Navigation – Plan du site
Aires culturelles et réseaux de la « Mitteleuropa »

La culture juive germanophone de Bucovine et de Czernowitz

Andrei Corbea-Hoisie
p. 165-181

Résumés

Die Arbeit nimmt sich vor, die sozialgeschichtlichen Voraussetzungen des von Alfred Sperber schon 1930 angekündigten « Wunders », daß in der Bukowina « selbständig und losgelöst von jedem Zusammenhang mit dem
Ursprungsgebiet, ein Zweig der deutschen Sprache schöpferisch rege zu werden beginnt », mit dem absoluten ästhetischen Höhepunkt in Paul Celans dichterischem Werk, im Lichte der neuesten Forschungen zur Geschichte des jüdischen Bildungsbürgertums in Mitteleuropa zu klären und zu veranschaulichen. Nachdem die kulturellen Entwicklungen in dem östlichsten Kronland der k.u.k. Monarchie zwischen 1848 und 1918 in unmittelbarer Verbindung mit den Besonderheiten der sozialen und politischen Lage der Bukowinaer deutschprachigen Juden analysiert werden, soll die expressionistische Episode um die Czernowitzer Zeitschrift Der Nerv (1919), in deren Folge sich ein deutschprachig autonomes kulturelles Feld in der an Rumännien angeschlossenen Provinz etablierte, als Versuch gelten, die von einer verfeindeten Umgebung bedrohte soziale Identität der jüdischen Bourgeoisie und ihrer Czernowitzer Urbanen Zivilisation kulturell zu sichern und notfalls zu retten.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Dieter Schlesak, Wort als Widerstand, Paul Celan Herkunft-Schlüssel zu seinem Gedicht, dans Litera (...)
  • 2  Voir aussi Israel Chalfen, Paul Celan, Eine Biographie seiner Jugend, Frankfort/Main, 1979.
  • 3  Dietmar Goltschnigg/Anton Schwob (hrsg.), Die Bukowina, Studien zu einer versunkenen Literaturland (...)
  • 4  La citation, reprise en russe d'après Marina Tzvetaeva, devient chez Celan le motto du poème Und m (...)

1Si le modèle téléologique et finaliste des anciennes histoires littéraires « nationales » avait aujourd'hui une autre portée que purement rhétorique, on pourrait réfléchir à une représentation pyramidale, en elle-même séduisante, d'un processus culturel et d'une évolution littéraire, orientée vers l'unique but d'atteindre le sommet esthétique marqué par l'œuvre de Paul Celan. Après que l'image cultivée voluptueusement par la critique allemande des années 60, qui voyait dans le poète de Todesfuge une sorte de barde, tombé des cieux, chantant les vérités éternelles — image convenable pour le programme dépolitisé de « l'art de l'interprétation » qu'on pratiquait à l'époque1 —, a été progressivement estompée par les investigations biographiques récupératrices2 et les enquêtes historiographiques dans le milieu qui l'avait formé et lancé3, la confusion n'a cessé de s'agrandir, car tous les critères de classification en circulation à cette époque-là étaient contrariés par un cas selon toutes les apparences inclassable. Toute mise en relation de Celan avec une littérature « nationale », notamment avec la littérature allemande, apparaissait d'entrée de jeu comme arbitraire. L'ambiguïté des rapports entretenus par le poète avec la langue dans laquelle s'exprimait son lyrisme, après avoir coqueté avec le roumain et, en tant que traducteur, avec le français et le russe, l'enracinement dans un horizon géographique situé en dehors de ce qu'on appelait communément « l'espace linguistique » allemand, sa condition de Juif, assumée y compris en tant que marque de la poéticité (« Alle Dichter sind Juden »)4 ont contribué à l'originalité de son portrait, désignant au-delà de tout dogme déterministe la singularité du « paysage culturel » — métaphore commode et dans une certaine mesure superficielle — qui avait nourri sa force créatrice.

  • 5  Gerhardt Csejka, Bedingtheiten der rumäniendeutschen Literatur, dans Emmerich Reichrath (hrsg.), R (...)
  • 6  Karl Kurt Klein, Literaturgeschichte des Deutschtums im Ausland, Leipzig, 1939.

2La solution envisagée à un moment donné, visant à faire coïncider ce « paysage » avec la soi-disant « quatrième littérature allemande » de l'Europe, autrement dit avec la littérature allemande produite sur le territoire de la Roumanie5, s'est avérée vulnérable en au moins deux points. Premièrement, le concept de Literatur des Deutschtums im Ausland, proposé par Karl Kurt Klein6, a été à juste titre considéré comme une expression de l'idéologie « nationale allemande » (Deutschnational) et, par la suite, implicitement et explicitement exclu de l'ensemble des repères ordonnateurs acceptés par la production littéraire après la deuxième guerre mondiale, d'autant plus que le modèle préférentiel recommandé par l'ex-germaniste de Iaşi, Cluj et Innsbruck, élève de Josef Nadler, ne dépassait point le cadre consacré par la Heimatdichtung. D'autre part, l'initiative terminologique à la suite de laquelle on a pu parler d'une Rumäniendeutsche Literatur, elle aussi loin d'être innocente, si l'on songe à la spécificité communautaire (et culturelle) des usagers de l'allemand en Transylvanie, Banat et Bucovine, qui a survécu à l'Empire austro-hongrois lui-même, dans la Grande Roumanie notamment, où Paul Celan a passé son enfance et son adolescence, en oubliant les catastrophes de la deuxième guerre mondiale, du « rapatriement » semi-forcé des Allemands de Bucovine et de Bessarabie entrepris par le Reich en 1940 et de l'extermination des Juifs germanophones de Bucovine, à l'adhésion d'importantes fractions de la population souabe et saxonne à la filiale national-socialiste de Roumanie et à la déportation d'après-guerre de milliers de familles allemandes en urss, etc. En dernier lieu, le geste visant à homogénéiser l'écriture allemande dans une vaste mais incolore Rumäniendeutsche Literatur a permis aux autorités d'imposer, au nom du réalisme socialiste, leur prédilection pour le type traditionnel de littérature pratiquée par les Allemands ethniques de Transylvanie et du Banat — une littérature marginale et isolationniste, limitée et mineure, réaliste et moraliste —, et cela à l'encontre de l'alternative représentée par la littérature de langue allemande produite en Bucovine surtout par les écrivains juifs, alternative accordée au paradigme de la modernité engagée et ouverte à l'écriture expérimentale, cosmopolite et sensible à la névrose de la « décadence », mobile et fondamentalement démocratique.

  • 7  Alfred Sperber, Der unsichtbare Chor, dans Czernowitzer Morgenblatt. 2983, 2984, 2986, 2987, 2990, (...)
  • 8  Voir le compte rendu d'Alfred Sperber au volume Leben in Versen de Moses Rosenkranz, dans Czernowi (...)

3Toute tentative pour déchiffrer derrière l'ontogenèse de l'œuvre individuelle du « génie » Paul Celan une phylogenèse collective doit de toute évidence tenir compte de ce groupement littéraire-là (« le chœur invisible » d'Alfred Sperber)7 et du contexte socioculturel ayant favorisé son apparition et sa pérennité ; la célèbre phrase du même Sperber, qui enregistrait en 1930 cette « merveille » qu'en Bucovine « De manière autonome et sans aucun lien avec son territoire d'origine, au cœur d'une Grande Roumanie puissamment assimilatrice, un rameau de la langue allemande commence à faire preuve de créativité »8, doit être amendée dès qu'on observe que la logique du phénomène littéraire, en tant que composante du système social de la communication, n'admet pas les « merveilles » et que l'historiographie littéraire n'a d'autre tâche que celle de rompre le charme, en expliquant l'apparemment inexplicable, de rationaliser dans le registre social et historique le mythe de la création accomplie dans l'absolu individuel et individualiste de l' « être ».

