Navigation – Plan du site
Essais de sémantique historique

Le Saint Empire romain germanique dans les représentations européennes, 1648-1789 : « équilibre », « milieu », « centre »

Fred E. Schrader
Traduction de Olivier Mannoni
p. 83-106

Résumés

Aus der Perspektive der Nationalstaatsbildung hat das Heilige Römische Reich Deutscher Nation nach seiner Auflösung 1806 eine schlechte Presse. Tatsächlich nimmt es, in der Mitte und zwischen den Großmächten Europas gelegen, einen bemerkenswerten konstitutionellen Status zwischen Konföderation und Staat ein, der bereits zeitgenössisch innen- und außenpolitisches, aber auch rechts- und verfassungstheoretisches Interesse geweckt hat.
Doch gerade aus französischer Sicht, insbesondere auf antiabsolutistischer Position, erscheint die Praxis der Reichsverfassung trotz ihrer Komplexität zeitweise als Modell einer friedenssichernden Vergesellschaftung und Integration der Völker Europas nicht auf transnationaler, sondern auf vornationaler Ebene.
Diese historische Option ist eine Utopie des 18. Jahrhunderts geblieben, welche dann von der Bildung der Territorial- und Nationalstaaten an systematisch verdrängt worden und insbesondere mit den Kriegen der Französischen Revolution in Vergessenheit geraten ist. Europa scheint dann im 19. Jahrhundert nur noch transnational denk- und konzipierbar zu sein.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l'allemand par Olivier Mannoni.

Texte intégral

I/ L'empire - un état ?

  • 1  G. W. F. Hegel, Die Verfassung Deutschlands, in du même, Werke in 20 Bänden, vol. 1, Francfort / M (...)
  • 2  Ibid., p. 462.

1« L'Allemagne n'est plus un Etat » — c'est en ces termes que Georg Wilhelm Friedrich Hegel introduit, vers 1800, ses réflexions sur une réforme — ou plus encore : sur une refondation de l'Empire germanique1. On ne se querelle même plus, dit-il, sur la nature de la constitution dont dispose l'Empire. Hormis les Etats sans constitution, les Etats despotiques, aucun pays n'a de constitution plus misérable que l'Allemagne. Les spécialistes du droit constitutionnel, dit Hegel, ne se sont jamais satisfaits de l'Empire — Voltaire a dit qu'il s'agissait d'une anarchie. Même cela, Hegel le remet en question2. Selon lui, il n'existe, dit-il, tout simplement plus de concept correspondant à l'Empire. Et il ajoute : « Ce qui ne peut être conçu n'existe plus. »

  • 3  Etats : nous avons choisi cette traduction pour le terme Reichstände, qui désignait les diverses e (...)
  • 4  Ibid., p. 546, 550-551, 532.

2Tandis que la France, l'Angleterre et d'autres pays européens sont parvenus, selon lui, à apaiser au moyen du droit féodal les éléments hostiles à l'Etat qui « fermentaient » dans chacun de ces pays, à les associer et à les concentrer sur un point médian de l'Etat, l'Allemagne s'est abandonnée aux pays qui la composaient et a renoncé à l'idée de se consolider pour devenir une puissance étatique solide. Pour Hegel, le point de départ de l'organisation de cette absence d'Etat est la paix de Westphalie de 1648. Depuis l'Empire s'est trouvé en état de guerre permanente mais non déclarée. D'autres nations, dit-il, n'ont cessé de se mêler de ses affaires. Au bout du compte, l'Allemagne a disparu parce que certains de ses Etats3 avaient pris des dimensions démesurées, notamment le Brandebourg-Prusse4. Mais l'origine de cette décomposition est le caractère monstrueux de cette structure, dit-il en citant Samuel von Pufendorf ; nous reviendrons sur ce point.

  • 5  Cf. à ce propos la présentation faite par Hagen Schulze, Gibt es überhaupt eine deutsche Geschicht (...)

3Après Hegel, cette critique sans nuance du dernier siècle et demi du Saint Empire s'est profondément enracinée dans l'historiographie allemande. Pour l'historicisme allemand, et notamment pour sa variante prussienne, qui fut au bout du compte la variante dominante, cette constitution de l'Empire est pratiquement une feuille en négatif : il s'agissait de s'en servir pour mettre en relief l'image du IIe Reich allemand sous domination prussienne ; mais on l'utilisait aussi pour donner l'image d'un « meilleur Empire », celui du Moyen Age, même si un tel Moyen Age n'avait jamais existé5.

  • 6  Severini de Monzambano (= Samuel von Pufendorf), De statu imperii germanici ; 1667 : « Germaniam e (...)
  • 7 Cf. Klaus Malettke, Altes Reich und Reichsverfassung in französischen Traktaten des 17. Jahrhundert (...)

4L'invocation (d'ailleurs traditionnelle) de Pufendorf constitue déjà, sous cette forme, un raccourci et une imprécision ; elle témoigne d'une mauvaise interprétation de la source que l'on cite comme autorité. Car dans les éditions suivantes de son livre sur l'état de l'Empire allemand, la comparaison avec le « monstre » redouté est d'abord atténuée, puis tout simplement éliminée6. Pufendorf constate juste que la constitution politique de l'Allemagne échappe aux descriptions classiques et normatives situées dans la tradition aristotélicienne. Il s'agit donc d'une entité plus complexe, dotée de ses propres institutions et fonctions, et que les schémas courants ne permettent pas d'appréhender. Mais la théorie de la souveraineté énoncée par Bodin, plus récente, ne vient pas à bout, elle non plus, de la constitution de l'Empire, comme on peut le discerner dans les essais qui ont été publiés à l'époque en Europe, après la paix de Westphalie7.

II/ L'empire « monstrueux »

5Mais qu'est-ce donc que cet empire, qu'est-ce qui rend sa constitution irrégulière, quelle est sa structure interne, quel rapport a-t-il avec les autres pays, quelles sont ces guerres dont parle Hegel ?

6Il est impossible, bien entendu, de brosser ici un tableau historique complet ; mais on peut et l'on doit tout de même rappeler quelques traits caractéristiques :

7— La paix de Westphalie de 1648 (avec les traités de Munster, avec la France, et d'Osnabrück, avec la Suède) est un traité de paix relevant de la politique étrangère mais doté d'un caractère constitutionnel. La France et la Suède, auxquelles on attribue des territoires de l'Empire, sont les puissances garantes d'une constitution qui, lors de la première réunion de la diète après la guerre de Trente ans, en 1653, à Ratisbonne, sera ratifiée comme loi fondamentale régissant la galaxie de plusieurs centaines d'Etats qui composent l'Empire germanique — leges et constitutiones fundamentales imperii. Certes, il existe toujours une prépondérance catholique formelle dans la structure de l'Empire, notamment en raison du poids des empereurs issu des Habsbourg (Charles VII, 1742-1745, ne fait pas ici exception à la règle) et des ordres de l'Empire ; mais en prenant des mesures formelles pour rétablir la parité, et en faisant preuve de persuasion politique, on empêchera que l'antagonisme religieux ne dégénère à nouveau en guerre civile.

8— Face à la structure hiérarchique impériale, on trouve un entrelacs institutionnel qui limite le pouvoir de l'empereur, ou qui, du moins, permet de le contrôler et offre aux ordres de l'Empire leurs propres possibilités d'évolution. Parmi ces mesures, on trouve l'élection de l'empereur sur la base de la capitulation électorale, une sorte de programme électoral dont le respect était obligatoire et que le candidat devait négocier avec les ordres de l'Empire ; s'y ajoutaient les cercles de l'Empire, dotés en bonne partie de pleins pouvoirs exécutifs et économiques, ou encore le tribunal de la Chambre de l'Empire, à Spire, et, à partir de 1693, à Wetzlar, ainsi que le Conseil de la cour de l'Empire à Vienne. A ces institutions s'ajoutait surtout la diète permanente, d'abord à Ratisbonne (1713 : Augsbourg ; 1742-1745 : Francfort-sur-le-Main), une représentation permanente des ordres de l'Empire dans laquelle se profile une élite spécifique d'hommes politiques ; il ne s'agissait pas d'un parlement élu par le peuple, mais d'un système complexe de représentation des Etats, où les délégués n'avaient pas de mandats libres, mais strictement impératifs. La diète devint pourtant la bourse politique et l'organe de contrôle essentiel du pouvoir impérial.

9— Tant qu'ils ne se dressent pas directement contre l'empereur et l'Empire, les Etats détiennent le droit de conclure des traités, aussi bien entre eux qu'avec les puissances extérieures à l'Empire. Les Etats firent un usage abondant de cette possibilité. Au cours des cent cinquante années qui séparent la paix de Westphalie et la dissolution de l'Empire, il n'existe sans doute pas une seule possibilité de coalition qu'ils n'aient essayée. Même la polarisation apparemment constante entre Versailles et Vienne ne s'avéra pas fixée pour l'éternité, comme le prouva le renversement des alliances de 1755-1756. De la même manière, nul n'aurait pu prévoir l'ascension de trois Etats du Reich à la fin du xviie et au début du xviiie siècle : les maisons de Saxe, de Hanovre et de Brandebourg verront alors sortir de leurs rangs des rois de Pologne, d'Angleterre et de Prusse.

  • 8  Le traitement réservé à la politique de Mazarin, de Richelieu, de Louis XIV est pratiquement le ré (...)

10— Les Habsbourg, le Brandebourg-Prusse et quantité d'ordres du Reich — à vrai dire la quasi-totalité des éléments qui composent l'Empire — sont entraînés dans des guerres par la force des choses, qu'il faudra encore analyser : les guerres nordiques, les guerres turques, les guerres de succession en Espagne, dans le Palatinat, en Autriche ou en Bavière, les guerres contre la France, les guerres entre la Prusse et l'Autriche8...

