Navigation – Plan du site
Aires culturelles et réseaux de la « Mitteleuropa »

L'image de la Galicie pluriethnique dans la prose narrative de langue allemande1

Maria Klanska
p. 193-208

Résumés

In der von der Habsburgermonarchie als Galizien und Lodomerien bezeichneten Provinz des geteilten polnischen Reiches lebten mindestens vier Nationen : Polen, Ukrainer (Ruthenen), Juden und Deutsche zusammen. Diese Gruppen besaßen unterschiedliche nationale, konfessionelle, soziale und kulturelle Interessen, was zu verschiedenen Spannungen und Konflikten führte, jedoch alltäglich einen modum convivendi verlangte, der das Zusammensein der Nachbarn ermöglichte. Der vorliegende Aufsatz ist der Wiederspiegelung dieser Problematik in deutschsprachiger Literatur von ca. 1846 bis zur Gegenwart gewidmet.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Traduit de l'allemand par Olivier Mannoni.

1Le royaume de Galicie et de Lodomirie, telle était la dénomination officielle attribuée par la monarchie des Habsbourg aux territoires qu'elle avait annexés lors de la première (1772) et troisième (1795) partition de la Pologne. A l'origine, le royaume comptait environ 81 900 km2 ; il était habité par quelque 2,6 millions de personnes. Au fil du temps, il fut soumis à diverses transformations territoriales, notamment à la suite des guerres napoléoniennes ; il connut le dernier de ces avatars en 1846, date à laquelle il absorba la ville libre de Cracovie. La conclusion de la première guerre mondiale sonna aussi la fin de cet Etat artificiel — les territoires occupés par l'Autriche sont alors revenus à l'Etat polonais ressuscité, et ont de nouveau retrouvé leur nom polonais historique de « Petite Pologne » (Malopolska). En 1939, à la suite du pacte signé entre Hitler et Staline, la partie orientale de l'ancienne Galicie, avec sa capitale Lemberg (Lwow, Lviv), fut rattachée à l'Union soviétique ; jusqu'en 1991, elle constitua une partie de la République soviétique d'Ukraine ; elle est aujourd'hui intégrée à l'Ukraine indépendante. En revanche, la partie occidentale de la Galicie, plus petite, qui comporte la ville de Cracovie, est restée polonaise.

  • 2 Alexander Guttry, Galizien. Land und Leute, Munich et Leipzig, 1916, p. 41.
  • 3  Cf. Alexander Guttry, op. cit., n. 1, p. 55.

2L'auteur de l'un des derniers guides de voyage sur la Galicie austro-hongroise, Alexander Guttry, décrivait en ces termes, en 1916, la situation et les frontières du pays : « Le territoire de la Couronne qu'est la Galicie constitue la large lisière nord-orientale de la monarchie austro-hongroise ; elle n'est liée avec les autres territoires de la Couronne que par la haute vallée de la Vistule et quelques cols des Carpates. Au nord, elle jouxte la Pologne du Congrès, au sud elle effleure les Beskides et les Carpates ; à l'ouest, elle touche la Silésie autrichienne et prussienne, à l'est et au nord-ouest la Volhynie et la Podolie, au sud-est la Bucovine. »2 Peu avant l'éclatement de la première guerre mondiale, la population s'élevait à 8 025 675 habitants, dont 4 672 500 Polonais, 3 208 092 Ruthènes, que l'on appelait les Ukrainiens du temps des Habsbourg, 871 895 Juifs et 90 114 Allemands3.

  • 4  Cf. Filip Friedman, Die galizischen Juden im Kampfe um ihre Gleichberechtigung, 1848-1868, Francfo (...)
  • 5  Cf. Eugen Lewycky, Informativer Ueberblick über nationale, wirtschaftliche, sociale und kulturelle (...)

3Il s'agit donc d'une région pluriethnique et multiculturelle, qui regroupait au moins quatre groupes nationaux et cinq groupes confessionnels. Les Polonais constituaient la majorité absolue dans la partie occidentale du pays, et une forte minorité à l'est — ils y vivaient dispersés dans la campagne, où ils étaient propriétaires fonciers, et en groupes plus denses dans les villes, notamment à Lemberg, la métropole de la province. Les Ukrainiens peuplaient la Galicie orientale, à l'est du fleuve San, et y constituaient la majorité de la population. Les Juifs étaient présents sur ces territoires depuis le Moyen Age déjà, et vivaient la plupart du temps dans les petites villes — à l'est du pays, pour les trois quarts d'entre eux. Dans certains de ces shtettl, ils constituaient même la majorité de la population ; et ils représentaient entre 20 et 30 % des habitants dans les plus grandes villes de Galicie, à Lemberg et à Cracovie4. A ces trois groupes de populations anciennement établis s'ajoutait celui des immigrés allemands qui furent nombreux à affluer dans le pays entre 1772 et 1848 ; les uns étaient les fonctionnaires, enseignants, officiers, etc., dont avait besoin l'administration germanisée, les autres étaient des colons ruraux arrivés dans le cadre de l'opération de colonisation lancée par l'empereur Joseph II, et qui vivaient entre eux. Après 1848, notamment durant l'ère constitutionnelle, quand le territoire de la Couronne obtint son autonomie et quand l'administration, la justice, l'éducation, la science, etc., furent repolonisées, beaucoup de ces nouveaux venus quittèrent le pays, pour autant qu'ils ne s'étaient pas polonisés entre-temps. En revanche, des enclaves de colonies allemandes demeurèrent en milieu rural. D'autre part, cinq confessions au moins étaient représentées en Galicie : la plupart des Polonais étaient d'obédience catholique romaine, les Ruthènes respectaient en majorité le culte orthodoxe grec, les Juifs étaient de religion mosaïque, et les Allemands étaient soit de confession évangélique, soit catholique. On trouvait en outre un groupe d'Arméniens qui avaient leurs propres rites5.

4Avec une telle diversité, on peut considérer la Galicie comme un cas exemplaire de société d'Europe centrale. Les différents groupes de la population galicienne avaient divers intérêts nationaux, sociaux, culturels et confessionnels spécifiques, ce qui provoqua bien entendu des tensions et des conflits qui s'exprimèrent, dans les situations limites, sous forme d'antagonismes ouverts. Au quotidien, il fallait cependant trouver un modus con-vivendi qui permettait aux voisins de coexister sur le même territoire. Nous tenterons ici d'expliquer comment la littérature narrative de langue allemande a rendu compte de ce voisinage, de ses zones d'ombre et de lumière.

