Navigation – Plan du site
Essais de sémantique historique

Les frontières allemandes dans l'histoire : un « diktat » de la géographie ?

Hans-Dietrich Schultz
Traduction de Olivier Mannoni
p. 107-121

Résumés

In der deutschsprachigen Geographie ist es — etwa von 1800 bis um 1960 — Mode gewesen, die Natur als sinngeladene Materie zu verstehen, die von sich aus darauf drängt, daß der Mensch diesem Sinn im Gang der Geschichte konkrete Gestalt gibt. Am Beispiel des Begriffs der « natürlichen Grenze » und des « Mitteleuropa » -Begriffs läß sich jedoch zeigen, wie wenig natürlich der Willen der Natur ist und wie sehr er der Subjektivität des Menschen entspringt : Je nach politischen Interessenkonstellationen verschoben sich auch die von den Geographen propagierten « natürlichen Grenzen » Deutschlands und Mitteleuropas. Wenn deutsche Historiker in jüngster Zeit erneut die « Logik der Geographie » beschwören, um die Besonderheiten der deutschen Geschichte zu erklären, so zeigt gerade die Geschichte der geographischen Wissenschaft die Verfehltheit dieses Vorgehens.

Haut de page

Texte intégral

I

  • 1  H. Schulze, Wir sind, was wir geworden sind, Munich, 1987, p. 34 sq., 169-170, 179 ; du même, Weim (...)

1Depuis le début des années 80, certains groupes d'historiens allemands accordent une singulière importance aux catégories géographiques. On fait appel aux déficits géographiques du pays pour expliquer le rôle particulier tenu par l'Allemagne dans l'histoire : l'intérieur de l'Allemagne, constate Hagen Schulze, est « découpé » et « haché » par les fleuves et les montagnes, tandis que ses limites extérieures ne sont protégées par « aucune espèce de frontière naturelle ». Le pays, dit-il, n'a pas de « point central naturel » et s'écoule de toute part. Contrairement aux autres pays situés à la périphérie de l'Europe, il a donc dû, selon Schulze, s'affirmer non pas avec, mais « contre la logique de sa géographie ». La surmilitarisation de la Prusse et, plus tard, de l'Allemagne, son bellicisme permanent sont, pour cet auteur, un « diktat » de sa « situation centrale en Europe » et de sa forme géographique diffuse. « Le destin de l'Allemagne », conclut l'historien en une formule, « c'est la géographie »1.

  • 2 Bericht über die 36. Versammlung deutscher Historiker in Trier, Stuttgart, 1986, p. 38 sq. ; voir é (...)

2Les objections au rattachement de l'histoire à la nature concrète de la surface terrestre tombent sous le sens ; et les historiens les ont exprimées à plusieurs reprises. Un tel rattachement ne fait pas seulement planer la menace d'un déterminisme qui « n'explore pas suffisamment les divers champs de possibilités lorsqu'il s'agit d'expliquer les alternatives historiques ». Bien pire encore, affirment ces historiens critiques, invoquer les constantes géographiques revient à relativiser les aspects problématiques de l'histoire allemande et, au bout du compte, à en évacuer toute espèce de culpabilité. Certains géographes ont également réagi de façon critique à cette utilisation de leur science, considérant que la tradition de leur discipline leur imposait des exigences toutes particulières. Je présenterai dans les pages qui suivent les phases successives qu'a connues la géographie allemande dans son rapport avec les modèles d'interprétation naturalistes ; on verra ainsi à quel point des catégories a priori apolitiques sont chargées d'un contenu profondément politique2.

II

3Jusqu'à la fin du xviiie siècle la géographie était encore, pour l'essentiel, une science des Etats ; elle utilisait les frontières politiques. Certes, depuis la Renaissance de l'Antiquité, certains auteurs avaient parfois tenté de travailler avec les frontières naturelles ; mais il fallut attendre que s'installe le climat intellectuel des Lumières et de la Révolution française pour que ce concept soit repris par un grand nombre d'auteurs. Quand on réfléchissait à la possibilité d'une paix éternelle, on ne pouvait faire l'abstraction de l'argument des frontières naturelles. En outre, les transformations incessantes de la carte politique faisaient constamment évoluer les données géopolitiques. Les frontières naturelles présentaient au contraire l'avantage de ne pas dépendre des événements politiques quotidiens, et de ne pas forcer pour autant à rompre le lien traditionnel avec l'histoire. Le rapport des deux disciplines s'inversa alors : au lieu de se fonder sur l'histoire pour opérer une lecture des frontières existantes, on prétendait désormais prescrire ces frontières à l'histoire ou à la politique, en présentant les limites territoriales comme des indications ontologiques données par la nature. La Raison de la nature devait trouver un pendant rationnel dans l'ordre politique du monde. Une fois que l'on avait discerné la volonté intemporelle de la nature (qui, au début, se rapportait encore directement à la volonté divine), il était facile de vérifier si les peuples s'en étaient tenus à son plan. Le cas échéant, il faudrait apporter des corrections — on supposait ici que la nature, si les hommes devaient passer outre sa volonté, finirait par imposer elle-même ces rectifications. L'élément essentiel de ce concept, qui a guidé le débat méthodologique des géographes depuis le début du xixe siècle, est l'idée que la nature n'est pas simplement un matériau pour l'histoire : elle est porteuse d'une signification immanente, et celle-ci lui donne un droit de veto sur tous les ordres humains qui ne correspondent pas à sa propre fonctionnalité (déchiffrée par les géographes). On en tirait pour l'avenir la promesse (en soi agréable) que l'histoire des Etats s'apaiserait enfin quand tous les peuples auraient trouvé « leur » terre.

III

  • 3  A. Zeune, Thuiskon. Ueber Teutschlands Einheit, Berlin, 1810, p. 12 sq. ; du même, Erdansichten od (...)

