Navigation – Plan du site
Aires culturelles et réseaux de la « Mitteleuropa »

Le Cercle linguistique de Prague au carrefour des cultures

Jacqueline Fontaine
p. 183-192

Résumés

Der Prager Kreis für Sprachtheorie wird hier als eine selbständige Hervorbringung der mitteleuropäischen Kultur dargestellt, die aus den gleichen Quellen wie die westeuropäische Sprachwissenschaft schöpfte, sich jedoch von diesen Quellen distanzierte. Obwohl sie zugleich Saussure ablehnten, benützten die Mitglieder des Kreises Saussure als Mittel, sich von dem Einfluß der neogrammatikalischen Schule zu befreien, in der sie ausgebildet worden waren. Als Zeugnis der zwanziger Jahre und des neuen politischen Emanzipationspotentials, das die Gründung des tschechoslowakischen Staats freisetzte, war der Prager Kreis ein Zentrum nicht nur der Sprachwissenschaft, sondern überhaupt aller möglichen Betrachtungen über die Sprache. Sein Hauptbeitrag bestand in der Entwicklung der Phonologie, die als die Basis des sprachtheoretischen Gedankengebäudes angesehen wurde, da sich in ihr die phonetischen mit den semantischen Aspekten verbanden. Auf diesem Gebiet zeichnete sich N. Trubetzkoy ganz besonders aus.

Haut de page

Texte intégral

1Si le Cercle linguistique de Prague représente, sans conteste, une étape importante de la pensée linguistique universelle, il a également l'originalité, qui retiendra ici surtout notre attention, d'avoir été l'occasion d'une rencontre, à un moment extraordinaire, d'hommes de sciences et d'artistes venus de divers horizons en Europe, géographiques et culturels.

2Dans une conférence faite à Copenhague en 1936, R. Jakobson a dit : « La marque de l'univers tchécoslovaque, c'est sa situation au croisement de cultures différentes. » On pourrait dire même davantage : à cause de cette situation géographique, qui a favorisé les échanges avec l'Allemagne, l'Autriche, la Hongrie, la Pologne, la Yougoslavie, la Suisse, le Danemark, la Suède, que l'histoire politique n'a fait que rendre manifeste, la Tchécoslovaquie a été, à cette époque, la plaque tournante de l'Europe centrale.

3Qu'est-ce que Prague au début des années 20 ? La capitale d'une toute neuve république, la Tchécoslovaquie. Le début de la première guerre mondiale avait accéléré le processus d'émancipation des peuples slaves de l'Autriche-Hongrie, surtout des Tchèques et des Slovaques. L'agitation s'était développée principalement en Bohême. Un Conseil national tchèque avait été créé à Paris en 1916 par Masaryk, Beneš et le Slovaque Štefánik. En janvier 1918, la diète de Bohême réclamait l'union dans un Etat indépendant des Tchèques et des Slovaques qui avaient conclu entre eux des accords.

4C'est d'octobre 1918 que date la proclamation de l'Etat unique tchécoslovaque, aboutissement victorieux d'une lutte longue et dure pour recouvrer l'indépendance : en pays tchèques où, sous la domination des Habsbourg, le mouvement du Réveil national avait œuvré pour la résurrection de la langue et de la littérature tchèques, menacées de disparition par la germanisation ; en Slovaquie, partie du royaume de Hongrie, où la création d'une langue à partir de l'un des dialectes avait été considérée comme la première des tâches à accomplir. Dans ce combat, les Eveilleurs (Buditele) avaient pris appui, en pays tchèques et en Slovaquie, sur un sentiment très fort de solidarité avec les autres peuples slaves.

5A la tête de l'Etat fut porté Thomas-Garrigue Masaryk : élève de F. Brentano, ami de E. Husserl et de A. Marty, depuis 1882 professeur de philosophie à l'Université tchèque de Prague, il était spécialement intéressé par la philosophie du langage ; il y avait à ses côtés, comme ministre des Affaires étrangères, son disciple en politique, E. Beneš, qui avait reçu une formation de linguiste, de juriste et de sociologue.

