome — il est aux pieds du souverain pontife —, il lui fait hommage de sa couronne, de son sceptre et de son Empire : il fait de la Russie un fief du Saint-Siège. Alors le grand mur de séparation va s'écrouler. »29

  • 30  O. Mandelstam, Poèmes et essais..., p. 67.

45La vision de l'Europe des slavophiles aussi bien que des occidentalistes avait la dimension d'un mythe. Les deux partis opposés ont finalement découvert « leur Russie » et « leur Europe ». Tandis que les slavophiles représentaient la vieille Russie comme un pays de cocagne spirituel et l'Europe comme l'incarnation du mal, les occidentalistes y voyaient la plus parfaite incarnation de l'humanité — une sorte de cité céleste, mais réalisée sur terre par des moyens tout à fait séculiers. Et c'était aussi la vision de l'Europe purement russe, nationale, qui n'avait presque rien à faire avec l'Europe réelle du xixe siècle. O. Mandelstam, en parlant de Tchaadaiev, a bien formulé ce syncrétisme national de la pensée européenne russe : « La pensée de Tchaadaiev, nationale dans ses sources, est nationale là même, où elle coule dans Rome. Seul un Russe a pu découvrir cet Occident plus dense, plus concret que l'Occident proprement historique. Précisément Tchaadaiev en tant que Russe s'engagea de plein droit sur le sol sacré d'une tradition dont il n'héritait pas. Là, où tout est nécessité, où chaque pierre, recouverte par la toile d'araignée du temps, sommeille, scellée à une voûte, Tchaadaiev apporta la liberté morale, don de la terre russe, fine fleur cultivée avec elle. Cette liberté exalte une grandeur figée dans des formes architecturales, égale à tout ce que créa l'Occident dans le domaine de la culture matérielle. »30

  • 31  P. J. Tchaadaiev. Sotchinenia. Moskva : Pravda, 1989, p. 278.

46Dans la réflexion russe sur l'histoire universelle, l'Europe fut presque toujours représentée comme une unité sociale, politique, culturelle. De là un caractère un peu mythifié, un manque de conscience des divergences entre les niveaux social, politique et culturel des différents pays qui font partie de l'Europe. « Les divers pays de l'Europe m'évoquent les provinces d'un seul pays, écrit Tchaadaiev. Dans l'univers intellectuel de l'Occident, il n'y a ni France, ni Allemagne, ni Angleterre, ni Italie. Il n'y a que l'Europe. Voilà tout. »31

  • 32  V. F. Odoievsky, Russkiie notchi (Les nuits russes), Nauka, Leningrad, 1975, p. 13.

47A vrai dire, on savait bien que les pays européens sont divers, mais ceci n'entrait pas en ligne de compte quand on parlait de l'Europe par rapport à la Russie. Pourtant on pourrait relever certains stéréotypes liés à la perception de l'Allemagne, de l'Angleterre, de la France et de l'Italie par les Russes. Ces quatre pays étaient en effet considérés comme les plus représentatifs de la vie européenne. Citons-en pour preuve le fragment des Nuits russes de VI. Odoievsky, où un des héros dresse le bilan des conversations les plus répandues dans les années 1830 : « Chaque jour nous discutons de philosophie allemande, de l'industrie anglaise, des lumières européennes, du succès de l'esprit, du développement de l'humanité, etc., mais jusqu'à présent on ne s'est pas avisé de nous demander : quel rouage constituons-nous dans cette machine énigmatique ? Qu'est-ce qui nous est légué par nos prédécesseurs ? bref, qui sommes-nous ? »32

  • 33 Konst. Batiuchkov, Sotchinenia, Pétersbourg, 1887, t. III, p. 531.

48L'Italie semblait devoir susciter en tous points l'emploi du qualificatif d'éternel : la beauté éternelle, le printemps éternel, enfin la Ville éternelle, Rome. Elle se présentait comme le pays idéal, où régnent les arts, la musique et où la nature même est en plein accord avec les élans de l'âme humaine. Les vers de Goethe « Kennst Du das Land, wo die Zitronen blühen... » sont devenus pour toute une génération russe une sorte de mot d'ordre, qui exprimait leur attitude vis-à-vis de la péninsule. Le poète Batiuchkov (1787-1855), ami et prédécesseur de Pouchkine, avoua à ses amis que le mot même d'Italie signifiait pour lui « l'indépendance, la santé, les vers et la prose »33. VI. Petcherin, après avoir visité Rome, écrit : « Si le sort n'a pas voulu que je retourne à Rome pour y vivre et vivre longtemps, au moins je voudrais mourir à Rome. Oh ! si je meurs en Russie, transportez mes restes en Italie ! »

  • 34 P. Tchaadaiev, Sotchinenia i Pisma, I, 172.