11Au total, l'Empire apparaît bien faible, si on le compare avec les modèles politiques qui visent à l'établissement d'Etats nationaux territoriaux et d'une administration centralisée. On n'a pas pu imposer un absolutisme de l'Empire ; si l'on n'y est pas parvenu, ce n'était pas uniquement parce que les Bourbons, et l'Europe en général, s'opposaient à une monarchie universelle des Habsbourg, mais aussi et surtout à cause de la résistance des Etats de l'Empire, soutenus par les institutions impériales, aux menées visant à imposer une telle politique d'inspiration viennoise. L'ascension du Brandebourg-Prusse et le dualisme austro-prussien qui en résulte donnent un poids considérable à cette structure interne dans la deuxième moitié du xviiie siècle.

12D'une part, l'Empire apparaît comme une structure lourde et complexe, comme la victime d'une politique d'annexion agressive de Louis XIV, déchiré par les contradictions internes, ouverte à l'intervention militaire, ou du moins politique et diplomatique, des puissances étrangères, comme une configuration irrégulière où la souveraineté, dans la définition qu'en donne Bodin, est loin d'être avérée. L'Empire apparaît comme un cul-de-sac sur la voie qui mène un pays au statut de nation moderne. Mais d'autres questions se posent : comment se fait-il que cette entité ne soit justement pas un simple ballon avec lequel jouent les puissances étrangères, comment se fait-il que la politique de Louis XIV se soit épuisée et que la diète, les cercles et les tribunaux aient fonctionné ? Comment, au bout du compte, se fait-il que les contemporains, non seulement dans l'Empire lui-même, mais aussi à l'extérieur de l'Allemagne, se soient consacré aussi intensément à ce « monstre » ? Il s'agissait sans doute de mener des analyses historiques et juridiques sur des structures d'action données. Mais ceux qui s'y livraient avaient aussi l'intention d'intervenir activement dans l'évolution politique ; plus encore, ces textes publiés à l'intérieur et à l'extérieur de l'Empire purent devenir une partie intégrante de la politique et de la diplomatie.

III/ Dynasties et classe diplomatique

  • 9 F. Dickmann, Der Westfälische Friede und die Reichsverfassung, in Forschungen und Studien zur Gesch (...)
  • 10  Certains de ces points sont défendus avec brio par Karl Otar von Aretin, Reichssystem, Friedensgar (...)

13Au cours des dernières années, l'historiographie allemande a révisé son jugement sur le Saint Empire. On cesse de souligner à tout propos que depuis la paix de Westphalie l'Allemagne n'était « plus un Etat » et que les énergies politiques s'étaient concentrées dans les différents territoires9. On affirme en revanche que, si la structure hiérarchique de l'Empire a pu s'imposer pour une longue période, aucun des ordres et aucune des associations n'a pu réellement s'affirmer comme sujet du droit international. La seule exception est ici le Brandebourg-Prusse, qui suit son propre chemin, devient une puissance européenne et, assez forte pour former un contrepoids aux Habsbourg, sape la structure intégrative de l'Empire, après qu'a été consommé l'échec des solutions fédératives, telles que la France a encore une fois essayé de les imposer — depuis le soutien à la candidature impériale de Charles VII jusqu'aux projets du marquis d'Argenson visant à créer un Etat fédéral dont la France se porterait garante. Si, dans une première phase de l'Empire, après 1648, l'ordre hiérarchique a pu s'imposer, explique-t-on, maintenant ainsi les régions allemandes en dehors du jeu d'équilibre entre Etats européens, le jeu des plateaux sur la balance du dualisme austro-prussien, dans son équilibre, a finalement pu mettre l'Empire à l'abri de la Révolution française10.

  • 11  Cf. du même, Tausch, Teilung und Länderschacher als Folgen des Gleichgewichtssystems der europäisc (...)

14Dans cette historiographie tout de même beaucoup plus nuancée, on tente d'appréhender en termes positifs le caractère spécifique de l'Empire, et en le replaçant dans son contexte européen. Les paramètres qui permettent d'étudier le « système impérial » sont manifestement ceux du « droit » européen, de la garantie de paix accordée par une ou plusieurs grandes puissances, de l'équilibre européen auquel s'efforçait d'atteindre la diplomatie. Si l'on suit l'historiographie, on voit que le principe de la garantie de paix, auquel on se tenait depuis Richelieu, échoue avec la politique de Louis XIV. On n'abandonne sans doute pas le principe du droit. Mais l'on doit pratiquer des réductions considérables par rapport à la politique d'équilibre qui accorde sans doute aux assez grandes puissances des compensations ne s'arrêtant pas aux rapports de droit, mais transforme les plus petits pays en une masse disponible à merci11. La diplomatie continue à utiliser le discours dynastique, mais s'éloigne de plus en plus du système des revendications juridiques familiales qui tenait aussi compte des puissances de moindre importance, et mène une stratégie politique fondée sur l'équilibre européen des pouvoirs. On distingue ici une transition vers le système de la pensée politique, qui atteindra son apogée avec Metternich.

  • 12 Ibid., p. 75.

15On peut donc décrire ainsi le lien entre le rapport de force en Europe et l'évolution dans l'Empire : d'une part, la politique impériale est parvenue à imposer la structure hiérarchique face à une structure fédéraliste qui était au moins envisageable ; elle a pu exclure toute solution alternative à celle d'un empereur issu de la maison d'Autriche-Habsbourg et à barrer aux Etats de l'Empire la voie qui leur aurait permis de former des Etats souverains. D'autre part, avec le chemin à part suivi par la Prusse, le principe politique européen de l'équilibre des forces devint un élément constitutif de l'Empire, qui ne pouvait donc plus survivre dans le cadre de sa constitution de 164812.

16Cette historiographie allemande récente a l'avantage d'être cohérente, de rendre compte de la complexité de l'Empire et de l'intégrer dans le contexte européen. Il faut peut-être s'arrêter sur un point : s'il est exact que la politique impériale a empêché les Reichsstände de constituer des Etats absolutistes, il est vrai, à l'inverse, que ces mêmes Etats se sont opposés avec succès à la tendance des Habsbourg à imposer l'absolutisme de l'Empire. Cela fixe des limites très nettes à la hiérarchisation politique formelle de l'Empire, même dans le cas où, précisément, les petits Etats de l'Empire ont été conservés et où la fédéralisation n'a pas été menée à bien. Mais quantité de questions se posent ici — il nous faut en évoquer quelques-unes dans les lignes qui suivent.

17Les problèmes qui se posent sont, pour les uns, conceptuels et, pour les autres, de nature socio-historique. Au-delà se posent des questions sur la structure de représentation contemporaine de complexes tels qu'en constituent l'Empire, l'équilibre ou le droit :

  • 13 Cf. Eberhard Schmitt, Repräsentation und Revolution. Eine Untersuchung zur Genesis der kontinentale (...)

18Souvent, au moins par imprudence, l'historiographie de l'Empire utilise encore des concepts empruntés à la réflexion sur l'Etat national menée au xixe siècle. La « France », la « Suède », l’« Espagne » ne sont pas des conceptions similaires au xixe et au xxe siècle, ni au xviie et au xviiie. « L'Etat », « la nation », « le peuple » ne sont pas nécessairement identiques, ni au niveau diachrone, ni au niveau synchrone. Il s'agit soit de représentations allégoriques, soit, concrètement, de territoires détenus par leur roi. Dans les stratégies politiques de ces monarques, les identités ethniques, linguistiques ou culturelles ne jouent pratiquement aucun rôle, quand on les ballotte de droite à gauche comme une masse disponible à merci, et quel que soit le principe invoqué pour justifier une telle attitude — le principe du droit, celui de l'équilibre ou celui de la simple politique de puissance militaire. Au niveau local et régional, cependant, on insiste sur ces identités en faisant jouer les privilèges auxquels on peut prétendre — et la France n'est d'ailleurs pas en reste dans ce domaine13.

  • 14  Rolf Reichardt, Die Französische Revolution als Maßstab des deutschen « Sonderwegs » ? Kleines Nac (...)

19Même dans les études récentes, une tentation historiographique apparaît au moins de manière implicite : en soulignant le fait qu'il n'y a pas eu, sous l'Empire, de formation d'absolutismes et d'Etats — toujours avec les exceptions que constituaient l'Autriche et le Brandebourg-Prusse —, on laisse entendre, dans une argumentation protothéorique, que le modèle français désigne pratiquement le chemin normal de la formation des Etats14. Effectivement, à l'époque, il fut perçu aussi comme un exemple à suivre. Mais on le considéra avant tout comme un modèle de cour, où la noblesse et le recrutement de l'élite occupaient la première place. Cette interprétation positive ne vaut cependant pas pour tous les ordres de l'Empire, ni pour la représentation globale de la constitution et de la souveraineté. A l'extérieur de l'Empire, aux Pays-Bas et en Angleterre, par exemple, on mettra au point d'autres modèles constitutionnels que le schéma français. Enfin, l'autorité dont jouit le concept de souveraineté formulé par Bodin et l'éclat du Roi-Soleil ne doivent pas faire oublier qu'au plus tard avec la régence, la fin de la période de guerre et le début de l'ère du renouveau économique, l'absolutisme français ne fut pas du tout à l'abri des contestations, et ce non seulement sur le plan théorique, mais aussi dans la pratique constitutionnelle.

  • 15  A l'échelle européenne, par exemple, et respectivement, la guerre de succession espagnole, palatin (...)

20Au sein de l'Empire comme entre les pays européens, les rapports de domination, de possession territoriale, de succession ou de transmission sont régis par les règles des relations familiales, pérennisées par le droit. Ce sont toujours les relations et les traités entre princes qui s'appliquent. En outre, des stratégies de mariage soigneusement étudiées permettent, à chaque génération, de créer un réseau de clans familiaux dont les mailles se tissent au fil du temps et finissent par constituer une trame serrée de relations entre parents. Ce réseau efficace a eu de funestes conséquences. Le principe de succession de la primogéniture masculine a dû subir plusieurs entorses après la paix de Westphalie ; elles ont provoqué une succession rapide de guerres parfois violentes, malgré le haut degré de liens familiaux entre les dynasties — ou justement à cause de lui15.