6C'est donc dans un climat d'allégresse politique, au seuil d'une ère nouvelle, que germa l'idée de la création du Cercle linguistique de Prague.

7La date de naissance symbolique du C. L. P. (Pražsky lingvističký kroužek) est la soirée du 6 octobre 1926. Ce soir-là, V. Mathesius avait convié des collègues dans son bureau de l'Université Charles à écouter un exposé du linguiste allemand H. Becker sur le phénomène d'uniformisation syntaxique que l'on constate dans des langues diverses, pratiquées au sein de cultures proches, comme le sont les langues d'Europe occidentale. Becker n'était pas le premier à remettre en cause la thèse néo-grammairienne de l'impossibilité de l'influence syntaxique entre des langues non apparentées, mais le débat passionna les assistants. A l'issue de la réunion, on décida de se retrouver tous les mois pour discuter de problèmes linguistiques, puis les séances devinrent plus fréquentes. D'emblée, il fut proclamé que le nouveau groupe débattrait de questions scientifiques dépassant les limites de la linguistique, comme celle qu'introduisait en psychologie la récente Gestalttheorie, et qu'il favoriserait les rencontres entre linguistes et écrivains d'avant-garde comme le poète V. Nezval, ou le romancier L. Vančura, ou encore le théoricien de la littérature K. Teige. La langue de communication générale choisie fut le français.

  • 1  Change, n° 3, 1969.

8« La seule condition nécessaire pour l'entrée dans le Cercle, c'était de présenter un rapport discuté en commun », s'est rappelé J. Mukařovský en 19691. Les réunions avaient lieu dans le bureau de V. Mathesius à l'Université, chez l'un des membres ou dans des cafés. Tout était prévu pour que soit ménagé un cadre informel où les discussions pourraient se faire librement.

9C'est avec fébrilité que fut préparée la Réunion phonologique internationale qui se tint à Prague en 1930, certainement la manifestation la plus éclatante du C. L. P. Elle rassembla une vingtaine de linguistes tchèques et russes et beaucoup d'étrangers, qui n'étaient pas tous des linguistes : de Suède A. Sommerfelt, d'Allemagne K. Bühler, des Pays-bas J. Van Ginneken, A. W. De Groote, de Yougoslavie A. Belić. On décida la création de l'Association internationale de Phonologie dont N. Troubetzkoy fut élu président. Les contributions des Praguois furent publiées en un volume qui comprit également deux projets élaborés en commun au prix de grandes difficultés, l'un de terminologie standardisée, l'autre de transcription phonologique, à la suite desquels furent indiquées les demandes de correction des membres correspondants Ch. Bally, L. Brun, L. Tesnière. Dans le projet de terminologie standardisée le terme français était suivi des termes allemand, tchèque et russe : ainsi était affirmée la présence des slavistes dans le concert général des linguistes.

10En plus des huit volumes intitulés Travaux du Cercle linguistique de Prague dont la publication s'échelonna de 1929 à 1939, les Praguois firent paraître une revue Slovo a slovesnost (Mot et art des mots) qu'ils créèrent en 1936.

11C'est la Réunion qui acquit au C. L. P. l'audience internationale visée dès la création du Cercle. A partir du Congrès des sciences phonétiques d'Amsterdam de 1932 on parlera en Europe de l'Ecole de Prague, dénomination qu'il faut réserver à l'activité phonologique du Cercle en évitant de faire entrer sous ce label réducteur l'ensemble des activités et des opinions diverses qui ont pu se manifester à Prague.