49Le fait que la nouvelle civilisation chrétienne s'était mêlée à l'ancienne civilisation antique précisément sur le sol d'Italie en faisait encore davantage un pays élu. Rome se présentait comme un point, « vers lequel tout homme pouvait parfois se tourner pour retrouver matériellement, physiquement, tous les souvenirs du genre humain, quelque chose de sensible, de palpable, en quoi se résumait visiblement l'esprit des temps révolus »34.

  • 35 K. Batiuchkov, Sotchinenia, t. III, p. 531.
  • 36  Mandelstam, qui s'est longuement penché sur le sort de Batiuchkov dans le contexte culturel de l'é (...)
  • 37  L. N. Maikov, K. N. Batjuchkov, Pétersbourg, 1896, p. 259-260

50Pourtant le travail du mythe faisait peut-être de l'Italie le pays le plus dangereux pour la Russie. Le décalage entre l'Italie du rêve et de la tradition et l'Italie réelle et contemporaine était trop grand pour ne pas provoquer une profonde déception. Batiuchkov, voyant enfin son rêve réalisé (ses amis ont réussi à lui procurer une place à la mission russe de Naples), pressent déjà cette déception. «Je connais l'Italie sans y avoir jamais été. Je n'y trouverais pas le bonheur : il n'existe nulle part, je suis même sûr que les neiges de ma patrie et les personnes qui me sont chers m'y manqueraient. »35 Enfin parvenu en Italie, il la trouve presque pire que la Russie. Deux années plus tard, en Italie, il devient fou236. Bien que gravement malade, il reprend son rêve de l'Italie éternelle. Quand on le transporte de l'hôpital de Sonnenschein à Moscou, il regarde le ciel bleu en répétant : « Patria di Dante, patria d'Ariosto, patria del Tasso, o cara patria mia, son pittore anche io », « dahin, dahin, dort ist mein Vaterland. »37

  • 38  M. O. Guerschenzon, La vie de Petcherin..., p. 276.

51Petcherin a pris beaucoup plus de temps pour voir clair à propos de l'Italie, qui était pour lui l'incarnation de son idée de l'Europe. Après avoir passé presque vingt ans dans l'ordre des Rédemptoristes à Milan, où au début il a trouvé l'accomplissement de ses rêves, il aboutit à un constat décourageant : «J'ai dormi les vingt meilleures années de ma vie. Ceci n'est pas étonnant et arrive assez souvent en Russie. Combien de gens trouve-t-on chez nous, qui ont sommeillé toute leur vie ou bien l'ont perdue aux cartes. Moi, j'ai fait les deux, j'ai dormi et je me suis ruiné au jeu. »38

52L'attirance passionnée et la détestation exacerbée constituent les deux côtés de la vision ambiguë de l'Italie propre aux écrivains russes. Un aspect particulier tient à la signification de Rome symbole de l'Eglise catholique. D'où une appréciation toujours négative chez les slavophiles, pour lesquels Rome est la source de tout mal, aussi bien en Occident qu'en Russie.

  • 39 P. Tchaadaev, Sotchinenia..., p. 165.
  • 40 G. Alexinsky, Russia and Europe, London, 1917.

53Aux fastes de l'Italie artistique, la pensée russe trouve un contrepoids dans l'image beaucoup plus terre à terre de l'Angleterre. L'Angleterre fut peut-être le seul pays à provoquer une profonde estime chez les représentants des différents partis. Pour les Russes, l'Angleterre incarne un idéal politique où entrent le goût de la tradition, la stabilité dans le libéralisme, l'efficacité pragmatique. « A quoi sert la pensée en France ?, écrit Tchaadaev. — A être formulée. — En Angleterre ? — A être réalisée. — En Allemagne ? — A spéculer. »39 Le style de vie et les institutions anglaises exercent une attirance durable sur la Russie. La vague d'anglomanie qui aide à définir avant tout le comportement de l'homme « comme il faut » et oriente chez les nobles russes la manière d'administrer les propriétés terriennes marque profondément les années 182040. La chose la plus surprenante, c'est qu'on trouve les anglomanes aussi bien dans le parti des occidentalistes que dans celui des slavophiles.

54Tchaadaiev, qui fut dans sa vie l'incarnation la plus parfaite du « dandy » à l'anglaise, commence ses voyages en Europe par l'Angleterre et y étudie les germes d'un bien-être moral qu'il souhaite ensuite étendre à la Russie. Plus tard, dans sa théorie de l'histoire de l'Europe, dont la prospérité serait liée au catholicisme, il fait une exception pour la seule Angleterre. A la Russie orthodoxe il met même en parallèle l'Angleterre qui, elle aussi, a secoué le joug des papes.

  • 41 N. Berdiaev, Alexei Stepanovitch Khomiakov, Moscou, Put, 1912, p. 120.