  • 9  Voir Ulrike Döker, Bürgerlichkeit und Kultur — Bürgerlichkeit als Kultur. Eine Einführung, dans Er (...)
  • 10  Thomas Nipperdey, Kommentar - « Bürgerlichkeit » als Kultur, dans Jürgen Kocka (éd.), Bürger und B (...)
  • 11  Voir la série Bildungsbürgertum im 19. Jahrhundert, II, III, IV, Stuttgart, 1989, 1990, 1992.
  • 12  Hermann Bausinger, Bürgerlichkeit und Kultur, dans Kocka (éd.), op. cit., p. 124-142.
  • 13  Wolfgang Kaschuba, Deutsche Bürgerlichkeit nach 1800, Kultur als symbolische Praxis, dans Jürgen K (...)
  • 14  Jürgen Kocka, Bürgertum und Bürgerlichkeit als Problem der deutschen Geschichte vom späten 18, zum (...)

4Une première coordonnée théorique dans la délimitation spatio-temporelle de la « zone » de culture que nous nous proposons d'explorer apparaît comme l'aboutissement d'un long débat autour de l'acception donnée par l'histoire sociale aux termes de Bürger, bürgerlich, Bürgerlichkeit. La tendance à appliquer le concept de Stand, définissant, selon Max Weber, la « bourgeoisie » (Bürgertum)9, au domaine des formes de vie et des normes acceptées par un conglomérat de groupes humains, a finalement conduit à la représentation que Thomas Nipperdey caractérisait par une formule aussi laconique que catégorique : Bürgerlichkeit als Kultur10. Cette perspective face aux modèles de l'évolution sociale dans la Mitteleuropa du xixe siècle, nuancée et ajustée, entre autres, par Jürgen Kocka, Reinhard Lepsius ou encore par Hans Ulrich Wehler11, a en vue, en dehors du sens usuel du concept de culture en tant que « totalité des manifestations et des offres artistiques », la signification « d'ensemble de valeurs et de normes fondamentales de conduite qui en résultent », et surtout celle de « forme de communication, style de conduite »12 ; la culture constitue une « pratique symbolique », un « habitus » qui confère légitimité, une reconnaissance extérieure et aussi la prise de conscience de la condition « bourgeoise »13. Nous ne nous proposons pas de détailler ici toutes les composantes de cet « habitus », à commencer par le code des salons ou des associations culturelles jusqu'à la mode vestimentaire et les canons de l'architecture intérieure. Les observations de Jürgen Kocka sur le rôle dominant accordé à l'éducation formative (Bildung) dans le système de valeurs bourgeoises, ce qui vaut non seulement pour ce qu'on a appelé la Bildungsbürgertum, mais pour toutes les sous-catégories identifiées à l'intérieur de la division sociale « bourgeoise »14, nous semblent maintenant plus importantes à analyser.

  • 15 George L. Mosse, Das deutsch-jüdische Bildungsbürgertum, dans Reinhart Koselleck (hrsg.), Bildungsb (...)
  • 16 Ibid., p. 351.
  • 17 Ibid., p. 359.

5L'éducation (Bildung) a représenté le moteur de l' « embourgeoisement » des Juifs engagés dans la voie de l'émancipation dans la seconde moitié du xviiie siècle. Le processus d'acculturation a accompagné ou même précédé l'accumulation du capital, il a complété ou relativisé l'exigence exclusivement économique de l'accès des membres d'une catégorie socialement marginale et quasi fermée au statut de membres de plein droit, quelquefois même privilégiés, de la nouvelle configuration sociale qui surgissait sur les ruines de l'Ancien Régime15. L'acquisition et la pratique de l'allemand ont ainsi représenté une prétention non moins importante imposée par les réformateurs adeptes des Lumières de Berlin et de Vienne aux Juifs que celle de la « réorientation » de leurs professions traditionnelles, à commencer par les professions commerciales usuraires, vers d'autres professions plus « productives ». Or, à en croire Shulamit Volkov, celle-ci a été poursuivie des deux côtés — autorités et adeptes juifs de l' « assimilation » — avec beaucoup plus d'insistance que celle-là, probablement avec la conviction que le passage de quelques générations juives par l'école allemande, l'appropriation implicite de l'idéal « éducatif » et des vertus morales typiquement « bourgeoises » allaient déterminer dans le temps un changement significatif dans « l'utilité sociale » des nouveaux « citoyens »16. Dans le cas des Etats allemands, on peut suivre même l'effort d'adaptation des principes du mosaïsme et de la vie communautaire au modèle de conduite « bourgeois », fait symptomatique qui s'ajoute à l'enthousiasme « assimilateur » et modernisateur de la couche juive intéressée dans l'ascension sociale et l'intégration rapide à la société bourgeoise. Il faut ajouter l'adhésion ouverte et militante des cercles juifs « bourgeois »17 à l'idéologie libérale, au nom de laquelle ils s'engageront même dans les disputes politiques, allant jusqu'à la participation directe aux mouvements révolutionnaires de 1848 et à la constitution des élites politiques de la seconde moitié du xixe siècle.

  • 18 Ernst Brackmüller, Herkunft und Sebstverständnis bürgerlicher Gruppierungen in der Habsburgermonarc (...)
  • 19 Nethaniel Hatzburg, Central European Jewry between East and West, dans Yehuda Don/Victor Karady (ed (...)
  • 20 Ivar Oxaal, The Jews of young Hitlers Vienna, Historical ans Sociological Aspects, dans Ivar Oxaal/ (...)
  • 21  Steven Beller, Class, Culture and the Jews of Vienna 1900, dans ibid., p. 63 ;Jacques Le Rider, Mo (...)

6La bibliographie remarquable concernant les particularités de l'émancipation et l'« embourgeoisement » des Juifs dans la monarchie austro-hongroise traite, outre quantité d'autres variantes « autrichiennes » (comme l'expansion de la bureaucratie administrative, l'existence d'une « bourgeoisie agraire » dans les régions de l'Ouest, etc.)18, le problème des tensions entre les réformateurs assimilateurs et les religieux traditionalistes comme un thème central, beaucoup plus aigu dans la structure multinationale de la monarchie danubienne que dans la Prusse centralisée19. La concentration massive de la population ultra-orthodoxe dans les régions de l'Est (la Galicie, la Bucovine, la Hongrie supérieure) et sa résistance, y compris linguistique, aux recettes émancipatrices centralisatrices, d'autre part la migration est-ouest, qui a transféré sans relâche, tout le long du xixe siècle, la population juive vers les grandes agglomérations urbaines du centre et de l'ouest de la monarchie, surtout à Vienne et à Budapest20, mais aussi, en complément, la migration venant des territoires frontaliers de l'Empire russe vers les provinces habsbourgeoises limitrophes, constituent une césure culturelle qui, même si particulièrement mobile d'une génération à l'autre, et malgré l'engagement « professionnel » des masses juives en faveur du capitalisme, différencie implicitement la couche « bourgeoise » assimilatrice et assimilée de la masse « petite-bourgeoise » assez superficiellement atteinte par la Bildung, réfractaire au renouveau et aux desiderata de l'intégration dans la société moderne. Si dans les centres urbains, à Vienne en premier lieu, l'identification des Juifs à la couche moyenne libérale, parlant l'allemand, a associé la crise du libéralisme autrichien des dernières décennies du xixe siècle aux mouvements politiques antisémites, mais aussi à l'explosion culturelle des environs de 1900, à laquelle leur contribution a été décisive21, la situation se présente différemment dans la province (et dans les provinces), en fonction des rapports entre les nationalités, envers lesquelles les Juifs, dans la plupart loyaux envers la monarchie des Habsbourg et l'empereur, se font les porte-parole des intérêts du « germanisme » et de la culture officielle, tout en se montrant en partie sensibles à d'autres offres d'assimilation (magyare mais aussi tchèque ou polonaise), et après 1900 ils manifestent une préoccupation toujours plus marquée pour une culture « nationale » en hébreu ou yiddish.

  • 22 Erich Prokopowitsch, Die rumänische Nationalbewegung in der Bukowina und der Dako-Roma-nismus, Graz (...)
  • 23  Pierre Bourdieu, L'identité et la représentation. Eléments pour une réflexion critique sur l'idée (...)
  • 24  Bourdieu souligne le fait que de tels arguments représentent seulement en apparence des « objectif (...)
  • 25 Ibid., p. 66.