4Dans un premier temps, la volonté de la nature apparut au géographe sous la forme de la volonté de Napoléon. August Zeune tenta cependant en vain de présenter la politique de conquête de l'empereur comme une manière de se rapprocher des conditions données par la nature. Dans le nouvel ordre qu'il imposa à l'Europe, Napoléon ne s'arrêta pas aux « frontières originelles » de l'Allemagne telles que les définissait Zeune ; en outre, ces frontières — l'Oder à l'est, le Rhin à l'ouest — n'étaient pas acceptables pour le mouvement nationaliste allemand. Quand la situation relativement stable bascula avec les guerres de libération, Zeune se hâta de présenter comme une erreur l'abandon, au nom de la nature, des territoires situés sur la rive gauche du Rhin. A présent, il considérait le pied des Vosges et le Jura lorrain comme les véritables frontières de l'Allemagne avec la France, tandis qu'à l'est on remplaçait l'Oder par une « forêt de la Vistule » inventée de toutes pièces (cf. 111. I a, n° 2)3.

  • 4  G. B. Mendelssohn, Das germanische Europa, Berlin, 1836, p. 23, 25, 128 sq. ; B. Cotta, Deutschlan (...)

5D'autres géographes — Mendelssohn, par exemple — ne partageaient pas, d'emblée, l'optimisme de Zeune, pour lequel il était possible d'assigner à l'Allemagne un territoire naturel bien déterminé. Depuis l'Asie, affirmait Mendelssohn en 1836, s'étend jusqu'au Rhin et au-delà une plaine que seuls les cours d'eau viennent ponctuer. Pour lui, si le Danube menait de la mer Noire jusqu'au cœur de l'Allemagne, les fleuves et les remparts montagneux, à l'ouest, ne constituaient pas en revanche un véritable mur de séparation avec la Gaule. Par contre, disait-il, les contrastes naturels les plus vifs caractérisaient l'intérieur de l'Allemagne et y provoquaient un éclatement géographique dont on ne trouvait pas d'équivalent en Europe, si ce n'est en Grèce. Peut-être n'existait-il aucune espèce d'Allemagne naturelle à laquelle l'Allemagne politique aurait pu se référer ? Pour le géologue Bernhard Cotta, une chose était certaine : l'Allemagne n'était pas un pays uni, mais, géologiquement et politiquement, un conglomérat dépourvu de périphérie clairement définie. La nature n'avait-elle donc pas de place pour l'Allemagne ? Les géographes n'allaient pas tout à fait aussi loin, mais l'idée que l'Allemagne était géographiquement moins bien définie que les autres Etats européens fut bientôt un lieu commun. Si Mendelssohn considérait les contrastes géographiques de l'Allemagne comme une sorte d'unité, c'était en la regardant depuis la Lune, avec un télescope ; elle apparaissait alors comme la déclivité septentrionale des Alpes, avec le triptyque formé par les hautes montagnes, le pays montagneux et la plaine côtière4.

III. 1. — Délimitations géographiques de I' « Europe centrale » depuis le début du xixe siècle

III. 1. — Délimitations géographiques de I' « Europe centrale » depuis le début du xixe siècle

a : A. Zeune, 1808 et après 1813 (1 : Pays des Cévennes, 2 : Pays de la forêt hercynienne avant et après les guerres de libération, 3 : Pays des Carpates) ; b : C. E. Meinicke, 1839 (1) et E. von Bülow (1 et 2) ; c : A. Kirchhoff, 1882 (1) et J. Partsch, 1904 (1 et 2) ; d :H. Hassinger, 1917 (1 et 2 ; 2 désigné comme I' « Europe centrale en devenir »), A. Penck, 1915 (1, 2 et 3 : I' « Europe intermédiaire »).

IV

  • 5  E. Kapp, Philosophische oder allgemeine vergleichende Erdkunde, 2 vol., Brunswick, 1845, vol. 2, p (...)

6La situation géographique singulière de l'Allemagne n'impliquait cependant pas forcément un pessimisme politique ; on pouvait aussi l'utiliser au profit du pays. Ernst Kapp le fit de manière exemplaire dans sa Philosophische Erdkunde (géographie philosophique). Pour lui, ce professeur de lycée et homme politique libéral de gauche, cette situation était littéralement une condition et une garantie du fait que l’« esprit du monde » hégélien pouvait amener la fin de l'histoire mondiale. La situation ouverte de l'Allemagne au « centre », au « cœur » de l'Europe, ainsi que l’« universalité » de sa nature et de sa vie ethnique la prédestinaient à « jouer un rôle décisif de mise en ordre sur le cours du monde » et à susciter, dans le rôle du « médiateur », la « rédemption politique du monde ». C'est en Allemagne, disait-il, que le monde avait son « point d'unité géographique et historique », tout comme « le corps (a)son point vital dans le cœur ». Il fallait briser la domination britannique sur les océans et faire place à « l'œuvre de paix d'un libre-échange général ». L'esprit de la « fraternisation entre humains » guiderait le nouveau « dialogue des peuples dans l'histoire mondiale », pourvu que l'Allemagne s'en fasse le porte-parole. Pour mettre en œuvre ce programme, Kapp réclame la « renaissance maritime » de l'Allemagne (donc une flotte de guerre), et la création d'un grand espace économique à l'échelle du continent, qui s'étendrait de la mer du Nord à la mer Noire et à l'Adriatique. Il invite les Etats riverains du Rhin, les Pays-Bas, la Belgique et la Suisse, à se rattacher à la Confédération allemande et à l'Union douanière allemande. Pour Kapp, la Hongrie, bien qu'elle constitue « physiquement une entité », est une zone d'intérêt allemand, puisque les eaux du Danube lui viennent d'Allemagne. Enfin, on rappelle aux voisins d'outre-Rhin que la frontière naturelle allemande à l'ouest est, pour l'heure, située dans le territoire politique de la France, ce qui pourrait fort bien provoquer un jour en Allemagne une « offensive de l'opinion publique »5.

