Navigation – Plan du site
Aires culturelles et réseaux de la « Mitteleuropa »

L'Autriche et la Slovénie

Antonia Bernard
p. 151-164

Résumés

Es gibt vielfältige Bindungen zwischen Oesterreich und der Slowenischen Republik, die offiziell am 25. juni 1991 gegründet wurde. Eine lange, gemeinsame Vergangenheit, die bis an die Gründung der Donaumonarchie zurückreicht, die geopolitische Lage und die Erfordernisse der modernen Wirtschaft haben die oft engen und bisweilen konfliktreichen Beziehungen zwischen diesen beiden Nachbarstaaten geformt und formen sie auch noch. Als Slowenien die Unabhängigkeit anstrebte, half die oesterreichische Diplomatie dem jungen Staat auf der internationalen Szene. Trotz des Minderheitenproblems sollten sich ihre Beziehungen sowohl im politischen, als auch im kulturellen und im wirtschaflichen Bereich vertiefen.

Haut de page

Texte intégral

I

1Le voyageur qui arrive aujourd'hui à Ljubljana, la capitale de la Slovénie, peut emprunter la très longue « avenue de Vienne ». Elle portait il y a peu le nom du maréchal Tito. Au centre de la ville, devant l'ancien Landhaus qui abrite maintenant la Faculté de Droit, il peut prendre le frais sous les platanes de la « place du Congrès » (celui de la Sainte-Alliance de 1821, bien sûr !), jadis appelée place de la Révolution. Un peu plus loin, sur la magnifique place prolongée par les trois ponts, œuvre de Plečnik, en face de la statue du plus grand poète slovène Prešeren, il pourra lire sur une façade d'acier et de verre : « Bank Austria. » A Maribor, deuxième ville du pays, la statue de l'archiduc Jean a été retrouvée fort opportunément dans les remises du Musée régional et les élus locaux sont en train de se demander quelle place dans la ville lui conviendrait le mieux.

2Ces signes ne trompent pas. Débarrassée du carcan communiste, de ses faux-semblants, la Slovénie, comme toutes les autres démocraties populaires, renoue avec son passé. Etat souverain après des siècles de lutte pour cette souveraineté, elle se trouve à la croisée des chemins. Mais ce retour en arrière n'est-il pas une regrettable erreur ? La Slovénie n'est-elle pas en train de revenir dans le giron de la mère autrichienne, celle-là même qui l'avait traitée comme une marâtre durant des siècles ? Au moment crucial où elle se détachait de la Yougoslavie, la presse et les hommes politiques de Belgrade n'y voyaient plus que le dixième Land autrichien. Paris n'était pas loin de considérer que ces insinuations correspondaient à la réalité. La nostalgie de la douceur de vivre de l'empire des Habsbourg et les nécessités du développement économique ne seraient-elles pas en train de recréer un espace autrichien de la Mittel-europa ? Les Slovènes, qui ont résisté aux siècles de germanisation, au Drang nach Süden, réussiront-ils à préserver leur individualité nationale en adoptant l'économie capitaliste, plutôt allemande qu'autrichienne d'ailleurs ? La géopolitique, cette nouvelle philosophie de l'histoire, les condamne-t-elle à être éternellement écartelés entre le pôle italien au sud et le pôle germano-autrichien au nord ?

3On pourrait continuer à aligner ainsi les interrogations à l'infini. Elles prouvent l'extrême complexité des problèmes. La nature des liens qui existent et qui iront en se développant entre la République slovène et la République autrichienne reflète cette complexité aussi bien historique que politique, culturelle ou économique. Un long passé commun, des intérêts tantôt convergents tantôt divergents, les oscillations entre l'attirance magnétique du Nord germanique très homogène et du Sud plus mélangé culturellement, les complexes de supériorité ou d'infériorité, le problème des minorités très imbriquées, l'esprit de clocher ou au contraire une très grande ouverture d'esprit, les impératifs de la vie économique moderne et bien d'autres facteurs, modèlent et modèleront encore à l'avenir le caractère des liens entre ces deux pays. Aujourd'hui, ces deux Etats ne cherchent qu'à établir des relations de voisinage les plus étroites et les plus profitables possible pour leurs citoyens. Leur passé commun représente cependant dans cette recherche réciproque aussi bien un handicap qu'un acquis important sur lequel il est possible de bâtir. Les deux Etats sont héritiers d'un même ensemble historique, même si la République autrichienne est une héritière quelque peu privilégiée.

4Afin d'essayer de comprendre les multiples liens qui existent aujourd'hui entre ces deux Etats bien plus que voisins, nous allons essayer d'analyser d'abord brièvement leur passé commun qui fait que, malgré les décennies de rideau de fer, il existe dans cette région de l'Europe centrale un espace géopolitique commun que régissent des forces tantôt centrifuges, tantôt centripètes. Nous étudierons ensuite la courte période qui mena la Slovénie vers l'indépendance politique, moment historique pour les Slovènes s'il en est, mais non dénué d'importance pour les Autrichiens. Nous nous arrêterons sur les liens économiques, certainement primordiaux dans un avenir proche, dans une Europe qui a tendance à privilégier ces liens. Un coup d'œil dans le domaine de l'historiographie, de la linguistique, de la littérature, etc., nous permettra de mettre en valeur l'extrême richesse des relations culturelles entre Slovènes et Autrichiens. Il est impossible enfin de ne pas évoquer la question des minorités, pomme de discorde et point sensible qui a contribué à empoisonner les relations entre les deux voisins.