55Kireievski de son côté sympathise avec l'Angleterre beaucoup plus qu'avec d'autres pays d'Europe et y trouve le principe de sa philosophie nationale, celui d'une fidélité aux traditions, qu'il s'agit d'inculquer à la Russie. Dans le rapprochement de la voie russe et la voie anglaise Khomiakov essaie de démontrer leur parenté par la langue. Il fait des efforts pour faire dériver le mot qui désigne les Anglais (anglitchanie) des habitants de l'ancienne ville russe d'Ouglitch (ouglitchanie). Le sort de l'histoire mondiale doit à son avis être décidé à Moscou et Londres qui était « beaucoup plus près de son cœur que Pétersbourg », cité bureaucratique, représentant à ses yeux la trahison de l'esprit du peuple russe41.

  • 42  Bien entendu, il faut toujours tenir compte de l'influence qu'exercent en Russie certains courants (...)
  • 43  P. Tchaadaiev, Sotchinenia..., p. 283.
  • 44  Ibid., p. 285.

56La France, dont l'influence et le rôle dans la culture russe furent sans équivalent au xviiie siècle, commence à être envisagée avec de plus en plus d'hostilité dans les années 1820-1840. La gallophobie politique, due partiellement à la guerre avec Napoléon, s'est doublée de la gallophobie idéologique et culturelle. A vrai dire, tout ce qu'on dit de l'Europe matérialiste, pervertie, rationaliste, se rejoint dans l'image de la France d'alors42. Tchaadaiev, particulièrement ouvert à l'Occident, et très marqué par la philosophie française, n'en parle pas moins avec négligence de la France, la comparant à l'Angleterre. « Il y a des coutumes en Angleterre, qui sont beaucoup plus fortes, que toutes les garanties légales, prises ensemble... Comment, dites moi, pourrait-on créer cette opinion populaire si puissante, si les Anglais passaient, de même que les Français, leur vie dans des cafés et sur les boulevards, au lieu de la passer dans les clubs et au milieu de leurs familles. »43 Selon Tchaadaiev, qui partage cette opinion avec un grand nombre de ses contemporains, la France est un pays complètement dépourvu d'esprit poétique. « Seuls les Français, ce peuple, sans aucun doute, tout à fait prosaïque, pouvaient imaginer qu'il y a des poètes en France. »44

  • 45  I. Gagarin, La Russie, serait-elle catholique ?..., p. 232.
  • 46  V. Odoievsky, Russkiie notchi..., p. 145.

57Pour des occidentalistes du type Tchaadaiev, Gagarin, Petcherin, le fait qui a le plus compromis l'image de la France aux yeux de ses voisins européens fut la philosophie des Lumières, origine des nombreuses révolutions qui ont ébranlé l'Europe au cours de quatre décennies. Selon eux, pour revenir à l'Europe de toujours, il faudrait avant tout secouer le joug voltairien45, triomphe d'un dangereux formalisme. « Regardez l'histoire [...] et vous verrez, ce que signifient les mots, dont le sens n'est pas basé sur la dignité intérieure de l'homme. [...] Rappelez-vous la Révolution française ; les gens se sont levés contre l'asservissement, le despotisme, comme ils l'appelaient, des rivières de sang ont coulé, enfin les rêves de Voltaire et de Rousseau sont devenus la réalité, les gens [...] ont acquis les formes républicaines, mais aussi Robespierre et d'autres personnages de la même espèce qui ont montré en réalité [...] ce que sont l'asservissement et la barbarie. Voilà les plaisanteries que nous jouent les mots », écrit Odoievsky246.

  • 47  Fr. Rouleau, Ivan Kireievski..., p. 220.

58Ivan Kireievski détestait Voltaire et les Encyclopédistes à tel point qu'il faisait acheter leurs œuvres à Moscou afin de pouvoir les brûler. Pour lui aussi la France est devenue synonyme de matérialisme, aussi bien que de révolution. Même la germanophilie naissante de la société russe était partiellement due à la gallophobie. « Si la Russie n'avait connu ni Schelling ni Hegel, comment aurait elle détruit la domination de Voltaire et des Encyclopédistes sur la civilisation russe », se demandait Kireievski47.

59Pourtant, malgré la faveur dont jouissent les idées allemandes dans la Russie des années 1820-1830, les relations avec l'Allemagne s'avèrent les plus complexes. On pourrait les ranger sous la rubrique de l’« amour-haine ». C'est d'Allemagne que sont venues les sciences en Russie. Il était considéré comme prestigieux de faire ses études dans les universités allemandes ; c'est ainsi que toute une génération de jeunes gens du début du xixe siècle est passée par les universités de Göttingen ou Heidelberg. Il est curieux de noter que Joukovsky, qui fut un des premiers à introduire le romantisme allemand dans la littérature russe, conseille à la mère du futur slavophile Ivan Kireievski d'envoyer son fils dans une des universités allemandes. Dans les années 1820-1830 l'image de l'Allemagne fut étroitement associée à la philosophie de Schelling, dont le rayonnement fut décisif. On le comparait à un Christophe Colomb de notre temps, puisqu'il avait « ouvert à l'humanité un continent nouveau, dont l'homme ne se doutait guère, celui de la subjectivité ».