  • 16  Cet aspect est fortement souligné chez Heinz Schilling, Höfe und Allianzen. Deutschland 1648-1763, (...)
  • 17  Cf. Winfried Dotzauer, Macht-Politik-Diplomatie. Gedanken über die Neudimensionierung der Verständ (...)
  • 18 Cf. Heinz Schilling, op. cit., p. 157 sq.

21Dans les cas où il n'existe pas de descendant mâle direct, on voit surgir une quantité de prétendants proches de la dernière lignée à avoir gouverné. Ici, on a la possibilité de résoudre les conflits par la force. Mais, dans les faits, on utilise de plus en plus le moyen de la diplomatie. Or la diplomatie exige — et ce phénomène va croissant — du personnel diplomatique, une caste spécifique disposant d'une formation le plus souvent historico-juridique. Ces hommes-là publient des textes scientifiques, ils font de la diplomatie une discipline universitaire à part entière et se créent leur propre champ d'action dans l'opinion publique. Les relations qu'ils entretiennent les uns avec les autres dépassent les délégations qui leur sont confiées. Ils s'allient, se marient entre eux, marient leurs enfants. On voit ainsi se former une véritable classe politique. Ce qui ressemble à une armée de diplomates se retrouve d'abord, au niveau de l'Empire, au sein de la diète permanente16. Au niveau européen, elle s'engage dans les conflits ouverts ou prévisibles, soit en prenant parti, soit en proposant sa médiation. Louis XIV avait compris le rôle que pourrait tenir une troupe de diplomates toujours prête à intervenir, bien formée, ayant des connaissances juridiques. S'il a pu, malgré ses défaites politiques — ou du moins malgré des résultats qui n'étaient pas parfaitement clairs —, mais aussi contre la pression politique des puissances intervenantes, sortir plus ou moins indemne de ses obsessions parfois aventureuses, il l'a dû, pour l'essentiel, à ce personnel auquel on accordera désormais une attention toute particulière17. Il ne faut pas négliger non plus, du reste, le résultat des guerres contre les Turcs : elles rassemblèrent à Vienne et autour de la ville une élite militaire et politico-diplomatique qui acquit ainsi une certaine assurance18.

22Les dynasties familiales et la diplomatie, c'est-à-dire une classe politique professionnelle au sein du Reich et en Europe, sont deux systèmes qui se réfèrent à eux-mêmes et se rapportent en outre l'un à l'autre. La diplomatie démonte les complexités dysfonctionnelles des systèmes dynastiques internes qu'elle interprète et qu'elle traite en termes rationnels, comme de simples relations internationales. Mais dans le même temps, au moins quand elle le peut, elle se met à son propre service et échappe de plus en plus aux visées purement dynastiques. Comment les deux systèmes ont-ils pu coexister au xviiie siècle et avoir des relations l'un avec l'autre ? Et quelles en sont les conséquences pour la structure du Reich dans le contexte européen ?

IV/ Convenance, équilibre

23En diplomatie et dans les textes juridico-politico-économiques, après la paix de Westphalie de 1648, mais surtout au xviiie siècle, jusqu'à la Révolution française, puis, une fois encore, dans le système de restauration européenne conçu par Metternich, on emploie avec une fréquence remarquable l'image de l'équilibre des forces, que l'on illustre de manière concrète et expressive en utilisant l'exemple des plateaux d'une balance. Leur jeu, menant à un point médian de la compensation, semble alors être un objectif qui mérite d'être atteint. L'Empire germanique se trouve alors au centre de la politique de paix européenne, dont il devient l'instrument.

  • 19 Cf. Franz Borkenau, Der Übergang vom feudalen zum bürgerlichen Weltbild, Paris, Alcan, 1933 ; Henry (...)
  • 20 Otto Mayr, Uhrwerk und Waage. Autorität, Freiheit und technische Systeme in der frühen Neuzeit, Mun (...)
  • 21 Hans Fenske, art. Gleichgewicht, Balance, in Geschichtliche Grundbegriffe, vol. 2, p. 959-996, ici (...)

24Ce point, bien entendu, n'a pas échappé à l'historiographie. Diverses « écoles » s'en sont emparées. On a voulu reconnaître dans l'idée de l'équilibre un trait caractéristique de la réflexion ou même de la vision mécaniste du monde19. Au-delà, d'autres auteurs discernent, avec l'utilisation de l'image de la balance dans les débats politiques, des intentions politiques libérales, libertaires et peut-être aussi protodémocratiques20. Du point de vue de l'histoire des concepts, on ne peut certes pas nier un certain rapport, mais il faut sans doute rappeler qu'avant même l'image du monde mécaniste, indépendamment d'elle et parallèlement à elle, on peut retrouver la réflexion sur l'équilibre dans les domaines les plus divers — la direction des affaires économiques, par exemple — et dans des traditions parfois tout à fait différentes selon les pays européens21.

  • 22 Cf. entre autres : Kurt von Raumer, Ewiger Friede, Friedensrufe und Friedenspläne seit der Renaissa (...)
  • 23  Fenske, op. cit., p. 959.

25Parallèlement, une littérature pléthorique consacrée aux sources de la politique et de la diplomatie du xviie et surtout du xviiie siècle utilise elle aussi, à des points centraux, l'image de l'équilibre. A l'inverse, quelques études se sont penchées sur cette réflexion en la considérant comme un principe de l'action politique, celle des hommes d'Etat22. S'il faut aussi distinguer entre les pays, les périodes ou les époques, les secteurs d'activité (la diplomatie et la politique intérieure, la politique économique et commerciale), mais aussi et surtout entre les différentes écoles de pensée, il semble régner une unanimité implicite, voire tout à fait explicite, sur le fait que l'équilibre est une notion centrale de l'action en matière de politique extérieure. En outre, « la condition essentielle pour l'avènement de cette conception était la mise en forme définitive de l'Etat des temps modernes. Les Etats durent grandir pour devenir des Etats territoriaux consolidés, et être conçus comme des individualités. (...) Si l'on n'a pas mené au préalable une réflexion sur la souveraineté et le pouvoir, l'idée de l'équilibre politique n'est pas concevable »23.

26Cet exemple fait émerger tout un pan de l'histoire récente des concepts. Car, dans les faits, un concept comme celui de l'équilibre n'est pas dénué de contradiction ; tout au contraire, on se bat pour lui, à l'époque, autant pour le revendiquer (en tant qu'argument) que pour le réfuter (en tant qu'expression d'une politique adverse, ou du moins erronée). Les zones de consensus se déplacent constamment, avec des alliances variables et des transformations dans les conceptions politiques. Cette pensée, surtout, n'est pas une sphère indépendante, autonome, mais elle s'identifie largement à l'action en matière de politique intérieure, extérieure et économique. L'image de la balance et du balancement, de l'équilibre des forces, ne demeure pas identique au fil du temps ; ses fonctions évoluent. Dans le siècle et demi qui sépare la paix de Westphalie et la Révolution française, elle deviendra le point de référence commun de l'interaction et de la représentation politique.

27Du reste, transmis par l'image mécaniste du monde, tout comme le principe de la machine, le principe de la balance peut parfaitement constituer une structure d'action politique et sociale ne faisant pas l'objet d'une réflexion théorique. A lui seul, le concept d'équilibre peut être reçu comme argument politique et de nouveau transposé en une action adéquate. Mais cette structure d'action peut tout à fait exister sans que le concept en soit encore formulé. Et c'est précisément en cela que l'équilibre s'intègre dans le monde des représentations sociales et politiques.

  • 24  Cf. Fred E. Schrader, La constitution sociale du sujet et la sociabilité moderne. Un questionnemen (...)

28Effectivement, la problématique de l'équilibre cerne exactement les fonctions que les sciences sociales définissent depuis Emile Durkheim comme des représentations, des univers de représentation. Le grand succès du concept de mentalité, qui a connu une véritable inflation — au contraire, par exemple, du concept d'outillage mental de Lucien Febvre —, réside dans son manque de précision, dans sa gourmandise et dans le flou de son attitude à l'égard de l'interprétation psychologique. A l'origine, le terme de mentalité doit désigner ce qui est, pour ainsi dire, pensé de manière impersonnelle, indépendamment des opinions, des réflexions et des représentations subjectives, ce qui était partagé, de manière quotidienne et automatique, par tous les individus. On touche ici à un élément de la longue durée et de la consistance sociale persistante, de l'inertie sociale dans l'histoire. L'un des problèmes liés à cette conception est la manière dont on peut appréhender et déterminer autant la cohérence de cette pensée impersonnelle que ses différences et oppositions spécifiques (par catégories, classes, etc.) Les « représentations » sont les formes symboliques de la pensée — chez Durkheim : « intellectualité » — et du comportement sociaux, avec lesquels les gens se présentent aux autres, mais aussi à eux-mêmes. Pour être encore plus précis, il s'agit de représentations par lesquelles la réalité sociale spécifique aux groupes doit être comprise et donnée à comprendre. Ce faisant, elles revendiquent une autorité, légitiment des états et justifient des actes sociaux et politiques. Dans ce monde des représentations, il s'agit à présent d'occuper certains champs, de les défendre et de les conquérir. Ce qui est presque toujours en jeu ici, ce sont des questions de pouvoir social, ou du moins d'affirmation sociale. Cette position plus subtile au sein de l'histoire des mentalités, position qui est également ouverte à l'analyse du discours, au sein de l'histoire des mentalités, permet aussi de chercher, en les différenciant, de définir les confrontations sociales sur ce champ de la représentation et de la réflexion supra-subjective. Ces combats ne sont pas moins importants que les combats économiques24.

29S'il existe des conceptions de l'équilibre totalement différentes selon le pays et l'époque, nous nous contenterons ici d'insister sur trois éléments auxquels on a peut-être trop peu prêté attention. Pour les résumer sous forme de thèses :

  • 25  Présentation précise chez Michael Erbe, Deutsche Geschichte 1713-1790. Dualismus und aufgeklärter (...)
  • 26  Cité par Hans Feske, op. cit., p. 981.