II

5Dès qu'on aborde l'histoire des Autrichiens avant 1918, on rencontre inévitablement les Slovènes qui y occupent une grande partie de ce qui s'appelait l'Autriche Intérieure (Innerösterreich), en plus des régions d'Istrie, de Frioul et de Trieste. Pendant des siècles, ces peuples partagent les heurs et les malheurs de l'histoire. Ils sont d'abord les « barbares », germains ou slaves, qui menacent l'Empire romain au nord. A l'époque féodale, les lignées des Traungau et des Babenberg règnent sur des fiefs qui bordent le Danube, la Save ou la Kolpa. Les Spanheim, dont le château domine toujours la ville de Ljubljana, règnent sur de vastes domaines en Styrie, en Carinthie et en Carniole. Dès le début de l'expansion des Habsbourg, ces terres passeront sous leur domination et feront partie, sans aucune distinction de « nationalité » de leurs habitants, des pays héréditaires. Mais, même si la loi du plus fort a sans aucun doute joué à plein, les pays Slovènes n'ont jamais été conquis à proprement parler par la dynastie autrichienne. Et, au xvie siècle, un accord entre les puissants comtes de Celje et les Habsbourg tourna à l'avantage de ceux-ci uniquement à cause de l'absence d'un héritier mâle chez les premiers.

6La christianisation des Slovènes se fit à peu près à la même époque et à partir des mêmes centres que celle de leurs voisins, du moins au nord de la Drave. Menée à partir des centres totalement allemands (Salzbourg, Innichen, Brixen, Passau), elle permit d'établir la suprématie de la langue allemande dans les régions mixtes et même entièrement slovènes. Au sud de la Drave, les possessions des Habsbourg étaient restées jusqu'au règne de Frédéric III sous la juridiction ecclésiale du patriarcat d'Aguilée. Afin d'unir ses domaines et d'assurer une continuité territoriale jusqu'à la mer Adriatique, celui-ci obtint du pape, en 1461, la création de l'archevêché de Laybach. Ce centre religieux regroupe certainement pour la première fois (si l'on fait abstraction du royaume de Samo) une grande partie des Slovènes. Mais d'autres (une partie de la Styrie et de la Carinthie) dépendront jusqu'en 1859, date du transfert de l'évêché de Lavant de Saint-André à Maribor, d'un centre autrichien.

7C'est sans doute cette christianisation un peu superficielle, car faite par les évangélisateurs de langue étrangère, qui explique le succès de la Réforme dans les pays slovènes. Précisons que les Réformateurs slovènes ne sont pas anti-allemands, comme c'est le cas par exemple en Hongrie ou en Bohème, bien au contraire. Il n'empêche que la Réforme trace la première ligne de partage entre ceux qui parlent allemand et ceux qui parlent slovène. La culture slovène reste profondément marquée par le protestantisme qui lui a donné son « Eglise de la langue slovène ». Et la redécouverte de son grand chef Primož Trubar au début du xixe siècle influencera considérablement le renouveau de la conscience nationale slovène. De la même manière, le Toleranzpatent permettra aux Tchèques de renouer avec la tradition hussite. Mais, au xvie siècle, plus que la Contre-Réforme c'est le danger turc qui unit les populations sans distinction de langue ou de religion. A la même époque, certaines révoltes paysannes unissent les « damnés de la terre », slovènes, autrichiens et croates, contre la puissance impitoyable des seigneurs. Plus tard, les tendances centralisatrices des despotes éclairés, si elles favorisent bien malgré elles la distinction entre les groupes linguistiques, rapprochent en même temps les populations par l'instauration d'une scolarité obligatoire qui élève le niveau culturel de toutes les populations de l'Empire. On évoque encore aujourd'hui en Slovénie Marie-Thérèse ou Joseph II lorsqu'on essaye d'expliquer le haut niveau d'instruction dans ce qui aurait dû servir d'exemple au reste de la Yougoslavie en 1918.

8Le jansénisme, dans sa variante italo-autrichienne, toucha profondément la couche intellectuelle slovène, surtout sous l'influence de l'évêque de Laybach K. J. Herberstein (1719-1787), conseiller personnel de l'impératrice et farouche adversaire de Rome. Les jansénistes slovènes, fidèles à leurs maîtres des Petites Ecoles de Port-Royal, donnèrent aux Slovènes les premiers manuels scolaires. Si cette doctrine, venue de France et de Hollande, unit les intellectuels depuis Cracovie et Prague jusqu'à Trieste, Napoléon sépare, du moins en apparence, les « Autrichiens » de langue allemande et les « Autrichiens » de langue slovène. Il est vrai qu'en théorie les deux langues se retrouvent au même niveau. Mais il nous semble que le rôle de l'empereur des Français est beaucoup exagéré dans le renouveau slovène au début du xixe siècle. Les pays slovènes sont d'ailleurs partagés sans aucun égard aux frontières linguistiques. Seul compte l'objectif stratégique (couper à l'Autriche l'accès à l'Adriatique). Le petit peuple souffre des guerres, de la circonscription et des impôts, la bourgeoisie des voies commerciales interrompues. Mis à part une partie des intellectuels, les Slovènes préféraient probablement le beau-père au beau-fils.