12Les membres du C. L. P. participèrent à tous les congrès internationaux de la décennie suivante. Dès 1930 s'instaura un échange de correspondances où se distingua au premier plan N. Troubetzkoy, pilier de l'édifice phonologique en construction, engagé passionnément à faire valoir les points de vue de la nouvelle « science » auprès, notamment, d'interlocuteurs étrangers notoires comme E. Sapir et W. F. Twadell aux Etats-Unis, ou A. Meillet en France. N. Troubetzkoy gardera un souvenir ému de ces débuts agités qu'il évoquera dans une lettre adressée à V. Mathesius pour le dixième anniversaire du C. L. P. : « Les diverses étapes du Cercle de Prague que j'ai vécues avec lui reviennent à ma mémoire : d'abord l'époque héroïque, la préparation au premier Congrès des slavistes, les jours inoubliables de la Réunion phonologique et bien d'autres beaux jours que j'ai passés avec mes amis de Prague. Tous ces souvenirs sont liés dans mon esprit à un merveilleux sentiment d'excitation, car à tout contact avec le Cercle de Prague, j'éprouvais un nouvel élan de joie créatrice, qui toujours finissait par s'engourdir pendant mon travail solitaire loin de Prague » (lettre de novembre 1936).

13Il est légitime que N. Troubetzkoy s'adresse en ces termes à V. Mathesius, parce que c'est vraiment celui-ci qui a créé et su faire vivre l'entreprise du CL. P. R. Jakobson a dit de lui plus tard qu'il était un « organisateur de génie ». A côté de V. Mathesius se tenaient ceux qui se sont présentés comme ses élèves, B. Trnka et J. Vachek, aussi B. Havránek, J. Mukařovský, K. Horálek, V. Skalička, L. Novak, J. M. Kořinek.

14Mais les Tchécoslovaques n'étaient pas seuls à Prague : trois Russes, émigrés récemment d'Union soviétique, participèrent à la mise sur pied du C. L. P. : R. Jakobson sur place, N. Troubetzkoy, chargé de cours à Vienne, et S. Karcevski, professeur à Genève.

15R. Jakobson avait rédigé pour le premier Congrès international des linguistes de La Haye en 1928 un texte qui résumait ses positions en matière de théorie phonologique. Il soumit à ses deux collègues russes, qui acceptèrent de la contresigner, cette Proposition que N. Troubetzkoy appellera par la suite « un petit programme déclaratif ». C'est pourquoi R. Jakobson doit être considéré comme étant à l'origine du mouvement phonologique, d'autant qu'il jouera encore plus tard aux côtés de N. Troubetzkoy le rôle d'un incitateur à la réflexion théorique.

  • 2  « O cešskom stixe preimuščestvenno v sopostavlenii s russkim » (Sur le vers tchèque étudié princip (...)

16R. Jakobson est venu à la phonologie par l'étude du langage poétique. En Russie, ami des poètes de l'époque, de Maïakovski comme de Mandelstam, il avait animé dans ses débuts, à partir de 1915, le Cercle linguistique de Moscou, qui avait réuni des étudiants intéressés par la linguistique, la poésie et les traditions populaires, tout en participant à Pétrograd à l'opoiaz (Société pour l'étude de la théorie de la langue poétique), créée en 1917 par O. Brik, dans laquelle se retrouvaient également V. Chklovski et E. Polivanov. Comme il en a témoigné lui-même, sa transplantation en pays tchécophone l'a conduit à chercher dans les différences de valeurs entre deux systèmes phonologiques, celui du russe et du tchèque en l'occurrence, la raison de certaines impressions communes aux locuteurs d'une même communauté linguistique écoutant un discours dans l'autre langue2.

17Le second des Russes, N. Troubetzkoy, était un savant érudit, formé classiquement à la philologie et à la dialectologie qui confinait à l'ethnographie et à l'étude du folklore, dont la grande compétence était reconnue partout. Il fit lui-même dater son réveil critique à l'égard de l'enseignement des néo-grammairiens de l'année 1915 où il avait rendu compte en public, de manière fondamentalement critique, d'un ouvrage de A. Šaxmatov où celui-ci usait de la méthode de reconstruction élaborée par le chef de file de l'Ecole de Moscou, F. Fortunatov.