30— La représentation et la politique de l'équilibre des forces rivalisent efficacement avec les prétentions dynastiques. Les guerres de succession autour du Palatinat, de l'Autriche, les guerres contre les prétentions, fondées sur des motifs juridiques, de Louis XIV, sont menées au nom de l'équilibre des forces. Elles entament profondément l'évidence de la pensée dynastique. Le pacte de succession mutuelle de l'Autriche-Habsbourg, en 1703, qui débuta comme un simple pacte de droit familial, étendu par Charles VI, en 1713, à une sanction pragmatique dans un paysage politique entre-temps transformé25, n'est au fond qu'une manière de s'adapter à ce péril, dans la mesure où il donne une forme plus complexe au discours ethnologique de la transmission. La majorité des autres maisons européennes l'acceptent. Et ce n'est pas un hasard si Frédéric II note, plutôt résigné, que la pensée juridique des maisons princières tente tout de même, au bout du compte, de s'imposer face au modèle d'action diplomatique de l'équilibre26. Il faut attendre la Restauration pour que l'on tente, avec succès, de mettre en rapport ces deux principes. Après Metternich aussi, Louis Bonaparte, par exemple, et même encore Bismarck utiliseront à la fois le modèle juridique et l'argument de l'équilibre. Ce que l'on tente ici, c'est de faire coïncider la dynastie, la balance des forces et l'Etat territorial national. Mais on en est encore très loin dans la deuxième partie du xviie siècle et dans la première moitié du xviiie.

  • 27  Von Aretin, op. cit., p. 67 sq., insiste sur le motif de hiérarchisation inspiré par les Habsbourg (...)

31— Même dans cette période, il y a « équilibre » et « équilibre ». Evidemment, la perspective d'une monarchie universelle des Habsbourg et même les tentatives de maintenir une structure de l'Empire aussi hiérarchique que possible contredisent le point de vue des Bourbons, qui, à l'époque, travaillent précisément dans le sens contraire. La deuxième puissance du moment tente toujours de rejoindre le niveau de la première en établissant des contre-coalitions. Cela coïncide, d'une part, avec les efforts des plus petits Etats de l'Empire pour s'affirmer face aux Habsbourg, et ce notamment en se situant au niveau des institutions et des règles juridiques de l'Empire germanique. Le point décisif est à présent que les Etats du Reich ne se laissent manipuler ni par la partie française, ni par la partie autrichienne. Ils utilisent au contraire l'outil institutionnel pour affirmer leur indépendance d'Etats de l'Empire, définie comme la « liberté germanique ». (Le fait que l'empereur lui-même tente de gagner à sa cause, et donc de préserver, les plus petits Etats de l'Empire germanique27 ne contredit pas ce fait : il peut au contraire, à l'inverse, illustrer le poids de la structure institutionnelle et juridique de l'Empire.)

  • 28  Duchhardt, Gleichgewicht, op. cit.

32C'est précisément sur ce point qu'apparaît une différence essentielle entre les diverses représentations de la balance ; la conception attachée à la politique extérieure, à la Realpolitik et à l'Europe, est anarchique et repose au bout du compte uniquement sur l'existence de relations familiales dynastiques, d'une part, et d'un personnel diplomatique — lui aussi ouvert aux stratégies familiales —, d'autre part, la représentation inspirée par le principe de l'Empire, elle, se fonde sur des institutions stables et des procédures juridiques, mais elle est aussi ouverte à l'égard des autres pays européens. Après que la France et la Suède ont échoué dans leur rôle de puissances garantes de la constitution de l'Empire germanique, les ordres de l'Empire ne s'isolent pas du tout du reste du monde : ils continuent à entretenir des relations diplomatiques opportunes avec d'autres pays, et cela en tant que sujets de l'Empire, sans être des pays souverains, dans le sens réduit et univoque où l'entend Bodin, ni même des Etats-nations28.

33— Manifestement, c'est précisément cet aspect qui n'a pas été suffisamment étudié. Au bout du compte, la question est de savoir quels critères il faut respecter. Le critère dominant demeure celui du passage, par l'Etat-nation, l'Etat territorial et la concentration du pouvoir, au statut d'Etat comme peuple disposant de frontières fixes, définies de manière claire, ou pour mieux dire non ambiguës (frontières lignes). Naturellement, la politique de Louis XIV peut sur ce point paraître plus progressiste que celle de l'Empire germanique. Mais, en l'espèce, on applique inconsidérément aux conditions des xviie et xviiie siècles les critères des xixe et xxe siècles.

  • 29  Dotzauer, op.cit.

34Ils semblent déjà ne pas correspondre à la perception qu'en avaient les contemporains. Cela vaut d'abord pour les textes que l'on consacrait à l'Empire germanique (Reichspublizistik) — avec un fort ancrage universitaire, surtout à Halle et à Göttingen — qui précisent le fonctionnement des institutions du Reich sur une base de sciences juridiques. Il s'agit précisément de traiter l'élément spécifique de l'Empire, qui échappe aux définitions classiques des formes de pouvoir, mais aussi au concept de souveraineté absolutiste. A Versailles, on suit de très près la publication de ces textes. Cet intérêt débouche sur l'institution de la Chancellerie allemande à Versailles même et à la fondation d'une école de diplomates à l'université de Strasbourg29. L'accueil réservé à ces textes découle avant tout d'une double stratégie de la diplomatie française, laquelle — adoptant d'ailleurs ainsi un comportement totalement analogue à celui de Vienne — tente d'utiliser la structure ouverte de l'Empire pour servir les intérêts de la grande monarchie. Les Etats de l'Empire, on le sait, surent réagir à ces menées.

V/ Moyens de l'Europe

  • 30  De Statu imperii, 1667, Equilibre, 970. Cf. aussi Philipp Wilhelm von Horningk, Österreich über al (...)

35L'image d'un équilibre des forces s'impose aux moins sur deux axes des conceptions politiques générales au xviie et au xviiie siècle. D'une part, elle se rapporte à la politique extérieure des dynasties en Europe. La mort, le mariage, les naissances ou les absences de naissance transforment constamment les rapports entre les différentes maisons. La diplomatie et la guerre doivent empêcher qu'une dynastie n'acquière la suprématie en Europe. Ainsi s'explique le changement permanent des alliances, selon le schéma de la balance qui monte et descend avant de trouver l'équilibre. On utilise aussi des arguments politiques : L' « Allemagne » peut constituer un parfait contrepoids à la « France », pourvu qu'elle soit unie, argumente Samuel Pufendorf. Mais chez lui — comme chez d'autres auteurs avant lui — on voit apparaître un premier pressentiment de la grande puissance que pourrait détenir un Empire germanique unifié au cœur de l'Europe30. Celui qui domine le jeu des forces, c'est, pour ainsi dire, celui qui, au milieu de la balance, maîtrise l'équilibre fin. On est unanime pour reconnaître cette fonction à l'Angleterre. Mais dans le même temps, on juge envisageable que l'Empire germanique puisse assumer ce rôle.

  • 31  D'après Hans Fenske, art. Gleichgewicht, op. cit., p. 969.
  • 32  Leibniz, Bedencken Welchergestalt securitas publica interna et externa und status praesens im Reic (...)

36On ne pense pas ici à l'Empire des Habsbourg. Au contraire : cette « Allemagne » vise à bloquer les possibilités de toute monarchie universelle ou de toute hégémonie en Europe. Elle est bien sûr dirigée contre les Bourbons français, mais aussi contre les Habsbourg autrichiens. La structure de l'Empire germanique entre ainsi en jeu. Gottfried Wilhelm Leibniz a été l'un des premiers à tenter d'analyser et de représenter cet état de choses, et il l'a fait avec une clarté toute particulière. La volonté des monarques (à ses yeux tout à fait compréhensible et légitime), de s'attirer la gloire politique et militaire, devait être détournée de l'Empire et dirigée vers la périphérie de l'Europe. Cette « Allemagne » dont il estime au nom de la paix en Europe qu'elle est, pour l'essentiel, intransformable — même s'il la juge accessible aux réformes — s'épanouira et mènera l'Europe à l'équilibre, à la tranquillité et à la paix. Manifestement, Leibniz n'a plus ici à l'esprit cet équilibre oscillant fondé sur les changements d'alliances, qui avait précisément transformé l'Empire germanique en jouet des grandes puissances. Il ne s'agit pas non plus de fonder l'idée selon laquelle une puissance centrale européenne puissante pourrait stabiliser l'équilibre des forces européennes31. Au contraire, la structure de l'Empire, même si son fonctionnement mérite certainement d'être amélioré, apparaît à Leibniz comme la garantie de la tranquillité intérieure, de la paix et du système social. Mais cette structure, pour sa part, paraît parfaitement identique au noyau central de la paix interne du christianisme. « L'Allemagne », de ce point de vue, est le Mittel Europae, c'est-à-dire aussi bien le milieu que l'instrument de la paix européenne32.

  • 33  Ludolph Hugo, De statu regionum Germaniae, Helmstedt, 1661 ; Justus Wolfrad Bodinus, Bilanx justae (...)

37Il s'agit effectivement ici d'un nouveau discours sur l'équilibre européen, qui ne se préoccupe pas seulement d'introduire des contrepoids dans la lutte dynastique pour le pouvoir, avec tous ses impondérables. La représentation d'une « Allemagne » comme puissance centrale européenne décidant de tout est aberrante aux xviie et xviiie siècles. On cesse de considérer la constitution de l'Allemagne comme désastreuse en prenant comme seule perspective le conflit d'intérêts entre les maisons Habsbourg et Bourbon et sous l'angle d'une monarchie universelle européenne ou d'une hégémonie monarchique (et, dans cette optique, effectivement à fort juste titre). Dans les textes publiés sur l'Empire germanique, on présente de plus en plus souvent la constitution comme un équilibre interne multiple : un équilibre entre les confessions, condition indispensable pour mettre un terme à la guerre civile ; un équilibre entre l'empereur et les Etats de l'Empire ; enfin, un équilibre entre les Etats de l'Empire eux-mêmes33. Et aux alentours de la fin du xviie siècle, déjà, après les premières décennies d'expérience avec la double paix de Westphalie, orientée vers l'Europe et vers l'Allemagne, il devient clair que les deux balances sont liées l'une à l'autre ; et ce précisément parce que l'« Allemagne », de par sa pratique constitutionnelle, empêche l'Allemagne de devenir une monarchie absolutiste, une monarchie universelle.