7Dans tous les bilans historiques sur la présence des Juifs en Bucovine, l'année 1848 apparaît comme un moment décisif dans leur évolution vers un essor économique et culturel inhabituel par comparaison avec la situation générale des Juifs est-européens dans la seconde moitié du siècle dernier. C'est l'année où, à la suite des révolutions qui ont ébranlé la monarchie austro-hongroise et, en l'occurrence, à la suite du mouvement national roumain développé sur le territoire mord-moldave, occupé par les Autrichiens en 1775 et, après plus de dix années d'administration militaire, annexé au « Royaume de la Galicie et de la Lodomérie » en tant que district avec Czernowitz pour capitale, le gouvernement impérial a décidé la constitution de la Bucovine en Kronland autonome ayant le rang de duché, avec un Landtag et un gouvernement propre22. Entré en vigueur tout de suite après l'abolition du régime absolutiste en 1860 (et après une très courte période de réunion administrative avec la Galicie), l'acte de division (« acte magique, c'est-à-dire proprement social, de diacrisis qui introduit par décret une discontinuité décisoire dans la continuité naturelle entre les régions de l'espace »23) a institué, au-delà des motivations « objectives » (historiques, ethniques, linguistiques)24 d'une telle décision, un équilibre économique, social et culturel tout à fait nouveau et, compte tenu de ses effets de longue durée, bénéfique pour la prospérité de la province et pour son « progrès » dans le sens de l'accélération des transformations capitalistes. Autrement dit, le « discours » instituant l' « identité » s'est révélé dans le cas de la Bucovine « fondé sur l'objectivité du groupe » auquel il s'est adressé : outre la « reconnaissance » et la « croyance » que lui accordent les membres de ce groupe, le rôle décisif dans la constitution de l'identité a été joué par les propriétés économiques et culturelles qu'ils ont en « commun », surtout par ce « principe déterminé de pertinence » en fonction duquel « peut apparaître la relation entre ses propriétés »25.

  • 26  N. M. Gelber, Geschichte der Juden in der Bukowina, dans Hugo Gold (éd.), Geschichte der Juden in (...)
  • 27 Wolfdieter Bihl, Die Juden, dans Adam Wandruszka/Peter Urbanitsch (éd.), Die Habsburgermonarchie 18 (...)

8En vertu de ces prémisses, le seuil historique que l'année 1848 représente pour tous les Juifs vivant dans l'espace habsbourgeois, seuil marqué par le décret impérial qui abolissait le Judensteuer, auquel venait s'ajouter toute une législation qui parachevait, par l'annulation de tous les obstacles à l'acquisition des biens immobiliers, leur émancipation économique et politique, a eu un effet « distinctif » sur les communautés juives du nouveau duché de la Bucovine26 : la frontière invisible entre celles-ci et la grande masse des Juifs galiciens (comptant en 1847, les Juifs de Bucovine, y compris 73,3 % de tous les Juifs enregistrés en Cisleithanie)27 est à notre avis en premier lieu « culturelle ».

  • 28 Gelber, op. cit., p. 13.
  • 29 Ibid., p. 36.

9Le premier recensement de la population de la Moldavie du Nord occupée par les Autrichiens comptait 656 familles juives autochtones (d'un total de 2 906 âmes)28, taverniers, marchands, artisans, fermiers agricoles ; un processus d'immigration ininterrompu du côté de la Galicie, de la Moldavie et de la Russie commencera après 1775, processus qui, malgré les restrictions imposées par les autorités galiciennes, explosera vu les facilités d'impôts et l'exemption de service militaire accordées exceptionnellement aux habitants juifs de Bucovine. D'autre part, face à la politique de germanisation et de modernisation pratiquée par l'administration, les Juifs vont opposer une résistance tenace, surtout aux efforts de bureaucratie pour les obliger à envoyer leurs enfants dans les écoles allemandes. En dehors de quelques concessions mineures, la germanisation des noms de famille par exemple, l'orthodoxie exclusive venant de l'est allait dominer, grâce au courant majoritaire au sein des Juifs de Galicie dont le circuit spirituel intégrait les communautés de Bucovine. Par rapport à cette pression venant « d'en bas », contrôlée par des rabbins rigoristes comme Chaim Tyrer ou Isak Horowitz-Meisels, les quelques tentatives d'ouverture vers la Haskala et l'émancipation — habillement et manières y compris —, d'après le modèle établi à Vienne et dans les communautés de l'Ouest, ne pouvaient que rester isolées. Le « champ culturel » des Juifs de l'Est, à l'intérieur duquel s'affrontent dans un même horizon religieux l'ultra-orthodoxisme et le mysticisme hassidique, se permet d'ignorer l'offre modernisatrice des « assimilateurs », car il dispose d'une base particulièrement solide dans le monde fermé des Schtetl, réfractaire à la communication avec l'extérieur, dont il se méfiait. Le fait que, d'autre part, les Juifs riches de Bucovine essayent de placer leur argent dans les immeubles construits dans la capitale du district, contribuant ainsi à son urbanisation et s'adaptant implicitement aux conséquences de cette urbanisation29, nous semble significatif pour une tendance générale dans le processus, présent dans tout un espace de l'Europe centrale, d'ascension d'un capitalisme dont les agents sont par excellence juifs — tendance qui, quoique beaucoup en retard sur le territoire de ce que Karl Emil Franzos appelait Halbasien, se révèle déjà inévitable. On recrute les fondateurs de la future « grande bourgeoisie » de Bucovine parmi ces proto-« patriciens » de Czernowitz, dont certains entretenaient des rapports étroits avec Vienne et Lemberg, agréés par les autorités, eux-mêmes ayant beaucoup voyagé et décidés à éduquer leurs enfants dans un esprit libéré du bigotisme traditionnel.

10La ville sortira gagnante de cette nouvelle configuration géographique ; d'une ville périphérique du deuxième rang parmi les localités de Galicie, Czernowitz devient le centre urbain dominant dans une région plutôt rurale, dont le rayonnement sur le Hinterland était inversement proportionnel à la surface de la province, qui représentait environ la neuvième partie du territoire occupé jusqu'alors par la Galicie. Non moins importante est, certes, la mise en place d'un autre équilibre entre les groupes ethniques et religieux : dans un premier temps, les Roumains sont relativement majoritaires, suivis par les Ruthènes — à leur tour majoritaires pendant les dernières décennies du xixe siècle — et par les « Allemands », situés en troisième position (plus de 20 % de la population), parmi lesquels les colons de Souabe, de Bohème et de Zip s qui s'étaient établis dans cette région du temps de Joseph II, mais aussi les Juifs (13 %), acceptés comme identité confessionnelle mais pas nationale. Le processus de réajustement du marché (en fonction des langues) et des marchés des biens symboliques, accompagnant les évolutions parallèles sur le marché des biens de consommation, s'accomplira compte tenu de ces deux prémisses.

  • 30  Martin Broszat, Von der Kulturnation zur Volksgruppe, Die nationale Stellung der Juden in der Buko (...)
  • 31  Bihl, op. cit., p. 885.
  • 32  L'observation doit être acceptée telle quelle, tenant compte du fait que, d'une part, il existe de (...)
  • 33  William McCagg Jr., A history of Habsburg Jews 1670-1918, Bloomington/Indianapolis, 1985, p. 173.
  • 34  Herman Sternberg, Zur Geschichte der Juden in Czernowitz, dans Gold (hrsg.), op. cit., Bd. 2, p. 3 (...)
  • 35  « Nur in der Bukowina hat sich erfüllt, was einst der grosse Joseph so heiss ersehnt und so kräfti (...)
  • 36  Broszat, op. cit., p. 580.