18Le troisième, S. Karcevski, avait suivi l'enseignement de Saussure à Genève avant la Révolution bolchevique. Ses intérêts portaient cet esprit fin et ouvert aux idées nouvelles vers la sémiologie et la philosophie, sans qu'il se détourne des tâches du grammairien attaché à la description d'une langue particulière, ici le russe. Son rôle de propagateur des idées de Saussure avait déjà été important en Russie auprès des formalistes ; il le fut aussi auprès des membres du C. L. P.

19Sans exagérer l'importance du rôle des trois Russes dans la poursuite de l'entreprise qu'a représentée le C. L. P., on peut penser que la conjonction d'un terrain propice à la germination d'idées nouvelles à Prague et de la survenue d'inspirateurs venus d'ailleurs a largement favorisé le développement et la richesse du mouvement praguois.

20Quelles étaient les positions théoriques déclarées de cette communauté de linguistes qui s'est constituée à Prague à la fin des années 20 ? Et quelles propositions peut-on avancer pour expliquer le consensus auquel elle est parvenue ?

21Sur le modèle du Cercle linguistique de Moscou, mais aussi du Cercle de Vienne, les Praguois ont produit un manifeste sous le nom de Thèses. Ces Thèses, au nombre de neuf, renferment les principes et le programme du C. L. P. Elles furent présentées au premier Congrès des philologues slaves, à Prague, en 1929. Si le texte est dépourvu du ton provocateur habituellement propre aux manifestes, il développe néanmoins, tout au long des pages, le leitmotiv de l'urgence des tâches à accomplir. Œuvre collective, les Thèses sont marquées d'un esprit de compromis qui, parfois, rend la lecture difficile et incertaine. Le recours aux écrits individuels permet alors de clarifier les points obscurs.

22Les trois premières thèses traitent de problèmes généraux en linguistique, les six suivantes concernent la slavistique. Sous quelle bannière théorique se rangent les slavistes de Prague ?

23La première thèse énonce que la langue est conçue comme un système fonctionnel : « On ne peut comprendre aucun fait de langue sans avoir égard au système auquel il appartient. » La langue possède un « caractère de finalité », comme les autres produits de l'activité humaine, c'est-à-dire qu'elle est utilisée en vue d'une fin, qui est la communication et l'expression.

24Le linguiste se tournera en premier lieu vers l'état de langue actuel, parce qu'il est le seul à « offrir des matériaux complets et dont on peut avoir le sentiment direct ». Le sentiment direct est sans doute à mettre en rapport avec la conscience transcendantale qui dans la conception phénoménologique de Husserl fonde l'analyse scientifique.

25Pour les états de langue passés, « qu'il s'agisse de les reconstruire ou d'en constater l'évolution », s'impose également la conception de la langue comme système, car les changements subis par la langue ne peuvent être pensés comme « des atteintes destructives s'opérant au hasard indépendamment les uns des autres ». La langue répondant à une fonction, le système qui est soumis au changement est entraîné dans un processus de remaniement perpétuel pour maintenir cette fonctionnalité de la langue : le système est régi par un principe de téléologie conjoint à celui de la motivation thérapeutique des changements linguistiques.

26La description synchronique ne peut exclure des faits de diachronie, car, dans tout état de langue, coexistent des éléments sentis comme productifs et d'autres sentis comme désuets.

27Sur le plan de la méthodologie, une place importante revient à la méthode comparative pratiquée entre des langues de structures diverses, non apparentées génétiquement aussi bien qu'apparentées. L'objectif dernier de cette méthode dite de comparaison analytique est de constituer une typologie des langues, mettant en évidence les différents moyens dont usent les langues particulières pour permettre d'atteindre à la connaissance du langage.

28La seconde thèse énumère les tâches à accomplir pour étudier un système linguistique du point de vue phonique et grammatical.

29Phoniquement, il est nécessaire de « distinguer le son comme fait physique objectif, comme représentation et comme élément du système fonctionnel ». L'analyse acoustique a la priorité sur l'analyse articulatoire « car c'est précisément l'image acoustique et non l'image motrice qui est visée par le sujet parlant ».