  • 6  G. Funke, Die geographische Weltlage Polens, in Zeitschrift des Vereins fur deutsche Statistik, 1, (...)

7C'est la Pologne que l'on considérait comme le premier perdant du jeu de l'histoire mondiale régulé par la géographie ; un pays qui n'avait pas compris la « mission » que lui avait assignée la situation de son territoire dans l’« histoire mondiale » : devenir un « puissant maillon entre l'Asie et l'Europe ». Pour cela, explique Georg Funke, un pasteur féru de géographie et formé à l'école de Kapp, elle aurait dû prendre le chemin de l'ouest pour s'assurer l'accès à la mer. Mais au lieu de suivre ses fleuves et de se rendre maîtresse de la côte baltique jusqu'à la ligne de l'Elbe, la Pologne s'était, selon lui, laissée prendre par une paralysie continentale. Après que de « bas éléments orientaux » avaient provoqué une anarchie interne totale, la partition de la Pologne était, disait-il, devenue inéluctable — elle avait cependant suivi un cours extrêmement peu naturel. Il fallait, selon lui, soit que la Prusse orientale et occidentale devienne russe, soit que la Pologne devienne prussienne : aucune autre solution « n'était envisageable, en raison de la nature géographique du pays ». Et cependant, dans la guerre par laquelle il faudrait passer pour y parvenir, l'enjeu serait encore plus important : il s'agirait de savoir si, à l'est de l'Europe, les intérêts continentaux ou océaniques domineraient. S'il fallait chercher quelque part « le terrain d'un combat mondial », c'était bien ici, dans le bassin de la Vistule. L'issue de ce combat paraissait claire, car « la direction » de la Pologne allait « vers la Prusse » à laquelle « ses fleuves » conféraient « la vocation de devenir une puissance océanique »6.

V

8Les visions de l'espace qu'avaient Kapp et Funke sont plutôt atypiques des ouvrages de géographie parus à l'époque ; en revanche, ce genre d'élucubrations sur le pouvoir politique mondial étaient très en vogue dans les essais politiques des années 1840. Avec la fondation du IIe Reich, en 1871, ces chimères furent, dans un premier temps, éliminées ; car Bismarck déclara que le Reich était territorialement saturé. Cela posa un problème aux géographes : ils avaient désormais à faire à un Etat qui, après tout ce que l'on avait écrit jusqu'alors sur les frontières naturelles de l'Allemagne, ne constituait pas une entité naturelle. L'Empire de Bismarck n'était pas un territoire naturel. Et si l'on voulait tout de même le traiter comme tel, il fallait transformer les critères de délimitation de ce type de territoires. C'est précisément ce que prôna Alfred Kirchhoff en admettant, outre des critères naturels, des critères culturels là où l'on ne pouvait discerner une volonté de la nature. Dans un tel cas, la politique devait prendre la place de la nature et faire du Reich allemand un territoire géographique. Les caractéristiques physiques pouvaient tout à fait être les mêmes d'un côté et de l'autre de la frontière politique : ce qui importait en l'espèce, pour faire de la frontière politique une frontière territoriale, c'était l'existence de deux cultures différentes de part et d'autre de la délimitation. De cette manière, la « saturation » voulue par Bismarck était aussi légitimée par la géographie. Bien sûr, concède Kirchhoff, si l'on s'en tient au seul critère des « mœurs allemandes », l'Allemagne aurait pu avoir un territoire encore plus vaste, incluant l'ancienne Confédération allemande, y compris les provinces nord-orientales de la Prusse, de la Suisse, des Pays-Bas et de la Belgique ; mais la politique, justement, n'était pas parvenue à faire de ces éléments un Etat unitaire.

III. 2. — L’« Europe centrale » aujourd'hui, dans les limites que lui donne un manuel géographique destiné au premier cycle de l'enseignement secondaire (Terra : Erdkunde, Europa)

III. 2. — L’« Europe centrale » aujourd'hui, dans les limites que lui donne un manuel géographique destiné au premier cycle de l'enseignement secondaire (Terra : Erdkunde, Europa)
  • 7  A. Kirchhoff, Deutschlands natürliche Gliederung und seine geschichtliche Grenzverengung, in Aus a (...)

9A cette plus grande Allemagne qui n'avait pu voir le jour, Kirchhoff donne le nom d' « Europe centrale ». En tant que « territoire », elle n'a pour lui qu'une signification scientifique, mais plus aucune portée politique (cf. Ill. 1 c, n°l)7.

VI

  • 8  A. Zeune, Gea, Berlin, 1808 ; C. von Bülow, Handbuch der Geographie, Berlin, 1834 ; C. E. Meinicke (...)

10Le concept d'« Europe centrale » apparaît dans les ouvrages géographiques dès le début du xixe siècle ; au commencement, cependant, il ne désignait pas plus qu'une articulation de l'Europe du nord au sud qui s'étendait de la côte française de l'Atlantique jusqu'à la mer Noire, mais aussi, parfois, au-delà (cf. Ill. 1b). Contrairement à l’« Europe centrale » des essayistes du Vormärz, cette « Europe centrale » des géographes n'est pas le nom de code désignant un concept politique dans lequel l'Allemagne joue un rôle hégémonique. Cela se transforma cependant après que le concept d'« Europe centrale » des géographes, amputé, notamment, de la France, devint une « zone du travail culturel allemand et de l'histoire allemande ». Tandis que ce concept, chez Kirchhoff, ne désigne pas encore un programme politique pour l'avenir, mais constitue uniquement un pis-aller pour faire du Reich allemand, contre la tradition géographique antérieure, un « territoire géographique », Partsch, lui, l'utilise pour présenter un conglomérat d'Etats s'étendant de la Belgique à la Bulgarie comme un futur grand espace économique sous domination allemande (cf. Ill. 1c, nos 1 et 2). Les frontières politiques de cette « Europe centrale », affirme-t-il, coïncident pratiquement avec les frontières naturelles. Sa cohésion géographique est assurée par le « triple accord des Alpes, de la montagne moyenne et du bas pays »8.