11L'expansion de la civilisation urbaine de Czernowitz30, soutenue par le progrès industriel, mais aussi par la situation stratégique de la ville, avantageuse du point de vue militaire et commercial en même temps, a eu pour ferment les couches sociales dont l'existence économique dépendait directement de la modernisation (dans le sens de la diversité des infrastructures et de l'architecture) de la nouvelle métropole de province — or, du point de vue confessionnel, la bourgeoisie « économique » (Wirtschaftsbürgertum) était le plus souvent juive31. Privés de propriétés foncières32, les Juifs de Bucovine représentent la collectivité la moins attachée à la vie rurale patriarcale, qu'ils dynamisent (là où ils pénètrent) dans le sens du capitalisme. Non sans importance a été l'inexistence de la bourgeoisie citadine chrétienne, traditionnelle à l'ouest et au centre de l'Europe, là où la nouvelle bourgeoisie juive a dû faire face à une résistance considérable de la part des anciennes notabilités ; d'ailleurs le succès économique et social des Juifs de Bucovine au milieu du xixe siècle s'explique aussi par le déficit de conscience nationale manifesté par les autres groupes ethniques, surtout par les Roumains majoritaires, qui, grands propriétaires fonciers ou simples paysans, se cantonnaient dans les mentalités d'un féodalisme retardataire — à l'encontre des Polonais de Galicie, dont l'antisémitisme moderne a pris naissance aussi comme une expression de la concurrence économico-sociale33. Les véritables fondateurs (Gründer) d'une vie citadine moderne à Czernowitz, dans le sens de la différenciation graduelle des secteurs et des sous-secteurs productifs, de la circulation des marchandises et du capital, de la consommation et, dans une phase incipiente, des services, allaient, par conséquent, être les Juifs, qui assument tout les risques économiques de l'essor de la ville34 ; malgré leur rôle, point négligeable, de « colporteurs » du modèle urbain viennois, l'appareil bureaucratique et le corps des magistrats, les officiers, les enseignants, les institutions représentant le pouvoir impérial deviennent plutôt des auxiliaires dans le chœur vivant de la réalité quotidienne. Les Juifs sont en même temps sujets et objets du développement du capitalisme, puisque l'option de la majorité penche de façon inconditionnelle vers une « culture bourgeoise » : la nouvelle prospérité, résultant de l'émancipation économique et politique, ne pouvait s'accomplir que sur les positions d'un statut social réclamant l'accumulation (même primitive) du capital symbolique par une acculturation rapide et intense. Cela signifiait au premier chef l'investissement de la langue et la culture allemandes en tant que véhicules de l'assimilation complète et du dépassement de l'isolation confessionnelle, instrument de l'accès illimité à la prospérité économique et à la participation politique. L'interprétation du « culturel » et du « social » dans la légitimation de la bourgeoisie (juive) de Bucovine a une valeur symptomatique et, à l'échelle de la monarchie des Habsbourg, elle ne peut se comparer, par sa profondeur et par sa solidité, qu'aux processus analogues ayant lieu à l'intérieur de la métropole viennoise : en fin de compte, le profil de la « grande bourgeoise » de Czernowitz coïncide, par son engagement libéral, centraliste, pro-Habsbourg et surtout assimilateur, avec le modèle viennois35, repris « au vol » et suivi jusqu'à un certain point avec une fidélité tout à fait exemplaire. Ce n'est donc pas le contact, d'ailleurs pas plus « chaud » qu'avec les autres nationalités, avec les ethniques allemands, paysans ou mineurs, très peu enclins à la mobilité sociale de type capitaliste (et numériquement inférieurs, surtout du point de vue de la poussée démographique, aux Juifs), qui a déterminé finalement le changement radical dans l'attitude de la majorité de la population juive de Bucovine envers la langue allemande et la Bildung, adoptées de bon gré après 1848 et surtout après 1867 en tant que marque de la conscience de soi, mais l'idéal d'une Kulturnation allemande, idéal transmis par la filière autrichienne directe, comme expression de l'Etat qui les avait acceptés et promus comme égaux36.

  • 37  Des Maskilims de la taille d'un Isak Rubinstein (dans la maison duquel allait jouer Franz Liszt lu (...)

12Dans la confrontation des adeptes de l'assimilation avec les fractions traditionalistes de la population juive, la séparation entre la Bucovine et la Galicie a diminué, en partie seulement il est vrai, le réservoir de l'ultra-orthodoxisme et du hassidisme, d'où un nouvel équilibre du « pouvoir » entre les religieux d'une part, et la bourgeoisie émancipée de Czernowitz et des autres localités en voie d'urbanisation de l'autre. L'influence des cours hassidiques de Sadagura, Wischnitz ou Bojan et des rabbins de Galicie sera contrebalancée par les leaders de la communauté de Czernowitz, des gens aisés et par conséquent très influents37, et par les rabbins réformateurs que ceux-ci soutenaient. Les troubles intracommunautaires conduiront à la division de la communauté dans une fraction « progressiste » et une autre traditionaliste, et seule l'intervention des autorités arrivera à faire accepter un modus vivendi entre les deux fractions, tout en favorisant la première.

  • 38 Bihl, op. cit., p. 885.
  • 39 Broszat, op. cit., p. 579.
  • 40  Gelber, op. cit., p. 52.
  • 41  Dr Josef Fechner, un des leaders assimilateurs de la communauté des Juifs, était déjà en 1861 adjo (...)
  • 42  Rudolf Wagner, Der Parlamentarismus und nationale Ausgleich in der ehemals österreichischen Bukowi (...)
  • 43  En 1873, l'archevêque gréco-orthodoxe Hacman allait poser la pierre de fondation du temple de Czer (...)
  • 44  Emanuel Turczynski, Das Deutschtum in der Bukowina in der Landes- und Staatspolitik von der Ära Ta (...)
  • 45  L'ascension politique d'un personnage comme le Dr Benno Straucher, devenu le dirigeant incontesté (...)
  • 46  Nous avons de fortes raisons pour préférer l'opinion de Martin Broszat (op. cit., p. 581), qui inv (...)

13Le développement économique et l'avance civilisatrice qui ont changé rapidement le train de vie de Czernowitz dans le sens de l'urbanisation, l'accroissement du bien-être de larges catégories de la population urbaine dont 31,92 % (21 587) étaient Juifs en 190038, le fait que ceux-ci détenaient le contrôle quasi exclusif du marché des capitaux, de l'industrie, des métiers et du commerce, mais aussi des professions « libérales », allaient déterminer l'orientation irréversible vers l'assimilation, car tout ceci allait confirmer plus ou moins sa crédibilité en tant que solution culturelle pour l'intégration sociale des Juifs dans la monarchie. A côté de l'école germano-israélite ouverte en 1855, les enfants juifs sont toujours plus nombreux dans les écoles allemandes d'Etat (en 1865 il y en avaient déjà 100 sur un total de 162 élèves, et en 1905, 664 sur 970 élèves)39 ; après la fondation en 1875 de l'Université allemande « Franz Joseph » de Czernowitz, la présence des Juifs parmi les étudiants et dans l'auditoire augmente d'environ 25 % jusqu'à 42 % du total des étudiants inscrits en 190440. Enfin, la position économique des notables de la communauté et l'accroissement de la confiance réciproque entre ceux-ci et les autorités administratives autrichiennes rendront possible l'accès, inimaginable en Russie ou en Roumanie à la même époque (mais aussi dans d'autres districts de la monarchie), vers la vie politique41. Dans toute la période qui précède 1918, les élus juifs, d'ailleurs inclus, conformément à la loi électorale, dans la classe « nationale » allemande, ne manqueront dans aucune législature du Landtag et du conseil municipal de Czernowitz, et dans aucune législature du Reichsrat viennois42. L'administration, le pouvoir juridique, les écoles et l'Université, la police, l'armée même aboliront les discriminations, les Juifs s'intégrant en nombre appréciable dans les structures institutionnelles du district et des municipalités. Dans une configuration ethnique et religieuse composite, où l'absence d'une population absolument majoritaire supposait un compromis acceptable pour tous les intérêts particularisants, les notables Juifs réussissent une fois de plus à s'identifier à la politique menée par Vienne, en arbitres « allemands » — et à côté des représentants peu nombreux de ceux-là —, mais aussi en tant qu'alliés (et protégés) des autorités administratives dans la confrontation toujours plus aiguë entre les Roumains et les Ruthènes. Traités en partenaires égaux dans les diverses combinaisons politiques locales, où ils sympathisent constamment avec le « Parti constitutionnel » (Verfassungspartei) des libéraux centralisateurs, et bénéficiant, même sur le plan religieux, d'une bienveillance œcuménique inhabituelle43, les Juifs de Bucovine n'allaient ressentir que de façon indirecte les suites des mouvements antisémites de Vienne et des autres régions de la monarchie ; l'adhésion point négligeable au mouvement sioniste ou au Bund, et implicitement l'option pour une langue nationale (hébreu ou yiddish) vouée à souligner une identité non allemande, s'explique dans notre cas non seulement comme une réaction à la défection des ethniques allemands qui avaient fondé en 1897 une « Verein christlicher Deutsche »44, mais aussi par la résurgence d'un sentiment isolationniste, latent surtout dans la masse juive petite-bourgeoise45, de plus en plus profilée économiquement et dont la conscience sociale et respectivement « nationale » était en avance sensible. Cette nouvelle réalité politique n'allait pas modifier pour autant l'option linguistique et culturelle majoritaire des Juifs de Bucovine avant 1914, qui pratiquaient l'allemand en tant que langue maternelle et qui s'érigeaient en dépositaires de l'immense capital symbolique accumulé par la civilisation bourgeoise de Czernowitz jusqu'à la première guerre mondiale46.