9A partir des années 1830, la conscience de l'appartenance nationale s'affirmant, de part et d'autre d'ailleurs, les Slovènes se mettent à bâtir patiemment leur unité. Ils restent fidèles à l'Autriche, mais rejettent avec la plus grande énergie toute velléité de rapprochement entre l'Allemagne et l'Autriche. Tout au long du xixe siècle, ils se reconnaissent dans l'« Autriche autrichienne », c'est-à-dire multinationale, mais non dans l'« Autriche deuxième pays allemand ». L'une des constantes de l'idée politique slovène, élaborée durant la période de Vormärz, est l'« Autriche unie et puissante » (J. Bleiweis). A. M. Slomšek, l'un des Slovènes qui a fait le plus pour le développement de la culture slovène dans le peuple, écrit en 1838 : « N'ayez pas honte d'être Slovènes... Ne méprisez pas les langues étrangères et ayez soin de bien apprendre l'allemand. »

10La situation géographique du territoire slovène est telle que le pays fut depuis toujours l'objet de toutes les convoitises. Les Habsbourg n'ont pas épargné leur peine afin de gagner l'accès à la mer Adriatique. Napoléon s'en servit pour consolider son blocus continental. En 1915, en signant le pacte de Londres, les Puissances de l'Entente promirent une grande partie de la Slovénie aux Italiens ; c'était, avec la Dalmatie, l'appât qui décida l'Italie à entrer en guerre. En 1918, près de 70 % du territoire slovène furent intégrés à la future Yougoslavie, avec espoir d'augmenter ainsi la puissance de la Serbie. Mais plus de 30 % des Slovènes se retrouvaient soit en Italie, soit en Autriche. L'axe Vienne-Trieste, si patiemment construit par les Habsbourg, fut rompu. Les Autrichiens en souffrirent, mais également les Slovènes, car une partie importante du développement économique s'était constituée autour de cet axe. Le rideau de fer, mis en place à Yalta, paracheva la coupure entre la Slovénie et l'Autriche. L'Autrichien fut assimilé, dans l'éducation de la jeunesse, à l'Allemand et plus tard au « nazi » et tous ensemble au capitalisme combattu sur tous les fronts.

11Cependant, la séparation entre l'Autriche capitaliste et la Yougoslavie communiste était un peu moins rigoureuse que le mur qui divisait les deux Europes. Malgré les difficulté, des liens personnels de parenté et d'amitié subsistaient, surtout dans les régions frontalières. La minorité slovène, malgré les problèmes, servait d'intermédiaire, ainsi que la nombreuse colonie slovène à Vienne. Les émissions en slovène de Radio Klagenfurt permettaient d'entendre quelques nouvelles non corrigées par la propagande communiste ; les vieux chants, profanes et religieux, trouvaient des auditeurs fidèles.

III

12Rien d'étonnant, alors, qu'au moment même où la Slovénie accédait à sa souveraineté, l'Autriche ait été la mieux placée (avec l'Italie) pour comprendre la situation.

13Entre les premiers signes qui présageaient la sécession, ou plutôt la « dissociation » d'avec le reste de la Yougoslavie et la reconnaissance de l'Etat slovène par la cee le 15 janvier 1992, suivie de son admission à l'onu le 22 mai de la même année, un certain nombre de liens politiques s'étaient établis entre la République d'Autriche et ce nouvel Etat. Bien qu'influencées par le passé commun, ces relations avaient dès le début tous les caractères des relations entre deux Etats souverains et ne pouvaient bien évidemment pas présenter de similitude avec l'époque de François-Joseph. Ces liens s'étaient tissés très progressivement. Depuis les années 70, les habitants des régions frontalières pouvaient se rendre « au-delà de la frontière » avec un simple laisser-passer valable plusieurs années. L'Association Alpen-Adria, fondée en 1970 par les régions de Carinthie, de Frioul-Vénétie et de Slovénie, permit le rapprochement de villes comme Graz, Klagenfurt, Ljubljana et Gorizia et favorisa les échanges économiques, culturels et même politiques. Sa portée était bien plus que régionale. En réunissant sur un petit territoire trois régions qui appartenaient, l'une au bloc occidental (Italie), l'autre au bloc communiste (Yougoslavie) et la troisième au groupe des pays neutres (Autriche), elle préfigurait, bien avant que le mur de Berlin ne commençât à trembler, l'écroulement des blocs et le début d'une autre ère dans cette partie de l'Europe.

  • 1 Delo, 18 janvier 1992.
  • 2  Dimitrij Rupel, Skrivnost države, Ljubljana, Delo, 1992, p. 211.