  • 48  F. Rouleau, Ivan Kireievski..., p. 92-93.

60Le prestige de la pensée allemande fut tel, qu'elle se montra capable de réveiller même le nationalisme russe. Car le slavophilisme naissant, avec les idées du sol sacré, de la voie singulière réservée à la destinée russe, ne fut au fond qu'une reprise déroutante de l'idée romantique de Volksgeist. Sous le couvert des idées nouvelles, des notions allemandes fort loin de s'accorder avec la tradition firent pénétrer l'esprit national en Russie48.

  • 49  Berdiaiev, Khomiakov..., p. 127.
  • 50  D. Kh., L'autocratie, 1907, p. 11-12.

61En même temps, et c'est le paradoxe de la vision russe de l'Allemagne, l'Allemagne fut associée à la bureaucratie, au pédantisme et à l'absolutisme. Les slavophiles avaient une aversion sans borne pour la bureaucratie qui séparait le peuple du tzar. La bureaucratie, selon eux, n'était pas organique, mais étrangère à l'esprit russe, elle était empruntée aux Allemands49. « Tout l'essentiel de la réforme de Pierre le Grand, dit un des disciple de Khomiakov, se ramène à une chose — au remplacement de l'autocratie russe par l'absolutisme. L'autocratie qui, originellement, signifiait simplement la monarchie, devint, à partir de Pierre le Grand, l'impérialisme romano-germanique. »50

62L'hostilité pour tout ce qui est allemand (à la différence de la gallophobie, phénomène récent) remonte à une époque reculée, à l'époque des réformes de Pierre Ier, de la germanisation totale sous Anne Ioannovna, où on appelait « allemand » tout ce qui était étranger et d'où vient cette coutume de représenter le diable sous les apparences d'un Allemand. Au xixe siècle, cette hostilité se fixe dans des stéréotypes populaires. On les voit dans les nouvelles de Gogol, où le diable apparaît avec une physionomie allemande (La nuit avant Noël), où un grossier cordonnier porte le nom de famille de Schiller (La perspective Nevski). Ce dernier cas reflète pourtant les deux côtés contradictoires de l'image de l'Allemagne : le matérialisme plat, l'esprit pratique et pédant, et en même temps l'idéalisme.

63Le premier pays européen que tout voyageur russe se rendant en voyage en Europe devait parcourir, l'Allemagne, est devenu pour les Russes le premier révélateur de la vie européenne. De tous les autres pays d'Europe, l'Allemagne paraît être le plus proche de la Russie. D'où la fascination soudaine pour l'Allemagne et la déception au moment où on fait connaissance avec d'autres pays d'Europe. Un cas très caractéristique de parcours physique et intellectuel à travers l'Europe est fourni par VI. Petcherin. Enchanté par l'Allemagne, ou il a étudié deux année durant, il n'en veut plus rien savoir après avoir visité d'autres contrées.

  • 51 Berdiaev, Alexei Stepanovitch Khomiakov..., p. 152-153.

64Dans l'histoire allemande et russe s'imposent aussi, malgré la diversité, bien des traits communs : le retard historique par rapport au reste du continent, le vif désir de compensation qui attise les phénomènes comparables du pangermanisme et du panslavisme, le réveil de la conscience nationale, qui trouve sa mise en forme dans la philosophie de l'histoire. On estimait même que le protestantisme allemand avait été une tentative partiellement échouée du monde germanique pour se détacher du monde catholique et se convertir à l'orthodoxie (Dostoïevski voulait écraser le monde catholique dans une union avec l'Allemagne protestante). Pourtant cette similitude d'intérêts et d'ambitions provoquait en fin de compte deux attitudes contradictoires : l'attirance et la méfiance. Car on se méfie toujours beaucoup plus de ce qui est à la fois semblable et autre que de ce dont la différence est sans équivoque. Le philosophe russe N. Berdiaev, un demi-siècle plus tard, a trouvé la formule adéquate pour exprimer la dualité et la complexité de la vision de l'Allemagne par les Russes : « Khomiakov donnait toujours la préférence à l'Allemagne sur les pays romans. Je pense qu'en cela il a commis une grande faute à l'égard des idéaux de la Russie et du monde slave. L'Allemagne est la détentrice d'idéaux pangermanistes, profondément hostiles aux idéaux du panslavisme. L'Allemagne a comme ambition historique mondiale de germaniser le monde slave, de lui inculquer sa culture. Le germanisme est l'un des dangers historiques de la Russie et des Slaves, semblable au danger panmongol. [...] Nous avons déjà souffert de ce que notre pouvoir historique se soit germanisé, se soit fait allemand, et que le rationalisme protestant se soit imperceptiblement infiltré dans notre vie religieuse et dans notre culture spirituelle. »51

  • 52  On ne pouvait pas, par exemple, expliquer l'assujettissement de ce pays quasi européen par les mêm (...)
  • 53  A. S. Pouchkine, Polnoje sobranije sotchinenii, t. X, Moscou-Leningrad, 1951, p. 351.