30La phonologie synchronique dressera le « répertoire des images acoustico-motrices les plus simples et significatives dans une langue donnée (phonèmes) en spécifiant obligatoirement les relations existant entre lesdits phonèmes ».

31L'utilisation des différences phonologiques en morphologie constituera l'objet d'un chapitre particulier de la grammaire, la morphonologie.

32Au chapitre des recherches sur le mot et le groupement de mots, le texte évoque la théorie de la dénomination ou onomatologie fonctionnelle : « Pour l'activité dénominatrice, le langage décompose la réalité, qu'elle soit externe ou interne, réelle ou abstraite, en éléments linguistiquement saisissables. »

33L'activité syntagmatique, quant à elle, peut se manifester dans la forme d'un seul mot, mais c'est la prédication qui est l'acte syntagmatique fondamental. Elle est analysée dans le cadre de la syntaxe fonctionnelle dont le principe repose sur la « division actuelle de la phrase » en thème et noyau informatif, qui est comparée à la division formelle en sujet et prédicat grammaticaux.

34La troisième thèse est consacrée aux différentes « fonctions » de la langue ou « modes de réalisation ». Il y est longuement traité de la langue poétique : celle-ci est le dépôt de la tradition poétique qui sert de toile de fond à la parole poétique actualisée dans un « acte créateur individuel », lequel se détache aussi sur le fond de la langue de communication qui lui est contemporaine, si bien que l'étude d'un langage poétique portera sur les relations que celui-ci entretient avec les deux systèmes.

35Voici, résumées à grands traits, les options théoriques majeures qui servirent de ralliement proclamé aux membres du Cercle linguistique de Prague. Tentons maintenant de les replacer dans le contexte de la création du C. L. P.

36C'est l'envie de s'opposer à l'enseignement reçu qui motive l'attitude générale des rédacteurs des thèses. Or cet enseignement, qui continue à occuper le devant de la scène linguistique au début du siècle en Allemagne et au-delà de ses frontières, parce qu'il a formé, directement ou indirectement, les universitaires tchèques aussi bien que russes, est celui prodigué par des successeurs des néo-grammairiens porteurs d'une doctrine usée. Pour asseoir cette opposition à la pensée de leurs maîtres, les Praguois ont choisi la référence explicite à Saussure dont ils ont en même temps reconnu l'autorité et critiqué certaines positions.

37Il est clair que les Praguois ont dans leur ensemble sous-estimé l'originalité de la pensée de Saussure en ne prenant que ce qui leur était nécessaire pour combattre la linguistique des néo-grammairiens. Alors que ceux-ci avaient été, en héritiers des comparatistes, occupés à dégager les lois des changements linguistiques, le point de vue de Saussure permettait de réhabiliter une conception de la linguistique qui tournait le dos à l'atomisme historiciste en circonscrivant, au sein du langage, un objet scientifique, la langue, comprise comme un système de signes, ouvrant ainsi un vaste champ de recherches jusque-là scientifiquement interdites.

38A Prague, la pensée de Saussure était généralement peu et mal connue : le texte du Cours de linguistique générale, que son caractère de reconstitution ne rend pas de lecture facile, n'est pas cité. Ce qui en aura été retenu, c'est que la langue est un système de signes, même si le terme de signe ne figure pas dans la première thèse. Néanmoins, l'aspect sémiologique de la langue est reconnu, comme en témoignent différents articles disséminés dans les Travaux sous la signature de V. Mathesius, A. Artymović, E. Pauliny, bien sûr S. Karcevski et les philosophes.

39Sur la dichotomie langue/parole, des opinions diverses furent émises par les Praguois. J. Vachek s'est fait l'écho de discussions sur la parole dont le statut comme entité se superposant aux actes de parole aurait été généralement rejeté. N. Troubetzkoy, quant à lui, respecta scrupuleusement la distinction entre langue et parole au point d'étendre à cette dernière la caractéristique de système de signes — ce qui n'est pas acceptable du point de vue de Saussure.