14Une représentation slovène à Vienne, dirigée par K. Smolle, fut mise en place bien avant le référendum pour l'indépendance, en décembre 1990. C'était une véritable ambassade non officielle. Au cours des mois et des semaines avant le référendum, les échanges se multiplièrent. Les responsables politiques slovènes se rendaient bien compte qu'il leur serait très difficile de passer sur la scène internationale à travers les barrières officielles mises en place par le pouvoir de Belgrade, d'autant plus que l'appareil de l'Etat se désagrégeait rapidement, parallèlement à la montée du nationalisme grand-serbe soutenu par les principaux responsables de l'Armée Populaire Yougoslave. On se souvient de l'accueil plus que froid réservé en Europe à Eltsine : les dirigeants slovènes, aussi inconnus que leur pays, avaient très peu de possibilités de se faire entendre au-delà des frontières de la Yougoslavie. Le rôle de la diplomatie autrichienne fut primordial dans ce domaine pour les Slovènes. Mainte porte s'ouvrit à Strasbourg, à Bruxelles, à Washington, grâce aux efforts des Autrichiens. Dimitrij Rupel, ministre slovène des Affaires étrangères, déclara le 17 janvier 1992 : « Depuis le début, je me rendais compte que les relations avec la seule Autriche n'étaient pas satisfaisantes, mais je dois dire tout de même qu'au début, à part l'Autriche qui nous a aidés à nous frayer le passage, personne ne nous acceptait. Là, A. Mock a de grands mérites et on devrait lui ériger un monument. »1 Dans ses mémoires, il l'appelle « la bonne fée » de la diplomatie slovène2. Otto de Habsbourg multiplia les conférences et les interventions et prodigua des encouragements aux responsables slovènes qui en avaient plus que besoin. Quelques phrases prononcées dans ce sens en slovène devant un public enthousiaste firent regretter aux Slovènes que ses ancêtres n'en aient pas été capables.

  • 3 Ibid., p. 267.

15Le 26 juin 1991, lorsque l'Armée Populaire Yougoslave commença son agression contre la Slovénie, Vienne exigea immédiatement des explications de la part de Belgrade. Le 1er juillet, c'est encore l'Autriche qui demande la réunion d'urgence de la csce. La délégation slovène attendait avec impatience le moment où, grâce aux efforts des diplomates autrichiens, elle serait enfin admise à participer aux négociations en tant qu'observateur3. Les délégués autrichiens firent clairement comprendre à leurs collègues occidentaux, qui ne juraient que par l'unité yougoslave, que cette unité ne pouvait être que le fait d'un consentement libre et non obtenue par des chars et des avions de combat. Au moment où Ljubljana est menacée de bombardement, c'est en Autriche que les responsables slovènes se rendent pour rencontrer les représentants des gouvernements étrangers (Baker, Genscher). Le Quai d'Orsay ne cachait plus son agacement et Belgrade commença à parler de « IVe Reich ».

16Ce relais diplomatique autrichien, même s'il n'a fait l'unanimité ni en Autriche, ni en Slovénie, prouvant ainsi que l'Urangst face à l'autre existait toujours, a permis à Ljubljana de porter sa cause au niveau international. Si la Slovénie avait été coupée du monde, la propagande de Belgrade aurait eu les moyens de présenter cette guerre d'agression comme une guerre civile.

17Le secours diplomatique fut doublé par un grand élan de solidarité dont fit preuve la population autrichienne pendant les deux semaines que dura la guerre. L'aide qui affluait, offerte par les particuliers, les associations, les municipalités, permit de reconstruire rapidement les villages touchés par les bombardements.

18Il n'est pas étonnant qu'après un si bel élan de solidarité les Slovènes aient été quelque peu déçus lorsqu'il s'agissait de la reconnaissance de leur tout jeune Etat. L'Autriche avait des raisons valables de ne pas agir avec précipitation. Une reconnaissance rapide eût permis aux adversaires de Vienne d'y voir la confirmation du désir d'« avaler » simplement l'ancienne république yougoslave. Et d'autre part, quand on attend dans l'antichambre de la cee, on a tout intérêt à rester sage. L'Autriche reconnut officiellement l'Etat slovène le 15 janvier 1992, presque un mois après l'Allemagne. Il n'empêche qu'à cause des multiples liens l'Autriche était le premier Etat à comprendre que l'année 1991-1992 représentait un tournant capital dans l'histoire de la Slovénie.

IV

  • 4  Branko Vodušek, Pomoč pred razsulom jugoslovanskega trga, Delo, 8 octobre 1991.