65Il reste encore un pays européen qui occupe une place à part dans la conscience et dans l'histoire russes. Ce pays est la Pologne. Ici le problème des visions russes de l'Europe glisse du niveau théorique, idéologique, à un niveau politique, partisan, voire très personnel (« l'affaire de famille », dira A. Pouchkine à propos des relation de la Russie et de l'Europe pendant la fameuse insurrection polonaise, férocement réprimée par les Russes). Le problème de la Pologne fut qu'appartenant à l'Europe elle faisait en même temps partie de l'Empire russe. Ayant des traditions européennes beaucoup plus riches et anciennes (c'est par la Pologne que s'effectue le passage de la culture européenne en Russie au xviie et au début du xviiie siècle), elle est réduite au xixe siècle à la situation d'un fief du tzar russe. La question polonaise et l'attitude envers la Pologne deviennent un révélateur pour le libéralisme russe naissant52. Alexandre Ier essaie d'introduire une constitution en Pologne, à l'élaboration de laquelle collabore l'ami de Pouchkine le prince Viazemsky. L'étouffement de l'insurrection polonaise de 1831 provoque une vive émotion dans l'opinion publique : au-delà du parti réactionnaire, le débat atteint aussi « les Européens ». Pouchkine écrit alors son poème célèbre « Aux calomniateurs de la Russie », dont le contenu indigne Viazemsky. Les idées principales en sont reprises dans une lettre : « Tout ça est très poétique, écrit-il à propos de l'insurrection. Pourtant il faudrait les étouffer et notre lenteur est pénible. Pour nous l'émeute de Pologne est une affaire de famille, une vieille querelle héréditaire ; on ne peut en juger d'après les impressions provoquées en Europe, quel que soit, au demeurant, notre mode de pensée. »53

  • 54  Cette situation est sans cesse évoquée dans l'œuvre de Gogol, qui venait de Petite Russie.

66L'autre problème, qui se posait en Russie à propos de la Pologne, fut son catholicisme, perçu comme une menace pour la partie occidentale de la Russie orthodoxe (la Petite Russie). D'où l'hostilité profonde des Ukrainiens envers les Polonais. D'où aussi le vieux partage de la population ukrainienne en deux groupes en perpétuelle confrontation54. D'autre part le catholicisme polonais présentait un obstacle important à l'unité intérieure et spirituelle de l'Empire russe. Plus encore, il menaçait l'unité de tous les peuples slaves, c'est-à-dire l'idée du panslavisme si chère au parti national russe. Khomiakov, qui fut le porte-parole des slavophiles russes vis-à-vis des autres Slaves (il est l'auteur d'une fameuse « Epitre aux Serbes »), a rêvé toute sa vie de la fusion de tous les Slaves orthodoxes avec la Russie à leur tête. Selon lui, non seulement la Russie, mais tout le monde slave était prédestiné à l'accomplissement de cette grandiose mission. Il ne mettait à part que la Pologne en tant que pays catholique pour lequel il ne nourrissait pas les mêmes sentiments aussi fraternels.

  • 55  P. Pierling, L'empereur Alexandre Ier est-il mort catholique ? [tiré à part], p. 803.

67Une conséquence paradoxale de ce problème fut la décision prise avant sa mort par l'empereur Alexandre Ier. Pour surmonter la division spirituelle de son Empire et « ramener à l'unité les peuples soumis à la domination russe », il jugea nécessaire de se convertir au catholicisme55.

68Il y a une chose fort étonnante dans l'indifférence des slavophiles vis-à-vis de la Pologne, car c'est à la Pologne qu'ils devaient la glorification du monde slave ancien, de la société organisée autour de la commune rurale, exempte d'individualisme corrupteur, bref, tout ce qui constitue l'essentiel de la doctrine slavophile. Finalement, le slavophilisme russe correspond souvent à une transposition de thèmes polonais. Mais en Pologne cette conception était enrichie d'un messianisme qui voyait le peuple polonais comme le Christ au milieu des peuples, interprétait la ruine de la Pologne comme la crucifixion du Messie et assignait à ce peuple chrétien le rôle d'annonciateur d'une nouvelle ère chrétienne.

  • 56  Fr. Rouleau, p. 101
  • 57  Ibid., p. 118.

69Reprise en Russie, la doctrine slavophile n'a gardé que partiellement ce caractère de messianisme religieux56. L'idée slavophile de la nature chrétienne du peuple russe, et de la Sainte Russie qui incarne cette nature, renfermait elle aussi l'élément du messianisme, mais pour le confondre avec un nationalisme positif, attaché à des prérogatives ethniques et historiques. Par là, le slavophilisme est étroitement lié au panslavisme, variante laïcisée du patriotisme national et religieux. C'est ainsi que, selon les slavophiles, la Russie doit se donner pour tâche de regrouper les Slaves pour leur permettre d'exprimer leurs valeurs nationales. Et la meilleure preuve de cette mission tenait au fait que le mouvement panslave avait une origine non russe57.