40C'est à propos de l'opposition synchronie-diachronie que les Praguois ont déclaré leur désaccord : « On ne saurait poser de barrières infranchissables entre les méthodes synchronique et diachronique comme le fait l'Ecole de Genève. »

  • 3  Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1968, p. 124.
  • 4  Ibid., p. 121.

41Pour Saussure, « la langue est un système de pures valeurs que rien ne détermine en dehors de l'état momentané de ses termes »3 Les faits diachroniques sont des « événements qui ont leur raison d'être en eux-mêmes ; les conséquences synchroniques particulières qui peuvent en découler leur sont complètement étrangères »4. Certes le changement linguistique affecte l'ensemble du système, mais, en tant que tel, il ne peut être analysé qu'avant et après le changement. L'analyse synchronique est à clairement distinguer de celle, diachronique, qu'on pratiquera quand on fera l'histoire individuelle d'un changement qui survient au niveau de la parole. Les deux analyses, légitimes l'une et l'autre, relèvent d'un plan différent.

42Même si les Praguois ont fait un mauvais procès à Saussure à propos de la dichotomie synchronie-diachronie, parce qu'ils n'ont pas cherché à approfondir la connaissance qu'ils en avaient, il est juste de situer l'entreprise théorique du C. L. P. dans l'héritage du linguiste genevois, parce que c'est celui-ci qui a joué le rôle d'incitateur pour trouver une nouvelle voie de recherche.

43L'autre référence théorique de l'entreprise linguistique de Prague est le philosophe et psychologue allemand K. Bühler qui a servi de caution à l'aspect fonctionnaliste du structuralisme praguois. A la différence de Saussure, pour qui la fonction n'est pas constitutive de la langue, puisque s'exerçant dans un lieu extérieur à la langue, K. Bühler choisit une axiomatique de la recherche linguistique qui repose sur deux principes : le modèle-organon (Organonmodell) de la langue et sa nature signitive. Constatant que tout énoncé, dans un acte de discours quelconque, entretient une triple relation avec l'état de choses dont on parle, le sujet parlant et celui à qui l'on parle, il dégage trois fonctions fondamentales de la langue comprise dans un sens large : fonction de représentation (Darstellung), d'expression (Ausdruck), d'appel (Appell), plus tard dites de symbole, de symptôme et de signal.

  • 5  Cf. Das Strukturmodell der Sprache, TCLP, 6, 1936, où K. Bühler se montre critique envers la conce (...)

44La nature signitive de la langue constitue un modèle complémentaire du premier dans lequel K. Bühler introduit, à côté des signes conceptuels, les signes indicatifs qui sont une spécificité, souvent ignorée5, de la langue naturelle.

45A la suite du philosophe allemand, les Praguois ont affirmé que la fonction était inhérente à la langue. Aux trois fonctions fondamentales, ils en ont ajouté beaucoup d'autres, la fonction poétique, aussi les fonctions magique, phatique, métalinguistique, par exemple.

46A la lecture des écrits praguois on est surpris de constater la polysémie, voire la labilité sémantique du mot fonction. A côté de la signification précédemment développée, fonction peut se confondre avec l'idée de finalité du système, c'est-à-dire l'intentionnalité qu'on attribue à celui-ci par assimilation de l'instrument à celui qui l'utilise. Leurs maîtres, les néogrammairiens, positivistes, étaient anti-finalistes, tout comme l'était, d'une autre façon, Saussure, en conformité avec sa conception structuraliste. Le progrès épistémologique avait été de désanthropologiser la représentation de l'évolution des langues. R. Jakobson et les Praguois semblent renouer avec la génération qui avait précédé les néo-grammairiens, Schleicher et les comparatistes, qui imaginaient la langue comme un organisme vivant, donc voué à la mort, à la seule différence qu'en introduisant le principe téléologique, ils condamnaient le système à assurer à jamais la communication dans toutes ses fonctions.

  • 6  Cf. Ch. Möller, Thesen und Theorien den Prager Schule, Acta jutlandica, VIII, 1936.