19En ce qui concerne les relations économiques, les Slovènes étaient de par leur situation historique et géographique les interlocuteurs privilégiés des Autrichiens, un pont économique entre Vienne et Belgrade. Plus de 40 % des échanges passaient par les entreprises slovènes dès les années 60. Avec une certaine libéralisation de l'économie et une plus grande autonomie des républiques après 1974, ces liens n'ont fait que se renforcer. Il suffisait de visiter les grandes foires de Graz ou de Klagenfurt pour se rendre compte que les entreprises slovènes cherchaient à rompre l'isolement où les avait poussées le communisme. La création de l'Association Alpen-Adria permit de renforcer les échanges et d'alléger quelque peu les contraintes douanières. Après le boycott des produits slovènes par la Serbie en 1989, en représailles contre le soutien politique du gouvernement slovène aux revendications plus que justes des Albanais de Kosovo, les hommes d'affaires slovènes étaient littéralement acculés à se tourner vers les partenaires occidentaux. La première représentation économique étrangère fut inaugurée à Ljubljana le 1er novembre 1991, bien avant toutes les ambassades — c'était celle de la République d'Autriche4. C'était reconnaître à la Slovénie son rôle de partenaire commercial.

20La connaissance du terrain, des besoins et des hommes permit à l'Autriche de s'adapter très rapidement à la situation nouvelle qui résulte des transformations des pays de l'Est. Prague, Budapest, Bratislava, Ljubljana, se trouvent souvent reliées par l'intermédiaire de Vienne. Le rôle de cette capitale comme centre d'affaires de toute cette région ne cesse de s'accentuer. Pour ces Etats relativement petits, l'entreprise autrichienne représente souvent le modèle à suivre. C'est particulièrement vrai pour les Slovènes qui ont beaucoup à apprendre de leurs voisins, notamment dans les domaines agricole, forestier et touristique pour lesquels la configuration du terrain et les habitudes ancestrales avaient créé une grande similitude. Le tissu industriel a conservé des points communs.

  • 5  Večer, 6 décembre 1988.
  • 6  Delo, 10 octobre 1992.
  • 7  Ibid., 10 octobre 1992.

21Aussitôt après le « printemps slovène » en 1987-1988, apparurent les premières sociétés mixtes telles que Henkel-Zlatorog à Maribor5. On échange une main-d'œuvre meilleur marché contre le savoir-faire de l'économie de marché. Certaines de ces sociétés, qui avaient misé sur le marché avec les républiques du sud de l'ex-Yougoslavie, éprouvent à présent quelques difficultés à cause de la guerre qui a rompu les échanges, mais n'en continuent pas moins à se développer et à créer des émules. Ainsi, en 1992, l'Autriche est le cinquième partenaire pour les exportations et le quatrième pour les importations slovènes6. Les exportations autrichiennes vers la Slovénie ont augmenté de 30 % au premier trimestre 1992 par rapport à la même époque de l'année précédente atteignant presque le même niveau qu'avec la Pologne7. Des chaînes de magasins autrichiens sont en train d'installer d'importantes surfaces de vente aux abords de Maribor, de Celje, de Kranj.

  • 8  Večer, 24 août 1992.

22Dans le domaine des transports, la coopération entre les deux voisins est particulièrement intéressante et devrait connaître un développement rapide. L'infrastructure routière et ferroviaire slovène nécessite des financements importants pour pouvoir jouer son rôle de croisement entre le bassin danubien, Vienne et la plaine du Pô. Rappelons que l'un des premiers grands chemins de fer de l'Europe centrale qui reliait Vienne à Trieste (déjà reliée à Prague et à Budapest) fut construit entre 1840 et 1857. La partie de la ligne entre Graz et Maribor (60 km) qui est restée à voie unique va être doublée prochainement8. Les Verts, aussi influents en Autriche qu'en Slovénie, verraient bien une partie du transport routier remplacée par le transport ferroviaire, moins polluant. Le tunnel sous les Karavanken, inauguré en 1991, permettra de passer de Munich via Salzbourg, Spittal, Klagenfurt, Ljubljana à Trieste et Rijeka, lorsque toutes les portions de l'autoroute seront terminées en Slovénie. Une liaison autoroutière entre Graz et Zagreb est à l'étude, car l'Autriche reste très intéressée par le marché balkanique. La Slovénie se trouve au croisement des chemins : pourquoi ne transformerait-elle pas cette « tare géopolitique » en avantage pour l'ensemble de la région ?

V

23Malgré certaines apparences et en dépit des antagonismes qui persistent depuis le début de la cohabitation germano-slave sur le territoire des actuelles Autriche et Slovénie, ce sont les liens culturels qui apparaissent comme les plus solides et les plus profonds. L'intelligentsia slovène, celle-là même qui avait réussi, non seulement à préserver la langue Slovène, mais à en faire une langue de culture, était formée la plupart du temps dans les universités autrichiennes, surtout dans celle de Vienne. Nombre de professeurs Slovènes s'y étaient distingués, tel S. Popowitch (1705-1774), grand connaisseur des Balkans, mais aussi farouche défenseur de l'allemand à l'université au xviiie siècle où le latin régnait encore en maître. Le slaviste J. Kopitar (1780-1844), conservateur à la Bibliothèque impériale et grand ami de J. Grimm, de W. Humboldt et du baron Hormayr, réussit à faire de Vienne le point de rencontre des études germaniques et slaves. Dans le domaine scientifique, J. Vega, astronome et mathématicien, ainsi que Josef Stefan, qui dirigea à la fin du xixe siècle l'Institut de physique viennois, contribuèrent à illustrer les sciences autrichiennes. Les futurs « Illyriens » (Gaj, Vraz, mais aussi Miklosič ou Jagič) avaient ébauché leurs théories politiques et linguistiques à l'Université de Graz. Vienne était pour les Slovènes la ville universitaire par excellence et rien d'étonnant à ce que le projet de la « Slovénie unifiée », programme politique valable depuis 1848 jusqu'à 1918, fût élaboré justement là. Prešeren (1800-1849) y faisait ses études de droit en même temps qu'il se familiarisait avec les nouveaux courants poétiques. I. Cankar (1876-1918) passa une grande partie de sa vie à Vienne. Les fondateurs de l'Université de Ljubljana en 1920 (R. Nahtigal, F. Ramovš, F. Kidrič) avaient été étudiants et professeurs à Vienne, d'où ils apportèrent savoir, rigueur scientifique et ouverture culturelle.