70Dans l'opposition des occidentalistes aux slavophiles, la victoire est apparemment revenue au parti de l'Occident. Pourtant, ce triomphe n'était pas définitif. En 1917 l'alternative entre Orient et Occident s'impose de nouveau en Russie. Certains envisagent le triomphe du bolchevisme comme un triomphe de l'Occident, avec son culte de la révolution et la laïcisation totale de la société. Mais d'autres y voient le triomphe de l'Orient en Russie, abolition totale de l'œuvre de Pierre le Grand, le triomphe de la Russie authentique, exempte de l'influence douteuse de l'Occident. Ce point de vue, assez répandu parmi les poètes et écrivains russes (voir, par exemple, le poème d'Alexandre Blok Les douze, le roman de Boris Pilniak L'année nue, sa nouvelle La tempête), sera partagé par les milieux de l'émigration russe. Dans le mouvement smenovechovstvo (mot à mot changement de repères), dirigé par N. Oustrialov et dont les membres étaient d'anciens partisans de la Russie blanche, on a fait la tentative (passablement acrobatique au demeurant) de réconcilier la cause des Blancs avec les résultats de la révolution bolcheviste. A leur avis, le régime soviétique a triomphé, mais c'est le principe national qui a englobé le principe soviétique.

  • 58  Evrasiiskaja chronika (La chronique eurasienne), p. 5, Paris, 1926, p. 73.
  • 59  « Dans un certain sens, le bolchevisme et le latinisme, sous l'aspect historique et empirique, son (...)
  • 60  Ibid., p. 18.

71Ensuite l'idée fut reprise avec quelques modifications par les Eurasiens. Les adeptes de ce mouvement représentaient l'Eurasie (le mot même fut emprunté à Humboldt, qui désignait par là tout le territoire de l'ancien monde, comprenant l'Europe aussi bien que l'Asie) comme un continent tout à fait à part, aussi bien distinct de l'Asie que de l'Europe. « Le terme même de l'Eurasie désigne non pas une « ligne de partage », mais le continent du milieu, où la Russie a une mission créatrice d'initier l'Europe et l'Asie aux sources de la vie authentique. »58 Les Eurasiens avaient en fait beaucoup de point communs avec les slavophiles. Leur idéologie, reposant sur la religion orthodoxe, était pénétrée par les tendances anti-européennes. Ils ne niaient pas l'influence de l'Europe sur la Russie, mais ils ne lui concédaient aucun effet positif, à preuve la révolution socialiste. Le bolchevisme, selon eux, fournissait une salutaire preuve a contrario. Le bolchevisme a détruit le socialisme et la fausse voie de l'Occidentalisme59. La Russie occidentaliste devait émigrer. On revient à la Russie d'avant Pierre le Grand. La démocratie de type occidental doit être remplacée par l'idéocratie et l'autocratie, propres à la tradition russe. Mais en même temps cette autocratie s'est réalisée en quelque sorte dans la Russie soviétique, dans le phénomène de la classe dirigeante. L'axe fondamental de l'idéologie eurasienne réside dans l'idée qu'il ne faut pas combattre la révolution, mais la surmonter. Finalement, c'est le principe national qui doit triompher dans la révolution même. « Certains pensaient d'abord que la révolution russe, qui s'est accomplie au moment de plus grande autorité de la civilisation occidentale européenne, dont les idéaux et les formes étaient appréciés encore récemment comme les idéaux humains absolus, franchirait toutes les étapes nécessaires, sociales, économiques et politiques, pour mettre la Russie au niveau d'un front uni du progrès humain, écrit un autre idéologue eurasien, P. Suvtchinskii, mais le remplacement et l'affirmation de nouvelles couches sociales sont achevés, et pourtant la Russie demeure toujours dans la révolte et dans la dérision. La révolution russe ne s'épuise pas dans des processus politiques et sociaux. La Russie ne conquiert pas simplement l'égalité avec l'Europe. Elle recèle un autre sens, un autre grand projet. La révolution russe s'est déclenchée comme une tragédie, comme une rupture dans l'essence culturelle et spirituelle de la Russie, comme une époque historique nouvelle. Et le résultat ultime de son succès est la découverte du monde de la culture orthodoxe. »60

72On l'a depuis longtemps remarqué, l'histoire russe tend aux reprises et répétitions involontaires. De nos jours la dispute ancienne entre les occidentalistes et les slavophiles s'est ranimée avec une force nouvelle. Et l'on en vient de nouveau à se demander : Qui sommes-nous ? Des Européens ? Des Asiates ? Ou bien ce continent singulier et à part, dont ont parlé les Eurasiens ? Et l'on ne trouve toujours pas de réponse définitive.