38C'est à partir de ce point de vue que les auteurs de textes sur la question définissent leur position. Il est évident que la maison Habsbourg tente d'imposer une position inspirée par le patriotisme envers l'Empire, qui contrecarre la position des Bourbons. Ceux-ci s'estiment profondément menacés par Vienne, et utilisent les droits de puissance garante de l'Empire que leur accorde le traité de Munster. Au sein de l'Empire, Versailles joue sans doute la carte des Etats, plus ou moins grands, contre Vienne ; mais ceux-ci utilisent aussi pour leur propre compte la confrontation entre grandes puissances, aussi bien dans le cadre structurel de l'Empire qu'à l'égard des autres pays. Le changement de coalition opportuniste est une partie de ce jeu. Tout cela n'a rien d'une entorse au patriotisme. Reste que les contemporains, déjà, ont du mal à saisir la logique de cette attitude, et plus encore à la décrire. Elle échappe totalement à la perspective de l'histoire nationale.

  • 34  Exemples chez Aretin et Notger Hammerstein, art. Reich, op. cit., p. 483-485.
  • 35  Fernand Braudel, L'identité de la France. Espace et histoire, Paris, Arthaud-Flammarion, 1986, p. (...)
  • 36 Exemples chez Fred E. Schrader, art. Représentation politique, in Handbuch politischsozialer Grundb (...)

39A l'inverse, c'est manifestement ce qui faisait le charme de l'Empire germanique aux yeux de certains non-Allemands. Les essayistes allemands pouvaient regretter la lourdeur et l'impuissance de l'Empire germanique en les mesurant à l'aune de la situation française34. On ne prend cependant pas comme point de repère la réalité française, mais l'idéal de la cour de Versailles et sa politique de centralisation officiellement proclamée. Or on fait abstraction du fait « que la France se nomme diversité »35. Une partie non négligeable des textes français de l'époque est consacrée aux « libertés germaniques » des Etats de l'Empire. Ces textes n'étaient pas seulement, et même pas du tout des commandes d'un pouvoir versaillais qui souhaitait pouvoir intervenir plus efficacement, avec une plus grande souplesse diplomatique, et ainsi atténuer l'influence de Vienne. Au contraire, les juristes, les parlementaires, en exigeant la convocation des Etats généraux, renvoient à la pratique de la diète permanente à Ratisbonne. Ils rappellent que la « nation » y est tout autant représentée par les ordres que par l'empereur — lui-même étant du reste élu par les princes électeurs. Ils rappellent que les délégués sont pourvus d'un mandat impératif ; que la diète, le tribunal de la chambre de l'Empire et le Conseil de la cour de l'Empire constituent une structure juridique particulière. Et surtout, ils considèrent que les « libertés allemandes » préservent et défendent les privilèges antiabsolutistes36.

40Cet aspect des « diversités françaises » est encore fort peu étudié, bien qu'il ait un poids singulier. L'absolutisme français, mais aussi la République française l'ont combattu et — avec encore plus de succès — l'ont refoulé, l'ont littéralement aboli dans un discours national abstrait. Mais il ne s'agit pas seulement de confrontations purement franco-françaises entre des partis modelés par l'histoire. Car c'est précisément à l'époque où l'Empire germanique menace de s'effondrer, d'échouer pour des motifs externes et internes, que des admirateurs français s'en inspirent pour mettre au point des structures exemplaires.

VI/ Centre de l'Europe

41Il existe une interprétation de l'Empire germanique et des textes écrits sur l'Empire qui ne visent certainement pas à favoriser la politique du Roi-Soleil. Sur ce plan, la régence constitue une coupure. Fait caractéristique, c'est précisément l'interprétation française de l'Allemagne que l'on fait à l'époque qui a été purement escamotée ou du moins passée sous silence, faut d'être comprise, des deux côtés du Rhin, par une historiographie pour laquelle l'Etat-nation était la norme du progrès universel.

  • 37  Mably, Observation sur l'Histoire de France, in Œuvres complètes de l'abbé de Mably, 3 vol., Londr (...)

42Gabriel Bonnot de Mably (1709-1785), frère d'Etienne Bonnot de Condillac et contemporain de Jean-Jacques Rousseau, était un diplomate français ; il rédigea en 1748 un Droit public de l'Europe fondé sur les traités. Dans ses Observations sur l'histoire de France, qui parurent en 1765, il part de l'idée que, si l'on veut éviter une guerre civile, il est évidemment nécessaire de socialiser les hommes. Que du point de vue d'un Etat autoritaire et absolu, l'Empire présente effectivement des inconvénients ; que cependant les Etats de l'Empire, en tant que sujets libres et indépendants, n'auraient absolument pas pu trouver de meilleure forme pour préserver la paix entre eux que la forme de gouvernement allemande : ils se lient par des traités les uns avec les autres et demeurent associés par une sorte de congrès permanent. Cette union, c'est l'Empire. L'empereur est le délégué de l'Empire, dont il détient les fiefs. Il n'est pas l'incarnation de l'Empire : celui-ci est placé au-dessus de lui. En cela, ses droits sont limités. Dans cette mesure, estime Mably, le gouvernement féodal en Allemagne a adopté la plus sage de toutes les formes possibles37. Ce jugement est d'autant plus remarquable que Mably connaît précisément les traités européens et allemands, et qu'il a participé, par exemple, du côté français, à la conclusion de la paix de Breda, en 1746.

  • 38  Jean-Jacques Rousseau, Œuvres complètes, vol. III, Paris, Gallimard, 1964, p. cxxx sq.

43Rousseau s'exprime d'une manière tout à fait analogue, mais encore plus radicale et plus claire, dans son Extrait du projet de paix perpétuelle de monsieur l'abbé de Saint-Pierre, écrit dans les années 1750, entre le Discours sur l'inégalité, d'un côté, le Contrat social et Emile de l'autre. Rousseau développe sa réflexion en classant les manuscrits légués par Charles Irénée Castel, abbé de Saint-Pierre (1658-1743), confesseur de Charlotte de Palatinat, et qui connaissait bien la situation allemande. Dès 1713, il avait proposé une fédération princière européenne, avec un congrès et un tribunal permanents. Les expériences de la polysynodie sous la régence renforcent encore ses conceptions antiabsolutistes, ce qui lui vaut l'hostilité de Paris38.

44Les projets de Rousseau vont bien au-delà. Il a pour objectif de lever les contradictions dangereuses des guerres — qui viennent justement des sociétés civilisées — par une sorte de gouvernement confédératif, suivant les modèles (voir Montesquieu) de la Ligue helvétique, des Provinces Unies, surtout du Saint Empire romain germanique. L'Europe, dit-il, existe tacitement et en tant qu'entité effective ayant les mêmes mœurs et les mêmes usages, ainsi qu'une pratique sociale des voyages, de l'édition et des sciences. En revanche, l'Afrique et l'Asie ne lui semblent être que de pures entités nominales. L'unité pratique de l'Europe est cependant constamment empêchée, selon lui, par la situation politique qui règne entre ses pays. L'état normal et celui de la guerre et les paix conclues ne sont que des cessez-le-feu provisoires. Il existe toutefois une sorte d'équilibre qui empêche l'instauration d'une monarchie universelle. On cherche une force coercitive qui ordonne et concerte.

45Certes, Rousseau ne la trouve pas dans la diplomatie européenne telle qu'elle existe. Mais il discerne au moins un modèle dans le corps germanique :

  • 39  P. 572.

« Ce qui fait le vrai soutien de l'Europe, c'est bien en partie le jeu des négociations, qui presque toujours se balancent mutuellement ; mais ce système a un autre appui plus solide encore ; et cet appui c'est le Corps germanique, placé presque au centre de l'Europe, lequel en tient toutes les autres parties en respect, et sert peut-être encore plus au maintien de ses Voisins qu'à celui de ses propres membres : Corps redoutable aux Etrangers (...) ; mais utile à tous par sa constitution qui, lui ôtant les moyens et la volonté de rien conquérir, en fait l'écueil des Conquérants. Malgré les défauts de cette constitution de l'Empire, il est certain que tant qu'elle subsistera, jamais l'équilibre de l'Europe ne sera rompu, qu'aucun Potentat n'aura à craindre d'être détrôné par un autre, et que le traité de Wesphalie sera peut-être à jamais parmi nous la base du système politique. Ainsi le droit public, que les Allemands étudient avec tant de soin, est encore plus important qu'ils ne pensent, et n'est pas seulement le Droit public germanique, mais à certains égards, celui de toute l'Europe. »39

  • 40  P. 580-581.
  • 41  P. 584.

46Ce que Rousseau propose ensuite est une sorte de généralisation des conditions qui régnent dans l'Empire germanique. Il insiste cependant beaucoup sur des point très précis. La confédération, au bout du compte, n'est rien d'autre qu'un contrat social européen, passé d'abord entre les peuples, et en second lieu seulement entre les princes. Les principes de cette confédération sont une association générale, une sujétion en apparence, mais en réalité une liberté absolue, la création d'un exécutif (grande ligue armée) ; personne, à coup sûr, ne s'opposerait à une telle confédération générale — le cas échéant, il sera forcé d'être libre ; l'alliance est éternelle et irrévocable ; on crée une diète permanente avec des rapports de voix établis ; la confédération garantit les droits de propriété des participants ; celui qui transgresse les règles est frappé d'excommunication par l'Europe, il est déclaré ennemi public et forcé de revenir dans la confédération. Cette « République européenne » a le droit de prendre sur les avantages de l'Europe des décisions qui engagent ses membres. Les princes, enfin, n'ont plus pour tâche principale de mener la guerre pour leur propre gloire, mais de se distinguer dans la foule des rois en travaillant au bonheur public40. Il n'y a pas d'abandon de souveraineté. Car cela fait une différence considérable de dépendre d'autrui ou seulement d'un corps dont on fait partie et dont chacun est chef à son tour. Il ne s'agit pas, ici, d'un dessaisissement ni d'une aliénation. Une fois encore, Rousseau prend pour exemple l'Empire germanique : en lui, aucun Etat de l'Empire ne veut se dissocier de la fédération et être totalement indépendant41.