  • 47  Alain Accardo, Initiation à la sociologie de l'illusionnisme social, Bordeaux, 1983, p. 55.
  • 48  Pierre Bourdieu, Questions de sociologie, Paris, 1980, p. 114.

14Si on admet d'entrée de jeu que l'« espace physique » (géographique) peut constituer la prémisse « naturelle » de l'existence d'un « espace social » et que celui-ci englobe des systèmes spécifiques de relations objectives entre des positions différenciées, socialement définies et indépendantes de l'existence physique des agents qui les occupent47, que la terminologie élaborée par l'école de Bourdieu désigne comme « des champs de force », nous pouvons considérer comme légitimes les tentatives qu'on entreprend à présent pour décrire ou évaluer ces représentations synchroniques et diachroniques inventées par l'historisme romantique afin de « totaliser » la production « spirituelle » de certaines collectivités ethniques et religieuses ou encore nationales (culture, littérature), seulement dans la mesure où elles se proposent de les étudier en tant que « champs culturels » ou « champs littéraires » : « rapports de forces entre les agents ou les institutions engagées dans la lutte ou... de la distribution du capital spécifique (culturel, littéraire) qui, accumulé au cours des luttes intérieures, oriente les stratégies ultérieures »48. Seulement une telle vision de nature à annuler le fétichisme et à « désillusionner » sur la « création » culturelle, littéraire et artistique, supposant une démystification de l' « ineffable » et la définition de la valeur par une rencontre des prédispositions et des compétences pour la connaître et pour la reconnaître, permet, une fois déchiffrées les « règles du jeu », la projection diachronique d'un « état » synchronique, en d'autres mots, la reconstruction d'un « habitus » à partir des « pratiques » saisies et descriptibles à un moment donné.

  • 49  Pierre Bourdieu, Le champ littéraire, dans Actes de la recherche en sciences sociales, 89/1991, p. (...)
  • 50  Rémy Ponton, Le champ littéraire de 1865-1905, Paris, 1977.
  • 51 Eduard Castle (hrsg.), Geschichte der deutschen Literatur in Österreich-Ungarn im Zeitalter Franz-J (...)
  • 52  Bourdieu, Questions de sociologie, Paris, 1980, p. 115.
  • 53 Ernst Hanisch, Provinzbürgetum und die Kunst der Moderne, dans Bruckmüller/Döker/Stekl/Urbanitsch, (...)
  • 54 Apud Alfred Kittner, Spätentdeckung einer Literaturlandschaft, Die deutsche Literatur der Bukowina, (...)
  • 55 Karlheinz Rossbacher, Heimatbexegung und Heimatroman, Zu einer Literatursoziologie der Jahrhundertw (...)

15La question de savoir si, dans le cas de l' « espace social » créé en Bucovine au xixe siècle par « les effets sociaux de l'unité spatiale »49, la composante « culturelle » du processus d' « embourgeoisement » vécu, on l'a vu, par une fraction bien importante de la population juive du Kronland nord-moldave, correspond dans sa projection « spatiale » à un « champ culturel » distinct nous semble justifiée. Sans aucun doute, une opération préliminaire comme la définition des « variables » — les « différentiels » spécifiques aux « champs de force » qui coexistent dans un « espace social » — gagne en importance dans un puzzle national, ethnique, religieux ou linguistique, tel que celui de l'empire des Habsbourg, par comparaison avec le modèle standardisé, qui sert de référence à l'école de Bourdieu, de la France centraliste et centralisée de la seconde moitié du xixe siècle50. Deux telles « variables » détaillées ci-dessus nous semblent essentielles pour « l'adéquation à la réalité » de la démarche analytique : l'une est liée au statut officiel et à l'utilisation effective de l'allemand dans la Bucovine autrichienne, l'autre à la capacité générative en tant qu' « espace social » de la délimitation administrative de Galicie, après 1848. En fonction de celles-ci on peut identifier grosso modo deux « champs culturels » où la bourgeoisie (juive) de Bucovine occupe simultanément des positions distinctes, agissant par conséquent conformément à la logique intérieure de chacun d'eux ; la répartition de la matière d'une histoire classique de la littérature allemande d'Autriche-Hongrie, comme celle d'Eduard Castle, suggérait, par l'introduction des catégories antagonistes de « métropole » et de « province »51, le critère socio-historique de séparation des « champs ». Si on peut parler à l'échelle de la monarchie de l'existence d'un champ culturel de langue allemande centré sur la métropole (Vienne ou l'Autriche allemande) irradiant vers la province et constituant une zone de prédilection de l'affrontement de l' « orthodoxie » et de l' « hérésie »52, autrement dit de la lutte pour l'autonomie du champ face au « champ du pouvoir », alors la structure fédérale de la Cisleithanie stimule la constitution des champs littéraires germanophones géographiquement marginaux, autonomes par rapport au champ métropolitain (du « pouvoir culturel ») où l'on cultive dans le cercle fermé d'une minorité linguistique (et respectivement sociale) et en relation hétéronome envers le champ du pouvoir local une conception colonialiste sur la mission culturelle de la « germanité »53. Ce n'est pas par hasard que Castle associe les concepts de Provinzliteratur et de Parteiliteratur, pour traiter par la suite séparément les courants modernes comme une expression de la culture du milieu bourgeois et urbain de la métropole, engagée à affirmer son autonomie sociale et esthétique. Dans cet équilibre envers le mouvement « hérétique » du modernisme au cœur de la monarchie, les champs culturels périphériques, orientés de préférence vers l'intérêt politique de la Vienne impériale, représentent un contrepoids décisif. Un Ferdinand Kürenberger invoquait les poètes allemands du pays « des montagnes couvertes de forêts du Dniestr » vus comme « neue erdgeborene Menschen, welche nicht Bücher aus Büchern machen, sondern Bücher aus der Natur »54 ; une fois appréhendé, le phénomène du Heimatkunst à la manière de Rosegger et Graenz allait prendre des proportions justement à la périphérie de la monarchie, comme alternative de la « santé » rurale et provinciale face à la « maladie » et la « décadence » de la métropole urbaine55.

  • 56  Voir la note 3, p. 175.
  • 57  Hanisch, op. cit., p. 135.
  • 58  Comme par exemple Raimund Fr. Kaindl, figure imposante du Czernowitz des années 1900, ethnique all (...)
  • 59  A titre d'exemple : les débutants Erich Singer et Kamillo Lauer préfèrent publier en 1913, à Leipz (...)
  • 60  Gelber, op. cit., p. 62.