Haut de page

Notes

1 Povest vremennych let., 1, Moskva-Leningrad, 1950, p. 102.

2  V. Gogol, Polnoie sobranije sotchinenij (Œuvres complètes), t. 1, Moscou, 1940, p. 247.

3  Cette thèse a fait l'objet d'une démonstration récente de la part de l'historien L. N. Goumilev, Ot Roussi k Rossii (De l'ancienne Russie à la Russie nouvelle), Progrès, 1992

4  L. Poliakov, Moscou troisième Rome, Hachette, 1989, p. 27.

5  D. Stremooukov, Moscou troisième Rome, in Plamia, 1978, n° 50, p. 4-17.

6  Ossip Mandelstam, Poèmes et essais, Paris, 1986.

7  Ibid., p. 126.

8  G. Florovsky, Pouti russkogo bogoslavia (Les chemins de la théologie russe), Paris, 1981, p. 128.

9  Fr. Rouleau, Ivan Kireievski et la naissance du slavophilisme, Paris, Ed. Culture et Vérité, 1990, p. 130-132. De là vient, par exemple, le motif de la fuite en Orient du héros romantique, déçu par les maux de la civilisation (voir Jou. Mann, Poética russkogo romantisma (La poétique du romantisme russe), Moscou, 1976.).

10  VI. Petscherin, Zamoguilny zapiski Apologia pro vita mea (Mémoires d'outre-tombe), Moscou, 1932, p. 172.

11  M. O. Guerchenzon. P. Ia. Tchaadaev, Tchisn y mychlenie (La vie et la pensée), Moscou, 1908.

12  Je passe ici sous silence un autre courant occidentaliste russe, celui des « Démocrates révolutionnaires », dont Belinski, Herzen, Ogarev faisaient parti et qui représente un problème à part. Voir A. Grigoriev, L'occidentalisme dans la littérature russe ; ses sources et ses forces, in A. Grigoriev, Sotchinenia, t. I, Pétersbourg, 1876, p. 511-543 ; N. Beloserski, Le slavophilisme, l'occidentalisme et Herzen, in Vestnik Evropy, 1898, n° 11, p. 183-206 ; Les occidentalistes des années 40, N. V. Stankevich, V. G. Belinski, A. I. Herzen, T. N. Granovski, Moscou, 1910.

13  P. la. Tchaadaiev, Sotchinenia, Moscou, 1989, p. 15-48.

14  Fr. Rouleau, Ivan Kireievski..., p. 93-100.

15  I. Kireievski, Le dix-neuvième siècle, in L'Européen, 1832, n. 1.

16  Voir Fr. Rouleau, Ivan Kireievski..., p. 137-138.

17  Fr. Rouleau, L'aigle bicéphale et les deux glaives, in Communio, 1992, n° 104, p. 38-45.

18  M. J. Rouet de Journel, Madame Swetchine et les conversions, in Etudes, 1927, t. 191, p. 183-204 ; Ch. Clair, Premières années et conversion du prince Jean Gagarin, in Revue du Monde catholique, Paris, 1883, t. XIX, p. 113-115.

19  Iv. Gagarine, La Russie, sera-t-elle catholique, in Simvol, Paris, 1982, n° 8, p. 208-250.

20  P. J. Tchaadaiev, Sotchinenija. Moskva : Pravda, 1989, p. 141-143.

21  M. O. Guerschenzon, P.J. Tchaadaev..., Moscou, 1908.

22  I. Gagarine, La Russie sera-t-elle catholique ?..., p. 231-232.

23  En même temps il avoue la grandeur de l'entreprise du tzar, à laquelle on doit la lumière et la culture en Russie, aussi bien que le caractère inévitable et irréversible de cette entreprise : « Même s'il avait été possible d'expulser complètement de Russie la civilisation occidentale, l'ignorance momentanée l'aurait soumise de nouveau à une influence plus forte de la culture étrangère. La Russie, de nouveau, serait revenue à ces temps de la réforme de Pierre le Grand, où l'introduction de tout ce qui venait d'Occident... était regardée comme un bienfait pour la Russie, car elle apportait avec elle la civilisation », voir Fr. Rouleau, Ivan Kireievski..., p. 144.

24  Ibid., p. 115.

25  I. Kireievski, Œuvres complètes, Moscou, 1861, t. I, p. 112.

26  Ce fut le cas de Gagarin, de VI. Petcherin ; ce dernier, s'étant trouvé dans un monastère des Rédemptoristes en Italie, vint à s'interroger : « Qu'est-ce que c'est que la patrie dans notre siècle instruit ? une motte de la terre, une compassion du sang et de la chair ? est-ce que c'est la patrie ? Non, ma patrie est là, où habite ma foi ! » Cité d'après M. O. Guerchenzon, La vie de V. S. Petcherin, Moscou, 1910, p. 118.