  • 42  P. 589.

47Sur plusieurs pages, Rousseau énumère les avantages et les possibilités de réalisation liés à un tel projet, en se référant constamment au modèle du Corps germanique. Il considère les gens tels qu'ils sont, conclut-il : injustes, plaçant leurs propres avantages par-dessus tout, ne cherchant que leur propre profit. « Si, malgré tout cela, ce projet demeure sans exécution, ce n'est donc pas qu'il soit chimérique ; c'est parce que les hommes sont insensés, et que c'est une sorte de folie d'être sage au milieu des fous. »42

  • 43  Travail en cours de l'auteur dans le cadre d'une édition franco-allemande des écrits politiques de (...)

48L'Empire germanique apparaît comme le milieu et le centre de l'Europe, conçue comme la socialisation des peuples, tandis que les dynasties ne sont plus que les représentants des exécutifs. Pour couper court à tout malentendu : Rousseau n'anticipe pas ici une confédération internationale analogue, par exemple, au schéma de la cee ou d'autres projets que l'on a vu surgir depuis le xixe siècle. Son propre projet est antimonarchique, il réduit les princes au statut de délégués et de serviteurs du bien public. L'unité de l'Europe n'est pas de nature internationale : c'est une unité des mœurs, des usages, de l'intellectualité et de la culture, c'est-à-dire une unité prénationale, mais dotée tout de même de son propre poids. Au bout du compte, la socialisation de l'Europe qu'il projette doit passer à travers cette unité culturelle et ethnosociologique, tandis que les institutions politiques existantes, y compris les monarchies, s'y voient littéralement dissoutes dans d'autres fonctions sociales et politiques. Rousseau exclut expressément une monarchie universelle européenne. C'est l'Empire germanique qui donne à Rousseau son modèle concret. Il fournit effectivement de nombreux éléments de construction essentiels au « Contrat social »43. Ni les jacobins français, ni les refondateurs de la Prusse et des Habsbourg n'auront conscience que l'idée de l'Empire a produit cette lignée intellectuelle.

VII/ Pour une histoire européenne de l'empire germanique

  • 44  Il semble que le romantisme allemand ait joué un rôle non négligeable dans ce changement de discou (...)

49Du côté allemand, ce n'est pas cette voie, mais la découverte d'une identité nationale qui apparaît comme une issue permettant de sortir de la politique dynastique. A partir de la Restauration, l'Europe ne sera plus concevable que sous une forme plus internationale, c'est à dire transnationale44. On semble incapable, par la suite, de comprendre que, pendant toute une époque, elle a été aussi représentée, au niveau prénational, comme un équilibre. Dans la récente historiographie d'après-guerre

  • 45 Cf. Elisabeth Fehrenbach, art. Reich, op. cit., p. 488-508.
  • 46 Cf. Heinz Fehrenbach (éd.), introduction : In Europas Mitte. Deutschland und seine Nachbarn, Bonn, (...)

50— comme, déjà, dans les textes protonationaux allemands des adversaires de l'équilibre45 —, l'Empire apparaît encore comme la masse passive et disponible constituée par les Etats territoriaux intéressés46.

51Mais il reste une chose à retenir : ce regard contemporain — et, précisément, l'exemple du regard croisé de part et d'autre du Rhin — permet de comprendre que le modèle de l'équilibre n'a justement pas pour fondement nécessaire l'Etat-territoire national. Ceux qui affirment que les choses ne sont pas concevables autrement se réfèrent eux-mêmes à une historiographie manifestement incapable de comprendre les choses autrement. A côté d'elle, les sources contemporaines semblent parler un autre langage.

  • 47 Cf. U. Dierse, H. Rath, art. Nation, nationalisme, nationalité, GGB, vol. 3, p. 406-414.

52D'un côté, le modèle de l'équilibre n'apparaît pas comme le résultat, mais d'abord comme la condition d'une transition entre la détermination purement dynastique de l'identité et sa détermination nationale ; le Congrès de Vienne, en 1815, entérine cependant une situation expressément insatisfaisante pour l'Empire. Que l'équilibre européen soit combattu comme un équilibre dynastique et antinational n'y change rien47. Au contraire, l'argumentation nationale-allemande s'adapte fort bien au contexte de la Restauration menée par Metternich. De l'autre côté, on trouve au xviiie siècle des perspectives selon lesquelles les crises dynastiques ne pourraient être réglées par une socialisation menée au niveau de l'Etat national, mais par une socialisation européenne préétatique, l'Empire se retrouvant alors au centre, malgré son dualisme austro-prussien et sa situation semi-périphérique sous l'angle de l'économie mondiale.

53La « particularité allemande » de l'Empire réside de toute évidence dans le fait qu'il est organisé sur plusieurs niveaux à la fois et qu'on ne peut lui assigner un niveau unique :

  • l'Empire germanique n'est pas l'unité politique d'une dynastie régnante ; il se fonde sur un système impérial électif et sur les différents paliers de représentation des Etats du Reich ;

  • il repose cependant sur la supposition qu'il existe un consensus des dynasties, des Eglises et des Etats du Reich petits ou très petits, consensus où toutes les parties en présence peuvent se retrouver ;

  • les institutions, notamment celles de la représentation, de la diète, sont édifiées en conséquence.

  • 48 Schilling, op. cit., p. 95 sq.
  • 49  « Entretiens de Philarète et d'Eugène touchant la souveraineté des électeurs et princes de l'Empir (...)
  • 50 Karl Otmar von Aretin, Heiligs Römiches Reich : 1775-1806. Reichsverfassung und Staatssouveränität, (...)

54On en a conclu que l'Empire avait été organisé aussi bien en deçà qu'au-delà du niveau de l'Etat-nation, ou qu'il avait été une forme préliminaire des « Etats unis d'Allemagne » tels que se les était imaginés Puffendorf »48. Contre cette idée, on peut dire que, sous cet angle, le statut d'Etat territorial et d'Etat-nation inspirée par la monarchie absolutiste a toujours été considéré comme un axiome fondamental de l'évolution historique. Ce serait toujours être au-dessous du niveau du travail entrepris par Leibniz pour nuancer le concept de souveraineté énoncé par Bodin, travail qui visait à faire comprendre la structure de l'Empire49. On lui a rétorqué a juste titre que, à part la Prusse et l'Autriche, on pouvait difficilement se fonder sur l'idée que ces Etats avaient une faculté de mener une existence autonome50.

  • 51  E. W. Böckenförde, Der Westfälische Friede und das Bündnisrecht der Reichsstände, in Der Staat, 8 (...)

55Il faudrait peut-être souligner le fait que le statut de l'Empire, que l'on a qualifié de « monstrueux », n'englobe pas forcément la même idée selon qu'il est considéré par les contemporains ou par l'historiographie. Pour cette dernière, l'Empire apparaît comme une construction située en deçà et au-delà de l'Etat territorial et national. Mais pour les juristes français et allemands des xviie et xviiie siècles, le point crucial est cependant qu'il ne peut être classé sans équivoque dans aucune des formes de pouvoir classique, qu'il se situe quelque part entre la monarchie, l'aristocratie et la république, ce qui oblige à nuancer le concept de souveraineté. Il serait donc plus adapté de partir de l'idée que l'Empire était organisé comme une construction située en deçà et au-delà des objectifs dynastiques et monarchistes, objectifs qui pouvaient, au moins par prédisposition, contenir entre autres une option d'Etat national, mais n'y étaient pas contraints51. Cela signifie que le statut intermédiaire ne paraissait pas du tout clairement déterminé — ce qui constituait manifestement son charme aux yeux des contemporains qui avaient à l'esprit une politique antidynastique, antiabsolutiste et, dans cette mesure, « antiétatique ».

56Il est manifeste que ce statut ne pouvait plus être maintenu à long terme, et l'on voit aussi pourquoi il ne pouvait l'être. C'est au moment où l'idée de l'organisation fondée sur l'Etat territorial et national s'imposa que la constitution du Reich apparut véritablement comme un statut intermédiaire hybride. Mais ce n'était pas le cas d'emblée. Au contraire, au milieu du xviiie siècle encore, et justement dans la perspective française, l'Empire pouvait apparaître comme une option pour une future socialisation européenne qui ne s'arrêterait pas aux frontières. Il n'y a rien d'étonnant à ce que des éléments de socialisation féodale entrent en jeu ici. La Révolution française, elle aussi, sans les scrupules inspirés par la théorie constitutionnelle, a pu utiliser les privilèges féodaux contre l'Etat absolutiste, et ce avec un succès manifeste. Ces privilèges ont été transposés, en tant qu'anciens droits, dans les formes nouvelles de la représentation politique, sans que l'on ait même été effleuré par la conscience d'une contradiction juridique.

  • 52  Manifeste du duc de Brunswick, 25 juillet 1792, in Markov, Revolution im Zeugenstand, vol. 2, Fran (...)