16La lecture des feuilletons rassemblés par Karl Emil Franzos dans le volume Halb-Asien, Culturbilder aus Galizien, der Bukowina, Südrussland und Rumänien56, représente un guide édifiant en ce qui concerne l'inclination missionnaire de la culture germanophone dans les provinces de l'est de la monarchie. La position privilégiée de l'allemand, due, on l'a vu, au rôle médiateur de la bourgeoisie dans sa plupart juive dans la concurrence politique entre les Roumains et les Ruthènes, a conduit non seulement à la consolidation du champ culturel concerné, mais même à une pénétration non négligeable vers les champs culturels structurés autour des autres langues nationales, dont les agents se manifestent généralement dans une double hyposthase linguistique : dans la concurrence avec le mouvement centrifuge vers les métropoles culturelles avoisinantes (Bucarest et Iasi pour les Roumains, Lemberg pour les Ruthènes) Czernowitz se profile en tant que centre d'un champ culturel germanophone d'une stabilité et d'une « solidité » interculturelle à peu près singulières dans ses rapports avec le champ culturel de la métropole viennoise, avec lequel il entre dans un contact inévitable. Ayant une raison d'être hétéronome, étroitement liée aux structures du pouvoir local, celui-ci allait intégrer progressivement même la bourgeoisie « économique » urbaine de Czernowitz, intéressée d'acquérir sa légitimation sociale non seulement par simple assimilation, mais aussi en s'identifiant avec l'idéologie d'Etat habsbourgeoise et avec son projet « civilisateur » de l'Europe de l'Est. La bourgeoisie juive de Czernowitz, intimement liée par sa « nature » (origines, évolution, horizon, intérêts, idéaux) au libéralisme centraliste viennois et implicitement à son champ culturel rénovateur et critique (envers le champ du pouvoir), consentira à un compromis « historique », faisant sien un canon conformiste — présent dans toutes les entreprises culturelles significatives, de la presse et du théâtre jusqu'à la littérature originale, de la Bucovine d'après 1867 — qui reproduit à l'échelle locale la résistance passive envers l’« hérésie » intellectuelle du modernisme dans le champ littéraire métropolitain57. Elle joue un rôle ambivalent et foncièrement « opportuniste », car c'est toujours elle qui fait circuler la presse et les livres provenant de Vienne, qui collabore avec les journaux viennois et colporte les échos de la vie culturelle de la capitale impériale, avec laquelle elle s'efforce de se tenir en contact, elle accepte, par l'alliance symbolique avec la bureaucratie autrichienne, l'Université et l'école (expression de l'idéal d'éducation officiel), des objectifs culturels foncièrement conservateurs et affirmatifs, comme le régionalisme germanisant et la motivation provinciale de l'engagement culturel, qui ignore délibérément les développements et les controverses esthético-philosophiques à l'intérieur du champ littéraire métropolitain. Il est inutile d'insister sur l'absence d'une opposition « intellectuelle » dans la province et particulièrement en Bucovine ; ici continue à dominer, suite d'un déficit symptomatique dans la différenciation sociale caractéristique pour les sociétés modernes, le type d'« érudit » imposé par la « Bildungsbürgertum » des premières décennies du xixe siècle, actif simultanément en tant que scientifique et écrivain et participant aux structures locales du pouvoir58. Même si dans une ville comme Czernowitz les conditions sociales au commencement du xxe siècle avaient pu favoriser, à l'intérieur des générations plus jeunes, les destinées intellectuelles, ces « dissidents » in nuce ont eu toujours la tendance de se joindre à la fraction intellectuelle active dans le champ culturel et littéraire de la métropole ; une carrière littéraire ou artistique avait là-bas des chances infiniment plus grandes que dans le milieu fermé de la province59. Ajoutons aussi que l'opposition vis-à-vis de celui-ci se manifeste en réalité du dehors du champ culturel germanophone, venant du côté des alternatives « nationales », toujours plus actives et plus présentes après 1900 : dans le cas des Juifs, le monde petit-bourgeois du yiddish de Bucovine, pendant longtemps un circuit plébéien et subversif, marginalisé par la bourgeoisie assimilatrice, prend sa revanche en consolidant son statut surtout après que Czernowitz hébergera en 1908 la conférence mondiale sur la langue et la littérature yiddish60.

  • 61  Franz Lang, Sprache und Literatur der Deutschen in der Bukowina, dans Lang (éd.), op. cit., p. 397 (...)
  • 62 Manfred Reifer, Geschichte der Juden in der Bukowina 1919-1944, dans Gold (éd.), op. cit., Bd. 2, p (...)

17Il n'en est pas moins certain que le champ culturel de Bucovine, comme tous les champs culturels germanophones des provinces habsbourgeoises de l'Europe de l'Est, semblait condamné à la disparition avec l'écroulement de la monarchie en 1918. A l'exception de la presse de langue allemande, les articulations institutionnelles les plus importantes de celui-ci ont été démontées directement ou indirectement par les nouvelles autorités roumaines dans un délai relativement bref. La couche des officiels (bureaucrates, officiers, juges, professeurs) a perdu son pouvoir et s'est dissoute en émigrant ou en s'isolant, et les ethniques allemands se sont orientés plutôt vers le champ culturel germanophone « carpatique », situé sur l'axe transylvane Hermannstadt-Kronstad61. Les Juifs germanophones se sont trouvés dans la situation la plus incommode, car leur capital économique, social, politique et culturel était fondé justement sur la légitimité écroulée des Habsbourg avec laquelle ils s'étaient identifiés ; l'offre « nationale » du yiddish ou de l'hébreu tout comme l'offre de l'assimilation roumaine prenaient forme comme les seules chances culturelles de l'« avenir »62.

  • 63  Pierre Bourdieu, Les trois états du capital culturel, dans Actes de La recherche en sciences socia (...)
  • 64  Andrei Corbea, Sprach- und Raumgrenzen als Komponenten der kulturellen Produktivität, dans Corbea/ (...)
  • 65  Heinz Stänescu, Als beispielhaft dargestellt, doch kaum gekannt : die aktivistische Czernowitzer Z (...)
  • 66 Michael Stark, Für und wider den Expressionismus, Stuttgart, 1982, p. 84.
  • 67 Amy Colin, Karl Kraus und die Bukowina, dans Joseph Strelka (éd.), Karl Kraus, Diener der Sprache, (...)
  • 68  Carl Schorske, Les deux cultures autrichiennes et leur destin moderne, dans la Revue d'esthétique, (...)
  • 69  Andrei Corbea, Das Fremde in der Fremde, Zur Typologie einer Literatur des Deutschtums im Ausland, (...)

18Ce sont les conditions dans lesquelles s'est déclenché le processus de « conversion du capital symbolique »63 détenu par la bourgeoisie juive de Bucovine, d'un capital social et politique dans un capital primordialement culturel, en d'autres termes son essai de compenser sur ce dernier plan son élimination graduelle de l'avant-scène de la vie sociopolitique de la province et de réaffirmer son identité et son autonomie par le recours à une légitimité prioritairement culturelle, envers le nouveau champ du pouvoir manœuvré depuis Bucarest64. L'histoire d'une revue comme Der Nerv, publication expressionniste de Czernowitz parue entre janvier et septembre 1919, prouve pleinement la stratégie destinée à inculquer la reconnaissance sociale de la collectivité juive de Bucovine par la reconnaissance de sa spécificité culturelle65. Le geste de révolte antibourgeoise, revêtu d'une idéologie et d'une rhétorique expressionniste, des jeunes écrivains de Der Nerv, n'a aucune pitié envers cet establishment juif local que la tentation du « champ du pouvoir » avait déterminé, abandonnant ses croyances et ignorant ses origines, à trafiquer son autonomie pour devenir à présent, par le filament de l'idée habsbourgeoise, une proie facile de la dissolution en tant que groupe socioculturel. L'alternative proposée par ces intellectuels (tout de même) bourgeois — malgré leur déclassement et malgré leur situation de doublement dominés, puisqu'en majorité Juifs66 — est moderniste, insurgée, cosmopolite et européenne justement pour mettre en évidence son autonomie envers tout « pouvoir » temporaire et national ; comme modèle moral et de rationalité linguistique67, le culte de Karl Kraus envoie au fond à ces valeurs culturelles du libéralisme bourgeois68 allemand et autrichien, sur lesquelles s'est édifiée au milieu du xixe siècle la civilisation bourgeoise et germanophone de Czernowitz. Der Nerv inaugure pratiquement un nouveau champ de culture germanophone dont le centre était Czernowitz, et qui ne s'était pas reconstitué par hasard autour de cette fraction quasi moderniste pour conserver, par relégitimation culturelle, l'identité sociale menacée de la bourgeoisie juive « germanisée » de Bucovine ; les mécanismes communicatifs spécifiques rendent possible, dans les décennies de l'entre-deux-guerres, sa survie en convertissant l'aliénation sociale progressive de ses agents — qui a culminé par leur extermination physique entre 1940-1944 — en une distanciation (Verfremdung) poétique69. L'œuvre de Paul Celan apporte le témoignage le plus absolu de cet épilogue.