5Mais avant tout, expliquons rapidement qui étaient les auteurs de ce genre de textes. Outre le groupe relativement réduit des « voyageurs en Galicie », ou des écrivains qui, comme Marie von Ebner-Eschenbach, ne connaissaient la Galicie que par ouï-dire, c'étaient d'abord des écrivains du cru, puis des officiers autrichiens que l'on avait « bannis » dans cette province. Nous citerons en exemple pour ce dernier groupe le cas de Cäsar Wenzel Messenhauser et celui de Constant von Wurzbach. Parmi les écrivains du cru, on trouvait d'une part les descendants d'hommes venus d'autres régions — Leopold von Sacher-Masoch, par exemple, dont le père, un Bohémien germanisé, avait été directeur de la police à Lemberg —, mais aussi, au xxe siècle, des descendants de colons villageois, comme Friedrich Rech. On trouvait d'autre part de nombreux Juifs de culture allemande comme Leo Herzberg-Fränkel, Karl Emil Franzos ou Nathan Samuely. Dans la seconde moitié du xixe siècle, les Juifs de Galicie comptèrent justement au nombre des vecteurs essentiels de la littérature allemande en Galicie. La langue quotidienne des Juifs de Galicie, le yiddish, d'origine germanique, facilitait déjà la compréhension avec les Allemands, bien que l'alphabet hébraïque eût constitué un obstacle dans la lecture des textes allemands. Jusqu'en 1848, la politique de germanisation menée par les Habsbourg toucha tout particulièrement les Juifs de Galicie. Un autre élément joua enfin un rôle non négligeable dans la formation de la symbiose culturelle germano-juive : la « haskalah », le mouvement juif pour le progrès et l'instruction, était partie de Berlin et elle avait été lancée, dans cette ville, par une coopération des milieux intellectuels juifs et allemands. Certes, seule une frange assez étroite de l'intelligentsia, mais aussi, partiellement, de la bourgeoisie juive fut touchée par le rayonnement de la culture allemande. Leurs représentants (au cours des premières générations, des autodidactes qui avaient mené en secret un apprentissage de l'allemand interdit par leur environnement religieux ; au cours des générations suivantes, ceux qui avaient appris l'allemand à l'école) étaient des intermédiaires particulièrement actifs entre le judaïsme et la culture allemande.

6Dans les belles-lettres germanophones, le thème de la Galicie n'apparaît qu'au milieu du xixe siècle, en lien avec les funestes événements du « Mardi gras sanglant » de 1846. A cette date, les nobles polonais préparèrent une insurrection contre le joug autrichien ; mais avant qu'elle n'éclate réellement, cette rébellion fut étouffée dans l'œuf (sauf à Cracovie) par les paysans locaux. Ceux-ci, appelés à l'aide par les fonctionnaires autrichiens locaux, défoulèrent dans un bain de sang la haine que leur inspiraient les seigneurs, après des siècles d'oppression féodale. Ces événements furent immédiatement relatés par des auteurs comme

7Anton Gross-Hoffinger dans son roman Der Spion (L'espion, 1847), Karl Ludwig Häberlin dans son roman Der Schatz des letzten Jagelionen (Le trésor du dernier Fagellon, 1847) et Cäsar Wenzel Messenhauser dans son récit Polengräber (Fossoyeur de Polonais, 1848). Leopold von Sacher-Masoch les évoqua, lui aussi, dans son premier roman Eine galizische Geschichte. 1846 (Une histoire galicienne. 1846, 1858), dans sa nouvelle Der Emissär. Eine galizische Geschichte (L'émissaire, une histoire galicienne), et dans plusieurs de ses nombreuses Histoires galiciennes (Galizische Geschichten, à partir de 1875). Marie von Ebner-Eschenbach, enfin, les raconta dans Dorf- und Schlossgeschichten (Histoires du village et du château), Szela et Der Kreisphysikus (Le médecin d'arrondissement, 1883). Les contemporains de ces épisodes sanglants tentent, dans la mesure où ils écrivent du point de vue autrichien, de décharger leur propre Etat de toute responsabilité pour ce qui se passa alors et de faire porter la faute sur la noblesse polonaise, c'est-à-dire sur les victimes. Le seul à adopter une autre attitude est le jeune révolutionnaire Messenhauser qui, dans Polengräber, prouve qu'il tient en haute estime le patriotisme polonais et montre de la compréhension pour la situation des Polonais privés de leur Etat.

8Les auteurs qui écrivirent plus tard sur ces événements ont un jugement un peu différent. L'Autriche de la période postrévolutionnaire n'était plus en mesure de mener de politique de germanisation à rencontre de ses peuples ; on prônait la réconciliation, la construction commune de l'Etat autrichien, le libre épanouissement des singularités nationales, d'une langue, d'une culture et de mœurs spécifiques. Le premier roman de Sacher-Masoch traitait, d'une manière fort vigoureuse, la confrontation entre les nobles de Galicie et les paysans dans le village de Howozany (en réalité Horozana) en Galicie orientale — c'était d'ailleurs l'une des rares villes à l'est du pays où le mouvement, pour le reste largement limité à la Galicie occidentale, avait fait tache d'huile. Mais même dans cette œuvre sombre, l'auteur offrait une happy end à quelques personnages positifs, notamment à un jeune noble aux idées démocratiques, Julian Myslecki, et à sa bien-aimée, la douce Minia — ils étaient épargnés par le bain de sang, pouvaient mener une vie privée heureuse sous les auspices de l'Autriche et consacrer tous leurs efforts à l'éducation des gens de la campagne. On trouve une solution analogue dans la nouvelle Der Emissär (L'émissaire) ; là, pas de bain de sang : les insurgés sont suffisamment raisonnables pour renoncer à leurs projets face à l'attitude pro-autrichienne des paysans. Dans ce texte aussi, les personnages positifs (la belle et vertueuse Carola, par son extraction une « sang-mêlé » typique de la vieille Autriche, et le brave fonctionnaire autrichien Burg) forment un couple censé symboliser l'épanouissement des peuples de la monarchie et l'œuvre culturelle accomplie par l'Autriche dans les territoires occupés. Les nouvelles d'Ebner-Eschenbach déjà mentionnées ont une teneur analogue. Chez ces deux auteurs, l'essentiel est que les paysans galiciens, d'origine polonaise, interviennent volontairement pour défendre la conscience nationale autrichienne. C'était une vue de l'esprit : on ne peut en aucun cas assimiler le monarchisme naïf — l'attachement du peuple campagnard à « son » empereur — à une quelconque conscience nationale autrichienne ; quant aux paysans qui levèrent leurs faux et leurs fléaux contre les nobles polonais, ils ne le firent nullement par patriotisme, mais par haine sociale, assurés de l'impunité que leur garantissaient les fonctionnaires autrichiens.

9A l'époque de la Constitution, même les nobles polonais s'accommodèrent de la domination autrichienne en Galicie. L'autonomie leur donnait tous les droits qu'ils auraient désirés pour une Galicie polonaise. Ils comparaient la situation de leurs compatriotes persécutés pour des motifs nationaux, dans la partie russe et prussienne de leur nation divisée, avec leur propre situation en Galicie, présentée comme un « Piémont polonais ». Dès lors, même les patriotes parmi eux se comportaient loyalement envers l'Etat ; et le thème du combat national polonais en Galicie sortit ainsi du champ d'observation de la littérature. Au contraire : durant l'entre-deux-guerres, la figure du noble galicien symbolisait encore dans l'œuvre de Joseph Roth la fidélité aux Habsbourg et la nostalgie de la monarchie disparue.