57L'Empire n'eut pas cette chance. Du fait que l'autonomie étatique de la Prusse et de l'Autriche se dessinait de plus en plus clairement, le statut intermédiaire finit par apparaître comme une contradiction éclatante. Les espoirs de réforme de l'Empire que nourrissaient les petits ordres du Reich à l'égard de la fédération princière de 1785 avec le Brandebourg, qui se présentait comme le défenseur des « libertés allemandes », seront cruellement déçus par le comportement de la Prusse : elle ne tiendra aucun compte de leurs préoccupations dans ses calculs politiques. Au bout du compte, personne n'en sortira gagnant : face à la Révolution française, la Prusse et l'Autriche veulent défendre la monarchie française, afin de préserver le pouvoir dynastique en Europe. Elles unissent leurs troupes contre la France révolutionnaire, sous le haut commandement du duc Karl Wilhelm Ferdinand de Brunswick-Lunebourg. Son manifeste publié le 25 juillet 1792 à Coblence (même s'il n'y fut sans doute pas rédigé par lui) désigne Leopold comme l’ « empereur d'Autriche » et le « roi de Prusse » comme un « membre insigne du Corps de l'Empire allemand »52. Ce sont deux désignations impardonnables, si on les considère d'un point de vue juridique, en se plaçant dans la perspective de la constitution de l'Empire. Mais le Manifeste montre justement à quel point cela importe peu, désormais, dans la constellation des conceptions politiques allemandes et européennes. L'Empire est ainsi déjà mort. Car, comme l'explique Hegel, il n'est plus compréhensible, c'est-à-dire qu'il ne peut plus être l'objet du monde des représentations politiques et sociales de l'Europe.

  • 53  Cf. Ulrich im Hof, Les Lumières en Europe, Paris, Seuil, 1993 ; René Pomeau, L'Europe des Lumières (...)
  • 54  Fred E. Schrader, Augustin Cochin et la République française, Paris, Seuil, 1992, p. 177-227.

58Il serait bien entendu aberrant de vouloir tirer des conceptions de l'Ancien Empire défendues à l'époque, telles que nous les avons citées plus haut, des modèles pour une unification actuelle de l'Europe. Il devrait au contraire déjà clairement ressortir de cette rapide étude que les conditions historiques, sociales, politiques et surtout mentales sont trop différentes. On ne peut pas faire renaître de but en blanc, en s'appuyant sur une nostalgie déplacée, un univers intellectuel dont l’ « intégrité » n'était du reste que présumée et remontant aux xviie et xviiie siècles53. L'Empire germanique constituait cependant une sorte de laboratoire où l'on testait un ordre qui tentait d'établir une synthèse entre des éléments féodaux et l'utopie postabsolutiste d'une socialisation européenne prénationale. De tels efforts étaient menés à de nombreux niveaux dans les sociétés européennes du type de l'Ancien Régime. Ils ne sont pas seulement de nature intellectuelle, mais aussi et tout particulièrement de nature sociale et pratique54.

  • 55  Dans le sens d'Emile Durkheim.
  • 56  Lucien Febvre, Amour sacré, amour profane. Autour de l'Heptaméron, Paris, Gallimard, 1944, p. 9 : (...)

59On ne devrait pas négliger ce genre de tentatives historiques. A l'inverse, une perspective de recherche actuelle consisterait peut-être à briser, plus nettement qu'on ne l'a fait jusqu'ici, le carcan historiographique qui considère pratiquement que la formation de l'Etat-nation en Europe constitue le chemin salutaire de la modernité — une conception qui ne fait jamais que renvoyer à elle-même et s'avère incapable de discerner quelque élément étranger que ce soit dans sa propre histoire. Pour reprendre, en les modifiant, les mots de Lucien Febvre, il ne s'agit pas, avec cet objet, de la manière dont nous « comprenons » l'univers intellectuel européen des débuts de l'ère moderne, mais des structures de représentation et d'action d'une élite culturelle et politique qui a jadis créé les perspectives pré- et protonationales dans une intellectulité55 sociale de l'époque qui ne nous est plus directement accessible aujourd'hui56.

60L'historiographie, précisément quand elle est à la recherche de l'Europe, devrait au moins en prendre connaissance. Même si l'on ne peut pas bricoler, en se contentant de reprendre ces modèles, une conception actuelle de l'Europe, et même si, par les détours de l'histoire, les images d'une socialisation européenne se présentent selon le modèle d'une nationalisation — de telle sorte que l'on ne peut plus que reconstituer le contexte historique concret dont elles sont sorties.

  • 57  Cf. les preuves chez Lützler, op. cit., ainsi que les exemples bien connus de Saint-Simon, Mazzini (...)

61Peut-être tient-on ici quelques chances de définir une science historique de l'Allemagne orientée vers l'Europe, ou plus généralement une histoire européenne adoptant une approche non pas internationale, c'est-à-dire placée au-dessus du niveau historique des Etats nationaux, mais prénationale57.

Haut de page

Notes

1  G. W. F. Hegel, Die Verfassung Deutschlands, in du même, Werke in 20 Bänden, vol. 1, Francfort / Main, p. 461.

2  Ibid., p. 462.

3  Etats : nous avons choisi cette traduction pour le terme Reichstände, qui désignait les diverses entités géographiques, politiques ou sociales qui constituaient l'Empire. (N.d.T.)

4  Ibid., p. 546, 550-551, 532.

5  Cf. à ce propos la présentation faite par Hagen Schulze, Gibt es überhaupt eine deutsche Geschichte ?, Berlin, 1989, notamment p. 49, sur la « querelle des historiens » entre Sybel et Ficker.

6  Severini de Monzambano (= Samuel von Pufendorf), De statu imperii germanici ; 1667 : « Germaniam esse irregulare aliquod corpus, et monstre simile, siquem ad régulas scientiae civilis exigatur » ; 1668 : « (...) corpus, et tantum non mostro simile, siquidem (...) » ; 1706 : « (...) corpus, siquidem (...) »

7 Cf. Klaus Malettke, Altes Reich und Reichsverfassung in französischen Traktaten des 17. Jahrhunderts, in Heinz Duchhardt, Eberhard Schmitt (éd.), Deutschland und Frankreich in der frühen Neuzeit. Festschrift für Hermann Weber zum 65. Geburtstag, Munich, 1987, p. 221-258 ; sur les essais portant sur le Reich, au sens strict, cf. l'article Reich, in GGB, vol. 4, p. 475-482.

8  Le traitement réservé à la politique de Mazarin, de Richelieu, de Louis XIV est pratiquement le révélateur permettant d'évaluer le degré de pénétration de l'Etat-nation et de la projection correspondante par l'historiographie allemande et française, même la plus récente. Cf. par exemple Lucien Bély, Les relations internationales en Europe, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, PUF, 1992, p. 209 sq.

9 F. Dickmann, Der Westfälische Friede und die Reichsverfassung, in Forschungen und Studien zur Geschichte des Westfälischen Friedens, 1965, p. 25.

10  Certains de ces points sont défendus avec brio par Karl Otar von Aretin, Reichssystem, Friedensgarantie und europäisches Gleichgewicht, in du même, Das Reich. Friedensordnung und europäisches Gleichgewicht 1684-1806, Stuttgart, 1986, notamment p. 72 sq.

11  Cf. du même, Tausch, Teilung und Länderschacher als Folgen des Gleichgewichtssystems der europäischen Mächte. Die polischen Teilungen als europäisches Schicksal, op. cit., n. 9, p. 435 sq., avec les modèles de la Lorraine, de la Toscane et de la Silésie.

12 Ibid., p. 75.

13 Cf. Eberhard Schmitt, Repräsentation und Revolution. Eine Untersuchung zur Genesis der kontinentalen Theorie und Praxis parlamentarischer Repräsentation aus der Herrschaftspraxis des Ancien Régime in Frankreich (1760-1789), Munich, 1969 ; Jacques Godechot, Aux origines du régime représentatif en France, in De l'Ancien Régime à la Révolution française, Göttingen 1978, p. 11-23.

14  Rolf Reichardt, Die Französische Revolution als Maßstab des deutschen « Sonderwegs » ? Kleines Nachwort zu einer großen Debatte, in Jürgen Voss (éd.), Deutschland und die Französische Revolution, Munich, 1983, p. 323-327 ; Bernd Weisbrod, Der englische « Sonderweg » in der neueren Geschichte, in Geschichte und Gesellschaft, 16 (1990), p. 233-252.

15  A l'échelle européenne, par exemple, et respectivement, la guerre de succession espagnole, palatine, autrichienne et bavaroise de la deuxième partie du XVIIe siècle jusqu'à la deuxième partie du XVIIIe.

16  Cet aspect est fortement souligné chez Heinz Schilling, Höfe und Allianzen. Deutschland 1648-1763, Berlin, 1989, p. 111.

17  Cf. Winfried Dotzauer, Macht-Politik-Diplomatie. Gedanken über die Neudimensionierung der Verständniskategorien der französischen Deutschland-Diplomatie nach 1648, unter besonderer Berücksichtigung des Rheingebietes, in Heinz Duchhardt et Eberhard Schmitt (éd.), Deutschland und Frankreich, op. cit., p. 331-359.

18 Cf. Heinz Schilling, op. cit., p. 157 sq.

19 Cf. Franz Borkenau, Der Übergang vom feudalen zum bürgerlichen Weltbild, Paris, Alcan, 1933 ; Henryk Grossmann, Die gesellschaftlichen Grundlagen der mechanistischen Philosophie und die Manufaktur, in Zeitschrift für Sozialforschung, IV (1935), p. 162-231.

20 Otto Mayr, Uhrwerk und Waage. Autorität, Freiheit und technische Systeme in der frühen Neuzeit, Munich, 1987.

21 Hans Fenske, art. Gleichgewicht, Balance, in Geschichtliche Grundbegriffe, vol. 2, p. 959-996, ici p. 959-960.

22 Cf. entre autres : Kurt von Raumer, Ewiger Friede, Friedensrufe und Friedenspläne seit der Renaissance, Munich, 1953 ; Berhard von Vietsch, Das europäische Gleichgewicht, politische Idee und staatmännisches Handeln, non daté (1942) ; Anton Schindling, Ständevertretung und Staatskunst nach dem Westfälischen Frieden, Mayence, 1991 ; Heinz Duchhardt (éd.), In Europas Mitte. Deutschland und seine Nachbarn, Bonn, 1988 ; Manfred Spieker (éd.), Friedenssicherung, Münster, 1987 ; Gernot Heiss, Heinrich Lutz (éd.), Friedensbewegungen. Bedingungen und Wirkungen, Vienne, 1984 ; E. Kaeber, Die Idee des europäischen Gleichgewichts in der publizistischen Literatur vom 16. bis zur Mitte des 18. Jahrhunderts, Berlin, 1907 ; Max Immich, Geschichte des europäischen Staatensystems 1660-1789, Munich, Berlin, 1905, Darmstadt, 1967 ; H. H. Hofmann (éd.), Die Entstehung des modernen souveränen Staates, Cologne, 1967 ; Heinz Duchhardt, Studien zur Friedensvermittlung in der Frühen Neuzeit, Wiesbaden 1979 ; du même, Gleichgewicht der Kräfte, Convenance, Europäisches Konzert. Friedenkongresse und Friedensschlüsse von Zeitalter Ludwig XIV. bis zum Wiener Kongreß, Darmstadt, 1976.