Haut de page

Notes

1  Dieter Schlesak, Wort als Widerstand, Paul Celan Herkunft-Schlüssel zu seinem Gedicht, dans Literaturmagazin, 10/1979, p. 79.

2  Voir aussi Israel Chalfen, Paul Celan, Eine Biographie seiner Jugend, Frankfort/Main, 1979.

3  Dietmar Goltschnigg/Anton Schwob (hrsg.), Die Bukowina, Studien zu einer versunkenen Literaturlandschaft, Tübingen, 1990 ; Andrei Corbea/Michael Astner, Kulturlandschaft Bukowina, Studien zur deutschsprachigen Literatur des Buchenlandes nach 1918, Iasi, 1990.

4  La citation, reprise en russe d'après Marina Tzvetaeva, devient chez Celan le motto du poème Und mit dem Buch aus Tarussa, dans Paul Celan, Gedichten Bd. 1 (Bibliothek Suhrkamp), Frankfurt am Main, 1975.

5  Gerhardt Csejka, Bedingtheiten der rumäniendeutschen Literatur, dans Emmerich Reichrath (hrsg.), Reflexe, Kritische Beiträge zur rumäniendeutschen Gegenwartsliteratur, Bucureşti, 1977, p. 45-54.

6  Karl Kurt Klein, Literaturgeschichte des Deutschtums im Ausland, Leipzig, 1939.

7  Alfred Sperber, Der unsichtbare Chor, dans Czernowitzer Morgenblatt. 2983, 2984, 2986, 2987, 2990, 2991, 2992, 2993/1928.

8  Voir le compte rendu d'Alfred Sperber au volume Leben in Versen de Moses Rosenkranz, dans Czernowitzer Morgenblatt, 3699/1930.

9  Voir Ulrike Döker, Bürgerlichkeit und Kultur — Bürgerlichkeit als Kultur. Eine Einführung, dans Ernst Bruckmüller/Ulrike Döker/Hannes Stekl/Peter Urbanitsch, Bürgertum in der Habsburger-Monarchie, Wien/Köln, 1990, p. 95-105.

10  Thomas Nipperdey, Kommentar - « Bürgerlichkeit » als Kultur, dans Jürgen Kocka (éd.), Bürger und Bürgerlichkeit im 19. Jahrhundert, Göttingen, 1987, p. 143.

11  Voir la série Bildungsbürgertum im 19. Jahrhundert, II, III, IV, Stuttgart, 1989, 1990, 1992.

12  Hermann Bausinger, Bürgerlichkeit und Kultur, dans Kocka (éd.), op. cit., p. 124-142.

13  Wolfgang Kaschuba, Deutsche Bürgerlichkeit nach 1800, Kultur als symbolische Praxis, dans Jürgen Kocka (hrsg.), Bürgertum im 19. Jahrhundert, Deutschland im europäischen Vergleich, Bd. 3, p. 15.

14  Jürgen Kocka, Bürgertum und Bürgerlichkeit als Problem der deutschen Geschichte vom späten 18, zum frühen 20. Jahrhundert, dans Kocka (éd.), Bürger und Bürgerlichkeit im 19. Jahrhundert, Göttingen, 1987, p. 39.

15 George L. Mosse, Das deutsch-jüdische Bildungsbürgertum, dans Reinhart Koselleck (hrsg.), Bildungsbürgertum im 19. Jahrhundert, II, Stuttgart, 1990, p. 170 ; Shulamit Volkov, Die Verbürgerlichung der Juden in Deutschland, Eigenart und Paradigma, dans Kocka (éd.), Bürgertum im 19. Jahrhundert, Deutschland im europäischen Vergleich, Bd. 3, p. 342.

16 Ibid., p. 351.

17 Ibid., p. 359.

18 Ernst Brackmüller, Herkunft und Sebstverständnis bürgerlicher Gruppierungen in der Habsburgermonarchie, Eine Einführung, dans Bruckmüller/Döker/Stekl/Urbanitsch (hrsg.), op. cit., p. 17.

19 Nethaniel Hatzburg, Central European Jewry between East and West, dans Yehuda Don/Victor Karady (ed.), A social and economic history of central european Jewry, New Brunswick/London, 1990, p. 33-46.

20 Ivar Oxaal, The Jews of young Hitlers Vienna, Historical ans Sociological Aspects, dans Ivar Oxaal/Michael Pollack. Gerhard Betz (ed.), Jews, Antisemitism and Culture in Vienna, London/New York, 1987, p. 28.

21  Steven Beller, Class, Culture and the Jews of Vienna 1900, dans ibid., p. 63 ;Jacques Le Rider, Modernité viennoise et crises de l'identité, Paris, 1990.

22 Erich Prokopowitsch, Die rumänische Nationalbewegung in der Bukowina und der Dako-Roma-nismus, Graz/Köln, 1965.

23  Pierre Bourdieu, L'identité et la représentation. Eléments pour une réflexion critique sur l'idée de région, dans Actes de la recherche en sciences sociales, 35/1980, p. 65.

24  Bourdieu souligne le fait que de tels arguments représentent seulement en apparence des « objectifs », car en réalité ils ne constituent que des « actes de perception et d'appréciation, de connaissance et de reconnaissance », autrement dit des représentations mentales, subjectives, ibid.

25 Ibid., p. 66.

26  N. M. Gelber, Geschichte der Juden in der Bukowina, dans Hugo Gold (éd.), Geschichte der Juden in der Bukowina, Bd. I, Tel-Aviv, 1958, p. 11-66.

27 Wolfdieter Bihl, Die Juden, dans Adam Wandruszka/Peter Urbanitsch (éd.), Die Habsburgermonarchie 1848-1918, vol. III, Vienne, 1980, p. 881.

28 Gelber, op. cit., p. 13.

29 Ibid., p. 36.

30  Martin Broszat, Von der Kulturnation zur Volksgruppe, Die nationale Stellung der Juden in der Bukowina im 19. und 20. Jahrhundert, dans Historische Zeitschrift, 200/1965, p. 576.

31  Bihl, op. cit., p. 885.

32  L'observation doit être acceptée telle quelle, tenant compte du fait que, d'une part, il existe des témoignages qu'en Bucovine, durant la première moitié du xixe siècle certaines communautés juives cultivaient la terre (voir Gelber, op. cit., p. 31), et, d'autre part, après 1867, les Juifs riches acquièrent de grandes surfaces agricoles, ainsi qu'en 1910 les Juifs formaient un cinquième des électeurs de la classe des grands propriétaires fonciers (apud Haim Shamir, Die jüdische Gemeinde von Czernowitz 1937 in deutscher Sicht, dans, Jahrbuch des Instituts für deutsche Geschichte, 4/1975, p. 491).

33  William McCagg Jr., A history of Habsburg Jews 1670-1918, Bloomington/Indianapolis, 1985, p. 173.

34  Herman Sternberg, Zur Geschichte der Juden in Czernowitz, dans Gold (hrsg.), op. cit., Bd. 2, p. 35.

35  « Nur in der Bukowina hat sich erfüllt, was einst der grosse Joseph so heiss ersehnt und so kräftig angestrebt :einen Staat zusammengehalten durch die gemeinsame Bildung, keinen deutschen Nationalstaat, aber einen deutschen Kulturstaat », affirme Karl Emil Franzos (Ein Culturfest, dans Aus Halb-Asien, Culturbilder aus Galizien, der Bukowina, Südrussland und Rumänien, Leipzig, 1876, p. 186).