24Cette parenté culturelle est bien sûr perceptible dans l'architecture qui défie les frontières ; les églises baroques aux clochers rouges ornent les collines, et les carrefours des chemins campagnards sont marqués par des calvaires dont les auteurs ne devaient pas beaucoup se soucier de la diversité des langues. Le grand architecte Plečnik (1872-1957) travailla d'abord avec les maîtres viennois, avant de se voir confier la restauration des Hradčany à Prague et les plans du centre architectural à Ljubljana.

25La période yougoslave représente sans doute une profonde coupure entre l'Autriche et la Slovénie. Elle est dommageable, bien sûr, mais elle devrait avoir également des conséquences positives. On tenta, surtout après 1929, d'établir des liens plus étroits entre la Slovénie et la France parce que cela correspondait aux alliances serbes. Inutile de dire que ces tentatives avaient souvent quelque chose d'artificiel. La glorification de Napoléon et de ses Provinces Illyriennes n'a pas vraiment permis l'instauration des liens entre Paris et Ljubljana.

26Cependant, cette période de séparation permit d'assainir, espérons-le, le contentieux historique. Elle a probablement permis de voir le voisin de façon plus sereine, moins entachée du complexe de supériorité ou d'infériorité. L'émancipation de la Slovénie devrait sans doute avoir des conséquences positives dans le domaine culturel, comme dans bien d'autres.

  • 9  Delo, 20 septembre 1992.

27Les signes de ce renouveau sont plus qu'encourageants. Dernièrement, Vienne honora des Slovènes comme Plečnik et F. Miklošič par de magnifiques expositions. Depuis 1972, les rencontres annuelles de Fresach (en Carinthie), organisées par l'Association des écrivains autrichiens, attirent bon nombre d'écrivains Slovènes. Les écrivains autrichiens, de langue allemande mais aussi de langue slovène comme F. Lipus, rencontrent leurs collègues Slovènes à Vilenica (Postojna). Peter Handke, qui fut justement couronné à Vilenica, représente malgré tout un lien particulier entre la littérature slovène et autrichienne. Comme il est de mère slovène, ses œuvres les plus importantes furent aussitôt traduites en slovène et rencontrèrent beaucoup de succès auprès du public. Mais ignorant le danger que représentait pour les Slovènes le système militaro-communiste de Belgrade, il se déclara hostile à l'indépendance de la Slovénie, ce qui déçut beaucoup ses admirateurs et fut parfois considéré comme une véritable trahison. Mais cette année, il revint à Vilenica9.

  • 10  Ibid., 23 août 1992.
  • 11  Alois Wiesler, Naučimo se govoriti s sosedi, Bielefeld, P. Rumpl, 1992.
  • 12  Katja Sturm-Schnabl, Der Briefwechsel Franz Miklosich's mit den Südslauen, Maribor, Obzorja, 1991.
  • 13  Družba Svetega Mohorja.

28Bien d'autres traductions d'écrivains autrichiens sont publiées en Slovénie. L'une des collections les plus populaires (Kondor) s'apprête à publier un recueil de prose autrichienne contemporaine10. D'autre part, des manuels scolaires écrits à l'intention des Slovènes de Carinthie sont parfois utilisés en Slovénie. A. Wiesler vient de publier un manuel de conversation slovène destiné au public autrichien11. Les traductions d'auteurs Slovènes, faites par les slavistes autrichiens, très actifs, se multiplient. L'édition de la correspondance du slaviste F. Miklosic, préparée par une slaviste autrichienne, représente une contribution importante à la connaissance des courants culturels et linguistiques de toute l'Europe centrale vers la fin du xixe siècle12. Il faut dire que ces éditions croisées correspondent à une longue tradition que les aléas de l'histoire n'ont jamais pu anéantir. C'est en effet à Klagenfurt que fut fondée en 1851 la société de Saint de Hermagor13, qui existe toujours et possède aujourd'hui trois centres : Klagenfurt en Autriche, Celje en Slovénie et Gorizia en Italie. Publiant des ouvrages de grande qualité mais destinés au public le plus large, elle a réussi, avec près de 40 millions de volumes publiés à ce jour, à éveiller chez les Slovènes l'intérêt pour la littérature, mais aussi à maintenir des liens entre voisins.