  • 9  F. Naumann, Mitteleuropa, Berlin, 1915 ; H. Hassinger, Das geographische Wesen Mitteleuropas, in M (...)

11Le grand espace de l’« Europe centrale », tel que le concevait Partsch, se heurta d'abord à la distance critique des géographes. On considérait généralement son extension vers les Balkans comme une erreur géographique ; mais cela allait changer radicalement avec la première guerre mondiale et le succès fulgurant du livre consacré à l'Europe centrale par Friedrich Naumann. On vit ainsi apparaître de nombreuses variantes géographiques de l'Europe centrale qui légitimaient l'expansion allemande vers l'est et le sud-est en arguant qu'elle était prévue par la nature. La plus influente d'entre elles fut sans doute celle de l'Autrichien Hugo Hassinger, en 1917 (cf. Ill. 1d, nos 1 et 2). Ce qui apparaissait à la géographie ancienne comme un éparpillement morphologique, Hassinger le ressoude pour en faire une unité à double visage. La ligne de partage des eaux européenne ne sépare pas, selon lui, « des intérêts divergents », mais invite au contraire « à créer un ou plusieurs grands axes de transport fluvial orientés en nord-ouest / sud-est ». Il avoue sans détour que seule la guerre lui a permis de faire cette découverte. Ses explications ne laissent aucun doute : le relief et le cours des fleuves sont partiaux, ils plaident pour les intérêts géopolitiques et économiques de l'alliance austro-allemande. Partout il existe, selon lui, des transitions ou des passages qui relient entre eux le Rhin, l'Elbe, l'Oder ou le Danube. Les « petits peuples » du Sud-Est manquent souvent de frontières naturelles, si bien qu'ils ne remplissent aucune des conditions nécessaires pour avoir leur propre Etat national. Ne serait-ce que pour des raisons géographiques, l’« Europe centrale » ne peut être organisée que comme un « Etat plu-riethnique », dans lequel les territoires paysans de l'Est et du Sud-Est seront obligatoirement les fournisseurs de matières premières de l'Ouest hautement industrialisé. La guerre a aussi mené la Pologne à sa destination « naturelle et culturelle » : l’« Europe centrale ». La morphologie uniforme du socle russe constitue selon l'auteur une bonne frontière entre l'Europe de l'Est et la diversité de l’« Europe centrale ». Hassinger ne redoute pas de présenter le panslavisme comme le produit de cette uniformité morphologique. Contrairement à d'autres géographes, il refuse cependant de classer les provinces baltes dans l’« Europe centrale », parce que ce territoire se distingue déjà par une assez forte continentalité. Là où court la frontière nord-orientale du hêtre rouge s'achève, selon lui, l’« Europe centrale »9.

  • 10  A. L. Bucher, Von den Hindernissen, welche der Einführung eines besseren Ganges beym Vorträge der (...)

12Il existe un modèle concurrent à cette « Europe centrale » qui court du nord-ouest vers le sud-est ; celui-ci va du nord vers le sud. Cette « Europe centrale » - là remonte, elle aussi, au début du xixe siècle. A l'époque, Bucher se moquait des tentatives de séparer l'Europe en territoires naturels ; on pouvait prendre le problème sous n'importe quel angle, disait-il, il existerait toujours un motif d'ajouter tel ou tel territoire à une entité naturelle. Et il construisit, dans cet esprit, une « Europe centrale » qui allait de la Scandinavie à l'Italie, pour démontrer l'absurdité de toutes les tentatives d'articulation en espaces naturels. D'autres, en revanche, prirent tout à fait au sérieux la construction d'une « Europe centrale » méridionale. Ce fut d'abord, en 1856, en dehors de la discipline géographique, l'économiste L. von Stein ; puis, en 1915, parmi les géographes, Alfred Penck, qui baptisa son « Europe centrale » « Europe intermédiaire » et la situa entre une « Europe antérieure » et une « Europe postérieure » (cf. Ill. 1 d). Une alliance d'Etats, qui s'étend de la mer Blanche au Bosphore, doit se dresser comme une « muraille uniforme » devant la Russie, qu'il faudrait pousser, par la guerre, hors de l’« Europe intermédiaire ». On utilise aussi des arguments relevant de la géographie physique pour revendiquer l'intégration de l'Ukraine à cette « Europe intermédiaire » ; l'Ukraine, dit-on, ne fait pas partie du socle russe, mais prolonge vers l'est la chaîne de montagnes du centre de l'Allemagne. L'arrière-plan économique de cette annexion devient manifeste quand Penck assigne à l'Ukraine le rôle de couvrir les besoins de l'Allemagne en céréales10.

VII

  • 11  F. Ratzel, Der Lebensraum, Darmstadt, 1966 (lre parution, 1901), p. 153 ; du même, Politische Geog (...)