27  A. Khomiakov, Œuvres complètes, t. IV, Moscou, 1900-1907.

28  Cité d'après M. O. Guerchenzon, P. I. Tchaadaiev..., p. 203.

29  Lettres de VI. Petcherin à Ivan Gagarin, Archives de la bibliothèque de Meudon, lettre de 24 janvier 1849.

30  O. Mandelstam, Poèmes et essais..., p. 67.

31  P. J. Tchaadaiev. Sotchinenia. Moskva : Pravda, 1989, p. 278.

32  V. F. Odoievsky, Russkiie notchi (Les nuits russes), Nauka, Leningrad, 1975, p. 13.

33 Konst. Batiuchkov, Sotchinenia, Pétersbourg, 1887, t. III, p. 531.

34 P. Tchaadaiev, Sotchinenia i Pisma, I, 172.

35 K. Batiuchkov, Sotchinenia, t. III, p. 531.

36  Mandelstam, qui s'est longuement penché sur le sort de Batiuchkov dans le contexte culturel de l'époque, a estimé : « Batiuchkov a péri..., parce qu'il a goûté les attraits de Tasso sans s'être prémuni avec Dante » (O. Mandelstam, Razgovor o Dante (Le discours sur Dante), Moskva, 1967, p. 75).

37  L. N. Maikov, K. N. Batjuchkov, Pétersbourg, 1896, p. 259-260

38  M. O. Guerschenzon, La vie de Petcherin..., p. 276.

39 P. Tchaadaev, Sotchinenia..., p. 165.

40 G. Alexinsky, Russia and Europe, London, 1917.

41 N. Berdiaev, Alexei Stepanovitch Khomiakov, Moscou, Put, 1912, p. 120.

42  Bien entendu, il faut toujours tenir compte de l'influence qu'exercent en Russie certains courants de la pensée philosophique, sociale, littéraire française, tels que saint-simonisme, la philosophie catholique de Lammenais et Bonald, l'école frénétique dans la littérature, mais l'image globale de la nation et du pays dans la perception russe devient de moins en moins flatteuse. Ainsi chez un Kireievski, qui parle de Pascal comme de son devancier mais nie toute valeur positive fondamentale à la pensée française. Fr. Rouleau, Iv. Kireievski, p. 218.

43  P. Tchaadaiev, Sotchinenia..., p. 283.

44  Ibid., p. 285.

45  I. Gagarin, La Russie, serait-elle catholique ?..., p. 232.

46  V. Odoievsky, Russkiie notchi..., p. 145.

47  Fr. Rouleau, Ivan Kireievski..., p. 220.

48  F. Rouleau, Ivan Kireievski..., p. 92-93.

49  Berdiaiev, Khomiakov..., p. 127.

50  D. Kh., L'autocratie, 1907, p. 11-12.

51 Berdiaev, Alexei Stepanovitch Khomiakov..., p. 152-153.

52  On ne pouvait pas, par exemple, expliquer l'assujettissement de ce pays quasi européen par les mêmes motifs que la conquête des « peuples sauvages » du Caucase.

53  A. S. Pouchkine, Polnoje sobranije sotchinenii, t. X, Moscou-Leningrad, 1951, p. 351.

54  Cette situation est sans cesse évoquée dans l'œuvre de Gogol, qui venait de Petite Russie.

55  P. Pierling, L'empereur Alexandre Ier est-il mort catholique ? [tiré à part], p. 803.

56  Fr. Rouleau, p. 101

57  Ibid., p. 118.

58  Evrasiiskaja chronika (La chronique eurasienne), p. 5, Paris, 1926, p. 73.

59  « Dans un certain sens, le bolchevisme et le latinisme, sous l'aspect historique et empirique, sont des alliés et des compagnons », écrit un des principaux idéologues du mouvement eurasien, P. Savitskii (Rossia i latinstvo (La Russie et le latinisme), p. 11).

60  Ibid., p. 18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ekaterina Dmitrieva, « Visions russes de l'Europe centrale occidentalistes et Slavophiles », Revue germanique internationale, 1 | 1994, 61-82.

Référence électronique

Ekaterina Dmitrieva, « Visions russes de l'Europe centrale occidentalistes et Slavophiles », Revue germanique internationale [En ligne], 1 | 1994, mis en ligne le 22 juin 2011, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://rgi.revues.org/426 ; DOI : 10.4000/rgi.426

Haut de page

Auteur

Ekaterina Dmitrieva

Chargée de recherche à l'Institut de la littérature mondiale Gorki de l'Académie des sciences de Russie, travaux en français : « La réception de Herder en Russie », in Pierre Pénisson (éd.), La philosophie de l'histoire de Herder, Paris, 1994 (sous presse) ; coéditrice du volume Transferts culturels triangulaires. Russie, Allemagne, France, Paris, Editions du Cerf, 1994 (à paraître), avec Michel Espagne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org