  • 14 Delo, 3 septembre 1992.

29L'école slovène, dont les racines remontent à l'époque de Marie-Thérèse, a continué à se développer sur le même modèle. Les écoles professionnelles, surtout dans le domaine des techniques de pointe et du commerce, qui avait pris un certain retard en Slovénie, attirent les jeunes vers les villes du sud de l'Autriche comme Graz, Klagenfurt, Villach. Les méthodes y sont jugées plus modernes et l'esprit plus « européen ». Ainsi, une classe entière de futurs techniciens de Jesenice est en train d'expérimenter la formation slovéno-autrichienne à Villach, où elle se rend trois fois par semaine en car14.

30Il existe d'autre part des accords entre les universités des deux pays. Un certain nombre d'étudiants Slovènes prennent ces dernières années le chemin des universités autrichiennes, soit à cause de leur proximité, soit à cause des cursus plus spécifiques, donc rares ou peu développés en Slovénie. Le nombre des bourses d'échange a beaucoup augmenté.

VI

  • 15  Gosposvetsko polje.
  • 16 Delo, 10 octobre 1991.

31Le point le plus sensible des relations entre l'Autriche et la Slovénie constitue sans aucun doute les problèmes liés aux minorités nationales. L'imbrication de ces deux peuples, à la culture souvent identique et à la langue différente, fut la source de bien des complications tout au long de l'histoire. On pourrait parler d'une sorte de mal chronique, d'une maladie qu'on pourrait appeler le « syndrome de la pierre ducale ». Il est délicat d'évoquer aujourd'hui encore l'histoire de la Carinthie autrichienne, que d'autres appelleront la Carantanie slovène, du site de Zollfeld15 et de la pierre ducale (Fürstenstein), symboles toujours vivants d'un passé disputé, mais aussi partagé. Pour preuve, la protestation officielle du chef du Land de Klagenfurt en 1991, lorsque l'un des projets du nouveau billet slovène (le tolar) prévoyait que le fameux siège de marbre y figurerait16.

  • 17 Ibid., 26 septembre 1992.
  • 18  Félix Emancara dans une interview à Slovenski Vestnik, 3 juin 1992.

32Au moment de la dislocation de l'Autriche-Hongrie, il a fallu tracer des frontières là où il n'y en avait jamais eu. En général, l'élément germanophone prédominait dans les villes, alors que les campagnes étaient souvent, mais pas toujours, à majorité slovène. On vota en Carinthie mais pas en Styrie. L'enjeu pour les électeurs n'était pas forcément d'ordre ethnique, mais aussi d'ordre politique ou culturel : république contre royaume, Occident contre Balkans. Les deux guerres mondiales et leurs suites provoquèrent de profondes souffrances, tant individuelles que collectives. En 1955, un accord sur la minorité slovène d'Autriche fut signé entre Vienne et Belgrade. Mais, en fait, le communisme représentait une nouvelle source de tension. S'il était facile d'accuser l'Autriche de volonté de germanisation (elle était ouvertement préconisée à certains moments depuis le xviiie siècle) que l'école outraquiste et le puissant Heimatbund n'ont jamais cachée, les germanophones restés en Slovénie n'étaient pas mieux lotis, bien au contraire. La Yougoslavie des Karadjorje voulant serbiser les Slovènes, on comprend que les Allemands et les Autrichiens ne pouvaient être bien traités. Cependant, avec le rapprochement entre Belgrade et Berlin, ils regagnèrent une certaine liberté et certains d'entre eux se regroupèrent dans les Kulturbund, organisation de triste mémoire dont les membres accueillirent Hitler en libérateur. On imagine aisément la répression à la fin de la guerre : tout élément allemand était suspect, donc indésirable. Depuis la Baltique jusqu'à l'Adriatique, cette large bande germano-slave, source de tension mais aussi d'une grande richesse culturelle, devait disparaître. Les Autrichiens et les Allemands de Slovénie, certains installés là depuis des siècles, furent privés de la citoyenneté yougoslave et chassés sans autre forme de procès. Aujourd'hui, on appelle cela la « purification ethnique », seulement à l'époque elle était plutôt encouragée par les Alliés. Vae victis ! A partir de 1945, il n'y avait officiellement plus d'Autrichiens en Yougoslavie, ou plutôt personne n'eût osé se déclarer tel. Cependant en 1991, lors du premier recensement libre, près de 1 500 citoyens Slovènes se déclarèrent de langue allemande, 545 personnes se déclarèrent « allemandes » et 182 « autrichiennes ». On est loin des 250 000 Allemands surgis brusquement en Pologne de Walesa. Jörg Haider a beau jeu de demander ce qu'il était advenu des 20 000 Autrichiens et Allemands qui vivaient avant 1941 à Maribor. En juin 1992, l'ambassade d'Autriche demanda officiellement à Ljubljana la reconnaissance de cette minorité nationale17. Les experts en droit international, spécialistes des minorités, parlent non de minorités, mais de « groupe de personnes germanophones » (Deutschprechende Personengruppe)18.

  • 19  Die Presse, 8 octobre 1990.