36  Broszat, op. cit., p. 580.

37  Des Maskilims de la taille d'un Isak Rubinstein (dans la maison duquel allait jouer Franz Liszt lui-même et dont la fille Susanne, après avoir fait ses études à Prague et à Leipzig, allait obtenir un doctorat en philosophie, s'occupera de Schiller, et tiendra des cours populaires sur la littérature), allaient contribuer d'une manière décisive à la modernisation religieuse et même rituelle, dès que le rabbin Dr Lazar Igel fut élu et introduisit le sermon en allemand (Gelber, op. cit., p. 41-51).

38 Bihl, op. cit., p. 885.

39 Broszat, op. cit., p. 579.

40  Gelber, op. cit., p. 52.

41  Dr Josef Fechner, un des leaders assimilateurs de la communauté des Juifs, était déjà en 1861 adjoint au maire de Czernowitz et député dans le Landtag.

42  Rudolf Wagner, Der Parlamentarismus und nationale Ausgleich in der ehemals österreichischen Bukowina, Munich, 1984.

43  En 1873, l'archevêque gréco-orthodoxe Hacman allait poser la pierre de fondation du temple de Czernowitz en présence du rabbin Igel, apud Sternberg, op. cit., p. 32

44  Emanuel Turczynski, Das Deutschtum in der Bukowina in der Landes- und Staatspolitik von der Ära Taafe bis zur Umsiedlung 1940, dans Franz Lang (éd.), Buchenland, 150 Jahre Deutschtum in der Bukowina, Munich, 1961, p. 109 ; Leon Arie Schmelzer, Geschichte des Zionismus in der Bukowina, dans Gold (éd.), Bd. 2, p. 91-112 ; Joseph Kissmann, Zur Geschichte der jüdischen Arbeiterbewegung « Bund » in der Bukowina, ibid., p. 129-144.

45  L'ascension politique d'un personnage comme le Dr Benno Straucher, devenu le dirigeant incontesté de la communauté juive de Czernowitz, membre influent du conseil municipal, député dans le Landtag, dans le Reichsrat et par la suite dans le Parlement de la Roumanie en vertu d'un programme « national » (mais pas sioniste) juif, est due particulièrement au soutien de la masse petite-bourgeoise contre « les grandes familles » des notables appartenant à la génération « libérale ».

46  Nous avons de fortes raisons pour préférer l'opinion de Martin Broszat (op. cit., p. 581), qui invoque des statistiques datant de 1914, conformément auxquelles 95 % des Juifs de Bucovine utilisaient l'allemand comme langue quotidienne, à l'affirmation trop catégorique de Wolfdieter Bihl (op. cit., p. 904), d'après laquelle le yiddish était la langue maternelle de neuf dixièmes des Juifs de Galicie et de la Bucovine.

47  Alain Accardo, Initiation à la sociologie de l'illusionnisme social, Bordeaux, 1983, p. 55.

48  Pierre Bourdieu, Questions de sociologie, Paris, 1980, p. 114.

49  Pierre Bourdieu, Le champ littéraire, dans Actes de la recherche en sciences sociales, 89/1991, p. 18.

50  Rémy Ponton, Le champ littéraire de 1865-1905, Paris, 1977.

51 Eduard Castle (hrsg.), Geschichte der deutschen Literatur in Österreich-Ungarn im Zeitalter Franz-Josephs I, vol. 2, Vienne, 1937.

52  Bourdieu, Questions de sociologie, Paris, 1980, p. 115.

53 Ernst Hanisch, Provinzbürgetum und die Kunst der Moderne, dans Bruckmüller/Döker/Stekl/Urbanitsch, op. cit., p. 127-139.

54 Apud Alfred Kittner, Spätentdeckung einer Literaturlandschaft, Die deutsche Literatur der Bukowina, dans Wilhelm Solms, Nachruf auf die Rumäniendeutsche Literatur, Marburg, 1990, p. 187.

55 Karlheinz Rossbacher, Heimatbexegung und Heimatroman, Zu einer Literatursoziologie der Jahrhundertwende, Stuttgart, 1975, p. 25-28.

56  Voir la note 3, p. 175.

57  Hanisch, op. cit., p. 135.

58  Comme par exemple Raimund Fr. Kaindl, figure imposante du Czernowitz des années 1900, ethnique allemand, né en Bucovine, professeur à l'Université, écrivain et politicien, mais aussi les Juifs Moritz Amster, poète et banquier, correspondant des journaux de Vienne et leader de la communauté, Leon Rosenzweig, éditeur de la publication Bukowinaer Nachrichten, prosateur, député au Landtag et au Reichsrat, Anton Norst, chancelier de l'Université de Czernowitz et poète, écrivant aussi des poèmes patriotiques pendant la première guerre mondiale.

59  A titre d'exemple : les débutants Erich Singer et Kamillo Lauer préfèrent publier en 1913, à Leipzig, un Bukowiner Musenalmanach, espérant pouvoir ainsi pénétrer sur le « marché » littéraire appartenant au champ « central » de la culture et de la littérature allemande, que concurrencer, à l'intérieur du champ local, un Michael Savka, Anton Norst, Anna Pawlit-schek ou Franz Porubsky, auteurs en vogue de Czernowitz.

60  Gelber, op. cit., p. 62.

61  Franz Lang, Sprache und Literatur der Deutschen in der Bukowina, dans Lang (éd.), op. cit., p. 397-450.

62 Manfred Reifer, Geschichte der Juden in der Bukowina 1919-1944, dans Gold (éd.), op. cit., Bd. 2, p. 1-26 ; Broszat, op. cit., p. 595 s.

63  Pierre Bourdieu, Les trois états du capital culturel, dans Actes de La recherche en sciences sociales, 30/1979, p. 3-6 ; Pierre Bourdieu, Ökonomisches Kapital, kulturelles Kapital, soziales Kapital, dans Reinhard Kreckel (éd.), Soziale Ungleichheiten, Göttingen, 1983, p. 183-198.

64  Andrei Corbea, Sprach- und Raumgrenzen als Komponenten der kulturellen Produktivität, dans Corbea/Astner (éd.), op. cit., p. 7-17.

65  Heinz Stänescu, Als beispielhaft dargestellt, doch kaum gekannt : die aktivistische Czernowitzer Zeitschrift Der Nerv, dans Anton Schwob (éd.), Die deutsche Literaturgeschichte Ostmittel-und Südosteuropa von der Mitte des 19. Jahrhunderts bis heute, Munich, 1992, p. 101-118 ; Andrei Corbea, « Gesellschaftsbildender » und identitätsstiftender Expressionismus, Zur aktivistischen Episode in Czernowitz 1919, dans Südostdeutsche Vierteljahresblätter, 1/1993, p. 16-26.

66 Michael Stark, Für und wider den Expressionismus, Stuttgart, 1982, p. 84.

67 Amy Colin, Karl Kraus und die Bukowina, dans Joseph Strelka (éd.), Karl Kraus, Diener der Sprache, Meister des Ethos, Tübingen, 1990, p. 333-346.

68  Carl Schorske, Les deux cultures autrichiennes et leur destin moderne, dans la Revue d'esthétique, 9/1985, p. 7-18.

69  Andrei Corbea, Das Fremde in der Fremde, Zur Typologie einer Literatur des Deutschtums im Ausland, dans Eijiro Iwasaki (éd.), Begegnung mit dem Fremden, Grenzen-Tradition-Vergleiche, Bd. 10, Munich, 1992, p. 171-178.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrei Corbea-Hoisie, « La culture juive germanophone de Bucovine et de Czernowitz », Revue germanique internationale, 1 | 1994, 165-181.

Référence électronique

Andrei Corbea-Hoisie, « La culture juive germanophone de Bucovine et de Czernowitz », Revue germanique internationale [En ligne], 1 | 1994, mis en ligne le 22 juin 2011, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://rgi.revues.org/438 ; DOI : 10.4000/rgi.438

Haut de page

Auteur

Andrei Corbea-Hoisie

Professeur à l'Université de Jassy, Roumanie, Département d'études germaniques, coéditeur du volume Kulturlandschaft Bukowina. Studien zur deutschsprachigen Literatur des Buchenlandes nach 1918, Jassy, Editura Universitari Alexandra Ioan Cuza, Jassyer Beiträge zur Germanistik, vol. V, 1990 (avec Michael Astner).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • Revues.org