13Les termes « Europe centrale » et « Europe intermédiaire » ont un dénominateur commun : ils expriment la variante allemande de l'impérialisme, et les calculs des responsables de la politique internationale wilhelmienne pour faire accéder le pays au rang de grande puissance. C'est Friedrich Ratzel qui, pour ce qui concerne la géographie, a apporté sa justification théorique à cet impérialisme ; il enseigna à Munich et à Leipzig et mourut en 1904. C'est à lui que revient le « mérite » d'avoir dynamisé le modèle statique de correspondances de la géographie, qui reconnaissait « son » territoire à chaque peuple. Ratzel part sans doute lui aussi de l'idée que le développement d'un Etat au sein de son propre « cadre géographique », développement qui lui permet de remplir une « zone naturelle », est un élément d'une « croissance saine » ; mais la vie ne fait qu'y entrer provisoirement et cherche aussitôt « d'autres espaces pour se propager ». Les critères de la taille adaptée des espaces politiques se transforment, selon lui, constamment et doivent, « de temps en temps, être adaptés à de plus grandes proportions ». Ainsi les plus petites zones naturelles sont-elles remplacées par les plus grandes qui, à chaque étape de l'expansion de l'Etat, apparaissent comme des objectifs vers lesquels la croissance s'oriente. Le modèle statique de l'Etat-nation tirant sa légitimité de la géographie constitue pour Ratzel une régression dans la pensée non territoriale. Une realpolitik soutenue par la géographie doit plutôt assurer « au peuple en croissance le sol indispensable à son avenir », car toute vie sur cette terre est au bout du compte « un combat de la vie contre la vie pour conquérir l'espace ». Dès lors, la guerre de conquête territoriale apparaît chez Ratzel comme un test des réalisations que sont capables d'accomplir les peuples, et de leur capacité à vivre, tandis que la paix passe pour un facteur hostile à la vie et qui inhibe la croissance. Chaque peuple doit être « éduqué à passer de plus petites à de plus grandes conceptions de l'espace »11.

VIII

  • 12  H. Lautensach, Geopolitik und staatsbürgerliche Bildung, in Zeitschrift für Geopolitik, 1, 1924, p (...)

14On le sait, le test eut un résultat négatif pour le Reich allemand. Même la Pologne, dont on avait dit avant la guerre que son absence de forme géographique lui avait, à juste titre, coûté sa qualité d'Etat, ressuscita en tant que tel ; et, plus grave encore, cette résurrection se fit au détriment du Reich. Comment put-on en arriver à un tel désastre, puisque l'on était tellement sûr que la nature favorisait l'expansion allemande vers l'est et le sud-est ? Au lieu de chercher la réponse dans les erreurs politiques commises, on invoqua la situation géographique singulière de l'Allemagne. La « situation centrale » de l'alliance austro-allemande, qui passait encore quelque temps plus tôt pour un avantage permettant d'acquérir sur le continent une position hégémonique, était à présent censée expliquer la victoire des alliés. Le caractère indéfini de la nature du pays avait, disait-on, empêché le peuple allemand de discerner clairement sa mission nationale, et sa « situation centrale au cœur de l'Europe » la confrontait au risque permanent « d'encerclement politique, d'isolement économique, d'agressions de toute part ». On inventa même une variante géographique de la légende du « coup de couteau dans le dos » : la « multiplicité et l'émiettement » du sol allemand n'avaient pas donné aux « terres allemandes » suffisamment de « force d'abnégation » pour s'engager les uns en faveur des autres12.

  • 13  A. Dix, Politische Geographie, Munich et Berlin, 1922, p. 585 ; N. Krebs, Die territorialen Veränd (...)

15Il va sans dire que la nouvelle structure politique de l'Europe, celle qui découla des traités de paix, ne fut pas acceptée par les géographes. Inlassables, les coryphées de la discipline interprétaient leur « chant de la terre » et condamnaient des nouvelles structures politiques jugées « contre-nature », « arbitraires », bref : « non géographiques ». Il y eut certes aussi, durant l'après-guerre, quelques géographes qui n'acceptaient pas de s'en remettre à la justice de la nature, mais misaient sur la « force de volonté du peuple ». Mais la majorité affirmait encore que les « exigences constantes du sol immuable » s'imposeraient toujours, avec l'inflexibilité d'une loi naturelle ; à les croire, on voyait « sans cesse les mêmes tendances politiques réapparaître au même endroit », même si les gens étaient différents et savaient utiliser autrement les « forces du sol ». Les « conditions physiques stables » n'offraient aux hommes d'Etat qu'un bien faible espace aux libres décisions en matière de politique étrangère, toute politique étrangère était, à un haut degré, « instinctive » et demeurait toujours liée aux prescriptions de la nature. Certes, la « libre volonté » des peuples — en l'occurrence, des vainqueurs — pouvait dépasser certaines réalités, mais à court ou à long terme, la nature ne manquerait pas d'imposer ses corrections13.

  • 14  J. Haller, Die Epochen der deutschen Geschichte, Stuttgart, 1923, p. 29-30 ; H. Overbeck, Raum und (...)

16Les géographes se trouvèrent confortés dans cette conception à l'époque de la République de Weimar, notamment parce que la réflexion en termes de catégories géographiques était aussi en vogue en dehors de la discipline. Rappelons seulement ici Johannes Haller, qui, dans ses Epochen der deutschen Geschichte (Epoques de l'histoire allemande), devenu un classique, renforçait les géographes dans l'idée que la « situation et la nature du pays » étaient les éléments qui contribuaient le plus à déterminer « l'histoire politique de tous les temps ». Rien n'était plus faux, selon lui, que de supposer que les Etats et les gouvernants pouvaient choisir librement leurs missions : c'est au contraire la géographie qui les leur assignait. L'histoire allemande lui paraissait, elle aussi, « d'emblée », « soumise à la situation géographique ». Le géographe se voyait ainsi également autorisé par les historiens à conjurer la politique de se conformer aux lois de la nature et à les orienter une deuxième fois vers l'Est et le Sud-Est. Ainsi s'exprimait le mieux l’« attachement géographique » de l'Allemagne au continent, au moment où, sous le coup des expériences de la première guerre mondiale, le pays devait renoncer à ses visées expansionnistes outre-mer14.

  • 15  J. Wütschke, Der Kampf um den Erdball, Munich et Berlin, 1922, p. 102 sq. ; H. Hassinger, Das Deut (...)