  • 6  Joseph Roth, Die Kapuzinergruft (1938), in Werke, édition établie et présentée par Fritz Hackert, (...)
  • 7  Joseph Roth, Die Buste des Kaisers (1935), in op. cit., n. 5, p. 675.
  • 8  Cf. David Bronsen, Joseph Roth. Eine Biographie, Cologne, 1974, p. 433.

10Roth, né en 1894 à Brody, était lui-même Juif galicien ; bien qu'il eût quitté la Galicie en 1914, avec l'intention de ne jamais y revenir, la Galicie orientale et la Volhynie demeurèrent son « paysage spirituel », un réservoir où il puisa les éléments mythiques de ses meilleures œuvres. Des personnages d'aristocrates polonais, comme les comtes Chojnicki dans les romans La marche de Radetzky (1932) et La crypte des Capucins (1938), ou le comte Morstine dans Le buste de l'empereur (1935), sont les porte-parole de l'idée autrichienne et des symboles du deuil que porte Roth de la monarchie perdue. Le comte Chojnicki, dans La marche de Radetzky, est le premier à prédire la chute ; puis, terrassé par l'accomplissement de sa prophétie, il devient fou. Dans La crypte des Capucins, son frère affirme : « L'essence de l'Autriche n'est pas son centre, mais sa périphérie », et il constate après l'effondrement : « Ce ne sont pas nos Tchèques, nos Serbes ou nos Ruthènes qui ont trahi, mais uniquement nos Allemands, le peuple de l'Etat. »6 Roth l'exprime encore plus clairement dans la nouvelle Le buste de l'empereur, où l'aristocrate polonais ne veut pas prendre conscience de la disparition de l'Autriche. Forcé de retirer de son jardin le buste de l'empereur, il l'enterre solennellement ; ce bouleversement cause sa perte : « Mon ancienne patrie, la monarchie, était une maison dotée de bien des portes et de bien des chambres, destinée à beaucoup d'espèces d'êtres humains. On a séparé, divisé, morcela la maison. Je n'ai plus rien à y faire. J'ai coutume de vivre dans une maison, pas dans des cabines. »7 Quand ils expriment ce genre d'opinion, les personnages sont les porte-voix de Roth, qui éprouvait de la sympathie pour la noblesse polonaise et qui reportait sur elle ses propres sentiments. Le véritable comte Morstine, patriote polonais, se réjouissait comme la plupart des Polonais du rétablissement d'un Etat spécifique, et ne regrettait certainement pas la monarchie des Habsbourg. Il fut aussi profondément peiné que Roth ait fait ainsi mauvais usage de son patronyme8. Cela n'empêcha pas Roth de relever chez les nobles polonais de Galicie des témoignages de loyauté envers l'Etat, ou même des positions favorables aux Habsbourg : on en compta de plus en plus après 1867.

  • 9  Cf. Henryk Wereszycki, Pod berlem Habshurgow. Zagadnienia narodowosciowe (Sous le sceptre des Habs (...)

11Les Ruthènes, eux, avaient moins de raisons de se réjouir de la manière dont les choses tournaient dans la Galicie de l'ère constitutionnelle. Ni en 1848, ni plus tard, jusqu'à l'éclatement de la première guerre mondiale, on n'exauça leur vœu : bien que l'Autriche le leur eût promis dans les moments critiques, on ne sépara pas la Galicie en une partie occidentale, polonaise, et une partie orientale dont on leur aurait laissé l'administration. Dès les années 1830, on assista à un « réveil » du peuple ukrainien en Galicie ; peu à peu, il revendiqua le développement de sa propre culture dans sa propre langue ; en 1848, il exprima ses propres desiderata politiques. Selon l'opinion courante des Polonais de Galicie, c'est le gouverneur autrichien, le comte von Stadion, qui avait inventé l'idée que les Ruthènes constituaient une nationalité à part entière, selon le principe « diviser pour régner ». On s'en doute, il avait tout au plus accéléré le processus : on ne pouvait pas, de toute façon, retenir l'évolution nationale. Mais les Galiciens ne le comprirent absolument pas : pour eux, les Ruthènes constituaient exclusivement une souche polonaise insurgée, comme les Cracoviens, les Gorals ou ce que l'on appelait les Mazures9. La plupart des Ruthènes étaient des Autrichiens loyaux envers l'Etat, d'autant plus qu'ils estimaient à juste titre que leur situation était bien meilleure que celle des Ukrainiens vivant au-delà de la frontière, dans l'empire du tsar. Ils n'en furent pas moins profondément déçus en 1867, quand on accorda aux Polonais l'hégémonie en Galicie.

  • 10  Sacher-Masoch faisait remonter cette filiation à son grand-père, le médecin Franz Masoch, dont on (...)
  • 11  Les prêtres de confession catholique grecque peuvent en effet se marier — cela doit avoir lieu ava (...)

12Les personnes étrangères à la région qui vinrent pour une brève période en Galicie ne purent prendre conscience des différences entre les deux nations slaves qui formaient le cœur de la Galicie, ni de l'antagonisme latent entre ces deux peuples, une hostilité qui prit de l'ampleur au fil du temps. Les deux écrivains galiciens de langue allemande les plus connus du xixe siècle, Leopold von Sacher-Masoch et Karl Emil Franzos, connaissaient en revanche la situation et l'ont fréquemment évoquée dans leur œuvre. Sacher-Masoch, notamment, qui se disait Ruthène par sa mère10, décrivit avec ferveur le processus de prise de conscience culturelle et nationale des Ukrainiens de Galicie. L'œuvre principale qu'il a consacrée à ce sujet est le récit Sascha und Saschka (Sacha et Sachka, 1885), dans lequel il raconte la formation d'une intelligentsia ukrainienne dans la première partie du xixe siècle, en se fondant sur l'exemple de deux générations d'une famille de prêtres de rite orthodoxe grec11. Dans des textes comme Don Juan von Kolomea (1864), Das Erntefest (La fête de la récolte) et Unser Deputirter (Notre député), extraits du recueil Galizische Geschichten (Histoires galiciennes, 1875), ou dans Im Schlitten (Dans le traîneau), extrait de Die polnischen Geschichten (Les histoires polonaises, 1887), il évoque le « réveil » national ukrainien, ainsi que le conflit entre les Polonais et les Ukrainiens. Il constate ainsi à juste titre que la différence nationale n'était pas tout, et que la différence sociale jouait un rôle essentiel : en Galicie orientale, c'est avant tout parmi les grands propriétaires fonciers que l'on rencontrait les Polonais. Il n'en reste pas moins qu'il décrit de préférence des personnages de petits nobles ukrainiens dont la conscience nationale se ravive. Dans ces cas-là, il prône la solidarité nationale des paysans ukrainiens et des rares nobles et intellectuels, pour qu'ils puissent mieux affirmer les ambitions de leur nation. Il y a une exception : l'esquisse de critique sociale Unser Deputirter (Notre député), dans laquelle la courageuse paysanne Katarina Gregorowa parvient à convaincre les paysans qu'ils ne doivent pas élire comme député le noble polonais ni le pope ruthène, mais son mari, Gregor : seul un paysan, explique-t-elle, peut comprendre les intérêts des gens de la campagne et les défendre au Parlement.