47En fait, c'est au prix d'une délogicisation du système et d'un retour à l'empirisme que les Praguois concilient système et évolution : puisque la coupe statique est une fiction, l'état de synchronie n'est pas un objet d'étude ; il faut resituer le système dans sa complexité historique. Conformément à l'expérience, il n'existe qu'un seul et même système qui se fait et se défait sans cesse, sécrétant ses changements à des fins de survie. C'est cette interprétation métaphorique du système que les glossématiciens de Copenhague ont fortement critiqué sous le nom de Systempositivismus6

  • 7  Kodansky strukturalismus a « pražska škola » (Le structuralisme de Copenhague et l' « Ecole de Pra (...)
  • 8  Autour du phonème, TCLP, IV, 1931.

48C'est en comparant les deux formes d'activités pratiquées à Copenhague et à Prague qu'apparaît le mieux la caractéristique des chercheurs du C. L. P. Si les Danois produisent beaucoup de textes théoriques, comme le constate V. Skalička, il est parfois difficile de trouver des principes communs dans les travaux praguois qui ont surtout porté sur des questions concrètes7. C'est en effet la tendance praticienne qui domine à Prague. L'opposition qu'ils témoignent aux thèses de Hjelmslev est souvent commandée par la méfiance, par le réflexe anti-spéculatif qu'ont développé chez leurs élèves les néo-grammairiens qui prônaient la rigueur positiviste comme essentielle exigence scientifique. Ainsi le linguiste polonais W. Doroszewski se dressait contre « tout excès de formules nouvelles et de définitions compliquées, de surraffinement terminologique, du creux des notions abstraites »8.

49Même, N. Troubetzkoy, exceptionnel par le cheminement scientifique qui l'a conduit à mettre sur pied le seul édifice théorique produit par le C. L. P., celui de la phonologie, avait accueilli avec quelque crainte la Proposition pour le Congrès de La Haye que lui demandait de signer R. Jakobson ; il avait prié celui-ci, « vu la nouveauté du problème », de « détailler » les arguments : « Mettez-vous à la place d'une personne n'ayant jamais entendu traiter ces questions. N'oubliez pas que les linguistes, dans leur moyenne, sont des routiniers qui, en outre, sont peu habitués à la matière abstraite » (lettre à R. Jakobson d'octobre 1927).

  • 9  La phonologie actuelle, Journal de psychologie, XXX, 1933, p. 246.
  • 10  Ce n'est pas le lieu ici de retracer le parcours phonologique de N. Troubetzkoy. On pourra se repo (...)

50Dix ans plus tard, fort de l'expérience scientifique qu'avait été son aventure en phonologie, il écrivait au linguiste Schmidt que l'abstraction en soi n'était pas un danger « tant qu'on n'oublie pas le but de tout l'édifice et qu'on ne perd pas le contact avec le matériel concret » (lettre d'octobre 1937). Convaincu assez vite que c'est par une constante confrontation entre théorie et pratique que la linguistique entrera dans le concert des sciences contemporaines, il écrit dès 1933 que « la phonologie actuelle est caractérisée surtout par son structuralisme et son universalisme systématique »9, que c'est là une marque des sciences comme la physique, la chimie, la biologie, la psychologie, la science économique, etc., et que donc la phonologie « fait partie d'un mouvement scientifique plus ample »10.

51Quelle place occupe aux yeux des Praguois la phonologie dans la théorie linguistique ? Sans qu'il y ait à proprement parler de théorie des niveaux linguistiques, les auteurs considèrent qu'il convient de distinguer, de fait, différents plans pour la langue. Le plan fondamental, le niveau premier, fondateur, celui sur lequel s'édifiera toute la construction théorique, est occupé par la phonologie, parce que c'est sur le terrain phonologique que s'articulent le son et le sens — révélation que R. Jakobson avait transportée avec lui de sa période formaliste en Russie jusqu'à Prague. Les phonèmes, insistent les Praguois, sont porteurs de « significations intellectuelles », même si cette compromission sémantique ne va pas de soi dans l'analyse phonologique.