23  Fenske, op. cit., p. 959.

24  Cf. Fred E. Schrader, La constitution sociale du sujet et la sociabilité moderne. Un questionnement historique de la sociologie de la connaissance, in L'Homme, et la société, 25 (1991), p. 69-96.

25  Présentation précise chez Michael Erbe, Deutsche Geschichte 1713-1790. Dualismus und aufgeklärter Absolutismus, Stuttgart, 1985, p. 118 sq.

26  Cité par Hans Feske, op. cit., p. 981.

27  Von Aretin, op. cit., p. 67 sq., insiste sur le motif de hiérarchisation inspiré par les Habsbourg dans le Reich, que l'on a selon lui imposé « intelligemment ».

28  Duchhardt, Gleichgewicht, op. cit.

29  Dotzauer, op.cit.

30  De Statu imperii, 1667, Equilibre, 970. Cf. aussi Philipp Wilhelm von Horningk, Österreich über alles, wenn es nur will.

31  D'après Hans Fenske, art. Gleichgewicht, op. cit., p. 969.

32  Leibniz, Bedencken Welchergestalt securitas publica interna et externa und status praesens im Reich jezigen Umständen nach auf festen Fuss zu stellen, 1670, AA vol. 4/1. p. 167-168 ; d'après Fenske, art. Gleichgewicht, op. cit.

33  Ludolph Hugo, De statu regionum Germaniae, Helmstedt, 1661 ; Justus Wolfrad Bodinus, Bilanx justae potestatis inter principes ac status imperii cum imperatore et electoribus, Rinteln, 1689 ; cité chez Fenske, Gleichgewicht, op. cit., n. 20, p. 975 ; on y trouvera aussi d'autres illustrations concernant la deuxième moitié du XVIIIe siècle, tel Christoph Ludwig Pfeiffer, Das teutsche Gleichgewicht...

34  Exemples chez Aretin et Notger Hammerstein, art. Reich, op. cit., p. 483-485.

35  Fernand Braudel, L'identité de la France. Espace et histoire, Paris, Arthaud-Flammarion, 1986, p. 27 sq.

36 Exemples chez Fred E. Schrader, art. Représentation politique, in Handbuch politischsozialer Grundbegriffe in Frankreich 1680-1820, Munich, 1993.

37  Mably, Observation sur l'Histoire de France, in Œuvres complètes de l'abbé de Mably, 3 vol., Londres, 1789, livre IV, vol. 2, p. 155-156 : « Tous les efforts de la maison d'Autriche pour subjuguer l'Empire n'ont servi qu'à allumer des guerres cruelles, et à faire prendre au gouvernement la forme la plus favorable à la dignité des différentes puissances qui composent le Corps germanique. A force de borner les droits des empereurs, on en est venu à regarder l'Empire comme leur supérieur. Le prince étoit autrefois considéré comme la source et l'origine de tous les fiefs, qui étoient censés autant de portions détachées de son domaine ; aujourd'hui il donne l'investiture de ces mêmes fiefs, mais ce n'est plus en qualité de donateur, c'est comme délégué de l'Empire, à qui ils appartiennent. Le gouvernement féodal d'Allemagne a pris la forme la plus sage dont il étoit susceptible. Si on juge de sa constitution relativement à l'objet que les hommes doivent se proposer en se réunissant par les liens de la société ; si cet objet est d'unir toutes les parties de la société pour les faire concourir de concert à la conservation de la paix, de l'ordre, de la liberté, de la subordination des lois ; sans doute qu'on remarquera des vices énormes dans le gouvernement germanique. Mais si on regarde tous les membres de l'Empire comme des puissances simplement alliées les unes des autres par des traités, et unies par des négociations continuelles dans un espèce de congrès toujours subsistant, on verra que des puissances libres et indépendantes ne pouvoient pas prendre de mesures plus sages pour entretenir la paix entre elles, et prévenir leur ruine. »

38  Jean-Jacques Rousseau, Œuvres complètes, vol. III, Paris, Gallimard, 1964, p. cxxx sq.

39  P. 572.

40  P. 580-581.

41  P. 584.

42  P. 589.

43  Travail en cours de l'auteur dans le cadre d'une édition franco-allemande des écrits politiques de Rousseau.

44  Il semble que le romantisme allemand ait joué un rôle non négligeable dans ce changement de discours ; cf. Paul Michael Lützler (éd.), Europa. Analysen und Visionen der Romantiker, Francfort/Main, 1992.

45 Cf. Elisabeth Fehrenbach, art. Reich, op. cit., p. 488-508.

46 Cf. Heinz Fehrenbach (éd.), introduction : In Europas Mitte. Deutschland und seine Nachbarn, Bonn, 1988

47 Cf. U. Dierse, H. Rath, art. Nation, nationalisme, nationalité, GGB, vol. 3, p. 406-414.

48 Schilling, op. cit., p. 95 sq.

49  « Entretiens de Philarète et d'Eugène touchant la souveraineté des électeurs et princes de l'Empire (Duisburg, 1677), in Leibniz, Werke, 1re série, vol. 4, p. 333-334.

50 Karl Otmar von Aretin, Heiligs Römiches Reich : 1775-1806. Reichsverfassung und Staatssouveränität, vol. 1, Mayence, 1967, p. 24 sq.

51  E. W. Böckenförde, Der Westfälische Friede und das Bündnisrecht der Reichsstände, in Der Staat, 8 (1969), p. 478 : « Après 1648 aussi, plusieurs strates se juxtaposaient et se superposaient dans le bâtis constitutionnel de l'Empire ; elles étaient entremêlées par l'Histoire et liées les unes ou autres sans que l'un de ces éléments aient pu s'imposer totalement et absorber ceux qui lui étaient étrangers. (...) Si l'on veut résumer ce statut de manière positive, en une formule, on pourrait définir l'Empire comme un assemblage de pouvoirs seigneuriaux et étatiques sous un chef relevant de la monarchie (élective) sur une base juridique féodale, organisé de manière dualiste et fédérative. » Cité d'après Schilling, op. cit., p. 97.

52  Manifeste du duc de Brunswick, 25 juillet 1792, in Markov, Revolution im Zeugenstand, vol. 2, Francfort / Main, 1987, p. 260.

53  Cf. Ulrich im Hof, Les Lumières en Europe, Paris, Seuil, 1993 ; René Pomeau, L'Europe des Lumières, Paris, Stock, 1991. Dans la seule bibliographie des livres actuellement disponibles, on trouve 26 publications comportant dans leur titre les mots clefs Europe / Lumières.

54  Fred E. Schrader, Augustin Cochin et la République française, Paris, Seuil, 1992, p. 177-227.

55  Dans le sens d'Emile Durkheim.

56  Lucien Febvre, Amour sacré, amour profane. Autour de l'Heptaméron, Paris, Gallimard, 1944, p. 9 : De l'apparente proximité et familiarité humaines des siècles passés résulte en réalité, selon lui, une historiographie aventureuse, « cette collection de monstres, fabriqués de pièces et de morceaux, avec deux têtes ou deux cœurs, incompréhensibles dès qu'on essaie de les saisir dans leur véritable unité vivante. ». La conclusion de Febvre, p. 10-11 : « En fait, un homme du XVIe siècle doit être intelligible non par rapport à nous, mais par rapport à ses contemporains. Ce n'est point à nous et à nos idées, c'est à eux et à leurs idées qu'il faut se référer. Et si le travail de restitution qu'il nous faut mener à bien pour aboutir à cette intelligibilité difficile s'avère particulièrement ardu (...) : raison de plus pour l'entreprendre de préférence. A ses risques et périls. »

57  Cf. les preuves chez Lützler, op. cit., ainsi que les exemples bien connus de Saint-Simon, Mazzini, Zola, etc. : l'Etat, justement, et même d'un point de vue international, ne peut se représenter que comme lui-même, selon son propre modèle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fred E. Schrader, « Le Saint Empire romain germanique dans les représentations européennes, 1648-1789 : « équilibre », « milieu », « centre » », Revue germanique internationale, 1 | 1994, 83-106.

Référence électronique

Fred E. Schrader, « Le Saint Empire romain germanique dans les représentations européennes, 1648-1789 : « équilibre », « milieu », « centre » », Revue germanique internationale [En ligne], 1 | 1994, mis en ligne le 05 octobre 2011, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://rgi.revues.org/427 ; DOI : 10.4000/rgi.427

Haut de page

Auteur

Fred E. Schrader

Professeur associé aux Universités de Paris VIII, Département d'études germaniques (1991-1992), et de Paris I, Département d'histoire moderne (1992-1993). Livres récents : Augustin Cochin (1878-1916) et la République française, Paris, Le Seuil, 1992 ; Die Demokratie als « fait social ». Augustin Cochin (1878-1916) und die Krise der republikanischen Historiographie des Ancien Régime in Frankreich, Francfort/Main, Suhrkamp, 1993 ; Der Moskauer Prozeß 1936 gegen den « Trotzkismus ». Sozialgeschichte eines politischen Feindbildes, 2 vol., Quellen und Studien zur Sozialgeschichte, éd. par Internationales Institut für Sozialgeschichte Amsterdam, Francfort/Main, Campus, 1993.)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org