13Karl Emil Franzos, lui aussi, avait beaucoup de sympathie pour les Ukrainiens, d'abord parce qu'ils constituaient une nationalité opprimée — mais aussi parce qu'ils appartenaient souvent aux classes sociales défavorisées. Bon nombre de ses récits, comme Der Aufstand von Wolowce (L'insurrection de Wolowce), ou Der Richter von Biala (Le juge de Biala), parus dans le recueil Aus Halb-Asien (D'Asie mineure, 1876), et pour finir le roman Ein Kampf ums Recht (Un combat pour le droit, 1882), se fondent sur le thème de l'injustice commise envers les paysans ukrainiens, que ce soit par les nobles polonais, par leurs exécutants, leurs régisseurs ou leurs mandataires ; ils reflètent le combat désespéré et voué à l'échec des opprimés pour obtenir justice. Dans quelques textes, comme Jüdische Polen (Polonais juifs, paru dans Aus Halb-Asien) ou Moschko von Parma (Moschko de Parme, 1880), il propose une alliance entre deux minorités galiciennes, les Ukrainiens et les Juifs, afin que ceux-ci puissent s'affirmer face aux nobles polonais et à la bureaucratie autrichienne, qui avait été, dans la plupart des cas, polonisée après 1867. Mais il montre lui-même que les préjugés religieux innés font de la camaraderie et de l'amitié entre Juifs et Ukrainiens des cas exceptionnels, et qu'un amour entre ressortissants des deux nationalités ne peut qu'échouer (cf. par exemple Moschko von Parma ou Leib Weihnachtskuchen und sein Kind (Leib Gâteaudenoël et son enfant, 1896). Contrairement à Sacher-Masoch qui estime, par exemple dans Erntefest, les Ukrainiens capables de mieux se gouverner eux-mêmes que ne le font les « fonctionnaires de l'empereur », Franzos voit exclusivement dans les Ukrainiens des objets, et non des sujets souverains de la mission culturelle allemande. Il les trouve certes honnêtes, fidèles, pleins de sentiments, il estime sans doute pour leur littérature est très créative. Mais dans le même temps, il dépeint leur alcoolisme, leur paresse, leur superstition et leur manque d'hygiène comme des témoignages d'arriération culturelle. Dans le récit Martin der Rubel (Martin le rouble, extrait du recueil d'Asie mineure, Vom Don zur Donau (Du Don au Danube), 1878), le narrateur tente enfin d'attirer l'attention des autorités sur le fait que l'Autriche a abandonné ces hommes et femmes qui étaient ses plus sûrs alliés. Cette négligence a selon lui ouvert la voie à la propagande panslave russe, à laquelle quelques jeunes ukrainiens — ceux que l'on a appelés les « moscalophiles » — se sont laissés prendre. L'argent russe coulait ainsi en Galicie, affirme Franzos, pour ébranler la loyauté des Ukrainiens.

  • 12  Publié dans Deutsch-Ungarn. Mitteilungen des Vereines zur Erhaltung des Deutschtums in Ungarn, 191 (...)

14On reprend cette idée à l'époque de la première guerre mondiale : quelques écrivains locaux soulignent la russophilie des Ukrainiens — c'est par exemple le cas de Hans Weber-Lutkow dans son essai Die Russen in Lowce12 (Les Russes à Lowce), de Hermann Blumenthal dans le recueil Galizien, der Wall im Osten (La Galicie, la muraille de l'Est, 1915 ; il se garde cependant de généraliser) et enfin de Hermann Sternbach dans Wenn die Schakale feiern (Quand les chacals font la fête, 1917). Enrica von Handel-Mazetti, en revanche, présente dans sa nouvelle Ilko Smutniak, der Ulan (1917) un troupier ukrainien, un être simple qui s'est battu pour l'Autriche. Il succombe à ses blessures, à l'infirmerie militaire de Linz. Ses dernières semaines de souffrance sont soulagées par le dévouement dont font preuve une infirmière de la noblesse polonaise et un autre patient polonais, ce qui permet à l'auteur d'espérer que l'on dépassera le conflit polono-ukrainien par l'amour du prochain. Le roman d'Alexander von Lernet-Holenia, Die Abenteuer eines jungen Herrn in Polen (Les aventures d'un jeune seigneur en Pologne, 1931), montre, en brossant un tableau humoristique, comment on soupçonnait globalement, et sans motif, les Ruthènes de collaboration avec l'ennemi. Avec la première guerre mondiale, de nouveaux aspects apparaissent donc dans la représentation de la situation nationale complexe où se trouvait la Galicie.

  • 13  Des recueils entiers sont spécialement consacrés à ce thème, tels Judengeschichten (1878), Neue Ju (...)

15Dans la littérature de fiction consacrée à la Galicie, les descriptions de la population juive et de ses contacts avec la majorité slave et chrétienne constituent la majorité des œuvres. Les auteurs juifs de Galicie sont les premiers à traiter ce sujet ; c'est le cas de Leo Herzberg-Fränkel, Karl Emil Franzos, Nathan Samuely, Hermann Blumenthal ou Julie Thenen. Et au xxe siècle on retrouve dans ce contexte le nom de Joseph Roth. Parmi les non-Juifs, il faut surtout mentionner Leopold von Sacher-Masoch, auteur d'une série d' « histoires du ghetto » et d' « histoires juives »13.

16La plupart des auteurs juifs allemands qui écrivirent au xixe siècle peuvent être classés, idéologiquement, dans la mouvance de la « haskalah ». En tant que tels, ils condamnent l'étroitesse intellectuelle du ghetto, l'intolérance des Juifs orthodoxes et des hassidim envers ceux qui pensent autrement, et leurs superstitions. Ils s'insurgent contre le repli du ghetto face au monde extérieur, contre l'interdiction d'apprendre des langues étrangères, de faire sien un savoir profane, d'exercer de nouvelles professions et de se mêler à la population chrétienne. Ils ne voient pas, ou trop peu, la valeur de la tradition qui leur a permis de perdurer pendant des millénaires dans la diaspora ; le pouvoir absolu de ces rites séculaires leur paraît être une source d'oppression de la liberté individuelle, la leur et celle de leur peuple. Ses histoires juives s'adressent toutefois, de manière primaire, au lecteur chrétien dont elles veulent attirer l'attention sur la misère des populations juives en Galicie et sur l'arriération de leurs conditions de vie. Ses histoires réfutent d'autre part les préjugés courants en dépeignant les grandes qualités des pauvres Juifs « obscurs » de Galicie : leur sens de la famille, leur solidarité, leur altruisme actif et une véritable piété.