33Il reste bien des points douloureux en ce qui concerne les minorités des deux côtés de la frontière. Cependant, des signes d'apaisement apparaissent tout de même, telle cette déclaration du chancelier Vranitzky : « Nous nous sentons responsables d'une politique active et ouverte envers les Slovènes et les Croates (minorités vivant dans le Burgenland). C'est un devoir politique en soi et non un devoir envers un protecteur des minorités (c'est-à-dire la défunte Yougoslavie). »19 La lune de miel entre l'Autriche et la Slovénie souveraine devrait permettre de dédramatiser la situation et transformer les minorités en un pont qui relie les deux pays. Le fait que le règlement de ces questions ne passe plus par Belgrade, « ennemi héréditaire », devrait faciliter les choses. Une frontière moins hermétique, qui favorise les échanges, devrait permettre d'apaiser les esprits. Peut-être sera-t-il plus facile pour les parents de mettre leurs enfants dans un jardin d'enfants ou une école slovène en Carinthie lorsque l'on saura qu'à Maribor ou à Celje on utilise l'allemand en parallèle avec le slovène dans quelques-uns de ces établissements.

VII

  • 20  Ibid.

34Après une histoire commune aussi longue et des retrouvailles plutôt heureuses, que peut-on prévoir pour l'avenir ? Un optimisme béat n'est peut-être pas tout à fait raisonnable. La Slovénie représente avec la Tchécoslovaquie, la Hongrie et la Croatie un partenaire commercial intéressant. Mais, en ce moment, on souffre de la guerre et le passage à l'économie de marché ne va pas toujours sans heurt. La taille des deux pays fort différente et quelques signes d'un certain protectionnisme commencent à se faire sentir à Ljubljana. On n'entend pas risquer de perdre par le biais de l'économie une indépendance si chèrement acquise au cours des siècles. De grands changements risquent de se produire au moment de l'entrée de l'Autriche dans la cee : la frontière entre les deux pays deviendra beaucoup moins souple, ce qui risque d'être préjudiciable aux relations entre les deux voisins. Pour les Slovènes, l'idéal serait que la Communauté les accepte eux aussi, ce à quoi ils travaillent activement. En 1990, Otto de Habsbourg déclarait déjà qu'il espérait que les deux pays feraient bientôt partie de la cee20.

35D'autres dangers peuvent menacer la région, notamment le réveil du chauvinisme toujours latent en Europe centrale. Il est comme une sorte de pendant négatif au mélange des cultures et des civilisations qui font le charme et la richesse de cette région. Les susceptibilités sont souvent à fleur de peau. Il ne fait pas de doute que l'allemand est en train de redevenir une sorte de lingua franca de la Mitteleuropa. Tout Slovène aura besoin de cette langue, ainsi que de l'anglais dont le cercle est plus large. C'est forcément le lot des petites nations et il représente plutôt un avantage. Mais chez un peuple qui a tant lutté pour sa langue et son existence en tant que nation, toute velléité d'une quelconque hégémonie « germanique » risque d'être immédiatement perçue comme une atteinte à la souveraineté nationale et peut provoquer le rejet. Mais les relations peuvent continuer à s'améliorer pour le bien de tous. L'Autriche peut devenir, surtout dans une Europe à deux vitesses, une puissance régionale. Une Europe des régions, où chacun garderait sa spécificité tout en étant intégré dans un vaste système d'échanges, conviendrait particulièrement à cet espace de l'Europe centrale.

Haut de page

Notes

1 Delo, 18 janvier 1992.

2  Dimitrij Rupel, Skrivnost države, Ljubljana, Delo, 1992, p. 211.

3 Ibid., p. 267.

4  Branko Vodušek, Pomoč pred razsulom jugoslovanskega trga, Delo, 8 octobre 1991.

5  Večer, 6 décembre 1988.

6  Delo, 10 octobre 1992.

7  Ibid., 10 octobre 1992.

8  Večer, 24 août 1992.

9  Delo, 20 septembre 1992.

10  Ibid., 23 août 1992.

11  Alois Wiesler, Naučimo se govoriti s sosedi, Bielefeld, P. Rumpl, 1992.

12  Katja Sturm-Schnabl, Der Briefwechsel Franz Miklosich's mit den Südslauen, Maribor, Obzorja, 1991.

13  Družba Svetega Mohorja.

14 Delo, 3 septembre 1992.

15  Gosposvetsko polje.

16 Delo, 10 octobre 1991.

17 Ibid., 26 septembre 1992.

18  Félix Emancara dans une interview à Slovenski Vestnik, 3 juin 1992.

19  Die Presse, 8 octobre 1990.

20  Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antonia Bernard, « L'Autriche et la Slovénie », Revue germanique internationale [En ligne], 1 | 1994, mis en ligne le 22 juin 2011, consulté le 26 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/436

Haut de page

Auteur

Antonia Bernard

Originaire de Slovénie, a fait ses études supérieures en France. Elle enseigne la littérature russe à Paris. Elle a consacré sa thèse de doctorat à l'histoire des débuts des études slaves. Son Histoire des Slovènes sera publiée prochainement par l'Institut d'études slaves de Paris.

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page