17On spécula donc de nouveau sur un grand espace économique d'Europe centrale sous direction allemande, on incita la Pologne à adapter enfin sa politique économique à l'orientation de ses vallées glaciaires et de la déclivité des niveaux économiques, et l'on recommandait d'une manière générale à tous les « Etats lisière » de la Russie d'ouvrir leurs marchés aux produits industriels allemands, eux-mêmes pouvant fournir des matières premières et des vivres. Ils n'avaient de toute façon pas d'autre choix, au bout du compte, car ils avaient besoin des Allemands comme « enseignants ». Certes, les géographes polonais cherchèrent aussi à présenter leur territoire comme une entité voulue par la nature : le rétrécissement du bas pays européen entre Stettin et les Sudètes marquait, selon eux, la frontière occidentale naturelle de la Pologne, mais face à la « loi culturo-géographique de la poussée vers l'Est », qui obligeait l'Allemagne à libérer l'Europe de l'Est de l'esprit de l’« asiatisme destructeur de cultures », ces spécialistes n'avaient guère de chances de pouvoir affirmer une autonomie polonaise. Pour la géographie allemande, les « espaces infinis de l'Est » apparaissaient comme une « promesse » sans équivoque du paysage et de ses « lignes directrices naturelles » pour une nouvelle initiative allemande. On songeait, « le cœur gros », à la colonisation de l'Est tentée au Moyen Age : l'eût-on menée « avec détermination et de manière unitaire », au lieu de diriger les forces historiques, d'une manière qui n'avait rien de naturel, au-delà des Alpes, combien l'histoire de la germanité à l'Est aurait pu se dérouler autrement15 !

IX

  • 16  H. Overbeck (cité n. 1, supra, p. 120), p. 13-14 ; A. Penck, Deutscher Volks- und Kulturboden, in (...)

18Tandis que le géographe se fondant sur la nature soulignait « la dépendance causale de l'homme » vis-à-vis de celle-ci, le géographe s'attachant à la « volonté populaire » supposait qu'il n'existait aucun espace attribué d'avance par la nature à tel ou tel peuple. Pour ce dernier, le territoire d'un peuple s'étendait aussi loin que ce peuple était parvenu à transformer la nature selon sa volonté. L'Allemagne n'était pas une entité naturelle, mais une entité culturelle où l'on pouvait déceler « l'ardeur allemande et le travail allemand ». Même des peuples étrangers — les Tchèques, par exemple — pouvaient œuvrer à la construction de cette Allemagne, pourvu qu'ils s'inspirent de l'esprit allemand du travail — on supposait en effet qu'ils étaient incapables de le faire par leurs propres moyens. L'idée centrale de cette approche culturo-géographique est la même que celle de l'approche naturo-géographique : l'Allemagne était plus grande que le Reich allemand dans ses frontières du moment ; une fois faite cette constatation, une autre revendication s'imposait d'elle-même : il fallait faire coïncider ces deux entités16.

X

  • 17  H. Hassinger (cité n. 1, supra, p. 117), p. 476 ; H. Graul, Geopolitische Betrachtungen zum Weichs (...)

19Quelles que fussent les positions théoriques de tel ou tel géographe, chaque étape du succès de la politique de révision et d'expansion d'Hitler fut présentée comme pleinement justifiée par la géographie. Avait-on, dans le passé, affirmé quelque chose qui ne concordait pas avec l'évolution la plus récente, on arguait que chaque époque cherche ses propres limites, et que les frontières territoriales (comme l'avait déjà écrit Hassinger en 1917) n'étaient pas stables, mais déplaçables. A présent, une fois consommés l'Anschluss de l'Autriche et l'écrasement de la Tchécoslovaquie et de la Pologne, c'est surtout l'« Europe centrale » qui semblait enfin devenir une réalité durable. Les « grandes conceptions de la nature » étaient devenues le malheur d'une Pologne « imaginative, mais peu productive ». Seuls les peuples capables de plus grandes réalisations, comme le peuple allemand, parvenaient à tracer les « espaces vitaux » (Lebensräume) « selon les conditions données par la nature » et étaient capables non seulement de vouloir, mais aussi d'atteindre effectivement les « frontières naturelles ». Il existait encore une grande « dissonance » entre la « nature centre-européenne » du gouvernement général et le « voile semi-civilisé, à la coloration tellement orientale » qui la recouvrait. Mais avec la « regermanisation de l'Est, on rattacherait aussi ce territoire, culturellement, à l’« Europe centrale », que l'on avait par malheur abandonnée aux Slaves lors de la période de migration des peuples. Ceux-ci, en faisant « irruption » dans l'espace centro-européen, se seraient ainsi rendus coupables d'une lourde faute historique et auraient troublé l’« équilibre géopolitique ». Rayer une fois de plus la Pologne de la carte de l'Europe n'était donc, pour ces géographes, qu'une manière offerte par la nature de réparer une ancienne injustice. Le Raum avait vaincu17.

XI

  • 18  E. Obst, Die Grossraum-Idee in der Vergangenheit und als tragender politischer Gedanke unserere Ze (...)

20Ni l’« Europe centrale » ni d'autres projets géographiques de bien plus grandes dimensions (l’« Eurafrique », par exemple) ne furent réalisés. L'histoire ne confirma pas les dispositions que les géographes estimaient nécessaires. En hésitant, mais en se montrant plutôt trop discret que trop explicite, on admit que l'« Europe centrale » et l'« Europe intermédiaire » étaient des constructions politiques attachées à leur époque, qu'il aurait mieux valu ne pas chercher à justifier par la morphologie. Mais on ne voulut tout de même pas renoncer à la « situation centrale » traditionnelle, pas plus qu'au thème de l'absence de « frontières naturelles ». En 1962 encore, un manuel de géographie stipulait que la « situation centrale » de l'Allemagne constitue en temps de paix un « élément particulièrement favorable », qu'elle en fait, économiquement et culturellement, un « pays de transit » de premier ordre, mais qu'elle crée aussi des « zones de friction » : des conflits entre ses voisins pourraient facilement entraîner l'Allemagne dans ces zones et en faire le « champ de bataille des intérêts étrangers », comme le montre la confrontation entre l'Est et l'Ouest. Plus que jamais, disait-on encore à l'époque, l'Allemagne était empêchée de remplir « les missions qui lui ont été fixées par la nature ». Il ne s'agissait pas seulement d'un refus total de voir les choses en face, mais aussi d'une pure et simple inversion de la réalité : comme on l'avait déjà fait avant la première guerre mondiale, on transformait les incendiaires en victimes, on leur refaisait une vertu à l'aide de la situation géographique, et l'on présentait les victimes comme les coupables18.