17Dans ces descriptions des faces lumineuses du judaïsme galicien, les auteurs juifs ont un concurrent : le chrétien Sacher-Masoch qui, au contraire des maskilim, les partisans du progrès et de l'éducation, voue une haute estime à un judaïsme féru de traditions. De ce point de vue, on peut considérer que deux auteurs se rattachent à son œuvre : Hermann Blumenthal, avec ses Polnischen Judengeschichten tardives (Histoires juives de Pologne, 1919), et surtout Joseph Roth. Peu importe, dans le cas de Roth, de savoir si l'action de chacune de ses œuvres en prose est située en Galicie ou, au-delà de la frontière russe, en Volhynie — il s'agit, dans les deux cas, des mêmes types de Juifs orientaux, pieux, traditionalistes, comme Mendel Singer dans Hiob (1930), le vieux Schemarjah dans Tarabas (1934), etc. Le cocher insolent, Manes Reisiger, de la Crypte des Capucins, ou Nissan Pitschenik, l'amoureux des coraux et de la mer, dans Der Leviathan (publié en 1940), ont une intégrité personnelle dont ne disposent plus, chez Roth, les Juifs d'Europe de l'Ouest. Roth développe cette opposition dans sa série d'essais pénétrante intitulée Juden auf Wanderschaft (Juifs en errance, 1927). Durant l'entre-deux-guerres, ce désir de retrouver les origines et la véracité du judaïsme oriental se rencontre aussi chez des auteurs juifs de l'Est, comme Arnold Zweig avec son Ostjüdisches Antlitz (Le visage juif de l'Est, 1920), Alfred Döblin dans son Reise in Polen (Voyage en Pologne, 1926) ou, plus tôt encore, dans les histoires hassidiques de Martin Buber — ces exemples ne se limitent cependant pas à la Galicie.

  • 14  Cf. Nathan Samuely, Cultur-Bilder aus dem jüdischen Leben in Galizien. Neue Folge, Leipzig, 1892, (...)
  • 15  Cf. Leopold von Sacher-Masoch, Der Judenraphael (1882), Geschichten aus Galizien, texte établi par (...)

18Les tableaux du voisinage judéo-chrétien en Galicie présentent en règle générale les Juifs comme une minorité brimée à cause d sa foi et défavorisée dans la Galicie slave. Jusqu'en 1867, ils n'ont pas d'égalité des droits formelle : ils ne peuvent pas habiter là où ils le veulent, ne peuvent posséder de terres, ne peuvent pas être artisans d'un métier régi par une corporation, ni fonctionnaires de l'Etat. Ces problèmes sont évoqués, par exemple, par Leo Herzberg-Fränkel dans Der Autodidakt (L'autodidacte), dans le recueil Polnische Juden (Juifs de Pologne, 1866) ou par Marie von Ebner-Eschenbach dans Der Kreisphysikus. Mais même à l'époque constitutionnelle, durant laquelle on reconnaîtra officiellement aux Juifs les mêmes droits qu'aux sujets chrétiens de la monarchie, la majorité des habitants du pays les considéreront toujours avec méfiance, que ce soit par antijudaïsme religieux ou par peur de la concurrence économique. Les écrivains tentent de dissiper les préjugés courants contre les Juifs ; ils le font même parfois de manière explicite, comme Samuely dans sa nouvelle Sünder und Sünden (Pécheurs et péchés), dans laquelle il explique qu'il n'existe pas de péchés spécifiquement juifs ou non-juifs. Aussi bien le chrétien que le Juif peuvent être des hommes honnêtes et des escrocs14. La chose est explicite, par exemple, dans le cas de la nouvelle Der Judenraphael de Sacher-Masoch, quand l'héroïne Hadasska explique que les mauvais côtés du peuple juif sont apparus parce qu'on l'a forcé à devenir un peuple de négociants, et que ces défauts n'ont donc rien de « naturel »15. Implicitement, on utilise l'image positive des personnages juifs, en soulignant par exemple leur désintéressement et leur esprit de sacrifice exceptionnel ; c'est le cas dans Ein Almosenier (Un aumônier) de Herzberg-Fränkel, publié dans le recueil déjà mentionné, ou dans Der Prostek de Sacher-Masoch. Chez Franzos, on travaille à imposer un contre-stéréotype en créant des personnages qui renversent l'image habituelle du Juif. Dans Moschko von Parma et dans Ein Kampf ums Recht (le personnage du Juif Naschko), par exemple, on oppose au stéréotype du Juif pusillanime des personnages de Juifs puissants et courageux.

  • 16  Joseph Roth, Hiob, op. cit., n. 5, vol. 6, p. 57-58.

19Les œuvres narratives de Joseph Roth donnent une bonne idée des rapports entre Juifs et chrétiens à l'Est. Dans ses feuilletons et dans ses œuvres en prose, il montre qu'il existe beaucoup de points communs entre les Juifs et les paysans de Galicie — les deux groupes étaient pauvres, menaient dans une profonde piété une existence primitive rythmée par les cycles de la nature et les fêtes religieuses, et qui ignorait tout du progrès et de la technique. Les autobiographies d'Alexander Granach, Da geht ein Mensch (Un homme marche, 1945), et de Manès Sperber, Les porteurs d'eau (1974, paru en France en 1976, première partie de la trilogie, Ces temps-là), le confirment. Dans Hiob, de Joseph Roth, l'exemple du paysan Sameschkine et du Juif Singer illustre l'ambiguïté des relations entre Juifs et paysans. C'est particulièrement clair dans la scène qui se déroule à côté d'un fossé, après l'accident de la charrette de Sameschkine. Le paysan représente l'attachement à la terre. Il demande donc au Juif, avec impatience : « Mais qu'est-ce que vous avez, aussi, à vous promener autant dans le monde ? Le diable vous envoie d'un bourg à l'autre. Nous autres, on reste où l'on est né. (...) Vois-tu comme le pays est beau ? » Mais ensuite, saisi par la compassion envers le Juif qui pleure, le paysan lui passe son bras autour des épaules, et lui dit pour l'apaiser : « Dors, cher Juif, dors tout ton soûl. »16 Les personnages juifs de Roth se sentent certes à l'étranger en Galicie — et en Europe de l'Est en général. Ils n'oublient pas qu'ils sont dans la diaspora, ils ont peur des paysans, des chiens qui aboient et de la « vermine de la terre ». Mais d'un autre côté, pour eux aussi, cette terre est celle où leurs ancêtres ont vécu depuis des siècles. Quand ils émigrent, comme Mendel Singer qui part pour l'Amérique, ils sentent, là-bas, qu'ils ont perdu leur patrie.