52La phonologie n'épuise pas toute l'activité des membres du C. L. P. Les publications foisonnent d'articles intéressants, parfois sans suite qui abordent des problèmes au centre de la linguistique ultérieure, comme celui de renonciation (E. Pauliny, S. Karcevski), la sémiotique (K. Bühler), la syntaxe fonctionnelle (V. Mathesius).

53Si l'originalité du Cercle linguistique de Prague tient en grande partie aux circonstances de sa création, dans une Tchécoslovaquie nouvelle qui paraissait à l'aube d'une période pleine de promesses, et au pari tenu de faire fonctionner pendant plus d'une douzaine d'années selon des règles souples, qui permettaient à des opinions diverses de s'exprimer, un lieu de débat ouvert à d'autres occasions de réflexion que linguistique, philosophique, psychologique, artistique, poétique, littéraire, elle est aussi d'avoir su accueillir et faire participer tant d'étrangers, soit physiquement, soit par les publications et les notes écrites.

54Réunis à Prague sur la base d'un rejet de l'autorité des anciens maîtres pour affirmer la jeunesse d'une autre linguistique, les membres du C. L. P. n'ont jamais fait référence à la parole d'un maître — ce à quoi n'échapperont pas des « écoles » ultérieures. La seule œuvre accomplie qui ait vu le jour à Prague, la somme phonologique de N. Troubetzkoy, s'est dégagée peu à peu de l'ensemble de la production sans que son auteur ait jamais reçu le statut de leader.

55Les résultats ont sans doute souffert de la dispersion des efforts, mais le besoin de discuter et l'envie de rejoindre le débat scientifique international ont caractérisé cette génération de linguistes aspirant à échapper à l'enfermement de la période précédente. Ce n'est pas pour autant que les Praguois ont abandonné la pratique exigeante de leur discipline à laquelle les avait rompus l'enseignement des néo-grammairiens. Mais ils ont su en même temps se reconnaître une nouvelle ambition théorique.

Haut de page

Notes

1  Change, n° 3, 1969.

2  « O cešskom stixe preimuščestvenno v sopostavlenii s russkim » (Sur le vers tchèque étudié principalement en comparaison avec, le vers russe), Berlin-Moscou, 1923.

3  Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1968, p. 124.

4  Ibid., p. 121.

5  Cf. Das Strukturmodell der Sprache, TCLP, 6, 1936, où K. Bühler se montre critique envers la conception « physicaliste » de l'Ecole de Vienne.

6  Cf. Ch. Möller, Thesen und Theorien den Prager Schule, Acta jutlandica, VIII, 1936.

7  Kodansky strukturalismus a « pražska škola » (Le structuralisme de Copenhague et l' « Ecole de Prague »), Slovo a slovesnost, Praha, t. X , 1948, 3.

8  Autour du phonème, TCLP, IV, 1931.

9  La phonologie actuelle, Journal de psychologie, XXX, 1933, p. 246.

10  Ce n'est pas le lieu ici de retracer le parcours phonologique de N. Troubetzkoy. On pourra se reporter à l'ouvrage de J. Fontaine, Le Cercle linguistique de Prague, Paris, Marne, 1974.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacqueline Fontaine, « Le Cercle linguistique de Prague au carrefour des cultures », Revue germanique internationale [En ligne], 1 | 1994, mis en ligne le 22 juin 2011, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rgi.revues.org/440

Haut de page

Auteur

Jacqueline Fontaine

Professeur de russe à l'Université de Paris VIII, spécialiste de grammaire du russe et d'autres langues slaves, de l'histoire de la linguistique et des rapports entre la linguistique et la littérature. Articles récemment publiés : « De la temporalité linguistique » , « L'hétérogénéité des discours dans La garde blanche de M. Boulgakov » , « La notion de système au Cercle linguistique de Prague » , « Potebnja, figure de la linguistique russe du xixe siècle »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page