XII

  • 19  H. Schulze (cite n. 1, supra, p. 109), p. 163, 169 ; on trouve une argumentation analogue à celle (...)

21Depuis les années 70, et après de vives confrontations, la géographie allemande a abandonné, à fort juste titre, la problématique classique qui en constituait le centre au début du xixe siècle. L’« Europe centrale » des géographes n'est plus une notion politique, ni un programme hégémonique. Personne, à ce jour, n'a encore eu l'idée de représenter l'Allemagne fédérale comme une entité voulue par la nature, entre « la mer et les Alpes, l'Oder et le Rhin ». La nature, l'histoire de la géographie nous l'enseigne, ne peut être rendue responsable de la « question allemande » : elle n'a pas posé cette question, et n'a pas non plus empêché ou retardé la réponse qu'on pouvait y apporter. Les montagnes, les fleuves et les plaines ne sont jamais indépendants de la perception humaine ; ils ne sont pas des facteurs de l'évolution politique, ni des instances normatives responsables de l'ordre politique de la carte géographique et indépendants de l'action des hommes. Les géographes, qui croyaient depuis Napoléon pouvoir déchiffrer un programme politique dans la nature concrète, ne pouvaient le faire que parce qu'ils avaient auparavant chargé intentionnellement la nature d'une signification de ce type. Celui qui prétendait mettre en œuvre la volonté de la nature n'accomplissait en fait que sa propre volonté. Quelles que soient les entités que l'on présentait comme l'Allemagne « naturelle » ou l'Europe centrale « naturelle », ce n'étaient pas des espaces physiques qui indiquaient le chemin de l'histoire, mais plutôt des espaces mentaux qui relevaient de la sphère politico-sociale et qui appelaient une explication politique. L'historien qui veut savoir en quoi les Allemands sont « différents » ne peut plus se référer à la géographie. Sans doute Schulze sait-il, lui aussi, que sa référence à la géographie n'est que d'une « utilité limitée », faute de « causalité évidente » — mais que reste-t-il d'elle, alors, en tant que « raison dernière » de l'histoire ? Au bout du compte, la voie royale des constantes géographiques pour expliquer le « chemin à part » allemand s'est avérée être un sentier de traverse19.

Haut de page

Notes

1  H. Schulze, Wir sind, was wir geworden sind, Munich, 1987, p. 34 sq., 169-170, 179 ; du même, Weimar, Berlin, 1982, p. 16.

2 Bericht über die 36. Versammlung deutscher Historiker in Trier, Stuttgart, 1986, p. 38 sq. ; voir également : H.-U. Wehler, Entsorgung der deutschen Vergangenheit ?, Munich, 1988, p. 174 sq. ; H.-D. Schultz, Deutschlands « natürliche » Grenzen, in A. Demandt (éd.), Deutschlands Grenzen in der Geschichte, 3e éd., Munich, 1993, p. 32 sq.

3  A. Zeune, Thuiskon. Ueber Teutschlands Einheit, Berlin, 1810, p. 12 sq. ; du même, Erdansichten oder Abriss einer Geschichte der Erdkunde, 2e éd., Berlin, 1820, p. 94.

4  G. B. Mendelssohn, Das germanische Europa, Berlin, 1836, p. 23, 25, 128 sq. ; B. Cotta, Deutschlands Boden, 2 vol., Leipzig, 1854, p. 5.

5  E. Kapp, Philosophische oder allgemeine vergleichende Erdkunde, 2 vol., Brunswick, 1845, vol. 2, p. 298 sq.

6  G. Funke, Die geographische Weltlage Polens, in Zeitschrift des Vereins fur deutsche Statistik, 1, 1847, p. 803 sq.

7  A. Kirchhoff, Deutschlands natürliche Gliederung und seine geschichtliche Grenzverengung, in Aus allen Weltteilen, 28, 1897, p. 6 sq. ; du même, Erdkunde, in A. Kirchhoff et S. Günther, Didaktik und Methodik des Geographie-Unterrichts, 2e éd., Munich, 1906, p. 34.

8  A. Zeune, Gea, Berlin, 1808 ; C. von Bülow, Handbuch der Geographie, Berlin, 1834 ; C. E. Meinicke, Lehrbuch der Geographie, Prenzlau, 1839 ; J. Partsch, Mitteleuropa, Gotha, 1904, p. 4 sq.

9  F. Naumann, Mitteleuropa, Berlin, 1915 ; H. Hassinger, Das geographische Wesen Mitteleuropas, in Mitteilungen der k.k. Geographischen Gesellschafl in Wien, 60, 1917, p. 437 sq.

10  A. L. Bucher, Von den Hindernissen, welche der Einführung eines besseren Ganges beym Vorträge der Erdkunde auf Schulen im Wege stehen, Cöslin, 1827, p. 29, 82 sq. ; L. von Stein, Oesterreich und der Frieden, Vienne 1856 ; A. Penck, Politisch-geographische Lehren des Krieges. Meereskunde, Sammlung volkstümlicher Vorträge, n° 106, Berlin, 1915 ; du même, Die Ukraina, in Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde zu Berlin, 1916, p. 463 sq.