  • 17  Les deux premiers cités dans les recueils de nouvelles déjà mentionnés, Alfred Steuer dans les Gal (...)

20Les narrateurs du xixe siècle défendent le principe d'une assimilation, ou du moins d'une reprise de la culture européenne par les Juifs de l'Est. Aucun des écrivains juifs galiciens ne plaide cependant pour l'assimilation polonaise, le courant dominant depuis les années 1860. On peut l'expliquer par le fait que ces écrivains se reconnaissaient dans la culture allemande — dont ils avaient choisi la langue. Seul le non-Juif Sacher-Masoch, dans son récit Der Iluj, montre un Juif galicien qui, sous l'influence de la littérature polonaise, a proclamé sa préférence pour l'identité de ce peuple avant même la fin du Vormärz, mais sa carrière diverge plutôt d'une telle démarche. Et seul le non-Galicien Moritz Friedländer a donné, dans ses récits militants Vom Cheder zur Werkstätte (Du heder à l'atelier, 1885) et Die drei Belfer (Les trois crieurs, 1894), des exemples d'une assimilation sans problème des Juifs en milieu polonais. Les autres auteurs mettent en garde contre la part prise par les Juifs dans le combat polonais de libération (Samuely, Herzberg-Fränkel, Stener)17, contre les mariages mixtes avec des partenaires polonais (Herzberg-Fränkel, Karl Emil Franzos) et, bien entendu, contre le baptême. On déconseille, par principe, les relations avec des partenaires d'une autre confession, en alléguant que ni la société chrétienne, ni la société juive d'où sont issus ces auteurs ne sont mûres pour accepter ce phénomène. Franzos brille tout particulièrement quand il s'agit de relater de telles histoires d'amour, qui s'achèvent toutes par une catastrophe (par exemple Geschichte von dem wilden Starosten und der schönen Jutta (Histoire du starot brutal et de la belle Jutta) ;Moschko von Parma ;Judith Trachtenberg ;Leib Weinachtskuchen und sein Kind— et beaucoup d'autres).

21Les auteurs considèrent l'assimilation allemande avec plus d'ouverture d'esprit — même si, à l'exception de Franzos (dont l'attitude évolua cependant), ils s'en tiennent à l'idée que le Juif ne doit pas abandonner son judaïsme et doit continuer à entretenir, outre la religion, certaines valeurs juives. On se moque de la passion germanophile de la nouvelle génération, par exemple chez Nathan Samuely dans ses nouvelles Nur nicht jüdisch (Surtout pas juif) et Die Goethetorte (La tarte Goethe), publiés dans les recueils Cultur-Bilder aus dem jüdischen Leben in Galizien (Tableaux de civilisation sur la vie juive en Galicie, 1885 et Suite en 1892), ou Leo Herzberg-Frankel dans le récit Jentele, publié dans Polnische Juden. Mais d'une manière générale, les Galiciens en quête de progrès n'ont d'autre possibilité, pour échapper à l'étroitesse d'esprit de leur entourage juif et non juif, que d'émigrer en Allemagne ou en Autriche occidentale. Le « Galilée de Barnow » du récit de Franzos Galilei von Barnow, les parents du « rabbi merveilleux » criminel de Julie Thenen, le fils du « porteur de paquet » du libraire juif, dans la nouvelle de Samuely, et l'orphelin issu d'un milieu hassidique et accusé d'hérésie dans son récit Zwischen Licht und Finsternis (Entre la lumière et la pénombre, 1887) doivent quitter la Galicie pour ne pas s'étioler dans le ghetto. Seul le dernier y revient, pour prendre la direction d'une école moderne « germano-juive » et pour répandre ainsi le savoir parmi ses concitoyens. Sender Glatteis, le « Pojaz » du roman de Franzos, disparaît (il meurt prématurément de la tuberculose) parce qu'il n'est pas parvenu à quitter à temps la Galicie.

  • 18  Cf. Maria Klanska, Problemfeld Galizien in deutschsprachiger Prosa 1846-1914, Vienne, Cologne et W (...)
  • 19  Ce travail inédit a survécu au nazisme ; on peut le consulter à la Bibliothèque universitaire de V (...)
  • 20  Cf. Minna Lachs, Warum schaust du zurück. Erinnerungen 1907-1941, Vienne, Munich, Zurich, Europave (...)

22L'un des thèmes constants de cette littérature est la manière dont un jeune Juif plein d'abnégation, issu d'un milieu orthodoxe, accède par ses propres moyens à la culture et à la science. Dans la plupart des cas, le fait est caractéristique, on souligne que ce sont la langue et la littérature allemandes qui ont ouvert le monde de la lumière à celui qui tâtonnait dans l'obscurité. Franzos, notamment, ne se lasse pas de dépeindre de tels personnages, à commencer par son « Pojaz ». On en trouve aussi chez Samuely, Herzberg-Fränkel, Friedländer et Sacher-Masoch18. Les auteurs du xxe siècle montrent encore de quel prestige la culture allemande jouissait aux yeux des Juifs de l'Est : il faudra attendre Hitler pour que ce phénomène prenne fin. Minna Lachs, qui avait quitté la Galicie en 1914 sous le coup de la débâcle, et qui vivait depuis à Vienne, revint visiter sa terre natale dans les années 30 ; elle était alors une jeune étudiante, préparant un doctorat sur l'histoire des ghettos en Allemagne19. Partout, elle se fit présenter les bibliothèques familiales — et partout, elle trouva des livres allemands en version originale ; elle découvrit le vif amour que portaient les lecteurs à Lessing — à cause de son Nathan —, à Schiller, le poète favori du ghetto des Juifs de l'Est, à cause de sa réflexion sur la liberté et la fraternité, et enfin à Heine, dont on rappelait fièrement l'origine juive20. On retrouve les noms de Schiller et de Lessing chez la plupart des auteurs — parfois, comme dans la petite nouvelle de Sacher-Masoch Von Fenster zu Fenster (D'une fenêtre à l'autre), Goethe s'y adjoint avec son Faust.

23Les personnages d'Allemands, quand ils apparaissent dans ce genre de textes, sont le plus souvent présentés comme des professeurs désintéressés, dévoués, les directeurs spirituels des Juifs comme des Ukrainiens. Franzos, notamment, persuadé que la culture allemande a une « mission culturelle » à remplir en Galicie, plaide en faveur de ce rôle attribué aux Allemands. Franzos a dédié tout son cycle en six volumes de « tableaux de civilisation », les six volumes de Aus Halb-Asien (1876, 1878 et 1888 — la dernière partie est intitulée Aus der grossen Ebene, (De la grande plaine), à l'idée de la nécessité de civiliser l'« Est » — un terme par lequel il désignait la Galicie, la Bucovine (qui constituait cependant, à ses yeux, une exception positive), la Roumanie et la Russie. Selon son opinion, la culture et la nation allemande, avec leur profondeur d'esprit et leur désintéressement, étaient appelées à mener à bien cette « mission culturelle ». Ni les Slaves de Galicie, ni les Juifs de l'Est issus de la même région n'étaient de son point de vue capables de se sortir tout seuls de leur arriération culturelle : il leur fallait pour cela des professeurs allemands.

  • 21  Karl Emil Franzos, introduction à Aus Halbasien. Culturbilder aus Galizien, der Bukowina, Südrussl (...)
  • 22  Cf. Karl Emil Franzos, Der deutsche Teufel (1888), Hambourg, 1916, p. 65.

24Dans sa jeunesse, Franzos avait été un partisan de la monarchie des Habsbourg et des nationaux-allemands. En tant que tel, il reprocha aux Habsbourg de n'avoir pas assumé l'héritage de l'empereur Joseph II et d'avoir abandonné la Galicie à son propre destin, au lieu d'y mener, comme l'avaient fait par exemple les Prussiens en Poznanie dans le grand-duché de Posen, un « travail culturel planifié et de fond »21, ce qui déboucha, il est vrai, sur la germanisation du pays, même si telle n'était pas l'intention initiale. Quand il fut définitivement avéré que la nationalité polonaise avait pris le dessus dans la Galicie de l'ère constitutionnelle, il se détourna de l'Autriche-Hongrie et plaça tous ses espoirs dans la Prusse et sur l'unification de l'Allemagne sous le sceptre allemand. Son récit Der deutsche Teufel (Le diable allemand, 1888) constitue son hommage à Bismarck, le vainqueur de la guerre franco-allemande. Le héros de ce récit est un fils de prince d'Allemagne du Sud qui s'est réfugié en Galicie après le Congrès de Vienne, offusqué par l'attitude de la Prusse. Mais après la victoire prussienne, ce jeune prince se rappelle qu'il a du sang allemand dans les veines, et meurt lors d'un duel avec un officier russe qui a parlé de l'Allemagne en termes désobligeants ; le jeune homme expire en prononçant les mots : « Que Dieu bénisse... l'Allemagne. »22

  • 23  Dans les recueils Schlummernde Seelen. Geschichten aus Kleinrussland (1900) et Die schwarze Madonn (...)

25Au cours de la première décennie du xxe siècle, le courant du Heimatkunst (art de la terre natale) allemand commença à se développer en Galicie. Son précurseur, celui qui ouvrit la brèche, fut Hans Weber-Lutkow, qui, dans ses sombres Histoires de la petite Russie, présentait les Ukrainiens comme des êtres primitifs, superstitieux, obtus, qui ne respectaient aucune règle morale et se laissaient pousser par leur instinct au crime et même au meurtre23. Le même Weber-Lutkow vénérait la Galicie comme une « patrie allemande » et mettait en scène d'admirables personnages de colons allemands en milieu rural. Par la suite, les chantres de la Galicie allemande se limitèrent la plupart du temps à dépeindre leur propre groupe national. Ils chantaient la beauté de la terre natale, les peines des colons allemands, leurs ancêtres, qui avaient défriché ces terres. Fréquemment — notamment dans les années 30, car cette activité littéraire perdura dans l'ancienne Galicie jusqu'en 1939, date à laquelle un accord entre Hitler et Staline provoqua le départ des colons allemands et leur transfert dans le IIIe Reich —, leurs œuvres expriment des sentiments nationalistes. La première génération de « germano-galiciens » nationalistes à s'être exprimée par écrit était composée de personnes qui, pour la plupart, étaient arrivées en Galicie comme pasteurs ou instituteurs itinérants — c'était le cas de Theodor Zöckler, Max Weidauer ou Johanna Vellhorn. Seule la deuxième génération était née dans le pays — c'étaient des enseignants, des religieux, etc., des descendants des colons agricoles de Galicie. On peut par exemple citer dans cette catégorie Friedrich Rech, Jakob V. Rollauer ou Jakob Enders. Leur activité est plus nettement teintée d'idéologie que celle des écrivains déjà mentionnés. Mais leur travail, aux uns comme aux autres, est lié au « réveil nationaliste » des Allemands de Galicie provoqué par l'évolution de la situation en Autriche et en Allemagne au début du xxe siècle.

  • 24  Heimat Galizien. Ein Gedenkbuch, sous la dir. de Julius Krämer (1965) ; Heimatbuch II. Aufbruch un (...)
  • 25  Pour plus de précisions sur la création des Allemands de Galicie, cf. Maria Klanska, Galizien in d (...)

26Cette production — la faible valeur artistique des textes et l'absence fréquente d'ambition en la matière ne permettent guère de parler de littérature — a survécu à la Galicie, s'est développée dans la petite Pologne de l'entre-deux-guerres. Elle existe encore aujourd'hui en Allemagne fédérale, tant qu'il subsiste des auteurs allemands nés en Galicie qui se rappellent avec nostalgie le pays de leur enfance et de leur jeunesse. Beaucoup d'entre eux sont regroupés autour du Comité des Allemands de Galicie à Stuttgart-Bad Cannstatt. Ce comité a publié entre autres, depuis les années 60, trois « livres sur la terre natale » consacrés à la Galicie24. Après 1945, la perspective des auteurs « germano-galiciens » se transforme un peu : avec le recul, ils soulignent leur coexistence pacifique avec les Ukrainiens et les Juifs. Dans certains cas, ils tentent de faire porter sur les Polonais la responsabilité de la seconde guerre mondiale — c'est le cas de Rose Planner-Petelin dans son roman Der Doktor von Titinow (Le docteur de Titinown, 1958) ou de Jakob Enders dans son livre de souvenirs So war des Schicksals Wille (Telle était la volonté du destin, 1958). Hans Koch, à l'inverse, a décrit dans les nouvelles de son recueil Kyr Theodor und andere Geschichten (Kyr Theodor et autres histoires), qui date des années 60, les relations amicales entre les Ukrainiens et les Allemands, et dans le charmant petit récit Wie die Jungen sungen (Comment chantait la jeunesse) (... publié dans le Zeitweiser der Galiziendeutschen de 1954), il évoquait le rapport de tolérance qui existait entre les nationalités et les confessions à Lemberg25.

  • 26  Cet auteur s'était malheureusement laissé entraîner à participer à une brochure d'esprit national- (...)