11  F. Ratzel, Der Lebensraum, Darmstadt, 1966 (lre parution, 1901), p. 153 ; du même, Politische Geographie, Munich et Berlin, 1903, p. 11, 35 sq., 183, 188, 371 sq. ; du même, Anthropogeographie, 3e éd., Stuttgart, 1909, vol. 1, p. 131 ; cf. à ce propos : H.-D. Schultz, Versuch einer Historisierung der Geographie des Dritten Reichs am Beispiel des geographischen Grossraumdenkens, in Geographie und Nationalsozialismus (n° 51 de Urbs et regio), Kassel, 1989, p. 9 sq.

12  H. Lautensach, Geopolitik und staatsbürgerliche Bildung, in Zeitschrift für Geopolitik, 1, 1924, p. 467 sq. ; A. Hettner, Der Friede und die politische Geographie, in Geographische Zeitschrift, 25, 1919, p. 235.

13  A. Dix, Politische Geographie, Munich et Berlin, 1922, p. 585 ; N. Krebs, Die territorialen Veränderungen des Weltkrieges, in Verhandlungen des 20. Deutschen Geographentages zu Leipzig, Berlin, 1922, p. 197 ; W. Vogel, Staaten als geographiche Gebilde, in F. Lampe et G. H. Franke (éd.), Staatsbürgerliche Erziehung, Breslau, 1924, p. 117 sq.

14  J. Haller, Die Epochen der deutschen Geschichte, Stuttgart, 1923, p. 29-30 ; H. Overbeck, Raum und Politik in der deutschen Geschichte (n° 15 de Geographische Bausteine), Gotha, 1929, p. 47.

15  J. Wütschke, Der Kampf um den Erdball, Munich et Berlin, 1922, p. 102 sq. ; H. Hassinger, Das Deutsche Reich, in Andrees wirtschafliche Länderkunde, vol. 1 : Europa, Vienne, 1926, p. 148 sq. ;J. Smolenski, Lage und Grenzen des naturlichen geographisch-politischen Raumes von Polen, in Przeglad Geograficzny, 6, 1926, p. 42 sq. ; N. Creutzburg, Die Bedeutung des deutschen Ostens für das Schicksal unserer Volkes, in Zuschrift für Erdkunde, 4, 1936, p. 3 sq., 11-12 ; H. Overbeck (cité n. 1, supra, p. 120), p. 27-28, p. 33.

16  H. Overbeck (cité n. 1, supra, p. 120), p. 13-14 ; A. Penck, Deutscher Volks- und Kulturboden, in K. V. von Loesch (éd.), Volk unter Völkern, Breslau, 1925, p. 69 sq. ; J. Partsch, Der Bildungswert der politischen Geographie (n° 7 de Geographische Abende), Berlin, 1919, p. 20 ; E. Meynen, Deutschland und das Deutsche Reich, Leipzig, 1935, p. 128 sq.

17  H. Hassinger (cité n. 1, supra, p. 117), p. 476 ; H. Graul, Geopolitische Betrachtungen zum Weichselgebiet, in Deutsche Forschung im Osten, 1, 1941, p. 6 ; du même, Die naturlandschaftliche Gliederung des Generalgouvernements und ihre Bedeutung, in Zeitschrift für Erdkunde, 10, 1942, p. 338 ; du même, Die Landschaft des Generalgouvernements, in Baron L. du Prel (éd.), Das Generalgouvernement, Würzburg, 1942, p. 16 ; W. Geisler, Deutscher ! Der Osten ruft dich!, Berlin, 1941, p. 14.

18  E. Obst, Die Grossraum-Idee in der Vergangenheit und als tragender politischer Gedanke unserere Zeit, Breslau, 1941 ; E. Otremba, Wesen und Wandlungen des Begriffs Mitteleuropa, in Deutscher Geographentag Hamburg, Tagungsbericht und wissenschaftliche Abhandlungen, Berlin, 1957, p. 269-270 ; Deutschtand (Harms Handbuch der Erdkunde), 23e éd., Munich, 1962, p. 11-12.

19  H. Schulze (cite n. 1, supra, p. 109), p. 163, 169 ; on trouve une argumentation analogue à celle de Schulze chez M. Stürmer, Das Ruhelose Reich. Deutschland 1866-1918, Berlin, 1983, et chez I. Geiss, Die deutsche Frage 1806-1990 (n° 1 du Meyers Forum), Mannheim et autres, 1992.

Haut de page

Table des illustrations

Titre III. 1. — Délimitations géographiques de I' « Europe centrale » depuis le début du xixe siècle
Légende a : A. Zeune, 1808 et après 1813 (1 : Pays des Cévennes, 2 : Pays de la forêt hercynienne avant et après les guerres de libération, 3 : Pays des Carpates) ; b : C. E. Meinicke, 1839 (1) et E. von Bülow (1 et 2) ; c : A. Kirchhoff, 1882 (1) et J. Partsch, 1904 (1 et 2) ; d :H. Hassinger, 1917 (1 et 2 ; 2 désigné comme I' « Europe centrale en devenir »), A. Penck, 1915 (1, 2 et 3 : I' « Europe intermédiaire »).
URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/429/img-1.png
Fichier image/png, 523k
Titre III. 2. — L’« Europe centrale » aujourd'hui, dans les limites que lui donne un manuel géographique destiné au premier cycle de l'enseignement secondaire (Terra : Erdkunde, Europa)
URL http://rgi.revues.org/docannexe/image/429/img-2.png
Fichier image/png, 224k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hans-Dietrich Schultz, « Les frontières allemandes dans l'histoire : un « diktat » de la géographie ? », Revue germanique internationale [En ligne], 1 | 1994, mis en ligne le 22 juin 2011, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rgi.revues.org/429

Haut de page

Auteur

Hans-Dietrich Schultz

Depuis 1993 professeur de didactique de la géographie à l'Université Humboldt de Berlin. Livre récent : Die Geographie als Bildungsfach im Kaiserreich, Osnabrück (Osnabrücker Studien zur Geographie, vol. 10), 1989.

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page