27« C'était ainsi en Galicie », pourrait-on dire en reprenant les termes de l'un de ces auteurs, le pasteur Fritz Seefeld, qui a intitulé ainsi ses souvenirs si vivants de la Galicie, terre des contradictions et des grandes surprises26 Ce n'est pas un hasard si l'écrivain allemand d'origine juive Bruno Frank a choisi de situer en Galicie son roman sur l'exil Die Tochter (La Fille, 1943), afin de montrer le cas typique d'une coexistence entre diverses nationalités et confessions sans doute séparées par beaucoup de conflits ou même d'antagonismes, mais qui pratiquaient au quotidien, dans de nombreux cas, un voisinage paisible, bienveillant et amical. La Galicie est un très bon exemple dans le débat sur l'Europe centrale, ou même dans la discussion su l'Europe unie : c'était en effet une province où des groupes très divers vivaient à peu près en bonne société et devaient apprendre et pratiquer la tolérance. Ce n'en était pas moins un pays des grands contrastes et des antagonismes latents, que seule l'autorité de l'Etat parvint à contenir. Aujourd'hui, l'exemple effroyable de la Yougoslavie nous montre que nous ne pouvons pas rêver d'une Europe unie sans tenir compte de l'existence et du poids de ce genre d'antagonismes et de conflits cachés ou en germe. Les problèmes de la coexistence dans la région pluriethnique de la Galicie, vus à travers la fiction intellectuelle d'auteurs écrivant en allemand — point de vue aussi subjectif que n'importe quel autre — éclairent sans doute un peu non seulement l'histoire de l'Autriche-Hongrie, mais aussi le contenu et l'origine de quelques oppositions qui subsistent encore aujourd'hui et qu'il s'agit de surmonter.

Haut de page

Notes

1  Traduit de l'allemand par Olivier Mannoni.

2 Alexander Guttry, Galizien. Land und Leute, Munich et Leipzig, 1916, p. 41.

3  Cf. Alexander Guttry, op. cit., n. 1, p. 55.

4  Cf. Filip Friedman, Die galizischen Juden im Kampfe um ihre Gleichberechtigung, 1848-1868, Francfort/Main, 1929, p. 5.

5  Cf. Eugen Lewycky, Informativer Ueberblick über nationale, wirtschaftliche, sociale und kulturelle Zustände des Landes, Vienne, Verlag des Bundes zur Befreiung der Ukraina, 1916, p. 7 sq.

6  Joseph Roth, Die Kapuzinergruft (1938), in Werke, édition établie et présentée par Fritz Hackert, vol. 6 : Romane und Erzählungen 1936-1940, Cologne, Kiepenheuer et Witsch, 1991, p. 235 et 315 (traduit en français sous le titre : La crypte des Capucins, Paris, Le Seuil, 1983).

7  Joseph Roth, Die Buste des Kaisers (1935), in op. cit., n. 5, p. 675.

8  Cf. David Bronsen, Joseph Roth. Eine Biographie, Cologne, 1974, p. 433.

9  Cf. Henryk Wereszycki, Pod berlem Habshurgow. Zagadnienia narodowosciowe (Sous le sceptre des Habsbourg. Questions nationales), Cracovie, Wydawnictwo Literackie, 1975, p. 47 sq.

10  Sacher-Masoch faisait remonter cette filiation à son grand-père, le médecin Franz Masoch, dont on ne peut cependant pas prouver l'origine ukrainienne.

11  Les prêtres de confession catholique grecque peuvent en effet se marier — cela doit avoir lieu avant leur dernière ordination.

12  Publié dans Deutsch-Ungarn. Mitteilungen des Vereines zur Erhaltung des Deutschtums in Ungarn, 1916, nos1-2 et 3-4.

13  Des recueils entiers sont spécialement consacrés à ce thème, tels Judengeschichten (1878), Neue Judengeschichten (1881), Polnische Ghetto-Geschichten (1886) et Polnische Judengeschichten (1895), ainsi que des récits plus longs, comme Hasara raba (1877), Der Judenraphael (1882) et Der Iluj (1882).

14  Cf. Nathan Samuely, Cultur-Bilder aus dem jüdischen Leben in Galizien. Neue Folge, Leipzig, 1892, p. 204.

15  Cf. Leopold von Sacher-Masoch, Der Judenraphael (1882), Geschichten aus Galizien, texte établi par Adolf Opel, Vienne, Cologne, Graz, Böhlau Verlag, 1989, p. 101.

16  Joseph Roth, Hiob, op. cit., n. 5, vol. 6, p. 57-58.

17  Les deux premiers cités dans les recueils de nouvelles déjà mentionnés, Alfred Steuer dans les Galizischen Ghetto-Geschichten und Bildern (1896).

18  Cf. Maria Klanska, Problemfeld Galizien in deutschsprachiger Prosa 1846-1914, Vienne, Cologne et Weimar, Böhlau Verlag, 1991, p. 201.

19  Ce travail inédit a survécu au nazisme ; on peut le consulter à la Bibliothèque universitaire de Vienne, sous le nom de jeune fille de l'auteur (Minna Schiffmann, Die deutsche Ghetto-geschichte, Vienne, 1931, manuscrit).

20  Cf. Minna Lachs, Warum schaust du zurück. Erinnerungen 1907-1941, Vienne, Munich, Zurich, Europaverlag, 1986, p. 164-165.

21  Karl Emil Franzos, introduction à Aus Halbasien. Culturbilder aus Galizien, der Bukowina, Südrussland und Rumänien, Leipzig, Duncker & Humblot, 1876 ; cf. p. xiv

22  Cf. Karl Emil Franzos, Der deutsche Teufel (1888), Hambourg, 1916, p. 65.

23  Dans les recueils Schlummernde Seelen. Geschichten aus Kleinrussland (1900) et Die schwarze Madonna. Geschichten aus Kleinrussland (1901).

24  Heimat Galizien. Ein Gedenkbuch, sous la dir. de Julius Krämer (1965) ; Heimatbuch II. Aufbruch und Neubeginn (1977), sous la direction de Julius Krämer, et enfin Heimat Galizien im Bild, sous la direction de Josef Lanz et Rudolf Unterschütz (1983).

25  Pour plus de précisions sur la création des Allemands de Galicie, cf. Maria Klanska, Galizien in deutschsprachiger Literatur seit 1848, Studia Historica Slavo-Germanica, Poznan, 1984, XIIe année, p. 73-105, notamment p. 81-90.

26  Cet auteur s'était malheureusement laissé entraîner à participer à une brochure d'esprit national-socialiste, en 1937, Der Deutsche in Galizien, censée prouver l'origine prétendument allemande du pays.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Klanska, « L'image de la Galicie pluriethnique dans la prose narrative de langue allemande », Revue germanique internationale [En ligne], 1 | 1994, mis en ligne le 22 juin 2011, consulté le 22 mai 2017. URL : http://rgi.revues.org/441

Haut de page

Auteur

Maria Klanska

Professeur à l'Université de Cracovie, auteur de Problemfeld Gali-zien in deutschsprachiger Prosa 1846-1914, Vienne-Cologne-Weimar, Böhlau, 1991 ; Aus dem Schtetl in die Welt 1772-1938. Ostjüdische Autobiographien in deutscher Sprache, Böhlau, 1993.

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page